24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 05:45

 

 

Parce que, oui, on peut aussi lire autre chose que de la BD en musique.

 

Allez donc faire un petit tour au Hangar Cosmique de Lio (merci à lui!) pour tester ça:

 

 

(Illustration de Erwan).

 

 

Et pour vous mettre l'eau à la bouche, la Playlist du début de la nouvelle:

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 16:29

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : PROIES FACILES

 

 

C'est de qui ? Prado

 

 

La Couv':

 

Méfiez vous du 3° Age  /  Proies Faciles Vs.  Blood

 

Déjà croisé chez nous? Non.

 

 

C’est édité par : Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Méfiez vous du 3° Age  /  Proies Faciles Vs.  Blood

 

Ca donne Quoi ? La misère humaine est exploitée partout de la même façon. Ainsi, comme en Europe du Nord ou aux Etats Unis, les scandales financiers liés à l’immobilier ou a des placements foireux conseillés par des groupes bancaires sont monnaie commune (si l’on peut dire) et les responsables sont rarement punis.

 

C’est à partir d’un fait divers découlant de cette situation que Miguelanxo Prado a décidé d’écrire ce polar urbain et social, enquête à mi-chemin entre la série TV nerveuse et la chronique sociétale désabusée.

 

Plusieurs employés de différentes banques, à des postes plus ou moins hauts placés, meurent dans d’étranges circonstances les uns à la suite des autres. Bientôt le duo de policiers mis sur le coup découvre qu’ils ont tous été victimes d’un empoisonnement. Remonter le fil de meurtres  aussi inhabituels ne va pas être une mince affaire et bientôt le lien semble être une arnaque financière d’envergure.

 

Un peu comme son compatriote Canales quelques mois plus tôt, déjà chez Rue de Sèvres, Prado livre un album où des personnes âgés se rebellent contre une société gangrénée qui les spolie, dans un noir et blanc très expressif aux ombrés d’une rare maîtrise. Un one-shot à la croisée des genres prenant de bout en bout.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? BLOOD

 

 

C'est de Qui ? D. Pemberton

 

 

La couv'

 

Méfiez vous du 3° Age  /  Proies Faciles Vs.  Blood

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui, une fois au moins.

 

 

On peut écouter? Pas d’extraits vidéo, voici donc un lien audio, et la bande annonce du film :

 

Ca donne Quoi ? S’il a démontré il y a peu sa capacité à produire une musique funky très marquée 70’s sans pour autant être un pastiche pur et simple, et s’être également illustré sur de la B.O d’épouvante (on y reviendra à l’occasion) le britannique Daniel Pemberton est tout à fait capable de faire de l’underscoring de néo-noir.

 

Sur un scénario très sombre (deux flics, frères de surcroit, forcés d’enquêter sur  un crime qu’ils ont eux même commis) il tisse une toile complexe malgré les apparences où l’émotion le dispute au suspense le tout dans une économie d’effets manifeste.

 

Les cordes sont essentiellement employées dans les graves, un piano s’invite de temps à autre sur certaines pistes,  quelques arrangements électroniques et pas mal de percussions discrètes viennent compléter une partition originale et efficace, très à propos pour ce Proies Faciles.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 08:40

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : ROSKO. LES ENFANTS DE MARIE.

 


C'est de qui : Zidrou & Kispredilov

 

 

La Couv':

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Déjà croisé par ici? Oui, souvent le scénariste et le dessinateur sur le tome précédent.

 

 

C’est édité chez ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Ca donne Quoi ? Rosko a décidé qu’il ne paierait pas les pots cassés de ses ex-patrons, responsables de l’évasion de Per Svenson, le tueur en série qu’il avait appréhendé 6 ans plus tôt, surtout que le but avoué est de faire de l’audimat.

 

Mais quand la seule rescapée de l’hécatombe débarque chez lui, trompé par son prédateur, il comprend que l’on n’échappe pas à son destin, et celui de Rosko est très, très noir !

 

Trois ans après le premier tome, ce second volet vient conclure ce qui devait être au départ une trilogie. On ne sait pas à quoi sont dus délais et changements, on va surtout s’estimer heureux d’avoir pu lire la fin de ce polar d’anticipation violent et jusqu’au-boutiste.

 

Zidrou a opté pour l’option total pessimisme, pas de happy end, pas de morale, juste un triste état des lieux de ce que pourrait devenir notre société de plus en plus dirigée par les médias via les écrans de toutes sortes.

 

Coté dessin je suis moins amateur du style épuré de Kispredilov, parfois un peu flou sur les personnages dans les scènes d’ensemble, mais il faut reconnaître qu’avec ses choix de couleurs inattendus, ça sort des sentiers battus et reste peut être plus intéressant qu’avec quelque chose de plus réaliste.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? DREAMCATCHER

 

 

C'est de Qui ? J.N. Howard

 

 

La couv'

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Déjà entendu chez nous?  Pas mal oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? S’il a touché à quasiment tous les genres avant de devenir le compositeur attitré de M. Night Shyamalan, une fois sa collaboration avec ce dernier entamé, Howard a, tout de même, beaucoup exploité les thématiques qu’il a développé pour le réal aux fins choc.

 

Dans ce Dreamcatcher, petit film d’horreur sans prétentions, par exemple, on retrouve les marques de fabrique du compositeur : mélange d’électronique et d’instruments classiques, plages atmosphériques avec montée en puissance parfois cathartique, ambiance sur le fil du rasoir avec – ici – quelques intéressantes mais trop rares incursions dans la musique folklorique amérindienne, et underscoring un peu lambda de ci de là.

 

Néanmoins Dreamcatcher propose des transitions thématiques bien tournées et quelques arrangements qui sortent un peu des canons du genre ; le tout pour une B.O efficace et passe-partout, juste ce qu’il fallait avec cette conclusion de Rosko.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 08:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SCALP

 


C'est de qui : H. Micol

 

 

La Couv':

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

Déjà croisé sur le site? Oui Il y a peu même!

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

Ca donne Quoi ? Qu’il est loin le temps de cette course poursuite de dingue en total freestyle, ou cette satire acerbe et osée d’une certaine société française…

 

Le Micol 2017, toujours là où on l’attend pas et jamais à court d’inspiration a jeté son dévolu sur les milles vies de John Glanton, hors la loi, soldat, mercenaire, chef de bande sanguinaire et despotique, chasseur de scalps et tueurs d’indiens, qui finira d’ailleurs massacré par ces derniers.

 

Il en fait une fresque graphique hors normes à base de grandes cases en noir et blanc, tableaux glauques et gores, parfois scabreux dignes d’un Gustave Doré sous acides, à la démesure de la sauvagerie du personnage.

Visiblement hanté par son projet (et, quelque part dans la lignée de Terre de Feu, sa série inachevée), Hugues Micol passe un nouveau cap dans sa maîtrise et son approche du médium et nous assène avec Scalp la première claque graphique et narrative de l’année.

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SNOWTOWN

 

 

C'est de Qui ? J. Kurzel

 

La couv'

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Pour leur première collaboration, les frangins Kurzel testaient déjà une formule amenée à se pérenniser pour le meilleur, à savoir des sujets de longs métrages sombres et une B.O conceptuelle, élément majeur du film.

 

SnowTown a pour sujet une série de meurtres en Australie dans les années 90, Jed Kurzel (le Monsieur Musique de la fratrie), écrit un score aux éléments qui deviendront sa marque de fabrique (et trouveront leur apogée dans l’inspiré Macbeth).

 

Nappes de mauvaises augures à base de notes répétées quasi hypnotiques, jouées par des cordes inhabituelles (Guitare, mandoline, etc…) rehaussées d’effets de feedback électro, ses pistes sont plus proches parfois de l’atmosphère sonore type underscoring que de la B.O à proprement parler tout en étant redoutable d’efficacité.

 

Une ambiance aussi conceptuelle que l’album avec lequel elle a été écoutée et dont elle a renforcé l’aspect décalé et puissant.

 

 

 

----------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 09:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : METROPOLIS 4

 


C'est de qui : Lehman & De Caneva

 

 

La Couv':

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Ca donne Quoi ? Nos enquêteurs touchent le fond : Faune est amoureux de Loulou et cherche à se débarrasser de Lohmann qu’il a poussé vers son coté obscur.

 

Alors que la piste d’Adolf Hitler se précise, une machine mythique, l’ Automate Mental 45, refait surface et remet carrément la réalité historique en question.

 

Le duo artistique derrière Métropolis était attendu au tournant et ne déçoit en rien sur cette conclusion haute en couleur. Certes la fin en surprendra peut être certains, à plus d’un titre, mais j’ai trouvé, une fois encore, le jeu sur les références assez brillant.

 

Nous en discutions avec Gen il y a peu, lire Métropolis sans un certain bagage coté expressionisme allemand, Lang en tête, doit forcément faire perdre de la saveur à la série, mais nous ne sommes pas non plus dans une transtextualité m’as-tu vu à la Alan Moore et l’intrigue se tient très bien même si on n’a pas vu M Le Maudit ou si l’Androïde dorée ne nous évoque rien.

 

L’œuvre de Lehman, débutée avec la Brigade Chimérique et étoffée ensuite de titres comme L’Homme Truqué, L’œil de la Nuit ou encore, donc, Métropolis, s’enrichit à chaque nouvel opus, confirmant le talent d’écriture du bonhomme qui, en plus, coté dessinateurs, sait bien s’entourer. Que demander de plus ?

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE FLY

 

 

C'est de Qui ? H. Shore

 

 

La couv'

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Déjà croisé dans le coin?  Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? La collaboration entre Cronenberg et Shore a été prolifique et enrichissante pour l’un comme pour l’autre au fil des années. The Fly marque un tournant dans la carrière du compositeur, en abordant – en accord avec le réal’- la partition comme celle d’un opéra, Shore élargit en effet clairement ses domaines d’écriture.

 

Evitant avec bonheur l’électronique pourtant très en vogue à l’époque, (nous sommes au beau milieu des années 80), il exploite à fond l’ensemble de l’Orchestre Philharmonique de Londres pour donner vie à ses thèmes basés sur des motifs à deux , quatre ou six notes mais qui se développent  en tout symphonique.

 

Les montées de cordes notamment seront une source d’inspiration pour toute une génération de compositeurs à venir qui œuvreront dans l’horreur ou la S .F.

 

Un score d’envergure pour clore comme il se doit une série à nulle autre pareille.

 

 

 

 

-------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags