10 septembre 2022 6 10 /09 /septembre /2022 08:11

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SERIAL

 

 

C'est de qui ? T. Moore

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Zoé est une fillette très particulière puisque sous son apparence enfantine elle est possédée par un démon depuis un demi-siècle.

 

Quan sa seule amie est assassinée, Zoé enquête sur le meurtre et découvre une qu’une jeune femme rend la justice elle-même de manière aussi efficace que glaçante. La prédatrice va alors devenir la proie.

 

 

Si ce nouveau récit signé Terry Moore est bien mené et qu’on sent l’américain bien dans son scénar, force est de reconnaître que l’auteur reste en terrain connu.

 

Abonné aux héroïnes atypiques -je pense pouvoir avancer sans me tromper que l’intégralité de ses séries ont des personnages principaux féminins- il fait tourner ses recettes habituelles.

 

 

Les amateurs et/ou les nouveaux lecteurs apprécieront ce récit extrêmement glauque (pour ce derniers cependant ils ne connaîtront pas l’origine de la fillette, issue d’une précédente série- c’est dommage) qui soulève un concept intéressant -peut on faire justice soi-même – mais pas mal exploité en littérature, cinéma, BD, etc…

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BLACK PHONE

 

 

C'est de qui ? M. Korven

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Avec un bagage qui intimerait le respect (ou devrait en tout cas !) à plus d’un faiseur de scores, le canadien Mark Korven, inventeur on l’a vu chez nous de l’ « aprhension engine », sorte d’instrument diabolique aux sonorités cauchemardesques,  risque, malgré son bagage dans la world-music et l’expérimental, de se retrouver cantonné aux films d’épouvante s’il continue à œuvre -aussi efficacement- dans la genre.

 

 

Il prouve sur cette adaptation d’une nouvelle de Joe Hill que le genre n’a -déjà- plus de secrets pour lui, naviguant entre orchestration classique sur des passages obligés bien appréhendés, et tentatives sonores certes discrètes mais assez marquantes pour faire sortir la B.O d’un lot fort pourvu.

 

 

Juste ce qu’il faut de frissons et de tension pour finir de faire de Serial l’égal de ces séries TV à sensation qu’on voit fleurir sur les chaines payantes ces dernières années.

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 12:27

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : CHLOE DENSITE

 

 

C'est de qui ? Trondheim, Stan & Vince.

 

 

La Couv':

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, pour Trondheim et Vince.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

Ca donne Quoi ? Il est clair qu’innover dans le genre super-héros/super pouvoir aujourd’hui est un sacré challenge. Trondheim, qui s’est frotté au pulp/comics  avec la série concept Infinty 8 chez Rue de Sèvres, se fait cette fois ci plaisir en écrivant pour les 4 mains de Stan et Vince  l’histoire d’une jeune française en road trip aux States à qui un extra-terrestre, soucieux que la Terre ne sois pas détruite par une race ennemie (pour des motivations hautement altruistes !) va octroyer la faculté de changer la densité de son corps.

 

Bon, pour le super pouvoir, c’est fait, même si les spécialistes de mecs en collants me trouveront probablement une paire de persos capables de faire la même chose  (là de tête je pense à Kitty Pride de chez les X-Men qui fait peu ou prou la même chose mais passons), passons à la période d’initiation/apprentissage du-dit pouvoir. Elle prend le reste de l’album, avec des passages obligés en clin d’oeils sympas et un humour pince sans-rire bienvenu sans lequel Density aurait été bien lambda.

 

 

Coté graphismes, je suis un grand fan de Vince (je vous conseille de parcourir ce qu’il poste sur les réseaux sociaux) qui m’avait vendu du rêve avec Esmera.

 

Je suis un peu moins amateur de son boulot en duo avec Stan même si, sur ce premier tome, leur boulot est aussi accrocheur que fun (on aurait bien aimé une petite pointe d’érotisme soft comme Vince en a le secret mais je présume que d’une ce n’était pas le propos et de deux ça aurait réduit le public visé, sans parler du fait qu'on se serait alors presque cru dans du Manara grande époque!).

 

Parue à la base en trois tomes, Density s'est vue rebaptisée en Chloé Densité et parait en intégrale pour ceux qui auraient raté le coche de ce french comics fun.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? GRAVITY

 

 

C'est de Qui ?  

 

 

La couv' 

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

 

Déjà entendu chez nous? Au moins une fois je crois.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? N’y allons pas par quatre chemins, Gravity m’a royalement emmerdé. Je crois même que j’ai du m’endormir pendant le ventre mou (euphémisme ?!) du film tellement c’était peu passionnant.

 

Seul Steven Price a su me tenir éveillé, sporadiquement, grâce à sa B.O, bien plus aboutie qu’un film qui peut autant impressionner par la qualité de ses effets spéciaux que par l’aspect soporifique de son scénario.

 

Déjà dans Children of Men, Cuaron faisait un usage particulier de l’illustration musicale. Ici, alors que Price n’était au départ pas supposé composer expressément une musique, la collaboration avec le réal d’origine mexicaine s’est avéré tellement productive que ça a finit par être le cas.

 

Avec des directives loin des canons hollywoodiens (pas de gros orchestres vrombissant, pas de rythmiques outrageusement percussives, …), Price a enregistré ses morceaux avec des groupes restreints d’instruments afin de facilement mixer et traiter électroniquement chaque piste ensuite. Essentiellement axé sur le personnage joué par Bullock, à l’affut de ses sensations et sentiments tout au long de son calvaire spatial, avec tout de même quelques passages de haut vol (c’est le cas de le dire), le score de Price, si peut être pas aussi excellent que la critique l’a affirmé à l’époque, est néanmoins très abouti et bien décalé sur l'intégrale de Dencity/Chloé Densité.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 15:01

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? NOURRIR L’HUMANITE

 

 

C'est de qui ? Runberg & Montllo

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur plus ou moins lointain, où une race extraterrestre a pris contact avec l’humanité pour l’avertir qu’un peuple semblable aux terriens allait venir s’installer sur la planète, un tueur à gages implacable est embauché pour assassiner trois quidams dont le tort est de refuser les sommes d’argent délirantes que tous les humains se voient offrir depuis quelques temps par les plus grosses fortunes du monde.

 

 

Les thématiques abordées dans ce scénario foisonnant, tiré d’un roman de LiuCixin, écrivain populaire de SF chinois, dont le talent a largement débordé des frontières de son pays sont aussi multiples que d’actualités : pollution extrême de l’environnement, fossé gigantesque entre les riches et les pauvres et les conséquences qu’il entraîne, réaction face à une situation inconnue et traumatisante, libre arbitre et choix de la marginalité…

 

Le tout est enrobé dans un mélange de SF et de thriller plutôt bien équilibré - même si certains passages font assez lambda- que Runberg a adapté et découpé avec une science manifeste.

 

Au dessin il retrouve son compagnon de Warship Jolly Roger, Miki Montllo, qui rend une copie sans fautes, que ce soit sur les scènes SF de planète parallèle ou celles de métropole futuriste, avec un coté Otomo plus appuyé, notamment sur le style de ses personnages.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MORBIUS

 

 

C'est de qui ? J. Ekstrand

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peut avoir des maîtres à penser, voire s’en inspirer (après tout l‘histoire de la musique est un éternel recommencement à grands coups de citations et autres accaparement) mais de là à pondre des choses qui s’apparentent plus à la photocopie qu’à l’hommage voire simplement à une œuvre originale, c’est assez dommage.

 

A l’écoute du score de Morbius, film littéralement éreinté par la critique à sa sortie, et probablement à juste titre, on se dit que Jon Ekstrand, pourtant prometteur sur ses précédents opus, aurait pu éviter cet écueil.

 

 

Fan de Carpenter tout comme le réal’ de Morbius qui l’a lancé dans cette direction du coup, Ekstrand reprend des recettes du maître de l’horreur en utilisant des claviers électroniques très old-school, agrémentés de bruits divers et variés (alarmes, drones, chauve-souris !) et soutenus de percussions massives.

 

L’ensemble est évidement agressif, manquant souvent d’unité (ne parlons même pas de mélodie) mais a le mérite d’évoquer un futur aussi noir que déprimant, tout comme celui de Nourrir l’Humanité.

 

 

---------------

 

 

Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 08:48

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LES 5 TERRES. PLUS MORTE QUE MORTE.

 

 

C'est de qui ? Lewelyn & Lereculey

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? La guerre est déclarée entre le clan du Coucal qui a tendu une embuscade à Alissa du clan des Sistre, la passant à tabac pour envoyer un message on ne peut plus clair.

 

Alors que les représailles se préparent, nos deux jeunes explorateurs partis dans la jungle et abandonnés par leur guide tentent de retrouver la civilisation mais tombe sur les Ames Pêcheuses.

 

De son coté Kenoa entend bien changer la mentalité de son peuple sur les autres races animales mais le chemin risque d’être long.

 

 

Les nombreux fils narratifs tissés dés le premier volet de ce second cycle des Cinq Terres, se déroulent sous les yeux du lecteur, conquis à n’ne pas douter s’il en est arrivé là de sa lecture de la série, tant les auteurs arrivent à renouveler l’intérêt de leurs intrigues tout en se démarquant assez nettement de l’ambiance du premier cycle.

 

Certes quelques une des factions en présence sont plus mis en avant que d’autres mais, à l’image d’un Game Of Thrones/Trône de Fer, influence assumée des Cinq Terres, on sent que ce n’est que partie remise et que l’ensemble va former une tapisserie passionnante, elle même incrustée dans l’ambition assumée de la série et des 30 tomes annoncés.

 

 

Et si tout ceci n’était pas assez convainquant, que dire de la teneur de la partie graphique pour laquelle le duo dessinateur-coloriste maintient une qualité rare à la fois dans le paysage ambiant mais, surtout, avec un tel rythme de parution.

 

On est pas loin du sans fautes !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : CHIMES AT MIDNIGHT

 

 

C'est de qui ? Lavagnino 

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avant de se fourvoyer dans une ribambelle de péplums, westerns spaghettis et autres films d’aventures de série B pour la plupart, le transalpin Angelo Fransesco Lavagnino a eu l’occasion de mettre en musique l’Othello  d’Orson Welles.

 

Satisfait du travail du compositeur, c’est, plus de quinze ans plus tard, que Welles fera de nouveau appel à lui pour Chimes at Midnight, adaptation de rien de moins que cinq pièces de Shakespeare, tournée en Espagne avec un budget restreint.

Heureusement, Welles l’avait monté en pièce de théâtre quelques années auparavant, gagnant ainsi du temps (et de l’argent !) sur le tournage.

 

 

L’italien se fend d’une musique à la fois atmosphérique et entrainante qui ne garde que les éléments les plus nobles du score de péplum et de film de cape et d’épées avec des percussions et des cuivres au diapason et des vents toute en retenue.

 

Lavagnigno panache le tout d’arrangements qui empruntent autant au répertoire classique qu’à la musique médiévale et le résultat est admirable, que ce soit  dans la richesse des thèmes comme dans leur variété.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 14:12

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? VALOIS. QUI S’Y FROTTE S’Y PIQUE.

 

 

C'est de qui ? Gloris & Calderon

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Le corps de Charles VIII n’est pas encore froid que déjà son successeur et cousin veut épouser la veuve afin de s’approprier la Bretagne.

Problème, il est déjà marié, mais le pape Borgia, qui a besoin des forces françaises pour conquérir le nord de l’Italie saura résoudre ce souci.

Il envoie son ambitieux de fils Césare pour mener les négociations.

 

A l’ombre de la grande Histoire nos deux héros, Henri et Blasco, nagent avec les requins et seront le jouet des grands de ce monde.

 

Fratricide, trahisons, désaveu et adultère sont de mise dans cette conclusion de Valois, riche en évènements et en scènes fortes qui confirme que cette mini série en quatre tomes est une vraie réussite de la BD franco-belge  historique, que ce soit de par son scénario bien mené et fort documenté comme par son prodigieux dessin riche et réaliste au "casting" de stars.

 

Bravo et merci messieurs Gloris et Claderon!

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LA PRINCESSE DE MONTPENSIER

 

 

C'est de qui ? P. Sarde

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?   Phillipe Sarde retrouve Bertrand Tavernier, sur un film d’époque moins inspiré que le précédent avec une histoire d’amour tragique pendant les guerres de religion en France au XVI° siècle.

 

Le compositeur fait le choix payant d’utiliser quasi exclusivement des instruments d’époque (flute à bec, viole, cornet, etc…) mais avec des arrangements et rythmiques résolument modernes, mettant beaucoup à contribution les percussions à cet escient. Les thèmes, qui correspondent aux protagonistes principaux, s’opposent sans cesse, passant d’un romantisme lyrique à une dureté prenante avec des voix marquées.

 

Du panache et de l’épique romantique pour ce dernier Valois haut en couleurs.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags