16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 09:59

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : SEULE CONTRE LA LOI

 

 

C'est de qui ? Seiter & Wagner

 

 

La Couv':

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

 

Déja croisé chez nous? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

 

Ca donne Quoi ? J’étais étrangement passé à coté de cette adaptation par Roger Seiter, dont je suis, vous le savez, fort client, lors de la sortie du premier tome (sur deux), il y a maintenant une dizaine d’années.

Pourtant le scénario, adapté d’un roman de Wilkie Colins (qui occupe d’ailleurs un second rôle dans l’intrigue), avait tout pour me plaire : Dans l’Angleterre Victorienne de la fin du XIX° siècle, Valeria Brinton va voir son tout récent  mariage mis en péril par le passé de son époux, entaché d’une suspicion de meurtre.

 

Notre héroïne, en dépit des mœurs et coutumes de la société n’aura de cesse de découvrir le fin mot de l’histoire afin d’innocenter son mari.

Grace à l’intégrale parue au printemps chez Le Long Bec, agrémentée comme toujours d’une intro très informative, cet oubli est réparé et je ne le regrette pas, bien au contraire surtout que le scénariste a bien su capter l’atmosphère de l’écrivain et qu’il est une fois encore bien accompagné par le trait original et expressif de son compère Vincent Wagner.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? PURSUIT TO ALGIERS

 

 

C'est de Qui ? Divers

 

 

La couv' 

 

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui, tous.

 

 

On peut écouter? Vu qu'il fait trop chaud pour mettre un pied dehors, et que vous êtes probablement, bande de veinards, en vacances, je vous propose même de regarder le film en entier:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si la récente actualisation des histoires de Sherlock Holmes sur petit et grand écran a reçu – à juste titre- de chaleureuses louanges et critiques, ce ne fut pas toujours le cas.

En effet, dans les années 50, une suite de films avec Basil Rathbone dans le rôle titre, plaçait le détective dans l’immédiate après-guerre fit assez souvent grincer des dents.

 

Si l’on est loin de l’esprit des nouvelles de Conan Doyle, tout n’était pourtant pas à jeter aux orties dans ses longs métrages, à commencer par leur illustration musicale. Celle de cette Mission à Alger (mais oui, pourquoi notre détective ne pourrait-il pas prendre un peu des vacances lui aussi, hein !?) est des plus variée, et pour cause, on retrouve pas moins de 5 compositeurs cités au générique…ah, non, attendez, non-crédités en fait puisqu’il s’agit de « stock music », pistes écrites au kilo pour le compte des studios et étant destinées à être utilisées à tout va dans les productions de seconde zone.

 

Ainsi ce sont des partitions de gens comme Sawtell, Harline, Salter ou encore Skinner que nous pouvons entendre dans cette exotique enquête et, si vous venez souvent sur B.O BD, vous savez que tout ce petit monde connaît son métier et produit de la musique certes souvent calibrée mais toujours efficace.

 

Les ambiances sont panachées et, bien que les différences de style se font parfois entendre, le suspense reste le maître mot et les couleurs instrumentales, relativement identiques elles, forment une unité satisfaisante ; en tout cas pour l’accompagnement de Seule contre la loi !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:41

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : OLIVER ET PETER

 

 

C'est de qui ? Pelaez, Di Felice & Daniel

 

 

La Couv':

 

Variations Victoriennes  /  Oliver et Peter  Vs.  A Tale of Two Cities

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui pour le scénariste.

 

 

 

Une planche:

 

 

Variations Victoriennes  /  Oliver et Peter  Vs.  A Tale of Two Cities

 

Ca donne Quoi ? Si le Londres victorien est une mine d’or pour la fiction en général, avec des incontournable que sont les histoires d’Arthur Conan Doyle et de son Sherlock Holmes, celles de Stevenson  ou encore de la « légende »Jack L’Eventreur, j’en passe et des meilleurs.

Ici ce sont les esprits de JM Barrie (le papa de Peter Pan),  de Dickens et de HG Wells que convoquent les auteurs avec une récriture inventive et subtile de récits pourtant très connus.

 

Début du XX° siècle, Peter Pan et Oliver Twist, deux amis d’enfance, se retrouvent après presque vingt ans et réalisent que leur promesse de « ne jamais vieillir » a été empêchée par rien moins que Crochet lui-même. Tandis que ce dernier terrorise Londres nos deux amis vont découvrir l’invention fantastique d’un étrange inventeur qui permettrait de voyager dans le temps.

 

Dessin et couleurs  old school originaux, un peu « jeunesse » dans l’esprit et scénario inventif et mouvementé ; le premier tome d’Oliver et Peter réunit pas mal de qualités. Prévu en trois tomes, espérons que la suite tienne les promesses de ce premier volet.

 

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? A TALE OF TWO CITIES

 

 

C'est de Qui ?  R. Addinsell

 

 

La couv' 

 

 

Variations Victoriennes  /  Oliver et Peter  Vs.  A Tale of Two Cities

 

 

 

Déjà entendu chez nous? Une fois ou deux oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Adaptation fidèle du roman de Dickens, avec un Dirk Borgade convaincant (plus du moins que le reste de la distribution) ; A Tale Of Two Cities version 1958 –bizarrement tourné en noir et blanc- a la particularité d’avoir un score composé exclusivement au piano par Addinsell, coutumier du fait, tout en étant pensé pour un ensemble évidemment plus consistant d’instruments.

Le compositeur laissait cela dit la plupart du temps le soin à d’autres d’adapter ses partitions au besoin.

 

Rompu à l’exercice de l’illustration musicale, qu’elle soit de pièce de théâtre ou  radiophoniques pour la BBC, le britannique fournit une musique très expressive, souvent haute en couleurs, un peu à la manière des B.O du cinéma muet.

 

Si on n’a pas forcément un esprit victorien à proprement parler ici, les références musicales historiques pointent le bout de leur nez à plusieurs reprises et l’ambiance est clairement au drame et à l’aventure ; deux composantes principales de ce premier tome d’Oliver et Peter.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 07:12

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : L'ILE DU DOCTEUR MOREAU

 

 

C'est de qui ? Dobbs (scénario) – Fabrizio Fiorentino (dessin) – Matteo Vattani (couleur) – Herbert George Wells (auteur du roman original)

 

 

La Couv':

 

Qui a peur du grand méchant… homme? / L'île du docteur Moreau vs King Kong

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Une planche:

 

Qui a peur du grand méchant… homme? / L'île du docteur Moreau vs King Kong

 

Ca donne Quoi ? Un naufragé, Prendick, est recueilli par un bateau qui transporte une drôle de cargaison composée de cages contenant divers animaux sauvages. Montgomery est celui qui convoie ces cages avec un homme d'aspect étrange.

Ils abordent sur une île isolée où est installé le docteur Moreau. Ce grand biologiste a dû s'exiler suite à un scandale évoquant des vivisections animales et autres expériences cruelles.

Prendrick découvre vite l'étrange " humanité" que crée Moreau en opérant à vif les animaux : homme-léopard, homme-cochon, homme-singe, femme-félin… Malgré la Loi mille fois répétée, l'animalité reprend le dessus et Moreau est tué, puis Montgomery. Quand Prendick est recueilli sur une barque en mer, personne ne le croit.

 

La Science-Fiction balbutiante à l'époque de Wells a trouvé en lui un de ses grands créateurs. Cette époque se passionnait pour les découvertes scientifiques et Wells a rêvé les dérives possibles : physique, chimie et biologie.

Force est de constater que ses personnages principaux sont fous ou complètement désorientés… si ce n'est au début de l'histoire, c'est à la fin. Moreau est un personnage fascinant et inquiétant qui a nourri le cinéma dès son invention ou presque… pas mal pour un roman de 1896!

 

Dobbs est resté très fidèle au roman. Je crois qu'il a bien fait car cette œuvre est tellement connue qu'il y avait un grand risque de défigurer l'histoire et décevoir les lecteurs. En plus, elle reste toujours très actuelle et n'a pas vieillie.

 

Je n'aime pas toujours le style réaliste dans les dessins, mais ici Fiorentino n'avait vraiment pas le choix et il était nécessaire qu'il soit d'une fidélité graphique presque photographique pour les visages des hommes animaux… qui n'ont sûrement pas été faciles à dessiner.

 

Un album qui est une bonne introduction à la lecture du roman pour ceux qui ne le connaissent pas encore.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? KING KONG

 

 

C'est de Qui   Max Steiner

 

 

La couv'

 

Qui a peur du grand méchant… homme? / L'île du docteur Moreau vs King Kong

 

Déjà entendu chez nous?  Oui plus d'une fois!

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Je voulais absolument avoir du Max Steiner sur cet album. Ce grand compositeur de musiques de films a su magnifiquement décrire le côté jungle effrayante au début de cette BO de King Kong

 

En fait, c'est typique des BO des années 30, âge d'or hollywoodien, distillant l'angoisse à grands coups de trompettes claironnantes et bois sombres sur fond de tamtams obstinés ou violons langoureux. 

 

Pour accompagner les errances d'hommes animaux, rien ne vaut la musique du film du grand singe trop "humain"!

 

 

 

----------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 12:16

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : COMME UNE ODEUR DE DIABLE

 

 

 

C'est de qui ? L. Lefeuvre adapte C. Seignolle

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

Ca donne Quoi ? Cinq courtes histoires où l’on va croiser pêle-mêle un menuisier médium à ses heures pour son plus grand malheur, un paysan qui a eu le malheur de se frotter à la mauvaise personne, un dentiste trop peu regardant sur les canines qu’il pose ou encore un malheureux muet victime d’une populace trop superstitieuse.

 

Entre autres choses, grâce soit rendue à Laurent Lefeuvre, qui, via ses adaptations, m’a fait découvrir Claude Seignolle parfait chainon manquant entre Edgar Alan Poe et Maupassant.

 

Et puisque l’on en est au rayon des comparaisons, arrêtons nous donc sur la partie magistrale de cet album : les graphismes ! De son trait réaliste sur-expresif, maniant les noirs et blancs de fort belle façon et utilisant le médium à bon escient avec autant d’astuce que de réussite, Laurent Lefeuvre livre à mon sens son travail le plus abouti à ce jour, se plaçant comme l’égal des cadors old school du genre, de Gene Colan où Bernie Wrightson (à qui l’album est d’ailleurs dédié) aux figures marquantes du comics indés actuel, Eric Powell en tête.

 

Nous voilà à la moitié de l’année et je crois bien que je viens de lire l’un des albums les plus aboutis de 2017.

 

Lefeuvre a su faire siens ces récits d’épouvante tout en gardant leur saveur d’origine, du grand (9° ) art !

 

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi :TALES OF TERROR

 

 

C'est de qui ? Les Baxter

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

Déjà croisé chez nous? Plus d’une fois oui.

 

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on excepte les cadors de la Hammer, peu de compositeurs des 60’s peuvent se targuer d’avoir su mettre en musique l’horreur gothique comme Les Baxter.

 

Fort d’une grosse poignée de précédentes musiques de films du genre, dont, déjà, des adaptations de Poe, Baxter mélange ici avec science des éléments de pure terreur musicale opposant force retentissement de cuivres et glissements de cordes plus sournois, voix aériennes discrètes ponctuées de mélopées à la flute ou au hautbois.

 

Les pincées d’humour noir instillées par le réalisateur dans les trois contes adaptés (jugés autrement trop sombres) sont également évoquées musicalement par le compositeur mais de manière plus subtile, en gardant toujours cette tension sourde constante.

 

Bref du grand art, surtout quand on connaît le rythme de tournage de Corman qui, d’ailleurs, produisait en même temps que ces Tales Of Terror un film de SF dont la B.O était écrite simultanément par…Les Baxter !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 06:56

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LE LENDEMAIN DU MONDE

 

 

C'est de qui ? Coste & Cotte

 

 

La Couv':

 

Apocalypse Lendemain  /  Le Lendemain du Monde  Vs.  Le Bureau des Légendes

 

 

Déjà lus chez nous? Oui et Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

 

Une planche:

 

 

Apocalypse Lendemain  /  Le Lendemain du Monde  Vs.  Le Bureau des Légendes

 

Ca donne Quoi ? Le titre de la chronique n’est évidemment pas choisi au hasard. En effet le récit d’anticipation de Cotte et Coste est un hommage au Cœur des Ténèbres, de Conrad, adapté entre autre sur grand écran par F.F. Coppola dans son Apocalypse Now.

 

Le Lendemain du Monde se passe sur notre planète, dans un futur peut être pas si lointain,  où le trop plein de technologie et ses intelligences artificielles ont pris le dessus sur l’humain, dépendants de leurs multiples implants, les humains se voient menacés par une source de pouvoir inconnu qui a infiltré tous les systèmes électriques.

 

James Graham, un ex casque bleu est mandaté en Afrique afin de remédier à cette catastrophe, en employant la manière forte.

 

S’ensuit une longue quête/traque en forme de descente aux enfers où les protagonistes se suivent et ne se ressemblent pas, l’étrangeté étant leur constante.

 

Si je ne suis pas forcément très fan du style parfois un brin figé de Coste, il arrive néanmoins à poser une ambiance réussie et certaines cases et planches pleine pages sont assez époustouflantes.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? LE BUREAU DES LEGENDES. Saison 1.

 

 

C'est de Qui ? Rob

 

 

La couv'

 

 

Apocalypse Lendemain  /  Le Lendemain du Monde  Vs.  Le Bureau des Légendes

 

 

Ca donne Quoi ? Il faut reconnaître à Rob (pseudonyme de Robin Coudert) une vraie volonté de diversification dans ses genres d’interventions.

 

Après un film fantastique décalé, un slasher ou encore une comédie à la française, le voici sur la série thriller évènement de Canal Plus.

 

Pour Le Bureau des Légendes, 3 saisons au compteur, Rob, en étroite collaboration avec Eric Rochant, tisse une toile électro toute en tension, diversifiant les ambiances en fonction notamment des lieux où se déroulent l’action.

 

Nappes qui ne sont pas parfois sans faire penser à Vangelis et autres compositeurs de cette mouvance, paysages sonores inquiétants, rythmiques hypnotiques…mais également piano solo mélancolique…on sent que le compositeur a bien des cordes à son arc et puise à qui mieux-mieux dans son réservoir d’influences.

 

Une B.O hors du temps (qui, par contre ne passera peut être pas son épreuve) quasi parfaite pour ce Au Cœur des Ténèbres d’anticipation.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags