21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:25

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : DE CAPES ET DE CROCS 11 & 12

 

 

C'est de qui ? Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou

 

 

Une Couv':

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

Déjà croisé sur le site? oui.

 

 

 

Une planche:

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

Ca donne Quoi ? Je n'avais pas accroché à la lecture du tome 11, mais le tome 12 m'a réconcilié avec ce diptyque qui explique comment Eusèbe s'est retrouvé aux galères.

 

Comment l'adorable et naïf petit lapin blanc est confondu avec son frère jumeau Fulgence qui est son opposé absolu puisque c'est le roi des voleurs de la cour des miracles. J'avoue ne pas me rappeler si Fulgence intervient dans les 10 premiers tomes… Je vais devoir relire la série entière!

 

Les auteurs s'amusent à nous balader de références littéraires en références cinématographiques (à commencer par les titres des 2 tomes). Mais que les oublieux ne s'inquiètent pas, le diptyque peut se suffire à lui seul hors de la série et hors références variées pour son humour et son rythme effréné.

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

À noter que Delcourt a mis à disposition des lecteurs un glossaire pour expliquer les mots que nous n'utilisons plus depuis longtemps :

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LA TULIPE NOIRE

 

 

C'est de Qui Gérard Calvi

 

 

La couv'

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

Déjà entendu chez nous?  non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Comme la plupart des compositeurs des années 1950, Gérard Calvi avait de solides bases musicales classiques… Il a même été Prix de Rome de composition en 1945. À côté de ses œuvres symphoniques ou de musique de chambre ou encore ses opérettes, il fut un prolifique compositeur de chansons et de BO de films allant des dessins animés (plusieurs Astérix) aux comédies en passant par des films d'aventure ou de cape et d'épées comme La Tulipe Noire.

 

La marche de La Tulipe noire accompagnera l'épopée d'Eusèbe sur un rythme de cavalcade ponctué par des trompettes sonores. Un peu d'orgue électronique pour ralentir un peu avant de repartir de plus belle.

 

2 histoires de cape et d'épées qui se répondent l'une l'autre puisque ce sont 2 histoires de jumeaux!

 

 

-------------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 08:22

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MARS HORIZON

 


C'est de qui : Porcel & Surcouf

 

 

La Couv':

 

(Pas) Seuls sur Mars  /  Mars Horizon  Vs.  Contact

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

(Pas) Seuls sur Mars  /  Mars Horizon  Vs.  Contact

 

Ca donne Quoi ? Projetez-vous quelques instants (le temps de la centaine de pages de  ce one-shot à peu près)  dans le futur. Oh pas beaucoup, juste une soixantaine d’années, suffisantes selon le postulat de départ de Mars Horizon qui voit une équipe hétéroclite de scientifiques partir pour étudier la Planète Rouge afin de voir si une installation de l’homme est envisageable. Entre expériences poussées et tranches de vie quotidienne, la mission s’avère bien remplie.

 

Mélangeant plutôt habilement données scientifiques et scénario de SF (gentillet), Mars Horizon premier bouquin de la collection Octopus le bébé de  Boulet chez Delcourt, fait le tour (d’horizon c’est le cas de le dire !) de ce que Florence Porcel, spécialiste passionnée s’il en est du sujet, avait envie de faire passer. Le dessin très axé jeunesse d’Erwann Surcouf rend le propos d’autant plus accessible.

 

Pourtant, comme ce fut le cas d’autres ouvrages de vulgarisation scientifique que j’ai eu l’opportunité de lire (dans la Petite bibliothèque des savoirs chez le Lombard, ou encore Le Mystère du Monde Quantique chez Dargaud), j’ai trouvé l’album un peu trop riche en informations à mon goût, peut être que la découverte (tardive dans l’histoire) de traces de vie, amenée autrement et plus tôt, aurait apporté un intérèt plus appuyé (tant q’a faire de l’anticipation autant y aller à fond !) mais, en même temps, ce n’est probablement pas le but recherché.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CONTACT

 

 

C'est de Qui ? A. Silvestri

 

 

La couv'

 

(Pas) Seuls sur Mars  /  Mars Horizon  Vs.  Contact

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? C’est assez rare pour être noté, Contact est un des seuls scores où, à une poignée de pistes près, Silvestri fait dans l’underscoring discret, voire passe partout, surtout comparé au vrombissant Volcano qu’il vient de conclure.

 

Ici c’est presque plus vers Forrest Gump et ses émotions à la louche qu’il faut chercher une parenté. Les thèmes des deux films ont d’ailleurs maints points communs. Certes Silvestri, quand le scénario l’exige, sort l’artillerie, mais même pas la lourde (exception faite de rythmiques galopantes) et même ses cuivres restent relativement sages.

 

On rajoutera à ce travail assez lambda l’utilisation du synthé pour la rencontre avec la race extra-terrestre, aussi téléphonée que peu inspirée, ce qui finit de faire de Contact l’un des travaux les moins intéressants de son compositeur mais dont la constante retenue n’empiète pas sur le propos – fourni- de Mars Horizon tout en lui conférant une ambiance SF bienvenue.

 

 

 

--------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:17

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SOUS LES ETOILES

 


C'est de qui : L. Scarpa

 

 

La Couv' :

 

Cycle BD X  /  Sous les Etoiles  Vs.  'Round Midnight

 

Déjà croisée chez B.O BD? Non.

 

 

C’est édité par qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Cycle BD X  /  Sous les Etoiles  Vs.  'Round Midnight

 

Ca donne Quoi ? La collection Erotix de chez Delcourt continue à exhumer des œuvres intéressantes et souvent peu connues du genre avec, ce mois ci, un recueil de nouvelles érotiques par l’artiste italienne Laura Scarpa –précédemment parues dans une revue italienne dans les années 90-  dont le trait fin et expressif semi-réaliste oscille entre ceux de Darwyn Cooke et de Ruben Pellejero.

 

En noir et blanc ou en bichromie de bleus, ces historiettes, le plus souvent inspirées d’anecdotes de la vie réelle, respirent, outre une lascivité exacerbée, les émotions et le vécu.

 

On y croise une jeune mère de famille au chômage s’essayant au téléphone Rose, des amants occasionnels aux fantasmes bizarres, une jeune fille aux idées fausses ou encore un couple stimulé par…les églises !

 

Souvent très crues sans jamais verser dans la pornographie basique, ces 17 nouvelles révèlent une auteure à part entière fort à l’aise dans l’exercice et dont on espère que les éditeurs français publient d’autres travaux.

 

Cycle BD X  /  Sous les Etoiles  Vs.  'Round Midnight

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? ‘ROUND MIDNIGHT

 

 

C'est de Qui ? Miles Davis

 

 

La couv'

 

Cycle BD X  /  Sous les Etoiles  Vs.  'Round Midnight

 

Déjà croisé ici? Oui.

 

 

On peut écouter? En entier même.

 

 

Ca donne Quoi ? Enregistré entre 55 et 56 avec le quintet historique (Coltrane, Philly Joe Jones, Red Garland, Paul Chambers), le premier album à succès de Miles Davis, alors peu en odeur de sainteté à cause de problèmes de drogues, est composé de morceaux provenant de plusieurs sessions.

 

Outre une véritable osmose entre les musiciens et la découverte de John Coltrane, véritable prodige du sax, on assiste ici de la part de Miles, comme il l’avait fait précédemment que ce soit avec le Hard Bop ou  le cool jazz (on sort les sous genre aujourd’hui vous avez vu !) à un dynamitage en règle des règles, avec des versions aussi prenantes qu’originales des titres retenus.

 

Ne serait ce que celui qui donne son titre à l’album, avec sa trompette en sourdine, supérieur selon pas mal de spécialistes à la version de son créateur (Thelonious Monk) renforcée par le sax tantôt retenu tantôt bouillonnant d’un 'Trane inspiré.

 

Le reste de la galette est dans la même veine, en faisant l’un des albums essentiels de cette période du trompettiste et, accessoirement tout de même (parce qu’on est un peu là pour ça hein !) une suite d’atmosphères très classes pour les histoires courtes et coquines de Laura Scarpa.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 10:41

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : HENRIQUET, L’HOMME REINE

 


C'est de qui : R. Guérineau

 

 

La Couv':

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

Déjà lu sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

Ca donne Quoi ? Il y a une poignée d’année, Richard Guérineau nous offrait une adaptation réjouissante du Charly 9 de Jean Teulé qui se distinguait autant par son fond que sa forme (si certains d’entre vous ont été tentés ici de citer Victor Hugo, je leur conseillerais d’aller lire une de ses œuvres, plutôt  que de perdre du temps sur internet, bref continuons).

 

Enchanté par les travaux de recherche effectué pour cet album et désireux de prolonger l’expérience, Guérineau a donc décidé de donner une « suite » à Charly 9 en évoquant son successeur, Henri III.

 

Alors autant être tout de suite clair, si ce généreux album ne manque pas d’humour, on sent tout de même qu’il n’y a pas le matériau de base de Teulé derrière. Guérineau garde une approche pleine d’esprit, mais on le sent avant tout désireux de coller à la réalité historique, que ce soit dans les faits comme dans le langage. Henry III se déroulant sur une période beaucoup plus longue que l’album précédent, les faits et protagonistes abondent, quitte parfois à perdre un peu le lecteur en route, mais, comme sur Charly 9, l’auteur a eu l’excellente idée de présenter certaines parties sous d’autres formes graphiques (mention spéciale au clin d’œil à Hagard Dunor et à l'anthologie de notre enfance: L'Histoire de France en BD).

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

La partie graphique parlons en, c’est tout bonnement excellent, que ce soit dans les faciès caricaturesques à souhaits des personnages, certaines scènes de bataille silencieuses épiques (notamment une des finales toute de noir et de rouge) ou la reconstitution historique des lieux et costumes (partie que Guérineau aime beaucoup de son propre aveu), c’est à mon goût ce qui porte Henriquet, l’Homme Reine si pas au niveau de Charly 9, juste un peu en dessous.

 

 

a

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE ROI DANSE

 

 

C'est de Qui ? Lully

 

 

La couv'

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? C’est un euphémisme de dire que Gérard Corbiau, réalisateur du Roi Danse, connaît la –grande- musique, puisque c’était déjà la sujet principal trois de ses quatre précédents films.

 

Ici il la considère même, et c’est lui qui le dit n’est ce pas, comme l’un des principaux protagonistes du long métrage. Ainsi il écrit et tourne en fonction de ses choix d’illustrations musicales, cherchant constamment l’osmose parfaite entre les deux éléments.

 

Certes  la musique de Lully, violoniste et compositeur attitré de Louis XIV, source d’inspiration pour nombre de grands musiciens qui suivront, ne peut être qualifiée de contemporaine de l’époque de notre BD (pour la petite histoire c’est un  De Guise qui introduit Lully à Versailles, de la lignée de celui qu’Henry III fit assassiner), mais elle possède néanmoins tout le faste du baroque du XVI° siècle et, dans les extraits retenus pour la B.O du film de Corbiau, via les divers genres et ambiances représentés fait  un belle compagne à l’album de Guérineau.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 14:06

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA MALEDICTION DE GUSTAVE BABEL

 


C'est de qui : Gess.

 

 

La Couv' :

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui

 

 

C’est édité par qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Ca donne Quoi ? Les années 20, Gustave Babel, ex-tueur à gages redoutable, vient d’être abattu dans sa retraite sud américaine. Alors que la vie s’échappe de son corps, il revoit en flashback son existence mouvementée, au service de la Pieuvre, mafia parisienne qui tire les ficelles du monde du crime.

 

A la suite de trois contrats où les victimes meurent avant que Babel n’ait pu les atteindre, ce dernier commence à tenter de remettre en place un passé sombre, fait d‘absences, de trous dans sa mémoire.

Ce qu’il y découvre dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer et vont le confronter à sa némésis, l’Hypnotiseur.

 

Cinq années Babel sera resté en « gestation », Gess, qui avait débuté la série pour le site 8comix a finalement pu achever son premier album solo, histoire passionnante et tentaculaire de près de 200 pages où l’on retrouve, outre le graphisme si particulier et original de l’auteur, quelques unes des thématiques qui parcouraient déjà ses précédents ouvrages, mais avec une vraie personnalité.

 

Habile mélange d’influences où l’on peut retrouver des réminiscences aussi bien des Enfants du Paradis que du  Samourai, le tout saupoudré d’une touche bienvenue de fantastique, cette Malédiction est un bol d’air dans un paysage Franco-Belge quasi exsangue de sa surproduction d’œuvre souvent formatées et interchangeables !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DR. MABUSE. INFERNO

 

 

C'est de Qui ? R. Israel

 

 

La couv'

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Déjà croisé ici? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Robert Israel est un compositeur atypique s’il en est. En effet, l’homme s’est fait une spécialité d’écrire des partitions pour des films muets qui, pour la quasi majorité, en étaient jusqu’alors dépourvus.

 

Le Docteur Mabuse, premier du nom, séparé en deux parties (Inferno en étant la seconde) a déjà été mis en musique – à posteriori-  deux fois (compositions que nous avons toutes deux entendues chez nous), si la version d’ Israel n’est pas ma préférée, il faut reconnaître un vrai charme à son ambiance volontairement surannée faite essentiellement de mélodies jouées par des instruments solistes : violon, piano…qui parfois se rencontrent, agrémentés de percussions aussi simples qu’inattendues et pourtant terriblement efficaces.

 

Suspense est évidemment le mot d’ordre ici, mais oubliez les lieux communs du film noir, Israel est un habitué de la musique du début du siècle précédent, traduit ses idées thématiques par des phrases recherchées qui, malgré leur sonorité datée, transpirent parfois la modernité dans l’approche. Une B.O parfois quasi diégétique très réussie, idéale pour accompagner la Malédiction de Gustave Babel.

 

 

 

----------------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags