24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 07:14

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LA SUITE DE SKOLEM

 

 

C'est de qui : Marek & Kierzkowski

 

 

La Couv':

 

 

Déja lu sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les Editions Pirates, un lien vers le site :

http://www.editionspirates.com/2015/03/24/la-suite-de-skolem-sortie-le-26-mars-2015/

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi   Les étranges apparitions d’un être noir obsèdent Ratmir, au point qu’il dédie son existence à chasser la créature. Il entraine dans sa quête son neveu, Roldek, jeune homme insouciant et rêveur. La destinée des deux hommes va bientôt coïncider avec celle de Gueorguina, jeune femme atteinte d’une étrange maladie de peau semblant avoir un rapport avec les apparitions. Aventure fantastique non dénuée d’humour,  dans la droite lignée des classiques Franco-Belge (de Tintin à Blake et Mortimer en passant par Spirou), cette nouvelle série prometteuse partage également avec ses illustres ainées un style graphique ligne claire très réussi, expressif et bien mis en valeur par le choix du noir et blanc. Un premier tome généreux (plus de 100 pages) dont on attendra la suite avec impatience.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE 39 STEPS

 

 

C'est de Qui ?  Ed Welch

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Non

 

 

On peut écouter? Le concerto écrit par Welch basé sur le reste de la B.O

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi Troisième adaptation pour le grand écran du roman éponyme, cette version de 1978 des 39 Marches est clairement la plus fidèle au texte d'origine (scènes finales mises à part). La constante cependant des différentes versions reste un suspense omniprésent. Ici, l'action est ramenée à son époque d'origine, juste avant la Première Guerre Mondiale, l'Europe étant alors une poudrière prête à exploser. Si il a été alpagué  par le petit écran (qui fera sa renommée via des jeux télévisés et des séries animées pour lesquelles il compose encore aujourd'hui), Ed Welch, pour ce qui sera son dernier travail pour le cinéma capture à merveille cette atmosphère de tension constante à grande échelle qui règne sur les 39 Marches. L'ajout d'une romance a l'intrigue de base lui permet de contrebalancer un peu sa partition et, si peut être pas aussi aboutie que le score de la version d'Hitchcock, sa musique est très réussie et a fort bien passé l'épreuve des années. Çe qui en fait, aujourd'hui, une bande son très appropriée pour ce premier tome de la Suite de Skolem.

 

 

------------------

Une chronique de Fab

Repost 0
bobd
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 13:28

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LES MAITRES INQUISITEURS. OBEYRON.

 


C'est de qui : Péru & Goux

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé dans le coin?  Oui .

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil, un lien vers le site :

http://soleilprod.com/album/3034/s%C3%A9rie/MA%C3%8ETRES+INQUISITEURS/titre/Obeyron

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Pas évident, on l’a déjà dit de par chez nous (et ailleurs très probablement) de faire de la BD fantasy en 2015 tout en étant original. Pourtant Péru et Goux, sur le premier tome de la nouvelle série concept de chez Soleil, s’en tirent plutôt pas mal. Obeyron est un nain, inquisiteur autrefois trahi et laissé pour mort et qui revient bien décidé à punir les responsables. Habitué à évoluer dans la littérature et la BD dite « de genre », que l’on pourrait mettre au pluriel dans son cas, Péru livre un scénario au fil conducteur classique (la vengeance), avec un héros atypique qui fonctionne (imaginez Dirty Harry version 1m40 médiéval fantastique) dans un récit sans temps mort qui bénéficie du trait détaillé semi réaliste assez bluffant d’un Goux visiblement inspiré par les descriptions de son scénariste. Les aficionados vont se régaler.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?ENDLESS LEGEND

 

 

C'est de Qui ?  FlyByNo

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu par ici? Jamais

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi  Sacré comme meilleur jeu dans sa catégorie l’an passé , et lauréat des plus beau graphismes également, Endless Lengend, jeu de stratégie fantasy classique mais à la réalisation et au gameplay qui donnent envie (si tant est qu’on ait le temps de s’y atteler), possède également une bande son fort recommandable. Composée par FlyByNo, artiste spécialisé dans la bande son de jeux et de courts métrages, féru de claviers vintage comme actuels, qui a bossé, pour la B.O du jour, avec l’orchestre Paris Scoring en charge des cordes, de la flute et des chœurs. Le résultat est des plus honorable, très axé sur l’ambiance et, contrairement à ce que l’on aurait pu craindre au vu de la méthode du compositeur, pas forcément noyé par l’électronique. Manquant peut-être un brin de fougue par moments pour être un accompagnement parfait pour ce premier tome des Maîtres inquisiteurs, il ne démérite cependant pas et procure une atmosphère bien adaptée la plupart du temps.

 

 

-----------------

 

Une chronique de Fab

Repost 0
bobd
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 15:31

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi : JUNKER

 

 

C'est de qui : Simon Spruyt

 

 

La Couv':

 

 

Déja lu sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ?Cambourakis, un lien vers le site :

http://www.cambourakis.com/spip.php?article563

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi   L’uchronie a le vent en poupe depuis pas mal d’années en Franco Belge. Néanmoins peu sont aussi subtiles que ce Junker, miroir fêlé d’une époque et d’une caste emportées par le XX° siècle naissant. Tel un Downtown Abbey réaliste (hum), voire désillusionné l’album présente le destin d’une famille noble dont les deux fils vont essayer d’être à la hauteur des aspirations que leur père, blessé de guerre et patriarche veille école, a pour eux. Hélas pour lui le caractère de chacun va leur faire prendre un autre chemin. Au ton doux amer d’un scénario où la psychologie domine, répond un style graphique soigné aux techniques mixtes plein de trouvailles (les personnages secondaires ont  par exemple tous des visages ultra simplifiés semblables les uns aux autres) le tout porté par un vrai sens de la narration.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? PUSHKIN : THE LAST DUEL

 

 

C'est de Qui ?  I. Burlaev

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Non

 

 

On peut écouter? Une petite suite :

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi Pour cette semi fiction sur les derniers jours de l’un des plus grands écrivains russe suite à un duel, Burlaev, qui avait déjà mis en musique une biographie de Gogol par la même réalisatrice, compose une musique qui s’inspire du faste et de la noblesse de celle de l’époque, dépeignant avec beaucoup de grâce l’ambiance tantôt romantique tantôt joyeuse du film. Pourtant, et malgré une valse fort réussie, tout tend vers la tragédie principale, omniprésente, même de façon fort distillée parfois, dans la B.O. Les cordes sont évidement très sollicitées et l’on sent l’influence des illustres prédécesseurs du compositeur sur sa musique.  Très en phase avec son sujet, elle ne démérite pas non plus sur le scénario de Spruyt dont elle relève l’atmosphère de déclin inéluctable.

 

 

------------------

Une Chronique fin de siècle signée Fab

Repost 0
bobd
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 11:08

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE PARADIS PERDU

 

 

C'est de qui : P . Auladell

 

 

La Couv':

 

 

Déja lu chez B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ?Actes Sud- L’An 2, un lien vers le site

http://www.editionsdelan2.com/article.php3?id_article=408

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi  Si je n’ai jamais réussi à finir le Paradis Perdu de Milton, j’ai longtemps espéré une version en Bande dessinée. Mon souhait est aujourd’hui exaucé puisque parait chez L’AN 2 une adaptation épique et visionnaire que l’on doit à l’artiste espagnol Pablo Auladell. Composé en deux temps, avec quelques années d’intervalles entre, l’album est divisé en quatre chants évoquant l’expulsion de Satan du Paradis et sa vengeance sur Dieu qui passera par la chute d’Adam et Eve. Alternant grandes cases et doubles pages somptueuses, l’artiste  nous livre une version flamboyante  à mi-chemin entre Gustave Doré et les peintres expressionnistes, Munch en tête qui garde au texte de Milton toute sa puissance évocative et grandiose.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? TOTENTANZ

 

 

 

C'est de Qui   Liszt

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur le site? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi  Si l’on garde de Liszt une image de romantique, il ne faut pas en oublier une singulière obsession pour le macabre. Il a, à coté de cette Danse des Morts, pas mal exploité le thème, notamment dans les Valses Mephisto ou l’élégie Funérailles. C’est pourtant probablement ce Totentanz qui sonne le plus moderne, presque gothique sur certains passages. Une pièce virtuose inspirée (entre autres) par le Dies Irae où le piano solo meuble l’espace comme rarement dans le registre, passant de moments glaçants à des accalmies trompeuses pour finir sur des dissonances dérangeantes. Certes, une œuvre plus symphonique aurait fort bien fait l’affaire sur ce Paradis Perdu (La Nuit Sur Le Mont Chauve, déjà utilisée chez nous, est évidente par exemple) mais la présence d’un unique instrument, qui personnalise presque Satan, véritable anti-héros du livre, produit un effet saisissant. 

 

 

--------------------

 

Une chronique diabolique de Fab.

Repost 0
bobd
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 16:18

 

 

Et l'on referme (temporairement) ce mini cycle consacré aux peintres en BD avec une bio enlevée en forme d'enquête loufoque. Retrouvez, en fin de chronique, l'interview "Musique et BD" de Olivier Bleys, le scénariste.

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : TOULOUSE LAUTREC

 


C'est de qui : Bleys & Dumont

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé sur B.O BD?  Oui .

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat, un lien vers le site :

http://www.glenatbd.com/bd/les-grands-peintres-toulouse-lautrec-9782723497091.htm

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Autre artiste à avoir les faveurs des premiers albums de la collection de Glenat, Toulouse Lautrec est surtout connu grâce à ses affiches pour le Moulin Rouge ou Bruant (le célèbre  Chat Noir, dont on peut retrouver la reproduction sous des centaines de formes dans les pièges à touristes parisiens, de l'accroche Torchon au t-shirt). Ici nous le découvrons dans son "habitat naturel" de l'époque, au Moulin Rouge, en compagnie de joyeux compagnons dont ce cher Oscar Wilde (qui attend toujours d'avoir les honneurs d'une bio digne de ce nom en BD). Alors que la fête bat son plein, les lumières s'éteignent et une jeune femme britannique est enlevée. Vu que ce n'est pas la première et qu'en plus celle ci est une royale héritière, les polices française et anglaise mènent l'enquête. C'est, je trouve, l'excellente idée de cet album. En effet, si le Goya brillait de par son graphisme, le scénario était néanmoins un peu plus convenu, ici plutôt que de s'intéresser exclusivement à l'œuvre du peintre, le scénariste a décidé d'inclure une enquête amusante et prenante, le tout ponctué par la peinture de la dite enquête par Toulouse Lautrec. Le graphisme de... qui s'est encore affiné depuis la série Chambres noires, déjà avec ... Fait des merveilles pour recréer l'ambiance de l'époque. Bref, un tome déjà atypique dans une collection qui promet.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LA MAISON TELLIER

 

 

C'est de Qui ?  C. Aufort

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu par ici? Non

 

 

On peut écouter? Pas d'extraits vidéo dispos mais un bout du film avec de charmantes pensionnaires!

 

 

 

 

Cela dit, vous pouvez écouter des extraits de l'album par là, et, si vous êtes chauds-bouillants, n'hésitez pas à l'acheter même!

 

http://www.musicme.com/Cyrille-Aufort/albums/La-Maison-Tellier-%28Telefilm-D%27elisabeth-Rappeneau%29-3610151827073.html

 

 

 

Ca donne Quoi  Cyrille Aufort qui, malgré l'orthographe de son prénom est bel et bien un homme, a fait ses premières armes sur des docus et a également un peu écrit pour la télé. C’est là qu’on le retrouve aujourd’hui, avec la musique de cette adaptation sympathique et fort fidèle d’une nouvelle du grand Maupassant, qui date de 2008 (l’adaptation, pas la nouvelle hein !). Jouant sur le ton léger et comique fin du texte d’origine, Aufort s’en donne à cœur joie pour raviver l’époque évoquée tout en gardant une orchestration actuelle et une écriture formelle mais soignée. Une B.O qui bénéficie de la formation solide (et récompensée) de son compositeur, où pas une note n’est en trop. Un bien bel ouvrage qui ajoute encore au charme et à la réussite du Toulouse Lautrec.

 

 

 

-----------------

 

 

 

Bonjour Olivier et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

Je n’écoute pas de musique au lit, et mon chevet chargé de livres et de revues n’accueille pas un seul CD ! Blague à part, je répondrais :

 

• Oracle's Destiny de Michel Petrucciani

• Illinois de Sufjan Stevens

• Rachmaninov : Piano Concerto No. 2 avec le pianiste russe Sviatoslav Richter

• Around the World in a Day de Prince

… et une rareté « new folk », dénichée en Nouvelle-Zélande :

• The woolshed sessions.

 

 

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

Le tri est assez vite fait, car j’ai des goûts tranchés en la matière. Dans les limites de ma culture BD qui n’est pas exhaustive et épouse également les contours de mon budget, j’élirais volontiers :

 

 

• Le Bibendum céleste, de Nicolas de Crécy

• Période glaciaire, du même

• La série des Cités Obscures, de Benoît Peeters et François Schuiten, en particulier les albums Les murailles de Samaris, La Fièvre d'Urbicande et La Frontière invisible

• La série Philémon, de Fred

• Notes mésopotamiennes et Enfer portatif de François Ayroles

• Comme un gant de velours pris dans la fonte, de Daniel Clowes

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

Il ne s’agit pas d’une composition originale, mais le choix de pièces musicales qui accompagne le film Barry Lindon, de Stanley Kubrick, m’a toujours beaucoup plu. En général, les BO des films de Kubrick me semblent excellentes. J’ai découvert nombre d’œuvres et de compositeurs grâce à elles. 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

 

Je n’ai pas de maître à penser mais, bien sûr, quelques influences. Le duo Peeters / Schuiten, auteurs des Cités Obscures, a développé un univers très original où, comme lecteur assidu, je me sens comme chez moi. Ils font partie des rares artistes du neuvième art à cultiver l’onirisme, la poésie contemplative dans leur œuvre — ce qui, à mes yeux, la fait doublement précieuse. J’aime aussi beaucoup la BD indépendante américaine, Daniel Clowes, Charles Burns et consorts. En général, j’ai une prédilection pour les auteurs à l’écriture et au graphisme très personnels, même s’il faut parfois se munir d’une loupe pour déchiffrer leurs planches (je pense au Jimmy Corrigan de Chris Ware). Comme scénariste, j’aborde seulement la bande dessinée après une longue carrière de romancier, mais je caresse un rêve : celui d’ouvrir à mon tour une longue série BD dont les histoires, les personnages, les situations parleraient à des centaines de milliers de lecteurs, à travers de nombreuses langues, autrement dit s’approprieraient une portion même infime de l’inconscient universel. Ce qu’a réussi la paire Peeters / Schuiten, précisément.

 

 

 

Ton travail :

 

 

Ecoutes-tu de la musique quand tu écris, et plutôt quoi ?

 

 

La réponse est rapide : impossible pour moi d’écouter de la musique quand je travaille, ce que je regrette beaucoup. Le calme, et presque le silence, sont nécessaires à ma concentration. Mon rêve aurait été plutôt… de dessiner, pour pouvoir jouer la musique que j’aime. Les dessinateurs qui travaillent en atelier ont cette possibilité — rares au contraire sont les écrivains qui s’accommodent d’un environnement bruyant, même s’il s’agit de leurs musiques favorites. 

 

 

Ce sur quoi tu travailles actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sûr) ?

 

 

Une BD jeunesse, sans doute pour la fin d’année. Un roman à paraître à la rentrée de septembre, dont l’action contemporaine se déroule en Chine. La création en novembre 2016 d’un opéra dont j’ai écrit le livret. Voilà pour les projets annoncés. J’aimerais aussi écrire sur le tour du monde à pied, par étapes, que j’ai entamé en 2010. Enfin, je projette un roman sur le Mexique où je prévois d’effectuer de nouveaux séjours, et peut-être une résidence artistique en compagnie du peintre Benjamin Bozonnet qui a dessiné l’album Goya.   

 

 

 

Et si…

 

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique, tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

Je joue du piano, je compose un peu de musique, donc c’est facile à imaginer pour moi. Nombre de musiciens m’inspirent par leurs compositions, mais aussi par leurs vies. Habiter la peau d’un Prince, le héros de mon adolescence, à la fin des années 1980, me paraît assez enviable. Aujourd’hui, la carrière de Sufjan Stevens est exemplaire à mes yeux, en termes d’inspiration et de créativité comme d’éthique personnelle. Rejoindre le groupe de musique électronique Air, j’en rêverais aussi !

 

 

 

Une chronique signée Fab

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags