16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 14:06

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA MALEDICTION DE GUSTAVE BABEL

 


C'est de qui : Gess.

 

 

La Couv' :

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui

 

 

C’est édité par qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Ca donne Quoi ? Les années 20, Gustave Babel, ex-tueur à gages redoutable, vient d’être abattu dans sa retraite sud américaine. Alors que la vie s’échappe de son corps, il revoit en flashback son existence mouvementée, au service de la Pieuvre, mafia parisienne qui tire les ficelles du monde du crime.

 

A la suite de trois contrats où les victimes meurent avant que Babel n’ait pu les atteindre, ce dernier commence à tenter de remettre en place un passé sombre, fait d‘absences, de trous dans sa mémoire.

Ce qu’il y découvre dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer et vont le confronter à sa némésis, l’Hypnotiseur.

 

Cinq années Babel sera resté en « gestation », Gess, qui avait débuté la série pour le site 8comix a finalement pu achever son premier album solo, histoire passionnante et tentaculaire de près de 200 pages où l’on retrouve, outre le graphisme si particulier et original de l’auteur, quelques unes des thématiques qui parcouraient déjà ses précédents ouvrages, mais avec une vraie personnalité.

 

Habile mélange d’influences où l’on peut retrouver des réminiscences aussi bien des Enfants du Paradis que du  Samourai, le tout saupoudré d’une touche bienvenue de fantastique, cette Malédiction est un bol d’air dans un paysage Franco-Belge quasi exsangue de sa surproduction d’œuvre souvent formatées et interchangeables !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DR. MABUSE. INFERNO

 

 

C'est de Qui ? R. Israel

 

 

La couv'

 

Le Tour de Babel  /  La Malédiction de Gustave Babel  Vs.  Mabuse  Inferno

 

Déjà croisé ici? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Robert Israel est un compositeur atypique s’il en est. En effet, l’homme s’est fait une spécialité d’écrire des partitions pour des films muets qui, pour la quasi majorité, en étaient jusqu’alors dépourvus.

 

Le Docteur Mabuse, premier du nom, séparé en deux parties (Inferno en étant la seconde) a déjà été mis en musique – à posteriori-  deux fois (compositions que nous avons toutes deux entendues chez nous), si la version d’ Israel n’est pas ma préférée, il faut reconnaître un vrai charme à son ambiance volontairement surannée faite essentiellement de mélodies jouées par des instruments solistes : violon, piano…qui parfois se rencontrent, agrémentés de percussions aussi simples qu’inattendues et pourtant terriblement efficaces.

 

Suspense est évidemment le mot d’ordre ici, mais oubliez les lieux communs du film noir, Israel est un habitué de la musique du début du siècle précédent, traduit ses idées thématiques par des phrases recherchées qui, malgré leur sonorité datée, transpirent parfois la modernité dans l’approche. Une B.O parfois quasi diégétique très réussie, idéale pour accompagner la Malédiction de Gustave Babel.

 

 

 

----------------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 09:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : METROPOLIS 4

 


C'est de qui : Lehman & De Caneva

 

 

La Couv':

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Ca donne Quoi ? Nos enquêteurs touchent le fond : Faune est amoureux de Loulou et cherche à se débarrasser de Lohmann qu’il a poussé vers son coté obscur.

 

Alors que la piste d’Adolf Hitler se précise, une machine mythique, l’ Automate Mental 45, refait surface et remet carrément la réalité historique en question.

 

Le duo artistique derrière Métropolis était attendu au tournant et ne déçoit en rien sur cette conclusion haute en couleur. Certes la fin en surprendra peut être certains, à plus d’un titre, mais j’ai trouvé, une fois encore, le jeu sur les références assez brillant.

 

Nous en discutions avec Gen il y a peu, lire Métropolis sans un certain bagage coté expressionisme allemand, Lang en tête, doit forcément faire perdre de la saveur à la série, mais nous ne sommes pas non plus dans une transtextualité m’as-tu vu à la Alan Moore et l’intrigue se tient très bien même si on n’a pas vu M Le Maudit ou si l’Androïde dorée ne nous évoque rien.

 

L’œuvre de Lehman, débutée avec la Brigade Chimérique et étoffée ensuite de titres comme L’Homme Truqué, L’œil de la Nuit ou encore, donc, Métropolis, s’enrichit à chaque nouvel opus, confirmant le talent d’écriture du bonhomme qui, en plus, coté dessinateurs, sait bien s’entourer. Que demander de plus ?

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE FLY

 

 

C'est de Qui ? H. Shore

 

 

La couv'

 

Uchropolis  /  Metropolis  Vs.  The Fly

 

Déjà croisé dans le coin?  Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? La collaboration entre Cronenberg et Shore a été prolifique et enrichissante pour l’un comme pour l’autre au fil des années. The Fly marque un tournant dans la carrière du compositeur, en abordant – en accord avec le réal’- la partition comme celle d’un opéra, Shore élargit en effet clairement ses domaines d’écriture.

 

Evitant avec bonheur l’électronique pourtant très en vogue à l’époque, (nous sommes au beau milieu des années 80), il exploite à fond l’ensemble de l’Orchestre Philharmonique de Londres pour donner vie à ses thèmes basés sur des motifs à deux , quatre ou six notes mais qui se développent  en tout symphonique.

 

Les montées de cordes notamment seront une source d’inspiration pour toute une génération de compositeurs à venir qui œuvreront dans l’horreur ou la S .F.

 

Un score d’envergure pour clore comme il se doit une série à nulle autre pareille.

 

 

 

 

-------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 12:42
Fantastique Jeunesse!  /  L'étrange Boutique de Miss Potimary  Vs.  ParaNorman

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : L’ETRANGE BOUTIQUE DE MISS POTIMARY

 


C'est de qui : I. Chabbert & S. Lefèbvre

 

 

La Couv':

 

Fantastique Jeunesse!  /  L'étrange Boutique de Miss Potimary  Vs.  ParaNorman

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Jungle

 

 

Une planche:

 

Fantastique Jeunesse!  /  L'étrange Boutique de Miss Potimary  Vs.  ParaNorman

 

Ca donne Quoi ? Si vous ne le saviez pas déjà, les plus beaux cadeaux sont ceux que l’on se fait soi même ! Ce n’est pas Betty, tout juste 9 ans, qui vous dira le contraire. Avec le pécule reçu pour son anniversaire la fillette achète, dans une mystérieuse boutique d’antiquités, une curieuse « boîte à secrets » orientale.

 

Elle ne s’attendait probablement pas à se retrouver, une fois le mécanisme déjoué, dans un passé alternatif où elle a pris la place de sa propre mère enfant et où elle va devoir, aidée de sa fidèle petite souris –qui s’est mise à parler au passage-  aider une poignée de fantômes à libérer l’un d’entre eux.

 

Fantastique, aventure et humour sont les principaux ingrédients de cette nouvelle série au dessin à mi chemin entre l’illustration jeunesse et le manga.

 

La plus jeunes des critiques de chez B.O BD (8 ans depuis peu)  à trouvé l’histoire de ce premier tome palpitante et son paternel pense que le potentiel est clairement là pour la (les) suite(s) !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? PARANORMAN

 

 

C'est de Qui ? J. Brion

 

 

La couv'

 

Fantastique Jeunesse!  /  L'étrange Boutique de Miss Potimary  Vs.  ParaNorman

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Une fois ou deux probablement.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Salué par tout un pan de la critique et du public, ce long métrage d’animation où un jeune garçon voit des fantômes (tiens !), a une B.O assez remarquable dans son genre écrite par l’homme à qui l’on doit des choses aussi éclectiques que le Magnolia de Anderson ou le Eternal Sunshine…de Gondry.

 

Des univers décalés, profonds, complexes, j’en passe et des meilleurs que l’ancien multi-instrumentaliste leader de groupes pop-rock a su s’approprier et auxquels il a donné une couleur sonore marquante.

 

Pour cette comédie animée macabre, il parodie allègrement le meilleur des films de genre des années 80 (des Friday the 13th aux Griffes de la nuit) en alternance avec des passages d’action ou de comédie débridées aux orchestrations parfois rugissantes.

 

Il est amusant de noter que pour un premier dessin animé (Brion n’a d’ailleurs renouvelé l’expérience que pour un court métrage Pixar depuis), le compositeur s’en sort au mieux, prouvant une grande connaissance mélodique et une ouverture musicale qui fait plaisir à entendre.

 

Loin de certaines B.O récentes formatées de Disney, ParaNorman apporte un soupçon de frisson bienvenu à l’Etrange boutique de Miss Potimary.

 

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 10:09

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : HEARTBEAT

 


C'est de qui : M. Llovet

 

 

La Couv':

 

Le Sang c'est la vie (la BD aussi un peu)  /  Heartbeat  Vs.  Dracula

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Le Sang c'est la vie (la BD aussi un peu)  /  Heartbeat  Vs.  Dracula

 

Ca donne Quoi ? Le manga, on l’a souvent vu chez nous, n’est plus depuis longtemps, l’apanage des auteurs orientaux puisque que ce soit aux States ou en Europe, nombre de dessinateurs ont produit des choses qui n’ont pas à rougir face à leurs cousins asiatiques.

 

Maria Llovet, auteur espagnole assez peu connue chez nous (seuls trois de ces titres ont été traduits en français il y a une poignée d’années) peut se targuer de faire partie du lot ; son Heartbeat, sorte de variation vampirique dans un lycée japonais où une hjeune élève, rejettée par certains étudiants à cause de ses origines sociales modestes, va rencontrer un buveur de sang aussi charismatique que dangereux.

 

Alors attention, on n’est pas dans Twilight non plus hein, faut ps déconner, ce serait le cas je n’aurais pas pris la peine de lire et de chroniquer ce titre ; non ici on est sur un quasi exercice de style au scénar malsain et aux graphismes hybrides qui empruntent autant à des gens comme Paul Pope, James Jean qu’à, dans une moindre mesure, Suehiro Maruo.

 

La forme est donc aussi importante sinon  plus que le fond et seuls  les textes poétiques qui rendent l’ensemble  un brin bavard sont à regretter.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? DRACULA

 

 

C'est de Qui ? T. Morris

 

 

La couv'

 

Le Sang c'est la vie (la BD aussi un peu)  /  Heartbeat  Vs.  Dracula

 

Déjà entendu chez nous?  Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Vous savez que je suis un grand amateur devant l’etrenel du roman de Bram Stoker, ainsi, quand une adaptation voit le jour, qu’elle soit sur papier, petit ou grand écran, je me surprend chaque fois à espérer qu’elle fera, ne serait-ce qu’en partie, honneur à la version d’origine.

 

Làs, ce ne fût pas le cas sur cette (heureusement) éphémère série TV où la prod a eu entre autre l’idée saugrenue de confier le rôle du Comte à Jonathan Rhys Meyers pour qui le costume s’est avéré trop grand…et ce ne fût pas la moindre de ses failles.

 

Mais passons et intéressons nous quelques instants (le temps de la lecture de Heartbeat en fait, ni plus ni moins) à la musique de l’unique saison, que l’on doit au décidément prolifique (mais pas toujours inspiré) Trevor Morris.

 

Il donne la primeur à l’électronique au détriment de l’orchestre traditionnel ce qui, déjà, pour une série se déroulant dans l’Angleterre Victorienne, peut surprendre, mais admettons. Le souci c’est surtout que l’ensemble reste assez basique, très attendu, avec des montées en puissance rare et trop classiques et une alternance émotion/suspense vite répétitive. Néanmoins, soyons honnêtes, c’est un peu l’ambiance du « manga » de Llovet et la musique de Morris intensifie même cette étrange atmosphère à mi chemin de la série ado et de l’horreur trash.

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 08:50

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : ROSE

 


C'est de qui : Vernay, Alibert-Lapière

 

 

La Couv':

 

La vie en Rose?  /  Rose  Vs.  The Omen

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis.

 

 

Une planche:

 

La vie en Rose?  /  Rose  Vs.  The Omen

 

Ca donne Quoi ? Rose, jeune femme ayant le don de se dédoubler est amenée à enquêter sur l’assassinat de son père, détective privé dont la mort a été lugubrement mise en scène.

 

En fouillant dans la maison –et la vie !- de ce dernier  elle va faire la connaissance grâce à son pouvoir  de trois esprits prisonniers de la bâtisse qui vont lui faire de surprenantes révélations.

 

Ce premier tome de Rose, au graphisme très original, aussi inattendu que réussi, flirte avec les genres sans se poser sur un en particulier, et convoque l’esprit des romans d’Arturo Perez-Reverte, tout en réussissant, grâce à une atmosphère très particulière à accrocher son lecteur.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE OMEN 3

 

 

C'est de Qui ? J. Goldsmith

 

 

La couv'

 

La vie en Rose?  /  Rose  Vs.  The Omen

 

Déjà entendu sur B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Après un premier volet qui a valu une statuette à Goldsmith et une suite clairement too much coté B.O, ce troisième volet se démarque sensiblement en proposant quelque chose de moins agressif sur la longueur, plus varié dans ses thématiques.

 

Entre les trois opus Goldsmith –dont c’était la spécialité- a pu expérimenter, notamment sur d’autres genres et cela s’entend par exemple dans l’évocation de la lutte du bien et du mal, retranscrite par des envolées de cordes lyriques appuyées par des cuivres assez majestueux parfois.

 

Si l’on a évidement quelques moments d’hystérie instrumentale ponctuée de chœurs hauts perchés, l’ensemble sait transcender le genre et, à l’écoute seule, on se demande parfois si l’on est bien sur un volet de La Malédiction.

 

Ne vous fiez pas au film médiocre pour lequel elle a été composée et donnez plutôt sa chance à la B.O de The Omen 3 qui est un vrai régal sonore sur ce premier tome de Rose, lui aussi à la croisée des genres.

 

 

---------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags