17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 15:29

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi NAINS 4. OOSRAM DES ERRANTS.

 


C'est de qui : Jarry, Bordier.

 

 

La Couv': 

Nain Errant  /  Nains 4  Vs.  LOTR. War In The North

Déjà croisé sur B.O BD?  Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

 

 Ca donne Quoi ?  La phrase d'introduction du tome sur le site de Soleil résume parfaitement la situation : " Toute révolte commence dans les larmes et finit dans le sang."

 

On dit les nains âpres au gain, mais de là à trahir leur roi en détournant un trésor il y a un gouffre qu'il est dangereux de franchir. C'est l'erreur qu'a faite Oösram, général de Goll-Garsëm. Il a été trahi et condamné à devenir un errant, c’est-à-dire un paysan sans valeur aux yeux des 4 ordres, juste digne de donner toutes ses récoltes et ses animaux même si cela le condamne à mort avec sa famille.

 

Mais Oösram a été un guerrier et il comprend que les ordres ne sont rien sans le travail des errants. Et il veut que les errants deviennent le 5e ordre des nains! Il va apprendre aux paysans que leurs outils peuvent aussi devenir des armes et il va se sacrifier pour unir les errants.

 

 

Pour moi, ce tome est le plus intéressant de la série puisqu'il montre une autre facette du monde des nains : l'oppression d'une partie de la population par les ordres dominants. Nicolas Jarry domine bien son univers même si je me pose des questions à propos des nains des villes : marchands, taverniers… À quel ordre les rattache-t-il? On sent une forte influence de la période médiévale sur cet univers.

 

Jean-Paul Bordier s'est parfaitement fondu dans le style de la série dont le design commun a été défini par Pierre-Denis Goux.

 

La série Nains ne les montrent pas vraiment sous un jour sympathique. Oösram est peut-être bien le premier personnage auquel j'ai pu m'attacher.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE LORD OF THE RINGS : WAR IN THE NORTH

 

 

C'est de Qui ? Inon Zur

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Oui mais il y a bien une paire d’années.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si le compositeur israélien Inon Zur n’est pas Howard Shore, loin s’en faut, il faut lui reconnaître un sacré sens de la réappropriation voire de la réinterprétation.

 

Spécialiste chevronné de la musique de jeux vidéo (on lui doit notamment des épisodes de hits vidéo ludiques comme Fallout, Baldur’s Gate ou encore Dragon Age) il a bénéficié pour ce RPG/action situé dans le monde de Tolkien version Jackson de gros moyens coté orchestre. Il en profite pour composer des thèmes aux réminiscences de ceux que Shore a produit pour les films, mais en s’en éloignant et en développant de nouvelles ambiances variées et intéressantes.

 

Via des compositions riches et complexes Zur livre une B.O de fantasy épique qui ne manque ni d’originalité ni d’efficacité ce qui, considéré le genre et la franchise concernés, n’était pas gagné d’avance.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Gen et Fab

Repost 0
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 09:05

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi ? WEEGEE. SERIAL PHOTOGRAPHER.

 

 

C'est de qui :   Mannaert & De Radiguès

 

 

La Couv':

Dans L'Objectif  /  Weegee  Vs.  The Hustler

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Sarbacane

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Avant qu’Internet et ses vidéos virales quasi instantanées ne viennent redéfinir le visage des faits divers, on comptait sur les photographes de presse pour diffuser l’information.

Arthur Fellig, auto-surnommé Weegee fut l’un des plus originaux et inventif puisque le bonhomme, véritable vautour des scènes de crime, n’hésitait pas à modifier les éléments présents pour les rendre photogéniques. Mais Weegee était également un éternel frustré, désireux d’être reconnu au delà du simple cercle de la photographie de presse, et on lui doit d’ailleurs une poignée de clichés que ne renieraient pas les Capa et consorts.

 

De Radiguès et Mannaert s’emparent de l’histoire vraie de ce personnage haut en couleur et nous livre un album passionnant et superbement illustré dans un noir et blanc semi réaliste fort expressif qui magnifie le New York du début du siècle dernier.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE HUSTLER

 

 

C'est de Qui ? Kenyon Hopkins

 

 

La couv' 

 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Il fallait la coolitude jazzy d’un Kenyon Hopkins (l’homme qui donna au Lolita de Kubrick son ambiance sulfureuse) pour accompagner comme il se doit cette histoire de joueur de billard arnaqueur, perdant magnifique et, accessoirement, sex-symbol vivant (Paul Newman au sommet de son art tout de même).

 

A l’époque on ne parle pas encore de Crime-Jazz pour le genre mais ce sont clairement les B.O comme celle ci qui l’ont défini. Hautbois, Cor Anglais et flute sont les éléments prédominants d’un orchestre par ailleurs classique dans le jazz, le tout joué par la crème de la crème de l’époque, qui sait cependant se faire discret, voire faire dans l’underscoring quand c’est nécessaire.

 

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 10:38

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : RED SKIN 2.

 


C'est de qui : Dorison & Dodson

 

 

La Couv':

Une espionne très recherchée  /  Red Skin 2  Vs.  Most Wanted

Déjà croisé chez nous? Glénat

 

 

C’est édité chez qui ? Oui, sur le tome précédent entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? A la lecture de Red Skin, Il semble évident que Dorison avait  très envie d'écrire un scénario de comics dans lequel il rendrait hommage aux codes du genre tout en les brocardant joyeusement.


On retrouve donc notre uber sexy agent soviétique aux prises avec sa Némésis, l'improbable Charpentier, parangon des ligues de vertu et de la future sénatrice Jacky Core, a côté de laquelle même Sarah Palin fait office d'enfant de chœur. Afin de combattre à armes égales Red Skin va devoir devenir une super héroïne à l'américaine.


Humour référentiel, rythme endiablé et petite pointe d'érotisme suggéré (la série est également parue aux States donc je présume que certains codes devaient être respectés) Red Skin a tout ce qu'il faut pour attirer les amateurs de comics, à commencer par le trait virtuose et généreux de Dodson.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? MOST WANTED

 

 

C'est de Qui ? Lalo Schifrin

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? On le sait peu mais, en marge de sa production cinéphilique remarquable, Llo Schifrin a également sorti une quantité importante d’albums allant du jazz à la musique latino, avec une constante : le groove.

 

Couvrant une décennie complète, cette compilation regroupe, outre quelques brulots des B.O revisitées du maestro (Dirty Harry, Jaws, Enter The Dragon) des morceaux beaucoup plus rares et surprenants, comme ce Agnus Dei, morceau de rock liturgique où les instruments du jazz s’essayent aux arrangements religieux, ou encore des choses plus expérimentales comme la reprise psychédelique du Spill The Wine de War.

 

Un florilège exhaustif et funky d’un artiste complet, une galette à vous filer une furieuse envie de bouger et tout a fait raccord avec le tome 2  de Red Skin.

 

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 16:27

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi LA GESTE DES CHEVALIERS DRAGONS TOMES 5 - 2 - 19 - 12

 


C'est de qui : Ange (scénariste) + les dessinateurs : Paty (5) – Briones (2) – Boutin-Gagné (19) - Cossu (12)

 

 

Une Couv':

La Saga De L’été, 3° Partie.

Déjà croisé sur B.O BD? Certains

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Ca donne Quoi ?  Dans le tome 5, Les jardins du palais, on voit apparaître à l'âge adulte un personnage évoqué enfant dans le tome 9 : le chevalier dragon Snejana, cousine de la comtesse de Cressay.

On peut donc penser que 15 à 20 ans séparent les albums. Bien que chevalier de l'ordre d'Alexira, Snejana a une mission à Faïza où l'ordre était autrefois puissant. Avec son apprentie Josanifena, dite Jo, et Ralène, seule et dernière chevalier de Faïza, elle doit retrouver un symbole de pouvoir pour faciliter l'accession au pouvoir d'un allié de l'ordre… Mais "l'ordre ne se mêle pas de politique", on nous aurait menti!…

Elles vont devoir traverser les jardins du palais du doge, dans la salle du trône duquel un dragon était apparu il y a environ 20 ans. Il n'y a plus de dragon, donc plus de Veill, mais de multiples créatures y vivent dont les plus petites ne sont pas forcément les moins dangereuses.

Les 3 femmes vont être séparées et faire leurs propres découvertes. Snejana, l'orgueilleuse et méprisante chevalier, va apprendre à respecter les autres. Ralène va retrouver respect et confiance en elle. Jo va trouver le trésor qui lui permettra de quitter l'ordre et de rejoindre son amoureux.

 

 

 

On voit bien dans ce tome que plus le temps passe plus les principes fondateurs s'estompent. L'ordre est prêt à risquer la vie de quelques membres pour apporter un soutien politique à un haut personnage. La "noblesse" de l'ordre est aussi écornée par la façon dont Ralène est traitée par Snejana, et à travers elle par l'ordre d'Alexira.

Paty semble avoir pris un grand plaisir à dessiner des paysages grandioses… et des créatures particulièrement hideuses. J'aime un peu moins ses personnages dont je trouve les attitudes un peu trop figées.

 

 

 

Le tome 2, Akanah nous fait retrouver la chevalier Oris héroïne de Brisken avec beaucoup d'années en plus et une chevelure entièrement blanche.

On y découvre adultes 2 petites filles vues plus ou moins rapidement dans le passé : Akanah la rousse que Jaïna avait envoyée vers l'ordre avec consigne de tuer son petit frère quand il se transformerait (tome 1) et Eléanor la brune que Mara avait recueillie dans le désert (tome 3). Elles ont bien grandi mais pas vraiment en sagesse car elles aiment défier les hommes dans les tavernes et se battre avec eux.

Les chevaliers seront accompagnées dans leur voyage vers une zone de Veill par Jan, un jeune prêtre cartographe d'Aman, "protégé" par un talisman. Mais Oris comprend que le dragon n'est pas mort et décide d'aller l'affronter avec ses 2 jeunes protégés. Jan suit par passion et par amour pour Akanah, mais il sera touché par le Veill qui lui laissera de profondes cicatrices sur le visage. Cela fera une encoche de plus sur la poignée de l'épée d'Oris (la 6e?).

Malheureusement pour Akanah et Jan, leur amour devra s'effacer devant le mariage prévu entre 2 grandes familles… Mais Akanah hérite de la hache de la vieille Viala dont nous apprendrons plus tard dans la série qu'elle s'appelle la "faucheuse d'Ishtar".

 

 

 

Un 2e tome qui, une fois remis dans la chronologie, montre que le scénariste Ange avait certainement écrit l'histoire de l'ordre et du monde au moins dans ses grandes lignes, ainsi que les bases de la vie de plusieurs personnages : Oris, Akanah, Eleanor, Mara…

 

C'est la marque des grands auteurs que de réussir à faire vivre autant de personnages de façon cohérente sur autant de temps avec des erreurs minimes (mais qui n'en sont peut-être pas) comme des noms qui changent ou qui reviennent dans un autre contexte. Le scénario dévoile aussi quelques points intéressants sur la prêtrise d'Aman, les "on-dit" sur comment lutter contre le Veill (en déflorant une vierge par exemple), les accords autour des mariages…

 

Briones nous offre un des plus longs combats contre un dragon de la série sur 7 pages en débutant par une attaque aérienne. Il met beaucoup de vie de de mouvement dans les combats à mains nues ou avec armes.

Il y a juste un petit détail amusant que j'ai découvert en relisant le tome : au départ la hache est une hache simple et ne devient une hache double que pendant le combat dans la taverne. Si j'en crois mes sources personnelles, la hache simple est pourtant plus efficace que la double au corps à corps… mais moins élégante en dessin! Il est amusant aussi de penser qu'il a dessiné Oris âgée avant de la dessiner jeune dans le tome 4.

 

 

 

Pas de dragons dans le tome 19, L'antidote! Mais une mission pour Akanah et Eléanor que l'on pourrait qualifier d'humanitaire : escorter une caravane transportant un antidote contre une maladie sur une partie du trajet.

Cette mission est aussi une punition pour avoir accepté des dons d'objets d'une cité qu'elles ont libérée d'attaques de créatures du Veill… ou plutôt elles ont punies pour ne pas les avoir suffisamment cachés. En plus des 2 chevaliers, il y a une troupe de Hans, ethnie qui protège les caravanes sur les routes. Nos 2 héroïnes vont découvrir la vie des caravaniers.

Elles vont aussi tisser des liens commerciaux, cachés bien sûr puisque interdits par les règles. Quand elles découvrent que leurs accompagnateurs ne sont pas ce qu'ils disent être, Eléanor va combattre seule contre une grand troupe pour permettre à la caravane de fuir. Pendant ce temps, Akanah va rejoindre l'escorte finale pour qu'elle accélère vers la caravane.

 

 

 

Cet album apporte un éclairage sur la partie orientale du monde avec un fort côté 1001 nuits : caravanes de marchands, caravansérails, marchandises rares et chères…

Mais la partie la plus intéressante concerne l'hypocrisie qui règne au sein de l'ordre : la virginité n'empêche pas tout ce qui peut se faire "au-dessus de la ceinture", les dons d'argent sont interdits mais les dons de tissus ou nourriture ou objets divers le sont à condition qu'ils ne soient pas trop ostentatoires. Si c'est le cas, ils doivent être remis au trésor de l'ordre. Nous apprenons aussi quelques points intéressants sur les voyages en bateaux volants.

 

Boutin-Gagné n'est pas le dessinateur que je préfère dans la série. Je le trouve meilleur dans les séries semi-réalistes comme Le mangeur d'âmes.

Ici c'est Eléanor qui est mise en valeur en équilibre avec le tome 2 où Akanah tenait la vedette. Belle, intelligente et dangereuse, c'est la digne élève de la vieille Oris (qui a 80 ans dans ce tome).

 

 

 

Le tome 12, Ellys commence par le massacre par un dragon d'un groupe de nomades circulant sur les routes de pierres rouges. La seule survivante arrive au château où Ellys vit depuis qu'elle a épousé le duc Louis.

Ellys constate que les légumes sont bizarres et elle a écho d'animaux morts dans une zone relativement proche. Sa formation à l'école de l'ordre d'Ishtar lui fait penser à la présence d'un dragon. Mais son beau-frère refuse d'envoyer un message car il veut contraindre son frère à répudier Ellys et craint que les chevaliers dragons la soutiennent. La présence du dragon sera avérée grâce à Leïla la jeune nomade mais il est trop tard pour contacter l'ordre. Ellys et le maître d'armes Henj vont former en quelques semaines un groupe de vierges du duché pour aller combattre le dragon.

Le groupe drogue Ellys qui est enceinte pour l'empêcher de venir. Elle peut enfin révéler à son époux son obsession : sa responsabilité dans la mort de Jaïna (voir tome 1). L'amour qu'il lui porte la réconcilie avec elle-même comme l'affection qu'elle a montré à Laïla a permis à celle-ci d'admettre qu'elle n'était pas responsable de a mort de sa tribu.

 

 

 

Ange nous renvoie ici au tome 6 avec des tribus se disant héritières de N'Aria dite raïad et suivant les chemins de pierres rouges. Il nous rappelle aussi qu'il n'est pas facile de vivre avec le remords. Il nous offre un beau portrait masculin avec le duc Louis qui est très amoureux de sa femme et prêt à la soutenir dans son conflit familial.

 

Je suis quand même étonnée que Henj ait pu accompagner le groupe de vierges et combattre avec elles sans souffrir du Veill… c'est plutôt rare dans la série.

 

Cossu illustre cette histoire de douleurs personnelles de belle façon avec des personnages expressifs dans la joie autant que dans le malheur plus quelques beaux paysages. Les amateurs de dragons seront ravis puisqu'il intervient dans toute sa force et sa violence au début et à la fin de l'album.

Un dragon européen classique avec souffle enflammé, ailes membraneuses, griffes immenses et collerette hérissée de pointes.

 

Suite au prochain épisode…

 

 

 

--------------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 09:01

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LE CHAT QUI COURAIT SUR LES TOITS

 


C'est de qui : Rodrigue et Hausman

 

 

La Couv':

Il court, il court le...   /  Le Chat qui Courait sur les Toits  Vs.  Once Upon A Time

Déjà croisé chez nous ? Oui

 

 

C'est édité chez qui? Le Lombard.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pas de chance pour le prince héritier, le voilà dés sa naissance affublé d’une horrible malédiction, celle de prendre le faciès de tout animal qui croisera son regard. Révolution au château où l’on cache le phénomène qui, peu à peu, va conduire sa mère à la folie et son père pas loin, avant de décider de s’enfuir après que maints savants aient essayé, en vain, de trouver un remède.

 

En parcourant la forêt, notre malheureux prince va rencontrer un ermite –l’un des savants ayant échappé à la vindicte du roi- avec qui il va apprendre à maîtriser son don avant de rejoindre une troupe de théâtre itinérante qui va le ramener bien malgré lui sur les traces de son passé.

 

 

Très joli conte pour tous âges, où l’auteur glisse une pointe de philosophie  de vie bienvenue, avec un petit clin d’œil au chat botté, rehaussé par le trait inimitable à l’ancienne de regretté Hausmann, véritable artisan du médium, entre BD et illustration.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

   

C'est Quoi ? ONCE UPON A TIME SEASON 2

 

 

C'est de Qui ? M. Isham

 

 

La couv'

 

 

Déjà croisé sur B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter ?   

 

 

 

Ça donne quoi? : Dans la lignée de son travail sur la saison précédente, Mark Isham développe quelques unes des idées et mélodies utilisées mais leur ajoute pas mal de dynamique via de nouveaux thèmes pour lesquels il utilise notamment  plus d’instruments solistes.

 

L’atmosphère merveilleuse (au sens littéraire n’est ce pas) et bon enfant de la série est toujours là mais quelque peu contre balancé par des choses plus adultes ; les nouvelles directions prises par le scénario de Once Upon A Time avec l’arrivée de nouveaux protagonistes et la multiplication des lieux féériques ou cauchemardesques permet au compositeur d’élargir sa palette de genres sans pour autant perdre unité ou identité musicale.

 

Une B.O sans grande surprises mais bien pensée et variée qui n’est pas désagréable, loin de là, avec le one-shot du jour.

 

 

 

-------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags