16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 10:48

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LES AILES DU SINGE 2. HOLLYWOODLAND.

 

 

 

C'est de qui ? E. Willem

 

 

La Couv':

 

Ce n'est pas au vieux singe...  /  Les Ailes du Singe 2  Vs.  The Big Heat

 

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Paquet.

 

 

 

Une planche:

 

 

Ce n'est pas au vieux singe...  /  Les Ailes du Singe 2  Vs.  The Big Heat

 

 

Ca donne Quoi ? En mise au vert après ses exploits new-yorkais et ses déboires avec la justice en général et Howard Hugues en particulier, notre simiesque héros met son talent de pilote émérite au service de l’usine à rêve, sur les collines d’Hollywood.

 

Néanmoins son récent bain dans l’Hudson avec le Z-03 semble avoir conféré à Harry d’étranges facultés qui vont lui être bien utiles quand il va se retrouver au beau milieu d’une tentative d’assassinat sur le président Roosevelt en personne.

 

Entre starlette fatale, acteurs et réalisateurs  célèbres, tueurs sans pitié, scènes de tournage épiques et autres querelles d’amoureux, le monde du cinéma  sous la Prohibition est loin d’être de tout repos !

 

A la manière d’un bon vieux film noir, mâtiné d’humour et d’aventure, Etienne Wilem confirme avec ce second volet des Ailes du Singe à la fois tout le potentiel de sa nouvelle série et l’étendue de son talent de conteur et d’illustrateur.

 

Un des coups de cœur de la rédaction et une des lectures incontournables de cet été.

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

 

C'est quoi : REGLEMENT DE COMPTES

 

 

C'est de qui ? H. Vars

 

 

La Couv':

 

 

Ce n'est pas au vieux singe...  /  Les Ailes du Singe 2  Vs.  The Big Heat

 

 

Déjà croisé chez nous? Certains oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si je préfère largement la période européenne du cinéma de Fritz Lang à ses réalisations Outre Atlantique, force est de reconnaître que certains des films réalisés après son exil forcé sont de petits joyaux du genre.

 

The Big Eat est un modèle de film noir, une histoire de corruption sordide et tragique au scénar violent et dur, prenant le spectateur aux tripes, dans lequel Lang mélange habilement les codes incontournables à des techniques récupérées de sa période expressionniste pour un résultat enthousiasmant.

 

Coté B.O bizarrement, si la musique du film est très réussie, il s’avère que bon nombre des pistes sont dues à des compositeurs attitrés au studio de l’époque, via du matériel de « stock » destiné à être utilisé quand l’occasion se fait sentir.

 

Ainsi on croise Henri Vars pour le thème principal et ses dérivés mais aussi Daniele Amfitheatrof et Arthur Morton (aussi entendus dans ses pages à l’occasion) pour la partie illustration musicale.

Si plutôt bien utilisée, l’ensemble de la musique manque tout de même un peu d’unité, forcément, et je reste assez dubitatif quant au fait que Lang n’ait pas porté plus d’attention à la B.O de son film (je suppute qu’il y aune explication à ce fait mais n’ait rien trouvé de concluant).

 

Cela étant, pas d’inquiétudes, c’est du score de noir pur jus et c’est raccord coté ambiance et époque avec ce second tome des Ailes du Singe, que demander de plus ?!

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost 0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 10:47

 

 

Puisque l'été 2017 va voir la sortie d'un film de Luc Besson vaguement basé sur l'un des albums de la série Valérian et Laureline (qui s'appelait d'ailleurs Valérian agent spatio-temporel autrefois), Gen a eu envie d'évoquer pour sa Saga de l'Eté, cette superbe série de SF française et de ses évolutions au cours du temps.

 

Un travail de titan (et de fourmi!) que vous apprécierez je l'espère à sa juste valeur, tout au long de cette période estivale.

Merci à elle, et bienvenu dans l'univers de Valérian et Laureline!

 

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

 

1e partie : albums 0 à 5

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi : VALERIAN ET LAURELINE

 

 

C'est de qui ? Pierre Christin (scénario) - Jean-Claude Mézières (dessins) – Evelyne Tran-Lé (couleurs)

 

 

 

Tome 0 : Les mauvais rêves

 

 

Pourquoi 0? Parce que la 1e réédition de cette histoire a eu lieu dans un gros album titré Mézières [ ] Et Christin avec…

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Pour ceux qui découvriraient à peine cet épisode, l'étonnement sera grand de voir une BD dans un style non réaliste et une histoire semblant donner, au début, la part belle à la comédie.

 

 

Résumé :

 

Sur Terre, en l'an 2720, Galaxity est la capitale de l'empire galactique terrien. À part les agents et les technocrates des services spatio-temporels, personne ne travaille et les terriens passent leurs vies dans des machines à rêver. Xombul, superintendant des rêves, a modifié les programmes et fait des rêves des cauchemars avant de partir au XIe siècle. Valérian est envoyé à sa poursuite. Il reçoit l'aide de Laureline pour échapper aux pièges de la forêt d'Arelaune sur le chemin du château d'Albéric le Vieil.

 

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Xombul les y a précédés et a eu le temps de se former à la sorcellerie et de transformer Albéric, ses serviteurs et quelques habitants en monstres. Il a l'intention d'utiliser la sorcellerie pour devenir le maître de Galaxity et secouer l'humanité pour lui faire redécouvrir la guerre. Pour influencer Valérian, Xombul tente de transformer Laureline en monstre, mais cela ne fonctionne pas avec les âmes pures et elle devient une licorne. Valérian mis en cage en sort seul grâce à une fiole d'acide. Laureline, toujours licorne, l'aide à arrêter momentanément Xombul qui repart pour Galaxity avec les formules magiques. Les licornes étant télépathes, Laureline sait tout de Valérian et il est obligé de l'emmener avec lui. Arrivés à Galaxity, ils constatent que Xombul a déjà utilisé les formules magiques, mais Valérian est protégé par un contre-sort et Xombul est vaincu.

 

Ce résumé est nécessaire pour (re)mettre en mémoire un certain nombre de faits ou personnages qui seront repris dans le futur de la série, parfois dans plusieurs albums sans liens évidents.

 

Ce 1e album semblait hésiter entre SF et fantasy. Mais il est amusant de constater que Laureline sauve la mise à Valérian pour la 1e fois (et pas la dernière) lors de son apparition. Les graphismes sont un peu troublants pour ceux qui connaissent les derniers albums.

 

Tome 1 : La cité des eaux mouvantes

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Résumé :

 

Xombul s'est échappé et s'est réfugié à New York en 1986 (l'album date de 1970) au début de l'Âge Noir de la Terre suite au cataclysme dû à l'explosion d'un dépôt de bombes atomiques situé près du pôle nord. Période normalement interdite aux voyages spatio-temporels car trop mal connue. 

 

Valérian débarque dans le flambeau de la statue de la Liberté au moment où elle s'écroule. Il est ramassé par des truands, dirigés par Sun Rae, voulant s'emparer de tout l'or et des bijoux qu'ils peuvent avant de quitter New York en bateau. Valérian et Laureline, arrivée via le Brésil, arrivent à convaincre Sun Rae de les aider à attraper Xombul… Mais c'est plutôt Xombul qui les capture avec l'aide de ses robots. Ils découvrent le seul scientifique resté dans une base secrète : Schroeder. Celui-ci aidera Valérian et Laureline à s'enfuir.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Cet authentique génie a créé entre autres choses : les robots, un appareil anti-gravité, un miniaturiseur moléculaire, des bulles-prisons (champ de force individuel)… et presque un appareil pour de déplacer dans l'espace-temps! Xombul meurt en essayant de s'enfuir avec une machine spatio-temporelle imparfaite. Mission accomplie.

 

Comme cela se faisait beaucoup dans le monde de la BD franco-belge de l'époque, Mézières a pris pour modèle de Schroeder un acteur alors célèbre : Jerry Lewis. Il est vrai que celui-ci avait joué les scientifiques dans Docteur Jerry et Mister Love.

 

Christin a évoqué une fin de civilisation apocalyptique en relation avec l'énorme quantité de bombes atomiques. N'oublions pas que, au moment de la parution de l'album, la guerre froide régnait entre les blocs de l'Ouest et de l'Est. C'est la fonte de la calotte arctique qui provoquera les phénomènes climatiques destructeurs évoqués. Mais Christin s'est montré sans doute un peu optimiste dans son évocation des progrès scientifiques de 1986… à moins que les militaires ne cachent vraiment très bien leurs progrès.

 

Tome 2 : L'empire des mille planètes

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Résumé :

Valérian et Laureline sont envoyés en mission sur Syrte-la-Magnifique, planète capitale de l'empire des mille planètes, où résident le prince et ses conseillers nommés Les Connaisseurs, cachés par des masques de métal. Une montre terrienne de l'ère pré-Galaxity, offerte à Laureline par Valérian, va entrainer quelques frictions entre les Connaisseurs et les 2 jeunes agents. Après une tentative ratée de s'introduire dans le palais, ils réussissent leur 2e tentative grâce à l'aide du marchand Elmir. Valérian assiste à une étrange cérémonie pendant laquelle les connaisseurs boivent un liquide luminescent, puis il est capturé par les Connaisseurs et enfin libéré suite à la supplique de Laureline auprès du prince. Ils retrouvent Elmir qui s'avère est le chef de la guilde des marchand de Syrte. Le constat des marchands est sans appel : les Connaisseurs ont détruit l'avancée scientifique pour imposer une religion à la place.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Une arrivée en force sur l'astroport permet à Valérian, Laureline et Elmir d'entrer dans le vaisseau et de s'envoler pour Slomp, petit astéroïde perdu qui serait la base principale des Connaisseurs. Un immense vaisseau spatial s'y est écrasé. Les Connaisseurs présents à l'intérieur reçoivent Valérian et lui racontent qu'ils sont les survivants d'une grande expédition scientifique partie de la Terre il y a des siècles (avant Galaxity). Ils ont réussi à survivre tout ce temps grâce au liquide luminescent trouvé sur Slomp. Mais l'irradiation qu'ils ont subie a fait d'eux des monstres et ils préfèrent se faire sauter plutôt que de rejoindre la Terre. Elmir restera un interlocuteur privilégié pour de futures rencontres Terre-Syrte.

 

Voilà du pur space-opéra autant dans le scénario que dans le dessin avec cette foison d'humanoïdes très différents, d'objets et de créatures étranges et/ou splendides.  On y ajoute un mystère avec des personnages omniscients en apparence et masqués de surcroit.

 

Christin en profite pour glisser dans la bouche de ses personnages quelques allusions aux conséquences que produit une domination religieuse qui fait disparaître les connaissances scientifiques, en supprimant les obstacles gênants.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Vu mes goûts personnels, j'ai envie de rattacher cet album à Alexandre Nevski, un film de Sergueï Eisenstein où les chevaliers teutoniques oppressent le peuple russe au nom de la religion. En plus les casques des connaisseurs ressemblent beaucoup à ceux des chevaliers du film avec leurs grandes ailes… mais sans aigle ou autre sur le dessus!

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

J'aime aussi beaucoup l'idée que les collines sont les anciens habitants de Slomp et que ce sont leurs larmes qui coulent en brillant.

 

Tome 3 : Le pays sans étoile

 

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Résumé :

Valérian et Laureline ont escorté un convoi de cargos transportant colons et matériels destinés à leur installation vers le système d'Ukbar. Pendant leur tournée d'adieux, ils apprennent qu'une planète folle menace de tout détruire. Ils décident d'aller explorer cette planète et découvrent qu'elle est creuse… et habitée. Ils viennent au secours d'une tribu de nomades dont la maison animale tombait dans un ravin.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Cela leur permet d'avoir un bon contact avec le peuple Lemm, nomades qui extraient les flogums pour les livrer aux 2 cités perpétuellement en guerre : Valsennar et Malka.

Les flogums ont une formidable puissance de destruction et leur utilisation est la cause de l'instabilité du noyau-soleil de la planète Zahir et donc de son déplacement dans l'espace. L'espace : une notion impossible à appréhender pour des gens vivant dans un monde creux sans vision sur l'extérieur. Valérian et Laureline doivent se séparer pour leurs prises de contact avec les dirigeants des villes car seuls les hommes ont accès à Malka et seules les femmes à Valsennar.

Malka est sous la coupe de guerrières impitoyables et Valsennar sous celle d'hommes très efféminés. Les premières ont la science du combat et les hommes ne sont que de la chair à canon; les seconds aiment juste assister aux combats  et laissent la guerre aux femmes. En agents accomplis, Valérian et Laureline brillent au combat.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Ils enlèvent la reine de Malka et l'empereur de Valsennar et les emmènent dans leur vaisseau pour leur expliquer la situation et leur apprendre ce qu'est le cosmos. À leur retour sur Zahir, ils font cause commune pour donner tous les flogums à Valérian qui va les faire exploser simultanément (merci aux sauts dans l'espace-temps) pour stopper la course folle de la planète. Cela fonctionne à merveille et le système d'Ukbar a hérité d'une 5e planète où la structure sociale aux sexes séparés s'écroule.

 

Encore un album sur un sujet qui semble "classique" maintenant mais qui ne l'était pas totalement en 1972. La guerre des sexes, la mise en esclavage de l'autre moitié de la population, l'indifférence des fournisseurs d'armes sont autant de sujets qui transparaissent derrière cet album. Les walkyries de Malka n'emmènent pas les guerriers à un banquet éternel mais à une mort quasi certaine.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Les auteurs effleurent les sujets délicats sans appuyer fortement et cela laisse au lecteur le choix de ce qui le gène le plus dans cette histoire.

 

Tome 4 : Bienvenue sur Alflolol

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Résumé :

En quittant Technorog après une mission d'inspection, Valérian et Laureline découvrent un bizarre vaisseau accidenté sur le réseau d'astéroïdes qui protègent la planète. Ce sont des habitants d'Alflolol, nom original de Technorog. Ils avaient quitté leur monde pour une petite promenade de 50000 lunes, soit 4000 années terrestres. Argol, Orgal, et l'ancêtre Garol ont des dons variés, mais les enfants Logar et Lagor n'ont pas encore trouvé les leurs.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Lors d'une chasse au furutz, la réaction inappropriée des autorités entraîne la destruction d'une station d'extraction des sels de l'océan.

100 familles attendent l'accès à leur planète et les autorités décident de les regrouper dans une zone délimitée… une réserve, quoi! Comme ils ne peuvent pas y survivre, Valérian négocie des distributions de nourriture. Mais très vite, il est demandé aux alflololiens de travailler pour payer ces distributions. Laureline se rebelle et décide de rester auprès d'Argol et sa famille, goumoun compris.

Face à cette notion qui leur est totalement étrangère, ils réagissent avec leur gentillesse habituelle et Lagor découvre son don : celui-qui-a-le don-de-changer-les-laides-choses-en-belles. Face au désastre économique, les autorités acceptent de laisser les alflololiens libres sur leur planète, mais ils ont déjà prévu de quitter ce monde devenu invivable… sauf Argol et sa famille qui n'ont plus de vaisseau.

Valérian propose de les emmener sur Terre où ils seront bien reçus comme ambassadeurs… Quelques soucis à Galaxity en perspective!

 

Avant que le nom de SF soit appliqué à des romans, de nombreux auteurs avaient utilisé le biais de civilisations étranges ou de visiteurs venus d'ailleurs pour critiquer les mœurs ou les régimes politiques du moment.

Christin a repris le flambeau pour raconter dans cet album la mise à sac d'un monde par des industries polluantes (visiblement la Terre de Galaxity n'a pas appris les leçons du passé) et, surtout, la façon brutale dont les conquérants veulent obliger les peuples autochtones à abandonner leurs coutumes sans se soucier des conséquences.

Les alflololiens ont la chance de pouvoir repartir dans l'espace, chance que n'ont pas eu les peuples autochtones terriens au cours de l'Histoire. Les voyages dans l'espace-temps n'ont pas appris le respect aux terriens quand on voit les termes employés pour les alflololiens : crasseux, nomades, bons à rien, brutes, pouilleux, clochards de l'espace, déchets du ciel, traine-guenilles.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Mézières a visiblement pris un plaisir fou à créer paysages fantastiques (forêt d'Ananil, océan coloré…) et créatures étranges (goumoun, shalafut dédoubleur, furutz…). La sympathie qu'il a pour Laureline et ses révoltes se voit par la façon dont il la dessine et par la force des expressions qu'il lui donne.

 

Laureline apparait un peu plus ici comme la voix des indignations et/ou des révoltes des auteurs. Après tout, c'est une gamine directement venue de l'époque médiévale et qui a dû lutter pour survivre dans une forêt hostile. Tandis que Valérian a grandi sur la Terre de Galaxity où le confort est la règle et il a été moulé à l'obéissance aux ordres par son appartenance aux srvices spatio-temporels.

 

 

Tome 5 : Les oiseaux du maître

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Résumé :

Valérian et Laureline font naufrage à proximité d'une planète inconnue où ils sont recueillis par des gens venant de tout le cosmos. Ceux-ci travaillent comme des fous pour préparer les repas du Maître depuis la récolte d'algues, l'élevage de bestiaux, la cueillette de fruits et plantes suivies du dépeçage des bestiaux, du broyage des fruits ou plantes jusqu'à la cuisson du klaar, liquide nutritif. Le Maître est bien nourri, mais la population crève de faim surveillée par les oiseaux-folie qui frappent ceux qui ne rentrent pas dans le rang.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Entraînés malgré eux par le jeune Sül dans une expédition vers le cœur des territoires du maître, Valérian et Laureline et leurs compagnons d'infortune, tous mordus, descendent les chemins du klaar. Malgré la discussion des 2 philosophes du groupe, il semble bien que ce soit un venin qu'inoculent les oiseaux-folie et qui fait des anciens rebelles des esclaves soumis.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

Au centre de tous les chemins d'alimentation, le groupe découvre le Maître, une énorme masse visqueuse (j'ai envie d'écrire un blob) posée sur un plateau surélevé. Le groupe décide de l'affamer en détruisant les arrivées du klaar. Mais chacun à son tour est terrassé par les images mentales envoyées par la créature.

 

La Saga de l'été 2017 : Valérian et Laureline

 

En se soutenant mentalement, le groupe chasse le Maître et ses oiseaux-folie. Mais où le Maître réapparaitra-t-il?

 

Une fois de plus Mézières nous surprend avec la profusion de paysages de la planète perdue ainsi que par l'imagination déployée dans la réalisation de tous ces humanoïdes réduits en esclavage par on ne sait quoi ou qui.

 

Christin met dans la bouches des fous (ceux qui ont été mordus par les oiseaux-folie avant de devenir des esclaves béats) toutes sortes de réflexion à commencer par le débat des 2 philosophes : "Le Maître n'existe que parce que nous admettons son existence" ou "Le Maître existe parce que le système de production fonctionne à son avantage"… Intéressant, non? J'ai envie d'ajouter une réflexion personnelle : "Le Maître existe parce que certaines personnes ont intérêt à ce qu'il existe pour asseoir leur pouvoir sur les autres."

 

Nota : ces 6 premiers albums sont signés en dernière page Linus et Mézières. C'est à partir du tome suivant que Pierre Christin n'utilisera plus ce pseudonyme.

 

 

---------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 10:47

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES LOSERS

 

 

C'est de qui ? Jack Kirby

 

 

La Couv':

 

Les 4 Salopards  /  Les Losers  Vs.  The Desert Fox

 

 

Déjà croisé dans le coin? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Urban Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Les 4 Salopards  /  Les Losers  Vs.  The Desert Fox

 

Ca donne Quoi ? A la fin de l’année 1974, alors qu’il vient de créer quelques un de ses personnages mythiques, Kirby est commissionné par DC pour reprendre la série des Losers dans le périodique Our Fighting Forces. Il y officiera un peu plus d’un an et livrera une douzaine d’histoires qui marqueront la franchise.

 

Si, comme Neil Gaiman qui signe une belle introduction à ce recueil, je ne lis pas de BD de guerre (on a par exemple du en croiser maximum une dizaine sur plus de 2200 chroniques ici) force est de reconnaitre que quand c’est Jack Kirby aux manettes (scénar et dessin), le genre prend une dimension insoupçonnée !

 

Nous sommes pourtant loin du canon de la série made in Kirby habituelle : ici pas de super-héros triomphant qui botte le train des bad guys, nos Losers sont une escouade réduite de 4 soldats disparates qui se coltinent les missions suicides et autres causes perdues que personne ne veut; une sorte de pendant en comics des 12 Salopards (divisés par 3!)

 

S’il leur arrive de remporter la victoire force est de reconnaître que c’est souvent dans la douleur et rarement avec les lauriers (même si le Général Patton himself les félicitera lors d’une opération spéciale).

 

De l’Europe au Pacifique, que ce soit grâce à un stratagème de comic book, face à une gangster dure à cuire, des collabos notoires ou encore pour sauver une pianiste célèbre, les péripéties de notre quatuor de poissard portent bien la patte de leur repreneur : des scénarios bourrés d’action et d’explosions portés par un dessin sur expressifs aux protagonistes acromégales marquants.

 

Continuant sa mission (d’intérêt publique !) de réédition des œuvres de Kirby, Urban propose l’intégralité du run de l’auteur dans un de ses gros bouquins cartonnés à la présentation soignée ; si vous êtes amateurs de comics old school de qualité, voici de la bonne (re)découverte pour cet été !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE DESERT FOX

 

 

C'est de qui ? D. Amfitheatrof

 

 

La Couv':

 

Les 4 Salopards  /  Les Losers  Vs.  The Desert Fox

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors qu’il œuvre depuis presque dix ans pour les différents grands studios hollywodiens (et souvent sans être crédité), le compositeur russe Daniele Amfitheatrof écrit la musique de ce biopic partial du général Rommel, tristement célèbre pour ses hauts faits d’armes durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

A une partition forcément très martiale et souvent solennelle, Amfitheatrof incorpore des motifs orientaux discrets dont l’originalité est d’être interprétés par des cuivres en lieu et place d’instruments plus traditionnels.

 

Si le compositeur regrettera plus tard sa carrière pour le cinéma au détriment de ses œuvres classiques, on appréciera son sens de l’écriture, la qualité de ses thématiques enrichies d’éléments peu usités dans le score holywodien qui font l’originalité et la qualité de ses partitions.

 

La réédition des Losers de Kirby ne méritait pas moins !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:10

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : JACK WOLFGANG 1

 

 

C'est de qui ? Desberg & Reculé.

 

 

La Couv':

 

Un Agent très spécial  /  Jack Wolfgang  Vs.  Skyfall

 

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Une Planche :

 

 

 

Un Agent très spécial  /  Jack Wolfgang  Vs.  Skyfall

 

Ca donne Quoi ? Dans cette uchronie animalière, les animaux ont évolués depuis la fin du Moyen âge jusqu’à devenir aujourd’hui des être humains à quais part entière, vivant en –plus ou moins- bonne harmonie avec les humains, notamment grâce à une variation de tofu les empêchant de se laisser aller à leurs instincts prédateurs, se déplaçant sur deux pattes, portant des vêtements et, of course, parlant.

 

Le loup Jack Wolfgang est, sous couverture de son job de critique gastronomique, un agent de la CIA qui va être emmené à enquêter sur la mort de son ancien mentor et, par la même, en duo avec une panthère aussi charmante qu’efficace, découvrir une machination culinaire aux répercussions potentiellement catastrophiques pour la gent animale.

 

C’est une bien étrange recette que nous propose là Desberg ; une cuillère d’espionnage sexy et animé à la James Bond, une mesure d’anthropomorphisme entre Blacksad et Sherlock Fox (avec lequel il partage l’idée de l’ »ersatz » alimentaire), une pincée de gastronomie assez dans l’air du temps, le tout assaisonné du fort réussi dessin semi réaliste coloré et nerveux de Reculé qui relève bien le goût de l’ensemble.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? SKYFALL

 

 

C'est de Qui ? T. Newman

 

 

La couv' 

 

 

Un Agent très spécial  /  Jack Wolfgang  Vs.  Skyfall

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Peut on affirmer que le cahier des charges de la composition du score d’un James bond oblitère forcément la personnalité musicale de son auteur ?

 

Si cela a pu être le cas de par le passé, force est de reconnaître que Thomas Newman, embarqué dans l’aventure par son réal’ fétiche Sam Mendes, s’il laisse bien des plumes au passage du rouleau compresseur 007, s’en tire plutôt avec les honneurs.

 

Continuant dans la lignée de David Arnold, son prédécesseur, il enfonce le clou de l’utilisation de l’électronique à bon escient et développe le coté fort sombre du scénario de Skyfall avec son Bond vieillissant et revanchard.

 

Loin des envolées d’un John Barry, Newman, s’il cède bien à quelques démonstrations pyrotechniques où cuivres et cordes ne font pas forcément dans la subtilité, et autres réarrangements inventifs du thème bondien, Newman livre une grosse poignée de pistes toutes en tension sourde et souvent bien pensées (le morceau d’ouverture et son exotisme discret, les ajouts d’instruments solistes dans certains morceaux).

 

Une B.O qui n’a pas à rougir de la comparaison avec la quasi majorité des 22 précédentes et qui est tout a fait adéquate à la lecture de la série de Reculé et Desberg.

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 12:16

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : COMME UNE ODEUR DE DIABLE

 

 

 

C'est de qui ? L. Lefeuvre adapte C. Seignolle

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

Ca donne Quoi ? Cinq courtes histoires où l’on va croiser pêle-mêle un menuisier médium à ses heures pour son plus grand malheur, un paysan qui a eu le malheur de se frotter à la mauvaise personne, un dentiste trop peu regardant sur les canines qu’il pose ou encore un malheureux muet victime d’une populace trop superstitieuse.

 

Entre autres choses, grâce soit rendue à Laurent Lefeuvre, qui, via ses adaptations, m’a fait découvrir Claude Seignolle parfait chainon manquant entre Edgar Alan Poe et Maupassant.

 

Et puisque l’on en est au rayon des comparaisons, arrêtons nous donc sur la partie magistrale de cet album : les graphismes ! De son trait réaliste sur-expresif, maniant les noirs et blancs de fort belle façon et utilisant le médium à bon escient avec autant d’astuce que de réussite, Laurent Lefeuvre livre à mon sens son travail le plus abouti à ce jour, se plaçant comme l’égal des cadors old school du genre, de Gene Colan où Bernie Wrightson (à qui l’album est d’ailleurs dédié) aux figures marquantes du comics indés actuel, Eric Powell en tête.

 

Nous voilà à la moitié de l’année et je crois bien que je viens de lire l’un des albums les plus aboutis de 2017.

 

Lefeuvre a su faire siens ces récits d’épouvante tout en gardant leur saveur d’origine, du grand (9° ) art !

 

 

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi :TALES OF TERROR

 

 

C'est de qui ? Les Baxter

 

 

La Couv':

 

Visages de la peur  /  Comme une odeur de diable  Vs.  Tales of Terror

 

 

 

Déjà croisé chez nous? Plus d’une fois oui.

 

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on excepte les cadors de la Hammer, peu de compositeurs des 60’s peuvent se targuer d’avoir su mettre en musique l’horreur gothique comme Les Baxter.

 

Fort d’une grosse poignée de précédentes musiques de films du genre, dont, déjà, des adaptations de Poe, Baxter mélange ici avec science des éléments de pure terreur musicale opposant force retentissement de cuivres et glissements de cordes plus sournois, voix aériennes discrètes ponctuées de mélopées à la flute ou au hautbois.

 

Les pincées d’humour noir instillées par le réalisateur dans les trois contes adaptés (jugés autrement trop sombres) sont également évoquées musicalement par le compositeur mais de manière plus subtile, en gardant toujours cette tension sourde constante.

 

Bref du grand art, surtout quand on connaît le rythme de tournage de Corman qui, d’ailleurs, produisait en même temps que ces Tales Of Terror un film de SF dont la B.O était écrite simultanément par…Les Baxter !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags