1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 09:47

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? FRANKENSTEIN

 

 

C'est de qui ? G. Bess

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Victor Frankenstein, un jeune homme épris de sciences aussi bien physiques qu’ésotériques décide de créer un être humain à partir de cadavres. Si son expérience fonctionne le résultat est fort loin de ses attentes puisque la créature à laquelle il a donné vie est difforme et monstrueuse.

 

Cette dernière s’enfuit du laboratoire et découvre la cruauté des hommes au fur et à mesure de ses errances. Après avoir appris à lire et à parler la créature va retrouver son créateur et lui demander de lui créer une compagne.

 

Quand Victor échoue dans cette voie la créature décide de faire de son existence le même enfer qu’a été la sienne.

 

C’est assez bizarre de résumer Frankenstein, l’une des clés de voute de la littérature fantastique, que Mary Shelley a écrit il y a déjà plus de deux siècles,  dont tout le monde ou presque connaît l’histoire.

 

 

Ca n’a pas empêché pourtant Georges Bess, après d’être admirablement frotté au Dracula de Bram Stoker, de se lancer dans une nouvelle adaptation de ce classique.

 

Si, comme c’était déjà le cas dans son œuvre précédente, Bess se permet quelques modifications coté scénario (mais rien de fou non plus, ne vous attendez pas à voir la Créature faire de la moto ou utiliser un portable), c’est une fois encore la partie graphique qui se révèle une réussite assez magistrale.

 

 

Maître des noirs et des blancs, le dessinateur se hisse ici au panthéon des spécialistes de la discipline, les maestro Toppi et Breccia en tête. Entre les personnages tous plus expressifs les uns que les autres, les paysages bucoliques ou enneigés saisissants ou les nombreux animaux qui parcourent le récit, le lecteur reste admiratif de tant de talent!

 

Le tout  dans des compositions en pleine page, des trouvailles narratives ingénieuses et une utilisation des masses et des à-plats qui font honneur à l’œuvre originelle tout en se l’appropriant, comme Bernie Wrightson ou, dans une moindre mesure, Crepax, l’avaient fait en leur temps.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MYSTERIUM

 

 

C'est de qui ? Scriabin et Nemtin.

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Œuvre posthume de Scriabin, ambitieux jusqu’à la déraison qui voulait écrire une partition durant plusieurs jours, Mysterium fut terminée par l’un des fidèles élèves du compositeur russe, Alexander Nemtin, qui y consacra une grande partie de sa carrière.

 

Le résultat force l’admiration de par ses élans grandioses que ce soit dans l’épique comme dans le fantastique avec des thèmes polymorphes aussi différents que possible et où pourtant l’auditeur attentif arrive à décèler une unité ténue.

L’orchestre est souvent bouillonnant, les chœurs –partie la plus impressionnante de l’œuvre- chantent des mélodies sans paroles, parfois transpercées d’une voie stridente.

 

On peut déceler dans cet opus hors normes une influence certaine sur certains compositeurs de B.O du XX° siècle, à commencer par John Williams, amateur de classique s’il en est.

 

Le magma musical de ce Mystère possède la force d’évocation nécessaire à rivaliser à Bess et son Frankenstein gothique.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
19 novembre 2021 5 19 /11 /novembre /2021 10:41

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? 47 CORDES

 

 

C'est de qui ? T. Le Boucher

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui sur ses précédents albums.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Ambroise est un jeune homme au tempérament artiste, harpiste de talent et mangaka pour son plaisir mais également assez renfermé.

 

Un été il croise la route d’une fort belle femme qui cherche à le séduire sans succès. Sous ses aspects ravageurs elle se révèle être une créature qui peut prendre l’apparence qu’elle choisit et ne va alors avoir de cesse d’accaparer Ambroise en se transformant en divers avatars dont certains vont la rapprocher de notre asocial chronique.

La principale, celle d’une cantatrice de renom, lui propose un marché pour obtenir les 47 cordes d’une harpe luxueuse : Ambroise devra relever différents défis ayant trait à sa personnalité ou à son entourage.

 

Mais la créature n’est pas seule et d’autres, comme elle, ne voient pas d’un très bon œil l’attrait qu’elle éprouve pour Ambroise qui, de son coté, a intégré un orchestre de renom où des clans existent et où un mystérieux corbeau fait chanter les musiciens.

 

 

On retrouve dans ce nouvel opus de Timothée Le Boucher les thématiques et les obsessions des précédents albums du jeune auteur à part entière : un héros masculin à vif, victime passive de ce qui lui arrive, un protagoniste féminin à l’autre bout du spectre, dominante et implacable, et entre les deux une gallerie de personnages aux profils forts intéressants même si parfois un peu appuyés.

 

Cette première partie, de plus de 370 pages, aborde pèle mêle la relation au corps, l'identité,  la relation à l’autre, sa place dans la société quand on est à part …le tout toujours dans ce style « néo » franco belge  hybride maîtrisé qui sert bien son propos.

 

Le Boucher est définitivement un auteur qui compte dans le paysage franco-belge actuel.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MOSAIC

 

 

C'est de qui ? D. Holmes

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? La minisérie HBO Mosaic était au départ une application interactive qui a été développée pour le petit écran par rien moins que Steven Soderbergh relatant la disparition d’une femme et les recherches employées pour élucider l’affaire.

 

Collaborateur fréquent du réalisateur, David Holmes a écrit pour l’occasion une musique qui, si elle reste quelque part toujours un peu dans l’esprit des B.O seventies où le compositeur aime puiser, n’est pas sans faire penser à certains œuvres électroniques des débuts de sa carrière.

 

Mélangeant les tessitures des cuivres, des cordes et des synthétiseurs, Holmes construit une tension qui de nappes planantes en brulots burnés va crescendo et menace sans cesse d’exploser. Les 20 pistes de cette galette, riches en originalité et en variété, révèlent une unité impeccable.

 

A mi chemin d’un Ennio Morricone dans ses expérimentations des 60’s/70’s et du boulot de Badalamaneti pour Lynch, Holmes explore ici une nouvelle facette de son talent et s’impose comme l’un des incontournables de la discipline.

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 13:27

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? TENEBREUSE

 

 

C'est de qui ? Hubert et Mallié

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis 

 

 

Déjà croisés sur le site? Souvent pour Hubert.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un royaume médiéval, Arzhur, un ancien chevalier est devenu un mercenaire peu regardant, pas mal porté sur la boisson. Quand un trio de vieilles femmes étranges vient lui proposer beaucoup d’or et la rédemption pour aller délivrer une princesse enfermée dans un château en ruines entourée de créatures, le guerrier et son écuyer -qui persiste à dire que c’est une mauvais ide- se mettent en route sans tarder.

 

Mais alors qu’il réussit dans sa quête et est sur le point de ramener la jeune fille au roi son père il découvre que celle-ci est dotée d’étranges pouvoirs, que les trois commanditaires ne sont pas celles qu’elles prétendent et que derrière ce sauvetage se cache une sombre malédiction familiale et des enjeux qui dépassent notre pauvre héros déchu.

 

Hubert, pour l’un des ses derniers scénarios, réussit le mariage entre un conte d’antan cruel et fantastique comme il se doit et la tragédie shakespearienne (les trois vieilles font évidemment penser à Macbeth) avec son lot de tromperies, de relations familiales tordues et autre réflexion sur le pouvoir et ce qu’il pousse les hommes à faire.

 

 

Les protagonistes sont loin d’être caricaturaux avec leurs parts d’ombre respectives et l’on retrouve ici avec un grand plaisir l’aura d’œuvres précédentes du regretté scénariste, des Ogres Dieux à Peau d’Homme en passant par Beauté.

 

 

Que ce soit dans les scènes bucoliques, les décors de château, un bestiaire à mi-chemin entre la Belle au Bois Dormant d’Elwynd Earle et les créatures de Mignola, ou encore ses personnages aux visages si expressifs, Vincent Mallié livre lui aussi un boulot assez remarquable, soignant sa mise en scène par une narration et des cadrages impeccables.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TALE OF TALES

 

 

C'est de qui ? Desplat

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sorte de conte à tiroir baroque et foutraque au casting enthousiaste mais à la narration décousue, Tale of Tales est un festin visuel qui permet à Alexandre Desplat une parenthèse bienvenue après quelques longs à l’international dont le blockbuster…Godzilla.

 

 

Malgré la durée du film (plus de 2 heures) Desplat est assez économe dans son écriture, choisissant de développer une paire de thèmes auquel il apporte des variations intéressantes.

 

 A l’aspect à la fois onirique et ténébreux de sa partition, appuyé par l’utilisation notamment d’un idiophone, instrument à percussion en métal à cheval entre un mini piano et un xylophone, le compositeur apporte quelques touches bienvenues d’action et de fantastique.

 

Une œuvre originale et envoutante, très en phase avec ce premier volet de Ténébreuse.

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
25 octobre 2021 1 25 /10 /octobre /2021 14:16

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MOONSHINE 3. RUE LE JOUR

 

 

C'est de qui ? Azzarello & Risso.

 

 

La Couv':

 

C’est édité chez qui ? Urban Comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, souvent ensemble d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Délia conduit Lou à La Nouvelle Orléans où deux bonnes femmes pleines de salamalecs (dont on hésite si elles sont les sœurs ou les mères de Délia) tentent en vain de débarrasser notre mafioso de sa malédiction lycanthropique encombrante.

 

Quand un sorcier vaudou s’invite à la fête et voit le potentiel de Lou, il n’hésite pas à l’exploiter en plaçant ce dernier sous sa coupe magique et le laissant céder à sa part animale.

 

Délia, si elle veut sauver son homme (hum) va devoir céder aux avances du sorcier, mais notre héroïne a plus d’un tour dans son sac.

 

 

Exit les rednecks des Appalaches pour un petit tour dans le bayou et quelques morts vivants pour faire bonne figure, voici le troisième tome de la série horrifique du duo gagnant Azzarello-Risso.

 

Si l’on n’est pas encore au niveau de 100 Bullets (oui, je sais, c’est récurrent) Moonshine prend tout de même une jolie épaisseur avec ces développements scénaristiques et ce changement salutaire de background. Risso de son coté est également plus convaincant avec les personnages et les décors de la Nouvelle Orléans et livre quelques pages dont il a le secret.

 

 

Un quatrième tome est déjà paru aux States et, si le niveau de qualité se maintient, on ne va pas s’en plaindre !

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :NIGHT OF TERROR

 

 

C'est de qui ? R. Drasnin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas sur.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Malgré un certain talent de compositeur Robert Drasnin s’est cantonné à écrire pour le petit écran, fournissant des pistes pour des choses aussi connues et éloignées que Twilight Zone, Wild wild west ou encore Chips.

 

Coté longs métrage sa filmo est essentiellement composée de séries B de genre comme ce Night Of Terror du début des années 70, film d’épouvante pour la télévision.

 

 

On notera dans sa partition l’utilisation intéressante d’instruments peu usités dans le genre avec notamment une clarinette (instrument dont jouait le compositeur) qui apporte une couleur à la fois old school et étrange et des effets divers et variés que ce soit sur les percussions en écho ou une point d’électro flippante.

 

Drasnin écrit un peu dans l’esprit d’un Lalo Schifrin ou d’un John Barry à l’époque – toutes proportions gardées- avec autant de mélodies que de pistes illustratives qui font underscoring avant l’heure.

 

 

Une bonne petite B.O d’épouvante subtile et efficace qui a bien vieilli et met bien l’accent sur l’ambiance particulière de ce troisième TPB de Moonshine.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 12:51
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BERTHILE ET LE MONDE SANS ESPOIR

 

 

C'est de qui ? M. Rubino

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l’Etrange.

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? A force d’abimer la Terre l’Homme, rongé par son égoïsme débordant, a fini par causer sa propre perte.

Les animaux ont repris le contrôle de la planète mais parmi eux se livrent une guerre violente, menée notamment par les corbeaux contre le reste des espèces.

 

Une toute jeune fille, miraculeuse survivante du désastre, erre et survit comme elle peut. Elle collecte des plumes afin de se confectionner des ailes et pouvoir voler.

Elle rencontre un ourson qui devient peu à peu son ami jusqu’à ce qu’il se transforme en un énorme robot destructeur.

 

Comme à l’accoutumée chez les Aventuriers de l’Etrange voici un album qui sort clairement des sentiers battus.

 

Destiné de prime abord à un public jeune, il tient, en filigrane, un discours alarmiste mais réaliste sur l’écologie, le devenir de l’humanité et la force de l’amitié.

 

Son autre force réside sans son graphisme, lui aussi très axé jeunesse mais dont la violence de certaines scènes renforce le décalage.

 

Mélange parfois un peu déstabilisant d’influences et de genre Berthille est une lecture originale une fois encore fort bien éditée qui parlera aux adultes comme aux plus jeunes (mais pas trop tout de même !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GOOSEBUMPS

 

 

C'est de qui ? D. Elfman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Un temps rattachée au nom de Tim Burton (qui coulait un peu de source d’ailleurs), l’adaptation des Chairs de Poule de R.L .Stine ne verra finalement pas le jour sous la houlette du réal le plus mal coiffé d’Hollywood mais son compositeur fétiche fera lui par contre partie du projet.

 

Pour l’occasion Elfman retrouve le style farfelu à mi chemin entre la fanfare de cirque et le dessin animé fantastique old school qui avaient fait son succès à l’époque des Pee Wee , Edward et autre Beetlejuice.

 

Dans une bonne humeur teintée de fantastique effrayant digne d’une attraction de parc, Elfman exploite son orchestre en y ajoutant pour le coté décalé du theremine, un peu de xylophone et quelques solos d’instruments à vents dans l’esprit de l’Etrange Noel de Monsieur Jack.

 

Les thèmes se composent essentiellement de courtes suites de notes (cinq en général) répétées et déclinées pour un effet catchy confondant.

 

Si parfois peut être un peu trop jovial sur Berthile il lui apporte cela dit une note de folie supplémentaire assez surréaliste parfois !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de   Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags