4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 08:03

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LA FORGE D’OREN 1

 

 

C'est de qui ? Teagan Gavet

 

 

La Couv':

 

Flammes fatales / La forge d'Oren vs La guerre du feu

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

 

Flammes fatales / La forge d'Oren vs La guerre du feu

 

Ca donne Quoi ? Rask et Kanaq, 2 martres mâles, fuient la forêt à la recherche d'un refuge suivant les informations d'une femelle porc-épic. Prédateurs pour les petits herbivores, mais proies pour les grands carnassiers comme les loups, ils cherchent une vie moins dangereuse.

 

Teagan Gavet est une nouvelle venue dans le monde de la BD après être passée par l'animation. Ce passé se sent dans la façon qu'elle a de faire bouger ses personnages et dans l'expressivité de ses animaux anthropomorphisés. A priori (je ne suis pas spécialiste), elle travaille sur ordinateur en 3 phases : dessin, colorisation des personnages, mise en place du décor,  comme cela est montré sur son site.

 

Une nouvelle venue dans le paysage BD européenne qui devrait être bien accueillie si la qualité de ses productions reste au niveau de ce 1e album.

Les graphismes et mises en couleur sont somptueux, mais j'attends le 2e tome pour confirmer ma bonne impression

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? LA GUERRE DU FEU

 

 

C'est de Qui Philippe Sarde

 

 

La couv'

 

Flammes fatales / La forge d'Oren vs La guerre du feu

 

Déjà entendu chez nous?  oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? «Si vous regardez La Guerre du feu sans musique, il n’y a plus de film. Et j’exagère à peine. C’est vraiment la partition qui fait parler mes hommes préhistoriques, qui révèle leurs émotions, intérieures ou extérieures.» Voilà comment le cinéaste Jean-Jacques Annaud évoque la bande originale de son film.

 

BO violente et mouvementée où orchestre symphonique, choeur, percussions de Strasbourg, flute de pan et flute à bec basse se mélangent allègrement. Le compositeur frôle l'atonalité par moments. Cela aurait pu donner une mixture bien indigeste et lourde, mais P. Sarde a réussi à donner un son à ce film sans dialogues réellement compréhensibles pour illustrer cette quête et fuite éperdue.

 

Quête et fuite qui trouvent un écho dans ce morceau La dernière braise comme dans un miroir musique / BD.

 

 

 

----------------

 

Une Chronique de Gen

Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 14:28

 

 

 

 

Pour les turbulents :

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : CESAR ET CAPUCINE

 

 

C'est de qui ? Tébo

 

 

La Couv':

 

Jeunesse pour tous les goûts: César et Capucine  /  Trappeurs de Rien 3  /  Chaussette

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Bamboo

 

 

Une planche:

 

Jeunesse pour tous les goûts: César et Capucine  /  Trappeurs de Rien 3  /  Chaussette

 

Ca donne Quoi ? César et Capucine sont deux garnements d’à peu près 5-6 ans, pleins de vie et pas toujours d’accord avec mamam. Ainsi, quand cette dernière leur impose la sieste, le frère et lA sœur, qui, je cite, « ne sont plus des bébés§ » partent, sur des bulles de savon, dans un monde coloré où les fruits ont des goûts étranges et où les animaux, eux, font la sieste.

 

Mauvaise idée d’ailleurs de réveiller ce lion grognon, même si celui ci va bientôt apprendre à ses dépends que deux sacripants peuvent être redoutables !

 

 Dessins colorés et exagérés, dialogues percutants et amusants, format à l’italienne, la déclinaison de la série TV  César et Capucine en BD commence sous les meilleurs auspices, mon fils de 2 ans et demi, même si pas encore forcément dans le lectorat concerné de César et Capucine, est en admiration devant les graphismes et les mésaventures du duo !

 

 

-------------

 

 

 

Pour les aventuriers:

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : TRAPPEURS DE RIEN. COCO A DISPARU

 

 

C'est de qui ? Corgié, Pog et Priou

 

 

La Couv':

 

Jeunesse pour tous les goûts: César et Capucine  /  Trappeurs de Rien 3  /  Chaussette

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? La Gouttière.

 

 

Une planche:

 

Jeunesse pour tous les goûts: César et Capucine  /  Trappeurs de Rien 3  /  Chaussette

 

Ca donne Quoi ? Nos trois amis sont en panique, Coco, leur perroquet, s’est fait la malle ! Ni une ni deux les voilà partis à sa recherche. Si celle ci va s’avérer aussi fructueuse qu’inutile (réflexion de ma fille, 8 ans : « Ils sont pas bien malins quand même »), l’aventure va permettre à Croquette d’enfin pouvoir avouer à ses amis qu’il n’est pas le grand trappeur qu’il prétend, et de réaliser que ce n’est pas si grave.

 

Le trio derrière la série réalise encore un album fort sympathique aux graphismes accrocheurs, qui plaît toujours autant aux plus petits (au mien du moins), dont le seul défaut finalement, est d’être trop vite lu !

 

 

--------------

 

 

 

Pour les (un peu) plus grands:

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi : CHAUSSETTE

 

 

C'est de qui ? Clément et Montel

 

 

La Couv':

 

Jeunesse pour tous les goûts: César et Capucine  /  Trappeurs de Rien 3  /  Chaussette

 

Déja croisé sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Jeunesse pour tous les goûts: César et Capucine  /  Trappeurs de Rien 3  /  Chaussette

 

Ca donne Quoi ? Après le Voleur de Souhaits, la semaine passée, on retrouve Loïc Clément pour un autre album jeunesse, cette fois çi accompagné de Anne Montel (ils ont déjà réalisé ensemble une paire de titres destinés aux plus jeunes).

 

Dans Chaussette, un jeune garçon observe le rituel inlassable de Josette, sa voisine âgée, jusqu’au jour où celui ci change et que, sous ses apparences inoffensives la vieille dame a un drôle de comportement.

 

En creusant un peu, notre héros va découvrir que notre bonhomme mamie vit une de ces petites tragédies du quotidien qui marque l’existence.

 

Attention, si, comme moi, vos enfants sont (un peu trop) sensibles, la lecture de Chaussette va peut être leur tirer des larmes. Si l’album commence comme une gentillette comédie, la toute fin prend une tournure douce-amère aussi juste que triste.

 

 

---------------------

 

 

Des chroniques de Fab

Repost 0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 07:29

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : LE TRAVAILLEUR DE LA NUIT

 

 

C'est de qui ? Matz & Chemineau

 

 

La Couv':

 

Chronique Nocturne(s)  /  Le Travailleur de la nuit  Vs.  Les Portes de la nuit

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité par ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Chronique Nocturne(s)  /  Le Travailleur de la nuit  Vs.  Les Portes de la nuit

 

Ca donne Quoi ? Alexandre Jacob, sorte de Robin des Bois anar du début du siècle dernier, avait déjà eu les honneurs de la bio en BD l’an passé.

 

Matz qui, on l’a vu à plusieurs reprises chez nous, aime les rebelles, les marginaux, les insoumis et autres libres penseurs, donne ici sa version de la vie du cambrioleur révolté.

 

Dans une suite de flashbacks chronologiques, en va et vient avec le procès qui l’enverra au bagne pour 20 ans, on assiste donc aux grandes étapes de la vie de Jacob, ses expériences aussi enrichissantes que malheureuses de marin qui le conduiront en prison puis, de fil en aiguille, à rejeter la société et son modèle d’exploitation de l’homme par son prochain (sujet toujours O combien d’actualité hélas), et sa carrière de monte en l’air organisé, jusqu’à sa retraite en partie détachée du monde.

 

On sent  parfois un certain parti pris bienvenu et plus « parlant » que celui de l’album paru chez Sarbacane. Autre atout de cette version ci à mon goût, le dessin.

 

Là où Henry faisait du Blain/Larcenet, Chemineau convainc plus grâce à son trait qui a gagné en maturité, en précision, depuis les Amis de Pancho Villa ou les Premiers et dont la colo est superbe.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE.

 

 

 


C'est quoi ? LES PORTES DE LA NUIT

 


C'est de qui ?  J. Kosma

 

 

La Couv' :

 

Chronique Nocturne(s)  /  Le Travailleur de la nuit  Vs.  Les Portes de la nuit

 

Déjà entendu chez nous ? Oui, quelques fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si la galerie d’acteurs des Portes de la Nuit réunit une jolie brochette de ce que le cinéma français comptait de talents à l’époque (et encore, le rôle de Montand devait être au départ tenu par Gabin), c’est bien Paris qui est le personnage principal de ce drame sur fond de lendemain de guerre qui (dé)chante, inspiré d’un ballet écrit par Carné et Kosma.

 

Ainsi, ce dernier, qui a déjà mis en musique les deux précédentes collaborations du duo Carné-Prévert, les superbes Visiteurs du Soir et non moins réussis Enfants du Paradis, fait encore des merveilles pour évoquer en musique les mots du poète et sa vision de la ville.

 

Outre la musique diégétique, jouée notamment par l’accordéon, et deux chansons dont les immortelles Feuilles Mortes, le compositeur d’origine hongroise insiste sur l’aspect sombre du scénario, reflet d’une époque qui ne l’est pas moins via des thématiques riches et travaillées, discrètes mais efficaces.

 

L’échec relatif du film marquera la fin du travail commun d’un des trios les plus remarquable qu’aura connu le cinéma français.

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 07:24

 

 

 

Retrouvez, en fin de chronique, l'interview "Musique et BD" de Renaud Farace.

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : DUEL

 

 

C'est de qui ? R. Farace

 

 

La Couv':

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

Déja croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

Ca donne Quoi ? Je devais avoir une douzaine d’années quand j’ai vu pour la première fois le film Les Duellistes, premier long métrage aujourd’hui injustement oublié d’un réalisateur qui allait être amené, en faisant chasser Sigourney Weaver en petite culotte par un dangereux alien ou en faisant traquer des réplicants à un jeune Harrison Ford,  à inscrire son nom au panthéon des metteur en scène du XX° siècle.

 

Pourtant, en lisant la nouvelle de Joseph Conrad-  auteur que j'affectionne- quelques années plus tard, j’ai trouvé à l’adaptation cinématographique des manques, ne serait-ce que dans la portée psychologique du propos de l’auteur, qui font qu’aujourd’hui je ne peux que me réjouir de la version en BD de Renaud Farace, plus en adéquation à mon goût avec le texte d’origine.

 

Le postulat de départ peut sembler maigre pour remplir un album de plus de 190 pages ( la longue nouvelle de Conrad en fait cependant déjà 150 ) : pendant les guerres napoléoniennes, deux officiers diamétralement opposés, Hubert et Féraud,  vont, sur près de deux décennies, s’affronter en duel à maintes reprises.

 

L’affaire part d’une question d’honneur assez triviale et prendra des proportions dantesques qui feront des deux hommes et de leur différend (par ailleurs inconnu de tous hormis le lecteur) une légende au sein des armées.

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

 

Outre une belle exploitation du background historique et une mise en avant bienvenue d’un Féraud plus sympathique que celui campé par Keitel chez Scott, Farace réintroduit la dimension psychologique via l’alliance fond et forme qui sont une constante chez Conrad (si vous en doutez je vous invite à relire Au Cœur des Ténèbres qui, via un parcours initiatique prenant, recèle de réflexions quasi philosophiques d’une grande richesse).

 

L’auteur n’a pas hésité à introduire quelques éléments de son cru, tous bienvenus (le frère d’armes Corse en tête), et, surtout, a fait preuve d’une ingéniosité graphique pour représenter les différents duels via une bichromie rouge sang assez géniale.

 

Le trait, étonnante symbiose d’un Breccia et d’un Juncker, dans un noir et blanc tantôt réaliste et précis, tantôt plus lâché est un vecteur aussi inattendu que réussi.

 

Un de mes gros coup de cœur de ce premier semestre !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? JEANNE LA PUCELLE

 

 

C'est de Qui ? Jordi Savall

 

 

La couv'

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

Déjà entendu sur B.O BD? Au moins une fois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? S’inspirant entre autre de la Messe de l’Homme Armé de Dufay, le compositeur catalan, accompagné de  ses deux ensembles de musique médiévales Hespèrion XXI et la Capella Reial de Catalunya, compose pour la vision de Jacques Rivette de l’histoire de Jeanne D’Arc, une bande son majestueuse.

 

Séparée en deux parties, l’une toute instrumentale et l’autre ponctuée de voix, la musique de Savall, directement héritée des modes d’écriture (harmonies et instruments) du XV° siècle, arrive à décrire avec force à la fois l’épopée guerrière de la Pucelle d’Orléans et de sa foi quasi mystique.

 

Tout un pan de la musique de l’époque est revisité ici, martiale, populaire, et, évidement, sacrée, l’interprétation est à la mesure de l’écriture, avec une mention toute particulière aux solistes.

 

Les puristes (si toutefois il y en avait !) me feraient justement remarquer que les époques entre la BD du jour  et la musique retenue sont fort éloignées ; je le rétorquerais que la dimension dramatique de l’œuvre de Savall, ainsi que sa variété, en font un compagnon de route aussi remarquable que l’adaptation du Duel par Farace.

 

 

 

 

--------------------------

 

 

 

Bonjour  Renaud et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

Justement, je vais essayer de sortir des éternels classiques incontournables (Beatles, The Who, The Clash et toussa toussa) pour retenir :

 

 

- Wampas, le Toutafonlive
- Stupeflip, The Hypnoflip Invasion
- Svinkels, Bons pour l’asile
- Beck, Odelay
- The Pixies, Trompe le monde (peut-être pas le préféré des amateurs, mais j’ai commencé avec celui-ci, et on reste toujours plus attaché à l’album qui fait découvrir tel groupe ou tel artiste)

 

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

- Qrn sur Bretzelburg, Spirou & Fantasio n°18, André Franquin
- La Valléé des bannis,  Spirou & Fantasio n°41, Tome & Janzy
- 3 ombres, Cyril Pedrosa
- Vitesse moderne, Blutch
- Les 5 conteurs de Bagdad, Duchazeau & Vehlman
- Ici même, Tardi
- Dieu est mort ce soir, Soda n°4, Tome & Gazzotti


Ça en fait 7, mais ça aurait pu en faire 700, je me suis limité…

 

 

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

Conan le barbare, de Basil Poledouris.
Sinon, dans la catégorie purs films musicaux, The Rocky Horror Picture Show et Hair.

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 


                  Les influences restent inconscientes, dans le sens où je ne me rends pas compte si je cherche à dessiner ou raconter comme untel ou untel, mais j’ai une grande admiration pour :
Franquin, Tome & Janry, Blutch, Blain, Tardi, Pratt, Alberto Breccia, Goscinny, Luc Warnant, Pedrosa, Duchazeau, Frederic Peeters, Alfred, Frank Miller (ses œuvres en N&B), Alan Moore, Bonhomme, Brüno...

 

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

 

Ton travail :

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

 

 

J’écoute tout le temps quelque chose. Après, cela dépend du moment dans la conception de la BD.

 

Pour le scénario, du non vocal pour ne pas être distrait : du classique (beaucoup), du jazz, des BO…

 

Pour le dessin, ça dépend de l'énergie requise et bien entendu de l'envie du moment : hip hop, punk, rock inde, electro, chansons françaises...  les émissions musicales « Certains l'aiment Fip » et « C’est MagniFip », et les podcasts de France Culture.


Sinon, je me suis mis License to ill des Beasty Boys pour répondre à tes questions.

 

 

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

Ma priorité : une saga tragique qui prend place au crépuscule de la colonisation en Indochine. Puis un récit d’aventures avec des pirates et du vaudou. Et, en parallèle à tout ça, écrire des scénarios en apparence légers mais bien trashs dans le fond — un peu à la Joe Dante — pour des potes/ses incroyablement doué/e/s.


Sinon, la suite des aventures de Détective Rollmops, mon précédent album, avec Olivier Philipponneau.

 

 

 

 

Et si…

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

 

Ce qui est marrant, c’est que tous les auteurs de BD que je connais font de la musique, voire jouent dans un groupe. Je crois que ce n’est pas un hasard si on appelle « album » l’objet produit en BD et en musique, il y a un lien d’amour, d’admiration et de désir entre ces 2 univers (Solé et Crumb ont illustré pas mal de pochettes de 33 tours par exemple).

 


Je gratouille moi-même à mes heures perdues (ou gagnées, parce que c’est toujours un plaisir), et si j’avais choisi une vie de musicien, j’aurais été moi-même, à hurler du hip hop punk hardcore psychédélique à la face de ce monde de merde, à fumer avec Zappa, les Cypress Hill et Iggy Pop…

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !


 

Big up !

Repost 0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 07:43

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : ARIA. LE TRONE DU DIABLE.

 

 

C'est de qui ? Michel Weyland et Nadine Weyland à la colorisation

 

 

La Couv'

 

Ange blond ou mante religieuse?  /  Aria 38 Vs .Sarka

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Une planche:

 

Ange blond ou mante religieuse?  /  Aria 38 Vs .Sarka

 

Ca donne Quoi ? Aria va encore se lancer dans une aventure pour les beaux yeux d'un jeune homme (qui doit avoir la moitié de son âge : Aria serait-elle une "couguar"?). Instinctivement, elle se méfie des "chevaliers de l'ordre cosmique" qui recrute des jeunes gens pour aller combattre le tyran du pays voisin. C'est qu'elle a déjà rencontré un paquet d'escrocs depuis qu'elle circule un peu partout! Mais elle rejoint l'organisation pour en savoir plus et elle découvre une mise en esclavage sous prétexte d'épreuves. Heureusement, les aventures d'Aria finissent toujours bien…

 

Michel Weyland s'attaque ici à tous les recruteurs de jeunes idéalistes en plaçant leurs actions dans son univers personnel. En réalité, c'est plus un camp de travaux forcés qu'un camp d'entraînement, mais l'eau est droguée et les victimes ne se rendent compte de rien. Comme souvent chez Weyland, le méchant profiteur a dans son entourage une personne aux nobles sentiments qui va aider Aria à détruire le système mis en place.

 

Aria est toujours aussi belle et blonde depuis sa naissance (à l'âge adulte ou presque) en 1979. Cela lui fait quand même 38 ans d'aventures. Les graphismes ont peu évolués pendant ce temps mais l'intervention de Nadine Weyland à la colorisation a adouci personnages et décors.

 

Attention, je vais évoquer rapidement la fin du tome, donc sautez à la partie musique si vous ne voulez pas avoir des informations non désirées.

 

Michel Weyland s'est enfin rappelé que l'univers d'Aria est une Terre post-apocalyptique. Pour ceux qui l'ignoreraient, je vous renvoie vers le diptyque : Les chevaliers d'Aquarius (4) + Les larmes de la déesse (5) où l'on découvrait à la fin une pollution par des barils contenant des matériaux radioactifs. Ici, la mine exploitée par le méchant (et qui baigne dans une atmosphère toxique) contient des fossiles. Aria va en recevoir 2 en cadeaux : un circuit imprimé et l'empreinte d'une main avec une bague… De quoi décevoir (un peu) les tenants d'un monde de fantasy, mais une grande satisfaction pour les lecteurs qui connaissent Aria depuis ses débuts et qui, comme moi, pensaient que l'auteur avait oublié les origines de son monde.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SARKA

 

 

C'est de Qui B. Smetana

 

 

La couv'

 

Ange blond ou mante religieuse?  /  Aria 38 Vs .Sarka

 

Déjà entendu chez nous?  non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Sarka est le 3e poème symphonique du cycle Ma Patrie dans lequel Smetana fait chanter l'orchestre de tout son amour de la Bohême.

 

Ce morceau raconte l'histoire de l'amazone Sarka qui voue une haine terrible à tous les hommes depuis un amour déçu. Elle se fait attacher par sa troupe féminine pour attirer un héros Ctirad. Puis elle les enivre jusqu'à ce qu'ils tombent. Elle appelle ses guerrières et elles les massacrent tous.

 

Tout le monde connait le 2e poème symphonique du cycle sous le nom de La Moldau (nom allemand de la Vltava). Sarka est aussi mélodique bien que plus dramatique avec un début rapide aux cordes. Puis on entend une troupe chevauchant juqu'au un solo de clarinette simulant l'appel au secours de Sarka. L'orchestre nous décrit la façon dont Sarka séduit le héros par des violons tendres. Le banquet donne lieu à une danse joyeuse qui se termine par le sommeil de l'ivresse. Sarka sonne du cor et le déchainement de violence du massacre de tous les hommes clôt ce beau morceau de Smetana.

 

Aria, elle, ne déteste pas les hommes et ne dédaigne pas de les mettre dans son lit!

 

 

-----------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags