26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 08:29




 

LA BD:





 

C'est quoi ? CONSTANTIN DE CHAMBERLY



 

C'est de qui ? Karibou et De Viviers



 

La Couv':

 



 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Non.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Après une enfance loin des activités favorites de ses camarades, à base de pillage et de violence, Constantin, barbare par sa mère et philosophe par son père, s’envole du nid familial pour aller découvrir le monde sanguinaire dans lequel il a eu le malheur de naître.

 

Il fait la connaissance d’Alia, une jeune aventurière qui cherche la fortune et la gloire et qui, trompée par l’aspect brutal de Constantin, va se mettre en tête que c’est grâce à lui qu’elle va vivre de trépidantes aventures.




 

Comme le reste des albums de la collection Pataquès,  Constantin de Chamberly est une parodie qui mélange joyeusement les genres et qui, sous ses airs de déconne décalée, pointe du doigt la dichotomie de notre monde actuel et de sa démocratie souvent mise à mal.

 


 

Si certains trouveront le trait un peu lâché et les décors parfois vides, le tout avec des couleurs pastels très jeunesse, on gardera à l’esprit que la forme est au service du fond et l’on se prend souvent à sourire des réflexions et autres situations saugrenues que l’on rencontre dans l’album, souvent créé par les caractères opposés de ses deux protagonistes principaux.






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :BLAZING DRAGONS



 

C'est de qui ? A. Bathia



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.



 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si comme moi vous êtes amateur de l’esprit déjanté des Monty Python, et tout particulièrement de leur version très « personnelle » de la Quête du Graal, vous vous devez de jeter un œil à cette série animée qui revisite peu ou prou la même histoire, les chevaliers étant remplacés par…des dragons.



 

Bon, quand je dis “jeter un oeil” je suis optimiste vu que c’est un jeu sorti à l’époque pour Playstation 1 donc qui doit être quasi introuvable aujourd’hui (et puis, qui a encore une PS1) à l’époque où les consoles ne coûtaient pas encore un rein et où les jeux si pas aussi chiadés graphiquement –quoique- étaient autrement plus prenants et originaux.



 

Il était dérivé du dessin animé a été développé avec plus ou moins la même équipe artistique reprenant ses ingrédients avec bonheur. 

La B.O du jeu toute en bonhomie médiévale déconnante est tout bonnement excellente et, quoique surannée 20 ans plus tard, reste agréable à écouter, surtout sur de la fantasy multi-genre comme ce Constantin.





 

---------------

 

Repost0
bobd - dans Humour Fantasy Delcourt
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 14:28

 

LA BD:





 

C'est quoi ? HISTOIRES COURTES



 

C'est de qui ? J. Itto



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Delcourt Tonkam

 

 

Déjà croisé sur le site? Non



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dérangeantes, malaisantes, terrifiantes, …les adjectifs qui s’appliquent aux histoires courtes présentes dans ce recueil. 



 

Qu’il s’agissent de gens retrouvés nus et cousus entre eux par un désaxé qui terrorise la population, d’un foetus sorti du corps d’une morte, d’une jeune femme amatrice d’ovnis qui disparaît mystérieusement aux yeux de ses amoureux, voire de l’admiration de l’auteur pour un mangaka célèbre, les scénarios des nouvelles de Itto sont tout aussi perturbants (tiens encore un adjectif) que leur desins, qui, sans crier gare, tombent dans l’horreur torve au détour d’une page.

 

On retrouve également deux adaptations de textes d’Edogawa Ranpo, l’un des maîtres de l’Ero-guro auquel d’autres mangakas se sont déjà frottés (dont certains croisés chez nous) sur lesquels Itto est clairement à son aise.



 

Panorama assez parlant du talent et de l'œuvre de l’auteur japonais, ces nouvelles dessinées, si un brin inégales (mais c’est souvent le cas dans ce genre d’anthologie) sont une excellente entrée en matière vers le reste de l'œuvre d’Itto disponible en VF, dont une grande partie chez Delcourt d’ailleurs.



 

Cerises sur le gâteau, l’édition proposée ici contient pas mal de pages en couleur et des illustrations originales, le tout sous format cartonné (dans le style des recueils luxe de Tezuka) et pourra -entre autre- faire un fort joli cadeau d’ici un gros mois au pied du sapin pour tout amateur de mangas adultes et/ou d’horreur gore et graphique.






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :LO SPETTRO



 

C'est de qui ? De Masi



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 


 

 

Ca donne Quoi ? Ce remake transalpin des Diaboliques de Clouzot version gothique, réalisé au début des années 60, à l’époque où la Cinecitta connaît l’effervescence d’une bouteille de champagne entre les mains du vainqueur d’un Grand Prix, possède une B.O qui allie le savoir faire italien et l’efficacité des classiques de la Hammer, avec force glissandos de cordes et alternance de passages romantiques et de pistes dédiées à l’épouvante.

 

 

Notons que la paternité de la partition reste floue, en effet si le générique du film l’attribue à Franco Manino, une réédition tardive en cd affiche Francesco de Masi comme auteur.

 

Les compositeurs, compatriotes, ayant été de vrais stakhanovistes de la discipline et comptant des centaines de scores à leur actif (avec parfois des dizaines de réalisations en une seule année), il y a fort à parier qu’à un moment donné, même les deux intéressés auraient été bien incapables de dire s’ils avaient écrit cette B.O de série B honnête, un rien lambda et surannée  mais, reconnaissons le, assez flippante par moments !






 

---------------

 

Repost0
11 décembre 2022 7 11 /12 /décembre /2022 15:59

 

LA BD:





 

C'est quoi ? DEEP ME



 

C'est de qui ? M.A.M



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Une fois n’est pas coutume (encore que!) difficile d’évoquer le sujet du nouvel album de Marc Antoine Mathieu sans spoiler largement l’intrigue.

 

Ce qui n’est pas difficile par contre, si on ne peut trop évoquer le fond (on dira pour faire court -et vague!- que le sujet est l’humain entre introspection et expansion technologique à outrance) c’est d’évoquer la forme de ce Deep Me.



 

Défricheur infatigable (qui a dit incorrigible?!) du médium, MAM pousse le concept encore un peu plus loin avec cet opus puisque la grande majorité des planches et cases de l’album sont toutes noires, séparées par des gouttières blanches où le texte, voix-off du personnage principal et de quelques autres protagonistes, se détache en blanc, avec des polices différentes en fonction de qui parle.



 

Donc là déjà, on a perdu un tiers des lecteurs potentiels, ceux qui ne connaissant pas l’auteur et ses expérimentations ont ouvert le livre (à la couverture entièrement noire elle aussi) pour le reposer aussitôt.



 

Bon je vous rassure, il y a tout de même -un peu- de dessin même si le propos est censé être servi par justement l’absence de celui-ci.



 

Pas inintéressant en soi, Deep Me est cependant une expérience de lecture peut être un peu trop jusqu’au boutiste qui aurait mérité d’être plus concise ou moins extrême dans son traitement pour être appréciée à sa juste valeur. 

A réserver au fans de MAM.






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi : A SCANNER DARKLY



 

C'est de qui ? G Reynolds

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.



 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Film étrange, tourné en rotoscopie et ayant donc permis une post-prod  extensive, cette adaptation de Dick voit un compositeur fort peu connu dans le milieu, si ce n’est dans son Australie d’origine, issu de la scène jazz électro et rock fusion, pondre un score à l’image du long : expérimental, intriguant, barré, un brin SF … 



 

Et le plus impressionnant est que tous ces sons bizarroïdes et parfois méconnaissables proviennent exclusivement d’instruments joués live et manipulés ensuite. 

 

Soyons honnêtes, si cela fonctionne bien avec les images, à écouter seul c’est un peu déroutant par moments, mais, sur le nouvel album de MAM c’est plutôt raccord.




 

---------------

 

Repost0
25 novembre 2022 5 25 /11 /novembre /2022 08:34

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SAINT ELME 3

 

 

C'est de qui ? Peeters et Lehman

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’énigmatique Phillipe Sangaré, frère de Franck, arrive enfin à Saint Elme où il retrouve madame Dombre et part à la recherche de son frère.

Ce dernier, enfermé dans une usine, parvient à se défaire de ses menottes et s’enfuit mais, après l’interrogatoire musclé du précédent tome, est dans un sale état.

 

Pendant ce temps rien ne va plus dans la famille Sax, les enfants prenant radicalement partie contre leur père abusif et tyrannique, et pouvant compter d’un coté sur un grand père au bras longs et aux méthodes radicales, et de l’autre sur le « derviche » aussi timbré que dangereux.

 

 

La tension monte d’un cran à Saint Elme et on sent bien que la conclusion ne pourra être que tragique, la conclusion de cet avant dernier tome donnant une idée de ce que tout ça risque de donner.

 

 

Mais faisons confiance au duo exceptionnel formé par Peeters et Lehman qui, en 3 albums, ont réussi à proposer avec Saint Elme quelque chose d’aussi prenant qu’inclassable, à l’identité graphique des plus atypique mais terriblement efficace.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : HUMANS

 

 

C'est de qui ? C. Tapia De Veer

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avec des débuts dans le classique et dans la pop électro, Cristobal Tapia de Veer s’est construit un bagage qui a forcément dû jouer dans son approche de la bande originale.

 

Celle qui va le faire découvrir au grand public (enfin « grand », façon de parler), pour l’excellente série Utopia, sera un coup d’essai/coup de maître puisque elle lui rapporte le prix Royal Television Society du meilleur score original.

 

Dans la foulée De Veer compose la musique de Humans, une autre série TV dystopique, gros succès pour la chaine Channel 4 qui surfe sur le fantasme des I.A humanisées.

 

 

Le musicien y reprend quelques aspects de sa B.O d’Utopia, notamment le « tout électronique » mais sans le coté décalé et humour noir de cette dernière, rajoutant au contraire aux sons étranges et rythmiques synthétiques, des nappes plus atmosphériques et robotiques qui amenèrent à la fois une ambiance mélancolique et menaçante.

 

 

Si on se focalisera sur les pistes les plus agitées de cette galette, on ne sera pas déçu par l’alliance des deux médias dont l’originalité se manifeste et se mélange au fil des pages et des mélodies.

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
19 novembre 2022 6 19 /11 /novembre /2022 14:55

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? RECKLESS. ELIMINER LES MONSTRES.

 

 

C'est de qui ? Brubaker et Phillips

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui souvent.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors qu’avec Anna, son associée slash protégée, l’ambiance n’est pas au beau fixe, Ethan Reckless se voit proposé d’aller fouiner sur les agissements d’un gros bonnet de L.A, un pourri qui a force de malversations immobilières a mis de nombreuses familles dans le besoin.

 

Se sentant une âme de robin de bois notre sociopathe accepte, sauf que cette fois le poisson est un peu gros pour lui et les conséquences vont être désastreuses.

 

 

Si j’avais bien aimé le premier volet de cette nouvelle série du duo le plus prolifique dans le comics hardboiled, je me suis tout de même demandé en ouvrant ce nouvel opus (le 3° déjà) si j’étais encore attiré par leurs recettes.

 

Le début du comics a failli me conforter dans cette idée, entre une voix off un brin caricaturale apposée sur une action sans quasiment aucun rapport avec le texte (et qui détourne même l’attention du lecteur alors que celle-ci s’avère importante) et la colo du fiston Phillips qui, à mon goût, ne rend pas forcément toujours justice au style du paternel.

 

Mais assez rapidement j’ai pu apprécier un « nouvel » aspect de Reckless. Brubaker, sans sacrifier à sa science de la narration et son amour du genre, inclut de ci de là des réflexions sur le temps qui passe, sur la psychologie humaine et autres état des lieux de l’humanité où elle en est arrivée qui sonne aussi juste que pertinent et parlent au quarantenaire avancé cynique que représente votre serviteur.

 

 

Ajoutez à ceci une intrigue bien ficelée et plus politique qu’à l’accoutumée et une évolution intéressante et bien décrite de la relation entre les deux personnages principaux, et vous obtenez un bon one-shot, dans le haut du panier de la production de Phillips et Brubaker, et ce n’est pas rien !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BROOKLYN AFFAIRS

 

 

C'est de qui ? D. Pemberton

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Deux décennies après une comédie romantique pas folichonne, Edward Norton repasse derrière la caméra pour un polar hommage non dénué de défauts mais clairement intéressant.

Pour la B.O c’est Daniel Pemberton qui s’en charge, et c’est une bonne chose, le bonhomme ayant déjà prouvé son amour et sa connaissance du jazz adapté pour l’écran.

 

Oui parce que Norton a décrété que le genre était celui le plus à même -outre d’accompagner un film noir évidement- de traduire le syndrome de Tourette dont est affublé le héros.

Outre donc de la musique diégétique des scènes se passant dans un club de jazz ; Pemberton mise sur un quatuor d’instruments qui a fait ses preuves : Trompette, saxo, contrebasse piano et batterie.

 

Entre thèmes plutôt classique et morceaux limites free-jazz à mi-chemin entre l’illustration musicale et l’expérimental, le compositeur souffle le chaud et le froid sur une partition à l’approche résolument moderne pour un  résultat est étonnant d’efficacité et de fraicheur.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags