21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 17:23

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : BLANCHE NEIGE. LA FILLE A LA CHEVELURE MAGIQUE.

 


C'est de qui : Trif

 

 

La Couv':

 

Cycle BD X  /  Blanche Neige  Vs. Portrait of terror

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Une planche:

 

Cycle BD X  /  Blanche Neige  Vs. Portrait of terror

 

Ca donne Quoi ? On a croisé pas mal de versions dites « adultes » des contes classiques dans nos pages et, comme on l’a souvent fait remarquer, si l’on efface les interprétations de tonton Walt, devenues hélas pour beaucoup la norme, il s’avère que ces récits ne sont truculents que dans leurs formes d’origine, bien souvent loin d’être des histoires pour enfants.

 

L’italien Trif l’a bien compris puisque, depuis quelques années, il s’est attaché à réécrire des indémodables comme Cendrillon ou Blanche Neige en version érotique dans lesquelles il ne manque pas une occasion d’afficher la plastique affolante de ses héroïnes.

 

Si la trame reste foncièrement la même que celle que l’on connaît, l’artiste au trait semi réaliste sensuel a développé le rôle du Prince et mélange subtilement deux histoires puisque ce n’est rien moins que Raiponce qui s’invite à la fête, ce qui donne lieu à une poignée de scènes saphiques et autres ménages à trois excitants et parfois forts drôles.

 

Ajoutons à cela une utilisation maligne de Simplet, un prince pas des plus charmants,  ou encore la réhabilitation de Grimilde dans son rôle de marâtre (doublée d’un nympho sadique et, forcément, narcissique) le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour et de pas mal d’action, on peut dire que la Blanche Neige made in Tabou est une réussite du genre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? PORTRAIT OF TERROR

 

 

C'est de Qui ? J. Ottman

 

 

La couv'

 

Cycle BD X  /  Blanche Neige  Vs. Portrait of terror

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Celui qui deviendra le composeur quasi-attitré de Bryan « les films de Super-héros, c’est moi » Singer s’est également fait une spécialité des scores de films d’horreur.

 

Un an après avoir écrit une B.O inspirée pour une version sombre de …Blanche Neige (tiens !), il est mandaté pour mettre en musique un nouveau chapitre de l’éssouflée franchise Halloween qui, le septième tout de même, n’a vu le jour que parce que le réalisateur en vogue Kevin Williamson (Scream) et l’actrice has-benn Jamie Lee Curtis sont associés à son nom.

 

Faute de temps, le projet cafouille un peu niveau post-prod et ce ne sont qu’une partie des pistes d’Ottman qui seront retenues pour le film, mélangées hasardeusement à des chutes de scores d’autres films de Marco Beltrami à qui échouera la tâche ingrate de tout assembler au mieux (enfin le cas échéant on devrait écrire « au pire »).

 

Et c’est bien dommage car le travail original d’Ottman, qui porte les séquelles de la B.O du Blanche Neige sus-cité notamment dans les chœurs et murmures féminins, pendants sombres des gimmicks de Elfman, s’il sacrifie bien évidemment aux codes du slasher, n’en reste pas moins fort varié et ne se cantonne pas à n’être qu’une bête illustration de genre.

 

Ce mélange d’ambiances est à redécouvrir dans sa forme originale, pourquoi pas en lisant cette version débridée des contes de Grimm ?

 

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 17:04

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : PUZZLE

 


C'est de qui : Mig adapte Thilliez

 

 

La Couv':

 

Les pièces sont en place... /  Puzzle  Vs.  Les Rivières Pourpres 2

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Les pièces sont en place... /  Puzzle  Vs.  Les Rivières Pourpres 2

 

Ca donne Quoi ? Depuis pas mal d’années et les premiers succès de gens comme Grangié par exemple le thriller a le vent en poupe. Si le cinéma s’est rapidement intéressé à ces mannes à frics, il a fallu attendre les adaptations des best-sellers de Stieg Larsson pour voir le phénomène se développer dans la BD.

 

Aujourd’hui c’est un roman de Franck Thilliez, co adapté par lui même, que nous propose Ankama, qui a semble t-il décidé de développer dans le domaine.

 

Un groupe de 8 personnes se retrouve impliqué dans une sorte de jeu de rôle grandeur nature ultra secret où ils vont devoir résoudre d’étranges énigmes s’ils veulent trouver les clés leur permettant de gagner 300 000 euros. Rapidement faits inquiétants et autres faux-semblants vont mettre leur nerfs et leur équilibre mental à rude épreuve, rendant les limites entre jeu et réalité bien tenues.

 

Pour un coup d’essai c’est plutôt bien foutu, le style graphique hybride de Mig, spécialisé dans le manga depuis pas mal d’années, donne une personnalité inattendue à un scénario  qu’un trait plus classique franco-belge n’aurait pas forcement mieux servi.

 

L’histoire fonctionne sur des fils devenus des classiques : pèle mêle on citera l’amnésie, le monde du jeu virtuel/spectacle -égalité, le huis-clos tendu, le lieu – un asile désaffecté – bien flippant, les personnalités aux antipodes des protagonistes… et, si je ne suis pas client du genre il faut reconnaître que la mécanique est bien huilée et le suspense maintenu d’un bout à ‘autre même si certaines influences (Usual Suspects, Shutter Island,…) sont assez évidentes.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LES RIVIERES POURPRES 2

 

 

C'est de Qui ? Colin Towns

 

 

La couv'

 

Les pièces sont en place... /  Puzzle  Vs.  Les Rivières Pourpres 2

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Non

 

 

On peut écouter? Via Deezer par exemple vu qu'il n'y a pas d'extraits vidéo dispos, du coup je vous propose tout de même la Bande annonce:

 

Ca donne Quoi ? Si on a perdu en subtilité et en originalité entre les B.O du premier et second Rivières Pourpres (et entre les films et leurs interprètes aussi soyons clairs), coté métier et efficacité Colin Towns n’a pas trop à rougir face à Bruno Coulais.

 

Sa partition joue sur les codes du thriller en mettant à bon escient l’orchestre symphonique, les cordes en tête. Un peu d’électronique de ci de là pour insister sur ses effets de suspense et son ambiance lourde finissent de faire d’en faire un score quasi exclusivement illustratif mais relativement honnête et tout à fait à sa place en fond sonore de Puzzle.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 08:05

 

 

Bon, si vous vous retrouvez avec une écharpe ou un service à thé pour noël vous viendrez pas vous plaindre, ce sera pas faute de ne pas vous avoir conseillé de beaux bouquins!

 

La preuve par deux (de plus!):

 

 

 

L'ALBUM:

 

 


C'est quoi : LES FEES DE COTTINGLEY

 


C'est de qui : S. Perez & S. De La Villefromoit

 

 

La Couv':

 

 

Dans la hotte de B.O BD, Episode 3.

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

Dans la hotte de B.O BD, Episode 3.

 

Ca donne Quoi ? Au tout début du XX° siècle Sir Athur Conan Doyle, plus connu pour être le papa de Sherlock Holmes, se passionne pour une série de clichés où deux jeunes filles apparaissent entourées de fées, lançant par la même un phénomène d’une ampleur démesurée.

 

Canular, preuve de l’existence de créatures surnaturelles ? On apprendra presque un siècle plus tard que ce n’était qu’une mise en scène. Sébastien Perez s’est emparé du fait divers et en a tiré le récit imaginaire de l’une des deux fillettes que Sophie de La Villefromoit illustre de fort belle manière en allant puiser dans divers imageries du gothique au romantique lui donnant une personnalité aussi attirante qu’originale.

 

Un superbe livre illustré  qui remet en lumière une histoire surprenante !

 

 

 

-----------------------

 

 

 

L'ALBUM:

 

 

C'est Quoi ? ALICE DE L’AUTRE COTE DU MIROIR

 

 

C'est de Qui ? B. Lacombe

 

 

La couv'

 

Dans la hotte de B.O BD, Episode 3.

 

Déjà croisé sur B.O BD?  Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche :

 

Dans la hotte de B.O BD, Episode 3.

 

Ca donne quoi? Il y a de cela quasiment un an jour pour jour nous vous chroniquions la superbe version d’Alice aux pays des Merveilles de Benjamin Lacombe, voici que ce noël voit débouler la suite de notre héroïne …de l’autre coté du miroir.

 

Toujours dans une atmosphère faussement ingénue mais subrepticement baignée de souffre, l’auteur avec son style graphique aux confluent de ses recommandables influences (on pense à James Jean, à Tim Burton, mais aussi aux illustrateurs du début du siècle dernier, et j’en passe), continue l’exploration de sa vision du texte indémodable de Lewis Carroll, en proposant des jeux sur le fond et la forme encore plus aboutis et adéquats que pour le volume précédent.

 

Une relecture aussi admirable que virtuose qui redonne à cette Alice autant de sens que d’intérêt et qui sera une occasion en or pour le faire découvrir aux chères têtes blondes qui n’auraient pas encore la chance de la connaître.

 

 

 

 

-------------------------

 

 

Deux chroniques de Fab

Repost 0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 11:48

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : SHERLOCK HOLMES ET L’ENIGME DU JODHPUR

 


C'est de qui : Seiter et Manunta

 

 

La Couv':

 

Sherlock ...Sous le soleil /  Sherlock Holmes et l'énigme du Jodhpur  Vs.  Evil under the Sun

 

Déjà croisé chez nous? Oui, les deux.

 

 

C’est édité chez qui ? Le Verger.

 

 

Une planche:

 

Sherlock ...Sous le soleil /  Sherlock Holmes et l'énigme du Jodhpur  Vs.  Evil under the Sun

 

Ca donne Quoi ? Il n’est pas étonnant qu’après les excellentes séries Fog et Special Branch ou le récemment « sauvé des eaux » Venise Hantée, Roger Seiter soit allé se frotter à l’archétype du héros du roman policier victorien, Sherlock Holmes en personne.

 

Soucieux d’apporter sa touche personnelle à la création de Doyle, déjà adaptée des centaines de fois tous médias confondus, la scénariste a imaginé des aventures se déroulant juste avant et pendant le Grand Hiatus, période laissée dans l’ombre par l’auteur et, du coup, propre a être exploitée à loisir (ce qui est par exemple en partie le cas dans l’incontournable les Quatre de Baker Street).

 

On retrouve donc, dans le second des trois albums parus à ce jour chez l’éditeur alsacien Le Verger, notre détective à Strasbourg, où il tente d’échapper à la vendetta initiée par sa Némésis le professeur Moriarty, d’où il prendra un train pour la Suisse et retrouvera pour un sanglant face à face son ennemi de toujours aux chûtes de Reichenbach.

 

Porté disparu, Holmes est en grande partie amnésique et c’est avec Irène Adler, qu’il a retrouvé dans le second volet, qu’il s’embarque, dans L’Enigme du Jodhpur, troisième album qui vient de sortir, pour les Indes à la recherche de l’époux de cette dernière.

 

Sur fond de manipulations financières, de contre espionnage et autre malversations internationales, notre détective va avoir fort à faire, à commencer par la mort du capitaine du paquebot qui l‘emmène à Bombay, dont la résolution va permettre la guérison de son traumatisme.

 

Si dans l’ensemble on sent le respect du canon holmesien, les puristes regretteront peut être que le Holmes de Seiter fasse parfois plus penser à un aventurier qu’à l’image que l’on se fait traditionnellement du détective -véhiculée par des décennies de représentations diverses- de personnage secret, détaché voir parfois distant.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? EVIL UNDER THE SUN

 

 

C'est de Qui ? John Lanchbery arrange Cole Porter (enfin, façon de parler n’est ce pas !)

 

 

La couv' 

 

Sherlock ...Sous le soleil /  Sherlock Holmes et l'énigme du Jodhpur  Vs.  Evil under the Sun

 

Déjà entendu chez nous ? Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Probablement plus connu pour les tubes intemporels qu’il a écrits pour ses illustres contemporains, Cole Porter a également un peu œuvré dans le monde du cinéma.

 

Là cela dit, il s’agit d’adaptations de certaines de ses compositions par John Lanchbery qui réussit le tour de force de les faire sonner comme si elles avaient été pensées comme une B.O à part entière. Il n’hésite pas à ajouter des instruments comme le tuba ou le trombone notamment sur les lignes de basse, à en remplacer certains autres et à insufler ici un peu de suspense, là des phrasés plus enjoués.

 

Une musique un peu hybride mais pas inintéressante avec cette aventure exotique de Sherlock Holmes.

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 08:15

 

 

 

Si on aurait - très justement - pu nous taxer de clientélisme pour le cycle BD X du mois dernier, celui-ci (qui va encore faire exploser les stats) est honnêtement motivé par l’actualité du genre  et par des œuvres atypiques s’il en est…(et puis je doute que qui que ce soit vienne se plaindre de toute façon n’est-ce pas ^^)

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : GARDEN OF FLESH

 


C'est de qui :  G. Hernandez

 

 

La Couv':

 

Cycle Bd X  /  Garden Of The Flesh  Vs.  Salome Last Dance

 

Déjà croisé sur le site? Une paire de fois oui.

 

 

Une planche:

Cycle Bd X  /  Garden Of The Flesh  Vs.  Salome Last Dance

 

Ca donne Quoi ? Le co-auteur de Love and Rockets et d’une poignée de projets persos aussi divers qu’intéressants  revient en cette fin d’année pour une version de la Bible (c’est d’actualité) un peu…particulière !

 

Hernandez a choisi  en effet de présenter le début de l’Ancien Testament sous un jour pour le moins osé puisqu’il le traite sur le modèle de  l’érotisme, limite X.

 

Adam – qui apparaît avec une érection monstre- et Eve – née de la « semence » d’Adam !- s’envoient en l’air allègrement avant de croquer le fruit défendu (oui, ça ça ne change pas), d’être chassé de l’Eden, puis de donner naissance à Abel et Caïn, ce dernier tuant son frère, bla bla bla, Noé se trouve une femme, fait des galipettes dans tous le sens avec elle (fellation et cravate de notaire incluses !) puis leurs enfants font de même. Arrive le déluge, la construction de l’Arche, les couples d’animaux…bla bla bla…rebelote dans le bateau c’est le lupanar…

 

Cycle Bd X  /  Garden Of The Flesh  Vs.  Salome Last Dance

 

Bref, vous l’avez compris ce Garden of Flesh porte bien son nom, c’est une suite quasi ininterrompue de scènes de cul pour le moins explicites et, reconnaissons le assez répétitives. L’auteur s’est visiblement fait plaisir, dans un style minimaliste coloré pas loin de faire penser aux publications cochonnes d’antan, Tijuana Bibles en tête, il dynamite le sacré mais survole tout de même pas mal son sujet ; un juste milieu entre la version de Crumb et ce Garden Of Flesh aurait pu être excellent.

 

Pour conclure on notera la jolie présentation sous forme de petit livre noir, dans le genre carnet Moleskine, peut être un brin cher pour ce que c’est, la petite (aux deux sens du terme) centaines de pages, avec ses deux cases à chaque fois, se lisant fort vite.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SALOME LAST DANCE

 

 

C'est de Qui ? Divers

 

 

La couv' 

 

Cycle Bd X  /  Garden Of The Flesh  Vs.  Salome Last Dance

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Certains oui.

 

 

On peut écouter? Une des oeuvres entendues dans le film puis ce dernier dans son intégralité:

 

Ca donne Quoi ? Après le succès de Gothic, le sulfureux Ken Russell décide d’adapter Salomé la magnifique pièce d’Oscar Wilde (écrite en français pour la petite histoire).

 

Plutôt que de simplement se contenter du texte d’origine (probablement un brin court en tant que tel pour en faire un long métrage), il imagine une mise en scène de la pièce jouée devant Oscar Wilde lui-même en visite dans sa maison close de prédilection.

 

Vous savez, si vous venez nous voir au moins de temps à autre, que je suis un grand amateur du poète irlandais et je considère Salomé comme étant l’une de ses œuvres les plus réussies, Si je ne suis pas forcement amateur de l’œuvre de Russell, que je trouve datée et empruntée parfois, il faut reconnaître qu’il a su capter l’esprit de l’œuvre ‘et du personnage) de Wilde avec réussite.

 

Coté musiques, Rimsky-Korsakov, Satie, Debussy ou le moins célèbre mais tout aussi apprécié - chez nous en tout cas, on l’a croisé à quelques reprises – Jacques Ibert sont les compositeurs dont les œuvres parcourent cet étonnant film, et la légèreté entraînante alterne avec des choses un brin plus austères mais toujours atypiques. Tout ne sied pas à Garden Of Flesh mais quelques-uns des morceaux ont été fort agréables.

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags