18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 15:30

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE PERROQUET

 

 

C'est de qui ? Espé

 

 

La Couv':

 

À hauteur d'enfant   /   Le perroquet Vs. The Sixth Sense

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

C'est édité chez qui? Glénat.

 

 

Une planche:

 

À hauteur d'enfant   /   Le perroquet Vs. The Sixth Sense

 

Ça donne Quoi ? Bastien vit une enfance un peu particulière rythmée par les absences de sa mère régulièrement hospitalisée en services psychiatriques à la suite de graves crises parfois violentes. Il n'aime pas trop quand sa mère revient à la maison avec plein de médicaments à prendre qui la laissent complètement éteinte. Plus d'une fois, il assistera à la prise en charge sans douceur par les infirmiers mettant sa mère dans l'ambulance (l'histoire se situe en 1982).

 

Espé s'est inspiré de son propre vécu pour écrire cet album poignant où un enfant cherche une raison à la maladie de sa mère et craint d'en être la cause. Que l'on soit parent ou enfant (ou les deux ensemble), cette histoire nous prend à la gorge tellement la maladie mentale est encore et toujours crainte et souvent cachée à l'entourage.

 

Les graphismes sont superbes et sobres avec une colorisation en bichromie variable selon le ton que l'auteur veut donner : rouge pour les crises violentes, bleu gris ou vert ou beige pour les autres moments de la vie de Bastien. 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE SIXTH SENSE

 

 

C'est de Qui James Newton Howard

 

 

La couv'

 

À hauteur d'enfant   /   Le perroquet Vs. The Sixth Sense

 

Déjà entendu chez nous?  Oui fort souvent même.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Pour la première collaboration de ce qui allait devenir un partenariat de cinéma aussi fidèle qu'efficace, Howard et Shyamalan se trouvent un terrain d'entente réjouissant.

 

 Une BO suffisamment nostalgique, douce et parfois un peu angoissante composée pour un film à hauteur d'enfant qui colle parfaitement avec la vie du jeune Bastien de l'album. L'un voit des fantômes et l'autre assiste aux crises de démence de sa mère, mais ils restent des enfants dépassés par ce qu'ils vivent.

 

Les violons créent un fond grinçant ou bourdonnant quasi permanent où interviennent parfois l'apaisement des hautbois ou les stridences des cuivres ou le son angoissant des bassons. Puis le piano vient calmer et adoucir le rythme… Enfin, ce n'est que mon impression personnelle à l'écoute de cette BO!

 

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Gen

 

 

 

Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 13:45

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : JOCKEY

 


C'est de qui : Calça & Aguiar

 

 

La Couv' :

 

Arnaques, sortilèges et canassons!  /  Jockey  Vs.  Monkey on my back

 

Déjà croisés chez B.O BD? Non.

 

 

C’est édité par qui ? EP

 

 

Une planche:

 

Arnaques, sortilèges et canassons!  /  Jockey  Vs.  Monkey on my back

 

Ca donne Quoi ? Ca commence sur un champ de course (de canassons) où l’on voit bien que oui, Omar Sharif et Guy Lux se sont fait des c… en or au tiercé/quarté/quinté + mais parce que tout ça c’était que arnaque et embrouilles (Longchamp/PSG même combat !).

Puis, sans crier gare, on retrouve Robinson Crusoé (non en fait c’est pas lui mais un mec qui a probablement le même coiffeur) qui s’évade d’une prison, saute dans un train de marchandises où il refroidit un mec qui le cherchait avant de se retrouver dans une vieille baraque où une tête de cheval taxidermisée (empaillée pour les plus incultes de nos lecteurs) brille d’une étrange lueur bleue et où il décroche un fer (à cheval toujours hein, il comptait pas repasser ses chemises)…et hop, sans transitions (enfin si, le fer à cheval, ...c’est fin) on se retrouve dans un haras où y a encore des embrouilles de jockeys et autres paris douteux…

bon et c’est comme ça tout le long, avec, pour faire bonne mesure, des filles peu farouches et de la magie noire incluant des transformations en équidé…ouf... soufflons un peu...

 

Qui trop embrasse... Et là effectivement, entre un mélange plus qu'hasardeux des genres, une narration compliquée inutilement, et un dessin qui, malgré certaines qualités, ne rattrape pas toujours le coup, j’ai eu bien du mal à aller au bout de ma lecture.



On se demande même si le scénariste a changé d'idée en cours de route ou si, à la manière de certaines séries Tv qui se voient rallongées, le sujet de départ n'était pas assez fourni et qu'il a eu envie/besoin afin d'atteindre une pagination conséquente, de rallonger la sauce.


Il ne faut pas confondre fourre-tout et original n'est ce pas.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : MONKEY ON MY BACK

 


C'est de qui : Sawtell & Shefter.

 

 

La Couv':

 

Arnaques, sortilèges et canassons!  /  Jockey  Vs.  Monkey on my back

 

 

Déjà entendus sur le site? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Malgré son titre (texto : « un singe dans mon dos » mais qu’on traduirait chez nous par « une épine dans le pied », oui, c’est sur c’est moins imagé mais bon, passons) Monkey on my back n’est pas la bio de la relation tendancieuse entre Tarzan et Cheetath mais  l’histoire d’un ancien boxeur de seconde zone, devenu héros de guerre (celle de 39-45 pour être précis), qui à la suite d’un traitement pour la malaria à base de morphine devient accro.

 

Parabole ampoulée, époque et mentalité obligent, sur le fait que « la drogue c’est mal », le long métrage est mis en musique par un duo que l’on connaît bien chez nous (contrairement aux cercles de pseudos cinéphiles qui ne jure que par John Williams et Hans Zimmer),  Bert Shefter et Paul Sawtell, responsables de centaines (si, si !) de B.O allant de la plus obscure série Z d’horreur à des films romantiques pour mégères de plus de 60 ans en passant par d’édifiants messages comme ce Monkey on my back.

 

Outre un peu de musique diégétique d’époque, le répertoire du score va de la musique militaire basique à des  thèmes où le drame et la noirceur sont de mises avec une poignée de cordes pour les exprimer.

 

Simples mais inventive (faute de moyens faut bien se rattraper ailleurs) la B.O du jour réussit –presque- à faire passer l’improbable scénario de Jockey.

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 08:22

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MARS HORIZON

 


C'est de qui : Porcel & Surcouf

 

 

La Couv':

 

(Pas) Seuls sur Mars  /  Mars Horizon  Vs.  Contact

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

(Pas) Seuls sur Mars  /  Mars Horizon  Vs.  Contact

 

Ca donne Quoi ? Projetez-vous quelques instants (le temps de la centaine de pages de  ce one-shot à peu près)  dans le futur. Oh pas beaucoup, juste une soixantaine d’années, suffisantes selon le postulat de départ de Mars Horizon qui voit une équipe hétéroclite de scientifiques partir pour étudier la Planète Rouge afin de voir si une installation de l’homme est envisageable. Entre expériences poussées et tranches de vie quotidienne, la mission s’avère bien remplie.

 

Mélangeant plutôt habilement données scientifiques et scénario de SF (gentillet), Mars Horizon premier bouquin de la collection Octopus le bébé de  Boulet chez Delcourt, fait le tour (d’horizon c’est le cas de le dire !) de ce que Florence Porcel, spécialiste passionnée s’il en est du sujet, avait envie de faire passer. Le dessin très axé jeunesse d’Erwann Surcouf rend le propos d’autant plus accessible.

 

Pourtant, comme ce fut le cas d’autres ouvrages de vulgarisation scientifique que j’ai eu l’opportunité de lire (dans la Petite bibliothèque des savoirs chez le Lombard, ou encore Le Mystère du Monde Quantique chez Dargaud), j’ai trouvé l’album un peu trop riche en informations à mon goût, peut être que la découverte (tardive dans l’histoire) de traces de vie, amenée autrement et plus tôt, aurait apporté un intérèt plus appuyé (tant q’a faire de l’anticipation autant y aller à fond !) mais, en même temps, ce n’est probablement pas le but recherché.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CONTACT

 

 

C'est de Qui ? A. Silvestri

 

 

La couv'

 

(Pas) Seuls sur Mars  /  Mars Horizon  Vs.  Contact

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? C’est assez rare pour être noté, Contact est un des seuls scores où, à une poignée de pistes près, Silvestri fait dans l’underscoring discret, voire passe partout, surtout comparé au vrombissant Volcano qu’il vient de conclure.

 

Ici c’est presque plus vers Forrest Gump et ses émotions à la louche qu’il faut chercher une parenté. Les thèmes des deux films ont d’ailleurs maints points communs. Certes Silvestri, quand le scénario l’exige, sort l’artillerie, mais même pas la lourde (exception faite de rythmiques galopantes) et même ses cuivres restent relativement sages.

 

On rajoutera à ce travail assez lambda l’utilisation du synthé pour la rencontre avec la race extra-terrestre, aussi téléphonée que peu inspirée, ce qui finit de faire de Contact l’un des travaux les moins intéressants de son compositeur mais dont la constante retenue n’empiète pas sur le propos – fourni- de Mars Horizon tout en lui conférant une ambiance SF bienvenue.

 

 

 

--------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 07:56
Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

 

 

Une fois n’est pas coutume, c’est à l’intéressée directement que nous allons demander son avis sur les BD jeunesse du jour :

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LES AMIES DE PAPIER

 


C'est de qui : Cazenove, Cécile et Chabbert

 

 

La Couv' :

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Déjà croisés chez B.O BD? Chabbert et Cazenove oui.

 

 

C’est édité par qui ? Bamboo

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Ca donne Quoi ? Alors Mathilda, de quoi parle ces Amies de Papier ?

 

« A la mer, où ils sont en vacances, le papa de Mei a oublié ses cadeaux d’anniversaire à la maison et, du coup, pour se rattraper, il lui offre du papier à lettre acheté à la boutique. Elle rencontre Charlotte a qui il est arrivé presque la même chose (sauf que elle c’est pour sa fête !).

 

Les deux filles vont devenir copines et, en se quittant, décider de s’écrire des lettres « comme les vieux » dit même Mei. Et on va vivre avec elles plein de choses et même lire les lettres qu’elles s’envoient ! »

 

Album généreux de 80 pages de BD entrecoupées des lettres des protagonistes (intelligente idée –si pas nouvelle- pour inciter les lectrices à…lire justement !), le pari des Amies de Papier, était risqué à l’époque où les écrans sont absolument partout et où les jeunes (pas les miens cependant, trop…jeunes justement, entre autre) ne vivent que par eux, écrivant de plus rarement avec tout les dégâts que ça peut faire sur leur maîtrise de la langue !  

 

Pourtant le trio d’auteurs de cet album le réussit haut la main –le pari- même si, ne rêvons pas, il y a fort peu de chances que les relations épistolaires reviennent à la mode. Je conclurai d’ailleurs par une petite anecdote perso édifiante : suite à la lecture de l’album, durant les dernières vacances scolaires, ma fille (8 ans) a eu envie d’écrire des lettres à ses copines et copains.

 

Louable intention s’il en est mais qui s’est soldée par l’incompréhension (quand ça n’a pas été carrément la moquerie) pour la plupart des destinataires qui n’ont pas compris la démarche… je sais pas où on va avec la génération qui arrive, mais c’est pas gagné*

 

 

*Oui, oui  je réalise bien  qu’en écrivant cette dernière phrase je passe pour un vieux réac’ !

 

 

                                 ----------------------

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LILI CROCHETTE

 


C'est de qui : Supiot & Chamblain

 

 

La Couv':

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

C’est édité chez qui ? La Gouttière

 

 

Une planche:

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Ca donne Quoi ? De Peter Pan à Polly et les Pirates, enfants et flibustiers ont toujours fait bon ménage (allez savoir pourquoi !?). Joris Chamblain l’a bien compris puisqu’il nous propose, accompagné au dessin du talent d’Olivier Supiot, décidément à l’aise dans tous les genres, de découvrir une nouvelle héroïne aussi téméraire qu’espiègle.

 

Elizabeth, fille d’un gouverneur  s’étant mis en tête de se débarrasser de Viggo Barbelongue, son ennemi juré, en a assez d’être chaperonné par sa nounou. Lors d’une de ses punitions, elle fait le mur et va, en compagnie de Mouche, son colibri, se frotter au corsaire et à son équipage…aux dépends de ce dernier !

 

Ce premier tome d’une nouvelle série jeunesse, pleine de pep’s et d’humour, et aux graphismes cartoony très colorés, (" Mais il se lit un peu trop vite ") a de bien beaux atouts pour plaire à un public de 2 à 8 ans ("Très bien avec mon petit frère!") sans problèmes.

 

 

----------------------------

 

 

Des chroniques de Mathilda et Fab

Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:42

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : THE LAST CONTRACT

 

 

C'est de qui : Estherren & Brisson

 

 

La Couv':

 

Dernière tournée  /  The Last Contract  Vs.  The Takers

 

Déjà croisée sur le site? Non.

 

 

C’et édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Dernière tournée  /  The Last Contract  Vs.  The Takers

 

Ca donne Quoi ? A la lecture de The Last Contract on se dit que les acteurs comme Clint Eastwood ou Bruce Willis ont fait les beaux jours de pas mal de scénaristes de comics US. Que ce soit le récent Southern Bastards ou cette mini série ci, les vieux durs à cuire implacables à qui on l’a fait pas et qui dézinguent à tout va, sont à la fête.

 

Ancien tueur à gages ultra efficace, un vieux retiré du métier comme, quasiment, de la vie en général, voit débarquer chez lui un duo de punks venu le refroidir. Ils bossent pour le compte d’un caid qu’un maitre chanteur menace de couler en dévoilant tous ses contrats passés…à moins qu’il ne fasse buter notre « héros ».

 

S’engage alors une multiple course poursuite des plus sanglante entre tout ce petit monde de tueurs dégénérés afin de sauver leurs  peaux et retrouver l’origine de tout ce bordel.

 

Si pas forcément des plus original dans son sujet (l’un des protagonistes envoie même une vanne très second degré à ce sujet), The Last Contract a pour lui une narration et un rythme ultra nerveux et un dessin à l’encrage léger et plutôt réussi même si la mise en couleur fait parfois perdre de la lisibilité.

.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TAKERS

 

 

C'est de Qui ? P. Haslinger

 

 

La couv'

 

Dernière tournée  /  The Last Contract  Vs.  The Takers

 

Déjà croisé dans le coin?  Une fois ou deux oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Petit film de casse avec trahisons, mafia russe, flic acharné et j’en passe, Takers a dû plus attirer par son casting éclectique que par son pitch ou sa réalisation…et encore !

 

La B.O a été confiée au faiseur Paul Haslinger qui, en parallèle de presque 20 ans de carrière avec Tangerine Dream s’est appliqué à rester dans le ventre mou de la discipline en  mettant en musique films d’action ou d’horreur burnés (les Underworld c’est lui), et jeux vidéo du même tonneau (quelques Rainbow Six ou Far Cry pour les connaisseurs).

 

Pour finir de vous situer, on est dans de l’électro froide et incisive, pas souvent inspirée pour ne pas dire téléphonée  qui vieillira aussi mal que le héros de The Last Contract sans forcément être aussi mortelle (quoique !) ; après, le temps d’un one shot, pourquoi pas ?

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags