6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 14:08
 
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  GRIMOIRE NOIR

 

 

C'est de qui ? Greentea & Bogatch

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisées sur B.O BD? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Blackwell n’est pas une bourgade comme les autres, toutes les filles qui y naissent sont dotées d’un pouvoir magique mais, en contrepartie, ne peuvent pas quitter la ville.

Un jour la petite Heidi, fille du sheriff, échappe à la surveillance de Bucky, son frère et reste introuvable. Alors que les pleurs de sa mère commencent à inonder la ville, Bucky aidé de Cham, son amie,  va se lancer à la recherche de Heidi et découvrir à la fois que la confrérie formée par quelques ados de Blackwell a de biens sombres desseins et que l’origine du mal risque de précipiter la ville dans le chaos.

 

Un généreux one shot qui, sous ses aspects de comics pour ados et autres ex fans de Harry Potter se révèle bien plus que ça avec un scénario qui entretient le mystère, un casting bien campé et attachant et des thématiques sous jacentes bien traitées, le tout enrobé dans une intrigue qui tient son lecteur d’un bout à l’autre.

 

Grimoire Noir est également la première incursion dans le monde du 9° art de Yana Bogatch, illustratrice canadienne au talent impressionnant et dont la page Insta Cosmic Spectrum est suivi par plus de 500 000 fans (et ce n’est pas pour rien).

 

Son style info qui emprunte à la fois au gothique classique et à l’illustration jeunesse et manga est le vecteur parfait pour ce The Craft du 21° siècle.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :HIDER IN THE HOUSE

 

 

C'est de qui ? C. Young

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Quelques fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Abonné au genre fantastique à l’époque, Christopher Young est embauché par le réal – son ami d’enfance pour la petite histoire-de ce film à suspense qui, grâce à sa B.O justement, a pu être autre chose qu’une énième série B oubliable au possible (quoique !).

 

S’inspirant du caractère du personnage principal, un homme perturbé qui habite secrètement dans le grenier d’une famille, Young alterne des pistes de plages hypnotiques où les pianos ponctuent d’accords hiératiques presque désaccordés des chœurs éthérés et un synthé d’un autre age pour un effet gothique surprenant, et les montées en puissances de cordes hystériques dignes des meilleurs slashers du genre.

 

Partie prenante du film, quasi inécoutable en tant que telle, la partition du compositeur est une réussite dans le genre qui a fini de faire de Grimoire Noir une lecture aussi originale qu’appréciable

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 09:16

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES 4 DE BAKER STREET. LE DRESSEUR DE CANARIS.

 

 

C'est de qui ? Djian, Legrand, Etien.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Vent d'Ouest

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Charlie s’essaye à pousser la chansonnette sur les planches du cabaret quand Wilson un sombre personnage vient menacer Polly, qui, un peu plus tard va être agressée dans la rue et ne devra son salut qu’à l’intervention de Charlie et de Watson (le chat hein, pas le moustachu camarade de Holmes, ces deux-là étant à Rome à ce moment-là).

 

Nos trois enquêteurs en herbe et leur compagnon à 4 pattes vont alors s’intéresser d’un peu plus près à Wilson, surnommé le « dresseuse de canaris » qui serait mouillé dans la disparition d’au moins deux jeunes chanteuses ayant travaillé pour lui.

 

 

Mais en l’absence de leur mentor les choses sont toujours un peu plus compliquées, que ce soit pour Charly qui infiltre la troupe de Wilson, Tom qui s’érige en garde du corps improvisé ou Billy et ses rapports tendus avec la police. Néanmoins le Irréguliers ont été à bonne école et vont, tant bien que mal, arriver à leurs fins.

 

 

Un nouveau tome des 4 de Baker Street est toujours un plaisir et ce neuvième ne déroge pas à la règle. Inspiré par une affaire évoquée dans les écrits de Conan Doyle ce Dresseur de Canaris avec cet original background de music-hall crapuleux, comporte comme à l’accoutumée son lot de suspense, de  drame, d’émotion et d’humour, le tout toujours aussi bien mis en image par un David Etien dont nous louions le talent il y a peu et qui continue d’assurer sa partie sans failles.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :PENNYWORTH S.1

 

 

C'est de qui ? D. Russo

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? L’équipe derrière l’intéressante série Gotham, sur la jeunesse de Bruce Wayne, se retrouve derrière la caméra et au pupitre pour ce spin-off sur les jeunes années de Alfred Pennyworth, le plus célèbre majordome de l’histoire du comics.

 

Située dans l’Angleterre des années 60 on y suit un jeune Pennyworth qui va devenir agent du SAS et rencontrer Thomas Wayne (entre autre).

Si coté B.O, Gotham permettait à Russo de couvrir un large panel de genres et d’ambiances, vu le mélange des genres, ici le cadre est plus restreint mais non moins intéressant. Pour recréer la dite ambiance Russo s’est essentiellement inspiré des scores de John Barry de l’époque, utilisant un orchestre moins fourni que pour Gotham, avec des instruments comme la guitare la flute et des percussions.

 

La musique sur cette série est également moins présente, plus subtile et en retrait, sans pour autant être moins efficace. On appréciera, à la lecture de ce nouveau 4 de Baker Street, un certain underscoring contrebalancé par quelques morceaux de bravoure très british dans l’esprit, sans qu’une quelconque impression d’anachronisme gène l’auditeur  en plus !

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 20:26
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  NIALA

 

 

C'est de qui ? Deveney & Rossi

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Niala est une jeune femme que les habitants de la jungle considèrent (à raison ?) comme l’Esprit de la forêt et qui participe, entre autre, au rite de passage des membres d’une tribu locale.

 

C’est surtout une créature libre et jouisseuse qui ne perd pas une occasion d’assouvir ses fantasmes et qui va, au fil de rencontres aussi diverses que variées, déflorer des religieuses en mission, calmer les ardeurs colonialistes d’un tarzan de pacotille ou encore contrecarrer l’influence d’un pseudo gourou mal intentionné et coincé.

 

Cette suite de courtes histoires placées sous le signe de la bonne humeur et de l’érotisme, brocarde avec allégresse une certaine frange de la BD d’antan et ses gros clichés sexistes et raciaux. Rossi, qui a demandé à Deveney de lui écrire ces « récréations » (de son propre aveu), s’amuse visiblement en jouant sur les codes de l’humour (un caméo de Christophe Lambert en Tarzan) et de la BD pour adulte.

 

 

Le ton est donc léger tout comme le coté cul, et l’album est d’ailleurs sorti dans la collection 1000 Feuilles et pas sous le label Porn Pop dédié au genre chez Glénat.

 

Néanmoins, pour évoquer succinctement le buzz qui a entouré Niala, avant même sa sortie, et sur la base du résumé fourni par l’éditeur (modifié ensuite d’ailleurs), une pétition a tourné en ligne pour interdire la parution de l’album, pointant du doigt le racisme et le sexisme (supposés) du scénario.

 

Pour citer deux grands philosophes de leur temps, on se souviendra de cette maxime que l'on doit à l'inspecteur Harry ,"Les avis c'est comme les trous du cul, tout le monde en a un", associée à la prophétie d'Andy Warhol sur le Quart d'heure de célébrité auquel tout un chacun aurait droit, qui, avec l'avènement d'internet, est devenu exponentiel; on obtient à nouveau un bien triste exemple de la mentalité de masse devenue la norme aujourd'hui -merci les réseaux sociaux-qui fait que dés que le moindre quidam a une opinion à asséner, une partie du troupeau, grandement dénuée de discernement, voire de personnalité,  se sent obligée d'adhérer, de relayer, de s'indigner.

 

 

A la lecture on réalise vite que l’intention n’est clairement pas celle reprochée, qu’il faut prendre tout ceci au second degré, et que Niala, si elle ne méritait pas autant de publicité, va probablement en récolter les fruits en voyant ses ventes décoller.

 

Tant pis pour les censeurs qui vont peut être lever maintenant leurs boucliers offusqués pour une autre cause sainte et perdue d’avance, par exemple, avec la sortie du Director’s cut du boursouflé Justice League de Snyder, s’offusquer de voir Wonder Woman en mini jupette et décolleté face à un Batman et un Superman engoncés dans leurs costumes des pieds à la tête ?

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LORD JIM

 

 

C'est de qui ? B. Kaper

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Tant qu’à insister sur le décalage autant y aller franco. Voici donc l’un des derniers scores de Kaper, qui, après le succès de Mutiny on the Bounty, s’est vu proposer pas mal de films d’aventures qu’il a, en général, illustrer musicalement de fort belle façon.

 

Pour cette adaptation d’un roman de Joseph Conrad, devenu sous le bistouri d’Hollywood, un film d’aventure et de romance grand public, le compositeur d’origine polonaise alterne entre thème riche où les accords majeurs évoquent l’héroïsme bon ton, suspense appuyé à base de cordes virevoltantes et de cuivres rugissant, et folklore bon ton juste ce qu’il faut (on pourra d’ailleurs tiquer sur les sonorités du gamelan pour une BD se déroulant en Afrique mais, au pire, il suffira de passer les pistes trop marquées).

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost0
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 20:26
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? GAIJIN

 

 

C'est de qui ? Morvan & Henceval

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Morvan oui, souvent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Un soir au Japon, Manani rencontre Julien, un français en voyage au pays du soleil levant ; leur rencontre se termine de la plus inattendue des façons pour notre jeune fille qui se retrouve dans son appartement, les seins à l’air et la culotte découpée tandis que Julien se masturbe devant elle.

 

Cette expérience hors du commun va provoquer un déclic chez Manani qui va être dès lors assaillie de visions pornographiques où elle s’ébat avec les occidentaux rencontrés un peu partout.

Puis Julien la recontacte et commence alors entre eux un jeu de voyeurs où la jeune fille est le jouet des fantsames du français, mais jusque où la perversion va-t-elle mener Manani ?

 

En spécialiste amoureux du Japon, David Morvan dresse ici, pour sa première BD X chez Glénat dans la collection Porn n pop,  le portrait un peu appuyé d’une japonaise qui, comme beaucoup de femmes de son pays, est attirée par les occidentaux et dont la rencontre avec l’un d’entre eux, pervers narcissique SM à ses heures, va déclencher toute une série de fantasmes ; imaginés tout d’abord puis réalisés.

 

Là où l’album, riche en scènes fort crues, évite le pathos/glauque, c’est dans le déclic qui se produit chez l’héroïne qui va passer outre l’attirance et la domination de son gaijin et se mettre à assumer et assouvir ses désirs.

 

Premier album "traditionnel"  (après des BD Jeux chez Makaka) pour le dessinateur/coloriste, Damien Henceval, qui livre une copie des plus satisfaisantes, avec un style qui décontenance un peu au début de par ses influences hybride mais qui réussit à traduire aussi bien l’innocence de la jeune fille que l’érotisme du scénario.

Un album original, qui emprunte des thématiques aussi bien à Breaking The Waves, l’Empire des Sens qu’à …50 Nuances de Grey !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :13 TZAMETI

 

 

C'est de qui ? EAST

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Combo électro de la fin du siècle dernier, les français de Troublemakers ont toujours eu une profonde signature musicale inspirée des B.O du cinéma. Celles des années 70, celles de Schifrin et de Quincy Jones, mais comme si elles étaient composées avec des instruments actuels, samplées et remixées, pour donner des ambiances entre l’ambiant sombre, l’acid- jazz racé, le groove suave…

 

East, pseudo d’Arnaud Taillefer, l’un des membres du groupe, signe en 2006 la musique de ce film noir indé dont l’impact et la pluie de récompenses poussera même les américains à en faire un remake (ô combien dispensable !).

 

On trouve dans le score du français où les sons électro et les instrus acoustiques se marient à merveille, tout ce qui a fait la réussite des Troublemakers : atmosphères de film noir, funk chaloupé tailladé au scalpel, ombre planante du rock progressif des grandes années du Pink Floyd (celles entre le pétage de plomb de Syd Barret et celui de Roger Waters !).

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 10:04
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CONAN LE CIMMERIEN. LE DIEU DANS LE SARCOPHAGE.

 

 

C'est de qui ? Civiello et Headline

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur ainsi que pour le scénariste

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Infiltré dans la demeure d’un noble afin de le délester d’une coupe de diamants pour le compte d’un mystérieux commanditaire, notre cimmérien va se retrouver premier suspect du meurtre du noble en question et au cœur d’une  enquête qui se transforme vite en cabale dont il va avoir du mal à s’extirper.

 

Une histoire de Conan plus profonde qu’à l’accoutumée, avec d’abord ce récit selon différents points de vue, à la manière du Rashomon de Kurosawa, et puis surtout cette critique appuyée de la civilisation face au barbare qui se révèle finalement le moins retors des protagonistes ; le tout bien emballé dans un huis clos où règne une menace fantastique à la Lovecraft.

 

Headline suit fidèlement le fil de la nouvelle de Howard tandis que coté dessin c’est, comme d’habitude avec Civiello, très beau, les décors sont soignés, les personnages expressifs et les couleurs chatoyantes. La seule réserve c’est le look de Conan, entre ses tresses et sa quincaillerie, je trouve l’interprétation peut être un peu trop éloignée du héros de Howard (ou du moins de la vision que l’on a habituellement).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :HALLOWEEN

 

 

C'est de qui ? J. Carpenter

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Grand écart comme on les aime entre la BD et la B.O du jour même si, avec ses éléments horrifiques marqués et son suspense au cordeau, l’histoire du Dieu dans le Sarcophage emprunte autant à la Fantasy qu’à l’épouvante.

 

Pour l’un de ses tout premier film, Carpenter frappe fort avec ce slasher qui fera date dans l’histoire du genre, initiera plus d’une dizaine de suites diverses et lancera d’autres franchises comme les Vendredi 13 entre autre.

 

Budget hyper serré oblige, et volonté de contrôle assez poussé de la part de Carpenter aussi ne nous voilons pas la face, le réal compose lui-même la musique du film, jouant essentiellement sur des motifs rythmiques simples au piano, ponctués de notes graves au synthé et de percussions électroniques à mi-chemin de l’instrumentation et du bruitage.

 

Le résultat est aussi efficace que flippant, preuve que la simplicité a parfois du bon si tant est que l’on ne cherche pas la mélodie à tout pris.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags