14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 08:29

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : GONZO

 


C'est de qui : Will Bingley et Anthony Hope-Smith

 

 

La Couv':

 

BD Parano  /  Gonzo  Vs.  Birdman

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Nada.

 

 

Une planche:

 

BD Parano  /  Gonzo  Vs.  Birdman

 

Ca donne Quoi ? Enfin ! Une BD sur l’inventeur du Gonzo journalisme, ce fan de la Beat Génération qui allait mettre en pratique le Sur La Route de Kerouac, sur les traces de ses prédécesseurs. Entre le reportage sur les Hell’s Angels qui tournera plus que mal, la course à Vegas qui finira en « parano », son impossibilité à assumer  paternité et ou vie de couple, sa tentative de se faire élire shériff ou encore ses renvois successifs de rédaction de journaux et magazines, la vie dissolue et surréaliste de Thompson méritait bien un album à part entière (oui, ok, y a bien Spider Jerusalem mais quand même).

 

Assez loin de l’image donnée par l’interprétation outrancière et cabotine de Jack Sparrow, Thompson est présenté ici comme le junkie et l’alcoolo qu’il était certes mais, avant tout, comme un artiste avide d’écriture, d’expériences nouvelles, de filiation avec ses illustres modèles.

 

L’autre grand atout de ce généreux one shot est son dessin accrocheur, trait charbonneux et nerveux, digne héritage d’une certaine école américaine old school dont les références aujourd’hui seraient à mi chemin du regretté Darwyn Cooke (période Catwoman)  et de Michael Lark, artiste croisé entre autre sur Gotham Central.

 

Des titres à des années lumières du genre de la bio de Thompson donc et justement c’est là qu’est l’originalité, plutôt que de choisir quelque chose d’attendu et de passe-partout (comprenez « réaliste ») le scénariste (ou peut être plus probablement l’éditeur d’origine) a su opté pour une option gagnante.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? BIRDMAN

 

 

C'est de Qui ? Antonio Sanchez

 

 

La couv'

 

BD Parano  /  Gonzo  Vs.  Birdman

 

Déjà entendu sur B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Attention : concept ! Pour la B.O de ce film surprenant (et un brin maniéré d’accord,  moins que le suivant cela dit mais ne nous égarons pas) avec un Michael Keaton (qui aurait d’ailleurs pu faire un meilleur Hunter S. Thompson de cinéma que Johnny le Cabot) ressuscité, Innaritu fait appel au batteur Antonio Sanchez, ex sideman de Chick Corea et actuellement derrière les fûts pour Pat Metheny (excusez du peu !).

 

Le résultat est tout bonnement hallucinant, avec son seul instrument rythmique Sanchez dynamite les codes du score et produit un ovni avant-gardiste qui s’avère même particulièrement mélodique, contre toute attente.

 

Si je conçois qu’à l’écoute seule ça puisse vite devenir fatiguant, malgré la virtuosité du musicien, c’est assez surprenant à la lecture d’une BD, surtout quand celle-ci évoque le « pape du Gonzo » !

 

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 12:51

 

A des années lumière de l'"indé" d'hier, la suite d'une petite série qui a clairement tout d'une grande!

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA SUITE DE SKOLEM 2. DISPARITIONS.

 


C'est de qui : Kierzkowski & Marek

 

 

La Couv':

 

Bandes des Indés  /  La Suite de Skolem 2  Vs.  Attack of the crab monsters

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur le tome précédent.

 

 

C’est édité chez qui ? Editions Pirates.

 

 

Une planche:

Bandes des Indés  /  La Suite de Skolem 2  Vs.  Attack of the crab monsters

 

Ca donne Quoi ? On retrouve Roldek, son oncle Ratmir et l’intrigante Guéorguina (dans un bien inquiétant état !) dans un village perdu d’Europe de l’Est, toujours à la poursuite de la prochaine apparition de l’Homme en Noir. Notre héros va finir par comprendre que l’énigme de la Boule de Skolem et des tâches étranges sur la peau de la jeune femme sont liées à ce qui semble être une suite de voyages spatio-temporels et peut être arriver à mettre un terme à une aventure qui prend des proportions incongrues…mais à quel prix !

 

On en parlait il y a encore peu (avec Patience) le thème du voyage dans le temps est toujours un peu casse-gueule. Pourtant, et à ma grande satisfaction d’esprit plutôt cartésien, J.F Kierzkowski l’utilise à bon escient, sans tomber dans un imbroglio scénaristique et conclue en beauté une histoire prenante et bien menée que le trait « ligne claire » léger et expressif de Marek, tout en bichromie,  sert toujours au mieux.

 

Un diptyque réussi, de l’aventure intelligente et bien faite que les amateurs de grands classiques comme de S.F auront tout intérèt à découvrir.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? ATTACK OF THE CRAB MONSTERS

 

 

C'est de Qui ? R. Stein

 

 

La couv'

 

Bandes des Indés  /  La Suite de Skolem 2  Vs.  Attack of the crab monsters

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Malgré son activité quasi frénétique durant la période où il a composé pour les studios (140 B.O en 15 ans !), Stein n’a jamais eu la reconnaissance qu’ont obtenue certains de ses pairs. Il faut dire qu’il a essentiellement bossé sur des longs métrages dont la totalité du budget aurait à peine suffit à couvrir celui des scores de leurs films.

 

Pourtant, on l’a vu à plusieurs reprises chez nous, il serait dommage de passer à coté de la colossale et ô combien variée discographie de cet artiste inspiré par les grands noms de l’Age d’Or qui n’aura quasiment jamais l‘occasion de prouver qu’il valait probablement mieux que le cinéma de genre auquel il a été cantonné.

 

La musique de cette série B de 1957, réalisée par un certain Roger Corman (qui sera le premier à embaucher le compositeur et avec qui Stein collaborera à maintes reprises), est un bon exemple de score fantastique, où le manque de moyens est comblé par une inventivité thématique flagrante.

 

De par l’utilisation originale et fine d’instruments solistes en opposition (Vents/Cuivres, Cordes/Vents,…) la B.O sauve même  plusieurs fois le film du naufrage.

Très à propos avec le ton plus dramatique et le suspense exacerbé de la seconde partie de la Suite de Skolem.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 14:38

 

 

 

Un petit week-end dédié aux "indés" avec des choses fort éloignées mais toutes intéressantes, on commence avec une oeuvre déjà..."culte"?

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LAST LOOK

 


C'est de qui :  C. Burns

 

 

La Couv':

 

Bande des Indés  /  Last Look  Vs.  Jackie

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

Bande des Indés  /  Last Look  Vs.  Jackie

 

Ca donne Quoi ? Alors attention, je sens qu’à la lecture de cette chronique je vais avoir droit à une sacrée levée de boucliers de toute une intelligentsia autoproclamée connaisseuse, mais pas que, puisqu’il est probable qu’au sein même de nos rangs, mon ami Jet en tête, ça grince également des dents.

 

En effet, ayant profité de la sortie de cette intégrale de la trilogie de Charles Burns, souvent décrite comme un mélange toxique (hum !) entre Tintin et David Lynch (ou Burroughs, les comparaisons n’étant pas de moi), j’ai relu l’intégrale de l’œuvre.

 

Si, à la lecture des trois parties séparées dans le temps, j’avais pu trouver (et chroniquer dans ces pages) qu’en effet le bizarre de la chose était un élément fondateur, sur la longueur, Last Look (puisqu’il semble que ce soit maintenant son nom) se révèle bien plus une étude psychologico-amoureuse d’un looser qu’une œuvre d’anticipation flippante. Non, je n’omet pas les passages perturbants avec les créatures sauriennes, le monde extra-terrestre et autres étrangetés du « scénario », mais, la majeure partie du temps, on assiste surtout aux différents naufrages de la vie sentimentale de Doug, anti-héros par excellence, que ce que l’on explore un univers prometteur mais éparse et survolé.

 

Bande des Indés  /  Last Look  Vs.  Jackie

 

Reste la forme, hommage décalé et parfois virtuose, qui fait que Last Look reste une œuvre à part mais, à mon sens, un peu trop expérimentale pour vraiment convaincre.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? JACKIE

 

 

C'est de Qui ? Mica Levi

 

 

La couv' 

 

Bande des Indés  /  Last Look  Vs.  Jackie

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? L’étonnante Mica Levi, déjà responsable de la seule chose valable dans Under The Skin, ne semblait pas un choix évident pour la B.O d’un biopic sur Jackie Kennedy (jouée ici par la talentueuse Natalie Portman) là où l’on attendait plutôt un Desplats voire un Danny Elfman.

 

Chapeau donc au réal’ qui a  préféré faire appel à une artiste dont le goût avéré pour l’expérimentation sonore et un certain néo-minimalisme (oui, là d’accord j’invente, mais bon vous saisissez l’idée)  fait un écho profond et réussi au portrait d’une femme frappée par le destin, obligée de faire face envers et contre tout.

 

Levi, par l’utilisation de glissandos de cordes, que l’on trouvait déjà dans Under The Skin, qui donnent à ses compositions une étrange impression d’être exécutée à un tempo ralenti, parvient à exprimer le désarroi, le détachement nécessaire à une situation parfois surréaliste, sans oublier d’être glaçant si nécessaire.

 

Si pas aussi barré que son premier score, Jackie donne l’occasion à Levi de prouver qu’elle peut assurer sur de la production plus mainstream et devrait continuer à lui ouvrir des portes (attention par contre de ne pas tomber dans la redite ensuite !).

 

Si d’aventure David Lynch décidait d’adapter la trilogie de Burns, Mica Levi serait probablement plus désignée qu’Angelo Badalamenti.

 

 

 

-------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 13:01

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE CHAT QUI N'AIMAIT PAS LES CROQUETTES

 

 

C'est de qui ? Odrade

 

 

La Couv':

 

La nuit tous les chats sont gris  /  Le chat qui n'aimait pas les croquettes Vs.  Le nouvel espion aux pattes de velours

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

La nuit tous les chats sont gris  /  Le chat qui n'aimait pas les croquettes Vs.  Le nouvel espion aux pattes de velours

 

Ca donne Quoi ? Une série de petites histoires courtes racontant les virées nocturnes d'un chat domestique et bien nourri (aux croquettes) à la recherche de viande crue.

 

Cela donne des rencontres assez extraordinaires avec un lion (bien nourri à la viande crue lui!), un chouette qui va lui apprendre à chasser, des pigeons pas prêts à se faire croquer, des lapins angoissants, un cheval sympathique…

 

Odrade est une fantastique dessinatrice animalière et en noir & blanc, en plus. Ou plutôt en blanc & noir puisque l'album a été entièrement dessiné au crayon blanc sur du papier noir. Il faut un sacré talent pour offrir aux lecteurs autant de nuances de gris et des traits d'une finesse inouïe avec ce matériel.

 

J'ajoute que F'Murrr a écrit une préface tout en humour un rien absurde comme il le pratique depuis longtemps.

 

Un chouette cadeau à faire aux amoureux des chats!

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE NOUVEL ESPION AUX PATTES DE VELOURS

 

 

C'est de Qui Richard Kendall Gibbs

 

 

La couv'

 

La nuit tous les chats sont gris  /  Le chat qui n'aimait pas les croquettes Vs.  Le nouvel espion aux pattes de velours

 

Déjà entendu chez nous?  Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Pour ce remake d'un film Disney de 1965, le compositeur Richard Gibbs s'est partiellement inspiré de la musique du 1e film (composée par Bob Brunner) en conservant certains rythmes de danse. Mais il les a intégrés, pour Tailing the cat, dans une promenade nocturne du chat décrite par une alternance de styles et d'instruments : depuis la douceur des violons (qui miaulent parfois) jusqu'aux cuivres tonitruants accompagnés par une batterie marquant les pas… du chat.

 

Pas de biographie française détaillée pour Richard Gibbs à part le fait qu'il est ami avec Danny Elfman et qu'il a joué sur les claviers du groupe de rock  Oingo Boingo. Sa filmographie comporte pas mal de comédies telles que Les 101 dalmatiens (film), Dr. Dolittle ou Big Mamma. Mais il n'œuvre pas que dans ce registre puisqu'il a participé au film La Reine des Damnés et qu'il a composé la musique de la reprise de Battlestar Galactica en 2003.

 

2 chats en promenades nocturnes qui se croisent sur BOBD.

 

 

-----------------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 08:03

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE HAVRE. DE LA PREHISTOIRE A LA REVOLUTION.

 

 

C'est de qui ? D. Delahaye & Divers.

 

 

La Couv':

 

Le Havre dans sa bulle  /  Le Havre de la Préhistoire à la Révolution  Vs.  Ermessenda

 

Déja croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Petit à Petit

 

 

Une planche:

 

Le Havre dans sa bulle  /  Le Havre de la Préhistoire à la Révolution  Vs.  Ermessenda

 

Ca donne Quoi ? Comme cela avait été le cas pour Rouen, dont le tome 2 vient également de paraître, les éditions Petit à Petit continuent leur intéressant travail patrimonial en proposant cette fois ci un vision de l’histoire du Havre en BD.

 

Alternant, sur le principe gagnant du précédent ouvrage, parties documentaires et récit court  BD, ce premier tome se déroule chronologiquement de la Préhistoire jusqu’à la Révolution.

 

Cette partie de la France n’étant absolument pas mon fief, j’ai fait de passionnantes découvertes ; outre une évidente tradition maritime, j’ai également appris que la ville a subi les invasions vikings ou les sanglantes guerres de religion du XVI° siècle.

 

Les pages documentaires, rédigées par la spécialiste Béatrice Merdrignac, sont claires, bien présentées et avec une iconographie riche qui fera pâlir n’importe quel manuel scolaire ; je suis moins fan des parties purement BD, au fil conducteur ténu et aux styles semi-réaliste un peu trop passe partout pour moi mais assez bien réalisé pour plaire à un large lectorat ce qui est évidemment  l’intérêt d’une telle collection.

 

Le Havre dans sa bulle  /  Le Havre de la Préhistoire à la Révolution  Vs.  Ermessenda

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? ERMESSENDA

 

 

C'est de Qui ? A. Bataller

 

 

La couv'

 

Le Havre dans sa bulle  /  Le Havre de la Préhistoire à la Révolution  Vs.  Ermessenda

 

Déjà entendu sur B.O BD? Pas sur.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? S’il a bien inclus des éléments qu’il définit comme « archaïques » (!!) le but d’Arnau Bataller pour la partition d’Ermessenda n’était pas d’essayer de reproduire une quelconque musique historique.

 

Le compositeur, en utilisant beaucoup les cordes étouffées et notamment le violoncelle, est resté assez sobre dans ses thématiques, il a préféré mettre l’accent sur l’aspect humain, romantique et romanesque du scénario de cette série TV en gardant une approche d’écriture actuelle.

 

Le résultat, si évidemment loin de ce que l’on aurait pu espérer pour un biopic se déroulant au IX° siècle, est néanmoins assez convaincant et emprunt d’une solennelle beauté pour faire un accompagnement soigné sans être trop omniprésent aux différentes périodes historiques évoquées dans le premier volet du Havre en BD.

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags