17 janvier 2023 2 17 /01 /janvier /2023 14:33





 

LA BD:





 

C'est quoi ? FRIDAY



 

C'est de qui ? Brubaker & Martin



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Toute sa jeunesse, Friday l’a passé à éclaircir des mystères avec son meilleur ami Lancelot, un marginal comme elle.

 

Au moment de quitter leur patelin pour la fac, la jeune fille a voulu savoir s' il y avait quelque chose de plus entre eux et a quelque peu mis à mal leur amitié.



 

La voilà revenue le temps des vacances de fin d’année et à peine a-t-elle remis les pieds à King’s Hill que Lancelot l’entraîne sur une nouvelle enquête plutôt glauque qui fait rapidement ressortir de vieux démons.



 

Après plus de 3 décennies à exploiter extensivement l’univers du polar et des super-héros, avec un petit virage de temps à autre du coté du fantastique, voilà que le vétéran Ed Brubaker prend tout le monde de court avec cette nouvelle série, qui, si elle flirte avec ses genres de prédilection, se veut avant tout une histoire sur les relations d’adolescents.

 


 

Et pour ne rien gâcher, le scénariste se révèle un fin observateur avec ses personnages aux profils bien écrits qui n’ont rien à envier à ceux du spécialiste du genre.

L’histoire de ce premier volet, une fois le contexte installé, se révèle accrocheuse et riche en suspense comme en action.



 

Au dessin il s’est associé à l’espagnol Marcos Martin, lui aussi pas mal versé dans le super-héros, mais dont le trait atypique et anguleux n’est jamais meilleur que sur des séries un peu en marge, je pense notamment à Private Eye et Barrier, et qui donne ici au scénario de Brubaker une vraie personnalité et fait sortir le titre des sentiers battus.



 

Un habile et prometteur mélange des genres!






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi : GRIMM SEASON 2



 

C'est de qui ? R. Marvin



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ? Si la série TV Grimm malgré son mélange de polar et de fantastique ne m’a pas convaincu sur ses 6 saisons a maintenu un bon niveau sur sa B.O pas mal fichue qui emprunte autant aux anciennes musiques d’épouvante avec des effets instrumentaux intéressants, qu’aux canons actuels du genre.

 

Le compositeur joue autant sur l’étrangeté du monde surnaturel avec des mélodies aux échos  elfmaniens aux dissonances de cordes agréables, que sur le suspense et l’action- pas mal représentés- à base de pistes plus musclées avec  notamment un peu de guitare disto et un travail intelligent sur la rythmique et les effets de post prod.

 

Un mash-up de genres dans l’esprit de celui de Friday pour lequel il a fait une bande son plus qu’honorable.






 

---------------

 

Repost0
9 janvier 2023 1 09 /01 /janvier /2023 13:26

 

LA BD:





 

C'est quoi ? CHERCHEZ CHARLIE



 

C'est de qui ? Moynot



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Sarbacane

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ?C’est l’histoire d’une malette de laquelle un livret de comptes appartenant à un caid de la pègre va tomber, causant une réaction en chaine dans laquelle sont impliqués un débutant du FBI, une bande de hippies pickpocket, un bad boy latino dangereux, un transsexuel, un mac afro americain chauffeur de taxi à ses heures, la mafia et, last but not least, le Charlie du titre, bagman malchanceux et pas très futé (quoique!).



 

Tout ce petit monde va jouer au jeu du chat et de la souris sanglant dans le New York de la fin des années 60 et peu d’entre eux vont en tirer leur épingle.



 

S’il reste dans le Noir, Moynot nous en livre cette fois çi un récit fort coloré avec cette course poursuite à la narration multiple imbriquée et maline, dans une Grosse Pomme résolument psychédélique dont il rend cependant bien le fourmillement d’alors.



 

Son style semi réaliste et - donc- les couleurs bigarrées, atténuent le violence du récit, que certains auraient pu définir -par paresse ou manque de références- de tarantinien, mais que je rapprocherai plus des polars U.S des années 70/80, de Don Siegel à Scorcese, et font de ce one-shot une lecture originale.






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :HARRY GENTLEMAN PICKPOCKET



 

C'est de qui ? L. Schifrin



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.



 

On peut écouter ?

 


 

 

Ca donne Quoi ? Dans la plus pure tradition de ses grands succès où le jazz groovy côtoie un suspense au cordeau, de Bullit à la série des Dirty Harry, la B.O de ce film de 73 brille par sa variété autant que par sa qualité.

 

Au milieu de pistes essentiellement dédiées à une ambiance lounge, Schifrin place un brûlot funky, un thème sur vitaminé qui ne démériterait pas dans un film de Van Peebles ou encore un peu de romance sexy.

 

En 1 grosse heure et plus de 30 morceaux on a largement de quoi piocher pour bien accompagner la recherche de Charlie dans New York!





 

---------------

 

Repost0
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 19:32

 

LA BD:





 

C'est quoi ? NOVEMBER. LA VOIX AU BOUT DU FIL.



 

C'est de qui ? Charretier et Fraction



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Sarbacane

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur le premier.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé nos trois héroïnes dans des situations tendues, face à des évènements qui les dépassent de loin.

 

Voilà que le destin les réunit pour une confrontation avec les bad guys de l’histoire et la tension devient explosive quand Kay, fliquette frustrée qui a décidé qu’elle ne fermerait plus les yeux, prend les choses en main et se sert de son arme!



 

Pour Emma et Dee le temps de la reprise en main de leurs vies est venu et elles vont devoir faire des choix radicaux face à des flics corrompus bien décidés à ne pas les laisser plomber leur trafic juteux, quitte à commettre l’irréparable.



 

Si lors de ma lecture du premier tome j’avais trouvé le scénar de Fraction un peu trop classique, il faut reconnaître que le métier du bonhomme  fait ici la différence et que la conclusion de son récit chorale est plutôt convaincante, avec ce qu’il faut d’action et de suspense et des personnages féminins assez nuancés et originaux pour emporter l’adhésion.

 

Côté dessin Elsa Charretier confirme qu’elle s’en sort aussi bien quand il s’agit de mettre en images de grosses franchises calibrées (Star Wars…) que des récits de genre plus indies (Infinite Loop ou, donc, ce November).

De son trait qui fait penser à celui de Cooke -surtout sur un tel récit- elle donne une vision originale du polar féminin glauque de Fraction. 






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :GONE



 

C'est de qui ? D. buckley



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable.



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ? Alternant grosses prods calibrées (Jason Bourne), séries TV à succès (Sandman, The Good Wife) et jeux vidéos blockbuster (Batman Arkham Knight), le britannique David Buckley s’est surtout spécialisé dans la B.O de thrillers sur petit et grand écran.

 

Pour cette série B sortie il y a une décennie, dans laquelle une jeune femme doit faire face à un tueur quand la police ne la croit pas (tiens!), il privilégie un certain underscoring d’ambiance, avec des plages instrumentales plutôt sobres aux accents mineurs qui créent un certain malaise.

 

Utilisant pas mal de sons et arrangements électroniques, le compositeur soigne aussi ses moments dédiés à l’action, avec une forte dose de percussions notamment.

 

L’ensemble est un peu passe partout et commence à dater mais reste de bon aloi pour faire office de score de polar urbain du type de November.





 

---------------

 

Repost0
8 décembre 2022 4 08 /12 /décembre /2022 15:13




 

LA BD:





 

C'est quoi ? LE CRIME PARFAIT



 

C'est de qui ? Divers



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Phileas

 

 

Déjà croisés sur le site? Pas mal d’entre eux.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Noir c’est noir! Les 11 récits qui composent cette anthologie en sont une fort bonne preuve puisque sous les plumes et crayons d’artistes aussi divers et talentueux que Moynot, De Metter, Sandoval, Chabouté ou encore Gess, on assiste à un panorama de crimes tous plus tordus les uns que les autres.



 

Contemporains ou historiques, fantastiques ou réalistes, en noir et blanc ou en couleur, il y en a pour tous les gouts que ce soit scénaristiquement ou raphiquement, avec, en fil rouge (sang) des cadavres à la clé.



 

Contrairement à l’autre anthologie de genre de cette fin d’année - le Indians de Oger et ses compères, seul titre à rassembler plus de noms célèbres du médium que ce Crime Parfait - ici on ne cherche pas l’unité graphique ou scénaristique. Il n’y a qu’à voir le (grand) écart entre le récit des bas fonds parisiens des années folles signé Gess et son trait si personnel (on pense évidement, époque choisie oblige, à ses récents et excellents Contes de la Pieuvre) et celui de Guérineau sur le métier de bourreau, en passant par le noir et blanc délié de Chabouté revisitant à sa façon un crime historique ou le le semi réalisme d’un Rabaté et son histoire de filiation glaçante…

 


 

Bref vous l’aurez compris l’amateur de noir en aura pour son compte, et si l’album est parfois un peu inégal, on ne boudera pas le plaisir de retrouver tant d’auteurs talentueux réunis sous une même couverture! 






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :CRIME SCENE



 

C'est de qui ? Divers.



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Certains oui.



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ? Il aurait été difficile de trouver la B.O d’un même film qui couvre autant d’atmosphères et d’époques différentes aussi opterons nous ici pour une compil de thèmes et autres génériques de longs métrages et séries qui couvrent deux decennies facile de ce que le noir a fait de mieux sur petit comme grand écran.

 

On retrouve sur cette galette de grands noms du score et du jazz réinterprétant ou reprenant des choses aussi connues que le Mission Impossible de Schifrin, l’excellent Homme au bras d’Or de Bernstein voire le Bon Baisers de Russie de Barry tous agrémentés d’une dose plus ou moins légère de groove  savamment dosé qui leur donne, pour certaines, une nouvelle dimension.

 

Si quelques pistes sonneront trop connues ou trop enjouées avec quelques-uns des récits du Crime Parfait, le reste se révélera tout à fait adéquat. 





 

---------------

 

Repost0
bobd - dans Franco Belge Noir Phileas
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 15:00

 

LA BD:





 

C'est quoi ? LE LABEUR DU DIABLE.



 

C'est de qui ? Beddiar, Babbyan & Holland



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? L.A, de nos jours, Webster, tout juste quarantenaire dont la vie est triste au possible entre un boulot où il sert de serpillère à tout le monde, un célibat forcé rythmé par des vidéos X sur son téléphone et un voisinage peu accueillant, va voir son existence transformée par un cadeau peu commun tombé du ciel (ou presque).


 

Un sac rempli d’armes, d’un badge de flic et d’un uniforme. Il n’en fallait pas plus pour que la schizophrénie latente de notre anti-héros prenne le pas sur sa personalité frustrée et en fasse un ubermensch qui va prendre sa revanche sur le quotidien.


 

A mi chemin entre le Chute Libre de Scumacher et le 100 Bullets de Azzarello et Risso, Le Labeur du Diable pousse le vice encore un peu plus loin en étalant tout ce que la société U.S (et pas que) possède de crade, de violent, de dégradant…

Voyeuriste et jusqu'au boutiste, ce premier tome d’une histoire destinée au départ à être portée sur grand écran ravira les amateurs de cinéma bis gore, laissant peu de place à l’imagination.



 

De références cinématographiques il est évidemment question puisque le scénariste est -entre autre- un spécialiste du genre qui a notamment écrit pour le mythique Mad Movies.

 

Pour sa première incursion dans le 9° art il ne fait pas dans la dentelle, optant au contraire pour une approche rentre-dedans assumée (tout comme ses clins d’oeil au cinéma, détaillés dans un passionnant dossier en fin d’album).



 

Le dessin signé à 4 mains est à l’image de son scénario: sans concessions, agressif et anguleux, avec des couleurs souvent criardes pour appuyer (si besoin il y avait eu) le propos.

Si pas forcément novateur le concept est traité de façon efficace mais pas sur que je sois de la partie pour la suite et fin (qui promet cependant d’être explosive!).






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi ? WRATH OF MAN



 

C'est de qui ? C. Benstead



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non



 

On peut écouter ?

 


 

 

Ca donne Quoi ? Parti très fort, comparé à un Tarantino à l’anglaise (ce qui, si vous voulez mon avis, n’est pas forcément un compliment ce dernier étant surtout un remakeur au talent indéniable mais côté créativité on repassera), Guy Ritchie a cependant rapidement abandonné ce qui faisait le sel de ses films pour s’enliser dans des réalisations plus passe partout voire carrément passables.

Son dernier en date, Wrath Of Man, confirme malheureusement cet état de fait, le britannique recyclant des idées exploitées ailleurs (parfois par lui) de façon aussi redondante qu’inintéressante.



 

Seconde collaboration de Ritchie avec Benstead, ce Wrath of Man ne brille pas non plus d’une folle originalité même si l’impact de certaines pistes est indéniable.



 

Multi-instrumentiste et arrangeur de talent (il est en partie responsable de l’Oscar pour Gravity remporté par Steven Price et a bossé notamment sur des choses aussi intéressantes que Dark Swan) Benstead joue pas mal la carte de l’underscoring à base de sons électros vrombissants et menaçants et autres thèmes épurés de cordes,  avec quelques moments de bravoure bien senti où les percus (électros elles aussi) s’invitent à la fête pour un résultat explosif.

 

Pour un réal’ qui s’est fait connaître entre autre pour la qualité et l’accorcvhe de ses bandes sons, Ritchie marque encore une fois le pas même si, en l’état, le travail de Benstead fait le job, que ce soit sur ce film lambda ou la BD coup de poing à l’estomac du jour. 





 

---------------

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags