8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 12:16

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : COMME UNE ODEUR DE DIABLE

 

 

 

C'est de qui ? L. Lefeuvre adapte C. Seignolle

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

Ca donne Quoi ? Cinq courtes histoires où l’on va croiser pêle-mêle un menuisier médium à ses heures pour son plus grand malheur, un paysan qui a eu le malheur de se frotter à la mauvaise personne, un dentiste trop peu regardant sur les canines qu’il pose ou encore un malheureux muet victime d’une populace trop superstitieuse.

 

Entre autres choses, grâce soit rendue à Laurent Lefeuvre, qui, via ses adaptations, m’a fait découvrir Claude Seignolle parfait chainon manquant entre Edgar Alan Poe et Maupassant.

 

Et puisque l’on en est au rayon des comparaisons, arrêtons nous donc sur la partie magistrale de cet album : les graphismes ! De son trait réaliste sur-expresif, maniant les noirs et blancs de fort belle façon et utilisant le médium à bon escient avec autant d’astuce que de réussite, Laurent Lefeuvre livre à mon sens son travail le plus abouti à ce jour, se plaçant comme l’égal des cadors old school du genre, de Gene Colan où Bernie Wrightson (à qui l’album est d’ailleurs dédié) aux figures marquantes du comics indés actuel, Eric Powell en tête.

 

Nous voilà à la moitié de l’année et je crois bien que je viens de lire l’un des albums les plus aboutis de 2017.

 

Lefeuvre a su faire siens ces récits d’épouvante tout en gardant leur saveur d’origine, du grand (9° ) art !

 

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi :TALES OF TERROR

 

 

C'est de qui ? Les Baxter

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

Déjà croisé chez nous? Plus d’une fois oui.

 

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on excepte les cadors de la Hammer, peu de compositeurs des 60’s peuvent se targuer d’avoir su mettre en musique l’horreur gothique comme Les Baxter.

 

Fort d’une grosse poignée de précédentes musiques de films du genre, dont, déjà, des adaptations de Poe, Baxter mélange ici avec science des éléments de pure terreur musicale opposant force retentissement de cuivres et glissements de cordes plus sournois, voix aériennes discrètes ponctuées de mélopées à la flute ou au hautbois.

 

Les pincées d’humour noir instillées par le réalisateur dans les trois contes adaptés (jugés autrement trop sombres) sont également évoquées musicalement par le compositeur mais de manière plus subtile, en gardant toujours cette tension sourde constante.

 

Bref du grand art, surtout quand on connaît le rythme de tournage de Corman qui, d’ailleurs, produisait en même temps que ces Tales Of Terror un film de SF dont la B.O était écrite simultanément par…Les Baxter !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 14:05

 

 

Un petit cycle Epouvante pour nous amener jusqu'au week-end avec des choses aussi différentes qu'intéressantes, et on commence avec une BD à réserver aux adultes...de goût!

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BELZEBA, LA FILLE DE SATAN.

 

 

C'est de qui ? S. Fenzo

 

 

La Couv':

 

Visage(s) de la Peur (et BD X pour le coup!)  /  Belzeba  Vs.  I Tre Volti della Paura

 

Déja croisé chez nous? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou éditions

 

 

 

Une planche:

 

 

Visage(s) de la Peur (et BD X pour le coup!)  /  Belzeba  Vs.  I Tre Volti della Paura

 

 

Ca donne Quoi ? En Norvège au moyen-âge irrité de la véhémence d’un noble dans sa chasse au sorcière, le diable en personne envoie Belzeba fille qu’il a eu avec une mortelle, s’occuper du bonhomme.

 

Malheureusement pour elle notre plantureuse héroïne va tomber sous le charme de sa victime, s’attirant le courroux de son terrible géniteur !

 

Si les éditions Tabou nous avaient jusqu’alors habitué à de la BD coquine aussi fun que variée, elles franchissent un cap aujourd’hui avec la réédition d’une série historique au dessin old school fin et expressif (au minimalisme parfois volontaire) qui flirte avec un érotisme bon ton et qui, malgré une première scène assez surprenante (zoophile !), reste ensuite plutôt sage –quoique voluptueuse- surtout en comparaison d’autres titres de l’éditeur.

 

Une bien agréable redécouverte servie en plus par une pagination généreuse et une édition classe et soignée !

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 

C'est quoi :LES TROIS VISAGES DE LA PEUR

 

 

C'est de qui ? Nicolosi

 

 

La Couv':

 

Visage(s) de la Peur (et BD X pour le coup!)  /  Belzeba  Vs.  I Tre Volti della Paura

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui et non.

 

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Mario Bava, Boris Karloff, Michèle Mercier…artistes (pour au moins l’un d’entre eux diront nous !) dont les noms réunis au générique d’un même long métrage pourrait surprendre.

 

C’est pourtant le cas de ce film d’épouvante à sketches présentés (à la façon des anthologies d’horreur à la TV comme en comics) par l’ex mythique créature de Frankenstein –qui joue également un rôle dans un des épisodes – dont la B.O européenne a été écrite par Nicolosi, spécialiste par ailleurs du film de gladiateurs en jupettes.

 

La variété des thèmes (une femme harcelée au téléphone, une légende vampirique et, pour clore le tout, une histoire d’anneau maudit) permet au compositeur transalpin de piocher à volonté dans les divers gimmicks du genre, à grand renfort de cor solennel et de violons survoltés, le tout contre balancé par un peu de jazz easy listening d’époque qui, je vous l’accorde, est complètement à coté de la plaque pour Belzeba et que vous pourrez zapper sans soucis.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 07:45

 

 

C’est mercredi, et c’est le dernier avant les interminables vacances scolaires !

Voici donc notre dernière chronique jeunesse de la saison qui marie l’utile à l’agréable en donnant à nos chères têtes blondes une leçon d’Histoire ludique tout en faisant faire  à leurs parents un voyage dans le temps avec, en bonus, l'épisode animé d'époque!

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : IL ETAIT UNE FOIS L’HOMME 3. LES VIKINGS.

 

 

C'est de qui ? Barbaud, Gaudin et Minte

 

 

La Couv':

 

Bonnes vacances jeunesse!  /  Il était une fois l'Homme: Les Vikings.

 

 

Déja lu sur le site? Oui sur les précédents tomes.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

 

Une planche:

 

Bonnes vacances jeunesse!  /  Il était une fois l'Homme: Les Vikings.

 

Ca donne Quoi ? Dans ce troisième tome de la « reprise » de la mythique série TV des années 80, Il Etait Une Fois L’Homme, après la Préhistoire et l’Egypte ancienne, on se penche cette fois sur les Vikings.

 

Etant un féru de cette civilisation c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai partagé ce nouvel album avec ma fille, complétant au besoin certaines informations, même si dans l’ensemble, et pour son âge - ! ans et demi- c’est déjà très complet !

 

L’actualisation du concept via une partie dans le présent, avec les personnages emblématiques de la série, devient dans ce nouvel album plus interactive avec une scénarisation bienvenue (ici une sorte de voyage spatio temporelle).

 

Si ces parties assurées par Minte ont bien plu à ma fille, les dessins originaux de Jean Barbaud sont toujours une madeleine de Proust inégalable pour votre serviteur.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
bobd
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 07:20

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? JACK COOL 1966. QUELQUES JOURS AVANT JESUS GRIS.

 

 

C'est de qui ? Manini, Mangin.

 

 

La Couv':

 

Enquête sous acide  /  Jack Cool 1966  Vs.  La Curée

 

Déja croisé chez nous? Oui pour le scénariste.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle.

 

 

 

Une planche:

 

 

Enquête sous acide  /  Jack Cool 1966  Vs.  La Curée

 

Ca donne Quoi ? Fin des années 60, aux States, l’époque est à la libération de l’esprit et du corps et c’est ce que va faire notre héros à l’étrange main gantée de noir : tout plaquer pour se perdre et se retrouver au sein d’une communauté hippie accro au LSD menée par le gourou Ken Kesey.

 

Il va y hériter du surnom de Jésus Gris et, alors que l’on en apprend un peu plus sur son passé (Guerre du Vietnam, « malédiction » à la Dorian Gray, beau père tyrannique…) il part avec les Pranksters prêcher la bonne parole de la vie sous acide.

 

Lucille son épouse éplorée et incrédule engage alors Jack Cool afin de retrouver sa trace. Pas contre le fait d’arrondir ses fins de mois notre détective accepte parallèlement la requête de la starlette Jane Mansfield dont la fille a fugué…les petits buvards psychédéliques semblent être le lien de toute cette joyeuse cavale.

 

Inspirés de faits rèels le nouveau dyptique de Mangin et Manini mèle avec réussite comédie hippie, enquête socio culturelle, analyse de mœurs…le tout bien emballé par un trait soigné et, forcément coloré aux intéressantes trouvailles narratives (lors des flashbacks et trips par exemple).

 

Ce très bon premier tome est complété d’un intéressant dossier sur l’histoire du LSD et même …d’un buvard imbibé de la dite substance !…

(non je déconne ! )

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? LA CUREE

 

 

C'est de Qui ? Jean-Pierre BOURTAYRE et Jean BOUCHETY

 

 

La couv'

 

 

Enquête sous acide  /  Jack Cool 1966  Vs.  La Curée

 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Comme il l’avait fait avec Les Liaisons Dangereuses ou La Ronde, Vadim, avec sa muse de l’époque en premier rôle (la belle Jane Fonda), adapte Zola en actualisant le propos.

 

La plupart de ces films ont évidement pris un bon coup de vieux (ils sont tous très ancrés dans l’atmosphère de la fin des sixties), et leurs musiques sont hélas dans le même cas.

 

Mais pour une BD se déroulant dans l’univers baba-cool des 70’s, pas de problèmes, bien au contraire !

 

Si on laissera de coté les chansons signées Bourtayre (parolier entre autre pour  Claude François) on se délectera des pistes entre jazz langoureux, flute mélancolique et sitar psyché de Jean Bouchety ; c’est la grande mode de l’ouverture musicale (et de chakras dans la foulée) et, tout comme les Beatles à la même époque, de nombreux musiciens s’intéressent aux possibilités de cet instrument.

 

Si très souvent ce n’est que pour son coté folklo il faut reconnaître qu’il installe une ambiance indissociable dans l’imaginaire collectif de l’expérimentation d’hallucinogènes de cette époque révolue.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 17:06

 

 

Revoilà donc les beaux jours, synonymes pour votre serviteur aussi bien d'emploi du temps chargé que de décompression et de farniente.

 

 

Summertime again!

 

Nous reprenons donc un rythme estival avec un peu moins de chroniques musicale et ce jusqu'à la reprise des hostilités de la part de nos cher éditeurs ce qui va nous laisser un bon mois et demi pour (re)découvrir quelques bonnes choses et, c'est de saison, profiter de la Saga de l'Eté de Gen.

 

Bonnes vacances à ce qui en ont et courage aux autres, quelle que soit la catégorie où vous vous trouvez, vous pourrez passer l'été avec  B.O BD!

 

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags