15 janvier 2024 1 15 /01 /janvier /2024 09:37

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? LES GRIFFES DU GEVAUDAN



 

C'est de qui ? Runberg & Poupard



 

La Couv':

 



 

C’est paru chez qui? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Avant toute chose, précisons que l’origine de ce projet date de 2017 et que la sortie a été repoussée d’au moins 2 ans par rapport à sa date d’origine.

Néanmoins des bd sur la bête du Gévaudan avaient déjà vu le jour ces dernières années (ratissons large n’est ce pas) avec notamment un diptyque signé Ducoudray et Hamo et un des tomes du très bon Marquis d’Anaon de Bonhomme.



 

Le premier tome du diptyque écrit par Sylvain Runberg, scénariste prolifique qui a plusieurs cordes à son arc, donne une version assez proche d’une légende ouverte à interprétation, et présente entre autres des similitudes avec le scénario du film de Gans Le Pacte des Loups.

Il exploite bien le background historique et politique riche dans lequel l’affaire s’est déroulée.



 

Le rythme y est plutôt bon et le suspense bien présent même si dans l’absolu, pour l’instant, cette réécriture n’apporte pas forcément d’eau au moulin.



 

Le trait semi réaliste de Poupard, si bien encré et coloré, avec un souci du détail historique qui fait plaisir, est trop classique à mon goût pour emporter l’adhésion, sans pour autant enlever aux qualités graphiques de l’ensemble.

 

La suite et fin nous fera peut être changer d’avis.

 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi : LACENAIRE



 

C'est de qui ? L. Petitgirard



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ? Laurent Petitgirard, compositeur à la solide formation classique, auteur de nombreux opéras, pièces de chambre et symphonique, collabore à nouveau avec Francis Girod et choisit de mettre en avant cuivres et vents pour sa partition.

 

S’il est venu au grand écran autant par hasard que pour l’aspect lucratif, la richesse de son écriture est manifeste et n’est pas sans faire penser à d’illustres prédécesseurs des débuts du cinéma quand les grands du classique s'essayent à l’exercice de la musique de film.

 

Mariant avec savoir faire les possibilités de l’orchestre et l’illustration musicale pure, Petitgirard livre une B.O bien au dessus du film pour lequel elle a été écrite (et qui ne sera pas un succès d’ailleurs) dont les qualités sont des plus appréciables ici.

 

Repost0
4 décembre 2023 1 04 /12 /décembre /2023 13:30

 

C'est quoi?  LES ENQUÊTES DE NICOLAS LE FLOCH. L’ENIGME DU CODE NOIR.

 

 

 C’est de qui? Laurent JOFFRIN

 

Le Pitch en deux phrases: Alors que la situation politique de la France en cette année 1791, est plus qu’ explosive, le peuple ayant ramené de force dans Paris le roi Louis XVI et son épouse Marie Antoinette afin d’éviter qu’ils ne leur fausse compagnie, Nicolas Le Floch se retrouve à aider son ancien collègue policier pour résoudre une sordide affaire.

 

Un double meurtre d’aristocrates, mutilé à la manière des esclaves des colonies, va lancer  notre duo sur une enquête tendue où faux semblants et non moins faux révolutionnaires vont leur donner du fil à retordre avec en fond la question des droits des gens de couleur dans la mouvance de la Déclaration des Droits. 

  

 

Ce que j'en pense:  Comme peut être certains d’entre vous ce n’est ni via les romans de Jean François Parot ni via la série TV qui en a été tirée (à laquelle on doit certes reconnaître un effort dans la reconstitution historique mais où le casting joue assez moyennement à mon goût) que j’ai découvert le personnage de Nicolas Le Floch mais par ses adaptations en BD.



 

Parot étant décédé il y à quelques années, c'est le journaliste Laurent Joffrin qui a repris le flambeau de la série en romans.

Cette Enigme du Code Noir est son second effort et il faut reconnaître que la lecture en est plutôt agréable.

 

On sent que l’auteur a potassé son sujet, et le background historique est bien exploité. Si l’intrigue amoureuse et une scène un peu trop rocambolesque à la fin m’ont moins plu, elles ne suffisent pas à gâcher le plaisir que l’on a à suivre cette enquête sans temps mort (voire même un brin expéditive avec ses 260 pages).


 

Repost0
bobd - dans Livre Joffrin Historique
14 novembre 2023 2 14 /11 /novembre /2023 15:22

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? HIVER À L'OPÉRA



 

C'est de qui ? Pelaez & Chabert



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Exclu des forces de l’ordre suite à sa vengeance personnelle, Amaury Broyan est témoin d’une macabre mise en scène à l’opéra Garnier.


 

Prenant en chasse le meurtrier présumé il va bientôt découvrir une sombre histoire de famille sur fond de pratiques occultes tout en poursuivant son nouveau “hobby”: le nationalisme extrême!



 

Après la condition féminine, Phillippe Pelaez aborde dans cette nouvelle enquête de son héros torturé la montée des extrêmes dans la France de la fin du XIX° siècle et un engouement dans certains milieux sociaux-culturels pour le spiritisme et autres pratiques ésotériques de l’époque en question.



 

Les deux thèmes, et les deux fils narratifs qui les portent, sont plutôt bien traités et, sans jamais s'emmêler (c’est le cas de le dire!) finissent par se dérouler chacun de façon  satisfaisante même si un brin expéditive pour la partie politique, limites d’un one-shot obligent.



 

La partie graphique est toujours aussi originale et agréable, avec ce style qui emprunte à la fois à l’art pictural de l’époque mais aussi à une école franco-belge qui va de France Renonce à Tardi, que certains trouveront un brin surannée mais qui sert bien son propos ici.



 

Certaines compositions de planches, si ambitieuses, gênent parfois la lecture et auraient peut être gagné à être  agencées différemment, mais l’ensemble reste de belle facture.







 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :BABYLON BERLIN SEASON 3



 

C'est de qui ? Klimek et Tykwer



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 

 


 

 

Ca donne Quoi ? On retrouve avec autant de plaisir les personnages et l’ambiance de la série historico-policière la plus chère de l’histoire de la télé allemande, adaptée des romans de Kutscher.



 

Les deux compositeurs déjà présents sur les scores des premières saisons sont à nouveau de la partie  et continuent, à 4 mains, d’explorer les différentes possibilités  de la musique d’époque, avec toujours par exemple ce déstabilisant  piano désaccordé le tout porté par des arrangements volontairement actuels.

 

 

Le succès de la série fait que la partition de Klimek et Tykwer ont droit à un orchestre consistant pour interpréter leur partition qui oscille toujours entre des ambiances chargées musicalement et des pistes plus underscoring, dédiées aux atmosphères tendues des scènes.

 



 

- - - - - - - - - -

 

Repost0
13 novembre 2023 1 13 /11 /novembre /2023 10:35

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? MIROIR DE NOS PEINES



 

C'est de qui ? De Metter



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ?Je me demandais il y a presque 3 ans de ça, lors de la sortie de Couleurs de l’incendie version De Metter si ce dernier adapterait également la 3° partie des Enfants du Désastre, trilogie comprenant le multi-récompensé Au Revoir Là Haut et sa suite - historique à défaut d’être vraiment narrative- Couleurs de l'Incendie.

 

C’est chose faite ce mois-ci avec ce Miroir de nos peines où l’on suit, là encore, plusieurs destins croisés alors que l’Europe est sur le point de sombrer dans la Seconde Guerre mondiale.

 

Celui de Louise, transfuge du premier volet qui est devenue adulte et institutrice et dont la vie va être chamboulée quand un docteur lui propose une énorme somme d’argent pour la voir nue et se suicide dans la foulée, lançant notre infortunée héroïne dans le plus simple appareil dans la rue  et dans le pétrin qui va la pousser sur les routes, en compagnie d’un ami patron de café, à la recherche de ses origines.

 

Celui de deux soldats, Gabriel un idéaliste qui va comprendre à ses frais que la période n’est pas tendre pour les braves gars, et Raoul un escroc à la petite semaine qui ne peut s’empêcher de tirer profit de toutes les situations.

 

Celui également de Désiré, bonimenteur et arnaqueur qui n'hésite pas à endosser différentes identités selon le besoin et faire croire plus ou moins ce qu’il veut à son entourage.

 

Dans le chaos de l’invasion allemande, de la débâcle de l’armée française et de l’Exode qui s’ensuit, tout ce petit monde va se croiser, se percuter, se fuir…



 

Je dois avouer que j’ai été moins convaincu par cette troisième adaptation que par les précédentes. Si graphiquement De Metter apporte toujours, via sa peinture expressive réaliste, un supplément d’âme non négligeable à la prose de Lemaître, je pense que le choix de ne faire qu’un one-shot, même de plus de 180 pages, oblige l’artiste à opérer certaines coupes qui n’aident pas toujours à s’attacher à certains protagonistes qui, pour le coup, se retrouvent peut être plus antipathiques que leur version dans le roman.



 

Néanmoins si cette version en BD donne envie à certains de lire le roman original ce sera déjà une très bonne chose. 









 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :CONVERSATION SECRETE



 

C'est de qui ? D. Shire



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 


 

Ca donne Quoi ?  Capable d’alterner projets pharaoniques et films plus intimistes, le grand Francis Ford Coppola collabore pour la première fois avec le compositeur David Shire - son  beau-frère à l’époque- sur ce Conversation Secrète .



 

Cela étant,  devant les exigences du réalisateur, le compositeur a dû rapidement déchanter et on ne peut que lui tirer notre chapeau de livrer une partition aussi aboutie que loin de ce qu’il proposait alors.

 

En effet la B.O de The Conversation est d’un dénuement  assez appuyée, quasiment jouée au piano solo tout du long, avec des motifs à peu de notes, le tout pour ne pas parasiter un film qui fonctionne beaucoup sur le son.

 

 

Une poignée de pistes se détache néanmoins du lot, celles axées sur le suspense où Shire malmène son instrument en jouant sur l’intensité du jeu, sur les assonances et autres notes tendues que n’aurait as reniées un Penderecki.

 

 

Les deux hommes ne retravaillerons ensemble qu’une seule fois, pour le score d’Apocalypse Now que Coppola décidera au final de ne pas utiliser.

 

Celui de The Conversation apporte une touche légèrement décalée à cette conclusion de cycle.







 

---------------

 

Repost0
21 octobre 2023 6 21 /10 /octobre /2023 09:45

 

LA BD:




 

C'est quoi ? LES AIGLES DE ROME 6. 


 

C'est de qui ? Marini.


 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisé sur le site? Je pense que nous avons dû couvrir toute sa production.


 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? S’il avait fallu attendre 3 ans entre les tomes 4 et 5, se sont quasiment 7 années qui se sont écoulées entre la sortie du tome précédent et celui- ci. 

Autant dire qu’à moins que vous n’ayez une mémoire remarquable, une relecture d'au moins deux épisodes ne sera pas du luxe.


 

On retrouve nos frères ennemis, le romain est devenu gladiateur par dépit mais va voir son espoir renaître en apprenant qu’il a de nouveau une chance de retrouver sa progéniture, et le barbare envisage de lever une armée afin de marcher sur la Ville Eternelle.

 

Dans cette dernière, alors qu’Auguste est passé de vie à trépas en laissant les rênes à Tibère, un complot se trame déjà pour renverser le nouvel imperator.

Et, bien entendu, au milieu de toute cette agitation, une poignée de femmes fatales nage parmi les requins, essayant de tirer son épingle du jeu.

 

 

Avec ce 6° volet Les Aigles de Rome continue son bonhomme de chemin, confirmant qu’il est un peu le chaînon manquant entre Muréna de Dufaux-Delabie-Théo et le Messalina de Mitton: une série documentée où le grand spectacle et les scènes hot viennent rappeler au lecteur que c’est une lecture récréative avant tout.


 

Continuant sur la lancée de son polar récent et même de son Batman, Enrico Marini a adopté un trait plus lâché, soignant plus ses ambiances que les détails, travaillant les couleurs avec un rendu plus artistique.

 

Les fans de la première heure en seront probablement un peu déçus, les esthètes et autres amateurs de bande dessinée alliant fond et forme feront moins la fine bouche (et il faut reconnaître que l’auteur, comme l’un de ses compatriotes célèbres, n’a pas son pareil pour croquer les personnages féminins, surtout quand ils sont peu vêtus).


 

Reste à espérer que les deux (derniers?) tomes à venir ne se fassent pas attendre aussi longtemps.






 

LA MUSIQUE:




 

C'est quoi :IL FLAGELLO DI DIO


 

C'est de qui ? E. Masetti


 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas sur.


 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans ce Péplum où Anthony Quinn donne la réplique à Sophia Loren, on parle aussi de Huns combattant les soldats de Rome et de la débâcle de ces derniers. 

 

Par contre, niveau réalisme on repassera, mais peu importe, l’essentiel étant que la musique de Masetti évoque grandes batailles, trahisons, pillages et autres tragédies. 


 

Choses qu’elle fait plutôt bien, pourtant le compositeur italien n’est pas coutumier du genre (il se rattrapera plus tard en mettant entre autres en musique deux Hercules pas piqué des vers) mais il applique des règles déjà bien rodées sur les films de bonhommes en jupettes que la Cinecitta produit à la chaîne. 


 

Résultat une musique enlevée et guerrière, old school juste ce qu'il faut, teintée d’un léger exotisme bon ton qui ne gâte rien, bien au contraire. Du classique efficace à défaut d’être transcendant ce en quoi il rejoint un peu notre album BD du jour.



 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags