21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 15:40

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MEDEE. L’EPOUSE BARBARE.

 


C'est de qui : N. Pena et B. Le Callet

 

 

La Couv':

Voyage de noces...Barbares!  /  Médée 3  Vs.  Le Retour des Titans

Déjà croisées sur B.O BD? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Après sa trahison et l’assassinat de son frère Médée quitte sa terre natale en compagnie de Jason a qui elle a permis de dérober la Toison en échange d’une promesse de mariage. Mais le père de notre tragique héroïne ne compte pas laisser ce crime impuni et envoie une partie de sa flotte à la poursuite des voleurs.

Après avoir réussi à se débarrasser –momentanément ?- de leurs poursuivants (grâce à la défloraison de Médée !), les argonautes retournent en héros à Iolcos où Jason doit régner…mais les épreuves ne sont pas terminées.

 

Blandine Le Callet continue de dérouler sa version féministe et passionnante de l’histoire de Médée dans ce troisième épisode toujours plus sombre. De son coté, Nancy Pena, dont nous avions relevé l’ingéniosité de la mise en scène du tome précédent, persiste et signe avec des trouvailles narratives toujours intéressantes, notamment les volutes de fumée ou le bracelet-serpent de l’héroïne qui lient des cases voire des planches entre elles.       

 

 

 

L’artiste donne également un ton plus dramatique à l’histoire, rehaussé (ou assombri, c’est selon) par le travail des coloristes, les scènes au royaume des Phéaciens et celles dans la chambre de Pélias sont particulièrement marquantes de ce point de vue.      

 

Un troisième volet qui monte en puissance et promet une conclusion qui s’annonce, évidemment, tragique !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE RETOUR DES TITANS

 

 

C'est de Qui ? F. De Masi

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si chez nous le titre transalpin s’est transformé en ce Retour des Titans, et, pour les pays anglo-saxons en Goliath and the sins of babylon, il s’agit bien, à la base, d’un des nombreux films de la franchise Maciste.

 

Profitant du regain d’interet pour le péplum, l’Italie mettra en branle pléthore de séries B ayant le colosse comme héros. Pour celui ci, notre bonhomme vient délivrer, par les pains dans la tronche et l’incendie généralisé, les jeunes filles de Babylon promises chaque année au sacrifice (on savait s’amuser à Babylone à l’époque dites-donc !).

 

De Masi, de formation classique, a, tout comme ses illustres compatriotes stakhanovistes de l ‘époque, déjà une quantité impressionnante de films à son actif, et ce dans des genres aussi divers qu’improbables.

Ce n’est pas sa première rencontre ni avec le Péplum ni avec le personnage, et ça s’entend bien dans cette B.O où sont réunis tout les ingrédients attendus : thème mettant en exergue la bravoure du héros, pistes plus romantiques ou nostalgiques, passages de suspense bien dosés…

 

Le compositeur s’appuie essentiellement sur ses cuivres la plupart du temps, utilisant les instruments au maximum de leur possibilité avec beaucoup d’inventivité.

 

 

 

-----------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 12:07

 

 

La BD muette est un exercice hasardeux, on l’a vu à plusieurs reprises chez nous, néanmoins on a également pu apprécier que les albums de ce genre destinés au jeune public fonctionnaient bien souvent tout aussi bien si ce n’est mieux que les BD traditionnelles.

Nous en avons encore deux beaux exemples aujourd’hui avec ces nouveautés.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MYRMIDON ET LA GROTTE MYSTERIEUSE

 


C'est de qui : Dauvillier et Martin

 

 

La Couv':

Chut! C'est Mercredi, les enfants lisent des BD!

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez ? Les éditions de la Gouttière

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Petit bonhomme tout roux et amusant, Myrmidon a l’étrange pouvoir de se téléporter dans l’époque dont il revêt le costume. Pour ce cinquième opus le voilà dans une peau de bête, lance à la main, revenu à la Préhistoire.

Mais notre garçonnet n’a pas le temps de profiter du paysage que le voilà poursuivi par un tigre aux dents de sabre, obligé de se réfugier dans une grotte. Là il découvre des peinture rupestres qui racontent sa propre mésaventure, le voilà donc qui dessine un mammouth et l’animal apparait bientôt devant lui.

 

Si mon fils de pas tout à fait deux ans a été captivé par le dessin tout en finesse et très coloré de Martin, j’ai beaucoup aimé la mise en abyme dans la BD et la double narration qu’elle implique. Un petit album aussi amusant qu’intelligent.

 

 

 

ET

 

 

 

C'est quoi : ANUKI LA GRANDE COURSE DU PRINTEMPS

 


C'est de qui : Maupomé & Sénégas

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus chez B.O BD? Pas plus

 

 

C’est édité chez ? Les éditions de la Gouttière

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’avantage d’avoir des enfants avec un peu plus de 5 ans d’écart c’est qu’on peut tester des BD pour plusieurs publics. Ce lointain cousin de Yakari (ou de Hiawata dépendant vos références) a décidé de participer à l Grande Course du Printemps, mais il a à faire à forte partie en face, notamment une petit squaw bien décidée à montrer qu’elle peut en remontrer aux garçons.

 

Au final, d’une manière très fine, les auteurs amenèrent leurs lecteurs à comprendre que l’union fait la force et que, plus que la victoire,  on peut découvrir bien d’autres choses plus importantes.

 

Pour ne rien gâcher, la mise en page et le rythme rivalisent de réussite pour donner un fort agréable bouquin malgré, là aussi, l’absence de textes.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? JEUX D’ENFANTS

 

 

C'est de Qui ? Moussorgski

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pièce pour piano aussi virtuose que gaie, faussement simpliste, ce Jeux d’Enfants , s’il n’est pas l’une des pièces les plus connues de son auteur est une œuvre aussi abordable que travaillée, aux altérations et changements subtils mais audacieux.

 

Moins grandiose de par la présence d’un instrument unique,  que d’autres compositions souvent proposées à un jeune public, de la Symphonie des Jouets à la Pastorale ou encore Pierre et le Loup elle n’en reste pas moins très appréciée, pour en avoir fait l’expérience, vous pouvez me croire sur parole.

 

Moussorgki a laissé nombres d’œuvres en suspens, et l’on doit à Rimsky-Korsakov l’édition et la découverte d’une bonne partie de son répertoire.

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 16:20

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi ?  AUJOURD'HUI, DEMAIN, HIER

 

 

C'est de qui : R. Muradov

 

 

La  Couv':

La Machine à remonter...l'Art  /  Aujourd'hui, Demain, Hier  Vs.  Shapiro

Déjà lu chez nous? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Roman Muradov est un illustrateur à l’impressionnant  talent et au style graphique hérité de toute une tradition de grands ; on a plus l’habitude de le voir dans les grands journaux et magazines du monde genre Vogue ou le N.Y Times que dans les rayons des librairies spécialisées.

 

Pourtant, coté  BD, l’homme étonne aussi comme le prouvent les courts « récits » compilés ici par Dargaud, éventail non exhaustif des différents courants picturaux que l’auteur pratique, du cubisme à l’abstrait…abstraits, ses scénarios le sont parfois aussi, conceptuels sur le fond et la forme, Muradov s’affranchit des contraintes narratives du médium et abat les barrières entre les arts, quitte à perdre son lecteur au fil de récits où il joue sur les couleurs, les volumes, les polices de caractère…mais aussi les genres et les thématiques.

 

 

Un album vertigineux de par sa conception même, qui en laissera peut être certains sur le seuil mais, à ceux qui y entreront en laissant leurs à priori derrière eux, devrait interpeller.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TRUMBO

 

 

C'est de Qui ? T. Shapiro

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Une bio d’un scénariste et romancier américain comme Dalton Trumbo (à qui on doit, entre autres, les scénars du Spartacus de Kubrick ou du Exodus de Preminger) se devait d’être mise en musique avec originalité. C’est le pari qu’a réussi Theodore Shapiro en mélangeant un jazz très free à une partition plus classique, exprimant via cette alternance tout  l’humour et le drame présents dans le film.

 

Le compositeur propose une orchestration originale,  qui n’est pas sans faire penser sur quelques passages à certaines B.O de Lalo Schifrin ou Elmer Bernstein, et n’hésites pas à mélanger des éléments musicaux des années 60 à des effets très contemporains ; on appréciera notamment l’utilisation d’un piano préparé audacieuse mais payante.

 

De la musique qui sort des sentiers battus mais il n’en fallait pas moins pour bien accompagner les expérimentations de Roman Muradov.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 07:03

Allez, ca y est cette fois c'est la bonne, la der des der, et toujours avec Ange, pour finir en beauté!

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi ?  La geste des chevaliers dragons (série)

 

C'est de qui ? Ange (scénariste) et plein de dessinateurs : Varanda, Briones, Guinebaud, Paty, Démarez, Meddour, Ruizge, Guiton, Looky, Cossu, Vax, Palma, Sentenac, Boutin-Gagné, Alexe pour les histoires longues sans oublier le coloriste de la plupart de la série : Paitreau.

 

 

Voici la 2e partie de la conclusion de cette saga estivale où je partage avec vous quelques points qui m'ont semblés curieux ou bizarres (erreurs des auteurs ou mauvaises lectures et/ou incompréhensions de ma part).

 

Ange nous a fait des commentaires sur ces points qui sont à découvrir après chaque tome cité.

 

14 – La première : les bizarreries par rapport au contexte néolithique sont soulignées par les novices donc rien à dire de plus.

6 - Par-delà les montagnes

4 – Brisken

9 - Aveugles : j'ai du mal à croire que les matriarches des 6 ordres concernés n'étaient pas d'accord pour cette "mise à l'épreuve" de chevaliers expérimentées. Il a quand même fallu les droguer, pendant plusieurs jours pour celles des ordres les plus éloignés, pour qu'elles se réveillent en même temps. En admettant que les 5 matriarches hors Messara (dont 3 que nous ne verrons pas) ignoraient la teneur réelle de l'épreuve. - L'ombre de Narak a changé de nom depuis Brisken : Samera est devenue Halyssa.

 

Ange : Les Ombres ont plusieurs noms. Et non – les autres Matriarches ne savaient pas, mais on laisse l’ombre planer sur le nombre de complices auxquels notre Matriarche coupable a fait appel pour sa conspiration.

 

 

 

 

 

1 – Jaïna : il semble un peu étrange que tous les hommes du fort ne soient pas déformés (à moins qu'ils ne soient cachés). – Pourquoi Ellys ne s'est-elle pas défendue?

 

Ange : C’est une des particularités du Veill que nous devons absolument garder pour des raisons scénaristiques – le Veill n’agit pas sur tout le monde de la même manière, ni dans le même temps, et des effets ou des retards psychologiques ne sont pas à exclure. Dans « Jaïna », les soldats de la Forteresse sont atteints mentalement mais pas physiquement. Dans « Par delà les Montagnes », les Nauris sont atteints physiquement mais pas mentalement. Peut-être que les discours enflammés du Prince ont fait un blocage psychologique dans la Forteresse qui a retardé les effets du Veill sur les soldats. Et peut-être que Jan dans le Tome 2 pensait vraiment que le talisman le protégeait, et donc que là aussi l’effet maléfique a été retardé.

Mais le Veill vous rattrapera toujours.

Ellys ne s’est pas défendue parce qu’elle était jeune et innocente, terrifiée, et sensible à l’autorité.

 

 

 

3 – Le pays de non vie : il semble que la Mara de ce tome ne peut pas être la petite récitante du tome 9 puisqu'elle est d'Ishtar et pas de Messsara… Mais cela permet de boucler pour Akanah et Eléanor qui suivent Oris. À moins qu'il n'y ait un non-dit sur des échanges d'apprenties chevaliers dragons entre les divers ordres… ce qui semble improbable ici puisque c'est Messara qui avait besoin de renouveler ses troupes après le massacre de Brisken.

 

 

Ange : Non non, c’est bien la petite Mara. Et oui, elle a changé d’Ordre.

 

5 – les jardins du palais : une certaine ambiguïté viendra par la suite avec l'ordre de Faïza actif ou fermé selon les tomes. – c'est la seule fois où des croisements entre dragons et autres créatures sont évoqués.

 

Ange : Faïza est un Ordre des Chevaliers Dragon qui sera fermé après la mort de Ralène, quelques années après « Les Jardins du Palais ». Il est de nouveau actif en époque 2, au temps de La Guerre des Sardes.

 

 

 

 

2 – Akanah : la hache semble ici être faite en écailles de dragons et nous n'apprendrons que bien plus tard qu'elle est en métal.

 

 

Ange : C’est en effet une des trois armes en métal.

 

 

19 – L'antidote : le remède est d'abord décrit comme des feuilles séchées d'une plante. Mais, à la fin de l'aventure, Akanah a récupéré un sac contenant aussi des racines! Une plantation est envisagée avec redevances pour Akanah et Eléanor, mais cela risque d'être difficile si les racines sont desséchées!

 

Ange : Allez, il y a aussi des graines.

 

 

 

 

12 – Ellys : comme signalé dans la chronique, le maître d'armes Henj a beaucoup de chance d'avoir combattu le dragon sans aucune séquelle… C'est bien l'un des rares hommes de la série à en sortir intact physiquement et intellectuellement.

Ange : Cela peut se déclarer au fil des ans.

 

13 – Salmyre : sur la carte, il y a une grande zone orange qu'on ne revoit pas sur la carte finale (tome18) et que je pensais correspondre à un grand désert.

Ange : Il est très important pour notre crédibilité scénaristique que les cartographes se trompent régulièrement.

 

8 – Le chœur des ténèbres : selon les tomes, il y a une certaine ambiguïté entre "iNoire" et "iVoire"… peut-être due à une correction involontaire (voir tome 9).

Ange : Oui, c’est « Inoire ».

 

 

7 – Revoir le soleil : là encore, je me pose des questions sur le Veill qui a agi sur le haut lignage, mais pas sur les esclaves! - Et sur l'organisation de la cité : au début Vaune dit vouloir rencontrer les "3 grands", puis elle rencontre "le grand couple"… Un grand aurait-il disparu entretemps?

Ange : Il n’a pas disparu, mais « Le Grand Couple » fait partie du Conseil des Trois. La petite héroïne esclave est vierge, mais le Veill aurait fini par atteindre les esclaves, bien sûr ! Nous allons revoir tous ces enfants esclaves fugitifs dans un tome proche, dessiné par Alexe, et il y aura quelques séquelles.

 

22 – La porte du nord

 

16 – La déesse : encore une fois, le Veill semble avoir épargné les habitants d'un village qui vont aider les chevaliers. Pourquoi cette résistance? - La matriarche serait-elle Haro du tome 11? Même cheveux gris et même coupe, mais marques aux yeux spécifiques à ce tome… et caractère différent selon moi. - La signification du terme "raïad" est découverte au détour d'une bulle : "femme guerrière"… Les Nauris (tome 6) ont sans doute croisés les missionerias.

 

Ange : La Matriarche n’est pas Haro du tome 11, car les deux histoires se passent à deux époques différentes. « La Déesse » se passe en l’an 300 environ, Haro, de « Toutes les Mille et une Lunes » voit le moment du déclenchement de la Guerre des Sardes, trois siècles plus tard. Pour le village, même commentaire que pour les esclaves de « Revoir le Soleil », ils sont touchés, mais on en verra les séquelles plus tard.

Les Nauris ont croisé les Missionerias ! Bien vu ! Tu es la troisième personne à l’avoir remarqué, Gen.

 

 

10 – Vers la lumière : la seule fois où sont montrés des vaisseaux volants de l'ordre (des "voiles pourpres"), point qui semble en contradiction avec les chemins de pierres rouges à proximité desquels volent les vaisseaux (tome 19) puisque le combat a lieu en plein désert. – Les novices viennent de Faïza qui est une coquille vide dans le tome 5… à moins qu'une autre ville de la partie Est de l'empire ait le même nom!

 

Ange : Non, il y a bien un chemin de pierres pourpres qui dessert cette route volante. Et les novices viennent de Faïza, parce qu’à l’époque de la Guerre des Sardes, l’Ordre de Faïza est de nouveau ouvert.

 

11 – Toutes les mille et une lunes : si on compte en lunes terrestres, cela fait une rencontre tous les 76-77 ans. Cela semble difficilement compatible avec la marque identique sur les fronts de la matriarche d'Ishtar Farida, 38 ans, et sa novice Amarelle, ~13 ans… Cet écart correspondrait à des lunes de ~9 jours qui semblent plus compatibles avec une éventuelle réélection de l'ancienne… et conforme à une image fugitive d'une voute où j'ai cru distinguer 5 lunes autour de la planète. – Faïza est annoncée comme fermé par Haro au début, mais vers la fin il est dit que 2 novices de Faïza sont mortes! – La première épreuve des novices et les discussions du conseil commencent alors qu'il manque encore 5 ordres (voir page 6). – Pourquoi Letty crie-t-elle "Messara" en frappant sa tortionnaire au lieu de "Ishtar"?

 

Ange : Les lunes sont en effet différentes, et hou-là ! Que raconte Haro ! L’Ordre de Faïza est rouvert. Elle s’est trompée, c’est sûr. Et Letty allait certainement dire « Messara, tous des petits bras ! » ou « Messara, j’aime pas ça ! ». Pauvre Letty, certainement, une erreur de sa part elle aussi.

 

 

14 – La première : comment des hommes ont-ils pu tailler une montagne pour en faire le fort avec un dragon à l'intérieur? – Comment le dragon a-t-il été endormi aux temps néolithiques?

 

Ange : Alors là… secret défense, parce que des histoires et des révélations sont prévues.

 

15 – L'ennemi : j'ai du mal à admettre que l'ordre ait laissé entre les mains d'un collectionneur (fût-il sultan!) une arme aussi légendaire que la 2e épée faite avec le même métal que la faucheuse d'Ishtar. – Pourquoi les gardes ne sont pas touchés par le Veill lors de l'enlèvement de Saraï, alors qu'en fin d'album Sarkis et Saraï se transforment rapidement? – Sur la carte du sultan, la partie orange dans le tome 13 est devenue bleue : serait-ce un bras de mer?

 

Ange : Toujours la même réponse pour le Veill – qui frappe à la vitesse qui arrange les scénaristes. Mais à la fin, le Sultan Sarkis et Saraï sont peut-être là depuis des heures. Et ah, cette Guilde des Cartographes, franchement, ils ne sont pas sérieux. Ou peut-être qu’une petite histoire de déluge pourrait apparaître…

Le Sultan ne garde pas très longtemps l’arme dans sa collection. Il faut dire que c’est la guerre et que les Chevaliers Dragon ont d’autres Sardes à fouetter.

 

 

17 – Amarelle & 18 - Arsalam : Le nom de l'impératrice a changé : Helsana -> Hersana. – La carte du monde est très différente de la précédente : les chaînes de montagnes ont bougées, ainsi que les fleuves. Ishtar s'est éloignée des montagnes et Salmyre s'est rapprochée de Messara. Un lac ou bras de mer est apparu au nord-est. La zone orange ou bleue a disparu…. Je sais que les dragons provoquent des changements dans le paysage, mais, là, il en aurait fallu quelques centaines!! (Voir en fin de chronique l'image de comparaison des cartes) – Les sardes ne portent plus d'armures comme dans le tome 10. Les choix esthétiques de Guiton ont totalement été oubliés.

 

Ange : C’est Helsana. Et certains cartographes vont être fusillés. Mais bon… Le tome 13 dans lequel apparaît la première carte est une histoire racontée à une jolie jeune fille. Peut-être les informations données ne sont-elles que menteries…

 

 

20 – Naissance d'un empire : Lorta est duc maintenant alors qu'il était prince dans le tome 15 (scène du bal). – L'impératrice s'appelle à nouveau Helsana. – Pourquoi les sardes ne parlent-ils plus normalement? – L'empire d'Occident a-t-il perdu 1/3 (tome 18) ou ½ (tome 20) de sa superficie?

 

Ange : Ce n’est pas le même Lorta. Les Lorta sont une grande famille très puissante dont nous entendons parler dans de nombreux albums. Le premier Lorta à apparaître chronologiquement est Yassine Lorta, jeune lettré issu d’une bonne famille d’Arsalam, qui est exilé de la ville à la fin de « La Déesse ». Il va fonder une famille à Messara, qui va rapidement faire fortune en occident et devenir une Maison Princière extrêmement riche et un peu frondeuse, du genre à causer des soucis aux Empereurs successifs. Le dernier descendant en date de cette lignée à avoir une importance dans notre scénario est le Duc de Lorta, dans « Naissance d’un Empire », mais un autre descendant de cette famille, extrêmement différent, va bientôt apparaître dans un album dessiné par Stéphane Colignon.

 

Et les Sardes parlent différemment selon l’époque de l’album, leur tribu et leur niveau d’occidentalisation. L’Empire a perdu 1/3 de sa superficie au moment de la négociation avec les Sardes, mais l’Ancienne en a profité pour se tailler son royaume à elle dans les territoires du Nord, ce qui a encore réduit la taille de l’Empire… Bref, mauvaise période pour la pauvre Impératrice Helsana. Aussi, n’oublions pas que les gens mentent, exagèrent et se trompent dans leurs dialogues…

 

21 – La Faucheuse d'Ishtar : les chevaliers auraient-elles un moyen de préserver leur virginité tout en jouant les prostituées dans un bordel? -  Verna est-elle la Viala du tome 2?  

HS - Les contrées du Levant : si les courants ont emporté la grand-mère des jeunes filles jusqu'à l'île, j'ai du mal à croire qu'ils puissent les ramener d'où la grand-mère est venu. Auraient-ils complètement changé de sens?

 

Ange : Les courants varient selon les saisons, et puis il y a le vent et les routes maritimes ! Oui, Verna est Viala… Disons que ce sont peut-être deux prononciations régionales de son nom.

 

La jolie fille qui joue la prostituée est une Ombre (elle n’est donc pas vierge). La petite fille est le Chevalier.

 

Merci de cette discussion, c’est un plaisir que d’échanger sur cette série que nous adorons !

 

 

 

 

Merci beaucoup à Ange pour les explications et révélations donnés dans ses commentaires.

 

--------------------------

 

 

                                                                                          Chronique de Gen commentée par ANge

Repost 0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 16:02

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SAINT BARTHELEMY. SAUVETERRE.

 


C'est de qui : Stalner & Boisserie

 

 

La Couv':

La religion ensanglantée  /  Saint Barthélémy  Vs.  Borgia

Déjà croisé chez nous ? Oui pour l'un comme pour l'autre

 

 

C’est édité par ? Les Arènes

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Raconter la grande Histoire en utilisant une  « petite » est un procédé parfois payant s’il est bien pensé. C’est le cas de cette nouvelle série qui prend pour fond le massacre de triste renommée qui, en août 1572 vit Paris être mis à feu et à sang par les catholiques et qui mènera à la mort de près de 2500 protestants.

 

On y suit la destinée du jeune Elie, de son domaine de Sauveterre, attaqué par des soldats, à la cour d’Henri de Navarre. Les dix années qui séparent ces deux époques, le jeune homme les passe à guerroyer dans d’incessants conflits religieux qui aboutissent au rapprochement des deux religions.

 

Rapprochement bien éphémère hélas et l’album se conclut sur la sinistre nuit de la Saint Barthélémy, en attendant ses conséquences dans le suivant.

 

Scénariste chevronné dans bien des domaines, Boisserie aborde son sujet avec métier et ménage son intrigue sans sacrifier au souci de reconstitution historique, les protagonistes sont tous là, de La Médicis à De Guise en passant par Coligny et Margot. On pense bien entendu –notamment dans le passage où notre héros est conduit dans Paris par une jeune femme-  au film de Chéreau à qui l’album tient la dragée haute, mais également aux échos que cette période de notre Histoire trouve encore aujourd’hui.

 

Coté graphisme Stalner assure sa partie avec talent, que ce soit dans les décors pointus ou sur les expressions des personnages on sent qu’il prend plaisir à travailler sur le genre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE  

 

 

 

C'est Quoi ? BORGIA

 

 

C'est de Qui ? C. Morin

 

 

La couv'

 

 

Déjà vu chez nous ? Bizarrement il semblerait que non.

 

 

On peut écouter ?   

 

 

Ça donne quoi? : Crée par Tom « Oz » Fontana, cette série internationale sur la famille  sanglante (plus réussie à mon goût que l’autre, celle avec Jeremy Irons) a plus d’un atout dans la manche, et son compositeur n’est pas le moindre.

 

Cyril Morin a été choisi parmi plusieurs de ses confrères grace à sa capacité à mélanger musiques d’époque et orchestration moderne, le compositeur a effectué pas mal de recherches et s’est inspiré autant des rushes de tournage que des personnages de la série (n’hésitant pas à utiliser la guitare par exemple pour le thème de Rodrigo Borgia, d’origine espagnole).

 

L’ensemble, interprété par un orchestre symphonique sonne aussi majestueux que sombre, très actuel, la présence de mélodies ou d’instrumentation historique restant finalement fort en deça.

On  rapprochera d’ailleurs plus cette B.O de celles de films d’action historique récents dont Hollywood a le secret voire même de jeux vidéos comme Assassin Creed.

 

La multitude de pistes et d’évolution de thèmes fait de la musique de Borgia un vivier d’inspiration pour la lecture de Saint Barthélémy.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags