15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 09:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FEROCE

 

 

C'est de qui ? Macho & Muro Harriet

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Venus pour tourner un reportage sur le Tigre d’Amour dans son habitat naturel, une équipe d’écologistes actifs va se retrouver prise entre les trafiquants de bois russes (dont les boss ont une dent contre la chef de l’équipe de tournage), des fonctionnaires véreux et, last but not least, un tigre blessé qui a semble-t-il et d’une façon assez extraordinaire, décider d’éradiquer la présence humaine de son territoire de chasse.

 

 

Ce premier tome de Féroce, si l’on accepte le principe un peu « fantastique » du tigre vengeur, est un premier tome au rythme nerveux et au suspense soutenu qui prend son lecteur entre ses crocs pour ne le lâcher qu’à la dernière page.

 

Sur fond de désastre écologique hélas bien réel (la déforestation aussi massive que sauvage par la mafia russe et les risques de catastrophes écologiques que cela va entraîner) Muro Harriet livre un thriller aussi implacable que la taïga où il se déroule.

 

De son coté le dessinateur Alex Machio donne vie de fort belle façon aux décors enneigés et au casting bien campé. Son trait réaliste détaillé et foisonnant n’est pas sans faire penser à celui -virtuose ! - de son compatriote Landa.

 

Entre conscience écolo et polar nerveux, Féroce est indéniablement un des albums à lire en cette rentrée 2021.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE GREY

 

 

C'est de qui ? M. Streitenfeld

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? En dépit du sujet du film, Liam Neesson dans son énième rôle de dur qui, ici, tente d’escorter les survivants d’un accident d’avion harassés par une meute de loups affamés, la musique de Streitenfeld, transfuge du studio de Hans Zimmer, reste la plupart du temps assez en retrait pour ne pas dire anecdotique.

 

Le compositeur se contente en effet d’aligner des nappes instrumentales où l’orchestre est sous-utilisé, et où une certaine torpeur glaçante s’immisce lentement mais surement.

 

Heureusement, surtout pour la lecture de ce premier tome de Féroce, les plages illustrant les scènes d’action du film, si assez rares, sont plus énergiques, avec des cordes torturées jusqu’aux dissonances et quelques explosions de rythmiques électro industrielles inattendues mais efficace.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 14:22

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? CORTO MALTESE. OCEAN NOIR

 

 

C'est de qui ? Vives et Quenehen

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Piégé par des acolytes un peu trop extrêmes à son goût, Corto se voit pris pour cible et obligé de prendre la tangente.

Entre activistes armés, reporter de guerre, agents de la CIA et autres magiciennes, le marin à la créole va parcourir la moitié du continent à la recherche d’un hypothétique trésor mais surtout, comme toujours, de lui-même !

 

Evidement, cette reprise de l’un des personnages les plus iconiques de la BD mondiale par l’un des artistes les plus en vue du paysage franco-belge actuel et son complice scénariste/journaliste/écrivain de 14 Juillet, a pris beaucoup de monde par surprise.

 

Surtout que le secret a été longtemps et savamment gardé par Casterman peut être conscient que les fans indécrottables risquaient, avant même d’avoir lu ou vu quoique ce soit bien évidement, crier au crime de lèse-majesté.

 

Dans la mouvance des reprises et autres hommages des héros classiques parues ces dernières années, cet Océan Noir se place sur le dessus du panier car ses auteurs ont su, comme Mathieu Bonhomme sur Lucky Luke ou Sfar et Blain sur Blueberry par exemple, respecter la série et ses codes tout en se les appropriant de façon fort réussie.

 

 

Là où Quenehen et Vivès se démarquent c’est dans l’ « actualisation » de Corto, puisque l’intrigue de leur opus se déroule au début du XXI° siècle alors que la série de Pratt couvrait plutôt celui du siècle précédent.

 

Notre gentilhomme de fortune, égal à lui-même, reste assez en retrait des événements qui l’entoure et de la folie des hommes (le milieu de l’intrigue est ponctuée par les attentas du 11 septembre), amoureux des femmes qu’il rencontre, méfiant envers les hommes.

 

On croise fugacement l’incontournable Raspoutine, et l’esprit Prattien se fait souvent sentir au détour d’une scène onirique, d’un dialogue poétique, le tout parsemé d’action et d’exotisme.

 

Graphiquement -quand même !- Vives réussit le tour de force de conjuguer son style si personnel au cahier des charges de la série, rajeunissant Corto, gardant parfois ses « tics » de visages sans yeux, sachant rendre ses personnages féminins désirables (de mémoire c’et bien la première fois que l’on a une femme nue dans un Corto ?!)

 

Pari gagné pour cet Océan Noir, plus original que la reprise « officielle » de la série par Canales et Pellejero et récit d’aventure prenant et rafraichissant.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :OSLO

 

 

C'est de qui ? J. Russo & Z. Keating

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui pour Russo.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Porté par deux acteurs talentueux révélés sur petit écran, Oslo évoque à la manière d’un thriller politique les accords de paix entre Israel et la Palestine, bien aidés en sous-main par un coulpe de…norvégiens.

 

C’est Jeff Russo, lui aussi abonné aux séries TV -dont certaines à succès- qui met en musique cette production Spielberg, avec, sur ce coup, la collaboration de Zoé Keating, violoncelliste et compositrice notamment connue pour son approche de l’instrument qu’elle couple de manière inventive à l’électronique.

 

Russo, qu’on a connu exubérant sur des choses comme Utopia, Umbrella Academy ou Légion, fait ici dans la sobriété quasi minimaliste, jouant pas mal sur des motifs répétitifs au piano sur lesquels Keating vient apposer des nappes de cordes modifiées.

 

Le ton navigue comme notre Corto, entre mélancolie et tension, et vient agréablement accompagner les déambulations du marin sans pour autant parasiter la lecture par une présence musicale trop marquée.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 08:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CREATURES 2. LA GRANDE NUIT.

 

 

C'est de qui ? Betbeder et Djief

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé Vanille en fort mauvais posture, dans les griffes de la créature qui contrôle les parents zombifiés. Nous la retrouvons enfermée dans le coffre d’une épave de voiture dont elle arrive à se tirer tant bien que mal avant d’embarquer bon gré mal gré Chief et la Crado à la rescousse de Minus, son petit frère, retenu prisonnier avec d’autres enfants à pouvoir par les servants de Yog Sottoth.

 

De leur coté les frangins se sont alliés avec leur grand-père amnésique afin de retrouver les origines de la Grande Nuit dont une seconde arrivée semble imminente.

 

Tout ce petit monde va avoir fort à faire pour rester en vie au milieu d’un environnement de plus en plus hostile !

 

 

Ce second volet de Créatures confirme les bonnes impressions du premier, avec une montée en puissance du suspense et quelques scènes d’action bien troussées.

Le mélange de post-apo, d’univers lovecraftien et de récit jeunesse fonctionne toujours bien et mon cadet est déjà un fan convaincu de la série.

 

Gageons qu’il n’est pas le seul est que Créatures, entre les mains expertes du duo Betbeder/Djief a de quoi devenir un futur classique du genre, une sorte de The Walking Dead pour préados.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : VALENTINE

 

 

C'est de qui ? Don Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a deux décennies de composition derrière lui quand il débute sur grand écran, c’est littéralement la B.O du Matrix des frangins Wachowski qui ouvre les portes de la reconnaissance à Don Davis.

 

Mais faute de motivation ou mauvais choix de carrière, le compositeur ne percera jamais vraiment avec une filmographie tiède, essentiellement composée de séries B de genre.

 

Valentine est un fort bon exemple, slasher du début des années 2000 qui se contente d’aligner les poncifs du genre qui a fleuri lors de la décennie précédente, de Scream à Urban Legends.

 

S’il est semble t-il assez peu inspiré par le scénario du film, et si c’est une année chargée pour lui (5 scores à son actif), Davis essaye tout de même d’apporter à son thème principal au piano et cordes quelques touches d’originalité avec les dissonances dont il a l’habitude et un traitement électronique en post prod de cuivres massifs et inquiétants qui complète bien les montées de cordes souvent hystériques.

 

Une musique certes pas follement originale mais dont la tension sourde continuelle et les quelques moments de bravoure sont ce qu’il fallait à cette suite de Créatures.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 14:57

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  UNDERTAKER. SALVAGE

 

 

C'est de qui ? Dorison et Meyer

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui souvent, et souvent ensemble d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Forcément quand on fait des erreurs de jeunesse parfois elles reviennent vous hanter plus tard. C’est ce que notre undertaker apprend à ses dépends comme on l’a vu dans le tome précédent.

 

En effet Sid Beauchamp, arriviste du pire acabit et prêt à tout pour arriver à ses fins est responsable de la mort de Caleb, l’indien blanc, fils de la femme qu’il compte épouser. Mais quand Jonas s’en rend compte et veut rendre le cadavre aux indiens, l’amitié d’antan se transforme en inimitié menaçante.

 

Entiché de la femme et du fils du cadavre de l’indien blanc, la troupe de Sid et Jonas fait route vers Tuscon alors que la situation s’envenime doucement mais surement et que l’on sent qu’elle est prête à exploser à la moindre étincelle.

 

Fin de diptyque chargée en émotions comme en action que ce Salvaje qui, s’il reprend bien quelques ficelles classiques du western, les tire avec un métier indéniable, construisant une tension palpable et imparable.

 

Au dessin Meyer fait là encore étal de tout son talent et tutoie les grands maîtres de la BD franco-belge avec réussite, bien aidé encore une fois par les couleurs de Caroline Delabie.

 

Je ne sais pas si Undertaker sera un jour l’égale de Blueberry comme le mentionne avec une certaine malice le sticker sur l’album, mais parti comme c’est parti, il y a de fortes chances qu’elle marque le genre !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WANTED SABATA

 

 

C'est de qui ? V. Kojucharov

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Au moins une fois je dirais.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? En marge d’une belle carrière dans la musique classique, comme compositeur et directeur d’orchestre, la filmographie de Kojucharov laisse, de prime abord- quelque peu à désirer !

 

En effet, en un peu plus d’une décennie, le russe, qui a fait ses armes avec Katchakurian avant de quitter l’URSS pour l’Italie où il assiste quelque temps Nino Rota, écrit une grosse poignée de westerns de seconde zone avant de bifurquer vers les films d’exploitation et le giallo érotique.

 

Néanmoins, et si elles n’échappent pas aux codes marqués du genre, ses partitions de westerns ont toujours une ou deux petites choses qui les font se démarquer du lot.

 

Ainsi sur ce Wanted Sabata on appréciera quelques curiosités instrumentales comme ces breaks de percussions diverses et variées, ces phrases de flute discrètes mais marquantes, et quelques effets de reverb inattendus qui viennent apporter à la fois une certaine fraicheur aux traditionnels harmonicas et guitares mais aussi un sentiment de malaise tenace.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 15:44

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  RHAAL-HAN LE FILS DES AGES DES FILLES PAS FAROUCHES.

 

 

C'est de qui ? H. Mc Cock

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui, dans le même registre d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous l’aurez compris dés le titre de l’album, nous sommes ici en présence d’une parodie légère du Rahan de Chéret…mais pas que.

 

Il faut voir ce one shot plutôt comme un hommage, une lettre d’amour à une série qui a bercé l’enfance de générations de lecteurs dont font partie entre autre votre serviteur et l’auteur de Rhââl-Han.

 

Ainsi les amateurs reconnaîtront certains des récits fondateurs de la série, mais aussi des bons gros clins d’œil à d’autres icones de la BD (Blake et Mortimer, la Famille Pierrafeu) mais pas que puisue l’on croise même notre cher…président !

 

 

Coté intrigue, parce qu’il y en a bel et bien une, le fils de Crado (sic !) croise la route d’une belle femme peu farouche avec qui il copule joyeusement avant de découvrir qu’elle a un rejetton et qu’elle et sa tribu ont été maudits.

 

Dés lors Rh^âl-Han n’aura de cesse, entre deux saillies passionnées, de protéger l’ enfant et sa mère jusqu’au déces de celle ci. Notre héros aux cheveux de feu décidera alors d’aller confier le petit d’homme à une tribu amie (nons sans croiser un homme du futur et quelques dinosaures).

 

Coté graphismes les décors sont aussi détaillés que colorés et les personnages sont volontairement caricaturaux, avec des hommes aux corps musclés et aux tronches démesures et des femmes aux atouts assez dantesques.

 

Un album fun dont les scènes de sexe, relativement sages au final,  ne sont donc clairement pas le seul intérêt.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CAVEMAN

 

 

C'est de qui ? L. Schifrin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La parodie est un genre hautement casse gueule et ne sont pas les frères Zucker ou Wayans qui veut. Ainsi, surfant sur la vague d’une poignée de films préhistoriques pondus par la Hammer, ce long métrage des années 80 n’arrive jamais à décoller malgré la présence de Ringo Starr et de la superbe Barbara Bach au générique.

 

Parlons en du générique -et du reste de la B.O- d’ailleurs car c’est bien tout ce qu’il y à a sauver ici, et pas qu’un peu puisque c’est le talentueux Lalo Schifrin qui en est responsable. Le compositeur s’en donne à cœur joie en singeant avec humour et ambition les scores de l’Age d’Or hollywoodien auxquels il insuffle une énergie communicative, une petite dose de suspense léchée et, cerise sur un gâteau déjà fort apetissant, des arrangements quasi funkys dont il a le secret et qui ont fait la réussite de scores comme Bullit, Dirty Harry ou encore Enter the Dragon.

 

C’est donc la bonne humeur potache que se termine ce cycle bd érotique de la rentrée !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags