23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 08:36

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : INFINTY 8. L’EVANGILE SELON EMMA.

 


C'est de qui : Vehlmann, Trondheim & Balez.

 

 

La Couv':

 

(In)fini de rire?  /  Infinty 8. L'Evangile selon Emma  Vs.  Yor

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour les deux scénaristes.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

(In)fini de rire?  /  Infinty 8. L'Evangile selon Emma  Vs.  Yor

 

Ca donne Quoi ? Dans ce nouveau tome on suit donc une nouvelle héroïne, l’Emma du titre, qui, après s’être débarrassé du commandement du vaisseau mère, va partir dans la nécropole flottante (fil rouge de la série jusqu’à présent) avec une poignée de passagers ayant chacun l’objectif d’y récupérer quelque chose. Les intérêts personnels vont rapidement prendre le dessus et faire éclater (littéralement !) le petit groupe, obligeant notre Emma a essayer de réparer les pots cassés.

 

Troisième fournée de la série concept Infinty 8 (qui comportera donc…8 tomes, oui, bien vu), l’Evangile selon Emma, marque un changement notable à mon sens avec les précédents (surtout avec le premier), à savoir que l’on entre vraiment dans le registre hommage à une certaine SF de série B et moins dans l’aspect « Donjon dans l’Espace » que j’avais pu trouver auparavant.

 

L’humour est certes encore présent de ci de là mais n’est plus la dominante. L’arrivée de Fabien Vehlmann au sein de l’écurie Infinity 8 explique peut être cela, pas que l’auteur de Green Manor n’aime pas la déconne mais, on l’a vu sur des choses comme Satanie, Des lendemains sans nuages ou encore Jolie Ténèbres, il peut et sait aussi proposer des scénarios fouillés et aux parts sombres évidentes.

 

Ici le thème religieux entre en jeu, de façon intéressante, entremêlé aux clins d’œil à quelques classiques du genre, que ce soit dans le look des robots (on pense notamment au Trou Noir de chez Disney) ou leur comportement (2001, HAL version basique).

 

Finissons en évoquant (tout de même !) la partie dessin et colo, si je suis moins fan du style de Balez que de ceux de ses prédécesseurs, il faut reconnaître que le coté graphique reste néanmoins dans cet esprit faussement suranné assumé qui donne son identité à la série pour l’instant.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? YOR THE HUNTER FROM THE FUTURE.

 

 

C'est de Qui ? J. Scott (mais pas que)

 

 

La couv'

 

(In)fini de rire?  /  Infinty 8. L'Evangile selon Emma  Vs.  Yor

 

Déjà entendu chez nous ? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Après des débuts remarqués dans le jazz et comme musicos de studio (il a entre autre bossé avec les Fab Four) des collaborations avec  Mancini et John Barry orientent John Scott vers la musique pour grand écran où il va écrire pas loin d’une centaine de B.O.

 

Parmi quelques perles, on trouve dans sa discographie des choses plus confidentielles, mais toujours intéressantes, comme notre perle du jour (hum !)

C’est le cas de  l’adaptation internationale de ce comics sud-américain qui a vu le jour -le film- via  la volonté des studios de surfer sur le succès du Conan de MiIllius sorti l’année précédente. Si Yor pioche allègrement dans ce dernier tout en lorgnant vers Star Wars, il est à des années lumières (c’est le cas de le dire) de ses imposants modèles.

 

Coté B.O là aussi on frôle des sommets de ridicule. La faute n’en revient pas à Scott, loin de là, qui a composé une musique symphonique de haut vol pleine d’allant, flirtant avec les canons du genre (Williams en tête, mais pas que) et où cuivres sont à la fête, bien secondés par des cordes parfois un brin trop enthousiastes (on dirait presque du Disney sur certains passages, c’est dire !), le tout étant bien amusant avec le troisième volet d’Infinty 8. La production étant au départ plus qu’enthousiaste sur l’éventuel réception du public, les frères  De Angelis sont commissionnés pour rajouter du matériau.

 

Fort mauvaise idée puisque les deux transalpins vont s’en donner à cœur joie dans le registre électronique embarrassant, saupoudré d’arrangements pop malvenus.

 

Inutile de dire que le résultat final, mélange hasardeux des deux B.O tronquées et mixées à qui mieux-mieux, n’arrangera en rien un  long métrage déjà voué à l’échec.

 

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:25

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : DE CAPES ET DE CROCS 11 & 12

 

 

C'est de qui ? Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou

 

 

Une Couv':

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

Déjà croisé sur le site? oui.

 

 

 

Une planche:

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

Ca donne Quoi ? Je n'avais pas accroché à la lecture du tome 11, mais le tome 12 m'a réconcilié avec ce diptyque qui explique comment Eusèbe s'est retrouvé aux galères.

 

Comment l'adorable et naïf petit lapin blanc est confondu avec son frère jumeau Fulgence qui est son opposé absolu puisque c'est le roi des voleurs de la cour des miracles. J'avoue ne pas me rappeler si Fulgence intervient dans les 10 premiers tomes… Je vais devoir relire la série entière!

 

Les auteurs s'amusent à nous balader de références littéraires en références cinématographiques (à commencer par les titres des 2 tomes). Mais que les oublieux ne s'inquiètent pas, le diptyque peut se suffire à lui seul hors de la série et hors références variées pour son humour et son rythme effréné.

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

À noter que Delcourt a mis à disposition des lecteurs un glossaire pour expliquer les mots que nous n'utilisons plus depuis longtemps :

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LA TULIPE NOIRE

 

 

C'est de Qui Gérard Calvi

 

 

La couv'

 

Mais qu'allait-il faire dans cette galère?  /  De cape et de crocs 11&12  Vs.  La Tulipe Noire

 

Déjà entendu chez nous?  non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Comme la plupart des compositeurs des années 1950, Gérard Calvi avait de solides bases musicales classiques… Il a même été Prix de Rome de composition en 1945. À côté de ses œuvres symphoniques ou de musique de chambre ou encore ses opérettes, il fut un prolifique compositeur de chansons et de BO de films allant des dessins animés (plusieurs Astérix) aux comédies en passant par des films d'aventure ou de cape et d'épées comme La Tulipe Noire.

 

La marche de La Tulipe noire accompagnera l'épopée d'Eusèbe sur un rythme de cavalcade ponctué par des trompettes sonores. Un peu d'orgue électronique pour ralentir un peu avant de repartir de plus belle.

 

2 histoires de cape et d'épées qui se répondent l'une l'autre puisque ce sont 2 histoires de jumeaux!

 

 

-------------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 07:56
Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

 

 

Une fois n’est pas coutume, c’est à l’intéressée directement que nous allons demander son avis sur les BD jeunesse du jour :

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LES AMIES DE PAPIER

 


C'est de qui : Cazenove, Cécile et Chabbert

 

 

La Couv' :

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Déjà croisés chez B.O BD? Chabbert et Cazenove oui.

 

 

C’est édité par qui ? Bamboo

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Ca donne Quoi ? Alors Mathilda, de quoi parle ces Amies de Papier ?

 

« A la mer, où ils sont en vacances, le papa de Mei a oublié ses cadeaux d’anniversaire à la maison et, du coup, pour se rattraper, il lui offre du papier à lettre acheté à la boutique. Elle rencontre Charlotte a qui il est arrivé presque la même chose (sauf que elle c’est pour sa fête !).

 

Les deux filles vont devenir copines et, en se quittant, décider de s’écrire des lettres « comme les vieux » dit même Mei. Et on va vivre avec elles plein de choses et même lire les lettres qu’elles s’envoient ! »

 

Album généreux de 80 pages de BD entrecoupées des lettres des protagonistes (intelligente idée –si pas nouvelle- pour inciter les lectrices à…lire justement !), le pari des Amies de Papier, était risqué à l’époque où les écrans sont absolument partout et où les jeunes (pas les miens cependant, trop…jeunes justement, entre autre) ne vivent que par eux, écrivant de plus rarement avec tout les dégâts que ça peut faire sur leur maîtrise de la langue !  

 

Pourtant le trio d’auteurs de cet album le réussit haut la main –le pari- même si, ne rêvons pas, il y a fort peu de chances que les relations épistolaires reviennent à la mode. Je conclurai d’ailleurs par une petite anecdote perso édifiante : suite à la lecture de l’album, durant les dernières vacances scolaires, ma fille (8 ans) a eu envie d’écrire des lettres à ses copines et copains.

 

Louable intention s’il en est mais qui s’est soldée par l’incompréhension (quand ça n’a pas été carrément la moquerie) pour la plupart des destinataires qui n’ont pas compris la démarche… je sais pas où on va avec la génération qui arrive, mais c’est pas gagné*

 

 

*Oui, oui  je réalise bien  qu’en écrivant cette dernière phrase je passe pour un vieux réac’ !

 

 

                                 ----------------------

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LILI CROCHETTE

 


C'est de qui : Supiot & Chamblain

 

 

La Couv':

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

C’est édité chez qui ? La Gouttière

 

 

Une planche:

 

Jeunesse:  un mercredi spécial filles! :  Les Amies de Papier  /  Lilli Clochette

 

Ca donne Quoi ? De Peter Pan à Polly et les Pirates, enfants et flibustiers ont toujours fait bon ménage (allez savoir pourquoi !?). Joris Chamblain l’a bien compris puisqu’il nous propose, accompagné au dessin du talent d’Olivier Supiot, décidément à l’aise dans tous les genres, de découvrir une nouvelle héroïne aussi téméraire qu’espiègle.

 

Elizabeth, fille d’un gouverneur  s’étant mis en tête de se débarrasser de Viggo Barbelongue, son ennemi juré, en a assez d’être chaperonné par sa nounou. Lors d’une de ses punitions, elle fait le mur et va, en compagnie de Mouche, son colibri, se frotter au corsaire et à son équipage…aux dépends de ce dernier !

 

Ce premier tome d’une nouvelle série jeunesse, pleine de pep’s et d’humour, et aux graphismes cartoony très colorés, (" Mais il se lit un peu trop vite ") a de bien beaux atouts pour plaire à un public de 2 à 8 ans ("Très bien avec mon petit frère!") sans problèmes.

 

 

----------------------------

 

 

Des chroniques de Mathilda et Fab

Repost 0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 14:50

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : AGNES. LES MYSTERES DE PLANCTONVILLE

 

 

C'est de qui ? Kati Närhi

 

 

La Couv':

 

Effrayante Jeunesse!   /   Agnès vs La famille Addams

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

C’est édité chez qui ? Jungle

 

 

Une planche:

 

Effrayante Jeunesse!   /   Agnès vs La famille Addams

 

Ca donne Quoi ? Agnès est une cousine finlandaise de Mercredi Addams. Elles ont autant de cynisme et de froideur l'une que l'autre. Mais Agnès a perdu ses parents archéologues qui ont péri dans les catacombes de Paris et a été recueillie par sa grand-mère.

 

Ce 1e tome d'une trilogie nous présente les divers protagonistes de la série : Agnès, sa grand-mère, Julia (la petite fille riche) et sa famille, Mme Bobine la vendeuse de lingerie, Rex l'amour (temporaire) d'Agnès, Mme Rune et sa gouvernante Mme Commode…

 

C'est la 1e œuvre de Kati Närhi parue en France. Ses graphismes simples et efficaces, soutenus par un noir et blanc très gris, sont plutôt agréables et les personnages sont expressifs et bien campés.

Jungle l'a classé en album jeunesse, mais l'histoire et son contexte m'incité à le déconseiller avant 10-12 ans.

 

Vivement le 2e!

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE ADDAMS FAMILLY

 

 

C'est de Qui Marc Shaiman

 

 

La couv'

 

 

Effrayante Jeunesse!   /   Agnès vs La famille Addams

 

Déjà entendu chez nous?  non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Marc Shaiman est surtout connu pour ses BO de comédies, le plus souvent conduites sur un rythme d'enfer. Il a beaucoup travaillé pour le cinéma et la télévision dans les années 1990 et a un peu réduit sa production après. C'est le réalisateur Rob Reiner qui lui a demandé sa première BO pour Quand Harry rencontre Sally et qui a continué à travailler avec lui sur ses autres films. Il faut noter que Marc Shaiman joue lui-même le rôle du chef d'orchestre dans la scène du bal dans La famille Addams.

 

La suite tirée de la BO du film La famille Addams est une évidence pour accompagner l'album : vigueur du thème avec claquements de doigts pour accompagner le début, suivi de la valse et de quelques marches plutôt rythmées. La partition s'appuie sur un orchestre symphonique classique avec quelques ajouts d'instruments inhabituels. Une musique imagée qui convient parfaitement à la lecture d'un album très "addamsien".

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 10:41

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : HENRIQUET, L’HOMME REINE

 


C'est de qui : R. Guérineau

 

 

La Couv':

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

Déjà lu sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

Ca donne Quoi ? Il y a une poignée d’année, Richard Guérineau nous offrait une adaptation réjouissante du Charly 9 de Jean Teulé qui se distinguait autant par son fond que sa forme (si certains d’entre vous ont été tentés ici de citer Victor Hugo, je leur conseillerais d’aller lire une de ses œuvres, plutôt  que de perdre du temps sur internet, bref continuons).

 

Enchanté par les travaux de recherche effectué pour cet album et désireux de prolonger l’expérience, Guérineau a donc décidé de donner une « suite » à Charly 9 en évoquant son successeur, Henri III.

 

Alors autant être tout de suite clair, si ce généreux album ne manque pas d’humour, on sent tout de même qu’il n’y a pas le matériau de base de Teulé derrière. Guérineau garde une approche pleine d’esprit, mais on le sent avant tout désireux de coller à la réalité historique, que ce soit dans les faits comme dans le langage. Henry III se déroulant sur une période beaucoup plus longue que l’album précédent, les faits et protagonistes abondent, quitte parfois à perdre un peu le lecteur en route, mais, comme sur Charly 9, l’auteur a eu l’excellente idée de présenter certaines parties sous d’autres formes graphiques (mention spéciale au clin d’œil à Hagard Dunor et à l'anthologie de notre enfance: L'Histoire de France en BD).

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

La partie graphique parlons en, c’est tout bonnement excellent, que ce soit dans les faciès caricaturesques à souhaits des personnages, certaines scènes de bataille silencieuses épiques (notamment une des finales toute de noir et de rouge) ou la reconstitution historique des lieux et costumes (partie que Guérineau aime beaucoup de son propre aveu), c’est à mon goût ce qui porte Henriquet, l’Homme Reine si pas au niveau de Charly 9, juste un peu en dessous.

 

 

a

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE ROI DANSE

 

 

C'est de Qui ? Lully

 

 

La couv'

 

Dancing Queen  /  Henriquet, L'Homme Reine  Vs.  Le Roi Danse

 

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? C’est un euphémisme de dire que Gérard Corbiau, réalisateur du Roi Danse, connaît la –grande- musique, puisque c’était déjà la sujet principal trois de ses quatre précédents films.

 

Ici il la considère même, et c’est lui qui le dit n’est ce pas, comme l’un des principaux protagonistes du long métrage. Ainsi il écrit et tourne en fonction de ses choix d’illustrations musicales, cherchant constamment l’osmose parfaite entre les deux éléments.

 

Certes  la musique de Lully, violoniste et compositeur attitré de Louis XIV, source d’inspiration pour nombre de grands musiciens qui suivront, ne peut être qualifiée de contemporaine de l’époque de notre BD (pour la petite histoire c’est un  De Guise qui introduit Lully à Versailles, de la lignée de celui qu’Henry III fit assassiner), mais elle possède néanmoins tout le faste du baroque du XVI° siècle et, dans les extraits retenus pour la B.O du film de Corbiau, via les divers genres et ambiances représentés fait  un belle compagne à l’album de Guérineau.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags