21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 09:55

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LES CENT NUITS DE HERO

 


C'est de qui : I. Greenberg

 

 

La Couv':

 

 

les 99 et une nuits  /  Les Cent Nuits de Hero  Vs.  Sur le Borysthène

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman.

 

 

Une planche:

 

les 99 et une nuits  /  Les Cent Nuits de Hero  Vs.  Sur le Borysthène

 

Ca donne Quoi ? Après l’étonnante Encyclopédie des débuts de la Terre il y a deux ans, déjà chez Casterman, ce début d’année voit paraître chez nous le nouvel opus d’Isabel Greenberg qui continue sur sa lancée de réappropriation/adaptations de contes et légendes et autres mythes fondateurs.

 

Ici, comme le laisse sous entendre le titre, c’est de l’histoire de Shérazade dont elle s’inspire en la situant dans des contrées plus septentrionales. Cherry, épouse chaste et digne est l’enjeu d’un obscène pari, son butor de mari a mis sa vertu dans la balance en pariant à son ami, non moins vil, que 100 nuits ne suffiraient pas pour venir à boût de la virginité de la jeune femme.

 

Heureusement cette dernière a pour alliée Héro, amante secrète et conteuse hors pair, petite fille de la lune par dessus le marché, qui, par ses récits hautement addictifs, va envouter le triste sire nuit après nuit.

 

Récits imbriqués telles des matriochkas reptiliennes, quitte parfois à égarer son lecteur, les histoires des Cent nuits de Héro  sont un panégyrique épatant de la condition féminine à travers les siècles, de l’importance des contes et des récits et de leur transmission et, plus largement, de la liberté et de l’amour. Isabel Greenberg, dans son style graphique si particulier au trait simple mais expressif dans une bichromie bien pensée,  sait égrener ses histoires en mélangeant fond et forme et passe encore un cap dans son art.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SUR LE BORYSTHENE

 

 

C'est de Qui ? S. Prokoviev

 

 

La couv'

 

 

les 99 et une nuits  /  Les Cent Nuits de Hero  Vs.  Sur le Borysthène

 

Déjà entendu chez nous?  Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Ce ballet de Prokoviev, probablement l’un des moins connu, narre l’histoire d’un soldat russe démobilisé après la Première Guerre Mondiale qui, rentrant chez lui, réalise que l’amour qu’il portait à sa promise s’est amoindri et que, tombé amoureux d’une autre, il va devoir à nouveau partir pour pouvoir l’épouser.

 

Après la mort de Sergei Diaghilev, qui avait rendu célèbre les précédents ballets de Prokoviev, c’est sur commande du Théâtre de l’Opéra parisien quil compose Sur le Borysthène. Outre son titre français (le nom russe de la rivière Dnieper ayant été jugé imprononçable par nos compatriotes de l’époque), l’œuvre regorge de motifs et arrangements foncièrement européens, c’est d’ailleurs, à mon avis, l’œuvre la moins caractéristique du compositeur russe.

 

Elle n’en reste pas moins d’une beauté manifeste et les thématiques chères à Prokoviev se retrouvent de ci de là, que ce soit dans Betrothal et ses oppositions d’ambiances aux accents épiques ou dans l’épilogue qui marie avec réussite les deux principaux thèmes du ballet.

 

En substance on retrouvera pas mal d’influences de Roméo et Juliette, qu’il écrira quelques années plus tard, revenu sous le joug stalinien.

Avec son caractère métissé, son mélange de légèreté et de gravité et son sujet parfaitement maîtrisé, j’ai souvent trouvé ce ballet t très en phase avec les Cent nuits de Héro.

 

 

-------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 10:05

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SAUVAGE TOME 2

 

 

C'est de qui : Yann et Meynet

 

 

La Couv':

 

Griffes sauvages  /  Sauvage. Dans les griffes de Salm Salm   Vs.  Commancheros

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Griffes sauvages  /  Sauvage. Dans les griffes de Salm Salm   Vs.  Commancheros

 

Ca donne Quoi ? Dire que l’on aura attendu ce second tome de Sauvage est un doux euphémisme. Le voici enfin et la relecture du précédent n’aura pas été du luxe pour remettre les évènements de ce récit d’aventure bariolée en mémoire.

 

Pour rappel, on suit Félix Sauvage, un jeune officier idéaliste pendant la campagne mexicaine menée par Napoléon 3 (enfin façon de parler, l’Empereur est resté bien tranquille à Paris pendant que ses soldats se font étriller par les hommes de Maximilien) qui, on l’apprend enfin ici, cherche à venger la mort de ses parents dont le Marquis de  Trazégnies, gradé de l’armée française en poste au Mexique, est responsable.

 

Après avoir essuyé un sanglant assaut, voilà notre héros en route vers le camp du chef du corps expéditionnaire Achille Bazaine à qui il doit remettre un bâton de Maréchal, flanqué malgré lui d’une femme de tête, Angélique de Salm-Salm, à la recherche de son époux disparu pendant une escarmouche.

 

Entre les priorités de chacun, les missions d’espionnage et les aléas des affrontements, la vengeance de Sauvage va être disons…retardée !

 

Si coté dialogues Yann a comme souvent un peu trop tendance à tomber dans ses tics habituels, le scénar est un habile mélange d’aventure, de western et de grand spectacle le tout semble bien documenté et, surtout, bénéficie du trait fin (et sensuel !) de Meynet, aussi habile à croquer les uniformes de ses soldats que les formes de ses héroïnes.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE COMMANCHEROS

 

 

C'est de Qui ? E. Bernstein

 

 

La couv'

 

Griffes sauvages  /  Sauvage. Dans les griffes de Salm Salm   Vs.  Commancheros

 

Déjà croisé dans le coin?  Souvent oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Chant du cygne de Michael Curtiz, tourné au tout début des années 60, les Commancheros, si clairement classique dans son scénario, son interprétation et ses décors, donne à Elmer Bernstein l’occasion, après le coup d’éclat des Sept Mercenaires, de se re-frotter au genre.

 

Tout en gardant le coté aventure héroïque du film de Sturges avec un thème porté par les cuivres,  il laisse tomber les couleurs hispanisantes pour des accents amérindiens prononcés aux multiples percussions auxquelles il en a ajouté d’autres, peu communes dans le genre –à la manière d’un Goldsmith- et qui, pour le coup, le dynamitent.

 

La présence de pas mal d’instruments à vent, eux aussi pas forcément souvent présents dans le western, adoucissent cette B.O très rythmique, la rendant très écoutable en tant que telle et assez variée et riche pour faire une bande son impeccable pour cette suite de Sauvage.

 

 

 

--------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 08:05

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : ÉCUMES

 

 

C'est de qui ? Ingrid Chabbert , Carole Maurel

 

 

La Couv':

 

Amour infini  /   Écumes  Vs.  La Valse Triste

 

Déjà croisé sur le site? Oui, il y a peu même pour la dessinatrice

 

 

C’est édité chez qui ? Steinkis

 

 

Une planche:

 

Amour infini  /   Écumes  Vs.  La Valse Triste

 

Ca donne Quoi ? Elles s'aiment et, après une longue attente, une grossesse débute. Mais, hélas, celle-ci ne va pas se terminer comme prévue. Il n'y aura pas de bébé à câliner, mais un nouveau départ à prendre pour le couple.

 

D'après le dossier de l'éditeur, Ingrid Chabbert s'est inspirée de son histoire personnelle. Elle a écrit de façon très pudique et tout en retenue, laissant le lecteur boucler seul les non-dits. C'est une bonne façon d'impliquer le lecteur et de déclencher de l'empathie pour les personnages. Si la psychologue existe dans la vie réelle, elle est vraiment super!

 

Carole Maurel l'a mis en images de façon tout aussi pudique avec un trait d'une infinie douceur. La colorisation m'a d'abord un peu surprise avec son alternance de parties colorées et grises, mais cela permet de visualiser l'évolution psychologique des protagonistes vers un retour à la vie sans oubli de ce qui s'est passé.

 

Cette tranche de vie racontée sans pathos est un beau portrait de couple face à l'épreuve. Et il concerne tous les couples qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels…

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? VALSE TRISTE

 

 

C'est de Qui Jean Sibélius

 

 

La couv'

 

Amour infini  /   Écumes  Vs.  La Valse Triste

 

Déjà entendu chez nous?  oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? La musique de Jean Sibélius est liée aux légendes et sagas finlandaises. Il est surtout connu en France pour ses poèmes symphoniques dont Le cygne de Tuonela (tiré de la Suite Lemminkäinen) ou Finlandia ou encore la Valse Triste (tirée de Kuolema qui veut dire la mort en finnois). Bref des morceaux qui ne rendent pas vraiment euphorique l'auditeur.

 

La Valse Triste commence par une partie mélancolique et lente qui devient plus dynamique et rapide au fur et à mesure. Tout à fait ce qu'il faut pour accompagner une histoire douce-amère avec des personnages qui arrivent à reprendre le cours de leurs vies.

 

Pour les plus curieux : un dessin animé avait été réalisé sur cette musique dans le film Allegro non Troppo de Bruno Bozzetto (sorti en 1979 en France).

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 16:29

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : PROIES FACILES

 

 

C'est de qui ? Prado

 

 

La Couv':

 

Méfiez vous du 3° Age  /  Proies Faciles Vs.  Blood

 

Déjà croisé chez nous? Non.

 

 

C’est édité par : Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Méfiez vous du 3° Age  /  Proies Faciles Vs.  Blood

 

Ca donne Quoi ? La misère humaine est exploitée partout de la même façon. Ainsi, comme en Europe du Nord ou aux Etats Unis, les scandales financiers liés à l’immobilier ou a des placements foireux conseillés par des groupes bancaires sont monnaie commune (si l’on peut dire) et les responsables sont rarement punis.

 

C’est à partir d’un fait divers découlant de cette situation que Miguelanxo Prado a décidé d’écrire ce polar urbain et social, enquête à mi-chemin entre la série TV nerveuse et la chronique sociétale désabusée.

 

Plusieurs employés de différentes banques, à des postes plus ou moins hauts placés, meurent dans d’étranges circonstances les uns à la suite des autres. Bientôt le duo de policiers mis sur le coup découvre qu’ils ont tous été victimes d’un empoisonnement. Remonter le fil de meurtres  aussi inhabituels ne va pas être une mince affaire et bientôt le lien semble être une arnaque financière d’envergure.

 

Un peu comme son compatriote Canales quelques mois plus tôt, déjà chez Rue de Sèvres, Prado livre un album où des personnes âgés se rebellent contre une société gangrénée qui les spolie, dans un noir et blanc très expressif aux ombrés d’une rare maîtrise. Un one-shot à la croisée des genres prenant de bout en bout.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? BLOOD

 

 

C'est de Qui ? D. Pemberton

 

 

La couv'

 

Méfiez vous du 3° Age  /  Proies Faciles Vs.  Blood

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui, une fois au moins.

 

 

On peut écouter? Pas d’extraits vidéo, voici donc un lien audio, et la bande annonce du film :

 

Ca donne Quoi ? S’il a démontré il y a peu sa capacité à produire une musique funky très marquée 70’s sans pour autant être un pastiche pur et simple, et s’être également illustré sur de la B.O d’épouvante (on y reviendra à l’occasion) le britannique Daniel Pemberton est tout à fait capable de faire de l’underscoring de néo-noir.

 

Sur un scénario très sombre (deux flics, frères de surcroit, forcés d’enquêter sur  un crime qu’ils ont eux même commis) il tisse une toile complexe malgré les apparences où l’émotion le dispute au suspense le tout dans une économie d’effets manifeste.

 

Les cordes sont essentiellement employées dans les graves, un piano s’invite de temps à autre sur certaines pistes,  quelques arrangements électroniques et pas mal de percussions discrètes viennent compléter une partition originale et efficace, très à propos pour ce Proies Faciles.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 07:53

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : DOOGYBAGS 13

 


C'est de qui : Divers, dont Run, Rosset ou Secheresse

 

 

La Couv':

 

Un dernier pour la route?  /  Doggybags 13  Vs.  Terror Tract

 

Déjà croisé sur le site? La plupart oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Un dernier pour la route?  /  Doggybags 13  Vs.  Terror Tract

 

Ca donne Quoi ? Ca y est, ce treizième numéro de l’anthologie Doggybags sonne son glas…ou presque, nous y reviendrons.

 

6 années et 13 tomes de récits courts horrifiques, souvent sur des thématiques communes, et qui ont permis la découverte, voire la confirmation, de quelques talents actuels du paysage BD français.

 

Dans cette nouvelle fournée, on ne déroge pas à la règle, Run signe deux des scénars et laisse à Calla le troisième. Un flic barge pête un plomb sur Times Square et fait un carton sur les touristes, un clown de profession se voit prendre à partie (le mot est faible) par des jeunes revanchards et, pour le fun, un petit tour à l’abattoir.

 

Cerise sur le gâteau, Loïc Sècheresse revisite le calvaire et la résurrection du Christ en une poignée de vignettes bien décalées.

 

Certes cette ultime salve n’est pas, à mon sens, la meilleure, mais les fans de Doggybags s’y retrouveront sans problèmes.

 

On apprend dans l’album que si la série s’arrête sous cette forme, deux concepts vont voir le jour : des one-shots et des séries dérivées de certaines des histoires courtes parues dans certains volumes.

 

Doggybags est mort mais tel le phénix…

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TERROR TRACT

 

 

C'est de Qui ? B. Tyler

 

 

La couv'

 

Un dernier pour la route?  /  Doggybags 13  Vs.  Terror Tract

 

Déjà entendu chez nous?  Quelquefois.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Si ce score d’un film de seconde zone a refait surface c’est grâce au nom de Tyler Bates, dont c’était l’un des premiers travaux avant qu’il ne soit associé à des daubes films à gros budget.

 

Avec un petit bagage notable pour le petit écran, Bates avait surtout la réputation de pouvoir faire sonner un ensemble restreint comme un grand orchestre ce qui tombait bien, la prod de Terror Tract voulait un score « symphonique » pour se démarquer de ce qui se faisait d’habitude dans le genre.

 

Certes, outre quelques gros clichés des familles (Tyler singe même le thème de Jaws à un moment !), Tyler utilise à bon escient ses quelques instruments, en en tirant un maximum, mais on est quand même loin du chef d’œuvre voir de l’originalité espérée.

 

Un peu grandiloquent de temps à autre sur cet ultime Doggybags, il se révèle plutôt fun à d’autres même si pas assez pour vraiment emporter l’adhésion d’un coté comme de l’autre.

 

 

 

--------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags