26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 08:11

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? BETA ...CIVILISATIONS VOL. 2

 

 

C'est de qui ? Jens Harder

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/ l’An 2

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si cinq ans « seulement » avaient séparés les deux premiers volets de ce Grand Récit, il en aura fallu huit à Jens Harder pour accoucher de ce Beta, deuxième du nom (mais troisième de la série donc, vous suivez toujours ?).

 

L’attente en valait la peine et le contenu, l’Histoire -enfin une vision forcément tronquée et partielle/partiale- de l’Humanité, de l’avènement de Jésus Christ à nos jours, justifie évidement le temps passé sur l’ouvrage, la somme de l’iconographie et des recherches associées devant être colossale.

 

 

Car, pour ceux qui n’auraient pas eu la chance ou la curiosité de lire les précédents, le principe du concept est d’évoquer l’évolution de l’Homme via une suite d’images tirées, entre autres, de livres d’Histoire, d’images d’archives, de photos documentaires, mais aussi de BD, de films, de photos d’actualité, etc… le tout monté de façon essentiellement chronologique mais qui n’hésites pas parfois à être anachronique, histoire d’appuyer une idée ou un propos, sans pour autant que cela ne gêne la compréhension.

 

 

Au vu de la période couverte, l’accent est évidement mis sur la montée en puissance des diverses religions, souvent mises en oppositions avec des images en vis-à-vis voir en opposition, mais aussi sur les différences d’évolution des modes de vie, des coutumes, de l’architecture…des diverses civilisations.

 

 

L’ensemble, soyons clairs, n’a pas vocation à remplacer un livre d’Histoire, l’artiste le précise lui-même en fin d’ouvrage, mais apporte au contraire un autre point de vue sur des évènements et des pages de notre vécu qui, surtout au vu des évènements de ces dernières décennies (années, mois !) et de l’état actuel du Monde, sont souvent éclairants et montre à quel point l’homme, s’il a pu faire preuve d’un génie hors norme, capable d’aller explorer l’espace par exemple ou d’inventer des outils surprenants, a surtout été depuis l’aube des temps, l’artisan de sa propre perte, que ce soit dans son désir constant d’expansion aux dépends du monde qui l’entoure ou dans sa pugnacité à exterminer son prochain.

 

 

Concluons sur la forme tout de même, Jens Harder reproduit méticuleusement sa documentation, y apportant tout de même sa touche personnelle et traitant le tout dans une trichromie noir-blanc et soit doré soit argenté d’un effet saisissant.

 

 

Les amateurs de culture pop souriront souvent en tombant sur une vignette de Prince Valiant, Schwarzenegger en Conan le Barbare, un extrait d’Astérix ou encore une poignée de références de pop-culture bien placées car souvent aussi insolites qu'inattendues.

 

Un grand'oeuvre à n'en point douter dont on espère voir la conclusion dans un ultime tome qui devrait évoquer le futur de l'Humanité (si d'ici là elle ne s'est pas auto-détruite of course!) 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MOUNT ANALOGUE

 

 

C'est de qui ? J. Zorn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sorti il y a tout juste dix ans, Mount Analogue a été une étape marquante dans la recherche continuelle de la polymorphie musicale par son auteur, le toujours surprenant John Zorn.

 

On retrouve dans cet album concept des ingrédients qui ont fait la réussite d’autres œuvres marquantes de l’artiste : le mélange de jazz et de musique folklorique des Masada, le coté illustratif de ses fausses B.O de films, l’expérimentation instrumentale, mélodique et rythmique de certains de ses opus moins accessibles…

 

 

Mount Analogue, pour l’auditeur qui se laisse happer et n’a pas peur d’entrer dans des territoires musicaux inhabituels, voire surnaturels parfois, c’est une œuvre d’art à part entière, au sens premier du terme, des instruments comme le guembri, l'oud et la calebasse cotoient un vibraphone, une guimbarde, un piano et j'en passe, le tout dans un maelstrom hypnotique de sons. 

 

La richesse et la variété de cette œuvre s’apprécie d’autant plus en lisant le livre 2 de Beta auquel les multiples influences et autres atmosphères font un écho certes un brin surréaliste mais à l’impact d’autant plus éclatant.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
14 août 2022 7 14 /08 /août /2022 08:12

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? AVALER LA TERRE

 

 

C'est de qui ? O. Tezuka

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Si Tezuka est généralement reconnu comme e « Dieu du Manga », tout n’est pas de qualité égale dans sa riche production, loin s’en faut.

De son propre aveu, cette œuvre de « jeunesse » qu’est Avaler La Terre, si ambitieuse et riche thématiquement (la présence de l’Homme sur la Terre étant une cause de nuisance pourquoi ne pas l’éradiquer), est aussi inégale et non dénuée de défauts.

 

Commandée par un magazine pour publication mensuelle, cette histoire de vengeance d’une fort belle femme par l’intermédiaire de ses 7 filles sur le genre masculin, via ses plus riches individus, part sur d’intéressantes bases et possède de belles scènes d’action et de philosophie mais se voit alourdie de séquences annexes souvent quasiment hors sujet qui, si elles éclairent tel ou tel élément de l’histoire, n’amènent rien à son développement.

 

 

Le héros est également assez atypique, ivrogne un peu benêt sur qui le charme vénéneux des filles de Zéphyrus ne fonctionne pas mais qui ne pourra pas empêcher ces dernières d’accomplir leur funeste mission, notamment en utilisant à grande échelle une peau synthétique révolutionnaire qui fait que n’importe qui peut prendre n’importe quelle apparence.

 

Au final cette histoire fourre tout parfois laborieuse à suivre bénéficie heureusement du savoir faire narratif et graphique du maître japonais et recèle une poignée de fort belles séquences, mais reste loin des chefs d’œuvre de son auteur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE ANDROMEDA NEBULA

 

 

C'est de qui ? Y. Lapinsky

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Soucieuse de ne pas se laisser distancer par le cinéma U.S, surtout en pleine Guerre Froide, l’URSS de la fin des années 60 produit son lot de films de genre, et notamment de SF.

 

Si coté jeu d’acteur approximatif et scénar de seconde zone, les productions soviétiques n’ont rien à envier à leur rivales, elles bénéficient souvent de plus de moyens financiers, étant commanditées par l’État (même si, en contrepartie, la censure stricte du régime impose des thématiques et messages politisés dont je vous laisse deviner la teneur).

 

The Andromeda nebula est donc loin d’être un film marquant du genre mais sa musique tient la dragée haute aux scores de SF américains, avec à la fois des phrasés hérités des grands compositeurs classiques et de cinéma russes (qui bien souvent étaient les même, Prokoviev en tête) mais également toute une batterie d’effets intéressants, que ce soit au niveau de l’utilisation d’instruments de façon inhabituelle (cordes pincées, percussions éparses et inattendues, vrombissements électroniques atmosphériques)…

 

L’ensemble sonne certes suranné et un décalé mais, finalement, pas plus, que le manga de Tezuka du jour pour lequel il fait une B.O amusante même si, durée de la partition et longueur du manga obligent, fatiguant sur le long terme.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Repost0
bobd - dans Manga Indés Tezuka SF Lapinsky
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 08:49

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE ROI JEHAN

 

 

C'est de qui ? B & M Des Mazery

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Editions Lapin

 

 

Déjà croisées sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Oyez, Oyez braves gens l’histoire du Roi Jehan de Potigugni, triste sire qui règne sur son royaume de Mont-Tournure avec aussi peu de clairvoyance que de bienveillance.

Ni les plaintes de ses sujets, ni la sagesse de sa royale épouse, ô combien délaissée, n’y changent rien ; et voilà que le sombre monarque, martel en tête, part guerroyer dans un conflit perdu d’avance.

 

Mais qu’est-ce donc qui fait ainsi voir ROUGE à sa majesté ?

Il semblerait qu’il complexe sur ses attributs masculins, certes peu développés, mais ce n’est pas en tirant dessus ou en tirant tout ce qui bouge ayant une paire de seins que les choses vont changer.

 

Le souverain du royaume d’à coté, fort bien membré lui, défie donc notre roi de Petiquiqui et voilà que c’est la guerre !

 

Que voilà un ouvrage original et atypique ! Joli livre au format à l’italienne sorti aux éditions Lapin, Le Roi Jéhan a la particularité de pouvoir se lire tel qu’il est et/ou, une fois affublé des lunettes à filtre rouge fournies avec l’album, de découvrir un récit plus cocasse voire coquin, où naturisme et critique acerbe de la masculinité font bon ménage.

 

Si situé à l’époque médiévale, le sujet est bien entendu toujours (tristement) d’actualité et le style graphique – forcément en bichromie-  qui fait penser aux illustrations ou aux tapisseries moyenâgeuses, est très réussi.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :VOUS N’AUREZ PAS L’ALSACE ET LA LORRAINE.

 

 

C'est de qui ? V. Cosma

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Sans atteindre le niveau d’hyperactivité de son comparse italien Ennio Morricone, Vladimir Cosma connaît, dans les années 70 et 80, une période de (sur)production assez hallucinante.

Rien qu’en 77, l’année où sort cette comédie historique décalée, écrite, réalisée et jouée par Coluche, il couche sur le papier pas moins de 5 scores.

 

La qualité reste pourtant constante preuve en est la partition de Vous n’aurez pas… où Cosma (sous pseudo !) marie avec bonheur les codes de la musique de comédie d’action et les influences médiévales à base d’instruments plus ou moins d’époque, ou sonnant comme tel (les vents notamment).

 

Une B.O légère et très agréable que ce soit à l’écoute seule ou comme fond sonore de cette double lecture des malheurs du Roi Jehan le mal pourvu !

 

 

 

 

---------------

 

Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 08:11

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? KESSEL. LA NAISSANCE DU LION

 

 

C'est de qui ? Mailliet & Charpentier

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Joseph Kessel, l’homme aux mille vies, personnage plus grand que nature, écrivain doué doublé d’un aventurier insatiable qui a bourlingué des immensités glacées de Russie aux déserts d’Afrique, méritait bien une bio dessinée à sa hauteur.

 

On peut dire que le duo derrière ce généreux album réussit à rendre hommage à l’auteur du Lion (probablement son œuvre la plus connue –merci l’éducation nationale d’une certaine époque- mais loin d’être la plus représentative).

 

Mélangeant éléments biographiques et passages de romans, entrecoupant intelligemment le récit de notes explicatives, ils retracent quelques unes des nombreuses expériences de Kessel en en faisant un roman d’aventures historiques passionnant.

 

Coté graphisme c’est également très réussi,  on navigue entre une certaine école franco-belge née dans la mouvance des Sfar et Oubrerie au Corto Maltese de Pratt, l’époque évoquée étant la même que celle dans laquelle se déroulent les aventures du marin romantique qui aurait tout à fait pu croiser Joseph Kessel lors de ses pérégrinations de papier.

 

Un biopic enthousiasmant comme on aimerait en lire plus souvent.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE HORSEMEN

 

 

C'est de qui ? G. Delerue

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Delerue est à l’apogée de sa carrière américaine quand John Frankenheimer le préfère à Jerry Goldsmith ou son compatriote Maurice Jarre pour mettre en musique son ambitieuse adaptation du roman de …Joseph Kessel.

Précurseur en quelque sorte ici de l’utilisation de ce qu’on appellera plus tard la world music (dont Peter Gabriel sera le héraut via son label de prod), Delerue marie avec un talent indéniable l’exotisme des déserts d’Afghanistan et le classicisme du haut du panier de la B.O du cinéma d’aventure de l’époque.

 

Nous avons d’un coté une cithare folklorique qui apporte une touche de mystère et de dépaysement associée à une alternance entre chœurs masculins dans les basses et cuivres profonds qui évoquent les dangers et le suspense et de l’autre des passages plus romantiques, qui ne sont as sans faire penser à d’autres œuvres du compositeur, notamment ses scores historiques puisque l’on retrouve une orgue aussi inattendue qu’efficace.

 

Une B.O qui a traversé avec brio l’épreuve du temps et qui est à la hauteur du sujet de la bd du jour.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

 

Repost0
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 14:03

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA DERNIERE COMEDIE DE PAOLO PINOCCHIO

 

 

C'est de qui ? L. Varela

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tanibis

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’Ange déchu, jamais à cours de stratagème pour essayer de se venger de son Ancien Patron, cherche à récupérer la corne des muses qui lui redonnerait son antique pouvoir.

 

Hors il s’avère que l’artefact a été dissimulé là où on irait le moins le chercher, au beau milieu de la figure du prince des menteurs, Paolo Pinocchio.

 

Voilà notre dépravé bouffon objet des convoitises de puissances qui le dépassent, et obligé de naviguer entre poissons revanchards, créatures tentaculaires et autres dragon vengeur.

 

 

Perle de l’éclectique collection des éditions Tanibis, le Paolo Pinocchio de Varela revient aujourd’hui, quasiment une décennie après un premier tome déjà jouissif,  pour cette « dernière » comédie, encore joyeusement déjantée, où l’on découvre la genèse du pantin de bois trash.

 

 

Dans un style graphique qui est un peu le chainon manquant entre Hyeronimus Bosch et… Mike Mignola, et dont on a pu apprécier la belle évolution au fil des années sur B.O BD, Varela balade son anti-héros entre enfer de Dante et monde actuel sauce Matrix sur un ton aussi jubilatoire aussi rafraichissant que personnel.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : HUIT ET DEMI

 

 

C'est de qui ? N. Rota

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on pourrait reprocher parfois à Nino Rota son obsession pour la musique de cirque et le fait qu’il en foute de partout chez son compère Fellini, force est de reconnaître que sur Huit et Demi, avec son cortège de femmes pour un seul homme, la bonne humeur est de rigueur.

 

Et d’une certaine bonhomie à une fanfare grand guignol, en passant par un peu de jazz racé, la partition de Rota n’en manque pas, de bonne humeur.

 

Si ce sont les cuivres qui sont évidement à la fête, le reste de l’orchestre n’est pas en reste : des hautbois guillerets, des cordes enjôleuses, ça virevolte et ça se bidonne à tous les étages, tout comme dans ce nouveau Pinocchio et sa cohorte de protagonistes déjantés, et ses rebondissements délirants !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags