5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 16:07
Accalmie bédéphilique

 

 

 

Comme chaque année l’été est synonyme chez Bandes Originales Pour Bandes Dessinées (comme ailleurs aussi remarquez) de léger ralentissement d’activité, de thématiques en marge, de retour sur des œuvres plus anciennes que nous n’avons pas chroniquées, le tout au gré de nos lectures estivales …

 

L’équipe souhaite de bonnes vacances à ceux qui en prennent et sera présente tout au long de ces deux long mois pour vous conseiller bd et B.O à lire et écouter au bord de l’eau.

 

Repost 0
bobd
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 15:50

 

 

 

 

LA BD:

 


C'est quoi : LES NAUFRAGES DU METROPOLITAIN 2

 


C'est de qui : Ordas et Berr

 

 

La Couv':

Les Tigres se mouillent  /  Les Naufragés du Métropolitain 2  Vs.  Du Rififi chez les Hommes

Déjà croisés chez nous? Oui sur le tome précédent.

 

 

C’est édité chez ? Grand Angle

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Pas d’honneur entre voleurs ! C’est en partie la phrase qui pourrait définir la conclusion des Naufragés du Métropolitain où la bande ayant fait main basse sur les diamants que la Maison Verne préparait pour la famille du Tsar se dispute le butin.

 

C’est un jeu dangereux de chat et souris qui s’engagent entre les malfaiteurs, la Brigade du Tigre et…la crue ! Car l’eau monte dans Paris et ce n’est pas le moindre des problèmes de notre casting.

 

Ordas confirme la bonne impression du tome 1, paru l’an passé, ajoutant à la reconstitution historique et  au drame social une enquête policière tendue et menée de main de maître plutôt bien servie par le trait classique  de Nathalie Berr.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?  DU RIFIFI CHEZ LES HOMMES

 

 

C'est de Qui ? G. Auric

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? La filmographie de Jules Dassin a deux constantes : des thématiques qui tournent toujours plus ou moins autour du noir et des B.O classes.

 

Evidement, Du Rififi chez les hommes ne déroge pas à cette règle, film de casse autant que film de gangs le scénario est un modèle de film noir. Après un passage remarqué aux States et Outre Manche, le réal maîtrise le genre comme peu de ses contemporains.

 

Au pupitre on retrouve Georges Auric qui, s’il n’est pas coutumier du genre (une petite poignée de films noirs à son palmarès en une quinzaine d’années) n’y a pas moins fait des choses fort intéressantes. Sa formation classique aidant le compositeur est passé maître dans l’art d’écrire des morceaux illustratifs arrangés avec soin, et aux tessitures riches qui, pourtant, remplissent parfaitement leurs rôles.

 

Ici il flirte avec les codes du genre sans en faire des tonnes gardant pour le morceau de choix – le thème principal- des couleurs jazz de l’époque qui n’ont pas pris une ride.

 

Si parfois un brin décalé chronologiquement avec ce tome 2 des Naufragés du Métropolitain, la B.O de Georges Auric, de par son ambiance au suspense imparable, en fait un accompagnement de choix !

 

 

-------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost 0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 14:20

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : FANTASIO SE MARIE

 


C'est de qui : B. Féroumont

 

 

La Couv':

Publication de Bans  /  Fantasio se Marie  Vs.  Some Like It Hot

Déjà croisé chez nous ? Oui

 

 

C'est édité chez qui? Dupuis

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Oui, oui, vous avez bien lu, l’inséparable compagnon de route de notre célèbre groom vient de céder aux appels de Cupidon et va convoler en justes noces avec la fille d’une magnat de la presse féminine des plus revêche.

Sécotine saute sur l’occasion pour venir s’installer en colocation avec Spirou et nos deux nouveaux partenaires se lancent dans leur première enquête, le vol d’une partie d’un collier aussi précieux que mystérieux, tandis que Fantasio découvre les « joies » de la vie en couple !

 

Après une série jeunesse à succès, Le Royaume, Benoit Féroumont a la lourde tâche du nouveau tome de la série « spin off » de Spirou, Le Spirou de… . Avec son style graphique cartoony rond et coloré, ses personnages féminins toujours forts et son sens de la comédie, l’auteur s’en sort plutôt pas mal, en faisant de Sécotine l’alter-égo de Spirou il réussit une féminisation bienvenue de la série,  l’ajout d’une petite pincée de fantastique et de thématiques plus adultes (la Seconde Guerre Mondiale, les rafles, la Colaboration) étant une idée intéressante (même si un brin survolée).

 

 

Sans atteindre le meilleur des Spirou de… ce Fantasio se Marie reste très agrèable à lire et est aussi personnel que fidèle.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

   

C'est Quoi ? SOME LIKE IT HOT

 

 

C'est de Qui ? Adolph Deutsch

 

 

La couv'

 

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter ?   

 

 

Ça donne quoi? : Adolph Deutsch, qui à l’époque du tournage est en fin de carrière et vient d’enchainer peu ou prou  une décennie de comédies, compose pour ce film une de ses B.O les plus légère, pleine de fantaisie et de gaieté, qui  accompagne à merveille le film où travestissement, amour et fantaisie règnent.

 

C'était déjà un vétéran de la musique de film au moment de la sortie, déjà 3 fois récompensé aux oscars, néanmoins, loin de se reposer sur ses lauriers mérités, il écrit une poignée de thèmes qui vont de la franche comédie au jazz très swing et ajoute même une pincée de romantisme classe de ci de là.

 

Si les puristes connaisseurs pourront tiquer sur quelques arrangements un peu anachroniques, le reste de l’auditoire de la B.O de Certains l’aiment chaud se délecteront de cette ambiance lounge et groovy taquine et enjouée qui va comme un gant aux aventures matrimoniales de Fantasio, Spirou et Sécotine.

 

 

 

-------------------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab (avec un coup de pouce de Gen)

Repost 0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 17:02

 

 

 

 

LA BD :

 


C'est quoi : LA PROIE D'HUGO STRANGE

 


C'est de qui : Paul Gulacy & Doug Moench

 

 

La Couv':

Pas si bath, man ! / La Proie d'Hugo Strange  Vs. The Crow

Déjà croisés chez nous ? Gulacy non, mais Moench à plusieurs reprises et notamment ici.

 

 

C’est édité chez ? Urban Comics

 

 

Une planche :

 

 

Ca donne Quoi ? Située dans un passé indéfini qui évoque furieusement les années 80 du Watchmen de Dave Gibbons et Alan Moore, notamment dans l’excellente scène d’ouverture de la première partie (ironiquement signée Ryan Sook et non Paul Gulacy, le dessinateur officiel), la BD nous présente un Batman en début de carrière qui n’a pas encore acquis entièrement la confiance du capitaine Gordon, ne se trouve pas encombré d’un side-kick balourd et se dit qu’il aurait bien besoin d’un véhicule pour lui éviter de rentrer à pied au manoir Wayne à la fin de ses virées nocturnes. Subtilement (enfin… il faut le dire vite) manipulé par l’éminent psychiatre Hugo Strange, au cours d’un débat télévisé, le maire de Gotham décide de créer une unité spéciale de police dédiée à l’arrestation de Batman, à la tête de laquelle il nomme un Gordon bien embêté. L’unité est évidemment assistée par Strange, qui demande un accès total aux dossiers et archives criminelles de la ville, afin de mieux déterminer le profil de Batman… et son identité.

 

Lorgnant ostensiblement du côté des géants - Moore/Gibbons donc, mais aussi Frank Miller - La Proie d’Hugo Strange rate le coche. Vouloir traiter Batman sur un ton adulte, c’est très louable. Mais il ne suffit pas, pour être crédible, de montrer Hugo Strange se confiant à une mannequin de plastique dénudé pour montrer qu'il est instable, quelques punks dégénérés qui s’exclament "C’est la fée Carabosse, en vadrouille pour Halloween !" pour faire méchants, ou les courbes gracieuses de Catwoman en contre-jour pour faire sexy (même si ça aide !). Bourré d’idées géniales dont elle ne parvient pas à tirer la substantifique moelle, la BD n’est qu’une enveloppe vide, un pari raté, où surnagent néanmoins l’amitié naissante entre Batman et Gordon, servis par un dessin soigné qui, malheureusement, va se dégrader au fil des épisodes. You can’t judge a book by the cover ? - You’re God damn right !    

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE CROW

 

 

C'est de Qui ?  Divers artistes

 

 

La couv' 

 

 

Déjà rencontré chez nous ? The Crow, oui... mais pour la musique composée par Graeme Revell

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Moench a peut-être raté l'orchestration de sa rencontre entre le psychiatre psychotique et le plus névrosé des super-héros, sa BD offre néanmoins un bon paquet de poursuites nocturnes et de scènes de castagne influencées par le cinéma hard boiled des années 80-90, mâtinées de glauquitude, qui permettent de faire passer la pilule. 

 

Ergo, pour accompagner la lecture de La Proie d'Hugo Strange quoi de mieux que de remettre dans sa platine (ou sur Youtube... pour les adeptes du nomadisme culturel) la bonne vieille galette de la BO de The Crow ?! Alignant les reprises explosives - Suicide par le Rollins Band, Poison Idea par Pantera, Joy Division par NIN (notre sélection !) - et les contributions savoureuses de The Cure, Violent Femmes, RATM ou encore The Jesus and Mary Chain, cette compil, oscillant entre indus et fusion, électrise les premiers pas du Batman dans le monde de la nuit et fait souffler sur Gotham City une froide vague de nostalgie.  

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Lio

Repost 0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 08:20

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi INSOUMISES

 


C'est de qui : Cosnava & Ruben

 

 

La Couv':

Rebelles, rebelles!  /  Insoumises  Vs.  Sufragettes

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les Editions du Long Bec

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? La BD espagnole est finalement (tout comme sa cousine transalpine) peu représentée chez nous, et, quand on lit Insoumises, on se dit que c’est assez dommage.

 

L’album est le récit, les récits devrais-je écrire puisque il s’agit de trois témoignages, des destins de Caridad, de Fé et d’Espéranza, trois jeunes femmes qui ont choisies d’être maitresses de leurs vies et de leurs choix et qui vont lutter coude à coude aux cotés des hommes durant les affrontements en  Asturie, la Guerre Civile et même –pour l’une d’elle- en France en 39-45.

 

Rejet de l’oppression et de la religion, désir d’émancipation, acceptation de l’homosexualité, les thématiques sont aussi riches que les rebondissements d’un scénario qui fait la part belle à l’action dans un contexte historique intéressant et peu traité en BD Franco-Belge.

 

Le graphisme en bichromie très expressif est dans la droite lignée de ce que font les frères Moon et Ba, ce qui rajoute encore à l’attrait de ce one-shot très réussi.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? SUFRAGETTES

 

 

C'est de Qui ? A. Desplats

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous ? Oui, souvent.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Concordance des époques et des thématiques entre la BD et la B.O puisqu’il est également question de femmes en résistance dans Sufragettes, même si c’est de l’autre côté de l’Europe.

 

Desplats, décidément capable de tout faire ou presque, insiste dans ses compositions sur la tension latente omniprésente dans le film via des arrangements inhabituels, des montées de cordes souvent oppressantes, des accords originaux joués par un piano et des cuivres grondants, le tout à peine contre balancé par une valse mélancolique en ouverture de galette.

 

L’ensemble fait preuve d’autant de maitrise que d’unité et se révèle très intéressant et très approprié pour l’album des deux auteurs espagnols.

 

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags