27 décembre 2023 3 27 /12 /décembre /2023 19:54

 

LA BD:




 

C'est quoi ? LES MISÈRES ET MALHEURS DE L’AVERNE


 

C'est de qui ? Lucas Varela


 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui? Tanibis

 

Déjà croisé sur le site? Oui


 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ?Lucas Varela revient à son personnage culte, le malchanceux Paolo Pinnochio qui se retrouve à nouveau aux prises avec les 9 cercles de l’enfer et les créatures démoniaques qui les peuplent.

 

Tantôt bouilli à la marmite, pendu, jeté au cachot ou encore transpercé de flèche, le cousin délirant du célèbre pantin subit les affres de la damnation en une grosse vingtaine de planches/scènes totalement muettes mais ô combien parlantes.

 

 

Ce voyage infernal à la croisée de Tom Gauld et de Hieronymus Bosch, présenté dans un format cartonné à l’italienne est une superbe conclusion aux précédentes tribulations du héros de Varela.

 

Cet ouvrage très joliment édité a sa place dans la bédéthèque de tout amateur éclairé!




 

LA MUSIQUE:




 

C'est quoi : PARADE


 

C'est de qui ? Satie


 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui


 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?  Le ballet Parade a été créé en 1917 à Paris d'après un argument de Jean Cocteau, dans de décors de Pablo Picasso et sur la musique d'Erik Satie. Ballet surréaliste avant l'heure qui a beaucoup choque à l'époque avec son mélange détonnant de musique "classique" avec intervention de sirènes, de machines à écrire et autres cornes de brume… Il est parfois dit que c'est Jean Cocteau lui-même qui manipulait la sirène pour la première représentation!

 

Une musique légère (enfin pas toujours) et dont le côté fantastique et absurde s'accorde parfaitement à cette traversée des enfers ubuesque!




 

---------------

 

Repost0
16 novembre 2023 4 16 /11 /novembre /2023 14:12

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? OLOT



 

C'est de qui ? Dr Alderete



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Tanibis

 

 

Déjà croisé sur le site? Non



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ?La particularité de la petite ville espagnole d’Olot est de posséder une statue moaï.

Mais si, vous savez, ces énormes monolithes sculptés en forme de visages au front démesuré que l’on ne trouve normalement que sur l’ile de Pâques!

 

Bon et bien il y en a une qui trône au beau milieu d’Olot.

 

Est-ce à cause d’elle que l’histoire de la ville et de certains de ses habitants est digne d’un film de SF voire d’épouvante? Pas sûr mais ce qui est certain c’est que, outre la véracité de pas mal de ces anecdotes parfois surréalistes, on ne doit pas s’ennuyer là bas, si tant est que l’on soit fan de David Lynch s’entend!

 


 

Dr Alderete, spécialiste entre autre des statues citées ci dessus, livre avec cet étrange petit album une sorte de guide touristico-ésotérique de cette ville à part, le tout via des graphismes tout aussi étranges qui empruntent autant à la ligne claire franco-belge qu’au psychédélisme des BD de genre des années 70/80 avec un choix de colorisation - et de noir et blanc- hors norme.



 

Olot, sur le fond comme sur la forme, a le mérite d’être diablement original et plaira aux amateurs de 9° art qui sort des sentiers battus. 









 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :THE AIR IS ON FIRE



 

C'est de qui ? D. Lynch



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 


 

 

Ca donne Quoi ?  Il y a quasiment une décennie, alors que j’étais en visite dans la capitale, j’ai eu la chance de visiter une expo à la Fondation Cartier sur l’un des artistes les plus intéressants de sa génération, le sieur David Lynch. 



 

Cinéaste hors norme, photographe,  peintre trash, acteur à ses heures perdues et même designer de meubles (si, si !)…Lynch a également composé de la musique. 

Avec John Neff (Blue Bob, entendu chez nous), son compositeur attitré Angelo Badalamenti, mais aussi tout seul (avec plus ou moins de réussite). Il a donc écrit de longues plages d’une ambiant très sombre et atmosphérique, du genre que l’on pourrait entendre dans ses longs métrages, aux titres aussi (peu) évocateurs que « Théâtre », « Noir », « Intérieur », « Portique »( !)…mais plutôt que de musique à proprement parler, il s’agit plus de compositions sonores qui vrombissent dangereusement dans le lointain, parcourues de bruits soudains et souvent inattendus… 



 

Un « accompagnement musical » tout aussi étrange et décalé que la BD du jour que je ne saurais que vous conseiller de tester…sauf si vous êtes d’un naturel impressionnable, anxieux ou dépressif !






 

---------------


 

Repost0
3 novembre 2023 5 03 /11 /novembre /2023 10:35

 

LA BD:




 

C'est quoi ? MONICA


 

C'est de qui ? D. Clowes


 

La Couv':


 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.


 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Au travers de différentes périodes de son existence, qui commencent avant sa naissance, on suit ici la trajectoire de Monica, une américaine qui part en quête de la mère qui l’a abandonnée alors qu’elle était enfant, et de son père inconnu.


 

Au travers d’une paire de décennies de l’Histoire américaine, dont les éprouvantes années 70 où les traumas de la guerre du Vietnam et les pseudos révolutions psychédéliques  engendrent les paumés que sont ses parents, Monica connaîtra des expériences hors du commun, de son entrée dans une secte en passant par un contact d’outre tombe avec son défunt grand père ou encore diverses romance compliquées.


 

On me reprochera peut être de “classer” ce nouvel ovni de Clowes dans la catégorie “indés”, vu qu’il paraît chez Delcourt, éditeur majeur du paysage franco-belge, mais, à l’aune de la production comics, il est évdient que ce généreux one-shot ne s’adresse pas au public lambda.

Mais pas que…

Je dirais par exemple qu’il ne s’adresse pas forcément à moi, et ce malgré quasiment quatre dizaines d’années de lecture de BD, tous genres et styles confondus.


 

Graphiquement je suis plutôt client de ce que fait Clowes, surtout qu’ici il multiplie les approches artistiques et narratives, mais entre une narration beaucoup trop chargée à mon goût et pas toujours nécessaire (on croirait lire du Alix ou du Roy Thomas de la grande époque) et un scénario qui ne décolle jamais vraiment malgré quelques incursions dans le bizarre ou le fantastique.

 

J’adresse finalement un peu les mêmes reproches à Clowes qu’à Charles Burns sur sa dernière trilogie (dont vient de sortir le 3° tome en VF, on y reviendra peut être), de naviguer quasi constamment entre des genres quasi opposés sans jamais se fixer, au risque de perdre presque à coup sur certains lecteurs en route.






 

LA MUSIQUE:




 

C'est quoi :UNDER THE SKIN


 

C'est de qui ? M. Levi


 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Yep


 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour sa première B.O de film, projet qu’elle a concoctée dans le plus grand secret pendant neuf mois (quand on parle de gestation !), l’ex-DJ, leader de son combo trip hop, Mica Levi fait le grand écart entre le minimalisme expérimental d’un Glass ou d’un John Cale et l’easy-listening cracra, le tout remixé et digéré pour sonner abstrait et décalé.

 

Un violon distordu et euphorique vient se placer par plages sur des rythmiques quasi industrielles, ou l’improbable mariage entre une voie ferrée et un bal musette…mais ne soyons pas trop critique, c’est probablement la seule chose à sauver d’Under the Skin, film par ailleurs abscons, boursouflé et surestimé.

 

Et puis, surtout, ça a agrémenté plutôt bien le nouveau Clowes qui m’a, pour le coup, paru plus agréable.





 

---------------

 

Repost0
8 octobre 2023 7 08 /10 /octobre /2023 13:26

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? LE FILS DE PAN



 

C'est de qui ? F. Dori



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Sarbacane

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ?Le temps ne passe pas vite quand on est un être divin séparé de ses pairs (qui cuvent une cuite de trop au fond d’un lac) et coincé à côté d’un terrain vague que viennent parfois visiter quelques marginaux. 

 

Mais quand la déesse de la Lune en personne lui confie (enfin, lui impose serait plus juste!) son fils afin qu’il fasse son éducation (ce qui est une drôle d'idée vu le lascar) Eustis n’en demandait sûrement pas tant.

 

Ajoutez à cela Zoé, jeune femme hystérico-surmenée à la recherche de son paternel, un vieil homme ami d'Eustis et notre satyre se dit qu’il a tiré le gros lot.

 

Il va donc narrer à cet auditoire hétéroclite, complété par un chat qui parle (tant qu’à faire!), ses pérégrinations pour essayer de se débarrasser du rejeton et retrouver le père de Zoé.

 


 

Quatre ans après le déjà très bon Dieu Vagabond, Fabrizio Dori revient avec son héros atypique, sorte de loser magnifique attachant dans une espèce de voyage initiatique qui donne l’occasion à l’auteur italien de faire à nouveau preuve de tout son talent que ce soit de narrateur, avec un humour et un poésie qui font mouche, mais aussi d’artiste avec des compositions graphiques grandioses aux couleurs éclatantes qui mélangent illustration traditionnelle et hommage aux impressionnistes et à l’Art Nouveau avec pêle mêle à Degas, Van Gogh, Monet ou encore, last but not least Mucha.







 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :THE FRENCH DISPATCH



 

C'est de qui ? A. Desplat



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD



 

On peut écouter ?

 


 

 

Ca donne Quoi ? Pour leur cinquième collaboration, Anderson et Desplat - qui collaborent étroitement sur la composition musicale- proposent une partition enjouée et panachée, très désinvolte mais dans le bon sens du terme, avec des emprunts au classique, notamment à la musique de chambre avec l’utilisation d’un clavecin, mais,  aussi à la musique sérielle et atonale.



 

Le compositeur français expérimente ici en multipliant les corps d’instruments mais en n’en n’utilisant qu’un seul à chaque fois, comme un ensemble de solistes.

De la valse gaillarde à la fanfare en passant par des choses plus nostalgiques, le tout agrémenté de clins d’oeils à Satie, on obtient un score du haut du panier dans la filmographie de son auteur et un bouquet d’atmosphères aussi originales que l’album de Fabrizio Dori.






 

---------------

 

Repost0
17 juin 2023 6 17 /06 /juin /2023 08:35

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? LE NID



 

C'est de qui ? Marco Galli



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Sarbacane

 

 

Déjà croisé sur le site? Non



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Eté 1944, alors que le 3° Reich vacille sur ses bases pourries, Hitler et quelques-uns de ses proches (des gradés, sa maîtresse, quelques filles de joie, son médecin personnel,...) se sont retranchés dans un bunker perché dans les Alpes.



 

Sachant leur fin proche cette brochette de dépravés s’oublie dans des soirées où alcool, sexe et drogues font bon ménage tandis que le fuhrer, ombre de lui même, abruti par les médicaments et la paranoïa, oscille entre colère sourde, cauchemars éveillés et décisions stratégiques aussi jusqu’au-boutiste qu’inutiles.



 

Etrange idée pour un premier album que de raconter les derniers jours de l’un des pires être humains que l’on ait connu. 

 

A la manière d’un Fellini sous acide Marco Galli opte pour un graphisme décalé, qui n’est pas sans faire penser à celui de Gess dans ses personnages anguleux et expressifs, où couleurs vives et teintes blafardes se conjuguent pour évoquer ce crépuscule des démons dans un opéra orgiaque et déroutant.







 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :OPERATION VALKYRIE



 

C'est de qui ? J. Ottman



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 

 


 

Ca donne Quoi ?  J’ai toujours du mal avec les fictions historiques quand on sait que ce qui s‘est passé restera comme tel …mouais, je reconnais que cette phrase n’est pas très explicite, clarifions:

Prenons l’exemple de ce Valkyrie qui relate un attentat contre Hitler qui, évidemment, a échoué.

Malgré tout le talent des scénaristes, réalisateurs et acteurs, la fin étant de toute façon inévitable je trouve que le film ne fonctionne pas comme il pourrait.



 

Cela étant son score, composé par Ottman, faiseur moyen dont les seuls coups d'éclat sont ses collaborations avec Brian Singer (et encore), est plutôt avenant et, de plus, sujets obligent, très en phase avec la bd de Marco Galli.



 

En effet, outre quelques pistes chargées en suspense, le lyrisme des morceaux phares de l'album- pompeux à souhaits à certains moments- font un intéressant contrepoint aux excès relatés dans l’album et lui donne une dimension encore plus grandiloquente et décrépite. 




 

---------------

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags