8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 08:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CREATURES 2. LA GRANDE NUIT.

 

 

C'est de qui ? Betbeder et Djief

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé Vanille en fort mauvais posture, dans les griffes de la créature qui contrôle les parents zombifiés. Nous la retrouvons enfermée dans le coffre d’une épave de voiture dont elle arrive à se tirer tant bien que mal avant d’embarquer bon gré mal gré Chief et la Crado à la rescousse de Minus, son petit frère, retenu prisonnier avec d’autres enfants à pouvoir par les servants de Yog Sottoth.

 

De leur coté les frangins se sont alliés avec leur grand-père amnésique afin de retrouver les origines de la Grande Nuit dont une seconde arrivée semble imminente.

 

Tout ce petit monde va avoir fort à faire pour rester en vie au milieu d’un environnement de plus en plus hostile !

 

 

Ce second volet de Créatures confirme les bonnes impressions du premier, avec une montée en puissance du suspense et quelques scènes d’action bien troussées.

Le mélange de post-apo, d’univers lovecraftien et de récit jeunesse fonctionne toujours bien et mon cadet est déjà un fan convaincu de la série.

 

Gageons qu’il n’est pas le seul est que Créatures, entre les mains expertes du duo Betbeder/Djief a de quoi devenir un futur classique du genre, une sorte de The Walking Dead pour préados.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : VALENTINE

 

 

C'est de qui ? Don Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a deux décennies de composition derrière lui quand il débute sur grand écran, c’est littéralement la B.O du Matrix des frangins Wachowski qui ouvre les portes de la reconnaissance à Don Davis.

 

Mais faute de motivation ou mauvais choix de carrière, le compositeur ne percera jamais vraiment avec une filmographie tiède, essentiellement composée de séries B de genre.

 

Valentine est un fort bon exemple, slasher du début des années 2000 qui se contente d’aligner les poncifs du genre qui a fleuri lors de la décennie précédente, de Scream à Urban Legends.

 

S’il est semble t-il assez peu inspiré par le scénario du film, et si c’est une année chargée pour lui (5 scores à son actif), Davis essaye tout de même d’apporter à son thème principal au piano et cordes quelques touches d’originalité avec les dissonances dont il a l’habitude et un traitement électronique en post prod de cuivres massifs et inquiétants qui complète bien les montées de cordes souvent hystériques.

 

Une musique certes pas follement originale mais dont la tension sourde continuelle et les quelques moments de bravoure sont ce qu’il fallait à cette suite de Créatures.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 09:29
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CONTRAPASO

 

 

C'est de qui ? Teresa Valero

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà lue chez nous? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? 1956, Léon Lenoir quitte Paris et sa mère internée pour retourner à Madrid, sous le régime franquiste,  où il retrouve 5 cousines adorables et un oncle général des plus stricts.

 

Journaliste de son état il est embauché au Capital et fait équipe avec Sanz, un vieux briscard bourru qui accepte mal ce petit jeunot aux aspirations et inclinaisons politiques fort différentes des siennes. Et puis Sanz est frustré de ne pas arriver à mettre la main sur un tueur en série qu’il piste de longue date et que la police, à la botte du régime bien évidemment, n’a cure, préférant classer les affaires.

 

Notre duo mal assorti va découvrir une bien sombre histoire de bébés volés, de bourgeoises internées volontairement et autres crimes glauques, le tout sur fond de révoltes étudiantes et autres frictions politiques.

 

 

Annonçons le tout de go, Contrapaso est un véritable page turner, et probablement ma meilleur lecture de la saison.

Sur un fond historique travaillé et fort bien exploité Teresa Valero campe un thriller tendu qui tient son lecteur en haleine du début à la fin en abordant, en filigrane, toutes les atrocités que la tyrannie de Franco imposa à l’Espagne.

 

Son casting est un sans faute et même le traditionnel duo d’enquêteurs qui ne se supporte pas au début pour devenir potes ensuite ne sonne jamais comme cliché.

 

Mariant à merveille le fond et la forme, l’artiste propose des décors aussi réalistes qu’immersifs et des personnages aux traits disneyens en diable pour un résultat qui n’est pas sans faire penser parfois au travail de son compatriote Guarnido.

 

Un sans faute pour ce généreux tome 1 qui m'a rappelé pourquoi j'aime la bande dessinée et dont on attendra la suite avec impatience.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DOUBLE JEOPARDY

 

 

C'est de qui ? D. Butts

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, en plus de 3200 chroniques musicales, nous n’avons jamais croisé Dale Butts, pianiste et arrangeur pour la NBC, une radio américaine, qui, après avoir déménagé à Hollywood, y a tout de même composé plus de 140 B.O ! (d’un autre coté c’est rassurant, on se dit que, tant qu’on continuera à faire des chroniques musicales on aura de quoi faire coté musiques !).

 

Cela étant, comme pas mal de ses pairs de l’époque, sa filmographie ne se compose quasiment que de séries B de genre, du western au film de guerre en passant par le film noir, à l’image de ce Double Jeopardy, au scénario classique de maître chanteur, de femme fatale et  de héros droit comme la justice (ou presque).

 

Le travail de Butts est calibré comme il se doit, assez discret dans son ensemble sans pour autant oublier d’être efficace. La partition est écrite pour un ensemble réduit où les vents sont mis souvent en première ligne sur des éclats de cuivre qui appuient les séquences de suspense.

 

Un brin de mélo un rien dramatique vient compléter cette B.O qui a renforcé le côté thriller de ce premier tome de Contrapaso sans pour autant court-circuiter la partie background historique…un bon « contrepoint » pour le coup !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
9 mai 2021 7 09 /05 /mai /2021 08:13
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  IMBATTABLE 3

 

 

C'est de qui ? P. Jousselin

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Pas facile la vie de super héros quand on aspire juste à être tranquille dans sa petite ville entouré de ses amis et de ses voisins, surtout quand, pêle-mêle, son « sidekick » est amoureux, quitte à aller –littéralement !- décrocher la lune, quand une autre supe héroïne qui maîtrise les voyages dans le temps s’ennuie au point de devenir voleuse de timbres ou encore quand un nouveau super vilain invente un robot qui est capable d’envoyer des ondes distordant les cases d’une BD !

 

 

Heureusement Imbattable porte –toujours- bien son nom et arrive à se sortir des mauvais pas quoiqu’il arrive, même quand il se retrouve dans un autre monde (celui terrifiant de…Saint Malo !)

 

 

Un troisième tom qui, s’il perd un tout petit peu en surprise, recèle à nouveau de trouvailles narratives réjouissantes et de quelques alternatives agréables (l’histoire avec Jean Pierre en héros, les prises de vues en réel, ...) sans oublier le trait jeunesse très réussi de Jousselin ; le tout se lit toujours avec un grand plaisir toutes générations confondues, mes enfants et moi adorant partager la lecture des aventures de ce super héros hors du commun.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LES INDESTRUCTIBLES 2

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On peut quasiment dire que le premier volet des Indestructibles a mis le pied à l’étrier à Giacchino coté grand écran, juste avant que son compère d’Alias, J.J Abrams, lui confie successivement les B.O des blockbusters Mission Impossible 3 et Star Trek, faisant du compositeur un des noms majeurs de l’industrie.

 

Plus d’une décennie plus tard et avec une flopée de grosses machines à son actif autant dans le film de super héros ( Docteur Strange, Spiderman) la SF (La Planète des Singes, Rogue One) que l’animation (Zootopie, Cars 2), Giacchino retrouve la famille Parr pour une suite fort attendue des Indestructibles.

Tout comme le film, comparativement au premier volet, la musique est d’emblée plus punchy avec des cuivres survoltées à mi-chemin des James Bons de John Barry et des génériques de séries TV des années 60.

 

 

Friand d’humour- jusque dans les titres des pistes- le compositeur glisse force clins d’œil et autres effets de styles amusants tout au long d’une partition virevoltante dont l’action est clairement le maître mot.

 

Peut-être un brin too much de temps à autre pour Imbattable, c’est cela dit au moins aussi fun et décalé !

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
2 mai 2021 7 02 /05 /mai /2021 13:43

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MADEMOISELLE BAUDELAIRE

 

 

C'est de qui ? Yslaire

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Yslaire est un amateur de romances tragiques et de symbolisme, chaque page de son œuvre phare, Sambreet ses spins offs- en est empreinte que ce soit coté scénario comme visuellement.

 

Grand amateur, de son propre aveu, des écrits de Baudelaire, il se frotte ici à son idole en composant un bio semi romancée qui évoque la vie de bohème dissolue de l’artiste aux cotés de sa muse Jeanne Duval, mettant en exergue les faiblesses et les addictions du poète, la relation conflictuelle avec sa mère et son beau-père, les affres de la création qui l’assaillent et le groupe d’artistes qui gravitent dans son entourage.

Ainsi aux détours des pages de ce magnifique album on croise Balzac, Delacroix, Hugo ou encore Nadar l’un des pionniers de la photographie d’art.

 

Yslaire ne cherche pas à donner une image positive de Baudelaire, exacerbant même ses failles, faisant quasiment même de la belle « mulâtresse » le personnage principal de son récit, avec ce que cela implique d’érotisme troublant.

 

 

Diablement inspiré par son sujet, le dessinateur livre un travail qui impose le respect que ce soit dans sa retranscription souvent glauque du Paris de l’époque, de ses troquets et de ses mansardes, tout comme dans les délires baudelairiens sous l’emprise de l’alcool, du haschisch ou de l’extase, grandioses compositions picturales où les influences des peintres romantiques de l’époque (Delacroix en tête) se font sentir.

 

 

Une bio-hommage en tout point superbe qui vient fêter comme il se doit le bicentenaire de la naissance de Baudelaire.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE WIFE

 

 

C'est de qui ? Jocelyn Pook

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Auréolée d’un BAFTA l’année précédente et forte d’une réputation grandissante –et méritée- dans le monde de la B.O, Jocelyn Pook écrit en 2018 la musique de The Wife où l’on retrouve la toujours parfaite Glenn Close.

 

Explorant un peu plus avant la veine minimaliste qu’elle a déjà abordée dans ses scores précédents, son travail ici se rapproche clairement de celui d’un Phillip Glass, ce qui, les amateurs le confirmeront- n’est pas rien coté comparaison.

 

De par ses ondulations hypnotiques et dramatiques la partition de Pook, toute en cordes aussi aériennes que langoureuses, ponctuées de notes de piano éparses, souligne le drame et la tension sous-jacents du scénario, devenant un élément à part entière du film comme c’était déjà le cas sur les séquences du Eyes Wide Shut de Kubrick où apparaissaient des compositions de l’artiste.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 08:27
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  WILD WEST. WILD BILL.

 

 

C'est de qui ? Gloris et Lamontagne

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé Martha Canary, la future Calamity Jane, à l’orée d’un nouveau départ sous les traits d’un jeune engagé dans l’’armée, après son expérience traumatisante dans la monde des maisons closes mais c’était sans compter le destin qui va replonger notre rouquine dans la tragédie avec le massacre de son régiment par les indiens qui enlèvent la pauvre fille.

 

De son coté, fidèle à sa parole, Wild Bill continue son implacable traque des meurtriers de la famille de l’enfant qu’il a sauvé d’une mort certaine. Pour arriver à ses fins il va proposer ses services aux soldats bleus et recroiser la route de Martha qui désire rester avec les indiens, enceinte du guerrier dont elle est devenue la compagne.

 

Mais Martha est une héroïne encore plus malchanceuses que Thorgal –c’est dire- et le futur père de son enfant à naître va passer de vie à trépas, remettant en perspective le futur de la veuve.

 

 

Bon vous l’aurez compris le second tome de Wild West fait dans le crépusculaire, à l’image de ses héros, et l’action, les coups de feu et autres rebondissements sont le lot de cette suite qui m‘a peut-être un peu moins emballé que le précédent volet. Mention spéciale néanmoins au background de cette conquête de l’ouest dramatique pour les autochtones, fort bien exploité ici.

 

Néanmoins ce qui est toujours aussi abouti c’est le trait réaliste de Lamontagne qui rend une copie sans fautes, que ce soit dans la beauté des paysages, l’expressivité des faciès ou encore le choix de colorisation très soigné.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE NAKED DAWN

 

 

C'est de qui ? H. B. Gilbert

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas sur.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Responsable de centaines de pistes d’illustration musicale utilisées à toutes occasions dans des dizaines de séries tv et autres séries B durant plus de deux décennies, Gilbert a eu aussi l’occasion de s’exprimer un peu plus sous les projecteurs même si ceux-ci éclairaient surtout des films de seconde zone.

 

Pourtant sur ce western on peut apprécier l’éventail du talent du compositeur qui donne corps aussi bien à la liaison dramatique entre les protagonistes du film qu’aux –rares- séquences de gunfight et de suspense. Si, en lieu et place de l’ambiance mariachis de quelques pistes on aurait préféré des morceaux plus marquées musique amérindienne, on se consolera avec la belle utilisation des cuivre et des vents qui se répondent de manière tantôt menaçante tantôt mélancolique.

 

Un score quelque peu old school légèrement décalé sur ce second Wild West pour lequel cependant une B.O plus actuelle et noire serait tout aussi conseillée (voire plus).

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags