10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 13:41

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : MEDICIS. COSME L’ANCIEN

 


C'est de qui : Péru & Lorusso.

 

 

La Couv' :

 

Antique Mafia  /  Medicis. Cosme L'Ancien  Vs. Ira Di Achille

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui pour le scénariste

 

 

C’est édité par qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

Antique Mafia  /  Medicis. Cosme L'Ancien  Vs. Ira Di Achille

 

 

Ca donne Quoi ? Je dois vous avouer que voir sortir une série sur les Medicis par l’auteur des Maître Inquisiteurs, d’Elfes ou de Zombies Nécrologie, avec une couv dans l’esprit des concepts Nains et consorts, ne m’inspirait pas des plus.

 

Et bien Mea Maxima Culpa, tel un Coppola du 9° Art, Olivier Peru raconte, sans trop broder autour de ce que l’on sait de l’Histoire, la destinée du mécène et tyran éclairé de Florence  à la manière d’une saga mafieuse où les Medicis seraient les Corléone de la Pré-Renaissance.

 

De sa jeunesse avide de connaissance à ses manigances subtiles mais néanmoins impitoyables pour prendre le contrôle totale de sa cité bien aimée, Cosme est présenté sans parti-pris et sous une lumière intéressante.

 

Si la série TV récente avec Robb Stark dans le rôle de Cosme ne m’a pas tenu en éveil plus d’une demi heure, le scénario de Peru est, et ce malgré pas mal de phylactères bien nécessaires à la compréhension coté bagage historico-culturel, rythmé sans temps morts, avec certes quelques scènes chocs et, passage obligé semble t-il depuis une décennie et la Rome de HBO, une paire de courtisanes aussi peu farouches qu’habillées.

 

Coté dessin, là aussi surprise puisque le style de Lorusso –que l’on pourrait aisément qualifier de « Fantasy à la Soleil », se prête plutôt bien à ce premier tome, via une belle expressivité des visages et un soucis certain du détail dans les reconstitutions (même si l’abus de photoshop sur une poignée de cases est à déplorer). Il apporte un plus par rapport par exemple à d’autres albums/séries historiques comme l’on a pu en lire pas mal l’an passé dans la collection « Ils ont fait l’Histoire » où le trait était bien plus passe-partout.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ?  L’IRA DI ACHILLE

 

 

C'est de Qui ? C. Savina

 

 

La couv'

 

Antique Mafia  /  Medicis. Cosme L'Ancien  Vs. Ira Di Achille

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si peut être moins connu que certains de ses compatriotes, Savina n’en reste pas moins l’un des compositeurs de musique de film les plus importants dans son pays.

 

A son actif, en tant que chef d’orchestre de studios, il a collaboré avec des pointures comme Nascimbene, Rozsa, Phillipe Sarde et, évidement, Morricone.

 

Dans la B.O qu’il a écrit pour ce péplum perdu dans la masse des productions similaires de l’époque, on trouve de tout : un thème symphonique hautement héroïque, repris ailleurs par des chœurs, de l’aventure et de la romance mais également des pistes plus axées suspense à base de voix féminine caverneuse et de balbutiements d’expérimentations électroniques.

 

Sur certains passages on sent bien l’influence de son travail sur le Ben Hur de Rozsa, c’est dire la richesse de cette série B oubliée qu’il est agréable de redécouvrir avec un premier tome des Medicis qui s’en accomode à merveille.

 

 

 

--------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 08:40

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : ROSKO. LES ENFANTS DE MARIE.

 


C'est de qui : Zidrou & Kispredilov

 

 

La Couv':

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Déjà croisé par ici? Oui, souvent le scénariste et le dessinateur sur le tome précédent.

 

 

C’est édité chez ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Ca donne Quoi ? Rosko a décidé qu’il ne paierait pas les pots cassés de ses ex-patrons, responsables de l’évasion de Per Svenson, le tueur en série qu’il avait appréhendé 6 ans plus tôt, surtout que le but avoué est de faire de l’audimat.

 

Mais quand la seule rescapée de l’hécatombe débarque chez lui, trompé par son prédateur, il comprend que l’on n’échappe pas à son destin, et celui de Rosko est très, très noir !

 

Trois ans après le premier tome, ce second volet vient conclure ce qui devait être au départ une trilogie. On ne sait pas à quoi sont dus délais et changements, on va surtout s’estimer heureux d’avoir pu lire la fin de ce polar d’anticipation violent et jusqu’au-boutiste.

 

Zidrou a opté pour l’option total pessimisme, pas de happy end, pas de morale, juste un triste état des lieux de ce que pourrait devenir notre société de plus en plus dirigée par les médias via les écrans de toutes sortes.

 

Coté dessin je suis moins amateur du style épuré de Kispredilov, parfois un peu flou sur les personnages dans les scènes d’ensemble, mais il faut reconnaître qu’avec ses choix de couleurs inattendus, ça sort des sentiers battus et reste peut être plus intéressant qu’avec quelque chose de plus réaliste.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? DREAMCATCHER

 

 

C'est de Qui ? J.N. Howard

 

 

La couv'

 

Attrapeur de cauchemars  /  Rosko  Vs.  Dreamcatcher

 

Déjà entendu chez nous?  Pas mal oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? S’il a touché à quasiment tous les genres avant de devenir le compositeur attitré de M. Night Shyamalan, une fois sa collaboration avec ce dernier entamé, Howard a, tout de même, beaucoup exploité les thématiques qu’il a développé pour le réal aux fins choc.

 

Dans ce Dreamcatcher, petit film d’horreur sans prétentions, par exemple, on retrouve les marques de fabrique du compositeur : mélange d’électronique et d’instruments classiques, plages atmosphériques avec montée en puissance parfois cathartique, ambiance sur le fil du rasoir avec – ici – quelques intéressantes mais trop rares incursions dans la musique folklorique amérindienne, et underscoring un peu lambda de ci de là.

 

Néanmoins Dreamcatcher propose des transitions thématiques bien tournées et quelques arrangements qui sortent un peu des canons du genre ; le tout pour une B.O efficace et passe-partout, juste ce qu’il fallait avec cette conclusion de Rosko.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 17:30

 

 

 

Pour les 3 enfants d'un neveu, j'ai essayé de trouver (avec l'aide de mon libraire préféré) des albums pouvant leur correspondre.

 

 

 

 

Pour le plus petit qui a 3 ans ½ :

 

 

 

C'est quoi : La vavache – Plif! Plaf! Plouf!

 

 

C'est de qui ? Virginie Vertonghen, Carine De Brab et Veerle Swinnen

 

 

La Couv':

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Ça donne Quoi ? Sur son île paradisiaque, la vavache reçoit par la poste une petite piscine gonflable. La baignade commence bien, mais voilà que trop de monde veut la partager et la petite piscine n'y suffit pas… Résultat : une explosion qui envoie valser tous les  baigneurs.

 

Voilà un album muet bien adapté à une découverte de la BD : des personnages animaliers réalisés en dessins tout ronds par Virginie Vertonghen et bien colorés par Veerle Swinnen plus une histoire simple écrite par Carine de Brab (mais qui demandera un peu d'assistance des parents ou des aînés pour certains détails).

 

Un clin d'œil aux grands que j'ai bien aimé : c'est l'arrivée sur le crâne de l'éléphant d'une toute petite coccinelle qui déclenche l'explosion… de quoi me rappeler plein de dessins animés de Tex Avery!

 

 

 

----------------------

 

 

 

Pour le second qui a 7 ans :

 

 

 

 

C'est quoi : Octave et le cachalot

 

 

C'est de qui ? David Chauvel et Alfred

 

 

La Couv':

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Déjà croisé sur le site? oui

 

 

Une planche:

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

 

Ça donne Quoi ? Octave habite sur une île dans la maison la plus à l'ouest. Il déteste la mer qui lui a pris son papa et refuse de se baigner… jusqu'au jour où il va falloir qu'il aide un cachalot échoué sur la plage. Octave y gagnera un ami et apprendra à nager avec ce grand professeur!

 

Pour un lecteur débutant, cette BD est idéale avec des textes écrits avec de grosses lettres et des mots simples. David Chauvel a choisi une histoire d'amitié extraordinaire qui conduit Octave à apprivoiser sa peur de la mer. Les illustrations d'Alfred ont la simplicité (apparente), la rondeur et les brillantes couleurs qu'aiment souvent les plus jeunes lecteurs.

 

 

 

---------------------

 

 

 

Pour la plus grande qui a 9 ans et qui est une déjà grande lectrice :

 

 

 

 

C'est quoi : Les carnets de Cerise – 1 Le zoo pétrifié

 

 

C'est de qui ? Joris Chamblain et Aurélie Neyret

 

 

La Couv':

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Ça donne Quoi ? Cerise est une jeune demoiselle de dix ans et demi qui veut devenir romancière plus tard. Elle essaye de deviner qui sont les gens qu'elle croise en les étudiant. Elle va découvrir un drôle de bonhomme du haut de la cabane dans la forêt où elle retrouve ses amies Line et Erica. Pourquoi le voit-on passer tous les dimanches avec 2 gros pots de peinture, propre le matin et couvert de taches le soir? Cela demande une petite enquête qui qui fera découvrir un surprenant zoo sans animaux y vivant.

 

Quelle belle découverte! Merci à mon libraire.

J'ai bien aimé la présentation de l'histoire comme un récit écrit par Cerise dans un carnet personnel d'où des pages écrites soigneusement à la main avec des éléments "collés" dedans (photos, plume…). L'histoire écrite par Joris Chamblain est sympathique et pas gnangnan pour 2 sous. L'enquête de Cerise n'est pas liée à un quelconque délit mais à son envie de découvrir qui est cet étrange peintre. Cette demoiselle a un caractère positif même si elle cache certaines choses à sa maman… avec l'aide de ses amies

 

Toute la jeunesse  /  Chroniques d'une Grand Tante

 

Les dessins d'Aurélie Neyret sont superbes avec une colorisation en parfaite adéquation avec le récit. Elle a choisi de ne pas délimiter les cases par des traits rectilignes mais de les laisser s'arrondir et se recouvrir par moments.

 

Une réussite de plus dans la collection Métamorphoses… mais plus destinée à de bons lecteurs quel que soit leur âge.

 

 

-------------------

 

Des Chroniques de Gen

Repost 0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 16:37

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LE QUATRIEME MONDE

 


C'est de qui : J. Kirby

 

 

La Couv':

 

King of the (4th) World  /  Le Quatrième Monde  Vs.  Terrore Nello Spazio

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Urban

 

 

Une planche:

 

King of the (4th) World  /  Le Quatrième Monde  Vs.  Terrore Nello Spazio

 

Ca donne Quoi ? Dés l’entrée en matière de ce troisième (et avant-dernier) recueil du Quatrième Monde de Kirby, on sent que l’on est de plein pied dans la liberté artistique créative voire surréaliste.

 

Après avoir été bridé par Marvel (où il retournera cependant quelques années plus tard), et avant de se lancer dans d’autres sagas toutes aussi réjouissantes,  Kamandi , The Demon ou encore O.M.A.C, le King Kirby mène de front plusieurs aventures.

 

Tandis que les Immortels sont  en plein remake de la Machine à voyager dans le temps version roulette russe, disséminés qui dans l’antiquité Romaine, qui aux Etats Unis naissants alors que Lincoln va être assassiné, Superman a fort à faire avec Jimmy Olsen, ce dernier étant devenu une espèce de créature difforme et ingérable. Les Nouveaux Dieux et Mister Miracle, chacun dans une partie différente de l’univers ont un problème commun : Darkseid en bad guy de l’ensemble.

 

Graphiquement c’est uber coloré, ça foisonne de détails et les protagonistes sont toujours aussi anatomiquement dynamiques et  parfois volontairement disproportionnés. Les non-habitués trouveront peut être cette série (méta série dirait-on aujourd’hui) too much mais force est de reconnaître l’imagination créative débordante de Kirby, au sommet de son art.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TERRORE NELLO SPAZIO

 

 

C'est de Qui ? G. Marinuzzi

 

 

La couv'

 

King of the (4th) World  /  Le Quatrième Monde  Vs.  Terrore Nello Spazio

 

Déjà entendu sur B.O BD? Je ne pense pas.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Pour son seul film résolument SF, Mario Bava plus connu pour ses films d’horreur aux budgets réduits, réalise ce que beaucoup considèrent comme l’œuvre annonciatrice du Alien de Scott, voire donc de tout un pan du film de « monstre dans l’espace ».

 

Si nous nous garderons bien de confirmer telle filiation, surtout au vu du long métrage en question kitch à souhait aujourd’hui, on s’arrêtera volontiers sur sa B.O que l’on doit au compositeur italo-américain Gino Marinuzzi qui, outre être un pionner de la musique électronique, a également eu une carrière intéressante dans le cinéma (il a entre autre écrit pour Jean Renoir, les amateurs apprécieront).

 

Pour le long de Bava il décline les codes du genre via une partition orchestrale qui, à plus d’une reprise, sauve le film d’une distribution calamiteuse et d’effets de mise en scène grandiloquents.

 

Jouant sur la tension sourde violemment délivrée via des explosions de cuivres et des déchaînements de cordes, sa musique bénéficie de son bagage classique et reste un très bon exemple de B.O de l’époque.

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 18:01

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : JACQUES PREVERT N’EST PAS UN POETE

 

 

C'est de qui : Bourhis et Cailleaux

 

 

La Couv':

 

Cette BD c'était la tienne  /  Jacques Prévert n'est pas un poète  Vs.  Les Triplettes de Belleville

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Une planche:

 

Cette BD c'était la tienne  /  Jacques Prévert n'est pas un poète  Vs.  Les Triplettes de Belleville

 

Ca donne Quoi ? Il y a pas mal de temps déjà, j’avais dit du bien d’un premier tome (sur trois prévus) d’une bio dessinée de Prévert qui n’avait hélas pas connue de suite.

 

Aujourd’hui le mal est réparé puisque sous ce titre un peu provoc’ (toutes proportions gardées n’est ce pas), Bourhis et Cailleaux achèvent de nous proposer leur vision de la vie de l’artiste (Ce copieux album reprend d'ailleurs les 72 pages contenues dans Prévert, Inventeur qui s’achevait sur le retour de l’écrivain du service militaire).

 

Voici donc la partie, à mon goût, la plus intéressante : les années théâtre et « politique » (Prévert et sa clique d’ « Octobre » reviendront, tels des Tintins chez les Soviets –c’est d’actu !- , du communisme idéalisé) mais, surtout, la carrière cinématographique.

Oui parce que pour un amoureux du 7° Art comme moi, lire des anecdotes sur la création de monuments comme Les Visiteurs du Soir, Quai des Brumes ou encore Les Enfants du Paradis, dont Prévert a été dialoguiste et en partie scénariste,  ou croiser Jean Gabin, Arletty ou Michèle Morgan, est un vrai plaisir.

 

C’est, en fond de la vie de Prévert, toute une page de l’Histoire (le Front Populaire, la Seconde Guerre Mondiale, …) et de l’art (Surréalisme, poésie, peinture, cinéma…) qui se tourne ici.

 

Et puis, graphiquement, c’est aussi original que joli, s’inspirant des thèmes évoqués, jouant sur la colo, la mise en page et la narration.

Une évocation riche et extensive d’un artiste qui, en effet, était bien plus qu’un poète.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LES TRIPLETTES DE BELLEVILLE

 

 

C'est de Qui ? B. Charest

 

 

La couv'

 

Cette BD c'était la tienne  /  Jacques Prévert n'est pas un poète  Vs.  Les Triplettes de Belleville

 

Déjà croisé dans le coin?  Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Dans ce film d’animation plébiscité par la critique et le public, aux graphismes qui font penser à un album de  De Crécy et au scénar vaudevillesque qu’un Tati n’aurait pas renié, le québécois Charest met tout son bagage musical de composition à profit puisqu’il évoque tour à tour l’esprit des cabarets des années 30, le jazz bop, l’ambiance des films rétro…sans pour autant oublier la musique dite d’ « illustration »  sur des pistes qui, elles, sonnent résolument cinématographiques.

 

Thèmes accrocheur, phrases jouées par différents instruments qui se répondent, variété des groupes instrumentaux utilisés…le résultat est assez bluffant de maîtrise et le César obtenu par Charest n’est clairement pas volé.

 

Le maître mot ici est bariolé, et, époques cadrant plus ou moins, vous l’aurez compris, ces Triplettes sont  faites pour celui qui n’est pas –qu’un- poète !

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags