29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 16:31

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : CYNOCEPHALES 1

 


C'est de qui : Stefano Tamiazzo

 

 

La Couv':

 

Le meilleur ami de l'homme?  / Cynocéphages  Vs. The Edge

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

 

C’est édité chez qui ? EP éditions.

 

 

Une planche:

 

 

Le meilleur ami de l'homme?  / Cynocéphages  Vs. The Edge

 

Ca donne Quoi ? France, fin du XIX° siècle, perdu (caché !) dans une chaine de montagnes enneigées vit une communauté secrète d’êtres hybrides, hommes à têtes de chien, qui, de tout temps, a secrètement défendu les intérêts de la nation.

 

Mais, au fil des siècles, leurs missions se révèlent toujours plus ardues et dangereuses pour leur peuple, et, parallèlement, des rapprochements avec les humains se sont opérés, donnant naissance à des « métis » aux traits proches des nôtres.

 

La décision de certains de ne plus vivre comme des pestiférés va apporter tensions et division au sein des cynocéphages avec des conséquences irrémédiables sur leur avenir.

 

Dans un style graphique semi réaliste dynamique soigné aux influences franco belge classiques l’italien Stefano Tamiazzo donne vie à ses héros humains et anthropomorphes de façon très convaincante.

 

Un univers riche et intéressant qui ne demande qu’à être développé.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE EDGE

 

 

C'est de Qui ? J. Goldsmith

 

 

La couv'

 

Le meilleur ami de l'homme?  / Cynocéphages  Vs. The Edge

 

Déjà entendu chez nous? certes

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Ce qui est bien avec Goldsmith c’est que, en général, nonobstant le projet, le bonhomme évite de bâcler le travail.

 

Prenons ce thriller bucolique de seconde zone malgré un casting en vue, on ne peut qu’admirer la variété et la qualité de la musique.

 

Avec trois thèmes principaux, couvrant un large éventail de genre, Goldsmith évoque à la fois la sauvagerie primale de la forêt, le suspense tenace de la traque et l’action survoltée de certains passages.

 

C’est peut être sur ce dernier point où le bât blesse, en effet, avec une partition très orchestrale aux  passages parfois très enlevé, la musique est souvent trop « bonne » pour le support qu’il soit scénaristique ou visuel.

 

Si ce sont les cuivres qui se taillent la part du lion, les différents ponts joués par les cordes évoquent des scores précédents de Goldsmith, aussi disparates et éloignés que certains de ses premiers westerns ou The Shadow entre autre.

 

Une B.O qu’il est bon de ramener au premier plan!

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 06:01

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE CHATEAU DES ETOILES 3. LES CHEVALIERS DE MARS.

 

 

C'est de qui ? Alex Alice

 

 

La Couv':

 

Bretagne-Mars, aller simple?  /  Le Chateau des Etoiles 3  Vs. The Ligt at the end of the world

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité par ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Bretagne-Mars, aller simple?  /  Le Chateau des Etoiles 3  Vs. The Ligt at the end of the world

 

Ca donne Quoi ? Pour échapper à leurs poursuivants notre équipe revenue sur Terre fait profil bas en Bretagne, à l’abri des regards.

 

Mais il n’est pas évident de passer inaperçu quand on possède d’étranges machines volantes et bientôt les loups de tout bords (et même une louve couronnée !) reviennent hurler à la porte de Séraphin, Sophie et les autres, qui n’auront d’autres choix que de partir à la recherche du père de notre héros, direction… Mars !

 

Série aux multiples atouts, dont le superbe dessin, influencé aussi bien par Miyazaki que Disney n’est pas le moindre, le Château des Etoiles avec ce troisième tome toujours aussi réussi, plein d’humour et d’émotion,  tourne une nouvelle page de l’histoire qui promet d’être toute aussi passionnante.

 

Si le délai entre les albums tend à s’agrandir, et c’est bien là le seul regret que l’on puise avoir, la lecture de la nouvelle série d’Alex Alice, qui plaira à tout public, se révèle délicieuse, le soin apporté à la présentation des volumes n’y étant pas étranger.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 


C'est quoi ?THE LIGHT AT THE END OF THE WORLD

 


C'est de qui ?  P. Piccioni

 

 

La Couv’

 

Bretagne-Mars, aller simple?  /  Le Chateau des Etoiles 3  Vs. The Ligt at the end of the world

 

Déjà entendu chez nous ? Une fois au moins.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Je n’ai pas eu à chercher loin coté ambiance musicale pour ce nouveau volet du Château des Etoiles où l’influence de Jules Verne est omniprésente. C’est donc vers une version pour le grand écran d’un des romans de l’auteur français que j’ai fureté.

 

Production internationale où Kirk Douglas, gardien de phare à la pointe de l’Amérique du Sud, voit sa tranquillité dérangée par l’arrivée d’un cruel pirate interprété par Yul Brynner, partage avec la BD le thème de l’affrontement du « bien et du mal » et l’isolement géographique.

 

Le compositeur italien Piero Piccioni a porté un soin tout particulier à la musique de ce Light at the end of the world qui, de son propre aveu, fait partie de ses travaux favoris.

 

Trois thèmes distincts se dégagent de la B.O : celui du héros, plein d’allant et très héroïque, celui des pirates, chargé de suspense et de tension et enfin celui dédié à l’ile où le mystère et les envolée lyriques sont de rigueur.

 

Si l’on pourra déplorer l’usage d’une orgue un peu pesante de ci de là, notamment sur les passages romantiques, le reste de l’orchestre est utilisé à fort bon escient et fait de cette partition un compagnon idéal pour le Château des Etoiles.

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 11:51

 

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi : STRAVAGANZA 5

 

 

C'est de qui ? A. Tomi

 

 

La Couv':

 

A Boire et A Manga  /  Stravaganza 5  Vs.  Arthur Roi des Celtes

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité par ? Casterman.

 

 

Une planche:

 

A Boire et A Manga  /  Stravaganza 5  Vs.  Arthur Roi des Celtes

 

Ca donne Quoi ? Viviane a découvert les abominations responsables de l’empoisonnement des contrées voisines, avec une armée ennemie en marche vers une conquête totale, notre jeune héroïne décide de tenter de rallier les peuples libres afin de contrer cet effrayant adversaire.

 

Elle va devoir composer avec les égos de chacun et autres conflits d’intérêts. Arrivée à ses fins, une fois sur le champ de bataille, elle réalise la stupidité et l’horreur de l’affrontement.

 

Tomi passe à la vitesse supérieure avec ce cinquième volet qui prend une ampleur certaine que ce soit avec l’arrivée de nouveaux belligérants (les Albes pour les Elfes, les Kenwas –très typés mangas old-school) qui donnent lieu à de jolies scènes de stratégie où, sur toute la fin du volume, les séquences de batailles contre Orghs et Lézards, dantesques et sanglantes.

 

Du coup, les scènes à l’ambiance humoristique sont plus rares et celles de nudité tombent un brin comme un cheveu sur la soupe ; néanmoins Stravaganza reste clairement dans sa lignée de Fantasy décalée et bien écrite et reste plaisante à suivre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 


C'est quoi ? ARTHUR ROI DES CELTES.

 


C'est de qui ?  P. Lewis

 

 

La Couv' :

 

A Boire et A Manga  /  Stravaganza 5  Vs.  Arthur Roi des Celtes

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Rude tâche pour Paul Lewis que de fournir une B.O pour une série dont le thème principal n’est dû rien moins qu’à Elmer Bernstein.

 

Pourtant le compositeur britannique, qui collaborera ensuite avec les Monty Pythons, ne démérite pas, il privilégie l’utilisation d’instruments traditionnels sur des thématiques très inspirées de la musique médiévale.

 

Ses compositions sont rythmiques, simples et efficaces, elles restent des plus agréable en comparaison de la surenchère d’aujourd’hui et apportent une belle touche de réalisme à cette série qui elle, par contre, a du mal a passer l’épreuve du temps.

 

Avec l’aspect plus classique que prend le récit de ce cinquième volet de Stravaganza c’est très indiqué !

 

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 07:46

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : THE AUTUMNLANDS 2

 

 

C'est de qui ? Kurt Busiek – Benjamin Dewey – Jordie Bellaire

 

 

La Couv':

 

Héros et monstres : Autumnlands 2 vs Le choc des titans

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Urban Comics

 

 

Une planche:

 

Héros et monstres : Autumnlands 2 vs Le choc des titans

 

 

Ca donne Quoi ? Le tome 1 m'avait enthousiasmée mais ce tome 2 m'a un peu déçue. Les auteurs ont sacrément compliqué les choses avec l'apparition d'une femme, apparemment humaine, à la technologie très supérieure et qui est vue par Steven mais pas par Dunstan. En plus, on voit apparaître des androïdes à l'aspect de déesses grecques et 2 espèces animales : les belliqueuses chèvres et les doux moutons. La chute de la cité volante a entraîné pas mal de perturbations dans le mondes des Automnales (selon la traduction française)… et beaucoup de questions chez le lecteur.

 

Ce 2e tome m'a donné la pénible impression que Kurt Busiek recyclait son scénario écrit pour Redhand, série qu'il n'avait pas terminée. La même trame d'un soldat des temps anciens ramené à la vie et qui va se battre dans son nouveau monde pour survivre et pour tenter de comprendre comment il est arrivé là. Et peut-être une fin similaire avec mélange entre magie et technologie? Les personnages animaliers de Benjamin Dewey sont toujours expressifs et il fait pleurer les androïdes. Mais ses personnages humains sont un peu trop glaciaux à mon goût.

 

J'espère que la série ne va pas trop se prolonger et que nous aurons des réponses (et si possible la fin) dans le prochain tome.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CLASH OF THE TITANS

 

 

C'est de Qui Laurence Rosenthal

 

 

La couv'

 

Héros et monstres : Autumnlands 2 vs Le choc des titans

 

Déjà entendu chez nous?  oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Après un prologue aussi mélodramatique que possible avec plein de percussions et de cuivres claironnants, mais aussi des envolées lyriques de cordes, des morceaux plus doux ou plus violents constituent cette BO.

Le compositeur a joué sur tous les registres : des violons sirupeux pour des scènes "romantiques", des rythmes hachés, aux vents, pour le côté angoissant avec parfois des discordances; des rythmes ondulants pour les vols avec Pégase, des sons bien graves pour les apparitions du méchant de l'histoire ou pour le Kraken et un final grandiose avec tout l'orchestre… Bref de la musique très descriptive destinée à souligner les scènes sans pour autant les écraser.

 

Sans doute l'une des meilleures BO composées par Laurence Rosenthal qui a surtout travaillé pour la télévision… et qui accompagnera la lecture de l'album démesure pour démesure.

 

 

------------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 07:22

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LES FANTOMES DE NEPTUNE 2. RORQUAL

 

 

C'est de qui : Valp

 

 

La Couv':

 

Cthulhu sauce Mucha  /  Les Fantômes de Neptune 2  Vs.  Amok Time

 

Déjà croisée sur B.O BD ? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Cthulhu sauce Mucha  /  Les Fantômes de Neptune 2  Vs.  Amok Time

 

Ca donne Quoi ? Presque deux ans après un premier tome enthousiasmant, voici enfin la suite des Fantômes de Neptune qui, derrière une superbe couverture à l’inspiration Art Nouveau, confirme tout le bien que l’on pouvait espérer.

 

On retrouve notre héroïne, laissée en bien triste situation : aveuglée par l’artefact récupéré dans l’espace,  ses deux plus proches parents morts dans d’affreuses circonstances, Meena s’enfuit du seul endroit où elle aurait pû être en sureté pour tomber dans les griffes de Viktor Markgraff qui la trompe en se faisant passer pour amical et l’embarque à bord d’un aéronef volé direction Neptune.

 

Mais c’est sans compter sans la détermination de Marie et, surtout, celle de Montague, l’androïde qui cache décidément bien des choses !

 

Toujours sur un rythme effréné, Valp déroule un scénario prenant où elle mélange avec passion les ingrédients de l’aventure SF steampunk.

 

Son dessin et sa colo, aux confluents des genres (de, entre autre, Disney aux  « animes »mangas old school), sont tout bonnement épatants et, associés à une narration inventive et visuellement souvent étonnante (là aussi on pense parfois à l’Art Nouveau dans la mise en page) donnent à la série une véritable originalité et la plaçant aux cotés des classiques du genre.

 

Armons nous maintenant de patience pour lire la suite des aventures des Fantômes de Neptune !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? AMOK TIME

 

 

C'est de Qui ? G. Fried

 

 

La couv'

 

Cthulhu sauce Mucha  /  Les Fantômes de Neptune 2  Vs.  Amok Time

 

Déjà entendu chez nous? Oui.

 

 

 

On peut écouter ?  

 

 

Ça donne quoi? : Le vétéran Gérald Fried, collaborateur entre autre de Kubrick ou de Corman, a, dans une filmo plus que chargée, écrit pas mal pour le petit écran et, entre autre, pour la mythique série Star trek.

 

Si je ne suis pas un afficionado, loin s’en faut, de la série en question (je n’ai vu qu’une poignée d’épisodes des premières saisons dans les années 80), force est de reconnaître que Star Trek est un incontournable de la S .F.

 

Fried, qui a composé les scores de six épisodes (dont pas mal d’extraits seront réutilisés tout au long de la série), s’est, à mon sens, outrepassé sur Amok Time pour lequel il ne s’est pas contenté de ressortir les clichés du genre mais a, comme souvent dans son œuvre, souligné les passages plus psychologiques et insufflé du sentiment et de l’ "humanité" à sa musique.

 

Adepte de la B.O comme élément incontournable des images, Fried n’hésites pas à mélanger les atmosphères. Joueur de Hautbois il n’était pas rare que l’on retrouve des parties pour cet instrument dans des genres où il était absent habituellement.

 

Amok Time recèle également son lot de thèmes plus animés, où les cuivres et les percussions, renforcés par une basse électrique inattendue,  sont mis en avant dans des passages dignes de grands films hollywoodiens. L’extrait présenté ici sera d’ailleurs pas mal repompé dans les décennies suivantes.

 

Une musique variée et haute en couleur, à l’esprit délicieusement suranné et dont ce second volet des Fantômes de Neptune s’accommode parfaitement.

 

 

 

 

----------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags