25 novembre 2022 5 25 /11 /novembre /2022 08:34

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SAINT ELME 3

 

 

C'est de qui ? Peeters et Lehman

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’énigmatique Phillipe Sangaré, frère de Franck, arrive enfin à Saint Elme où il retrouve madame Dombre et part à la recherche de son frère.

Ce dernier, enfermé dans une usine, parvient à se défaire de ses menottes et s’enfuit mais, après l’interrogatoire musclé du précédent tome, est dans un sale état.

 

Pendant ce temps rien ne va plus dans la famille Sax, les enfants prenant radicalement partie contre leur père abusif et tyrannique, et pouvant compter d’un coté sur un grand père au bras longs et aux méthodes radicales, et de l’autre sur le « derviche » aussi timbré que dangereux.

 

 

La tension monte d’un cran à Saint Elme et on sent bien que la conclusion ne pourra être que tragique, la conclusion de cet avant dernier tome donnant une idée de ce que tout ça risque de donner.

 

 

Mais faisons confiance au duo exceptionnel formé par Peeters et Lehman qui, en 3 albums, ont réussi à proposer avec Saint Elme quelque chose d’aussi prenant qu’inclassable, à l’identité graphique des plus atypique mais terriblement efficace.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : HUMANS

 

 

C'est de qui ? C. Tapia De Veer

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avec des débuts dans le classique et dans la pop électro, Cristobal Tapia de Veer s’est construit un bagage qui a forcément dû jouer dans son approche de la bande originale.

 

Celle qui va le faire découvrir au grand public (enfin « grand », façon de parler), pour l’excellente série Utopia, sera un coup d’essai/coup de maître puisque elle lui rapporte le prix Royal Television Society du meilleur score original.

 

Dans la foulée De Veer compose la musique de Humans, une autre série TV dystopique, gros succès pour la chaine Channel 4 qui surfe sur le fantasme des I.A humanisées.

 

 

Le musicien y reprend quelques aspects de sa B.O d’Utopia, notamment le « tout électronique » mais sans le coté décalé et humour noir de cette dernière, rajoutant au contraire aux sons étranges et rythmiques synthétiques, des nappes plus atmosphériques et robotiques qui amenèrent à la fois une ambiance mélancolique et menaçante.

 

 

Si on se focalisera sur les pistes les plus agitées de cette galette, on ne sera pas déçu par l’alliance des deux médias dont l’originalité se manifeste et se mélange au fil des pages et des mélodies.

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 10:11

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA BRIGADE CHIMERIQUE ULTIME RENAISSANCE

 

 

C'est de qui ? Lehman et De Caneva

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Paris, de nos jour, suite à une agression dans la métro un homme se transforme en rat humanoïde et sème la terreur dans les sous-sols de la capitale.

Les autorités font alors appel à Charles Dex, spécialiste des phénomènes étranges qui a notamment étudié l’existence d’êtres aux pouvoirs surhumains qui auraient vécu en France au début du XX° siècle.

 

Dex a pour mission de retrouver les éventuels survivants de ce qui s’appelaient alors la « Brigade Chimérique » afin de combattre la menace qui règne sur Paris.

Sa quête va l’emmener à plusieurs endroits du monde où il rencontre ces super héros atypiques et recrée une nouvelle Brigade.

 

 

Lehman livre avec ce pavé une belle suite à sa magistrale Brigade chimérique, œuvre phare à mon sens du super-héros à la française qui avait su, il y a déjà une décennie,  emprunter les bons codes du genre sans tomber dans le pastiche et en faisant preuve d’une véritable personnalité.

 

 A la manière d’un Alan Moore, le scénariste fait dans le récit « méta », hommage et référencé à la fois, tout en réussissant à être moins pointu, pour ne pas dire lourd, que le Barbu de Northampton.

 

Au dessin exit son dessinateur de la première Brigade et de l'Oeil de la nuit,  Gess, attelé à ses excellents Contes de la Pieuvre, c’est De Caneva avec son trait semi réaliste très détaillé (et fort bien mis en couleur par Lou) qui met en image cette Brigade du XXI° siècle.

Les deux auteurs ont déjà collaboré sur Metropolis et l’alchimie marche toujours bien (même si, personnellement je préfère le style plus atypique de Gess mais passons).

 

Graphiquement aussi les clins d’oeils sont nombreux et amusants à découvrir, l’album est divisé en épisodes (pensés au départ pour paraître séparément avant que l’éditeur préfère sortir le récit dans sa totalité).

 

Bel effort au final que cette version « actuelle » de la Brigade Chimérique, pleine d’action et de grand spectacle à laquelle on pardonnera sans problèmes ses petits « défauts » mineurs (le langage un peu cliché des jeunes de banlieue, la copine du scientifique qui ne semble penser qu’à la bagatelle quelle que soit la situation…).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SPIDER-MAN. NO WAY HOME

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A chaque décennie son héros…ou plutôt sa remise au gout du jour des personnages bankables à Hollywood.

 

Ainsi après la trilogie à succès du début des années 200 et celle avortée du début des années 2010, Marvel/Disney ont rebooté une nouvelle fois le lanceur de toile, probablement l’un des super héros- sinon LE super héros- le plus emblématique du genre.

 

Et il faut reconnaître que les longs métrages sortis jusqu’à présent sont convainquant, les résultats au box office du dernier en date établissant d’ailleurs des records.

 

Pour les B.O c’est Michael Giacchino qui a été choisi et le compositeur, si respectant assez sagement le cahier des charges, propose sur ce No Way Home une partition tonitruante.

Cuivres tantôt menaçants tantôt héroïques, cordes survoltées parfois jusqu’à l’hystérie, percussions caracolantes, on est clairement dans de l’héroïque épique hollywoodien pur jus qui tape là où ça réagit.

 

Le grand spectacle de qualité est donc au rendez vous de cette chronique du week end, que ce soit dans la bd de Lehman et De Caneva ou la musique choisie pour aller avec !

 

 

 

 

---------------

 

Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 10:49
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SAINT ELME 2

 

 

C'est de qui ? Peeters et Lehman.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui il y a peu.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Franck le détective privé lancé sur les traces de celui qui se fait appeler le derviche traverse une mauvaise passe : tabassé à mort par sa proie, le voilà aux mains de types louches qui travaillent pour la famille qui tient les rênes à Saint Elme, mais dont les membres n’ont clairement pas les mêmes projets pour la ville.

 

Pendant ce temps sa coéquipière de fortune attend l’arrivée du frère de Franck, l’étau se resserant autour d’elle, tandis que la jeune touriste, tombée sous le charme d’un gars local aussi énigmatique que flippé réalise que son père communique avec…quelqu’un d’intangible.

 

A peine quelques mois après un premier tome aussi intriguant que réussi, le duo magique Peeters/Lehman revient avec cette suite toujours aussi déroutante, pleine de violence et de suspense, aux protagonistes aussi décalés que son intrigue chorale.

 

Si l’atmosphère générale est délectable, et ce en partie grâce au trait hybride de Peeters toujours mis en couleur de façon radicale, espérons que le prochain épisode lève un peu le voile sur ce qui se trame à Saint Elme et le rapport entre les multiples personnages de ce thriller psychologique tendu !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE POWER OF THE DOG

 

 

C'est de qui ? J. Greenwood

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? comme le bon vin, jonny greenwood, gratteux des Radiohead devenu maître es-musique de film, se bonifie au fil des années.

Après des opus déjà remarquables pour le grand écran il a signé en 2021 deux bijoux de plus à sa couronne.

 

Pour ce western sur la masculinité toxique chez Netflix, Greenwood s’appuie sur les cordes une fois encore, corps d’instruments qu’il affectionne, le violoncelle en tête.

 

Thèmes lancinants, torturés presque déstructurés pour exprimer le désarroi et la souffrance, staccatos et autres vibratos en échos, sont le sel de cette partition magistrale, soudainement contrebalancés par des plages de piano solo qui oscille entre sérénité et folie désaccordée tourbillonnante, avec un contrepoint de violoncelle beaucoup plus classique.

 

Jouant sur les arythmies, sur l’aspect percussif d’instruments mélodiques, Greenwood signe là un score qui devrait peut être lui rapporter enfin un Oscar bien mérité…à moins que ce ne soit l’autre B.O écrite l’an passé. Mais on y reviendra.

 

En attendant délectez vous de ce moment de musique intense en fond sonore pour le deuxième tome non moins hypnotique de Saint Elme.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 11:43

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SAINT ELME 1

 

 

C'est de qui ? Lehman & Peeters

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, Lehman comme Peeters, et même ensemble.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans une bourgade européenne éloignée de tout, alors qu’un malfrat dézingue sa bande pour sauver un garçon, un détective débarque à la recherche d’un fils à maman tandis qu’une riche famille dysfonctionnelle magouille avec la maire du village.

 

Le duo Peeters / Lehman revient trois ans après le déjà très bon Homme Gribouillé avec ce premier tome de Saint Elme, phase de présentation des partis en présence où l’on trouve pêle-mêle des trafiquants patibulaires, un privé aussi caricatural que sa sidekick est marginale, une famille de mafieux en col blanc ou encore une sorte de communauté qui célèbre une cérémonie païenne qui tourne mal.

 

On sent bien que tout ceci va s’imbriquer mais pour l’instant l’ensemble reste délicieusement énigmatique.

 

 

La Vache Brulée  est un récit choral aussi hypnotique que nerveux, parfois déstabilisant, avec une noirceur constante- appuyée par le trait de Peeters et un choix de colo sombre voire glauque- et un casting aussi hétéroclite que décalé, digne d’une de ces -très bonnes- séries TV européennes que l’on a vu fleurir ces dernières années sur les Netflix et consorts, de Dark à Katla en passant par Black Mirror.

 

Lehman écrit et Peeters dessine mais on sent une vraie osmose au sein de leur processus créatif qui donne l’un des albums phares de cette rentrée !

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BECKETT

 

 

C'est de qui ? R. Sakamoto

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Reprenant le concept souvent payant du héros parachuté dans un environnement étranger et hostile, cette production Netflix ne restera pourtant pas dans les annales et ce malgré une bonne grosse dose d’action et de paranoïa tout au long du film.

 

Plus intéressante est sa B.O que l’on doit à la légende Ryuichi Sakamoto qui, après avoir pourtant écrit pour des grands du 7°Art (Oshima, Bertolucci, De Palma et j’en passe) n’a jamais rechigné à tenter l’aventure de la musique de jeu vidéo ou de télévision, le tout en menant de front une carrière perso aussi riche qu’éclectique.

 

Ici il propose une musique à la fois atmosphérique avec les nappes dont il a le secret, de celles qui oscillent de la mélancolie à l’étrangeté, mais aussi uber tendue avec des moments de suspense personnifiés par des ostinatos de cordes torturées sur lesquels viennent se poser de lourds sons de cuivres qui feraient baver d’envie un Hans Zimmer.

 

Le tout n’est pas parfois sans faire penser à du Penderecki sous amphètes et est, à on humble avis, bien trop bon pour le film pour laquelle cette B.O a été écrite.

Par contre, et c’est tant mieux du coup, ça fait un score juste parfait pour ce premier tome aussi halluciné qu’enlevé de Saint Elme.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 10:31

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : L’HOMME GRIBOUILLE

 

 

C'est de qui ? Lehman & Peeters

 

 

La Couv':

 

Esquisse de chef d'oeuvre  /  L'Homme Gribouillé  Vs.  The Game

 

Déjà lu chez nous? Oui les deux.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

 

Une planche:

 

 

Esquisse de chef d'oeuvre  /  L'Homme Gribouillé  Vs.  The Game

 

Ca donne Quoi ? Décidément, je ne voudrais pas être trop optimiste –ce n’est pas le genre de la maison en plus !- mais l’année BD 2018 commence clairement sous les meilleures auspices.

 

Alors que je viens de terminer les quelques 320 pages de cet impressionnant mélange des genres qu’est l’Homme Gribouillé, je me dis que Serge Lehman, scénariste inspiré s’il en est (lire par exemple la chronique musicale de l’œil de la Nuit ou encore celle de Metropolis) qui en plus a toujours le chic pour trouver l’artiste qui rendra au mieux sa vision, et Frederik Peeters, auteur complet capable aussi bien de livrer une saga socio-SF ambitieuse ou un western étrange dynamitant les codes, étaient fait pour se rencontrer et bosser ensemble.

 

C’est chose faite, et bien faite en plus.

 

Essayer de résumer l’Homme Gribouillé en lui faisant justice est une gageure. Sur la base scénaristique d’une quarantenaire séparée, tiraillée entre sa mère, figure imposante de l’écrivaine pour enfants à succès, et sa fille, ado rebelle, dont l’existence va du jour au lendemain basculer quant, suite à un AVC de sa mère elle va découvrir des pans entiers de l’étrange existence de celle ci, nos deux auteurs, s’entendant comme larrons en foire, vont, entre autre, invoquer un être aussi étrange que dangereux, une société secrète, des phénomènes surnaturels, l’Homme Sauvage de Wilder Mann, un groupe sioniste, une légende ancestrale et j’en passe !

 

Esquisse de chef d'oeuvre  /  L'Homme Gribouillé  Vs.  The Game

 

Si l’on pourra éventuellement tiquer sur certains déséquilibres dans le rythme (en même temps vu la longueur et la richesse de l’album ça ne fait pas de mal non plus !), force est de reconnaître que Peeters et Lehman livrent là une œuvre audacieuse qui fera date dans leurs carrières respectives, un de ces ovni du medium qu’on prend plaisir à lire, qui surprend souvent, et nous rappelle pourquoi la BD nous passionne.

 

Gageons que l’on en reparlera quand il faudra évoquer les meilleurs albums de 2018 !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE GAME

 

 

C'est de Qui ?  D. Pemberton

 

 

La couv' 

 

Esquisse de chef d'oeuvre  /  L'Homme Gribouillé  Vs.  The Game

 

Déjà entendu sur le site? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Le monde des séries télévisées souffre du même problème que celui de la BD, une surproduction doublée d’une standardisation qui rend tous les produits lisses et semblables et fait qu’on (enfin « je » pour le coup) se doit d’être sélectif si on ne veut pas avoir l’’impression de regarder cent fois la même série policière, juridique ou médicale, voire plusieurs de ses domaines à la fois.

 

C’est ainsi que j’ai peut être à tort fait l’impasse sur The Game, série d’espionnage britannique de la BBC (mais il n’est jamais trop tard pour bien faire me direz-vous) mais que je me suis intéressé à sa B.O vu qu’elle est signée Daniel Pemberton qui nous a pas mal emballé l’an passé sur ses scores précédents.

 

Dans un esprit très 70’s mais intelligemment agrémenté d’éléments aussi novateurs que disparates, Pemberton allie à une section de cordes, de percussions et à une flute basse : un cymbalum, un tuba désaccordé ( !) ou encore un oscilloscope samplé (!!).

 

Le résultat, à mi chemin entre les B.O de Fielding, Goodwin voire Schifrin mais avec une froide ambiance et un sens de l’illustration musicale rodé à des quantités astronomiques d’épisodes de séries tv ; le tout sonne très souvent bien en adéquation avec L’Homme Gribouillé.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags