27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 16:25

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA FILLE DE L’OUVRE BOITE

 


C'est de qui : Rob Davis

 

 

Une Couv':

 

Filles Perdues   /   La fille de l'ouvre boite  Vs.  Little Girl Lost

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Warum

 

 

Une planche:

 

Filles Perdues   /   La fille de l'ouvre boite  Vs.  Little Girl Lost

 

Ca donne Quoi ? Vous vous souvenez peut être de cet intriguant album, l’Heure des Lames, chroniqué ici l’an passé ; on y découvrait un univers des plus atypique où, dans une Angleterre alternative et orwellienne, des ados fabriquaient leurs parents, où chacun connaissait la date de sa mort, ou encore, où la police n’est composée que de personnes du troisième âge.

 

La Fille de l’ouvre boîte nous y replonge de plein pied en nous narrant la jeunesse de Vera, l’héroïne du tome précédent, qui a décidé de sauver Scarper de son inéluctable décès.

 

Si la première partie de l’album s’inscrit sans la lignée de ces récits initiatiques de collège, de Courtney Crumrin à Gotham Academy en passant par Harry Potter, ce n’est que pour mieux en dynamiter les codes. Vera est une freak même dans ce monde surréaliste et ne rentrera clairement pas dans le moule, même si sa mère tyrannique en a décidé ainsi.

 

A la moitié du tome on commence à rattacher les wagons du premier, retrouvant la cavale de nos deux héros restants (Vera, donc, et Castro) et l’histoire s’emballe bien comme il faut.

 

L’univers de la série de Rob Davis, métaphore surréaliste et décalée de l’adolescence et de sa rébellion, portée par un beau graphisme en noir et blanc, plus délié que sur le précédent,  pourra surprendre certains lecteurs néophytes, les autres, plus exigeants et peut être plus ouverts, y trouveront à n’en pas douter leur compte.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est Quoi ? LITTLE GIRL LOST

 

 

C'est de Qui ? B. Herrmann

 

 

La couv'

 

Filles Perdues   /   La fille de l'ouvre boite  Vs.  Little Girl Lost

 

Déjà croisé sur B.O BD?  Plein de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne quoi? La série Twilight Zone a été pour Bernard Herrmann une véritable aubaine. Bac à sable musical aux possibilités très étendues, elle lui a permis, au gré des scénarios et épisodes de s’adonner à une pratique qu’il affectionnait dans la composition de B.O : l’expérimentation.

 

Ainsi sur ce Little Girl Lost, il marie des cordes assez surprenantes dans le genre : la harpe (quatre !), une viole d’amour (violon à double cordes dont un set résonnant par sympathie), et leur ajoute des vents, des percussions diverses et pour parfaire le tableau iconoclaste, un vibraphone.

 

Le résultat est tout bonnement excellent. Herrmann arrive à mettre tout ce petit ensemble au diapason (dans les deux sens du terme) et propose une musique qui passe de la douceur hypnotique à la répétition stressante en faisant un détour par la mélodie éthérée quasiment surréaliste.

 

Si manquant peut être un peu d’action pour certaines scènes de la fin de la Fille de l’Ouvre Boite, le score de Little Girl Lost éclaire avec réussite l’atmosphère décalée de la BD.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 09:22

 

 

Conclusion de notre cycle manga avec le nouveau tome d'une série d'un des genres les plus galvaudés de la BD, toute origine confondues, tout en restant originale. 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : STRAVAGANZA. TOME 4

 


C'est de qui : A. Tomi

 

 

La Couv':

 

A Boire et à Manga  /  Stravaganza 4  Vs.  Vanquish

 

Déjà lu sur le site? Oui, sur les précédents.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman.

 

 

Une planche:

 

A Boire et à Manga  /  Stravaganza 4  Vs.  Vanquish

 

Ca donne Quoi ? Je ne vous cache pas que les premières pages de ce nouveau tome de Stravaganza m’ont un peu décontenancé. En effet sur le début du voyage de Viviane, qui  l’emmène dans la cité de Reydin, peuplée d’habitants à la peau noire et dotés de queues de singe gigantesques, Akihito Tomi utilise pas mal des gimmicks de mangas lambda avec force mimiques exagérées et situations pseudo comiques.

 

Heureusement, rapidement les évènements prennent une tournure dramatique et le manga repart dans son esprit fantasy plus marquée.

 

Viviane arrêtée puis torturée pour le meurtre d’un des habitants de la ville, possédé par le même poison qui avait pollué le royaume de la Reine au casque de fer, va réussir à s’enfuir mais pour tomber de Charybde en Scylla.

 

Tomi, tout en exploitant son filon aguicheur revendiqué (ici il ajoute même une pointe de SM à l’érotisme soft  qui définit Stravaganza), arrive à tenir son lecteur en haleine avec des rebondissements dans l’action bien trouvés.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? VANQUISH

 

 

C'est de Qui ? Two Steps From Hell

 

 

La couv'

 

A Boire et à Manga  /  Stravaganza 4  Vs.  Vanquish

 

Déjà croisés chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? C’est donc le dixième album de Two Steps From Hell qui, rappelons se sont fait connaître en composant des musiques de bandes annonces de film avant de sauter le pas et d’écrire des compositions plus conséquentes qu’ils ont rapidement déclinées en albums plus ou moins conceptuels, que j’ai sélectionné pour aller avec ce quatrième volet de Stravaganza.

 

Vanquish a la particularité d’être une des seules galettes de Bergersen et Phoenix, les quatre mains derrière le combo, à n’être constituée que de pistes originales, jamais entendues auparavant.

 

On y retrouve les influences habituelles de Two Steps, Hans Zimmer et son écurie de Remote Control en tête, et avec ses embardées symphonico-électro brut de décoffrage, il est clair que le duo ne fait ni vraiment dans la finesse ni dans la grande originalité. Cependant même si parfois c’est un peu trop emporté, c’est de la musique qui va plutôt pas mal à la fantasy en général et à la quasi parodie de celle du jour en particulier donc bon, on valide et on essaiera de trouver quelque chose de moins lambda pour le prochain.

 

 

------------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 17:49

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : BONNE NUIT PUNPUN. TOME 1.

 


C'est de qui : Inio Asato

 

 

La Couv' :

 

A Boire et A Manga  /  Bonne nuit PunPun Vs. Solanin

 

Déjà lu chez B.O BD? Non

 

 

Une planche:

 

A Boire et A Manga  /  Bonne nuit PunPun Vs. Solanin

 

Ca donne Quoi ? Quand il sera grand, PunPun voudrait devenir champion de baseball, pour que son père soit fier de lui. Le jour où Aïko, la nouvelle élève de sa classe dont il tombe aussitôt amoureux, lui explique que la Terre sera bientôt inhabitable, il décide qu'il sera plutôt un "savant de l'espace", capable de sauver l'humanité et de l'amener sur une autre planète.

 

Qu'on ne s'y trompe pas, si le manga d'Inio Asano réunit tous les clichés de la comédie romantique nippone, c'est pour mieux les râper contre le mur absurde, voire malsain, de la réalité. Dès les premières pages, le père adoré de PunPun se révèle être un alcoolique qui bat sa femme, au point de l'expédier à l'hôpital. L'oncle Yûichi, jeune chômeur sympathique un brin largué, vient donc s'installer à la maison pour s'occuper du gamin. Malgré la gravité de la situation, ce dernier poursuit son apprentissage de la vie et mène l'existence "banale" d'un collégien passablement timide.

 

Entre discussions avec un Dieu hilare à coupe afro, découverte des premiers émois, masturbation et reluquages de revues pornos avec les copains, Asano livre le portrait à la fois attachant et explosif d'une enfance livrée à elle-même par des adultes tous plus barrés et irresponsables les uns que les autres, la palme revenant certainement au professeur de PunPun, aux crises de rire apoplexiques, et à la mère d'Aïko, une illuminée qui vend au porte-à-porte des bouteilles d'eau miraculeuse.

 

Oeuvre dense, fourmillant d'idées aussi improbables que géniales, dont l'une des plus réussie reste sans doute d'avoir donné à son héros (et aux membre de sa famille), l'apparence minimaliste d'un piaf mutique en forme de parapluie - ou d'une capote munie d'un bec ! - dans laquelle chaque lecteur peut se projeter, Bonne nuit PunPun confirmait déjà, en 2007, l'incroyable potentiel de l'auteur de La Fille de la plage.     

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? SOLANIN

 

 

C'est de Qui ? Ent (aka. Atsuhi Horrie)

 

 

La couv'

 

A Boire et A Manga  /  Bonne nuit PunPun Vs. Solanin

 

Déjà croisé ici? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? On reste dans l'univers d'Inio Asanato avec l'adaptation filmique de son quatrième manga, à laquelle l'auteur n'a pas participé, mais qu'il dit approuver à 100%.

Annonçant certaines thématiques qui seront reprises et approfondies par la suite, Solanin raconte la vie et les amours d'un jeune salary man (autre icône nippone incontournable) partagé entre son groupe de rock et la "mornitude" du quotidien.

Pour illustrer cette évocation poétique d'une "vie longue et ennuyeuse", Atshui Horrie a composé une BO pop mâtinée de spleen post-rock qui sied parfaitement au spleen de Bonne nuit PunPun.

 

 

 

 

--------------------------

 

 

 

 

Une chronique de Lio

Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 14:23

 

 

Un week-end placé sous le signe de la BD asiatique avec des nouveautés mais pas que, le tout, comme souvent, dans des genres très éloigné:

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : PLINE

 


C'est de qui : Yamazaki & Miki

 

 

La Couv':

 

A Boire et à Manga  /  Pline  Vs.  Elektra

 

Déjà croisés sur B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

A Boire et à Manga  /  Pline  Vs.  Elektra

 

Ca donne Quoi ? Après s’être fait connaître par la série Thermae Romae, Mari Yamazaki enfonce le clou de la Rome Antique avec cette évocation de Pline L’Ancien, un des grands esprits de son temps que l’on retrouve ici au pied du Vésuve, alors que le volcan est en éruption, à étudier, comme il l’a fait toute son existence, les phénomènes naturels.

 

Il y rencontre le personnage imaginaire qui sera le « fil conducteur » de la série, un jeune homme qui va devenir son scribe personnel et prendre des notes extensives sur toutes les réflexions et observations du maître, qui, à terme, composeront le sel des 37 volumes de l’Histoire Naturelle.

 

On assiste aussi dans ces deux premiers volets à ses relations complexes avec l’empereur Néron, à la triste réputation.

 

Les deux auteurs qui avaient déjà collaboré sur le dernier volet de Thermae Romae font preuve d’une belle alchimie sur ce titre. L’ultra réalisme des décors et la connaissance approfondie du sujet font le reste et si, époque oblige, pas mal des observations et affirmations du philosophe sont aujourd’hui dépassées, le témoignage historico-culturel sur un personnage finalement peu connu reste intéressant même si, personnellement je ne pense pas aller plus loin dans la série, j’ai fait le  tour du « genre » (le biopic historique en manga).

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? ELEKTRA

 

 

C'est de Qui ? Mikis Theodorakis

 

 

La couv'

 

A Boire et à Manga  /  Pline  Vs.  Elektra

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Tourné au début des années 60 cette adaptation de la pièce éponyme d’Euripides, ce long métrage grec dépassa largement les limites de sa contrée d’origine puisque elle sera présentée à Cannes et concourra même aux Oscars.

 

On doit sa B.O à Mikis Theodorakis qui, quelques années plus tard, connaîtra une renommée internationale méritée avec celles de Zorba, Z ou encore Serpico. De formation classique et versé dans l’art de la composition et de l’arrangement de chansons, Theodorakis met tout son savoir faire au service de l’illustration musicale de cette tragédie : utilisation d’instruments folkloriques, percussions hypnotiques, mélodies simples mais efficaces…mais pas que, certaines thématiques sont clairement construites sur des structures inspirées du jazz voire du jazz rock !

 

L’ensemble est assez déconcertant parfois dans son fourmillement d’idées et son mélange d’influences mais sans être pour autant trop décousu et donne une belle couleur à ces deux premiers tomes de Pline.

 

 

 

 

-----------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 08:24

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : CUL DE SAC. TOME 2.

 


C'est de qui : R. Thompson

 

 

La Couv' :

 

Tiercé gagnant!  /  Cul de Sac 2  Vs.  It Was A Short Summer - Charlie Brown

 

Déjà lu chez B.O BD? Non

 

 

C’est édité par qui ? Urban Comics

 

 

Une planche:

 

Tiercé gagnant!  /  Cul de Sac 2  Vs.  It Was A Short Summer - Charlie Brown

 

Ca donne Quoi ? Quand on parle de comics strips d’humour, il y en a deux en particulier que, très probablement comme pléthore d’amateurs, j’adule : les Peanuts et Calvin et Hobbes.

 

Le premier a bercé ma jeunesse à l’époque où Gallimard la publiait sous le titre Snoopy, probablement plus vendeur que l’original; le second a été une révélation quand je l’ai découvert en V.O, au tout début du collège, et c’est avec le blondinet et son tigre imaginaire que j’ai appris l’anglais (ou presque).

 

Ce doublé vient de se transformer en tiercé –gagnant !-  avec la série du récemment disparu Richard Thompson, Cul de sac, qu’Urban édite en intégrales classes dont vient de sortir le tome 2.

 

On y suit le quotidien de la famille Otterloop : le père et la mère, gentils « beaufs » déconnectés, Petey, pré-ado complexé à l’ami imaginaire encombrant qui se découvre un nouvel  et, surtout, la désopilante Alice, qui ne s’en laisse pas compter, qui dance sur une plaque d’égout ou encore qui n’hésite pas à remettre en question l’enseignement de son instit’.

 

Décalé parfois jusqu’au loufoque, plein d’un humour aussi subtil qu’il est parfois profond (pas mal de sujets sont abordés au fur et à mesure des strips), Cul de Sac, si pas révolutionnaire dans ses graphismes, est une perle dans son genre qui, comme ses prestigieux ainés, allie avec talent le  fond et la forme.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? IT WAS A SHORT SUMMER, CHARLIE BROWN

 

 

C'est de Qui ? Vince Guaraldi

 

 

La couv'

 

Tiercé gagnant!  /  Cul de Sac 2  Vs.  It Was A Short Summer - Charlie Brown

 

Déjà croisé ici? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Moyen Métrage adapté des Peanuts de Schultz, sorti dans les années 60, It was a short summer, Charlie Brown voit notre petite équipe enrolé de force par Lucy dans un camp de vacances.

 

Vince Guaraldi, compositeur attitré de versions animées de la série, jazzman de métier, fait osciller ses thèmes entre ritournelles bucoliques et fantaisies pop enjouées, le tout dans un état d’esprit groovy old school très agréable.

 

Musique essentiellement d’accompagnement plus qu’illustrative, où piano et cuivres sont les principaux instruments entendus (agréablement complétés par un vibraphone de temps à autre), cette B.O apporte une ambiance easy-listening aux mésaventures des Otterloop qui n’en ressortent que plus décalées et fun.

 

 

 

----------------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags