25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 10:33

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CHAMPIGNAC. LE PATIENT A.

 

 

C'est de qui ? Beka & Etien

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble sur le tome 1.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après avoir fait faire un formidable bond en avant aux alliés en craquant Enigma, le générateur de codes des nazis, Pacôme et Blair sa chère et tendre (au caractère bien trempé cela dit !) s’envolent pour l’Allemagne où ils vont tenter de délivrer deux amis du scientifique, retenus contre leur gré par les sbires d’Hitler.

 

Dans un Berlin aveuglément dévoué à la folie du furher nos héros vont découvrir que les nazis ont développé une drogue capable de transformer leur peuple en surhommes et vont tout faire pour essayer de contrecarrer leurs sombres desseins.

 

 

C’est assez impressionnant de voir le niveau qualitatif de la production de David Etien qui, en plus de ce second volet, sort également un nouveau tome de l’excellente série Les  Quatre de Baker Street (dont nous reparlerons bientôt) ! Loin de bâcler ses planches, le dessinateur propose des compositions aux décors riches, aux personnages détaillés et dynamiques et à la narration savamment travaillée.

Inutile de dire que cette maestria est partie intégrante de la réussite de Champignac qui, si elle met en scène un des personnages récurrents de l’univers de Spirou, a d’ores et déjà su trouver sa propre personnalité.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DUNKIRK

 

 

C'est de qui ? Malcolm Arnold

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? 60 ans avant Christopher Nolan, l’opération Dynamo avait déjà eu droit à une version cinéma certes moins gargantuesque (époque et moyen obligent) mais non moins méritante.

 

Sa B.O, écrite par Malcolm Arnold, l’année après avoir été récompensé d’un oscar pour le Pont de la rivière Kwai, est un modèle du genre de l’époque, glorifiant le patriotisme des alliés à grands coups de thèmes héroïques joués par des sections de cordes et de cuivres fournies.

Le compositeur, en marge d’une riche carrière dans le classique, s’est quasiment fait une spécialité des scores de films de guerre et n’hésite pas à enrichir des portions de ses partitions martiales d’arrangements symphoniques qui magnifient les mélodies.

Dunkirk, outre ses pistes d’action hautes en couleur, regorge de moments de bravoure pleins de suspense qui donnent  à ce second tome de Champignac des airs de films d’espionnage des années 50 qui lui vont fort bien.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 09:54
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LOVE LOVE LOVE

 

 

C'est de qui ? Toussaint & Garrido Martin

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Le scénariste souvent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur plus ou moins proche, après avoir développé à outrance la robotique, les humains ont mis au ban de la société les androïdes. Karel, un robot dont la fonction est de consoler les gens contre payement, rencontre Elle, une jeune femme cœur d‘artichaut qui vient de perdre son job et a terriblement besoin d’amour.

Ce couple en apparence mal assorti va tomber amoureux jusqu’à ce que nos tourtereaux soient séparés par une guerre initiée par des bots révolutionnaires.

 

 

Kid Toussaint, scénariste aussi prolifique qu’inspiré, réussit ici le grand écart entre... Katherine Pancol et Isaac Asimov (!!) avec cette nouvelle série qui allie romance bubble-gum fun et affrontement androïdes/humains sur fond de révolte de classe.

Malgré leur éloignement, les deux aspects sont assez développés pour ne pas se court-circuiter et je dirais même qu’ils  se complètent bien, apportant fraicheur et originalité au titre.

 

Le trait de l’espagnol Andres Garrido Martin, tirant à la fois du manga et de l’illustration jeunesse, très coloré, se prête bien à ce  scénario hybride, finissant de faire de ce premier tome une lecture divertissante.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : WANDAVISION

 

 

C'est de qui ? C. Beck

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Avec une discographie des plus hétéroclite, allant de choses aussi disparates que la série Buffy the Vampire Slayer au dérangeant Charlie Countryman en passant par la Reine des Neiges et sa suite de chez Disney, Christophe Beck s’est imposé comme le candidat idéal pour mettre en musique Wandavision la nouvelle série Marvel sur Disney +

 

Si la série en elle-même m’a semblé poussive sur son premier épisode la musique est assez agréable de par son inventivité et son originalité. Beck a collaboré avec le compositeur Alex Kovacs, dans le métier depuis un bail, qui a su émulé avec justesse les différentes époques du show, à commencer par les séries des années 60 (type Ma sorcière bien aimée qui semble être l’un des modèles évidents de ce début de Wandavision).

 

Les thèmes dédiés aux principaux protagonistes sont intelligemment déclinés en fonction des styles, de la comédie désuète au super héroïsme grand spectacle et l’ensemble fonctionne avec une unité assez étonnante.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 10:54

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CREATURES 1. LA VILLE QUI NE DORT JAMAIS.

 

 

C'est de qui ? Betbeder et Djief

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans une Grosse Pomme post apocalyptique des enfants abandonnés doivent rivaliser d’ingéniosité pour survivre et ne pas tomber entre les pattes d’étranges créatures faites d’une substance noirâtre qui dominent les adultes, devenus des loques affamées.

 

Un petit groupe d’entre eux, organisés en bande, rencontrent Vanille et son petit frère à l’étrange pouvoir, qui avaient réussi à préserver leur maman de l’influence de monstres mais pour combien de temps encore?

 

Un étrange vieillard réfugié avec ses livres va également croiser leurs route et semble en savoir long sur les créatures hostiles.

 

 

Un nouveau récit d’anticipation à la croisée des genres, flirtant avec la SF, le fantastique et la série jeunesse (dont certains fleurons de chez Dupuis d’ailleurs), aux influences lovecraftiennes avouées qui ne seront pas pour déplaire aux lecteurs adultes.

 

 

Ce premier tome est plein de qualités à commencer par son rythme nerveux, et son suspense bien dosé, le tout servi par le trait semi réaliste détaillé aux teintes adéquates de Djief.

 

Créatures confirme le talent touche à tout du duo Betbeder/Djeff qui nous avait déjà pondu un superbe prologue aux Liaisons Dangereuses et livre ici, dans un tout autre domaine, un album qui fait mouche et qui, chez B.O BD a emballé deux générations de lecteurs !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TENET

 

 

C'est de qui ? Göransson

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui au moins une fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Après quelques obscurs travaux sur des films de seconde zone, et/ou dans l’ombre du canonnier Zimmer, le suédois Ludwig Göransson (qui finalement ne partage avec Beethoven que son prénom), tombe tout de suite dans le grand bain avec la bande son de Black Panther pour Marvel/Disney qui lui rapporte dans la foulée une statuette dorée, excusez du peu.

 

S’ensuivent deux autres « grosses » machines  commerciales avant que Christopher Nolan, privé d’Hans Zimmer, parti se promener sur la Dune de Villeneuve, fait appel à l’un de ses poulains les plus doués.

Göransson trouve le challenge intéressant, reprenant le concept de voyage spatio temporel et autre lectures à double sens chronologique dans son écriture musicale.

 

Il fait jouer les partitions à ses musiciens puis inverse les bandes les fait écouter aux musiciens en question puis leur demande de jouer ce qu’ils entendent. Vous avez saisi ? Non, bon les musiciens probablement pas non plus et, si la musique de Göransson n’est pas aussi catastrophique que le film, on retiendra de tout ceci qu’il maîtrise le « braaamm » probablement aussi bien que son mentor mais qu’il sait aussi le jouer à l’envers.

 

 

L’ambiance en tension continuelle de la BO de Tenet a renforcé le côté « adulte » que je recherchais lors de ma lecture de ce premier tome de Créatures, accentuant l’angoisse de certains passages et les scènes d’action réussies de l’album…par contre je n’ai pas poussé le vice jusqu’à l’imposer à mes gamins !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 13:16

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  PACIFIC PALACE

 

 

C'est de qui ? C. Durieux

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Je dirais que non.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Spirou et son inséparable Fantasio officient comme grooms non pas au Moustic mais au Pacific Palace et voilà que leur quotidien est chamboulé par l’arrivée d’un dirigeant de l’est, fuyant la révolte dans le pays où il avait installé une sanglante dictature.

Personne n’est franchement ravi à l’idée de servir un tel individu, pour qui l’établissement a été privatisé, mais Monsieur Paul, gérant de l’Hôtel fait marcher son monde à la baguette.

 

Si Fantasio est assez hostile au tyran et à sa garde rapprochée il n’est pas insensible au charme d’Elena, sa fille, pour laquelle Spirou a carrément eu le coup de foudre.

Bien vite, dans cette atmosphère tendue, nos deux compères vont assister aux tractations politiques et autres manigances en haut lieu.

 

 

Un nouveau « Spirou de » des plus original duquel se dégage une atmosphère douce-amère, naviguant entre la mélancolie de l’histoire d’amour impossible entre Spirou et Elena et le suspense feutré à l’ancienne de l’intrigue politique.

 

Une ambiance renforcée par un graphisme assez épuré notamment sur les visages des protagonistes où le trait aérien de Durieux, si assez éloigné des canons de la série mère, sert bien son propos, le tout dans des tons de couleurs presque diaphanes fort bien choisies.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LEON MORIN PRETRE

 

 

C'est de qui ? Martial Solal

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après une décennie à jouer avec les plus grands noms du jazz Martial Solal pousse la porte du 7° Art en écrivant la musique de l’un des films de son ami le réalisateur Jean Pierre Melville. Suivront Godard, Cocteau et Verneuil (excusez du peu là encore) avant de retrouver Melville pour cette adaptation assez austère d’un roman qui ne l’est pas moins sur l’attraction qu’exerce un jeune et beau curé sur ses ouailles féminines.

 

Solal laisse de côté ses riffs de jazz pour composer des thèmes plus sages et solennels, inspirés par le classique et, évidemment, la musique religieuse.

Le travail avec le réalisateur est aussi fusionnel que difficile, du propre aveu du compositeur qui tente tout au piano avant de transformer sa partition pour un orchestre plus conséquent.

 

C’est probablement de là que vient cet aspect à la fois dépouillé mais intense de la musique, moins présente que sur les autres scores écrits par Solal mais bien plus évocatrice. Mélodrame sensible, tragédie de mœurs, des associations quasi vénéneuses qui rendent le Spirou vue par Durieux un peu plus noir, ce qui lui va fort bien.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 08:14
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FRNCK

 

 

C'est de qui ? Cossu et Bocquet.

 

 

Des Couv':

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le scénariste comme le dessinateur!

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Franck est un ado qui a grandi à l’orphelinat sans connaître ses parents, sachant juste qu’ils sont morts dans un accident. Après une énième « adoption » qui capoté, notre héros décide de se faire la malle et, conseillé par le jardinier de l’orphelinat, se rend dans une grotte où il va hélas tomber dans un lac souterrain qui l’entraîne…dans la préhistoire ! Sans réseau, sans supermarché, sans savon et sans …voyelles ! Franck a bien du mal à se faire à son nouvel environnement, entouré d’une tribu aussi disparate que délirante, il va devoir faire face pèle mêle à des cannibales, des dinos avant l’heure, des lapins hypnotiques, et j’en passe.

 

Mais contre toute attente, Franck va réaliser qu’il n’est pas le seul à avoir été victime de la boucle spatio-temporelle et les révélations et rebondissements vont venir encore enrichir un quotidien déjà chargé !

 

J’avais lu le premier tome de Frnck à l’occasion d’une fête de la BD et avais trouvé ça sympa mais pas révolutionnaire, le principe du héros se retrouvant dans un environnement anachronique n’étant pas neuf.

Pourtant, mes deux gamins ayant beaucoup accroché et ayant demandé les tomes suivants au fur et à mesure de leur parution, je me suis décidé, alors que le 7° volet s’est retrouvé au pied du sapin, à me lancer dans la série.

 

 

Et bien c’est peu dire que j’ai bien fait ! Certes le postulat de base est assez classique mais Olivier Bocquet - scénariste touche à tout s'il en est!- trouve tellement de façon d’en tirer parti que la lecture en est continuellement réjouissante. Le premier cycle de 4 albums se conclue par un cliffhanger de haut vol que j’avoue ne pas avoir vu venir, et le second cycle, si toujours sous le signe de l’humour, multiplie les pistes scénaristiques avec un certain brio, rendant l’intrigue plus ambitieuse.

 

Résolument multi-générationnelle, Frnck bénéficie également du graphisme riche de Brice Cossu, certes axé jeunesse ici, avec des influences manga marquées, mais très soigné, aux décors fournis et colorés et aux protagonistes attachants.

 

Pour parfaire ce tableau, on appréciera le rythme de parution soutenu qui fait que l’on a droit à quasiment deux tomes par an depuis les débuts et ce sans aucune baisse de qualité, non, décidément, la préhistoire c’est peut être nul mais surement pas Frnck !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :JUMANJI WELCOME TO THE JUNGLE

 

 

C'est de qui ? H. Jackman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Habitué des blockbusters tous genres confondus, du film de super héros  au thriller musclé en passant par la comédie de haut vol, Henry Jackman se retrouve avec la lourde tâche de succéder à James Horner, responsable de la B.O du Jumanji d’origine et décédé depuis.

 

Si le remake hollywoodien n’a pas la fraicheur de son modèle on peut cependant avouer que le score sauve les meubles, le compositeur ayant le sens de l’illustration musicale balisée mais efficace.

 

Jackman utilise ici une opposition intéressante entre les ambiances du monde réel, avec pas mal d’instrumentation acoustique pour évoquer un entourage plus calme, et celles du monde du jeu, où l’action se taille la part du lion à grands coups notamment de cuivres vrombissant et autres percussions tribales du meilleur effet sur certaines parties de Franck.

Rien de très original donc mais un travail d’artisan appliqué qui remplit tout à fait son office et qui, en alternance avec d’autres œuvres du même acabit, fait une B.O très en phase avec ces deux premiers cycles de la série de Bocquet et Cossu.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags