17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 07:53

 

Entre deux oeufs en chocolat, élevons un peu le niveau en parlant occultisme et Seconde Guerre Mondiale:

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : ALEISTER & ADOLF

 

 

C'est de qui ? Oeming et Rushkoff

 

 

La Couv':

 

Dualités malsaines  /  Aleister & Adolf  Vs. The strange case of Dr Jekyll & Mr Hyde

 

Déja croisé sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

Dualités malsaines  /  Aleister & Adolf  Vs. The strange case of Dr Jekyll & Mr Hyde

 

Ca donne Quoi ? Même si vous n’êtes pas un féru d’Histoire il suffit que vous soyez fan de BD/Comics (et si vous êtes en train de lire ces lignes il y a tout de même de fortes chances que ce soit le cas) pour savoir qu’Hitler et les nazis entretenaient d’étroits rapports avec l’occulte. Du Hellboy de Mignola à Je suis Légion de Nury et Cassaday, en passant par l’uchronie de l’Histoire Secrète, le sujet a fait les beaux jours du 9° Art, et à raison.

 

De son coté, Aleister Crowley, personnage emblématique d’une certaine culture magique, dont nous avons déjà parlé chez nous, avait bizarrement peu eu les honneurs de la BD, c’est aujourd’hui chose faite, et, coup double puisque l’album du jour évoque même les rapports entre le sorcier autoproclamé et le führer, imaginant l’implication de Crowley dans le conflit.

 

Un jeune agent américain est chargé de récupérer la Lance de Longinus, détenue par les S.S et, pour ce faire, doit s’immiscer dans le cercle de « la Bête »en le convaincant au passage si possible d’intervenir via ses soi-disant pouvoirs afin de contrer l’avancée inexorable des troupes allemandes. Il va se retrouver au centre de rites sacrificiels à base de magie tantriques et autres sombres pratiques qui vont sérieusement l’ébranler. Néanmoins l’opération, si pas aussi réussie que l’espérait les alliés, s’avérera bénéfique à plus d’un point.

 

 

Dualités malsaines  /  Aleister & Adolf  Vs. The strange case of Dr Jekyll & Mr Hyde

 

Certes le scénario –qui s’appuie sur des faits historiques- n’est que fiction, mais il en dit long sur le pouvoir des symboles (le V de la Victoire de Churchill – trouvé par Crowley- opposé à la récupération de la swastika par les nazis, mais aussi, évidement, le pentacle).

 

Oeming, qu’on a croisé ici sur sa série phare Powers avec Bendis, a opté pour un graphisme bien plus détaillé que dans la dite série, et son trait qui s’affine au fil des années (même si l’influence de Mignola –surtout ici- est encore parfois bien présente) associé à des efforts de narration via une mise en page inventive, sont un autre point fort de ce one-shot prenant.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 


C'est quoi ? THE STRANGE CASE OF DR JEKYLL & MR HYDE

 


C'est de qui ? R. Cobert

 

 

La Couv' :

 

Dualités malsaines  /  Aleister & Adolf  Vs. The strange case of Dr Jekyll & Mr Hyde

 

Déjà croisé chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Adaptation télévisuelle du célèbre roman de Stevenson, ce Dr Jekyll doit sa réussite à une interprétation sans failles d’un Jack Palance habité par le double rôle mais également par l’illustration musicale, directement inspirée des grands classiques du genre, ceux de la Hammer en tête.

 

Il faut savoir que Robert Cobert voulait écrire une B.O originale pour cette version mais que, malgré tout ses efforts pour convaincre Dan Curtis, le producteur, ce dernier insista pour utiliser celle de sa série Dark Shadows (récemment porté sur grand écran par Tim Burton), arguant –un peu à raison- que le public accrocherait d’autant plus en étant en terrain conquis.

 

Politique qui tendra à se démocratiser notamment dans le monde de la bande annonce où l’on emploie des musiques connues sur des films avec lesquelles elles n’ont pourtant rien à voir, histoire de captiver l’audience. L’un des exemples les plus flagrants étant la musique de  Requiem For A Dream entendue dans la B.A du second volet du Seigneur des Anneaux pourtant dotée dés le premier volet d’une B.O excellente.

 

 

 

Mais ne nous égarons pas plus, je vous laisse tester la très classique mais non moins efficace musique de Cobert avec cette évocation de l’une des figures contemporaines les plus marquantes de la magie (Alan, va te rhabiller !) vous m’en direz des nouvelles.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 10:19

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LES GRANDS SOLDATS

 


C'est de qui : Rivelaygue & Tallec

 

 

La Couv':

 

Grand par la taille...  /  Les Grands Soldats  Vs.  Tom Jones

 

Déjà croisé chez nous? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Gallimard

 

 

Une planche:

 

Grand par la taille...  /  Les Grands Soldats  Vs.  Tom Jones

 

Ca donne Quoi ? Le roi a décidé qu’il voulait une garde rapprochée de soldats gigantesques afin d’en imposer à tout ces petits camarades couronnés. Ainsi, à des milliers de kilomètres de la Prusse, la petite vie tranquille de Cathal Crann va être bouleversée quand il va se retrouver enrôlé de force pour cette nouvelle armée.

 

Si sa taille et sa force, toutes deux impressionnantes, vont lui attirer l’attrait royal et les faveurs féminines d’une charmante fille de docteur, elles vont aussi susciter jalousie et atteinte à sa vie.

 

Voilà, raconté comme ça ça pourrait sonner comme du grand récit d’aventure mais en fait pas vraiment. Tiré d’une vérité historique, on est plutôt là dans le récit doux-amer non dénué d’humour parfois, dans la mouvance, que ce soit dans le ton ou les graphismes, de l’école David B/Christophe Blain (comment ça il n’y a pas d’ « école David B/Christophe Blain » ? bon, vous avez saisi l’idée), ce qui, pour une collection dirigée à l’époque par Sfar, n’était pas surprenant.

 

Un one-shot qui aurait pu, avec quelques modifications, devenir un premier tome de série d’aventures décalées intéressant mais qui, en l’état, et malgré des qualités, laisse un peu une impression de « Et puis ?... »

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TOM JONES

 

 

C'est de Qui ? J. Addison

 

 

La couv'

 

Grand par la taille...  /  Les Grands Soldats  Vs.  Tom Jones

 

Déjà entendu chez nous ? A une poignée de reprises oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? A contre courant de la mode de l’époque, Tom Jones, adaptation pas très fortunée d’Henry Fielding, fait un véritable carton à sa sortie en 63 que ce soit public ou critique et remporte, entre autres prestigieuses récompenses, l’Oscar de la meilleure B.O.

 

Suite naturelle d’une fructueuse collaboration entre Tony Richardson, le réalisateur, et John Addison, le score de Tom Jones est probablement en partie responsable du succès du film.

 

Proposant un mélange éclectique de romance et de gaieté tapageuse, via des thématiques aussi nombreuses qu’originales, Addison utilise des instruments d’époque, comme le clavecin qui ouvre le film, mais également des choses moins conventionnelles voire inattendues sur de la musique d’époque comme un saxophone, un piano désaccordé ou une guitare sautillante.

 

Là où il excelle c’est dans le mélange des thème principaux (et parfois pourtant fort éloignés) au sein d’une même piste, finissant de donner une belle unité à une partition aussi aboutie qu’audacieuse.

 

Une B.O qui a apporté un petit brin de folie délirante à un album qui en manquait hélas.

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 11:26

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LENINE

 


C'est de qui : Ozanam & Rodier

 

 

La Couv' :

 

Il s'est fait la Russie  /  Ils Ont Fait L'Histoire: Lénine  Vs.  October Cantata

 

Déjà lu chez B.O BD? Ozanam fort souvent, pas Rodier par contre.

 

 

C’est édité par qui ? Glénat.

 

 

Une planche:

 

Il s'est fait la Russie  /  Ils Ont Fait L'Histoire: Lénine  Vs.  October Cantata

 

Ca donne Quoi ? Il y a un moment que je ne m'étais plus penché sur la collection Ils ont fait l'Histoire mais le sujet même de l'un des deux nouveaux volets s'est imposé de lui même.



En effet si j'évite fort soigneusement de parler politique sur un blog dédié à la - possible- alliance entre la Bd et à la musique de film, l'époque troublée dans laquelle nous vivons, faite de scandales et autres malversations en hauts lieux, me porte à croire qu'un album qui évoque des événements qui ont eu lieu il y a un siècle de l'autre côté de l'Europe, et qui seraient presque de mise aujourd'hui quand on voit les similitudes entre les situations, est quasiment d'utilité publique.
 


En effet demandez aujourd'hui à n'importe quel jeune de moins de 20 ans s'il sait qui était Lénine, il y a fort peu de chance qu'il vous réponde par l'affirmative. Pourtant, et même si, on le sait, le bonhomme ne fut pas exempt de reproches, loin de là même, c'est en grande partie grâce à son action que le communisme a pu voir le jour dans un empire dirigé par les tsars depuis des siècles (et si une éventuelle ressemblance entre des hommes d’état  au train de vie princier dirigeant  une nation de citoyens de plus en plus précaires vous apostrophe, elle n’est peut être pas fortuite et -devrait?- vous faire réfléchir sur la possible conduite à tenir dans quelques semaines...).


Mais revenons à nos moutons: Antoine Ozanam, adepte de sujets aussi divers qu'éloignés mais avec une constante dans la qualité, s'est attelé à la difficile tâche de raconter la biographie du dirigeant soviétique en y insufflant un maximum de "vie" via la narration graphique et le trait réaliste de Rodier.

 

Connaissant la culture et l’amour du scénariste pour le médium je suis quasiment sur qu’il connaît les précédentes BD consacrées au bonhomme dont le Lénine et la  grande Révolution que Poïvet a réalisé à la fin des années 60 dans Vaillant, récit aux graphismes réalistes prenants (même si évidement désuets) mais à la partialité quelque peu appuyée ...

 

Il s'est fait la Russie  /  Ils Ont Fait L'Histoire: Lénine  Vs.  October Cantata

 

ou encore le guère plus objectif Lénine dans la collection Les Grandes Biographies en BD et son format poche.

 

Si forcément très riche en texte, l'album d'Ozanam et Rodier ne tombe pourtant que très rarement dans le récitatif de ceux cités ci desus et n'est jamais pesant.

Si j'ai moins apprécié certains passages comme l'évocation de la vie amoureuse de Lénine par exemple, le scénariste a su parfaitement montrer par exemple l'opposition entre le train de vie du révolutionnaire, adepte d'un certain confort et voyageur infatigable, et  ses convictions politiques jusqu'au-boutiste.


La révolution d'Octobre et ses suites aurait peut être gagné à être un peu plus longuement évoquée au détriment d'autres passages, tout comme l’exécution du propre frère de Lénine qui aurait été à l’origine de ses velléités révolutionnaires, mais dans l’ensemble et au vu d’un probable cahier des charges forcément restrictif, le boulot est plus qu'honorable, que ce soit sur la partie scénar comme dessin avec un trait réaliste propre et au dessus de la moyenne de ce que la collection à pu proposer jusqu’ici.

 

Il s'est fait la Russie  /  Ils Ont Fait L'Histoire: Lénine  Vs.  October Cantata

 

Le volume est, comme à l’accoutumée, complété par un dossier sur Lénine, rédigé par Marie Pierre Rey spécialiste de la Russie et de son histoire.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CANTATE D’OCTOBRE.

 

 

C'est de Qui ? S. Prokoviev

 

 

La couv'

 

Il s'est fait la Russie  /  Ils Ont Fait L'Histoire: Lénine  Vs.  October Cantata

 

Déjà entendu chez nous?  Fort souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si évidement propagandiste et grandiloquente à souhait, la Cantate pour la célébration du vingtième anniversaire de la Révolution d’octobre (oui, j’ai opté pour le titre court) est une œuvre à part dans la discographie pourtant déjà magistrale de son auteur.

 

Ecrite avec enthousiaste pour glorifier la naissance de l’Union Soviétique, de la révolution de 1917 jusqu’à la mainmise de Staline sur le pays, elle permet au compositeur de se voir allouer des  moyens plus que conséquents, cette pièce en dix mouvements comporte un ensemble aussi diversifié qu’original d’instruments : à toute une batterie de cuivres et un chœur fourni viennent s’ajouter un ensemble d’accordéons, un orchestre militaire, des harpes et des claviers et même des sirènes, un véritable canon et un mégaphone (qui clame les discours de Lénine).

 

Si la composition est contrastée et originalement variée, on regrettera son caractère un peu trop « patriotique » (même si Prokoviev –qui reviendra vite de son engouement pour la politique de Staline- ne la proposera pas finalement pour la cérémonie d’anniversaire en question) mais là, reconnaissons-le, c’est de circonstance.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 11:25

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LES GUEULES ROUGES

 


C'est de qui : Dupont et Vaccaro.

 

 

La Couv' :

 

Peaux ...Noires  /  Les Gueules Rouges  Vs.  Return of the Gunfighters

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui, les deux.

 

 

C’est édité par qui ? Glénat.

 

 

Une planche:

 

Peaux ...Noires  /  Les Gueules Rouges  Vs.  Return of the Gunfighters

 

Ca donne Quoi ? Idée audacieuse et originale qu’a eu Jean Michel Dupont de proposer un scénario digne d’un film hollywoodien de l’Age d’Or (des indiens faussement accusés d’un crime) en le faisant se dérouler dans la région Valenciennoise dont il est originaire.

 

Si le scénario peut vous sembler tiré par les cheveux, il faut savoir qu’il est « justifié » par la venue du show de Buffalo Bill, au tout début du siècle dernier, dans le Nord de la France.

 

Ainsi on va suivre l’aventure de Gervais jeune garçon dont le niveau intellectuel pourrait sortir de la fatalité de finir à la mine, comme son père et son grand-père avant lui, mais dont le paternel ne veut rien savoir.

 

Un beau soir il fugue pour assister clandestinement au spectacle de Buffalo Bill et va se lier d’amitié avec deux peaux-rouges qui le ramène chez lui. La même nuit une fillette est retrouvée assassinée et tout pointe vers le duo d’indiens. Gervais réussira-t-il à disculper ses nouveaux amis ?

 

Peaux ...Noires  /  Les Gueules Rouges  Vs.  Return of the Gunfighters

 

Les Gueules Rouges  est un one-shot réussi et prenant qui valse sans cesse entre la chronique socio-historique, le western et même le roman noir en empruntant à ces genres ce qu’ils ont de meilleur. Imaginons un instant  une adaptation de Germinal par John Ford, elle aurait probablement la même ambiance que les peintures d’Eddy Vaccaro, qu’on suit chez nous depuis Championzé , et qui a encore évolué dans son style et magnifie ici les paysages miniers, faisant ressembler les collines du Nord aux Black Hills américaines (comme le dit l’un des indiens de l’histoire).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? RETURN OF THE GUNFIGHTERS

 

 

C'est de Qui ? Salter

 

 

La couv'

 

Peaux ...Noires  /  Les Gueules Rouges  Vs.  Return of the Gunfighters

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Western de seconde zone réalisé à la fin des années 60 et qui sortira d’ailleurs directement à la télévision Return Of The Gunfighters permet à Salter, stakhanoviste de la B.O à Hollywood (et dont la malchance aura été d’arriver au moment où les studios étaient sur la pente descendante), de sortir un peu de la SF et des films d’horreur où il abattait les partitions les unes après les autres.

 

On sent que le compositeur se fait plaisir en jouant avec les codes du genre même si une grosse poignée de pistes semblent issues de travaux précédents (ce qui était encore monnaie courante comme pratique à l’époque, nous l’avons évoqué quelque fois) et c’est tout un panel d’ambiances et d’émotions qui est exprimé ici.

 

Alors certes pas de grand orchestre symphonique, pas de thématiques compliquées ou de mélodies très originales mais de l’ouvrage honnête et bien foutu qui, grace à sa variété faite de bricolages fait bien l’affaire sur notre western nordiste !

 

 

 

-------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 07:26

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA GLOIRE D’HERA  /  TIRESIAS

 


C'est de qui : LeTendre et Rossi

 

 

Une Couv':

 

Le retour des Héros  /  La Gloire d'Héra - Tirésias  Vs.  Solomon & Sheba

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Le retour des Héros  /  La Gloire d'Héra - Tirésias  Vs.  Solomon & Sheba

 

Ca donne Quoi ? C’est grâce à la récente intégrale classe regroupant ces deux séries que j’ai enfin pu découvrir les variations mythologiques de Le Tendre et Rossi.

 

La Gloire d’Héra est en quelque sorte le prologue des Douze Travaux d’Hercule, où l’on apprend pourquoi le héros légendaire est maudit et doit se racheter. Fils de Zeus et d’une humaine, Alcée est bien décidé à récupérer le trône de la ville de Mycènes que son propre cousin ne gouverne qu’à cause d’une rouerie d’Héra, désireuse de se venger des infidélités de son divin époux. Peu importe à notre héros si, dans sa quête, femme et enfants (ainsi que frère jumeau, cousin et centaines de guerriers) doivent y laisser des plumes voire leur peau !

 

Tirésias, écrit après mais aux événements pourtant antérieurs (le personnage titre est présent –vieillard- dans La Gloire d’Héra), évoque un guerrier grande gueule et sur de lui qui, suite à un acte en apparence sacrilège va se retrouver transformé en …femme, et découvrir l’existence de l‘autre sexe, celui qu’il a toujours dominé et considéré comme « faible ».

 

Le retour des Héros  /  La Gloire d'Héra - Tirésias  Vs.  Solomon & Sheba

 

Sous leur airs de récits tragi-comiques, portés par un dessin virtuose où stylisation semi-réaliste et caricature soignée se côtoient pour le meilleur, les scénarios de LeTendre tirent la substantifique moelle des récits mythologiques dont ils sont inspirés pour en proposer des très actuels (à l’époque comme aujourd’hui), plein de fraicheurs, d’actions, et, surtout, de grands thèmes classiques : honneur, amour, famille, intervention divine (pour ne pas dire Deus ex Machina !)

 

Plus de vingt ans après (pour Héra), c’est de la BD qui n’a  absolument rien perdu de sa superbe voire qui a passé haut la main l’épreuve du temps.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est Quoi ? SOLOMON & SHEBA

 

 

C'est de Qui ? M. Nascimbene

 

 

La couv'

 

Le retour des Héros  /  La Gloire d'Héra - Tirésias  Vs.  Solomon & Sheba

 

Déjà croisé sur B.O BD?  Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter ? Certes.

 

 

Ca donne quoi? Celui qui se fera une spécialité des scores de films avec acteurs huilés et en jupettes, et qui sort d’ailleurs tout juste de l’un de ses chefs-d’œuvre, les Vikings de Fleischer, est embauché par rien moins que King Vidor pour mettre en musique la love story de Yul Brynner et Gina Lollobridgida sur fond de récit biblique.

 

Entre des percussions qui, sans aucuns doutes, ont inspirées Poledouris pour la B.O de Conan le Barbare, des chœurs féminins hauts perchés en contrepoint de voix masculines plus graves et, of course, le gros orchestre qui va bien avec rythmiques martiales et cuivres héroïques en veux tu en voilà, Nascimbene met les petits plats dans les grands, livrant de la musique épique s’il en est sans pour autant sacrifier à l’originalité via des arrangements inspirés de mélodies traditionnelles avec l’incursion de ci de là d’instruments folkloriques.

 

Si l’on perd un peu l’aspect humoristique des deux BD, on gagne cependant une certaine majesté musicale bienvenue vu leur coté épique et mythologique.

 

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags