16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 13:27

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? TENEBREUSE

 

 

C'est de qui ? Hubert et Mallié

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis 

 

 

Déjà croisés sur le site? Souvent pour Hubert.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un royaume médiéval, Arzhur, un ancien chevalier est devenu un mercenaire peu regardant, pas mal porté sur la boisson. Quand un trio de vieilles femmes étranges vient lui proposer beaucoup d’or et la rédemption pour aller délivrer une princesse enfermée dans un château en ruines entourée de créatures, le guerrier et son écuyer -qui persiste à dire que c’est une mauvais ide- se mettent en route sans tarder.

 

Mais alors qu’il réussit dans sa quête et est sur le point de ramener la jeune fille au roi son père il découvre que celle-ci est dotée d’étranges pouvoirs, que les trois commanditaires ne sont pas celles qu’elles prétendent et que derrière ce sauvetage se cache une sombre malédiction familiale et des enjeux qui dépassent notre pauvre héros déchu.

 

Hubert, pour l’un des ses derniers scénarios, réussit le mariage entre un conte d’antan cruel et fantastique comme il se doit et la tragédie shakespearienne (les trois vieilles font évidemment penser à Macbeth) avec son lot de tromperies, de relations familiales tordues et autre réflexion sur le pouvoir et ce qu’il pousse les hommes à faire.

 

 

Les protagonistes sont loin d’être caricaturaux avec leurs parts d’ombre respectives et l’on retrouve ici avec un grand plaisir l’aura d’œuvres précédentes du regretté scénariste, des Ogres Dieux à Peau d’Homme en passant par Beauté.

 

 

Que ce soit dans les scènes bucoliques, les décors de château, un bestiaire à mi-chemin entre la Belle au Bois Dormant d’Elwynd Earle et les créatures de Mignola, ou encore ses personnages aux visages si expressifs, Vincent Mallié livre lui aussi un boulot assez remarquable, soignant sa mise en scène par une narration et des cadrages impeccables.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TALE OF TALES

 

 

C'est de qui ? Desplat

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sorte de conte à tiroir baroque et foutraque au casting enthousiaste mais à la narration décousue, Tale of Tales est un festin visuel qui permet à Alexandre Desplat une parenthèse bienvenue après quelques longs à l’international dont le blockbuster…Godzilla.

 

 

Malgré la durée du film (plus de 2 heures) Desplat est assez économe dans son écriture, choisissant de développer une paire de thèmes auquel il apporte des variations intéressantes.

 

 A l’aspect à la fois onirique et ténébreux de sa partition, appuyé par l’utilisation notamment d’un idiophone, instrument à percussion en métal à cheval entre un mini piano et un xylophone, le compositeur apporte quelques touches bienvenues d’action et de fantastique.

 

Une œuvre originale et envoutante, très en phase avec ce premier volet de Ténébreuse.

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 10:01

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? HARMONY. IN FINE

 

 

C'est de qui ? M. Reynès

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà lu sur le site? Oui sur les tomes précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le climax annoncé par les tomes précédents de ce second cylce d’Harmony arrive In Fine alors que notre héroïne, accompagnée de Karl et Payne va affronter Azhel – qui recrute d’autres jeunes gens dotés de pouvoirs-pour un affrontement ultime dans une citée perdue au milieu du désert de Jordanie.

 

Gardant la pointe d’humour et d’humanité qui caractérise son casting charismatique, et avec un combat final qui emprunte autant aux comics de super héros qu’aux mangas (on pense –quand on a mon âge du moins !- à Dragon Ball Z ou aux Chevaliers du zodiaque) et occupe quasiment toute la seconde moitié de ce tome survitaminé, l’auteur complet conclue avec talent son histoire dans ce septième album, qui pourrait ne pas être le dernier, la page finale ouvrant une éventualité pour la suite, même si, pour le moment, Mathieu Reynès se concentre sur un autre projet avec une nouvelle héroïne (que l’on attend avec impatience d’ailleurs).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :L’INCROYABLE HULK

 

 

C'est de qui ? C. Armstrong

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Suite à l’échec commercial (et artistique, convenons en) du Hulk version Ang Lee, et alors que le Iron Man avec Downey Jr a convaincu tout le monde, les studios rebootent le géant vert en confiant la réalisation au français Louis Leterrier qui a lui l’idée aussi bonne qu’ inattendue de choisir Craig Armstrong pour composer la musique du film.

 

Si, en dehors de ses films en costume, Armstrong est un afficionado du mélange acoustique et électronique, ici Leterrier lui a demandé une orchestration exclusivement orchestrale. Là encore bonne idée puisqu’elle permet d’apprécier pleinement deux des marques de fabrique de son auteur, les rythmes percussifs et les cordes stridentes.

 

Cette B.O est probablement l’une des plus aboutie de l’ensemble de celles écrites pour des films de super-héros (à l’exception peut être de celles de Patrick Doyle) Armstrong sacrifiant le moins possible aux cahier des charges du genre, tout en incluant de ci de là des clins d’œil au thème d’origine de la série TV.
Puisque l’on parle de thème on appréciera tout particulièrement les deux dédiés aux personnalités opposées du personnage principale Banner/Hulk avec pour ce dernier des sauts d’octaves et autres glissandi du meilleur effet.

 

Presque trop complexe et intelectuel pour le film, la partition de l’Incroyable Hulk offre un bel écrin musical à cette conclusion réussie d’Harmony, l’une des meilleurs séires de « french comics » que l’on ait eu !

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 09:00

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE DERNIER ATLAS 3

 

 

C'est de qui ? Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle et Blanchard

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui tous.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’affrontement titanesque en Afrique n’a héla pas suffit à venir à bout de l’entité appelée UMO que l’on retrouve maintenant sur le sol français, au grand dam des autorités qui dépêchent une équipe pour piloter l’Atlas Georges Sand et tenter d’arrêter l’immense créature extraterrestre.

 

Les enfants nés sous l’influence de l’UMO sont d’ailleurs dans le viseur du gouvernement qui, après avoir repoussé les élections au vu de la crise provoquée par l’invasion et par un accident nucléaire tente de mettre la main sur la fille de Françoise.

 

De son coté Tayeb subit le chantage de Legoff qui compte bien tirer parti du chaos ambiant et ce malgré les crises qu’il subit.

 

Troisième et dernier épisode de la série ambitieuse du quatuor d’auteurs français qui persiste et signe dans ce mélange des genres disparate mais qui fonctionne bien -à quelques exceptions près (la multiplication des protagonistes et des pistes scénaristiques nuit parfois à la fluidité du récit)- faisant du Dernier Atlas l’une des œuvres à la fois les plus personnelles et originales de son époque, que ce soit sur le fond comme sur la forme.

 

L’intrigue réussit à aborder des thématiques aussi éloignées que la SF grand spectacle, la politique actuelle, la différence et le racisme, le banditisme… le tout sans – trop- se perdre tout au long de ces plus de 700 pages, et en gardant un sens à la fois le l’entertainment et une narration nerveuse.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CONSPIRACY THEORY

 

 

C'est de qui ? C. Burwell

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Carter Burwell, compositeur attaché aux frangins Cohen, a l’occasion de travailler avec Richard Donner, alors une des grosses pointures du cinéma Outre Atlantique sur ce thriller paranoïaque dans lequel Mel Gibson en fait -comme souvent à l’époque Arme Fatale- un brin trop pour que le film ait l’impact voulu et ce malgré la partition de Burwell, l’un des plus intéressantes de sa carrière.

 

En effet, Donner le pousse à explorer plusieurs pistes, de la comédie soft aux accents jazzy jusqu’à l’espionnage à consonances héroïques exprimé via les cuivres et un peu de guitare, et le compositeur, qui avouera à l’époque avoir été quelque peu dans ses petits souliers, s’exécute avec un talent certain.

 

Alors il est vrai qu’à l’écoute la B.O de Consiracy Theory fait preuve d’un manque d’unité assez marqué mais pour un récit aux actions parallèles nombreuses comme l’est Le Dernier Atlas, c’est plutôt de bon ton, permettant de multiplier les ambiances tout en gardant un fil rouge dédié au suspense, ponctué de quelques beaux coups d’eclats.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 14:16

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MADELEINE RESISTANTE. LA ROSE DEGOUPILLEE.

 

 

C'est de qui ? Morvan & Bertail

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, pour Morvan comme pour Bertail

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Une témoin de son temps ! Ce premier tome retrace la jeunesse de Madeleine Riffaud, enfant du XX° siècle durant l’entre-deux guerres, l’exode puis la Seconde Guerre Mondiale.

Malgré sa condition - elle est atteinte de tuberculose- notre courageuse jeune fille décide de ne pas rester sans rien faire contre l’occupant et veut joindre la résistance. Encore mineure elle rejoint la capitale avec son amoureux où, prête à tout pour atteindre son but elle commence par des missions comme messagère où elle fait preuve d’une grande détermination.

 

Suite à un reportage sur les résistante, Jean David Morvan découvre le destin hors du commun de Madeleine Riffaud et décide qu’il veut raconter la vie de l’ancienne résistante sous la forme qu’il maîtrise si bien :en BD.

 

 

D’abord peu emballée par l’idée, la nonagénaire finit par céder et entre le scénariste et elle va se nouer une grande amitié dont découle ce premier volet -sur trois- de cette bio passionnante, racontée à la première personne, dans une suite de chapitres clés de cette période déjà mouvementée de Madeleine.

 

La mise en image a été confiée au talentueux Dominique Bertail qui, de son style réaliste (qui est ici assez loin de Paris 2119, et c'est fort bien) , dessine aussi bien les paysages enneigés des Alpes que les rues de Paris sous l’occupation.

Détaillé et riche, son trait est ici réhaussé d’un bleu aussi inattendu que bien choisi qui apporte une atmosphère de vieux film bienvenue. 

 

Devoir de mémoire salvateur en ces temps où l’on a tendance à un peu trop vite oublier un passé tragique et faire des amalgames tendancieux, Madeleine, Résistante est un des albums majeurs de cette rentrée, voire de l’année.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :L’AVEU

 

 

C'est de qui ? G. Fusco

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Encensé pour Z, à juste titre, Costa Gavras s’intéresse à « l’autre bord » l’année suivante en mettant en scène l’arrestation et la torture d’un dirigeant tchécoslovaque accusé de trahison au profit des USA.

 

Montand y est à nouveau impeccable et on sent dans la réalisation de Costa Gavras une réelle envie de dénoncer les totalitarismes du bloc soviétique de l’époque.

 

Au pupitre on retrouve Giovanni Fusco, compositeur transalpin qui a essentiellement œuvré dans son pays, surtout pour Antonioni.

Chez nous il a écrit une paire de fois pour Alain Resnais avant d’être embauché pour l’Aveu (qui sera sa dernière œuvre, le film sortira d’ailleurs après sa mort).

 

Loin de tout sensationnalisme Fusco préfère une économie de moyens au service de l’émotion. Le thème principal, joué par un piano solo avec une section de cordes en fond, n’emploie que quelques notes et est repris et varié au fil de la partition.

 

On appréciera sur ce premier tome de Madeleine, Résistante les rares mais belles envolées un peu plus lyriques des violons et les interventions subtiles mais efficaces de cuivres et de percussions, notamment sur les passages où le suspense s’invite.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 08:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CREATURES 2. LA GRANDE NUIT.

 

 

C'est de qui ? Betbeder et Djief

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé Vanille en fort mauvais posture, dans les griffes de la créature qui contrôle les parents zombifiés. Nous la retrouvons enfermée dans le coffre d’une épave de voiture dont elle arrive à se tirer tant bien que mal avant d’embarquer bon gré mal gré Chief et la Crado à la rescousse de Minus, son petit frère, retenu prisonnier avec d’autres enfants à pouvoir par les servants de Yog Sottoth.

 

De leur coté les frangins se sont alliés avec leur grand-père amnésique afin de retrouver les origines de la Grande Nuit dont une seconde arrivée semble imminente.

 

Tout ce petit monde va avoir fort à faire pour rester en vie au milieu d’un environnement de plus en plus hostile !

 

 

Ce second volet de Créatures confirme les bonnes impressions du premier, avec une montée en puissance du suspense et quelques scènes d’action bien troussées.

Le mélange de post-apo, d’univers lovecraftien et de récit jeunesse fonctionne toujours bien et mon cadet est déjà un fan convaincu de la série.

 

Gageons qu’il n’est pas le seul est que Créatures, entre les mains expertes du duo Betbeder/Djief a de quoi devenir un futur classique du genre, une sorte de The Walking Dead pour préados.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : VALENTINE

 

 

C'est de qui ? Don Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a deux décennies de composition derrière lui quand il débute sur grand écran, c’est littéralement la B.O du Matrix des frangins Wachowski qui ouvre les portes de la reconnaissance à Don Davis.

 

Mais faute de motivation ou mauvais choix de carrière, le compositeur ne percera jamais vraiment avec une filmographie tiède, essentiellement composée de séries B de genre.

 

Valentine est un fort bon exemple, slasher du début des années 2000 qui se contente d’aligner les poncifs du genre qui a fleuri lors de la décennie précédente, de Scream à Urban Legends.

 

S’il est semble t-il assez peu inspiré par le scénario du film, et si c’est une année chargée pour lui (5 scores à son actif), Davis essaye tout de même d’apporter à son thème principal au piano et cordes quelques touches d’originalité avec les dissonances dont il a l’habitude et un traitement électronique en post prod de cuivres massifs et inquiétants qui complète bien les montées de cordes souvent hystériques.

 

Une musique certes pas follement originale mais dont la tension sourde continuelle et les quelques moments de bravoure sont ce qu’il fallait à cette suite de Créatures.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags