16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 09:59

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : SEULE CONTRE LA LOI

 

 

C'est de qui ? Seiter & Wagner

 

 

La Couv':

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

 

Déja croisé chez nous? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

 

Ca donne Quoi ? J’étais étrangement passé à coté de cette adaptation par Roger Seiter, dont je suis, vous le savez, fort client, lors de la sortie du premier tome (sur deux), il y a maintenant une dizaine d’années.

Pourtant le scénario, adapté d’un roman de Wilkie Colins (qui occupe d’ailleurs un second rôle dans l’intrigue), avait tout pour me plaire : Dans l’Angleterre Victorienne de la fin du XIX° siècle, Valeria Brinton va voir son tout récent  mariage mis en péril par le passé de son époux, entaché d’une suspicion de meurtre.

 

Notre héroïne, en dépit des mœurs et coutumes de la société n’aura de cesse de découvrir le fin mot de l’histoire afin d’innocenter son mari.

Grace à l’intégrale parue au printemps chez Le Long Bec, agrémentée comme toujours d’une intro très informative, cet oubli est réparé et je ne le regrette pas, bien au contraire surtout que le scénariste a bien su capter l’atmosphère de l’écrivain et qu’il est une fois encore bien accompagné par le trait original et expressif de son compère Vincent Wagner.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? PURSUIT TO ALGIERS

 

 

C'est de Qui ? Divers

 

 

La couv' 

 

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui, tous.

 

 

On peut écouter? Vu qu'il fait trop chaud pour mettre un pied dehors, et que vous êtes probablement, bande de veinards, en vacances, je vous propose même de regarder le film en entier:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si la récente actualisation des histoires de Sherlock Holmes sur petit et grand écran a reçu – à juste titre- de chaleureuses louanges et critiques, ce ne fut pas toujours le cas.

En effet, dans les années 50, une suite de films avec Basil Rathbone dans le rôle titre, plaçait le détective dans l’immédiate après-guerre fit assez souvent grincer des dents.

 

Si l’on est loin de l’esprit des nouvelles de Conan Doyle, tout n’était pourtant pas à jeter aux orties dans ses longs métrages, à commencer par leur illustration musicale. Celle de cette Mission à Alger (mais oui, pourquoi notre détective ne pourrait-il pas prendre un peu des vacances lui aussi, hein !?) est des plus variée, et pour cause, on retrouve pas moins de 5 compositeurs cités au générique…ah, non, attendez, non-crédités en fait puisqu’il s’agit de « stock music », pistes écrites au kilo pour le compte des studios et étant destinées à être utilisées à tout va dans les productions de seconde zone.

 

Ainsi ce sont des partitions de gens comme Sawtell, Harline, Salter ou encore Skinner que nous pouvons entendre dans cette exotique enquête et, si vous venez souvent sur B.O BD, vous savez que tout ce petit monde connaît son métier et produit de la musique certes souvent calibrée mais toujours efficace.

 

Les ambiances sont panachées et, bien que les différences de style se font parfois entendre, le suspense reste le maître mot et les couleurs instrumentales, relativement identiques elles, forment une unité satisfaisante ; en tout cas pour l’accompagnement de Seule contre la loi !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 12:16

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : COMME UNE ODEUR DE DIABLE

 

 

 

C'est de qui ? L. Lefeuvre adapte C. Seignolle

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

Ca donne Quoi ? Cinq courtes histoires où l’on va croiser pêle-mêle un menuisier médium à ses heures pour son plus grand malheur, un paysan qui a eu le malheur de se frotter à la mauvaise personne, un dentiste trop peu regardant sur les canines qu’il pose ou encore un malheureux muet victime d’une populace trop superstitieuse.

 

Entre autres choses, grâce soit rendue à Laurent Lefeuvre, qui, via ses adaptations, m’a fait découvrir Claude Seignolle parfait chainon manquant entre Edgar Alan Poe et Maupassant.

 

Et puisque l’on en est au rayon des comparaisons, arrêtons nous donc sur la partie magistrale de cet album : les graphismes ! De son trait réaliste sur-expresif, maniant les noirs et blancs de fort belle façon et utilisant le médium à bon escient avec autant d’astuce que de réussite, Laurent Lefeuvre livre à mon sens son travail le plus abouti à ce jour, se plaçant comme l’égal des cadors old school du genre, de Gene Colan où Bernie Wrightson (à qui l’album est d’ailleurs dédié) aux figures marquantes du comics indés actuel, Eric Powell en tête.

 

Nous voilà à la moitié de l’année et je crois bien que je viens de lire l’un des albums les plus aboutis de 2017.

 

Lefeuvre a su faire siens ces récits d’épouvante tout en gardant leur saveur d’origine, du grand (9° ) art !

 

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi :TALES OF TERROR

 

 

C'est de qui ? Les Baxter

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

Déjà croisé chez nous? Plus d’une fois oui.

 

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on excepte les cadors de la Hammer, peu de compositeurs des 60’s peuvent se targuer d’avoir su mettre en musique l’horreur gothique comme Les Baxter.

 

Fort d’une grosse poignée de précédentes musiques de films du genre, dont, déjà, des adaptations de Poe, Baxter mélange ici avec science des éléments de pure terreur musicale opposant force retentissement de cuivres et glissements de cordes plus sournois, voix aériennes discrètes ponctuées de mélopées à la flute ou au hautbois.

 

Les pincées d’humour noir instillées par le réalisateur dans les trois contes adaptés (jugés autrement trop sombres) sont également évoquées musicalement par le compositeur mais de manière plus subtile, en gardant toujours cette tension sourde constante.

 

Bref du grand art, surtout quand on connaît le rythme de tournage de Corman qui, d’ailleurs, produisait en même temps que ces Tales Of Terror un film de SF dont la B.O était écrite simultanément par…Les Baxter !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 07:32

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : RUSSIAN OLIVE TO RED KING

 

 

C'est de qui ? K et S. Immonen

 

 

La Couv':

 

Relations complexes  /  Russian Olive To Red King  Vs.

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Akiléos.

 

 

Une Planche :

 

 

Relations complexes  /  Russian Olive To Red King  Vs.

 

Ca donne quoi ? Olive et Red vivent une relation compliquée, Olive doit s'absenter pour réaliser un reportage, Red est anxieux de ce départ.

 

Ses craintes vont se révéler hélas fondées quand le pilote du petit avion qu'Olive a pris fait un malaise fatal. L'appareil se crashe au milieu de nul part, dans une foret enneigée loin de toute civilisation.

 

Le couple Immonen s'offre un nouvel interlude dans leurs riches carrières respectives dans le comics de super-héros pour les "big two" et nous proposent cette étude de couple aussi étrange qu'intéressante, choisissant comme principaux protagonistes deux adultes aussi dysfonctionnels l'un que l'autre même si dans des genres différents.

 

Olive est celle qui porte la culotte mais, perdue en milieu hostile, seule, elle n'a de cesse de réciter des passages de Tchékov ou les paroles d'une vieille chanson folk.

 

Red, grand gaillard impressionnant, semble complètement désemparé de l'absence de sa moitié, persuadé qu'elle l'a quitté, incapable de reprendre sa vie ou sa carrière en main, se bornant à promener le chien de temps à autre.

 

 

Relations complexes  /  Russian Olive To Red King  Vs.

 

La narration alternée des deux points de vue est bien pensée, insistant sur l'opposition des caractères du couple. Néanmoins on a du mal parfois à accrocher à un rythme très particulier, à s'identifier à ces héros (trop?) atypiques.

 

La conclusion du récit, en prose et ponctuée de fenêtres brisées d'un immeuble désaffecté, finira probablement de dérouter le lecteur qui n'aurait pas réussi à entrer dans le scénario.

 

Le dessin de Stuart Immonen est plus réussi, dans des couleurs pastels bien choisies, des répétitions de cases et autre alternance de plans détaillés et autres bien plus  esquissés, il exprime le désarroi et le sentiment de solitude et d'abandon des personnages via de grandes cases aussi précises et réussies qu'il s'agisse des vastes espaces de foret ou de l'exiguïté d'un appartement new-yorkais.

 

Le duo d'auteur accouche d'un album peut être un peu trop conceptuel par moment mais indéniablement poétique et à l'alliance fond et forme indéniable.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? JUSTE LA FIN DU MONDE

 

 

C'est de Qui ? G. Yared

 

 

La couv'

 

Relations complexes  /  Russian Olive To Red King  Vs.

 

Déjà entendu sur B.O BD? Pas mal oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Seconde collaboration entre Xavier Dolan et Gabriel Yared qui permet à ce dernier de renouer avec une certaine veine douce amère où romantisme et nostalgie se disputent sans cesse la place de choix.

 

On retrouve avec plaisir dans Juste la fin du monde aussi bien le Yared des débuts, celui des films de Beinex par exemple, que celui de ceux avec Minghella, une parfaite somme de trois décennies de pratique et d’écriture.

 

Dolan a du un peu changer son fusil d’épaule face à un compositeur qui n’avait pas envie de creuser la piste du minimalisme proposée par le réal’, parti de la base d’un morceau classique (du Bach si vous voulez tout savoir), Yared va néanmoins essayer de contenter au mieux  Dolan avec qui il va beaucoup échanger pour que la musique soit partie intégrante du film.

 

Une B.O toute en retenue, très travaillée, qui se marie plutôt pas mal avec ce récit intimiste (mais si !) hors normes.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 09:06

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : PSYCHO INVESTIGATEUR. L’HERITAGE DE L’HOMME SIECLE

 


C'est de qui : Dahan et Courbier

 

 

La Couv':

 

Enquêtes vertigineuses  /  Psycho Investigateur   Vs.  The Haunting

 

Déjà croisés chez nous? Oui sur le tome 1, il y a pas mal de temps déjà.

 

 

C’est édité chez qui ? Petit à Petit

 

 

Une planche:

 

Enquêtes vertigineuses  /  Psycho Investigateur   Vs.  The Haunting

 

Ca donne Quoi ? Quelle aubaine pour notre investigateur de la mémoire et de ses méandres de pouvoir explorer celle d’un centenaire devenu amnésique !

 

Mais la tâche va s’avérer plus qu’ardue au vu du vécu du sujet et des mystères qui l’entourent ; épreuves qui vont mener Simon Radius a faire face à son propre passé.

 

Combinaison quasi ultime du fond et de la forme avec lesquelles seules les œuvres de Marc Antoine Mathieu peuvent à mon avis rivaliser, ce second tome de Psycho Investigateur joue à fond la carte du livre objet qui exploite le médium dans ses moindres recoins : de la couverture à trous aux formes des cases et planches en fonction des lieux de l’action, en passant par la page à plier, à lire en transparence où à l’envers, on peut dire que Dahan et Courbier se sont fait plaisir et livrent une suite des plus inspirée –que l’on n’en pouvait plus d’attendre-  à un premier tome déjà réussi.

 

Certes on a un peu l’impression parfois que la prouesse graphique prend le pas sur le scénario mais, en général, il le sert de fort intelligente façon.

 

Enquêtes vertigineuses  /  Psycho Investigateur   Vs.  The Haunting

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE HAUNTING

 

 

C'est de Qui ? Humphrey Searle

 

 

La couv'

 

Enquêtes vertigineuses  /  Psycho Investigateur   Vs.  The Haunting

 

Déjà entendu par ici? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Avec une carrière solide dans le domaine de la musique classique (il sera l’un des défricheurs de la musique sérielle entre autre), le britannique Humphrey Searle n’a composé qu’une poignée de scores pour le cinéma et quasiment que des films assez peu connus.

 

The Haunting est peut être le plus connu puisque ce film d’épouvante de 63 propose une variation intéressante du scénario de maison hantée et est parfois considéré comme un pendant étrange du Citizen Kane de Wells, dans son usage de certaines techniques et dans la manière dont il a été filmé.

 

Searl propose une partition essentiellement atonale qui fourmille d’idées, passant de thèmes d’underscoring  doucereux et inquiétants à des passages bien plus descriptifs purement glaçants.

 

Loin de tous les canons du genre, le compositeur joue sur l’étrangeté des couleurs musicales et le trouble constant de son score complète à merveille l’originalité du second volet des aventures du Psycho investigateur !

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 15:39

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA CASA

 


C'est de qui : V. Hussenot

 

 

La Couv':

 

A la maison  /  La Casa  Vs.  Feeling Romantic

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Warum

 

 

Une planche:

 

A la maison  /  La Casa  Vs.  Feeling Romantic

 

Ca donne Quoi ? Première œuvre de Victor Hussenot, rééditée dans le cadre des 11 ans de Warum, La Casa n’est clairement pas une BD au sens strict du terme, en effet, la case y est ici vue comme le foyer de ses personnages(on notera le jeu de mot habile du texte entre case et « casa », maison en italien) et  il n’y a pas d’histoire à proprement parler mais plutôt des suites de saynètes, parfois reliées, d’autres non, où l’auteur se joue des possibilités du médium avec une belle inventivité.

 

A la manière d’un MAM, la maestria graphique en moins cela dit, Hussenot, pour un premier album, faisait déjà preuve d’une vrae originalité en dynamitant les codes de la narration : cases qui se retourne, personnages qui se déplace sans contraintes, jeu sur les couleurs, trouvailles graphiques surprenantes…il y a du génie dans certaines expérimentations.

 

Le trait est au départ un peu hésitant, c’est une œuvre de jeunesse et ça se sent, mais, en substance, on sent l’envie d’exploration communicative d’un artiste promis à une carrière hors normes que l’album Les Spectateurs, sorti l’an passé, a confirmé.

 

A la maison  /  La Casa  Vs.  Feeling Romantic

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? FEELING ROMANTIC

 

 

C'est de Qui ? Mica Levi

 

 

La couv'

 

A la maison  /  La Casa  Vs.  Feeling Romantic

 

Déjà entendu chez nous? Oui, deux fois.

 

 

On peut écouter? Ca se tente:

 

 

Ca donne Quoi ? L’année où elle reçoit enfin la consécration grâce à l’étonnante B.O de Under The Skin (film par ailleurs très chiant qui a surtout fait du bruit car Scarlett –regard bovin-johansson y apparaissait dans le plus simple appareil), l’ex DJ britannique Mica Levi sort cette galette accompagnée d’une poignée de collaborateurs, les anciens membres de Micachu en tête.

 

A la croisée des chemins de l’expérimental bruitiste, du bidouillage électro et du mix planant, le tout assaisonné au minimalisme à la Glass (toute proportion gardée), cette longue litanie instrumentale pleine d’effets, de sons distordus, de bouts de mélodies répétées et autres boucles samplées, si probablement trop conceptuelle pour être écoutée en tant que telle (je vous déconseille par exemple l’écoute en voiture !), semble bien plus adéquate pour servir de bande son à quelque chose d’original, de décalé, de conceptuel…et ça tombe bien pour nous vu que la Casa de Hussenot possède plus ou moins tout ces attributs.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags