14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:41

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : OLIVER ET PETER

 

 

C'est de qui ? Pelaez, Di Felice & Daniel

 

 

La Couv':

 

Variations Victoriennes  /  Oliver et Peter  Vs.  A Tale of Two Cities

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui pour le scénariste.

 

 

 

Une planche:

 

 

Variations Victoriennes  /  Oliver et Peter  Vs.  A Tale of Two Cities

 

Ca donne Quoi ? Si le Londres victorien est une mine d’or pour la fiction en général, avec des incontournable que sont les histoires d’Arthur Conan Doyle et de son Sherlock Holmes, celles de Stevenson  ou encore de la « légende »Jack L’Eventreur, j’en passe et des meilleurs.

Ici ce sont les esprits de JM Barrie (le papa de Peter Pan),  de Dickens et de HG Wells que convoquent les auteurs avec une récriture inventive et subtile de récits pourtant très connus.

 

Début du XX° siècle, Peter Pan et Oliver Twist, deux amis d’enfance, se retrouvent après presque vingt ans et réalisent que leur promesse de « ne jamais vieillir » a été empêchée par rien moins que Crochet lui-même. Tandis que ce dernier terrorise Londres nos deux amis vont découvrir l’invention fantastique d’un étrange inventeur qui permettrait de voyager dans le temps.

 

Dessin et couleurs  old school originaux, un peu « jeunesse » dans l’esprit et scénario inventif et mouvementé ; le premier tome d’Oliver et Peter réunit pas mal de qualités. Prévu en trois tomes, espérons que la suite tienne les promesses de ce premier volet.

 

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? A TALE OF TWO CITIES

 

 

C'est de Qui ?  R. Addinsell

 

 

La couv' 

 

 

Variations Victoriennes  /  Oliver et Peter  Vs.  A Tale of Two Cities

 

 

 

Déjà entendu chez nous? Une fois ou deux oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Adaptation fidèle du roman de Dickens, avec un Dirk Borgade convaincant (plus du moins que le reste de la distribution) ; A Tale Of Two Cities version 1958 –bizarrement tourné en noir et blanc- a la particularité d’avoir un score composé exclusivement au piano par Addinsell, coutumier du fait, tout en étant pensé pour un ensemble évidemment plus consistant d’instruments.

Le compositeur laissait cela dit la plupart du temps le soin à d’autres d’adapter ses partitions au besoin.

 

Rompu à l’exercice de l’illustration musicale, qu’elle soit de pièce de théâtre ou  radiophoniques pour la BBC, le britannique fournit une musique très expressive, souvent haute en couleurs, un peu à la manière des B.O du cinéma muet.

 

Si on n’a pas forcément un esprit victorien à proprement parler ici, les références musicales historiques pointent le bout de leur nez à plusieurs reprises et l’ambiance est clairement au drame et à l’aventure ; deux composantes principales de ce premier tome d’Oliver et Peter.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 07:12

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : L'ILE DU DOCTEUR MOREAU

 

 

C'est de qui ? Dobbs (scénario) – Fabrizio Fiorentino (dessin) – Matteo Vattani (couleur) – Herbert George Wells (auteur du roman original)

 

 

La Couv':

 

Qui a peur du grand méchant… homme? / L'île du docteur Moreau vs King Kong

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Une planche:

 

Qui a peur du grand méchant… homme? / L'île du docteur Moreau vs King Kong

 

Ca donne Quoi ? Un naufragé, Prendick, est recueilli par un bateau qui transporte une drôle de cargaison composée de cages contenant divers animaux sauvages. Montgomery est celui qui convoie ces cages avec un homme d'aspect étrange.

Ils abordent sur une île isolée où est installé le docteur Moreau. Ce grand biologiste a dû s'exiler suite à un scandale évoquant des vivisections animales et autres expériences cruelles.

Prendrick découvre vite l'étrange " humanité" que crée Moreau en opérant à vif les animaux : homme-léopard, homme-cochon, homme-singe, femme-félin… Malgré la Loi mille fois répétée, l'animalité reprend le dessus et Moreau est tué, puis Montgomery. Quand Prendick est recueilli sur une barque en mer, personne ne le croit.

 

La Science-Fiction balbutiante à l'époque de Wells a trouvé en lui un de ses grands créateurs. Cette époque se passionnait pour les découvertes scientifiques et Wells a rêvé les dérives possibles : physique, chimie et biologie.

Force est de constater que ses personnages principaux sont fous ou complètement désorientés… si ce n'est au début de l'histoire, c'est à la fin. Moreau est un personnage fascinant et inquiétant qui a nourri le cinéma dès son invention ou presque… pas mal pour un roman de 1896!

 

Dobbs est resté très fidèle au roman. Je crois qu'il a bien fait car cette œuvre est tellement connue qu'il y avait un grand risque de défigurer l'histoire et décevoir les lecteurs. En plus, elle reste toujours très actuelle et n'a pas vieillie.

 

Je n'aime pas toujours le style réaliste dans les dessins, mais ici Fiorentino n'avait vraiment pas le choix et il était nécessaire qu'il soit d'une fidélité graphique presque photographique pour les visages des hommes animaux… qui n'ont sûrement pas été faciles à dessiner.

 

Un album qui est une bonne introduction à la lecture du roman pour ceux qui ne le connaissent pas encore.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? KING KONG

 

 

C'est de Qui   Max Steiner

 

 

La couv'

 

Qui a peur du grand méchant… homme? / L'île du docteur Moreau vs King Kong

 

Déjà entendu chez nous?  Oui plus d'une fois!

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Je voulais absolument avoir du Max Steiner sur cet album. Ce grand compositeur de musiques de films a su magnifiquement décrire le côté jungle effrayante au début de cette BO de King Kong

 

En fait, c'est typique des BO des années 30, âge d'or hollywoodien, distillant l'angoisse à grands coups de trompettes claironnantes et bois sombres sur fond de tamtams obstinés ou violons langoureux. 

 

Pour accompagner les errances d'hommes animaux, rien ne vaut la musique du film du grand singe trop "humain"!

 

 

 

----------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 13:32

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : URBAN 4

 

 

C'est de qui ? Luc Brunschwig – Roberto Ricci – Manolo Linares

 

 

La Couv':

 

Le jeu… ou la vie? /  Urban 4 Vs. eXistenZ

 

Déjà croisés sur B.O BD? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

Le jeu… ou la vie? /  Urban 4 Vs. eXistenZ

 

 

 

Ça donne Quoi ?  Dans ce tome, les auteurs nous offrent quelques clés de leur monde avec un retour aux origines de la création de Monplaisir. Grâce à son accès autorisé aux archives, Zach, même aux arrêts à son hôtel, va découvrir beaucoup de choses… et le lecteur aussi.

 

Que dire de ce tome sinon que le puzzle se met en place pièce après pièce et nous promet une fin explosive dans le tome 5.

 

Côté graphismes, rien à dire de plus de plus que dans le passé : dessins superbes, monde fantastique et colorisation intelligente.

 

Il y a au moins 2 points qui m'interpellent dans cette série :

  • Le choix d'utiliser partiellement le monde d'Alice aux pays des merveilles créé par Lewis Carroll avec comme personnage principal un mélange du lapin blanc et du lièvre de Mars, le 1e pour le côté officiel et le 2e pour la folie. Ici Alice est à la fois une copie du modèle créé par John Tenniel (voir ci-dessous) et une machine… mais physiquement ce n'est plus une petite fille malgré la robe bleue et le tablier blanc!

 

Le jeu… ou la vie? /  Urban 4 Vs. eXistenZ

 

  • La personnalité de Zach me rappelle plusieurs héros des romans de Philip K. Dick. Souvent ces "héros" sont dépassés par les évènements auxquels ils sont associés et plus entraînés par l'action que meneurs. Au risque de peiner ceux qui ne connaissent que le film Blade Runner, Rick Deckard est aussi dans cette situation dans le roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?. Ce roman, en particulier, semble avoir partiellement servi de modèle à la série Urban (Terre partiellement dévastée et colonies sur des planètes lointaines où les humains triment pour presque rien).

 

J'attends avec impatience le tome 5… comme beaucoup de lecteurs! (idem! -Fab.)

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? eXistenZ 

 

 

C'est de Qui ?  Howard Shore

 

 

La couv'

 

Le jeu… ou la vie? /  Urban 4 Vs. eXistenZ

 

 

Déjà entendu chez nous? oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Inutile de présenter Howard Shore qui a une filmographie tellement longue que l'on pourrait puiser dedans plus souvent encore que nous ne le faisons déjà.

C'est un compositeur qui sait passer de la pure angoisse (limite horreur) à la franche gaieté en passant par la rêverie. Et il compose aussi en dehors du cinéma : par exemple, son concerto pour violoncelle : Mythic Gardens.

 

Ici, il a écrit une musique lancinante et pesante pour accompagner un monde glauque et sombre. La musique d'un film où l'on ne sait plus si l'on est dans un jeu ou dans la réalité pour accompagner parfaitement un album où réalité et jeu sont liés.

 

Un morceau qui instillera un rien d'angoisse au lecteur pour lui mettre encore un peu plus les nerfs à vif.

 

 

 

---------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 11:38

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : ELFES TOME 17

 

 

C'est de qui ? Jarry (scénario) – Maconi (dessin) – Righi (couleurs)

 

 

La Couv':

 

Maîtriser la bête sauvage qui est en toi / Elfes 17 vs Wolf

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour Jarry

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche

 

Maîtriser la bête sauvage qui est en toi / Elfes 17 vs Wolf

 

 

Ca donne Quoi ? Que s'est-il passé pour que les parents du jeune elfe sylvain Ilaw le confient à son oncle, un elfe bleu nommé Astaran?

Lui qui avait grandi dans la forêt se retrouve sur un bateau où il n'est pas vraiment bien accueilli par l'équipage composé de pirates. La haine va lui permettre de survivre dans ce milieu difficile où son oncle lui apprend les rudiments pour être marin et à se battre pour survivre à tout prix sans code d'honneur.

Un vieil herboriste elfe lui donne un flacon contenant de quoi contenir le "cavalier sombre" en lui. Il se retrouve au milieu de la guerre contre les goules et accueilli dans un clan sylvain… jusqu'à ce que sa vraie nature (qu'il ignore lui-même) soit révélée : il est un elfe noir!

Sa rencontre avec un vieil ermite nain, ancien exorciste, va lui permettre de choisir son destin… accepter d'être un elfe noir!

 

Jarry nous a réservé une drôle de surprise avec cet album : depuis les tomes précédents, nous étions persuadés que les elfes noirs se reconnaissaient à leur changement physique et nous découvrons qu'ils peuvent ne pas changer à l'extérieur mais seulement intérieurement… L'oncle d'Ilaw nous apprend aussi à relativiser avec la "pureté" elfe quelque soir sa couleur.

 

Maconi continue l'exploration du monde sylvain en retrouvant le personnage d'Ora, la reine sylvaine, dont l'action a été décisive contre Lah'Saa et ses goules. Ses personnages sont beaux (généralement les elfes) ou laids (pirates ou orcs) mais toujours expressifs. Ses paysages donnent envie de s'y promener : forêts ou ruines naines. La colorisation de Righi jouant sur les demi-teintes et les transparences renforce cet attrait.

 

La série dure un peu, mais elle sait se renouveler intelligemment… de quoi "prendre au lasso" le lecteur hésitant à ajouter un album de plus sur son étagère!!

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? WOLF

 

 

C'est de Qui ?   Ennio Morricone

 

 

La couv' 

 

Maîtriser la bête sauvage qui est en toi / Elfes 17 vs Wolf

 

Déjà entendu chez nous?  Oui;

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Encore Ennio Morricone allez-vous dire! Eh oui, mais il faut avouer que le monsieur a tellement écrit de musiques de films qu'il fait partie des incontournables. Sa musique n'a pas toujours accompagné des chefs d'œuvre du 7e art -et, paradoxalement c'est souvent sur les plus obscurs films qu'elle est le plus intéressante- mais elle est souvent efficace.

 

Sur ce remake un peu raté d'un classique du genre où Nicholson et Pfeiffer sont finalement assez peu convainqants, loin de leurs registres respectifs habituels, la part belle est donnée aux instruments à vent dans un registre soit strident, soit grave. Les cuivres jouent sur nos nerfs et les violons se font discrets, une fois n'est pas coutume chez le maestro.

 

Dans l'ensemble, l'ambiance est sombre et un rien pesante pour accompagner les errances du loup-garou. Comme du loup-garou à l'elfe noir, il n'y a qu'un pas, voilà de quoi accompagner l'album.

 

 

---------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 09:05

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : MOTOR GIRL.

 

 

C'est de qui ? T. Moore

 

 

Une Couv':

 

Une fille plus qu'étrange  /  Motor Girl  Vs.  Stranger Things

 

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui

 

 

 

Une planche:

 

 

Une fille plus qu'étrange  /  Motor Girl  Vs.  Stranger Things

 

 

 

Ca donne Quoi ? Samantha a un gorille parlant en guise d'ami imaginaire, rencontre des extraterrestres qu'elle est la seule à voir (du moins au départ) et s'entête à croupir dans une casse au beau milieu du désert.

D'un autre côté, avoir été faite prisonnière pendant un an durant la guerre en Irak, ça laisse des séquelles et excuse pas mal de choses n'est ce pas?! Alors quand une bande de scientifiques militaires pas très bien intentionnés tente de l'intimider afin de la déloger de son lopin de sable, ils vont trouver à qui parler.


A la manière de son homologues Ted Naifeh, papa de Courtney Crumrin  ou de Princesse Ugh, Terry Moore semble définitivement abonné aux héroïnes fortes et décalées. Après SIP, Écho ou encore Rachel Rising, il revient avec une série atypique où l'humour et le fantastique côtoient sans cesse le drame.


S'il est trop tôt pour dire si Motor Girl sera à la hauteur de ses très bons prédécesseurs, et qu’il faut reconnaître que la série débute sous de bons auspices, l’alternance entre les passages complètement loufoques (les apparitions des extra-terrestres) et ceux assez dramatiques des souvenirs traumatisants de la captivité de l’héroïne laissent présager qu’elle risque de souffrir encore plus du déséquilibre narratif qui a empêché Rachel Rising d’être excellente.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? STRANGER THINGS

 

 

C'est de Qui ?  Dixon & Stein

 

 

La couv' 

 

 

Une fille plus qu'étrange  /  Motor Girl  Vs.  Stranger Things

 

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Stranger Things a, comme pas mal de séries Netflix, crée une certaine « hype », plus ou moins justifiée, on reconnaîtra quand même qu’abondance de biens peut nuire et qu’à trop chercher à citer ses sources, vampirisant le cinéma des années 80 que la série évoque à tout va, elle en devient parfois vaine.

 

Heureusement  le duo de compositeur de la B.O a eu la bonne idée de ne pas (trop) tomber dans cette nostalgie un rien lourdingue et, si ils utilisent bien des instruments d’époque (oui, des synthétiseurs, oui! des boites à rythmes !! horreur !) s’en servent plutôt à bon escient, évitant l’écueil des effets à répétition et des gimmicks facile.

 

Toute la première partie de la galette d’ailleurs tend plus vers  la musique ambiant du début des années 90 que vers les B.O de la décennie précédente et c’est un contrepoint intéressant à l’atmosphère plus que mélangée des premiers épisodes de Motor Girl.

 

Les pistes plus descriptives, où le suspense et l’action sont à l’honneur, trouvent également leur place plus avant dans l’histoire et pourront peut être même aller sur la suite ; si suite il y a… et si j’en suis !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags