17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 13:15

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : SHELTON & FELTER

 

 

C'est de qui ? J. Lamontagne

 

 

La Couv':

 

Duo de choc!  /  Shelton & Felter  Vs.  One of our dinosaurs is missing

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Kennes

 

 

 

Une planche:

 

 

Duo de choc!  /  Shelton & Felter  Vs.  One of our dinosaurs is missing

 

 

 

Ca donne Quoi ? On avait perdu de vue Jacques Lamontagne depuis son excellent boulot sur la série Aspic qu’il avait dû abandonner en cours de route, faute semble t-il de temps pour  mener de front tout les travaux qu’il avait en cours à l ‘époque.

 

C’est donc avec grand plaisir qu’on le retrouve, seul aux manettes  (mais en ayant soin de laisser la colo à Scarlett Smulkowski), avec Shelton et Felter, parue chez Kennes, série en gestation depuis dix ans !

 

On y rencontre un duo improbable composé d’un aspirant pigiste, ex boxeur et d’un libraire plein de tocs mais possédant une faculté d’observation qui rendrait Sherlock Holmes jaloux. Nos deux héros vont, bon gré mal gré, s’associer pour donner un coup de main à la police de Boston pour démasquer un serial killer lié au drame de la Mélasse qui frappa la ville quelques années plus tôt.

 

Comme tout bon premier tome cette Mort Noire sert surtout à présenter les principaux protagonistes et l’enquête, si intéressante et tirée d’un fait réel, m’a semblé passer en second plan par rapport à la mise en place générale. Les personnages sont bien campés et la série s’annonce dores et déjà prometteuse, le second volet emmenant nos enquêteurs sur les traces de vampires !

 

L’album est complété d’un cahier graphique fort bien fait, expliquant la genèse du projet et montrant notamment la technique de Lamontagne à partir de photos.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? ONE OF OUR DINOSAURS IS MISSING

 

 

C'est de Qui ?  Ron Goodwin

 

 

La couv' 

 

 

Duo de choc!  /  Shelton & Felter  Vs.  One of our dinosaurs is missing

 

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui une poignée de fois

 

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ce fort obscur film « live » de chez Disney qui date du milieu des années 70, s’il est tombé dans l’oubli, comme bon nombre des productions mineures de l’époque du studio aux Grandes Oreilles, a la particularité d’avoir une B.O signée Ron Goodwin qui figure parmi les plus fun du compositeur.

 

Singeant avec subtilité les grands scores d’espionnage de la décennie précédente, il démarre par un thème de générique des plus catchy et insuffle ensuite une dose d’humour potache à grands coups de faits d’armes orchestraux, tout cuivres dehors.

Il nous gratifie  même d’une pincée d’exotisme via des phrasés orientalisants bien incorporés au reste de la partition.

 

Un rien de suspense vient compléter ce score réjouissant qui, si peut être un peu trop enthousiaste par moments sur le tome 1  de Shelton et Felter, l’accompagne plutôt bien dans l’ensemble.

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 09:59

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : SEULE CONTRE LA LOI

 

 

C'est de qui ? Seiter & Wagner

 

 

La Couv':

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

 

Déja croisé chez nous? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

 

Ca donne Quoi ? J’étais étrangement passé à coté de cette adaptation par Roger Seiter, dont je suis, vous le savez, fort client, lors de la sortie du premier tome (sur deux), il y a maintenant une dizaine d’années.

Pourtant le scénario, adapté d’un roman de Wilkie Colins (qui occupe d’ailleurs un second rôle dans l’intrigue), avait tout pour me plaire : Dans l’Angleterre Victorienne de la fin du XIX° siècle, Valeria Brinton va voir son tout récent  mariage mis en péril par le passé de son époux, entaché d’une suspicion de meurtre.

 

Notre héroïne, en dépit des mœurs et coutumes de la société n’aura de cesse de découvrir le fin mot de l’histoire afin d’innocenter son mari.

Grace à l’intégrale parue au printemps chez Le Long Bec, agrémentée comme toujours d’une intro très informative, cet oubli est réparé et je ne le regrette pas, bien au contraire surtout que le scénariste a bien su capter l’atmosphère de l’écrivain et qu’il est une fois encore bien accompagné par le trait original et expressif de son compère Vincent Wagner.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? PURSUIT TO ALGIERS

 

 

C'est de Qui ? Divers

 

 

La couv' 

 

 

Mieux vaut être seule que mal accompagnée  /  Seule contre la loi  Vs.  Pursuit To Algiers

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui, tous.

 

 

On peut écouter? Vu qu'il fait trop chaud pour mettre un pied dehors, et que vous êtes probablement, bande de veinards, en vacances, je vous propose même de regarder le film en entier:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si la récente actualisation des histoires de Sherlock Holmes sur petit et grand écran a reçu – à juste titre- de chaleureuses louanges et critiques, ce ne fut pas toujours le cas.

En effet, dans les années 50, une suite de films avec Basil Rathbone dans le rôle titre, plaçait le détective dans l’immédiate après-guerre fit assez souvent grincer des dents.

 

Si l’on est loin de l’esprit des nouvelles de Conan Doyle, tout n’était pourtant pas à jeter aux orties dans ses longs métrages, à commencer par leur illustration musicale. Celle de cette Mission à Alger (mais oui, pourquoi notre détective ne pourrait-il pas prendre un peu des vacances lui aussi, hein !?) est des plus variée, et pour cause, on retrouve pas moins de 5 compositeurs cités au générique…ah, non, attendez, non-crédités en fait puisqu’il s’agit de « stock music », pistes écrites au kilo pour le compte des studios et étant destinées à être utilisées à tout va dans les productions de seconde zone.

 

Ainsi ce sont des partitions de gens comme Sawtell, Harline, Salter ou encore Skinner que nous pouvons entendre dans cette exotique enquête et, si vous venez souvent sur B.O BD, vous savez que tout ce petit monde connaît son métier et produit de la musique certes souvent calibrée mais toujours efficace.

 

Les ambiances sont panachées et, bien que les différences de style se font parfois entendre, le suspense reste le maître mot et les couleurs instrumentales, relativement identiques elles, forment une unité satisfaisante ; en tout cas pour l’accompagnement de Seule contre la loi !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 08:29

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LE CLUB DES PREDATEURS 2. THE PARTY.

 

 

C'est de qui ? Valérie Mangin (scénario) – Steven Dupré (dessin) – Roberto Burgazzoli (couleur)

 

 

La Couv':

 

L'homme est un loup pour… l'enfant  /  Le club des prédateurs 2  Vs. Oliver Twist

 

Déjà croisé sur le site? Oui sur le précédent tome

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

L'homme est un loup pour… l'enfant  /  Le club des prédateurs 2  Vs. Oliver Twist

 

Ca donne Quoi ? Jack tente toujours de délivrer ses amis enfermés dans les réserves du club, mais Elizabeth est devenue complètement mutique et amorphe à la suite du choc qu'elle a subit à la fin du 1e tome. Voir Jack dans la rue la ranime. Ils décident de s'attaquer au club en utilisant la petite fille simplette du cuisinier comme objet de chantage : sa libération contre l'empoisonnement du prochain banquet… Mais rien ne va se dérouler comme prévu!

 

Voici donc le 2e tome d'un diptyque noir, très noir (même le fond des pages est noir d'ailleurs!).

Steven Dupré est très à l'aise dans le rendu d'un monde victorien dur aux pauvres et clément avec les riches. La finesse de ses dessins lui permet de montrer les pires abominations sans faire fuir le lecteur.

 

Valérie Mangin est allé au bout de son histoire sans mollir et sans "happy end", une intrigue assez classique au demeurant et héritière des pires légendes urbaines.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? OLIVER TWIST

 

 

C'est de Qui   Rachel Portman

 

 

La couv' 

 

L'homme est un loup pour… l'enfant  /  Le club des prédateurs 2  Vs. Oliver Twist

 

 

Déjà entendu chez nous?  oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour le film de Roman Polanski, Rachel Portman est restée dans sa zone de comfort en utilisant essentiellement ses habituels schémas de cordes répétitives et un peu ronflantes.

 

Mais dans le morceau final (Newgate prison) proposé ci dessus, elle a introduit une noirceur particulière pour distiller l'angoisse de l'enfermement de manière plutôt efficace. L'arrivée d'une clarinette nostalgique est bienvenue au milieu des dégoulinades des cordes (même si elles évoquent des rythmes celtiques).

 

Un peu d'angoisse et de nostalgie pour accompagner en "douceur" les horreurs de l'album, apportent un décalage intéressant et d'autant plus oppressant par moment.

(Les lecteurs les moins habitués à l'accompagnement musical auront peut être un peu de mal avec ce choix mais la touche d'originalité qu'il amène est fort bienvenue. - Fab)

 

 

------------------

 

Une chronique de Gen.

 

 

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 10:48

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LES AILES DU SINGE 2. HOLLYWOODLAND.

 

 

 

C'est de qui ? E. Willem

 

 

La Couv':

 

Ce n'est pas au vieux singe...  /  Les Ailes du Singe 2  Vs.  The Big Heat

 

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Paquet.

 

 

 

Une planche:

 

 

Ce n'est pas au vieux singe...  /  Les Ailes du Singe 2  Vs.  The Big Heat

 

 

Ca donne Quoi ? En mise au vert après ses exploits new-yorkais et ses déboires avec la justice en général et Howard Hugues en particulier, notre simiesque héros met son talent de pilote émérite au service de l’usine à rêve, sur les collines d’Hollywood.

 

Néanmoins son récent bain dans l’Hudson avec le Z-03 semble avoir conféré à Harry d’étranges facultés qui vont lui être bien utiles quand il va se retrouver au beau milieu d’une tentative d’assassinat sur le président Roosevelt en personne.

 

Entre starlette fatale, acteurs et réalisateurs  célèbres, tueurs sans pitié, scènes de tournage épiques et autres querelles d’amoureux, le monde du cinéma  sous la Prohibition est loin d’être de tout repos !

 

A la manière d’un bon vieux film noir, mâtiné d’humour et d’aventure, Etienne Wilem confirme avec ce second volet des Ailes du Singe à la fois tout le potentiel de sa nouvelle série et l’étendue de son talent de conteur et d’illustrateur.

 

Un des coups de cœur de la rédaction et une des lectures incontournables de cet été.

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

 

C'est quoi : REGLEMENT DE COMPTES

 

 

C'est de qui ? H. Vars

 

 

La Couv':

 

 

Ce n'est pas au vieux singe...  /  Les Ailes du Singe 2  Vs.  The Big Heat

 

 

Déjà croisé chez nous? Certains oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si je préfère largement la période européenne du cinéma de Fritz Lang à ses réalisations Outre Atlantique, force est de reconnaître que certains des films réalisés après son exil forcé sont de petits joyaux du genre.

 

The Big Eat est un modèle de film noir, une histoire de corruption sordide et tragique au scénar violent et dur, prenant le spectateur aux tripes, dans lequel Lang mélange habilement les codes incontournables à des techniques récupérées de sa période expressionniste pour un résultat enthousiasmant.

 

Coté B.O bizarrement, si la musique du film est très réussie, il s’avère que bon nombre des pistes sont dues à des compositeurs attitrés au studio de l’époque, via du matériel de « stock » destiné à être utilisé quand l’occasion se fait sentir.

 

Ainsi on croise Henri Vars pour le thème principal et ses dérivés mais aussi Daniele Amfitheatrof et Arthur Morton (aussi entendus dans ses pages à l’occasion) pour la partie illustration musicale.

Si plutôt bien utilisée, l’ensemble de la musique manque tout de même un peu d’unité, forcément, et je reste assez dubitatif quant au fait que Lang n’ait pas porté plus d’attention à la B.O de son film (je suppute qu’il y aune explication à ce fait mais n’ait rien trouvé de concluant).

 

Cela étant, pas d’inquiétudes, c’est du score de noir pur jus et c’est raccord coté ambiance et époque avec ce second tome des Ailes du Singe, que demander de plus ?!

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:10

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : JACK WOLFGANG 1

 

 

C'est de qui ? Desberg & Reculé.

 

 

La Couv':

 

Un Agent très spécial  /  Jack Wolfgang  Vs.  Skyfall

 

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Une Planche :

 

 

 

Un Agent très spécial  /  Jack Wolfgang  Vs.  Skyfall

 

Ca donne Quoi ? Dans cette uchronie animalière, les animaux ont évolués depuis la fin du Moyen âge jusqu’à devenir aujourd’hui des être humains à quais part entière, vivant en –plus ou moins- bonne harmonie avec les humains, notamment grâce à une variation de tofu les empêchant de se laisser aller à leurs instincts prédateurs, se déplaçant sur deux pattes, portant des vêtements et, of course, parlant.

 

Le loup Jack Wolfgang est, sous couverture de son job de critique gastronomique, un agent de la CIA qui va être emmené à enquêter sur la mort de son ancien mentor et, par la même, en duo avec une panthère aussi charmante qu’efficace, découvrir une machination culinaire aux répercussions potentiellement catastrophiques pour la gent animale.

 

C’est une bien étrange recette que nous propose là Desberg ; une cuillère d’espionnage sexy et animé à la James Bond, une mesure d’anthropomorphisme entre Blacksad et Sherlock Fox (avec lequel il partage l’idée de l’ »ersatz » alimentaire), une pincée de gastronomie assez dans l’air du temps, le tout assaisonné du fort réussi dessin semi réaliste coloré et nerveux de Reculé qui relève bien le goût de l’ensemble.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? SKYFALL

 

 

C'est de Qui ? T. Newman

 

 

La couv' 

 

 

Un Agent très spécial  /  Jack Wolfgang  Vs.  Skyfall

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Peut on affirmer que le cahier des charges de la composition du score d’un James bond oblitère forcément la personnalité musicale de son auteur ?

 

Si cela a pu être le cas de par le passé, force est de reconnaître que Thomas Newman, embarqué dans l’aventure par son réal’ fétiche Sam Mendes, s’il laisse bien des plumes au passage du rouleau compresseur 007, s’en tire plutôt avec les honneurs.

 

Continuant dans la lignée de David Arnold, son prédécesseur, il enfonce le clou de l’utilisation de l’électronique à bon escient et développe le coté fort sombre du scénario de Skyfall avec son Bond vieillissant et revanchard.

 

Loin des envolées d’un John Barry, Newman, s’il cède bien à quelques démonstrations pyrotechniques où cuivres et cordes ne font pas forcément dans la subtilité, et autres réarrangements inventifs du thème bondien, Newman livre une grosse poignée de pistes toutes en tension sourde et souvent bien pensées (le morceau d’ouverture et son exotisme discret, les ajouts d’instruments solistes dans certains morceaux).

 

Une B.O qui n’a pas à rougir de la comparaison avec la quasi majorité des 22 précédentes et qui est tout a fait adéquate à la lecture de la série de Reculé et Desberg.

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags