21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 06:55

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SUPERINO

 

 

C'est de qui ? Trondheim et Keramidas.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Milliardaire le jour et super-héros la nuit (ou quand le monde a besoin de lui mais il trouve que c’est moins commode de se changer dans sa voiture, même si c’est une Rolls), Superino défend la ville de New Napoli contre les criminels de tout poils.

 

Un peu trop bien même du coup la prison de la ville est pleine à craquer et voilà que notre justicier est obligé de ramener chez lui sa dernière capture, une voleuse (masquée of course) de bijoux (et plus si affinités) qui va se révéler une alliée inattendue dans la lutte de notre super-héros contre un méchant d’un autre gabarit que les petites frappes habituelles.

 

 

Lewis Trondheim aime la BD. Je me souviens d’un des derniers festivals du 9° Art d’Aix En Provence où l’auteur, pas prévu au programme, était venu s’asseoir dans un coin faisant rapidement la joie des amateurs l’ayant reconnu (comprenez « chasseurs de dédicaces avides »).

 

Scénariste et dessinateur qui aime à changer de genre il revient ici au super-héros décalé – après Density- en compagnie de son compère Nicolas Keramidas avec qui il a déjà signé deux hommages forts funs aux Disney d’antan.

 

 

Déterrant  Superino, un personnage de fumetto des années d’après guerre, qui avait failli s’exporter en France avant que la Mafia fasse en sorte qu’il disparaisse de la circulation (si, si !), ils en font une sorte de Batman/Bruce Wayne déjanté flanqués de sa maman en guise d’Alfred et d’une pseudo-catwoman comme acolyte temporaire.

 

 

Bien entendu sous la plume et le crayon des deux compères le super-héros est gaffeur et un brin benêt et ses armes dignes d’un Inspecteur Gadget manquent parfois d’efficacité.

Rajoutez un peu d’humour pipi-caca et un dessin dans la lignée des Disney cités cu dessus, hommage aux comics d’antan que les couleurs de Brigitte Finkdaly rendent encore plus drôle.

 

 

Pour l’anecdote, l’album est tout d’abord paru en version petit format à détacher dans Spirou magazine où mon cadet l’a découvert et, ayant beaucoup aimé, m’a conseillé de tenter la lecture, conseil que j’ai bien fait de suivre !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE INCREDIBLES 2

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peut quasiment dire que le premier volet des Indestructibles a mis le pied à l’étrier à Giacchino coté grand écran, juste avant que son compère d’Alias, J.J Abrams, lui confie successivement les B.O des blockbusters Mission Impossible 3 et Star Trek, faisant du compositeur un des noms majeurs de l’industrie.

 

Plus d’une décennie plus tard et avec une flopée de grosses machines à son actif autant dans le film de super héros ( Docteur Strange, Spiderman) la SF (La Planète des Singes, Rogue One) que l’animation (Zootopie, Cars 2), Giacchino retrouve la famille Parr pour une suite fort attendue des Indestructibles.

Tout comme le film, comparativement au premier volet, la musique est d’emblée plus punchy avec des cuivres survoltées à mi-chemin des James Bons de John Barry et des génériques de séries TV des années 60.

 

 

Friand d’humour- jusque dans les titres des pistes- le compositeur glisse force clins d’œil et autres effets de styles amusants tout au long d’une partition virevoltante dont l’action est clairement le maître mot.

Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 12:27

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : CHLOE DENSITE

 

 

C'est de qui ? Trondheim, Stan & Vince.

 

 

La Couv':

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, pour Trondheim et Vince.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

Ca donne Quoi ? Il est clair qu’innover dans le genre super-héros/super pouvoir aujourd’hui est un sacré challenge. Trondheim, qui s’est frotté au pulp/comics  avec la série concept Infinty 8 chez Rue de Sèvres, se fait cette fois ci plaisir en écrivant pour les 4 mains de Stan et Vince  l’histoire d’une jeune française en road trip aux States à qui un extra-terrestre, soucieux que la Terre ne sois pas détruite par une race ennemie (pour des motivations hautement altruistes !) va octroyer la faculté de changer la densité de son corps.

 

Bon, pour le super pouvoir, c’est fait, même si les spécialistes de mecs en collants me trouveront probablement une paire de persos capables de faire la même chose  (là de tête je pense à Kitty Pride de chez les X-Men qui fait peu ou prou la même chose mais passons), passons à la période d’initiation/apprentissage du-dit pouvoir. Elle prend le reste de l’album, avec des passages obligés en clin d’oeils sympas et un humour pince sans-rire bienvenu sans lequel Density aurait été bien lambda.

 

 

Coté graphismes, je suis un grand fan de Vince (je vous conseille de parcourir ce qu’il poste sur les réseaux sociaux) qui m’avait vendu du rêve avec Esmera.

 

Je suis un peu moins amateur de son boulot en duo avec Stan même si, sur ce premier tome, leur boulot est aussi accrocheur que fun (on aurait bien aimé une petite pointe d’érotisme soft comme Vince en a le secret mais je présume que d’une ce n’était pas le propos et de deux ça aurait réduit le public visé, sans parler du fait qu'on se serait alors presque cru dans du Manara grande époque!).

 

Parue à la base en trois tomes, Density s'est vue rebaptisée en Chloé Densité et parait en intégrale pour ceux qui auraient raté le coche de ce french comics fun.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? GRAVITY

 

 

C'est de Qui ?  

 

 

La couv' 

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

 

Déjà entendu chez nous? Au moins une fois je crois.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? N’y allons pas par quatre chemins, Gravity m’a royalement emmerdé. Je crois même que j’ai du m’endormir pendant le ventre mou (euphémisme ?!) du film tellement c’était peu passionnant.

 

Seul Steven Price a su me tenir éveillé, sporadiquement, grâce à sa B.O, bien plus aboutie qu’un film qui peut autant impressionner par la qualité de ses effets spéciaux que par l’aspect soporifique de son scénario.

 

Déjà dans Children of Men, Cuaron faisait un usage particulier de l’illustration musicale. Ici, alors que Price n’était au départ pas supposé composer expressément une musique, la collaboration avec le réal d’origine mexicaine s’est avéré tellement productive que ça a finit par être le cas.

 

Avec des directives loin des canons hollywoodiens (pas de gros orchestres vrombissant, pas de rythmiques outrageusement percussives, …), Price a enregistré ses morceaux avec des groupes restreints d’instruments afin de facilement mixer et traiter électroniquement chaque piste ensuite. Essentiellement axé sur le personnage joué par Bullock, à l’affut de ses sensations et sentiments tout au long de son calvaire spatial, avec tout de même quelques passages de haut vol (c’est le cas de le dire), le score de Price, si peut être pas aussi excellent que la critique l’a affirmé à l’époque, est néanmoins très abouti et bien décalé sur l'intégrale de Dencity/Chloé Densité.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 08:49

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE ROI JEHAN

 

 

C'est de qui ? B & M Des Mazery

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Editions Lapin

 

 

Déjà croisées sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Oyez, Oyez braves gens l’histoire du Roi Jehan de Potigugni, triste sire qui règne sur son royaume de Mont-Tournure avec aussi peu de clairvoyance que de bienveillance.

Ni les plaintes de ses sujets, ni la sagesse de sa royale épouse, ô combien délaissée, n’y changent rien ; et voilà que le sombre monarque, martel en tête, part guerroyer dans un conflit perdu d’avance.

 

Mais qu’est-ce donc qui fait ainsi voir ROUGE à sa majesté ?

Il semblerait qu’il complexe sur ses attributs masculins, certes peu développés, mais ce n’est pas en tirant dessus ou en tirant tout ce qui bouge ayant une paire de seins que les choses vont changer.

 

Le souverain du royaume d’à coté, fort bien membré lui, défie donc notre roi de Petiquiqui et voilà que c’est la guerre !

 

Que voilà un ouvrage original et atypique ! Joli livre au format à l’italienne sorti aux éditions Lapin, Le Roi Jéhan a la particularité de pouvoir se lire tel qu’il est et/ou, une fois affublé des lunettes à filtre rouge fournies avec l’album, de découvrir un récit plus cocasse voire coquin, où naturisme et critique acerbe de la masculinité font bon ménage.

 

Si situé à l’époque médiévale, le sujet est bien entendu toujours (tristement) d’actualité et le style graphique – forcément en bichromie-  qui fait penser aux illustrations ou aux tapisseries moyenâgeuses, est très réussi.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :VOUS N’AUREZ PAS L’ALSACE ET LA LORRAINE.

 

 

C'est de qui ? V. Cosma

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Sans atteindre le niveau d’hyperactivité de son comparse italien Ennio Morricone, Vladimir Cosma connaît, dans les années 70 et 80, une période de (sur)production assez hallucinante.

Rien qu’en 77, l’année où sort cette comédie historique décalée, écrite, réalisée et jouée par Coluche, il couche sur le papier pas moins de 5 scores.

 

La qualité reste pourtant constante preuve en est la partition de Vous n’aurez pas… où Cosma (sous pseudo !) marie avec bonheur les codes de la musique de comédie d’action et les influences médiévales à base d’instruments plus ou moins d’époque, ou sonnant comme tel (les vents notamment).

 

Une B.O légère et très agréable que ce soit à l’écoute seule ou comme fond sonore de cette double lecture des malheurs du Roi Jehan le mal pourvu !

 

 

 

 

---------------

 

Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 16:53

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? TRACNAR ET FARIBOL. STRATUS.

 

 

C'est de qui ? B. Du Peloux

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Bamboo

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les habitants du royaume « en ont gros » ! Le Roi, grâce à son oiseau magique, change la météo comme bon lui semble, mais voilà que, alors qu’il pleut des hallebardes depuis déjà un bail, le piaf ne veut plus pousser la chansonnette.

 

Stratus, c’est le nom du volatile, est malade et il lui faut une graine magique pour guérir. Mais la seule qui était disponible dans la capitale finit au feu à cause d’une maladresse de Tracnar, notre loup devenu mercenaire pour l’occasion.

 

Il n’y a plus qu’à se rendre sur une ile étrange pour trouver d’autres graines et l’assistance de Faribol, le goupil tout aussi bras cassé que son compère, ne sera pas de trop.

 

Seconde aventure du tandem Tracnar et Faribol, ce Stratus se révèle aussi agréable à lire que son prédécesseur, avec toujours des dialogues savoureux où expressions moyenâgeuses et d’aujourd’hui s’entrechoquent, où les rebondissements sont nombreux et les gags souvent bien trouvés.

 

Seul maître à bord, Du Peloux livre également une copie sans fautes coté dessin puisque ses planches regorgent toujours de détails foisonnants, que ce soit dans les scènes en ville comme dans celles bucoliques, et son bestiaire anthropomorphique est toujours aussi expressifs, varié et bien croqué.

 

Une réussite dans un genre – la série animalière- pourtant déjà bien exploité, ce qui est déjà, en soi, à saluer!

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :KAAMELOTT LE FILM

 

 

C'est de qui ? A. Astier

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Avec ce passage sur grand écran, annoncé depuis longtemps et amorcé par des Livres/saisons IV et V au ton résolument plus sombre qui noyaient pas mal l’esprit décalé du concept d’origine, Astier s’et fait plaisir.

 

Comme sur le format court, le bonhomme, artiste complet s‘il en est, gère de nombreux postes : réal, scénariste, acteur et, last but not least, compositeur.

 

Pour ce premier long métrage de la trilogie (si tant est qu’elle aille au bout, les résultats financiers trancheront) il lorgne du coté des grands de la B.O d’aventure, qu’elle soit historique ou non, avec des passages qui ne sont par exemple pas sans faire penser à John Williams et ses influences classiques, bagage que les eux hommes ont en commun.

 

Des motifs courts et percutants, repris de ci de là au fil des pistes, parfois ar des corps d’instruments différents, qui font souffler un air épique et férocement actuel sur les compositions d’Astier et dont s’accommode parfaitement ce second tome de Tracnar et Faribol.

 

.

 

 

 

---------------

Repost0
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 14:03

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA DERNIERE COMEDIE DE PAOLO PINOCCHIO

 

 

C'est de qui ? L. Varela

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tanibis

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’Ange déchu, jamais à cours de stratagème pour essayer de se venger de son Ancien Patron, cherche à récupérer la corne des muses qui lui redonnerait son antique pouvoir.

 

Hors il s’avère que l’artefact a été dissimulé là où on irait le moins le chercher, au beau milieu de la figure du prince des menteurs, Paolo Pinocchio.

 

Voilà notre dépravé bouffon objet des convoitises de puissances qui le dépassent, et obligé de naviguer entre poissons revanchards, créatures tentaculaires et autres dragon vengeur.

 

 

Perle de l’éclectique collection des éditions Tanibis, le Paolo Pinocchio de Varela revient aujourd’hui, quasiment une décennie après un premier tome déjà jouissif,  pour cette « dernière » comédie, encore joyeusement déjantée, où l’on découvre la genèse du pantin de bois trash.

 

 

Dans un style graphique qui est un peu le chainon manquant entre Hyeronimus Bosch et… Mike Mignola, et dont on a pu apprécier la belle évolution au fil des années sur B.O BD, Varela balade son anti-héros entre enfer de Dante et monde actuel sauce Matrix sur un ton aussi jubilatoire aussi rafraichissant que personnel.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : HUIT ET DEMI

 

 

C'est de qui ? N. Rota

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on pourrait reprocher parfois à Nino Rota son obsession pour la musique de cirque et le fait qu’il en foute de partout chez son compère Fellini, force est de reconnaître que sur Huit et Demi, avec son cortège de femmes pour un seul homme, la bonne humeur est de rigueur.

 

Et d’une certaine bonhomie à une fanfare grand guignol, en passant par un peu de jazz racé, la partition de Rota n’en manque pas, de bonne humeur.

 

Si ce sont les cuivres qui sont évidement à la fête, le reste de l’orchestre n’est pas en reste : des hautbois guillerets, des cordes enjôleuses, ça virevolte et ça se bidonne à tous les étages, tout comme dans ce nouveau Pinocchio et sa cohorte de protagonistes déjantés, et ses rebondissements délirants !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags