23 septembre 2022 5 23 /09 /septembre /2022 08:14

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? HAWKMOON

 

 

C'est de qui ? Le Gris, Dellac et Poli

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, tous.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un lointain et incertain futur notre monde est retourné à une sorte de Moyen Age technologique où les pays, dorénavant morcelés, s’affrontent pour la suprématie, le Ténébreux Empire en tête.

 

Au sein de ce chaos le seigneur de la cité fortifiée Koln, Dorian Hawkmoon, finit par céder, et voit son père froidement exécuté par Méliadus, un seigneur Granbreton qui va l’enfermer et lui faire incruster dans le front une pierre maudite qui permet à son ennemi de voir tout ce que voit Hawkmoon et l’oblige à obéir.

 

 

Après la réussite de l’adaptation de la saga d’Elric de Melnibonnée, c’est  une autre saga du cycle du Champion Eternel de Michael Moorcock que nous propose Glénat : Hawkmoon.

 

A mon sens moins facile d’accès qu’Elric, Hawkmoon n’en n’est pas moins dotée d’un background géopolitique riche, d’un casting haut en couleur et d’une grande richesse d’action et d’intrigue.

 

C’est à cet aspect que Legris, Poli et Dellac se sont principalement attachés, livrant un premier tome plein de bruit et de fureur, qui, graphiquement comme narrativement, s’inscrit dans la lignée de récits de fantasy (et ses dérivés) qui ont fleuri en BD franco-belge ces dernières années (dont certains dus aux  auteurs ici présents : Les Ages Perdus, Serpent Dieu, et autres séries à succès chez Delcourt, Glénat ou encore Soleil).

 

 

On peut saluer l’ambition de l’entreprise et espérer que la série connaîtra le succès de celle sur Elric même si elle se révèlera probablement plus exigeante pour les lecteurs.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE SANG DES TEMPLIERS

 

 

C'est de qui ? L. Bafle

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Il est assez rare d'entendre quelque chose d'un peu original en score de Fantasy (ou assimilé) et Balfe s'en sort pas mal ici.

 

Délaissant les relents métalliques qu'affectionnent certains de ses pairs comme Tyler Bates ou Hans Zimmer, il pioche à loisir dans le registre médiéval comme oriental, à l'instar des errances des templiers du film.

 

 

Appuyées par un coeur et un soliste puissant, les compositions font preuve de variété et de richesse, ménageant leurs effets sur des montées en puissance épiques.

Sur ce premier volet d’Hawkmoon ce score fait mouche, mettant l’emphase sur la tragédie et l'action à merveille.

 

 

 

 

---------------

Repost0
19 septembre 2022 1 19 /09 /septembre /2022 14:36

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? MON AMI PIERROT

 

 

C'est de qui ? Jim Bishop

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un royaume médiéval une jeune fille est promise en mariage à un garçon assez falot qui a une idée de la vie maritale des plus étriquée alors que notre héroïne voudrait découvrir le monde et vivre plein d’expériences.

 

Echappant à ses obligations elle s’enfuit avec un magicien du nom de Pierrot qui lui promet monts et merveilles.

 

Nos tourtereaux habitent dans un arbre-maison où ils expérimentent la magie et vivent de l’air du temps.

Mais bien vite le joli tableau commence à se craqueler et a révéler une réalité bien plus glauque que prévue.

 

 

Je dois vous avouer qu’au début de ma lecture de cet Ami Pierrot je me suis demandé si cette variation de conte de fée façon manga -en grand format et en couleur cela dit- était vraiment pour moi.

 

Mais assez rapidement l’histoire tourne en une sorte d’allégorie maline sur les pervers narcissiques et se termine en récit fantastique tendu que n’aurait pas renié un Junji Itto (si tant est que ce dernier se lance un jour dans le shonen).

 

 

Du coup c’est clairement une réussite dans le mélange des genres et dans l’alliance du fond et de la forme ; c’est un récit qui peut s’adresser aussi bien aux jeunes qu’aux moins jeunes, pour l’anecdote mon cadet, 8 ans, qui a lu l’album, est en pleine découverte d’Harry Potter et de la série l’Atelier des Sorciers et il s’avère que ces deux œuvres ont été en partie l’inspiration de Jim Bishop pour Mon Ami Pierrot.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi: ANTLERS

 

 

C'est de qui ? J. Navarrete

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? L’épouvante pernicieuse et les peurs enfantines Javier Navarrete connaît plutôt bien puisqu’il a mis en musique les premiers films de son compatriote Guillermo Del Toro qui contenaient des éléments des deux domaines (et même parfois ensemble).

 

Del Toro n’est ici que producteur -gageons que c’est par son entremise que le compositeur s’est retrouvé attaché au projet- mais les thèmes du film auraient pu faire qu’il le réalise.

 

Navarrete s’appuie sur un piano soliste souvent dissonant mélancolico-gothique et lui ajoute à loisir quelques effets électroniques lugubres, des bruits métalliques, un peu de cuivre pesants, une guitare électrique et, pour couronner le tout, des voix fantomatiques

 

Un cocktail assez redoutable dans le genre qui fait mouche et a apporté une touche de fantastique plus adulte à Mon Ami Pierrot.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
17 août 2022 3 17 /08 /août /2022 14:07

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? ADAN

 

 

C'est de qui ? Sapin, Neville & Nuti.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Anis et Adèle sont ensemble depuis 10 ans et leur vie de couple ronronne, c’est donc avec  curiosité qu’ils tentent l’aventure grandeur nature proposée par l’agence ADAN.

 

Si la libido du couple s’en voit débridée, rapidement le jeu tourne au cauchemar, entre situations dangereuses, faux semblants déroutants et autres fantasmes épicés, et la limite avec la réalité s’amenuise au fur et à mesure de la partie.

 

Sortie estivale dans la collection Porn’Pop, ADAN va faire monter la température de quelques degrés (pas qu’il y avait besoin remarquez).

Thriller érotique parcouru de scènes explicites, le scénar écrit à 4 mains fait la part belle au suspense avec en fond quelques thématiques habilement abordées (le sexe dans le couple, l’assouvissement ou non des fantasmes, les limites…), l’ensemble faisant un peu penser parfois à ces films des années 80/90 de Body Double à The Game.

 

Cerise sur le gâteau, les auteurs vous proposent une playlist de morceaux pour accompagner l'album (du coup j'ai failli me passer de trouver une B.O de mon coté mais déjà que j'en fais pas beaucoup en ce moment je me suis dit que tout de même fallait pas abuser ^^ )

 

 

Coté dessin, l’italien Lorenzo Nuti revient à l’érotisme après son western X les Bêtes de Black City avec une évolution de style notable, notamment dans le techniques utilisées, même si j’ai trouvé ses (dé)cor(p)s plus réussis que ses visages.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ABANDON

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?  Si on n’est clairement pas dans le meilleur de la production du compositeur de Requiem For a Dream, Abandon, petit thriller psychologique (ah tiens, encore !) sans prétention, laisse néanmoins entendre les gimmicks habituels de son auteur.

Musique électro acoustique, chœurs éthérés (interprétés par Kathy Holmes herself), ambiances hypnotiques et piano solo…l’ensemble a tout de même énormément de mal à décoller et tourne vite en rond.

 

 

Quelques pistes arrivent tout de même à tirer leur épingle d’un jeu plutôt monotone, mais, l’un dans l’autre, l’aspect lambda de cette B.O passe plutôt bien sur Adan, la musique permettant de se concentrer sur les propos scientifiques parfois pointus des dialogues.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
8 août 2022 1 08 /08 /août /2022 06:09

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? ALBERT LONDRES DOIT DISPARAITRE

 

 

C'est de qui ? F.Kinder & Borris.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat.

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Sommité dans la profession, le journaliste Albert Londres, auteur de reportages aussi variés que spectaculaires, repart en Asie à la suite d’un télégramme envoyé par un vieil ami.

Sur place, en pleine guerre entre le Japon et la Chine, il va enquêter sur les ingérences des puissances européennes, entre trafic d’armes et de drogues et valse d’espions et d’agents doubles, quitte à risquer sa vie et celles de ses proches.

 

Cette bio semi fantasmée du dernier grand reportage inachevé d’Albert Londres est menée tambour battant, pas sans faire penser aux premiers albums de Tintin (dont Londres est un des modèles), avec un soucis de la reconstitution historique qui rajoute au plaisir de lecture.

 

Le style de Borris, que j’avais beaucoup aimé, il y a déjà plus d’une décennie sur Lutte Majeure (et retrouvé avec plaisir sur Charogne) amène une originalité agréable sur un tel sujet auquel un trait plus réaliste- choix évident au départ- aurait peut-être moins réussi.

 

Le projet est d’abord passé par d’autres mains que celles de l’artiste et ce dernier n’était pas forcément chaud au départ ; tant mieux qu’il ait finalement décidé de s’y coller, il est trop rare dans le medium à mon humble avis.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :L’HOMME QUI EN SAVAIT TROP

 

 

C'est de qui ? B. Herrmann

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour sa seconde collaboration avec Hitchcock Herrmann décide de travailler à l’économie en reprenant une cantate écrite pour le film d’origine, déjà signé Hitchcock qui se « remekait » lui-même pour le coup.

 

La partition est relativement courte mais d’une rare intensité et Herrmann fait usage avec parcimonie de ses gimmicks habituels, restant finalement assez classique, loin de certaines expérimentations qui feront le succès des longs métrages à suspense à venir.

 

Ce classicisme relatif, cette ambiance prenante et tendue fait un el écrin musical à ce dernier voyage d’Albert Londres dans une version finalement plausible.

 

 

 

---------------

Repost0
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 09:51

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DONALD ET LA MISSION JUPITER

 

 

C'est de qui ? L. Bottaro et d’autres.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Pas sur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dés les années 30 et leur arrivée en Italie, les histoires des héros de Disney, Mickey et Donald en tête, ont connues un tel succès que rapidement les éditions transalpines ont produit leurs propres aventures, écrites et dessinées sur place.

 

 

Parmi la ribambelle d’artistes, souvent tout aussi talentueux que leurs illustres modèles, Carl Barks et Godferson en tête, Luciano Bottero s’est imposé comme une des figures de proue, créant même un studio de dessinateurs pour satisfaire à la demande des lecteurs.

3 des récits proposés dans cette Mission Jupiter impliquent, face à Donald, oncle Picsou, Daisy ou encore Géo Trouvetout, des races d’extra terrstres assez cocasses, que ce soient les saturniens revanchards emmenés par leur chef imbu de sa personne ou les jupitériens friands de métaux, à comnencer par …l’or de Picsou !

 

 

Si, graphiquement, le trait est réussi, dans l’esprit des influences américaines citées plus haut, coté scénario j’ai moins accroché à des histoires où l’humour est certes le maître mot mais sans intrigue prenante dans aucun des récits.

 

Même l’histoire avec Dingo et la sorcière Hazel, qui aurait pu être intéressant vu qu’on y croise les personnages d’Alice au pays des merveilles, reste aussi anecdotique que les autres.

 

 

Mes deux enfants, d’habitude friands des publications estampillées Disney, n’ont d’ailleurs pas non plus beaucoup accroché à ce recueil.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LES INDESTRUCTIBLES.

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Initialement proposée au grand John Barry, qui n’a pas souhaité se singer lui-même, la B.O du premier volet des Indestructibles (étrange traduction du titre américain mais passons) est confiée à Michael Giacchino qui, en accord avec les souhaits du réal, donne une couleur clairement sixties à sa partition.

 

 

Les cuivres sont donc bien entendus les stars principales de ce score endiablé qui emprunte aux meilleures musiques des James Bond, celles signées par John Barry justement, le tout saupoudré d’une bonne touche d’humour typique du film d’animation à grand spectacle.

 

Ajoutez à cela quelques gimmicks de B.O de super-héros, notamment sur les thèmes dédiés aux scènes d’action, et vous obtenez une musique de qualité, certes un brin pastiche par moments mais enjouée et riche, juste ce qu’il fallait pur relever la lecture de ce Disney spatial loufoque.

 

 

 

 

---------------

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags