17 janvier 2023 2 17 /01 /janvier /2023 14:33





 

LA BD:





 

C'est quoi ? FRIDAY



 

C'est de qui ? Brubaker & Martin



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Toute sa jeunesse, Friday l’a passé à éclaircir des mystères avec son meilleur ami Lancelot, un marginal comme elle.

 

Au moment de quitter leur patelin pour la fac, la jeune fille a voulu savoir s' il y avait quelque chose de plus entre eux et a quelque peu mis à mal leur amitié.



 

La voilà revenue le temps des vacances de fin d’année et à peine a-t-elle remis les pieds à King’s Hill que Lancelot l’entraîne sur une nouvelle enquête plutôt glauque qui fait rapidement ressortir de vieux démons.



 

Après plus de 3 décennies à exploiter extensivement l’univers du polar et des super-héros, avec un petit virage de temps à autre du coté du fantastique, voilà que le vétéran Ed Brubaker prend tout le monde de court avec cette nouvelle série, qui, si elle flirte avec ses genres de prédilection, se veut avant tout une histoire sur les relations d’adolescents.

 


 

Et pour ne rien gâcher, le scénariste se révèle un fin observateur avec ses personnages aux profils bien écrits qui n’ont rien à envier à ceux du spécialiste du genre.

L’histoire de ce premier volet, une fois le contexte installé, se révèle accrocheuse et riche en suspense comme en action.



 

Au dessin il s’est associé à l’espagnol Marcos Martin, lui aussi pas mal versé dans le super-héros, mais dont le trait atypique et anguleux n’est jamais meilleur que sur des séries un peu en marge, je pense notamment à Private Eye et Barrier, et qui donne ici au scénario de Brubaker une vraie personnalité et fait sortir le titre des sentiers battus.



 

Un habile et prometteur mélange des genres!






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi : GRIMM SEASON 2



 

C'est de qui ? R. Marvin



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ? Si la série TV Grimm malgré son mélange de polar et de fantastique ne m’a pas convaincu sur ses 6 saisons a maintenu un bon niveau sur sa B.O pas mal fichue qui emprunte autant aux anciennes musiques d’épouvante avec des effets instrumentaux intéressants, qu’aux canons actuels du genre.

 

Le compositeur joue autant sur l’étrangeté du monde surnaturel avec des mélodies aux échos  elfmaniens aux dissonances de cordes agréables, que sur le suspense et l’action- pas mal représentés- à base de pistes plus musclées avec  notamment un peu de guitare disto et un travail intelligent sur la rythmique et les effets de post prod.

 

Un mash-up de genres dans l’esprit de celui de Friday pour lequel il a fait une bande son plus qu’honorable.






 

---------------

 

Repost0
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 19:32

 

LA BD:





 

C'est quoi ? NOVEMBER. LA VOIX AU BOUT DU FIL.



 

C'est de qui ? Charretier et Fraction



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Sarbacane

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur le premier.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé nos trois héroïnes dans des situations tendues, face à des évènements qui les dépassent de loin.

 

Voilà que le destin les réunit pour une confrontation avec les bad guys de l’histoire et la tension devient explosive quand Kay, fliquette frustrée qui a décidé qu’elle ne fermerait plus les yeux, prend les choses en main et se sert de son arme!



 

Pour Emma et Dee le temps de la reprise en main de leurs vies est venu et elles vont devoir faire des choix radicaux face à des flics corrompus bien décidés à ne pas les laisser plomber leur trafic juteux, quitte à commettre l’irréparable.



 

Si lors de ma lecture du premier tome j’avais trouvé le scénar de Fraction un peu trop classique, il faut reconnaître que le métier du bonhomme  fait ici la différence et que la conclusion de son récit chorale est plutôt convaincante, avec ce qu’il faut d’action et de suspense et des personnages féminins assez nuancés et originaux pour emporter l’adhésion.

 

Côté dessin Elsa Charretier confirme qu’elle s’en sort aussi bien quand il s’agit de mettre en images de grosses franchises calibrées (Star Wars…) que des récits de genre plus indies (Infinite Loop ou, donc, ce November).

De son trait qui fait penser à celui de Cooke -surtout sur un tel récit- elle donne une vision originale du polar féminin glauque de Fraction. 






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :GONE



 

C'est de qui ? D. buckley



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable.



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ? Alternant grosses prods calibrées (Jason Bourne), séries TV à succès (Sandman, The Good Wife) et jeux vidéos blockbuster (Batman Arkham Knight), le britannique David Buckley s’est surtout spécialisé dans la B.O de thrillers sur petit et grand écran.

 

Pour cette série B sortie il y a une décennie, dans laquelle une jeune femme doit faire face à un tueur quand la police ne la croit pas (tiens!), il privilégie un certain underscoring d’ambiance, avec des plages instrumentales plutôt sobres aux accents mineurs qui créent un certain malaise.

 

Utilisant pas mal de sons et arrangements électroniques, le compositeur soigne aussi ses moments dédiés à l’action, avec une forte dose de percussions notamment.

 

L’ensemble est un peu passe partout et commence à dater mais reste de bon aloi pour faire office de score de polar urbain du type de November.





 

---------------

 

Repost0
19 novembre 2022 6 19 /11 /novembre /2022 14:55

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? RECKLESS. ELIMINER LES MONSTRES.

 

 

C'est de qui ? Brubaker et Phillips

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui souvent.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors qu’avec Anna, son associée slash protégée, l’ambiance n’est pas au beau fixe, Ethan Reckless se voit proposé d’aller fouiner sur les agissements d’un gros bonnet de L.A, un pourri qui a force de malversations immobilières a mis de nombreuses familles dans le besoin.

 

Se sentant une âme de robin de bois notre sociopathe accepte, sauf que cette fois le poisson est un peu gros pour lui et les conséquences vont être désastreuses.

 

 

Si j’avais bien aimé le premier volet de cette nouvelle série du duo le plus prolifique dans le comics hardboiled, je me suis tout de même demandé en ouvrant ce nouvel opus (le 3° déjà) si j’étais encore attiré par leurs recettes.

 

Le début du comics a failli me conforter dans cette idée, entre une voix off un brin caricaturale apposée sur une action sans quasiment aucun rapport avec le texte (et qui détourne même l’attention du lecteur alors que celle-ci s’avère importante) et la colo du fiston Phillips qui, à mon goût, ne rend pas forcément toujours justice au style du paternel.

 

Mais assez rapidement j’ai pu apprécier un « nouvel » aspect de Reckless. Brubaker, sans sacrifier à sa science de la narration et son amour du genre, inclut de ci de là des réflexions sur le temps qui passe, sur la psychologie humaine et autres état des lieux de l’humanité où elle en est arrivée qui sonne aussi juste que pertinent et parlent au quarantenaire avancé cynique que représente votre serviteur.

 

 

Ajoutez à ceci une intrigue bien ficelée et plus politique qu’à l’accoutumée et une évolution intéressante et bien décrite de la relation entre les deux personnages principaux, et vous obtenez un bon one-shot, dans le haut du panier de la production de Phillips et Brubaker, et ce n’est pas rien !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BROOKLYN AFFAIRS

 

 

C'est de qui ? D. Pemberton

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Deux décennies après une comédie romantique pas folichonne, Edward Norton repasse derrière la caméra pour un polar hommage non dénué de défauts mais clairement intéressant.

Pour la B.O c’est Daniel Pemberton qui s’en charge, et c’est une bonne chose, le bonhomme ayant déjà prouvé son amour et sa connaissance du jazz adapté pour l’écran.

 

Oui parce que Norton a décrété que le genre était celui le plus à même -outre d’accompagner un film noir évidement- de traduire le syndrome de Tourette dont est affublé le héros.

Outre donc de la musique diégétique des scènes se passant dans un club de jazz ; Pemberton mise sur un quatuor d’instruments qui a fait ses preuves : Trompette, saxo, contrebasse piano et batterie.

 

Entre thèmes plutôt classique et morceaux limites free-jazz à mi-chemin entre l’illustration musicale et l’expérimental, le compositeur souffle le chaud et le froid sur une partition à l’approche résolument moderne pour un  résultat est étonnant d’efficacité et de fraicheur.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
6 novembre 2022 7 06 /11 /novembre /2022 17:42

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? THE PLOT HOLES

 

 

C'est de qui ? S Murphy

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Urban

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Une équipe fort disparate comptant en ses rangs un personnage de manga, une vampire futuriste, un métamorphe ou encore un homme coincé dans le corps d’un enfant se charge de corriger voire effacer les incohérences et autres aberrations dans les…œuvres de fiction !

 

Issus eux-mêmes de romans divers et variés nos héros ont fort à faire surtout avec tout ce que la littérature compte de sous genres et -surtout- d’apprentis écrivains pas toujours inspirés.

 

Mais quid de leurs origines, de leurs vécu ? Quand certains tentent de se souvenir ou d’y échapper, leur existence même est remise en question.

 

 

Si, quand il dessine des scénars signés Grant Morrisson, Scott Snyder ou Rick Remender, Sean Murphy imprime sa marque au monde des comics il faut cependant avouer qu’en solo la réussite est moins éclatante.

Malgré une idée assez réjouissante sur le papier, ce Plot Holes (littéralement les « trous dans l’intrigue » ) tourne vite court avec des suites de séquences pyrotechniques qui font plus bd de super-héros que mise en abyme méta.

 

 

Aurait-il proposé son concept à l’un des scénaristes sus-cités, voire, soyons fous, à un Neil Gaiman, nul doute que cette mini série aurait eu de quoi être excitante.

 

En l’état, si graphiquement c’est très abouti, comme souvent avec Murphy, on reste vite sur sa faim à la lecture de ce comics hybride.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE UMBRELLA ACADEMY SEASON 2

 

 

C'est de qui ? J. Russo & P. Virgile

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui pour Russo.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si elle reste relativement fidèle au comics de Wray et Ba, la version Netflix d’Umbrella Academy s’ait s’en éloigner assez pour rester toute aussi originale et prétendre vivre sa propre existence artistique.

 

Atout que n’a forcément pas la version papier, Umbrella Academy en live se pare d’une B.O toute aussi décalée que son scénar.

Plus fun que la précédente, contexte hsitorico-politique oblige (l’Amérique des 60’s), parcourue de morceaux rock-pop anachroniques ou non, la musique de cette saison 2 est clairement surprenante et on sent le duo de compositeurs inspiré par le sujet.

 

Si, donc, l’humour est souvent présent, tension et action sot également de la partie et l’ensemble forme un magma musical certes parfois un peu disparate à l’écoute seule mais qui a fait beaucoup de bien au comics du jour !

 

 

 

 

---------------

Repost0
30 septembre 2022 5 30 /09 /septembre /2022 14:18

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE LABYRINTHE INACHEVE

 

 

C'est de qui ? J. Lemire

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Quand la fille de Will est morte, la vie de ce dernier s’est arrêtée.

Il s’est séparé de sa femme et est devenu l’ombre de lui même, fuyant les interactions avec les autres et s’enfermant dans une routine abrutissante.

 

Mais une nuit son téléphone sonne ; à l’autre bout du fil, la voix de sa fille qui lui demande de la retrouver.

Va alors commencer pour Will une lente descente dans une sorte de quête désespérée, menée par une obsession des labyrinthes -passion de sa fille- qui va l’amener à affronter ses propres démons.

 

 

Artiste aussi prolixe que varié, capable de passer sans problèmes du thriller glacé à l’hommage aux super héros, Jeff Lemire revient cet automne avec un projet ambitieux et très personnel, récit sur la perte d’un être cher et comment vivre avec, où il mélange avec un certain talent le fond et la forme.

 

 

La figure allégorique du labyrinthe (et du Minotaure par extension) dirige cette histoire que ce soit dans le scénario comme sur les planches, beaucoup étant composées de façon originale, un peu dans l’approche d’un Marc Antoine Mathieu.

 

Lemire dessine dans un noir et blanc de son trait expressif et délié, peut être un peu moins torturé que de par le passé, utilisant quelques nuances colorées pour ponctuer les séquences de son récit entre réalité et hallucination.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE LOST DAUGHTER

 

 

C'est de qui ? Dickon Hinchliffe

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une paire de fois oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Hinchliffe, le parangon du spleen musical, que ce soit avec les ex-Tindersticks ou dans ses œuvres pour le grand écran (dont as mal avec notre Claire Denis nationale) remet ça sur cette adaptation d’un roman à succès d’Elena Ferrante qui traite des relations de maternité et de culpabilité…oui, des thèmes que l’on retrouve dans l’album de Lemire, on fait bien les choses sur B.O BD n’est-ce pas ?!

 

Plus sérieusement, connaissant l’attrait du compositeur pour la mélancolie lancinante et l’utilisation d’instruments solos comme le piano ou certaines cordes, il y avait fort à parier que la B.O de The Lost Daughter allait envoyer du lourd coté déprime.

 

 

Si cette dernière est bien au rendez-vous, notamment via un thème de quelques notes de piano entêtantes,  il faut reconnaître à Hinchliffe quelques envolées plus optimistes qu’à l’accoutumée, qui ne sont pas sans faire penser à Nick Cave.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags