16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 14:06

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA MALEDICTION DE GUSTAVE BABEL

 


C'est de qui : Gess.

 

 

La Couv' :

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui

 

 

C’est édité par qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Ca donne Quoi ? Les années 20, Gustave Babel, ex-tueur à gages redoutable, vient d’être abattu dans sa retraite sud américaine. Alors que la vie s’échappe de son corps, il revoit en flashback son existence mouvementée, au service de la Pieuvre, mafia parisienne qui tire les ficelles du monde du crime.

 

A la suite de trois contrats où les victimes meurent avant que Babel n’ait pu les atteindre, ce dernier commence à tenter de remettre en place un passé sombre, fait d‘absences, de trous dans sa mémoire.

Ce qu’il y découvre dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer et vont le confronter à sa némésis, l’Hypnotiseur.

 

Cinq années Babel sera resté en « gestation », Gess, qui avait débuté la série pour le site 8comix a finalement pu achever son premier album solo, histoire passionnante et tentaculaire de près de 200 pages où l’on retrouve, outre le graphisme si particulier et original de l’auteur, quelques unes des thématiques qui parcouraient déjà ses précédents ouvrages, mais avec une vraie personnalité.

 

Habile mélange d’influences où l’on peut retrouver des réminiscences aussi bien des Enfants du Paradis que du  Samourai, le tout saupoudré d’une touche bienvenue de fantastique, cette Malédiction est un bol d’air dans un paysage Franco-Belge quasi exsangue de sa surproduction d’œuvre souvent formatées et interchangeables !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DR. MABUSE. INFERNO

 

 

C'est de Qui ? R. Israel

 

 

La couv'

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Déjà croisé ici? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Robert Israel est un compositeur atypique s’il en est. En effet, l’homme s’est fait une spécialité d’écrire des partitions pour des films muets qui, pour la quasi majorité, en étaient jusqu’alors dépourvus.

 

Le Docteur Mabuse, premier du nom, séparé en deux parties (Inferno en étant la seconde) a déjà été mis en musique – à posteriori-  deux fois (compositions que nous avons toutes deux entendues chez nous), si la version d’ Israel n’est pas ma préférée, il faut reconnaître un vrai charme à son ambiance volontairement surannée faite essentiellement de mélodies jouées par des instruments solistes : violon, piano…qui parfois se rencontrent, agrémentés de percussions aussi simples qu’inattendues et pourtant terriblement efficaces.

 

Suspense est évidemment le mot d’ordre ici, mais oubliez les lieux communs du film noir, Israel est un habitué de la musique du début du siècle précédent, traduit ses idées thématiques par des phrases recherchées qui, malgré leur sonorité datée, transpirent parfois la modernité dans l’approche. Une B.O parfois quasi diégétique très réussie, idéale pour accompagner la Malédiction de Gustave Babel.

 

 

 

----------------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 08:40

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : ROSKO. LES ENFANTS DE MARIE.

 


C'est de qui : Zidrou & Kispredilov

 

 

La Couv':

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Déjà croisé par ici? Oui, souvent le scénariste et le dessinateur sur le tome précédent.

 

 

C’est édité chez ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Ca donne Quoi ? Rosko a décidé qu’il ne paierait pas les pots cassés de ses ex-patrons, responsables de l’évasion de Per Svenson, le tueur en série qu’il avait appréhendé 6 ans plus tôt, surtout que le but avoué est de faire de l’audimat.

 

Mais quand la seule rescapée de l’hécatombe débarque chez lui, trompé par son prédateur, il comprend que l’on n’échappe pas à son destin, et celui de Rosko est très, très noir !

 

Trois ans après le premier tome, ce second volet vient conclure ce qui devait être au départ une trilogie. On ne sait pas à quoi sont dus délais et changements, on va surtout s’estimer heureux d’avoir pu lire la fin de ce polar d’anticipation violent et jusqu’au-boutiste.

 

Zidrou a opté pour l’option total pessimisme, pas de happy end, pas de morale, juste un triste état des lieux de ce que pourrait devenir notre société de plus en plus dirigée par les médias via les écrans de toutes sortes.

 

Coté dessin je suis moins amateur du style épuré de Kispredilov, parfois un peu flou sur les personnages dans les scènes d’ensemble, mais il faut reconnaître qu’avec ses choix de couleurs inattendus, ça sort des sentiers battus et reste peut être plus intéressant qu’avec quelque chose de plus réaliste.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? DREAMCATCHER

 

 

C'est de Qui ? J.N. Howard

 

 

La couv'

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Déjà entendu chez nous?  Pas mal oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? S’il a touché à quasiment tous les genres avant de devenir le compositeur attitré de M. Night Shyamalan, une fois sa collaboration avec ce dernier entamé, Howard a, tout de même, beaucoup exploité les thématiques qu’il a développé pour le réal aux fins choc.

 

Dans ce Dreamcatcher, petit film d’horreur sans prétentions, par exemple, on retrouve les marques de fabrique du compositeur : mélange d’électronique et d’instruments classiques, plages atmosphériques avec montée en puissance parfois cathartique, ambiance sur le fil du rasoir avec – ici – quelques intéressantes mais trop rares incursions dans la musique folklorique amérindienne, et underscoring un peu lambda de ci de là.

 

Néanmoins Dreamcatcher propose des transitions thématiques bien tournées et quelques arrangements qui sortent un peu des canons du genre ; le tout pour une B.O efficace et passe-partout, juste ce qu’il fallait avec cette conclusion de Rosko.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 17:30

 

 

 

Pour les 3 enfants d'un neveu, j'ai essayé de trouver (avec l'aide de mon libraire préféré) des albums pouvant leur correspondre.

 

 

 

 

Pour le plus petit qui a 3 ans ½ :

 

 

 

C'est quoi : La vavache – Plif! Plaf! Plouf!

 

 

C'est de qui ? Virginie Vertonghen, Carine De Brab et Veerle Swinnen

 

 

La Couv':

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Ça donne Quoi ? Sur son île paradisiaque, la vavache reçoit par la poste une petite piscine gonflable. La baignade commence bien, mais voilà que trop de monde veut la partager et la petite piscine n'y suffit pas… Résultat : une explosion qui envoie valser tous les  baigneurs.

 

Voilà un album muet bien adapté à une découverte de la BD : des personnages animaliers réalisés en dessins tout ronds par Virginie Vertonghen et bien colorés par Veerle Swinnen plus une histoire simple écrite par Carine de Brab (mais qui demandera un peu d'assistance des parents ou des aînés pour certains détails).

 

Un clin d'œil aux grands que j'ai bien aimé : c'est l'arrivée sur le crâne de l'éléphant d'une toute petite coccinelle qui déclenche l'explosion… de quoi me rappeler plein de dessins animés de Tex Avery!

 

 

 

----------------------

 

 

 

Pour le second qui a 7 ans :

 

 

 

 

C'est quoi : Octave et le cachalot

 

 

C'est de qui ? David Chauvel et Alfred

 

 

La Couv':

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Déjà croisé sur le site? oui

 

 

Une planche:

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

 

Ça donne Quoi ? Octave habite sur une île dans la maison la plus à l'ouest. Il déteste la mer qui lui a pris son papa et refuse de se baigner… jusqu'au jour où il va falloir qu'il aide un cachalot échoué sur la plage. Octave y gagnera un ami et apprendra à nager avec ce grand professeur!

 

Pour un lecteur débutant, cette BD est idéale avec des textes écrits avec de grosses lettres et des mots simples. David Chauvel a choisi une histoire d'amitié extraordinaire qui conduit Octave à apprivoiser sa peur de la mer. Les illustrations d'Alfred ont la simplicité (apparente), la rondeur et les brillantes couleurs qu'aiment souvent les plus jeunes lecteurs.

 

 

 

---------------------

 

 

 

Pour la plus grande qui a 9 ans et qui est une déjà grande lectrice :

 

 

 

 

C'est quoi : Les carnets de Cerise – 1 Le zoo pétrifié

 

 

C'est de qui ? Joris Chamblain et Aurélie Neyret

 

 

La Couv':

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Ça donne Quoi ? Cerise est une jeune demoiselle de dix ans et demi qui veut devenir romancière plus tard. Elle essaye de deviner qui sont les gens qu'elle croise en les étudiant. Elle va découvrir un drôle de bonhomme du haut de la cabane dans la forêt où elle retrouve ses amies Line et Erica. Pourquoi le voit-on passer tous les dimanches avec 2 gros pots de peinture, propre le matin et couvert de taches le soir? Cela demande une petite enquête qui qui fera découvrir un surprenant zoo sans animaux y vivant.

 

Quelle belle découverte! Merci à mon libraire.

J'ai bien aimé la présentation de l'histoire comme un récit écrit par Cerise dans un carnet personnel d'où des pages écrites soigneusement à la main avec des éléments "collés" dedans (photos, plume…). L'histoire écrite par Joris Chamblain est sympathique et pas gnangnan pour 2 sous. L'enquête de Cerise n'est pas liée à un quelconque délit mais à son envie de découvrir qui est cet étrange peintre. Cette demoiselle a un caractère positif même si elle cache certaines choses à sa maman… avec l'aide de ses amies

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Les dessins d'Aurélie Neyret sont superbes avec une colorisation en parfaite adéquation avec le récit. Elle a choisi de ne pas délimiter les cases par des traits rectilignes mais de les laisser s'arrondir et se recouvrir par moments.

 

Une réussite de plus dans la collection Métamorphoses… mais plus destinée à de bons lecteurs quel que soit leur âge.

 

 

-------------------

 

Des Chroniques de Gen

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 09:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : METROPOLIS 4

 


C'est de qui : Lehman & De Caneva

 

 

La Couv':

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Ca donne Quoi ? Nos enquêteurs touchent le fond : Faune est amoureux de Loulou et cherche à se débarrasser de Lohmann qu’il a poussé vers son coté obscur.

 

Alors que la piste d’Adolf Hitler se précise, une machine mythique, l’ Automate Mental 45, refait surface et remet carrément la réalité historique en question.

 

Le duo artistique derrière Métropolis était attendu au tournant et ne déçoit en rien sur cette conclusion haute en couleur. Certes la fin en surprendra peut être certains, à plus d’un titre, mais j’ai trouvé, une fois encore, le jeu sur les références assez brillant.

 

Nous en discutions avec Gen il y a peu, lire Métropolis sans un certain bagage coté expressionisme allemand, Lang en tête, doit forcément faire perdre de la saveur à la série, mais nous ne sommes pas non plus dans une transtextualité m’as-tu vu à la Alan Moore et l’intrigue se tient très bien même si on n’a pas vu M Le Maudit ou si l’Androïde dorée ne nous évoque rien.

 

L’œuvre de Lehman, débutée avec la Brigade Chimérique et étoffée ensuite de titres comme L’Homme Truqué, L’œil de la Nuit ou encore, donc, Métropolis, s’enrichit à chaque nouvel opus, confirmant le talent d’écriture du bonhomme qui, en plus, coté dessinateurs, sait bien s’entourer. Que demander de plus ?

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE FLY

 

 

C'est de Qui ? H. Shore

 

 

La couv'

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Déjà croisé dans le coin?  Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? La collaboration entre Cronenberg et Shore a été prolifique et enrichissante pour l’un comme pour l’autre au fil des années. The Fly marque un tournant dans la carrière du compositeur, en abordant – en accord avec le réal’- la partition comme celle d’un opéra, Shore élargit en effet clairement ses domaines d’écriture.

 

Evitant avec bonheur l’électronique pourtant très en vogue à l’époque, (nous sommes au beau milieu des années 80), il exploite à fond l’ensemble de l’Orchestre Philharmonique de Londres pour donner vie à ses thèmes basés sur des motifs à deux , quatre ou six notes mais qui se développent  en tout symphonique.

 

Les montées de cordes notamment seront une source d’inspiration pour toute une génération de compositeurs à venir qui œuvreront dans l’horreur ou la S .F.

 

Un score d’envergure pour clore comme il se doit une série à nulle autre pareille.

 

 

 

 

-------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 15:48

 

Suite de notre cycle thématique du week-end; après les horreurs de la Guerre au Japon, voici un album qui évoque le drame de la vie sous l'occupation durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : COLLABORATION HORIZONTALE

 


C'est de qui : Carole Maurel & Navie

 

 

La Couv':

 

Guerre et BD  /  Collaboration Horizontale  Vs.  Kings Go Forth

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour la dessinatrice.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Guerre et BD  /  Collaboration Horizontale  Vs.  Kings Go Forth

 

Ca donne Quoi ? Je vais probablement faire grincer des dents dans les chaumières mais je serais parfois tenté de reprendre l'affirmation de Lalo Schifrin qui disait que 70% de la réussite d'un film est dû à sa musique, et à l'appliquer à la partie dessin dans la BD.


Certes ce serait un peu extrême mais je reste persuadé que tout fan intégral du médium comme moi ne serait pas loin du 50% voire 60% même en faveur des graphismes.


Forcément en attaquant ma chronique sur ce laïus vous pourriez penser, et je ne vous jetterais pas la pierre, que l'album du jour se résume à cette proportion. Il n'en n'est rien. Son scénario est même, c'est une évidence, à l’ origine de l'inspiration de la dessinatrice; c'est une histoire de femmes, une histoire d'amour, un récit fictif certes mais nourri d'éléments historiques.

 

En pleine Seconde Guerre Mondiale, dans un immeuble parisien, véritable microcosme de la société d’alors, avec ses sympathisants silencieux limite collabos, ses résistants de l’ombre qui luttent contre l’envahisseur et ces messieurs et mesdames tout le monde qui tente de continuer à vivre, Rose jeune femme dont le mari est au front et qui vit avec son fils, va commettre l’irréparable, tomber amoureuse d’une bel officier allemand.

 

Guerre et BD  /  Collaboration Horizontale  Vs.  Kings Go Forth

 

Une alliance rare du fond et de la forme font de ce drame historique une très belle réflexion tout en pudeur (et ce malgré son titre finalement assez cru) sur l’amour, la différence, le prix à payer pour assumer ses fautes. Certes on verse parfois dans le mélo et quelques lieux communs, mais la partie graphique finit d’emporter l’adhésion.

 

Après l ‘Apocalypse selon Magda l’an passé, Carole Maurel livre en effet une copie sans fautes, avec une narration graphique inspirée et innovante, toute en nuances, véritable plus value de Collaboration Horizontale.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? KINGS GO FORTH

 

 

C'est de Qui ? E. Bernstein

 

 

La couv'

 

Guerre et BD  /  Collaboration Horizontale  Vs.  Kings Go Forth

 

Déjà entendu sur B.O BD? Pas mal ouais.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Au milieu d’une année chargée en B.O variée, Bernstein écrit une de ses partition les plus aboutie pour ce film de guerre qui, comme l’album BD du jour, se déroule durant les dernières heures de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Si l’on passe le thème d’ouverture, un brin trop martial pour nous intéresser, l’éventail que propose le score de kings Go Forth est aussi riche que vaste. Du suspense, de la romance, des bon sentiments, de la musique illustrative où les groupes d’instruments jouent en solo ; on a même une poignée de pistes jazzy très agréables.

 

Le Bernstein des débuts, déjà touche à tout mais encore plein de fraicheur et pas encore roué aux ficelles du métier, ça ce ne se refuse pas, surtout quand c’est pour écouter avec un album original que celui chroniqué ci- dessus.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags