21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 06:55

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SUPERINO

 

 

C'est de qui ? Trondheim et Keramidas.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Milliardaire le jour et super-héros la nuit (ou quand le monde a besoin de lui mais il trouve que c’est moins commode de se changer dans sa voiture, même si c’est une Rolls), Superino défend la ville de New Napoli contre les criminels de tout poils.

 

Un peu trop bien même du coup la prison de la ville est pleine à craquer et voilà que notre justicier est obligé de ramener chez lui sa dernière capture, une voleuse (masquée of course) de bijoux (et plus si affinités) qui va se révéler une alliée inattendue dans la lutte de notre super-héros contre un méchant d’un autre gabarit que les petites frappes habituelles.

 

 

Lewis Trondheim aime la BD. Je me souviens d’un des derniers festivals du 9° Art d’Aix En Provence où l’auteur, pas prévu au programme, était venu s’asseoir dans un coin faisant rapidement la joie des amateurs l’ayant reconnu (comprenez « chasseurs de dédicaces avides »).

 

Scénariste et dessinateur qui aime à changer de genre il revient ici au super-héros décalé – après Density- en compagnie de son compère Nicolas Keramidas avec qui il a déjà signé deux hommages forts funs aux Disney d’antan.

 

 

Déterrant  Superino, un personnage de fumetto des années d’après guerre, qui avait failli s’exporter en France avant que la Mafia fasse en sorte qu’il disparaisse de la circulation (si, si !), ils en font une sorte de Batman/Bruce Wayne déjanté flanqués de sa maman en guise d’Alfred et d’une pseudo-catwoman comme acolyte temporaire.

 

 

Bien entendu sous la plume et le crayon des deux compères le super-héros est gaffeur et un brin benêt et ses armes dignes d’un Inspecteur Gadget manquent parfois d’efficacité.

Rajoutez un peu d’humour pipi-caca et un dessin dans la lignée des Disney cités cu dessus, hommage aux comics d’antan que les couleurs de Brigitte Finkdaly rendent encore plus drôle.

 

 

Pour l’anecdote, l’album est tout d’abord paru en version petit format à détacher dans Spirou magazine où mon cadet l’a découvert et, ayant beaucoup aimé, m’a conseillé de tenter la lecture, conseil que j’ai bien fait de suivre !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE INCREDIBLES 2

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peut quasiment dire que le premier volet des Indestructibles a mis le pied à l’étrier à Giacchino coté grand écran, juste avant que son compère d’Alias, J.J Abrams, lui confie successivement les B.O des blockbusters Mission Impossible 3 et Star Trek, faisant du compositeur un des noms majeurs de l’industrie.

 

Plus d’une décennie plus tard et avec une flopée de grosses machines à son actif autant dans le film de super héros ( Docteur Strange, Spiderman) la SF (La Planète des Singes, Rogue One) que l’animation (Zootopie, Cars 2), Giacchino retrouve la famille Parr pour une suite fort attendue des Indestructibles.

Tout comme le film, comparativement au premier volet, la musique est d’emblée plus punchy avec des cuivres survoltées à mi-chemin des James Bons de John Barry et des génériques de séries TV des années 60.

 

 

Friand d’humour- jusque dans les titres des pistes- le compositeur glisse force clins d’œil et autres effets de styles amusants tout au long d’une partition virevoltante dont l’action est clairement le maître mot.

Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 09:45

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? CREATURES 3. DANS LES ENTRAILLES DE YOG.

 

 

C'est de qui ? Betbeder & Djief

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Décidement Vanille n’est pas une fille chanceuse, la voilà encore dans de sales draps après que le reste de l’équipe ait été obligé de l’abandonner, évanouie, à la merci des créatures.

 

Mais c’est sans compter la volonté de la jeune fille qui ne va pas hésiter à aller tirer son petit frère de la bulle visqueuse dans laquelle Yog le retient prisonnier comme des dizaines d’autres enfants.

 

 

De leur coté les enfants et leur grand père retrouvé (mais amnésique sélectif !) découvrent que le monstre entoure la ville mais qu’en passant par son corps (berk !) ils ont une chance de s’enfuir, mais l’aventure n’est évidement pas sans risques.

 

Surtout que Minus a semble-t-il rencontré le responsable de ce cauchemar, l’effrayant Bogeyman !

 

 

Voici venir le troisième tome, toujours aussi prenant, de la saga post-apo horrifique de Betbeder et Djief, duo dont le métier se ressent à chaque page ou presque d’un album tout en tension, aux personnages bien campés et aux créatures inspirées de l’univers de H.P Lovecraft bien flippantes.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :EL VAMPIRO

 

 

C'est de qui ? G.C Carrion

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Un an avant que Christopher Lee marque de l’empreinte rouge sang de ses canines le film de vampire, sort ce long métrage mexicain, annonciateur d’une ribambelle de séries B toute moins bonnes les unes que les autres (même si celui-ci est plutôt réussi dans le genre).

 

La musique est signée Gustavo Cesar Carrion, véritable stakhanoviste de la musique de film dans son pays, qui, durant 4 décennies écrira parfois plus de 10 B.O par an.

 

A l’instar d’un Morricone de l’autre coté de l’A1tlantique, le compositeur mexicain, ici au début de sa carrière, ne sacrifie pas la qualité sur l’autel de la quantité et propose une partition qui n’a pas à rougir de la comparaison avec les meilleurs scores de la Hammer par exemple.

 

Remise dans son contexte, la B.O d’El Vampiro, avec ses cuivres imposants et menaçants, ses montées de cordes parfois hystériques et son orchestration dédiée à l’illustration musicale, est, certes un peu datée, mais fort efficace dans le domaine de l’épouvante, et ça tombe bien, c’est ce qu’il nous fallait !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 13:23

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LES CŒURS DE FERRAILLE

 

 

C'est de qui ? Munuera et Beka

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans une Amérique rurale d’une  de fin XIX° siècle uchronique et Steampunk, les humains ont des robots qui les servent pour les taches de tous les jours mais aussi, par exemple, pour les travaux des champs ou encore les enquêtes policières.

 

Iséa est une fillette solitaire qui n’a pas d’amis si ce n’est Tal, une autre fille rencontrée sur un réseau social avec qui elle partage une passion pour le Cyrano de Bergerac d’Edmond de Rostand.

 

Iséa, délaissée par sa mère, froide et distante au possible, a été élevée par Debry, une droide que l’enfant aime comme si c’était sa vraie mère.

Le jour où la mère de l’enfant se débarrasse du robot nounou, Iséa part sur les routes accompagnée d’un camarade de classe qui en pince pour elle (et détient un secret qui le lie à Iséa).

 

Fable humaniste sur la différence, le racisme et l’amour, qu’il soit maternel ou sentimental, Ce premier tome des Cœurs de Ferraille, album généreux -72 pages !- et auto-conclusif (ce qui est toujours appréciable par les temps qui courent), allie à merveille le fond et la forme, Munuera, sur un scénario intelligent des Beka, proposant une fois encore une partie graphique magnifique de détails et de stylisation, avec des personnages peut être un peu moins anguleux qu’à l’accoutumée et une mise en couleur sombre sans être terne.

 

Une nouvelle série multi-générationnelle par l’universalité de ses thématiques et la richesse de son dessin.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :STRANGER THINGS S.4

 

 

C'est de qui ? Kyle Dixon & Michael Stein

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Le duo issu de Survive, combo trippant sur les musiques d’horreur old school (enfin des années 80 mais c’est déjà de l’old school pour certains), fait rimer quantité et qualité avec la galette de la saison 4 d’une série qui, nonobstant ses qualités, souffre du syndrome de ses congénères à succès : la redite.

 

Et musicalement aussi le revival tout synthé des années PacMan et couleurs fluos tourne un peu en rond dorénavant, même si, action et suspense obligent, le score de cette avant dernière saison (espérons en tout cas !) est aussi chargé en passages oppressants et stressants que romantico-nostalgiques.

 

Un mélange assez raccord avec ce premier volet des Cœurs de Ferraille et son background finalement incertain, son cocktail de genre et son scénario riche en émotions.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
12 juillet 2022 2 12 /07 /juillet /2022 08:30

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SAISON DE SANG

 

 

C'est de qui ? Spurier, Bergara & Lopes.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un monde sauvage et hostile où pullulent créatures aussi étranges que dangereuses et vestiges d’humanité regroupée en villages misérables ou en mégapoles fastueuses, un robot gigantesque et une fillette voyagent sans but apparent.

 

Au fil de leurs pérégrinations on va découvrir que le sang de la fille a des vertus magiques qui décuplent la croissance de la végétation et que le robot, armure dirigé par une autre fille mal en point, a le pouvoir de contrôler certains éléments.

 

Bientôt, un puissant humain et son armée s’intéressent de près à la fille, qui a grandi, mais ce n’est pas a goût de sa protectrice métallique.

 

 

Etonnant one shot que ce comics que propose Dupuis dans une grande édition soignée.

 

Saison de sang est un récit post apocalyptico-fantasy, une fable sur le thème de la destruction de la nature par l’homme en forme d’exercice de style totalement muet (si ce n’est quelques phrases dans un dialecte incompréhensible pour le lecteur).

 

 

Si le concept fonctionne plutôt bien, certaines transitions auraient peut-être eu besoin d’être plus explicites, mais on pardonne au titre ces petits défauts au vu de sa superbe partie graphique.

 

Matias Bergara a un trait qui emprunte autant à Frank Miller (pour les personnages et leurs dynamiques) qu’à Druillet (pour les décors souvent dantesques) avec parfois des faux airs de manga.

 

L’artiste uruguayen propose une poignée de double pages assez impressionnantes et son dessin est fort bien mis en valeur par les couleurs de Lopes.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DISTRICT 9

 

 

C'est de qui ? Shorter

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si on ne peut pas qualifier le score de District 9 de particulièrement original, il n’en reste pas moins que Shorter, compositeur canadien jusque là assez confidentiel, a fait du bon boulot pour mettre en musique ce film de SF qui a fait son buzz à sa sortie.

 

Mélangeant, comme cela se fait de plus en plus l’orchestration classique aux sons et boucles électro, sur lesquelles il rajoute un chant africain masculin. Le résultat est intéressant, même si comme dit plus haut, Shorter piétine allégrement les plates-bandes de certains de ses confrères, et pas forcément les meilleurs (l’écurie Zimmer en tête) il sait y faire et sa B.O possède ce qu’il faut de suspense, d’action et d’émotion pour remplir son rôle.

 

 

 

---------------

Repost0
17 juin 2022 5 17 /06 /juin /2022 06:21

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE BESTIAIRE DU CREPUSCULE

 

 

C'est de qui ? Daria Schmit

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis / Aire Libre

 

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Imaginez qu’H.P Lovecraft, l’un des maîtres incontestés de l’horreur en littérature, créateur du mythe de Cthulhu et de ses créatures cauchemardesques, se réincarne de nos jours, en gardien de parc !

 

Providence (oui, c’est son nom !), doit à la fois composer avec une responsable tatillonne aux méthodes kafkaïennes et monstres partout, même s’il est le seul à les voir, et découvre un vieux livre dont l’encre semble vivre, dont il va essayer de percer le mystère afin d’empêcher les promeneurs du parc de subir les attaques de ses créatures.

 

 

Pas facile de proposer une variation inspirée de l’univers de Lovecraft, pourtant Daria Schmitt y parvient en imaginant cette histoire douce-amère à la fois gothique et poétique, qu’elle illustre de façon assez admirable, d’un trait fin souvent foisonnant, juste milieu entre Gustave Doré, Bernie Wrightson et … Borja Gonzalez !

 

L’artiste mélange adroitement couleur (pour les créatures) et noir et blanc et livre un album onirique et atypique qui devrait plaire aux fans de Lovecraft (qui y croiseront entre autres choses les chats d’Ulthar, des Profonds, le Grand Cthulhu en personne et j’en passe !) tout comme aux amateurs de 9° art qui sort des sentiers battus.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CORALINE

 

 

C'est de qui ?

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Gaiman et Selick, le duo a de quoi faire saliver tout amateur de fantastique gothique qui a su garder son âme d’enfant qui aime a se faire peur. Ajoutez aux deux compères le français Bruno Coulais et vous obtiendrez le tiercé gagnant en matière d’imaginaire évocatif et débridé.

 

Fort bien entouré sur la réalisation de ce score (le compositeur classique Laurent Petitgirard ? l’orchestre symphonique de Budapest, le Chœur des enfants de Nice, des solistes de talent), Coulais donne vie à l’histoire de Gaiman de la plus belle des façons.

 

Evitant de tomber dans le piège de copier un Elfman, évident sur un tel projet- il crée une B.O en forme de puzzle musical, variée et originale, qui fait preuve d’une réelle richesse mélodique et instrumentale.

 

Quelques passages joliment gothiques accompagneront les moments un peu tendus du Bestiaire, le reste de la partition se révélant au diapason de l’album.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags