8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 08:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CREATURES 2. LA GRANDE NUIT.

 

 

C'est de qui ? Betbeder et Djief

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé Vanille en fort mauvais posture, dans les griffes de la créature qui contrôle les parents zombifiés. Nous la retrouvons enfermée dans le coffre d’une épave de voiture dont elle arrive à se tirer tant bien que mal avant d’embarquer bon gré mal gré Chief et la Crado à la rescousse de Minus, son petit frère, retenu prisonnier avec d’autres enfants à pouvoir par les servants de Yog Sottoth.

 

De leur coté les frangins se sont alliés avec leur grand-père amnésique afin de retrouver les origines de la Grande Nuit dont une seconde arrivée semble imminente.

 

Tout ce petit monde va avoir fort à faire pour rester en vie au milieu d’un environnement de plus en plus hostile !

 

 

Ce second volet de Créatures confirme les bonnes impressions du premier, avec une montée en puissance du suspense et quelques scènes d’action bien troussées.

Le mélange de post-apo, d’univers lovecraftien et de récit jeunesse fonctionne toujours bien et mon cadet est déjà un fan convaincu de la série.

 

Gageons qu’il n’est pas le seul est que Créatures, entre les mains expertes du duo Betbeder/Djief a de quoi devenir un futur classique du genre, une sorte de The Walking Dead pour préados.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : VALENTINE

 

 

C'est de qui ? Don Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a deux décennies de composition derrière lui quand il débute sur grand écran, c’est littéralement la B.O du Matrix des frangins Wachowski qui ouvre les portes de la reconnaissance à Don Davis.

 

Mais faute de motivation ou mauvais choix de carrière, le compositeur ne percera jamais vraiment avec une filmographie tiède, essentiellement composée de séries B de genre.

 

Valentine est un fort bon exemple, slasher du début des années 2000 qui se contente d’aligner les poncifs du genre qui a fleuri lors de la décennie précédente, de Scream à Urban Legends.

 

S’il est semble t-il assez peu inspiré par le scénario du film, et si c’est une année chargée pour lui (5 scores à son actif), Davis essaye tout de même d’apporter à son thème principal au piano et cordes quelques touches d’originalité avec les dissonances dont il a l’habitude et un traitement électronique en post prod de cuivres massifs et inquiétants qui complète bien les montées de cordes souvent hystériques.

 

Une musique certes pas follement originale mais dont la tension sourde continuelle et les quelques moments de bravoure sont ce qu’il fallait à cette suite de Créatures.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 09:33

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA FILLE DU QUAI

 

 

C'est de qui ? Alexine et F. Meddour

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Meddour.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Haurel, après avoir perdu son père dans un accident de calèche, est recueilli par des gens du voyage au contact desquels il va développer une certaine agilité et, surtout, la particularité de ne jamais poser le pied au sol.

 

Un matin il aperçoit une étrange femme portant une ombrelle sur les quais d’un port et restera à jamais obsédé par cette vision.

 

Mais en est-ce bien une ? Alors que notre héros est devenu un père de famille, protecteur du village voisin, la femme mystérieuse revient le hanter et provoquer son malheur.

 

Empruntant à la fois aux mythes de la Dame Blanche et de la Vouivre, Alexine et Meddour imaginent une histoire de fascination morbide entre un rêveur hors du monde et une créature aussi belle que dangereuse, teintée d’érotisme et de gothique.

 

Le scénario suit les pistes du conte fantastique en se les appropriant de façon convaincante même si la narration peut sembler parfois un peu embrouillée.

 

Le trait de Meddour, semi réaliste tout en aquarelle, dans une certaine tradition franco-belge, est un écrin tout désigné pour ce récit aussi morbide qu’envoutant.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BLOOD ON SATAN’S CLAWS

 

 

C'est de qui ?

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? A la fin des années 60 les studios Trigon faisaient compétition avec ceux de la Hammer sur le créneau des films d’horreur de série B à faibles budgets, scénars sanguinolents et autres starlettes dénudées.

 

Pour ce film de possession satanique, devenu un classique du genre au fil des années, Wilkinson panache son instrumentation avec des choses diverses et variées comme un cymbalum et un Onde Marthenot qui créent une ambiance décalée de tension et de peur palpable au sein de cordes hystériques et percussions sourdes.

 

Si Wilkinson n’est pas un nom très connu de la musique de cinéma son influence s’étendra néanmoins à des pointures à venir telles que Barnard Herrmann ou, plus proche de nous, Danny Elfman.

 

Score qui se démarque quelque peu de la production de l’époque de par son originalité musicale, Blood on satan’s claw est un accompagnement aussi lugubre et hypnotique que l’album d’ Alexine et Meddour.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 08:51
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DREAMS FACTORY 2

 

 

C'est de qui ? Hamon et Zako

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà lus chez nous? Oui, sur le tome 1 entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Tandis qu’Indira met tout en branle pour retrouver son jeune frère, mystérieusement disparu dans l’usine, comme tant d’autres avant lui, c’est les origines même de la maîtresse des lieux qu’elle va découvrir, elle aussi confrontée avec son frère à des choix drastiques alors qu’elle n’était qu’une enfant.

 

 

Le tome précédent avait piqué ma curiosité et avait charmé les 2 générations de lecteurs de chez B.O BD (respectivement 45, 12 et 6 ans) par son ambiance à la fois jeunesse et steampunk et son trait hybride.

 

Si de ce coté-là la magie opère toujours, avec de belles compositions graphiques de Zako, le scénario nous a laissé un peu sur notre faim  avec de nouvelles pistes ouvertes et d’autres pas forcément éclairées alors que le background général ne demandait qu’à être développé.

 

Les personnages sont intéressants, avec des jeux de signifiants sur les fratries mais l’intrigue et les aboutissants auraient peut-être mérités un album supplémentaire pour être plus explicites.

 

Reste une fable victorienne noire à l’ambiance aussi glaçante qu’originale.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :PHANTOM OF THE OPERA

 

 

C'est de qui ? C. Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a pas mal œuvré pour le cinéma britannique, Carl Davis s’est fait une spécialité de (re)mettre en musique des films de l’ère du muet avec une réussite certaine qui ont valu à ses scores de devenir les « officiels » des films en question lors de maintes projections ultérieures.

 

Ici, pour la toute première version cinéma du roman de Gaston Leroux (qui a presque 100 ans !), il s’inspire beaucoup de l’opéra de Gounod, présent dans certaines séquences du film et y ajoute des thèmes dans un esprit certes classique mais avec des orchestrations et arrangements bien plus modernes sans pour autant que cela ne choque l’auditeur.

 

Son thème pour le personnage joué par le fantastique Lon Chaney joue sur le dramatique un rien pompeux avec une dominante mineure qui met l’emphase sur la nature à la fois démoniaque et tragique du monstre.

 

Opposée à cette ambiance de frayeur, Davis mâtine sa partition d’un romantisme lyrique jamais ridicule qui ajoute une véritable dimension dramatique quasi victorienne à sa musique.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 06:53

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE LIVRE DES MERVEILLES

 

 

C'est de qui ? Froissard & Le Roux

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? En route vers Rimini, un vieil homme étrangement vêtu embauche un jeune garçon en lieu et place de son porteur. Rapidement ils vont se lier d’amitié alors que le voyageur raconte à son nouveau compagnon sa vie ô combien romanesque.

 

Il lui affirme être Marco Polo et lui relate son périple en Chine où il devint l’émissaire de l’empereur et vécut des aventures extraordinaires.

 

Nouvel album de la collection Métamorphoses qui séduit par sa beauté et l’originalité de son trait, cette variation de l’histoire de Marco Polo est poétique à souhait mais aussi épique par moments.

 

 

Si peut être un peu trop bavard (mon cadet a été découragé de dépasser le premier tiers du livre mais je subodore qu’il y reviendra), le scénario mélange adroitement fantastique et humour, et coté graphismes le Livre des Merveilles porte plutôt bien son nom, Froissard s’appliquant à donner à ce récit hors du temps de par son style si personnel, un air de livre illustré d’antan, toujours dans des teintes certes un peu blafardes par moment mais qui rajoutent à l’atmosphère si particulière de l’ensemble.

 

Je dirais que j’ai peut-être référé les précédentes collaborations du duo mais que ce nouvel effort en commun devrait combler les amateurs de la collection de Barbara Canepa et Clotilde Vu.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE ADVENTURES OF EMPEROR CHIEN LUNG

 

 

C'est de qui ? Frankie Chan

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

Ca donne Quoi ? Sorti alors que le marché oriental est littéralement inondé de films de sabres et autres ninjas (époque où sortent notamment les films dont le groupe de rap Wu Tang Clan va tirer son son et son identité) ces Aventures de l’empereur Chien Lung se distinguent du reste de la production par une quantité de bagarre bien moindre.

 

Homme aux multi-talents (acteur, réal, cascadeur et, donc, compositeur) Frankie Chan joue sur l’économie d’instruments, favorisant les traditionnels dont beaucoup de percussions folkloriques.

 

En ressort une B.O très marquée culturellement mais qui sait faire la juste part entre tradition et mélodies en gardant une dimension illustrative. Une grande partie du récit de Marco Polo (ou pas ?!) se déroulant en Chine, l’ambiance est des plus raccord !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 09:55
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES CONTES DE LA PIEUVRE 3. CÉLESTIN ET LE CŒUR DE VENDREZANNE

 

 

 

C'est de qui ? Gess

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà lu chez nous? Oui, sur les précédents et quasiment toute sa production d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après un tueur et un trouveur voici le nouveau héros des Contes de la Pieuvre un …serveur !

Mais pas n’importe quel serveur car Célestin a le don de voir la véritable personnalité des gens se matérialiser et, croyez-moi, ce n’est pas toujours beau à voir !

Le jour où le bon cœur de Célestin le pousse à aider un jeune chapardeur qui a volé la mauvaise personne, notre Discerneur se met en porte à faux avec la Pieuvre, ce qui ne présage jamais rien de bon, heureusement que Célestin a su se faire des alliés solides.

 

En 2017 le premier tome des Contes de la Pieuvre m’avait impressionné à juste titre. En 2019 sa suite était l’une de mes meilleures lectures de l’année.

Ce troisième épisode relève le défi d’être au moins aussi bon que ses prédécesseurs, tout en arrivant à apporter une vraie nouveauté dans le ton et l’histoire.

 

Le scénario plein de suspense et de scènes chocs, aborde en filigrane des  thématiques intéressantes (mention spéciale aux femmes de cet épisode !) et sait à la fois rendre son fil rouge prenant tout en développant des parties du background général de la série.

 

 

On sent que Gess, l’un des auteurs complets les plus intéressants de sa génération si vous voulez mon avis (et si vous ne le vouliez pas vous ne seriez probablement pas en train de lire ces lignes), se régale dans cet univers uchronique qu’il a savamment façonné, l’enrichissant à chaque nouvel album avec un éventail de possibilités qui donne le vertige (on se prendrait presque à rêver de cross over avec les autres séries de Gess, que ce soit la cultissime Brigade Chimérique ou le non moins réussi Oeil de la nuit).

 

Son casting éclectique parfait, des premiers rôles aux seconds couteaux, son Paris glauque et mystérieux et les pouvoirs de ses protagonistes, sont admirablement servis par son style graphique unique qui termine de faire des Contes de la Pieuvre une série comme on aimerait vraiment en lire plus souvent en franco-belge !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LES LEVRES ROUGES

 

 

C'est de qui ? F. De roubaix

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? En a peine dix ans de carrière François de Roubaix, pionnier de la musique électronique en France, compose près de 50 B.O pour le cinéma, collaborant avec les plus grands réals de son époque.

 

Si ses scores pour le Samourai de Melville ou Dernier domicile connu  sont surmeent les plus connus, le reste de sa production contient quelques pépites.

Ainsi pour ce petit film d’épouvante gentiment érotique où Delphine Seyrig campe la Comtesse Bathory, archétype du vampire au féminin, De Roubaix reste dans l’instrumentation classique mais insufle des rythmiques inhabituelles et utilise des instruments comme la guitare ou un synthétiseur basique pour panacher une partition qui fait la part belle aux ambiances froides et tendues, où le classicisme romantique et la peur pernicieuse se marient avec délice.

 

Le compositeur opère des mélanges assez admirables qui produisent un effet unique, créant un pont entre B.O de film d’épouvante de l’époque (dont la Hammer a établi, via James Bernard, les canons du genre) et musique nouvelle.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags