5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 15:44

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  RHAAL-HAN LE FILS DES AGES DES FILLES PAS FAROUCHES.

 

 

C'est de qui ? H. Mc Cock

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui, dans le même registre d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous l’aurez compris dés le titre de l’album, nous sommes ici en présence d’une parodie légère du Rahan de Chéret…mais pas que.

 

Il faut voir ce one shot plutôt comme un hommage, une lettre d’amour à une série qui a bercé l’enfance de générations de lecteurs dont font partie entre autre votre serviteur et l’auteur de Rhââl-Han.

 

Ainsi les amateurs reconnaîtront certains des récits fondateurs de la série, mais aussi des bons gros clins d’œil à d’autres icones de la BD (Blake et Mortimer, la Famille Pierrafeu) mais pas que puisue l’on croise même notre cher…président !

 

 

Coté intrigue, parce qu’il y en a bel et bien une, le fils de Crado (sic !) croise la route d’une belle femme peu farouche avec qui il copule joyeusement avant de découvrir qu’elle a un rejetton et qu’elle et sa tribu ont été maudits.

 

Dés lors Rh^âl-Han n’aura de cesse, entre deux saillies passionnées, de protéger l’ enfant et sa mère jusqu’au déces de celle ci. Notre héros aux cheveux de feu décidera alors d’aller confier le petit d’homme à une tribu amie (nons sans croiser un homme du futur et quelques dinosaures).

 

Coté graphismes les décors sont aussi détaillés que colorés et les personnages sont volontairement caricaturaux, avec des hommes aux corps musclés et aux tronches démesures et des femmes aux atouts assez dantesques.

 

Un album fun dont les scènes de sexe, relativement sages au final,  ne sont donc clairement pas le seul intérêt.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CAVEMAN

 

 

C'est de qui ? L. Schifrin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La parodie est un genre hautement casse gueule et ne sont pas les frères Zucker ou Wayans qui veut. Ainsi, surfant sur la vague d’une poignée de films préhistoriques pondus par la Hammer, ce long métrage des années 80 n’arrive jamais à décoller malgré la présence de Ringo Starr et de la superbe Barbara Bach au générique.

 

Parlons en du générique -et du reste de la B.O- d’ailleurs car c’est bien tout ce qu’il y à a sauver ici, et pas qu’un peu puisque c’est le talentueux Lalo Schifrin qui en est responsable. Le compositeur s’en donne à cœur joie en singeant avec humour et ambition les scores de l’Age d’Or hollywoodien auxquels il insuffle une énergie communicative, une petite dose de suspense léchée et, cerise sur un gâteau déjà fort apetissant, des arrangements quasi funkys dont il a le secret et qui ont fait la réussite de scores comme Bullit, Dirty Harry ou encore Enter the Dragon.

 

C’est donc la bonne humeur potache que se termine ce cycle bd érotique de la rentrée !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 09:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LUCKY LUKE. UN COW-BOY DANS LE COTON

 

 

C'est de qui ? Achdé et Jul

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà croisés sur le site? Pas sur du tout.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le poor lonesome cow-boy a la surprise d’apprendre qu’une de ses admiratrices acharnées, propriétaire d’une plantation de coton dans le Sud des Etats Unis, vient de faire de lui son légataire.

 

Peu intéressé par cette forme d’existence sédentaire et par l’appât du gain, Luke décide de se rendre néanmoins sur place afin de faire don de cet héritage inattendu aux ex-esclaves noirs travaillant sur place.

 

Mais notre héros idéaliste ne s’attend pas à tomber sur ses nouveaux voisins, des propriétaires terriens bornés et racistes qui ne voient pas d’un bon œil la grandeur d’âme de l’homme qui tire plus vite que son ombre.

 

Entre méfiance des anciens esclaves et influence violente du Ku Klux Klan, cette virée sudiste réserve bien de mauvaises surprises à Lucky Luke.

 

Alors que l’on fête aujourd’hui les 20 ans de la mort de son créateur, la série Lucky Luke ne s’est jamais mieux portée, avec pas moins de deux « hommages » parus en moins d’un an et ce neuvième tome des « Aventures d’après Morris ».

 

Comme je le disais dans la chronique du Lucky Luke se recycle, je n’avais pas lu d’albums du lonesome cow-boy depuis un bail mais j’ai retrouvé avec un certain plaisir l’esprit de mes lectures de jeunesse avec ce Cow Boy dans le Coton. L’humour de la série est bien là, parsemé de clins d’œil plus actuels aussi malins que bienvenus et le scénario est original et agréable à suivre avec une thématique toujours fort d’actualité même si traitée de façon fort manichéenne avouons-le.

 

Niveau graphisme là aussi, les amateurs ne seront pas décontenancés, Achdé respecte à la lettre un cahier des charges qui suit de près la charte graphique des Lucky Luke originaux et dessine comme Morris.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BITE THE BULLET

 

 

C'est de qui ? A. North

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? A l’aube des années 70 le western est sur le déclin à Hollywood et ailleurs, les cow-boys ayant littéralement envahis les grands écrans durant deux décennies, le public, dans une époque partagée entre peace and love, révolte et libération des moeurs, n’ayant plus d’engouement pour un genre souvent trop manichéen.

 

Bite the bullet tente en vain de raviver la flamme moribonde mais accumule trop de défauts pour espérer y arriver. Sa B.O pourtant, signée d’un des plus grands noms de la discipline, tire son épingle du jeu.

 

Dans une ambiance générale dédiée à l’aventure et à l’évocation de grands espaces, via un orchestre fourni, on reconnait évidement les petits « tics » typiques de North, les notes sautillantes de flutes, rejointes pas les cuivres enjoués, qui apportent une légèreté et une bonne humeur imparable ; les passages plus calmes, voire même romantiques de temps à autre où les cordes se font langoureuses et où hautbois et clarinette complètent la partition.

 

Seule véritable réussite de ce chant du cygne d’un genre surexploité à l’époque, le score de Bite The Bullet est une gemme méconnue qu’il est très agréable de redécouvrir surtout avec cette nouvelle aventure réussie du cow-boy solitaire.

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 08:02

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE DIVIN SCENARIO

 

 

C'est de qui ?  Beneteaud & Dori

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/ L'An 2

 

 

Déjà croisés sur le site?Oui pour le dessinateur

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Gabriel n’est pas aux anges –même si c’en est un, un archange même !- voilà que le grand patron, Dieu himself, l’envoie sur Terre afin de trouver l’heureuse élue –hum !- qui aura la joie de porter son fils et représentant.

Mais avec l’information succincte qu’il doit trouver une femme lisant et un gps aux réglages douteux, notre messager angélique va erre d’époques en époques à travers la planète pour trouver la perle rare.

 

Il visite pèle mêle l’Italie de la Renaissance balbutiante, l’orient des Mille et une Nuits, l’Hollywood des stars de ciné ou encore la France du XVIII° siècle, croisant Emma Bovary, des héros d’un film de David Lynch et des Liaisons Dangereuses de Laclos, en profitant même pour « auditionner» d’éventuelles candidates.

 

Le tout poursuivi par Lucifer qui n’hésites pas à prendre les traits de Gloria Swanson ou du Joker de Batman  pour tromper Gabriel.

 

 

Vous l’aurez compris, ce Scénario est certes divin mais aussi jubilatoire et virtuose, plein d’humour et de finesse et a de plus l’énorme avantage d’être porté par le style graphique ô combien original de Fabrizio Dori dont nous avions déjà apprécié le talent sur le Dieu Vagabond et qui fait preuve ici d’une belle maestria, adaptant son trait aux époques et aux styles évoqués et donnant vie à ce fourmillant casting avec réussite.

 

Sans hésiter l’un des albums les plus originaux et réussis de cette première moitié de 2021 !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LES NUITS DE CABIRIA

 

 

C'est de qui ? N. Rota

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Les Nuits de Cabiria est la 5ème colaboration entre Nino Rota et Fellini,  film que le réalisateur décidera de faire suite à l’interprétation de Giulietta Masina, son actrice principale, et pour lequel il aura clairement eu le nez creux puisque le film récoltera pléthore de prix dont l’Oscar du film étranger en 1956 et trois prix d’interprétation pour Masina.

 

La B.O reprend les éléments qui ont fait la réussite des précédents scores, du Cheik Blanc à la Strada : une pincée de jazz easy listening de l’époque, quelques touches latines et un soupçon de burlesque.  Nino Rota écrit une composition colorée et entraînante où la bonne humeur est de rigueur même si quelques arrangements en tonalité mineure amène une ambiance mélo bienvenue.

 

Tout aussi riche et enthousiasmant que la bd du jour à laquelle il amène un (saint) esprit franchement décalé de par ses sonorités surannées !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 09:45


LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BUZZELLI. OEUVRES 3.

 

 

C'est de qui ? Buzzelli

 

 

La Couv':

 

 

 

 

Déjà lu chez nous? Oui sur les précédent.

 

 

C’est édité chez qui ? Les Cahiers Dessinés.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Troisième et dernier tome des oeuvres du trop peu connu transalpin Buzzelli, où sont réunies divers illustrations et dessins réalisés entre autre pour une revue subversive des années 70 en Italie.

 

On y retrouve tout le génie cynique et sexy des histoires des précédents tomes, via des personnages plus grands que natures, des tranches de vies dignes d’un Fellini époque Satyricon ou d’un Pasolini goguenard.

 

Brocardant la société italienne de l’époque à grands coup de caricatures appuyées, n’épargnant personne du petit bourgeois à l’intellectuel, du monsieur tout le monde aux retraités, tous passent sous le crayon ravageur du maestro.

 

Foin d’histoires ici, si ce n’est deux très courtes, mais une conclusion intéressante du panorama de l’œuvre de Buzzelli que les esthètes apprécieront.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LE TRIO INFERNAL

 

 

C'est de qui ? E. Morricone

 

 

La Couv':

 

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour un premier film Francis Girod frappe fort avec cette comédie noire où Piccoli incarne un avocat véreux qui forme avec deux sœurs allemandes (dont Romy Schneider excusez du peu) un trio lié par la luxure et le crime.

 

Ennio Morricone de son côté est en pleine effervescence avec, rien que pour cette année 1974, pas moins de 16 B.O à son actif.

 

Délaissant les gimmicks de westerns et autres giallos qui ont fait sa renommée, il joue ici plutôt la carte de l’humour grinçant en détournant de façon quelque peu grandiloquente certains de ses thèmes de films de gangsters (on pense parfois au Clan des Siciliens) qu’il panache de pistes plus romantiques classes.

 

 

Le tout est parfois déroutant passant d’une ambiance à une autre, souvent aux antipodes, mais porte la marque du talent de son auteur et est aussi jouissif et décalé que les Buzzeliades de ce troisième tome édité par les Cahiers Dessinés.

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 09:55
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LUCKY LUKE SE RECYCLE

 

 

C'est de qui ? Mawil

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Témoin d’une tentative de racket d’un homme transportant une étrange caisse par un couple de bandits mal assortis notre lonesome cow-boy porte assistance à la victime.

Overman, c’est son nom, est l’inventeur d’un moyen de transport révolutionnaire à deux roues appelée Bicyclette qu’il compte transporter à San Fransisco pour participer à une course qui ferait connaître au grand public son invention.

 

Luke va décider d’escorter cet énergumène farfelu mais va bientôt réaliser qu’il aurait mieux fait d’aller courir après les Dalton ! Avec le couple de bandits (embauchés par un magnat concurrent d’Overman) à ses trousses, le cow boy qui tire plus vite que son ombre est bientôt séparé de son fidèle compagnon à 4 pattes (non pas Rantanplan !) et va devoir traverser le pays…en vélo !

 

Parodie déjantée d’une série déjà bien placée sous le signe de l’humour cet album signé de l’artiste allemand Mawill propose quelques gags et situations cocasses sympathiques qui, sans atteindre le niveau décalé de l’excellent Jolly Jumper ne réponds plus de Bouzard, se laisse lire avec un sourire au coin des lèvres, même si son style graphique assez particulier risque de refroidir certains lecteurs.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ON CONTINUE A L’APPELER TRINITA

 

 

C'est de qui ? Guido  & Maurizio De Angelis

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Remplaçant Miccalizzi au pied levé sur la suite de Trinita –toujours avec Terence Hill et Bud Spencer par contre- les frangins De Angelis s’éloignent des canons du western spaghetti instaurés par Morriconne et ses suiveurs pour aller plus vers l’humour débonnaire et bucolique de films à part dans le genre, de ceux qui flirtent avec la parodie ou le néo western.

 

On retrouve donc ici un peu l’ambiance des B.O du Cat Ballou de Frank de Vol ou du Pat Garrett et Billy the Kid de Bob Dylan avec le mariage de la guitare et des instruments à vents qui interprètent des thèmes aux mélodies plus développées que ce que le western offre souvent. Chœurs, harmonica et cuivres de fanfare viennent compléter un tableau ma foi fort sympathique.

 

Bonne humeur et mélancolie post seventies sont au rendez-vous ici avec des arrangements soignés du duo transalpin notamment sur les variations multiples du thème principal.

 

Une musique qui n’a de western presque que le nom un peu comme le Lucky Luke de Mawill quelque part.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags