13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 08:16

 

 

A l'occasion des 80 ans de Prince Valiant ce mois ci, j'ai eu l'occasion de traduire (à la demande de son auteur) un texte célébrant la série de Hal Foster écrit par Brian Kane, l'homme derrière les ré-impressions classes de Prince Valiant chez Fantagraphics, et véritable passionné de l'oeuvre de Foster.

Anniversaire Princier!

 

Le Roman Graphique épique Prince Valiant a 80 ans

Par Brian M. Kane


Traduction française par Fabien Guigue



Avant la télévision, quand la plupart des films étaient en noir et blanc, les Comics du Dimanche étaient une oasis de couleur dans l’ère grisâtre de la Dépression. Des comics strips très populaires dictaient les ventes des journaux au début du vingtième siècle il ne faut donc pas s’étonner si leurs créateurs étaient perçus comme des stars. Le récit épique Prince Valiant à la cour du Roi Arthur par Harold Rudolf “Hal” Foster débuta dans la section des comics en couleur, le 13 février 1937. Avant Prince Valiant, Foster fut à l’origine des strips d’aventures incluant des protagonists adultes en adaptant Tarzan dans un strip journalier en noir et blanc, en 1928, qui fut suivi par le Tarzan en couleur du dimanche, de 1931 à 1937. Confronté à de sévères restrictions financières et créatives en tant qu’artiste employé, Foster concentra ses grandes qualités d’illustrateur sur son propre strip. Cet effort extraordinaire apporta une renommée internationale à Prince Valiant et à son créateur. Aujourd’hui, après 80 ans, « Val » reste l’un des seuls strip d’aventure encore en publication.



Il est difficile d’imaginer l’impact que le Prince Valiant de Foster a eu sur la culture populaire des années 30 et 40. Quand Prince Valiant est apparu, les débuts de Superman dans Action Comics avaient déjà plus d’un an. Enormément des créateurs de comics des deux premières générations doivent beaucoup à Foster. Les jeunes artistes de comics étudiaient la technique de Foster, copiant parfois des cases de ses bandes. Des « traces » de l’art de Foster peuvent être retrouvées dans l’origine de Batman et des comics dessinés par Jack Kirby, co-créateur de la plupart des héros de cinéma d’aujourd’hui, dont Captain America, Les Avengers, les X-Men ou Thor. Plus important encore, Val incarnait un code morale chevaleresque, créant une éthique de conduite dont les standards étaient la vérité, la justice et ce que ça signifiait d’être un héros.



Des oeuvre novatrices comme le Hobbit, L’épée dans le roc et les Chroniques de Narnia n’existaient pas en 1937. Quand le révolutionnaire Le Héros aux Milles Visages de Joseph Campbell fut publié, Prince Valiant avait déjà vécu douze années de son propre périple héroïque. Pourtant, contrairement à Campbell, les aventures de Val contenaient des personnages féminins forts et confiants, attestant de l’influence de l’épouse de Hal Foster sur son écriture. Pour les néophytes, Valiant, petit prince du royaume de Thulé, tombe amoureux et finit par épouser Aleta, reine des Iles Brumeuses. Grace à Hal et Hélène, Aleta devint un modèle pour des millions de femmes obligées de « gérer » l’Amérique durant la Seconde Guerre Mondiale, combattant l’oppresseur grâce à leur esprit, leur charme et leur intelligence ; et, l’on retiendra que, un poignard dissimulé à sa taille, Aleta défaisait les ennemis bien avant la Princesse Leia, Katniss Everdeen, ou la plupart des princesses Disney.



Bien que se déroulant à l’époque du Roi Arthur, le Prince Valiant de Foster était foncièrement actuel. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Val combattait les Huns, ce qui eut pour consequence l’interdiction du strip dans les journaux allemands. En 1943, Val se lia d’amitié avec un garçon à la jambe atrophiée qui ne pouvait pas « jouer au soldat » avec les autres enfants. Néanmoins le garçon fut encouragé à affuter ses capacités afin qu’un jour il puisse devenir fabriquant de flèches pour le Roi Arthur. L’histoire parut l’année où une épidémie de polio frappait l’Amérique, et 16 mois après Pearl Harbor, et fut un véritable appel aux armes à tous ceux qui ne pouvaient pas rejoindre les rangs. Après la Guerre, alors que les troupes américaines rentraient au pays, Val et Aleta naviguaient vers le « Nouveau Monde » et eurent un fils, annonçant le Baby Boom. Ainsi, alors que la démographie des années 50 changeait, les couples multiraciaux dans Prince Valiant se mariaient et avaient des enfants, tout comme dans la sitcom populaire « I Love Lucy ».



Le Prince Valiant de Foster n’est pas qu’un strip d’aventure, de romance ou d’humour ; bien que parsemé de tout ces éléments, Prince Valiant est un roman graphique sur la vie, où les gens tombent amoureux, où des batailles sont livrées, où des enfants naissent et grandissent, des coeurs y sont brisés, des amis disparaissent au front et où même des protagonists défigurés ou handicapés, jeunes ou vieux, hommes et femmes, ont une place et un but dans le monde que Foster a façonné. Alors que certains pourraient penser que Prince Valiant est archaïque au regard des standards d’aujourd’hui, peut être que le vigoureux message « La Force au service des Bonnes Actions » est simplement en avance sur son temps. Vive Val !

+++

Brian M. Kane, Ph.D. est l’auteur de la biographie Hal Foster: Prince of Illustrators, qui lui a valu un prix IPPY et est l’éditeur de la réimpression chez Fantagraphics de la série Prince Valiant.

 

Anniversaire Princier!
Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 10:39

 

 

 

LA BD:

 

C'est quoi : THORGAL. LE FEU ECARLATE

 

 

C'est de qui ? Grzegorz Rosinski et Xavier Dorison

 

 

La Couv':

 

Souffler le chaud et le froid  /  Thorgal 35  Vs.  Le Dragon du lac de feu

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour les 2

 

 

Une planche

 

Souffler le chaud et le froid  /  Thorgal 35  Vs.  Le Dragon du lac de feu

 

Ca donne Quoi ? Les adeptes de la secte des magiciens rouges vénèrent Aniel, le fils de Thorgal et Kriss de Valnor, comme la réincarnation de leur prophète Kahaniel. Face à un tel fanatisme, que pourra Thorgal pour sauver son fils?

 

Le dernier album de la série devrait être le n°36 qui sera aussi le dernier et 8e de la série parallèle Louve et également le dernier et 9e de l'autre série parallèle Kriss de Valnor. Autant dire que nous risquons d'attendre quelque temps cette conclusion puisque les scénaristes doivent communiquer pour cette apothéose finale… enfin peut-être finale puisque le graphique en fin d'album montre une flèche après le 36e?

 

Concernant ce tome n°35, je peux dire qu'il y a beaucoup de batailles, de massacres, de révélations en tous genres pour les uns et les autres… et que personne ne sortira totalement indemne de cette folie.

 

Côté dessins, tout l'art de Rosinski est présent dans cet album où la couleur dominante est le rouge qui va des les yeux d'Aniel à l'eau qui brûle comme dans l'image ci-dessous.

 

Souffler le chaud et le froid  /  Thorgal 35  Vs.  Le Dragon du lac de feu

 

Je suis les aventures de Thorgal depuis l'origine de la série il y a 36 ans. Plus il vieillit et moins il est un héros, mais plus il est humain… et c'est pour cela que je suivrai fidèlement son histoire jusqu'au bout.

 

-----

 

L’avis de Fab : Si je suis également Thorgal depuis presque 30 ans, je suis moins enthousiaste sur l’évolution de la série ces dernières années.

 

Si l’on pouvait espérer un sursaut d’intérêt avec l’arrivée de Dorison, force est de reconnaître que le scénariste est face à un cahier des charges probablement trop lourd pour pouvoir vraiment s’exprimer et l’intrigue de ce nouvel opus ronronne dans la lignée des précédents.

 

Coté graphismes si j’avais plutôt bien apprécié les précédents, en peinture/couleur directe, j’ai été plus que rebuté par celui-ci, plein d’approximations ne serait ce qu’au niveau des visages. Rosinsky a été hospitalisé durant la création de l’album mais à continué à bosser dessus. Il aurait peut être mieux valu reporter la sortie de ce 35° tome afin de soigner un peu plus une partie graphique hésitante.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE DRAGON DU LAC DE FEU

 

 

C'est de Qui Alex North

 

 

La couv'

 

Souffler le chaud et le froid  /  Thorgal 35  Vs.  Le Dragon du lac de feu

 

Déjà entendu chez nous?  Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Une BO très angoissante à base de cordes grinçantes, de cuivres hallucinés et des percussions en une alternance de morceaux relativement doux et calmes et d'autres particulièrement violents et sonores.

Voilà une BO bien en dehors des normes disneyennes, mais le film l'est également avec son scénario sombre et cynique et ses personnages ambivalents! Musique et film étaient tellement différents qu'il y a eu de nombreuses nominations (Oscars, académie des films de SF et fantastique, prix Hugo), mais pas de prix, pour l'ensemble .

 

Personnellement, j'ai retrouvé dans cette partition l'influence des grands ballets de Stravinski (entre autres le sacre du printemps) et de quelques autres compositeurs russes (dont Prokofiev). Mais c'est peut-être bien normal puisqu'Alex North a étudié deux ans au conservatoire de Moscou vers 1934 et que ses parents étaient émigrés russes.

 

Un lac de feu pour accompagner une source en flammes, quoi de mieux?

 

 

 

-------------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 17:55

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LE REGNE

 


C'est de qui : Runberg & Boiscommun

 

 

La Couv' :

 

Post Animalerie /  Le Règne  Vs.  Primordial

 

Déjà lus chez B.O BD? Oui pour les deux.

 

 

Une planche:

Post Animalerie /  Le Règne  Vs.  Primordial

 

Ca donne Quoi ? Dans un univers post apocalyptique, des nuées d’animaux dotés de conscience et de parole émigrent vers un refuge sensé les protéger d’une catastrophe provoquée par des humains. Leur périple va être parsemé d’embûches, d’attaques sanglantes de bandits en fléaux naturels, heureusement pour eux, un trio de puissants mercenaires va leur proposer ses services.

 

Depuis les débuts de B.O BD, voici un peu plus de cinq ans, on a suivi Sylvain Runberg de près ou de loin et avons rarement été déçu de ses réalisations, dans quelque genre que ce soit (et dieu sait que l’auteur sait diversifier ses choix), il y a donc un début à tout et le Règne est le premier faux pas me concernant de mes lectures de 2017.

 

Si très rythmé et ficelé avec métier, l’album souffre à mon sens du manque de background (évidemment voulu par le scénariste), de ce bond tête première direct dans l’action et les combats qui sont les maîtres mots de cet album.

 

Le scénariste a une autre constante, il choisit en général fort bien les artistes qui illustrent ses histoires, ici il ne pouvait pas mieux tomber qu’avec Olivier Boiscommun au trait toujours aussi fin et soigné, et aux couleurs impeccables. Depuis Le Livre de Jack j’ai toujours été charmé par son style graphique que je retrouve sur cet univers métissé.

 

Après ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, le Règne premier du nom n’est pas un mauvais album, loin de là, c’est juste que j’ai plongé dedans sans savoir où je mettais les pieds et ait été pris de court. On laissera au second tome la possibilité de dissiper cette mauvaise impression.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?  PRIMORDIAL

 

 

C'est de Qui ? Palowolf

 

 

La couv'

 

Post Animalerie /  Le Règne  Vs.  Primordial

 

Déjà entendu par ici? Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Et pourtant, coté musique, j’avais mis les chances de mon coté avec l’album Primordial, qui porte bien son nom, du projet Paleowolf (oui, là par contre je vous l’accorde, le nom est moisi).

 

Concept d’un seul homme orchestre (hum !), venu des lointaines et finalement peu connues contrées Serbes (non, non vous non plus vous n’êtes pas des spécialistes de la Serbie, vous me la faîtes pas à moi), la musique de Palowolf repose sur des atmosphères ancestrales, mélange de Dark Ambiant et de folklore imaginaire – on est censé entendre les premières musiques humaines).

 

Outre des sons animaliers mystiques, les percussions sont l’élément dominant d’un album au minimalisme affiché  et à la menace sourde.

 

Souvent en décalage  avec l’action quasi ininterrompue du premier tome du Règne cette « B.O » s’est révélée du coup assez salvatrice pour sa lecture.

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 12:56

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : BARBARIAN LORD

 

 

C'est de qui ? Matt Smith

 

 

La Couv':

 

Conan sort de ce corps!  /  Barbarian Lord  Vs.  Ragnarok

 

Déjà croisé chez nous? Non

 

 

 

Une planche:

 

Conan sort de ce corps!  /  Barbarian Lord  Vs.  Ragnarok

 

Ca donne Quoi ? Barbarian Lord, un guerrier taciturne ( et poète !) avec qui faut pas trop deconner, se voit spolié de ses terres par les manigances de l'infâme  Skullmaster et de sa sorcière. Forcé à l'exil, c'est après maints périls et combats titanesques contre serpents de mer géants et autres trolls de glace qu'il viendra réclamer, par le fer et le sang, ce qui lui a été volé.


Avec la reprise de Vikings, qui décidément tient ses promesses et même un peu plus, j'ai finalement sauté le pas de la lecture de ce one short de Matt Smith autour duquel je tournais depuis des mois.


Si de viking on peut parler, notre Barbarian Lord tient cependant moins de Thorgal que de Conan, dont Smith remercie l'auteur et adresse même un clin d'œil au film de Milius en singeant la scène de la discussion sur les dieux.


Ce n'est pas la seule référence à la culture populaire que l'on retrouvera dans cette aventure de Fantasy puisque de Beowulf à Hellboy en passant par...Iron Maiden (!!) Smith a mis dans Barbarian Lord tout son amour du genre. 


Si l'ensemble fait plus pastiche réussi qu'autre chose, il reste néanmoins une lecture agréable grave entre autre au trait anguleux expressif de l'auteur.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? RAGNAROK

 

 

C'est de Qui ? Wadruna

 

 

La couv' 

 

Conan sort de ce corps!  /  Barbarian Lord  Vs.  Ragnarok

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ?  Outre leur discographie perso, composée des deux premiers volets de la trilogie que conclue ce Ragnarok, Wadruna a pas mal participé aux B.O de la série Vikings (ah encore ?!) ce qui leur a permis clairement d’éclater au grand jour, de sortir d’un cercle probablement fort restreint d’amateur d’expérimentations folkloriques nordiques.

 

De là à dire que Einar Selvik a orienté les compositions de ce troisième opus dans l’esprit des morceaux qui ont été utilisée pour la série il y a un pas que je ne m’aventurerais pas à franchir, par respect pour la démarche hautement conceptuelle voire jusqu’au-boutiste de l’artiste et de son combo.

 

Reste que les pistes de Ragnarok sont souvent plus accessibles que sur les précédent opus, plus de chants et de plages atmosphériques même si Wadruna nous a réservé une poignée de thèmes heavy, très riches en percussions et en chants scandés par des voix lyriques.

 

De la « B.O » variée, originale et de qualité qui fait du bien à un comics finalement assez classique malgré ses qualités.

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 12:09

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi : GOBLIN’S 10

 

 

C'est de qui ? Tristan Roulot (Scénario) – Corentin Martinage (dessins) – Esteban (couleurs)

 

 

La Couv'

 

Jeunesse Fantasy (ste)  /  Goblin's 10  Vs.  L'Attaque des tomates tueuses

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

Jeunesse Fantasy (ste)  /  Goblin's 10  Vs.  L'Attaque des tomates tueuses

 

Ca donne Quoi ? Les goblins vont vivre une grande aventure au lieu de gags en une page ou 3-4 pages. Si la dernière ne m'avait pas convaincue, celle-ci est plutôt réjouissante comme parodie d'héroic-fantasy avec inversion des poncifs du genre.

 

Le lecteur y retrouvera les personnages emblématiques de la série : le chef, le chaman, l'élu (le goblin aux cheveux blonds), l'inventeur, le pépé, goblin des bois… Mais, oh surprise!, l'élu parle enfin et il entraine la tribu dans une guerre de conquêtes.

 

Tristan Roulot s'est sûrement bien amusé en écrivant cette conquête inédite où les goblins ne sont plus de la chair à canon parce qu'ils vont vaincre tous les obstacles… Corentin Martinage avec l'assistance d'Esteban a dû aimer massacrer des nains et des elfes : pour une fois qu'il avait ce choix…

 

Au total, cela donne une grosse tranche de rigolade à ne surtout pas offrir aux zélateurs de Tolkien ou aux rôlistes abonnés aux rôles d'elfes ou de preux chevaliers ou de nains…

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? L’ATTAQUE DES TOMATES TUEUSES

 

 

C'est de Qui John de Bello – arrangement de Gordon Goodwin

 

 

La couv'

 

Jeunesse Fantasy (ste)  /  Goblin's 10  Vs.  L'Attaque des tomates tueuses

 

 

Déjà entendu chez nous?  non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Une musique guillerette et sautillante (qui accompagnait une chanson en générique de début du film) parfaite pour accompagner les sauts de ces improbables tomates tueuses. D'après ce que j'ai pu trouver sur le film, John de Bello, réalisateur du film, a écrit la chanson thème et Gordon Goodwin en a fait l'arrangement musical.

 

Gordon Goodwin est connu comme instrumentiste, compositeur et arrangeur dans le jazz. Mais il a aussi composé quelques bandes originales de films. Il a son propre big band : Big Phat Band.

 

-------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags