24 novembre 2021 3 24 /11 /novembre /2021 10:19

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? BERGERES GUERRIERES 4

 

 

C'est de qui ? Fléchais & Garnier

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les tomes précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Recueillis dans un village après avoir été séparés d’une partie de leur compagnie, nos vaillants héros retrouvent le frère de Liam -prisonnier- qui était avec les hommes partis pour la guerre et qui a tenté d’empêcher Tara de se laisser dépasser par le même pouvoir destructeur qui grandit en Sarah.

 

Ils vont découvrir la vérité sur le mal qui ronge le pays et qui a transformé de paisibles animaux en terrifiantes créatures, ils vont également rencontrer le roi et tenter de ramener la paix dans le royaume.

 

 

Ultime tome de cet arc, Bergères Guerrières aura décidément tenu toutes ses promesses et s’impose comme une référence de la BD d’aventures fantasy pour la jeunesse …mais pas que.

 

On appréciera en effet tout le sous texte dans ses thématiques abordées, comme celle de l’acceptation de l’autre, du devoir d’accueillir les populations chassées de leurs foyers par la guerre ou les catastrophes, sujet terriblement d’actualité, voire même -mais là c’est peut être moi qui extrapole- le port du masque en cas de danger (les masques étant bleus ça m’a d’autant plus interpelé).

 

Le style lui aussi assez axé jeunesse d’Amélie Fléchais apporte un décalage intéressant à certaines scènes, comme c’était un peu le cas du Bjorn Le Morphir de Lavachery et Gilbert et fais de cette saga une lecture intergénérationnelle de qualité.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE CASPIAN PRINCE

 

 

C'est de qui ? H.G. Williams

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Quand Disney se lance dans l’adaptation des Chroniques de Narnia, au début des années 2010, l’ambition est de surfer sur la vague de regain d’intérêt du public pour la fantasy grand public initiée par le Seigneur des Anneaux version Peter Jackson.

 

Le succès sera évidement moindre, le matériau étant destiné à un public plus jeune et les qualités du premier film étant assez éloignée de celles du barbu néozélandais.

 

Pour la suite, le Prince Caspian, la prod est déjà plus rodée et, non des moindres, Harry Gregson Williams, qui avait eu des difficultés à trouver un angle d’attaque satisfaisant sur le précédent opus, lorgne ici du coté du travail d’Howard Shore pour la trilogie de Tolkien.

De sa partition d’origine il garde les thèmes majeurs et les fait évoluer vers une dimension plus épique, à l’image de dernier morceau du premier volet, abandonnant quasiment tout l’électronique pour un tout acoustique bienvenu.

 

On appréciera les chœurs qui vont crescendo, le violon électrique qui sait se faire discret quand nécessaire, la rythmique marquée de certaines pistes ou encore les cuivres triomphants sur d’autres.

L’unité qui faisait quelque peu défaut au premier score est bien plus marquée ici et si Williams recycle de ci de là des phrases on lui pardonnera cette paresse au vu de la qualité certaine de son écriture ici.

 

Peut être un peu enthousiaste parfois pour cette conclusion des Bergères Guerrières, la B.O de ce second Narnia l’accompagne souvent avec brio, notamment pour les scènes avec les animaux géants.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
18 novembre 2021 4 18 /11 /novembre /2021 10:51

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE CHATEAU DES ETOILES. TOME 6

 

 

C'est de qui ? A. Alice

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Séraphin vient, grâce à ses amis, de s’évader des geôles où les autorités françaises le retenait, il va mettre en place un audacieux plan pour sauver la Princesse de Mars.

 

Cette dernière devant être le clou de l’exposition universelle de 1875, notre fougueux héros décide de subtiliser l’orbe géante dans laquelle se déroule une partie des festivités puis de permettre à la martienne, grâce à son don, de convaincre les grands de ce monde des méfaits conduits sur la Planète Rouge.

 

Quelques tensions et désillusions viennent bien un peu plomber ses attentes, il va réussir à motiver ses compagnons dans cette folle entreprise et si ses espoirs sont un peu douchés au final l’aventure repart de plus belle.

 

Une conclusion – qui, rassurez-vous,  n’en n’est pas vraiment une - à la très belle série d’Alex Alice et ses références multiples avec un tome qui est à la fois un peu bavard au départ mais rempli d’action et de rebondissements.

 

 

Aventure au long cours si l’on se retourne sur tous les évènements qu’on traversé nos attachants héros, Le Château des Etoiles est une réussite sur le fond comme sur la forme avec un background uchronique fouillé et bien exploité qui donne l’occasion à l’artiste de proposer de superbes cases et planches notamment sur ce tome avec une exposition universelle riche en possibilités visuelles.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GULLIVER TRAVEL

 

 

C'est de qui ? T. Jones

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? En 1996 la grande époque de l’œuvre de Trevor Jones est déjà derrière lui -malgré quelques rares coups d’éclats à venir comme Dark City – et l’on retrouve dans cette B.O d’une énième adaptation du roman de Swift, les gimmicks qui vont parcourir ses futurs opus, de From Hell à la Ligue des gentlemen extraordinaires (oui, Alan Moore n’a pas tro réussi à Jones !).

 

Des mélodies simples qui évoluent en crescendo souvent menaçants plus par leur volume que par leur composition, des thèmes où les cuivres sonnent héroïques et les cordes véhiculent les émotions, du romantisme à la tristesse, le tout sur des arrangements assez attendus bien qu’efficaces.

 

C’est plutôt le coté enjoué et souvent virevoltant de ce score de téléfilm qui me l’a fait choisir pour accompagner comme il se doit ce 6°tome du Château des étoiles et son rythme enlevé, et le mariage s’est révélé réussi.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 08:44

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? MICKEY ET LES MILLE PAT

 

 

C'est de qui ? Cornette et Martin.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Martin comme pour Cornette.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Au royaume moyenâgeux de Ladislas le Gourmand, Mickey et Minnie, lors d’un piquenique bucolique, se retrouvent dans la maison du sorcier Clodomir et découvrent –sur eux mêmes !- les effets surprenants de la potion démultipliante de ce dernier.

Potion que Clodomir va confondre avec une potion de jeunesse qu’il doit offrir au gagnant du tournoi organisé par le roi, et qui va donc finir entre les mains du roublard Pat Hibulaire.

 

Démultiplié, ce dernier va faire régner la terreur dans la région, jusqu’à même s’en prendre au dragon et à son trésor. Heureusement que nos souris intrépides, accompagnées de Dingo le Dingue (si, si, c’est lui qui veut qu’on l’appelle comme ça !), de Pluto et son odorat appétit infaillible et de 3 courageux enfants vont tout faire pour annuler les effets de la poudre magique.

 

 

Dans un esprit volontairement parodique, avec un clin d’œil à Calvin et Hobbes par ci, un autre à l’Apprenti Sorcier par là, et des dialogues parfois volontairement anachroniques qui lui donnent un air de Kaamelott , Cornette et Martin ajoutent avec ce Mickey et les Mille Pat leur pierre à la collection Disney chez Glénat.

 

Une aventure médiévale décalée au graphisme original et coloré dont les personnages  chiffonneront peut être les fans purs et durs de Disney mais dont les décors remportent l’adhésion (Thierry Martin, après un exercice de style en forme de western crépusculaire et une récréation super héroïque,  renoue ici avec le bucolique qui avait fait le charme de son Roman de Renart)

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DRAGONHEART

 

 

C'est de qui ? R. Edelman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? DragonHeart est probablement l’un des scores les plus réussis de Randy Edelman, compositeur à la carrière en dent de scie parcourue de quelques succès au box office qui a néanmoins un éventail plutôt large coté genres.

 

Ici il marie avec une certaine réussite la fantasy aux accents épique et des pistes plus légères, qui empruntent autant à la comédie qu’à l’animation.

Les cuivres sonnent héroïques, les vents sont enjoués et quelques phrases de violon sinueuses apportent une originalité bienvenue.

 

Si on pourra lui reprocher une multiplication des thèmes qui diluent parfois un peu l’unité de l’ensemble force est de reconnaître que les deux principaux sont particulièrement efficaces dans leur écriture (et seront d’ailleurs utilisés durant la décennie suivante dans pas mal de bandes annonces n’ayant parfois pourtant rien à voir avec la fantasy).

 

Ce qui fait a faiblesse de cette B.O aura été de bon ton avec ce nouvel album de la collection Disney qui, découpée en « épisodes », elle aussi mélange les ambiances et es genres de façon fort agréable.  

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 13:12

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LES VACANCES DE DONALD

 

 

C'est de qui ? Brrémaud et Bertolucci

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Donald, en tout cas c’est ce que dirait l’Oncle Picsou, est un fainéant qui aime dormir par-dessus tout ; mais quand on habite en plein centre de Donaldville avec les bruits de la rue dés le matin, ceux des éboueurs, ceux des gens qui partent travailler, des voitures qui klaxonnent, des chiens qui aboient et j’en passe, la grasse mat’ c’est pas gagné !

Alors le sang de notre canard ne fait qu’un tour et le voilà parti pour des vacances bucoliques loin de la civilisation !

 

Mais ce que Donald ne sait pas c’est que parfois la nature et ses habitants ça peut être un véritable calvaire et il va passer l’un des pires séjours de sa vie.

 

 

Avec aux commandes le duo passé maître dans l’art difficile de la BD muette (pour ceux qui ne l’ont pas lu, leur série Love est un modèle du genre) il y avait fort à parier que ce nouvel opus de la collection Disney chez Glénat serait une réussite.

 

C’est le cas avec l’un des albums les plus drôle que l’on ait eu pour l’instant, véritable clin d’œil/hommage qui rend à merveille l’esprit des courts métrages burlesques d’antan et leur rythme effréné, mais également Madeleine de Proust pour les lecteurs qui, comme votre serviteur (et le scénariste de son propre aveu) ont grandi avec le journal de Mickey et autre Picsou Magazine.

 

Certains gags sont certes parfois attendus mais restent toujours efficaces, et l’ensemble permet à Federico Bertolluci de renouer avec ses débuts chez Disney Italie et, surtout, de se frotter à Carl Barks, son maître à penser. La filiation est évidente et le talent de l'artiste italien est juste un régal sur une histoire aussi fun!

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MICKEY MOUSE SHORTS

 

 

C'est de qui ? C. Willis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui et non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Comme il est de mise à Hollywood de recycler et remaker sans cesse, au début des années 2010 les studios Disney produisent une série de courts métrages reprenant les personnages iconiques de l’univers de la Souris la plus célèbre de l’histoire du cinéma dans leur design d’origine (ou presque) pour de courtes séquences burlesques, le tout traité de façon à faire plus actuel (et ça fonctionne plutôt pas mal vu que les épisodes sont relativement courts)

 

Pour la musique là aussi on est dans le revival mais avec un certain sens de la reprise. Christopher Willis, dont l’essentiel de la carrière s’est déroulé dans l’ombre de pairs plus prestigieux (il a participé entre autres aux scores de certains films des franchises Twilight, Xmen ou encore Shrek) fait ici cavalier seul et est comme un poisson dans l’eau.

 

Faisant appel entre autres aux codes des musiques d’accompagnement du cinéma muet, de la musique de fanfare voire de cabaret, il écrit des partitions aux thèmes entrainants où le piano est souvent l’instrument lead, appuyé quand c’est nécessaire par des cuivres expressifs (on pense sur certains épisodes à l’utilisation qu’en a fait Prokoviev sur Pierre et le Loup) et des cordes que le compositeur n’hésite pas à utiliser pour faire des « bruitages » souvent délirants.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 12:51
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BERTHILE ET LE MONDE SANS ESPOIR

 

 

C'est de qui ? M. Rubino

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l’Etrange.

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? A force d’abimer la Terre l’Homme, rongé par son égoïsme débordant, a fini par causer sa propre perte.

Les animaux ont repris le contrôle de la planète mais parmi eux se livrent une guerre violente, menée notamment par les corbeaux contre le reste des espèces.

 

Une toute jeune fille, miraculeuse survivante du désastre, erre et survit comme elle peut. Elle collecte des plumes afin de se confectionner des ailes et pouvoir voler.

Elle rencontre un ourson qui devient peu à peu son ami jusqu’à ce qu’il se transforme en un énorme robot destructeur.

 

Comme à l’accoutumée chez les Aventuriers de l’Etrange voici un album qui sort clairement des sentiers battus.

 

Destiné de prime abord à un public jeune, il tient, en filigrane, un discours alarmiste mais réaliste sur l’écologie, le devenir de l’humanité et la force de l’amitié.

 

Son autre force réside sans son graphisme, lui aussi très axé jeunesse mais dont la violence de certaines scènes renforce le décalage.

 

Mélange parfois un peu déstabilisant d’influences et de genre Berthille est une lecture originale une fois encore fort bien éditée qui parlera aux adultes comme aux plus jeunes (mais pas trop tout de même !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GOOSEBUMPS

 

 

C'est de qui ? D. Elfman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Un temps rattachée au nom de Tim Burton (qui coulait un peu de source d’ailleurs), l’adaptation des Chairs de Poule de R.L .Stine ne verra finalement pas le jour sous la houlette du réal le plus mal coiffé d’Hollywood mais son compositeur fétiche fera lui par contre partie du projet.

 

Pour l’occasion Elfman retrouve le style farfelu à mi chemin entre la fanfare de cirque et le dessin animé fantastique old school qui avaient fait son succès à l’époque des Pee Wee , Edward et autre Beetlejuice.

 

Dans une bonne humeur teintée de fantastique effrayant digne d’une attraction de parc, Elfman exploite son orchestre en y ajoutant pour le coté décalé du theremine, un peu de xylophone et quelques solos d’instruments à vents dans l’esprit de l’Etrange Noel de Monsieur Jack.

 

Les thèmes se composent essentiellement de courtes suites de notes (cinq en général) répétées et déclinées pour un effet catchy confondant.

 

Si parfois peut être un peu trop jovial sur Berthile il lui apporte cela dit une note de folie supplémentaire assez surréaliste parfois !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de   Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags