20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 09:42

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : ELFQUEST 2. LA QUETE 

 

 

C'est de qui ? W. & R. Pini

 

 

La Couv':

 

La Quête sans fin  /  Elfquest 2  Vs.  The Valley of Gwangi

 

 

Déjà croisés chez nous? Oui, sur le tome précédent.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Snorgleux Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

La Quête sans fin  /  Elfquest 2  Vs.  The Valley of Gwangi

 

Ca donne Quoi ? Le peuple elfe chassé par l’incendie de leur forêt par les hommes s’est peu à peu acclimaté à la vie chez leurs cousins du Village du Bout de la Peine, Cutter a même enfin déclaré son amour à Leetah et deux bambins sont nés de leur union.

 

Mais quand des hommes se présentent, à demi morts, à l’orée de leur refuge, notre héros prend conscience qu’ils ne sont pas encore débarrassés de la menace et décide de quitter son havre de paix et sa petite famille afin de rechercher d’autres elfes.

 

Accompagné de son ami Skywise et de leurs loups, les deux héros vont avoir maille à partir avec des trolls et rencontrer d’autres humains, bien moins hostiles ceux là, avant de trouver enfin une piste qui semble concluante.

 

A peine quelques mois après un tome 1 enthousiasmant, les éditions Snorgleux proposent la suite -toujours aussi soignée- de l’épopée du couple Pini.

 

Si l’influence de Tolkien est parfois flagrante, Elfquest respire l’authenticité et, 30 ans après sa création, reste prenante avec son ambiance délicieusement surannée, ses qualités d’écritures manifestes, ses protagonistes travaillés et d’amusantes trouvailles narratives (mention spéciale à la séance avec l’alcool de baies).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE VALLEY OF GWANGI

 

 

C'est de Qui ? J. Moross

 

 

La couv'

 

 

La Quête sans fin  /  Elfquest 2  Vs.  The Valley of Gwangi

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on avait choisi de la fantasy pure pour la chronique musicale du premier volet de cette nouvelle intégrale, il s’est avéré que e score d’aventure de 1969 était très adapté aussi à la série.

Moross, malgré un talent certain (on lui doit par exemple la très recherchée musique du western The Big Country) n’aura eu de cesse de tenter de s’imposer aux studios hollywoodiens, parfois stupidement frileux.

 

A l’écoute de l’un de ses derniers travaux (la B.O du jour donc !) on ne peut qu’apprécier le travail symphonique fourni pour ce qui reste une série B destinée plutôt à la jeunesse et assez surréaliste coté scénar.

 

Les compositions pleines d’allant et de vie se succèdent et l’on sent la pluralité dont Moross a du faire preuve tout au long de sa carrière sur l’emploi des cuivres, bien rehaussés de percussions aériennes et bien placées.

 

La prod attendait de la musique SF basique et aura eu un score riche et varié qui, n’en doutons pas, aura eu autant d’impact sur l’éventuelle réussite du long métrage que les effets spéciaux du grand ray Harryhausen.

 

En tout cas c’est old school juste ce qu’il faut pour écouter avec Elfquest !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 08:27

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : BROCELIANDE FORET DU PETIT PEUPLE 1

 

 

C'est de qui ? Peru, Benoit et Jacquemoire

 

 

La Couv':

 

Contes et Légendes revisités  /  Broceliande  Vs. The Banner Saga 2

 

Déjà croisés chez nous? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

 

Une planche:

 

Contes et Légendes revisités  /  Broceliande  Vs. The Banner Saga 2

 

Ca donne Quoi ? Nouveau projet pour l’infatigable Péru dans la collection Soleil Celtic avec une série concept qui s’intéresse à des lieux emblématiques de la forêt de Brocéliande et dont La Fontaine de Barenton est le premier tome sur 7 prévus.

 

C’est rien moins que Merlin (l’enchanteur !) qui tient le premier rôle et Péru nous conte –sa version de – sa rencontre avec Viviane, future Dame du Lac.

Alors que notre sorcier est tombé sous le charme de la belle jeune femme et lui dévoile certains des secrets du monde de la magie, trois chasseurs tentent de s’emparer de lui, bluffé par son pouvoir de polymorphe.

Mais c’est compter sans l’intervention du petit peuple de la forêt.

 

Retour aux sources de l’origine de l’un des personnages les plus emblématiques de la mythologie arthurienne dans ce premier volet, avec un Merlin fantasque et amoureux qui a construit un palais sous les eaux et qui y emmène l’élue de son cœur.

Le coté humoristique un peu sombre lié aux korrigans et aux brigands (sans parler du clins d’œil bienvenus à un classique de l’humour décalé) amène une touche originale dans un album aux graphismes bien adaptés au genre (si l’on excepte quelques visages sur des plans éloignés qui font trop mangas à mon goût) et bien rehaussés par les couleurs d’Elodie Jacquemoire, moins lambda que les habituels Digikore.

 

Une série qui devrait plaire aux amateurs de fantasy à la Péru comme  aux fans de contes et légendes made in Soleil.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE BANNER SAGA 2

 

 

C'est de Qui ? A. Wintory

 

 

La couv'

 

Contes et Légendes revisités  /  Broceliande  Vs. The Banner Saga 2

 

Déjà entendu chez nous? Oui, sur le premier volet.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Faisant suite au beau succès (mérité) de The Banner Saga première du nom, le second volet de ce jeu de combats tactiques multi plateformes à la narration originale et au dessin « fait main » superbe, Austin WIntory reprend les ingrédients qui avaient fait le succès de sa recette.

 

Via des instruments plus ou moins roots et une ambiance viking prononcée, les cuivres et les percussions ouvrent le bal d’une grosse vingtaine de pistes où, face aux pièces épiques ou martiales, les chants nordiques notamment interprétés par le groupe islandais Árstíðir apportent une touche d’authenticité amusante.

 

Alors certes écouter the Banner Saga 2 en lisant ce premier Broceliande est parfois un rien too much mais l’ensemble reste très agréable.

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 06:40

 

 

 

Avec cette chronique, Gen lance une nouvelle rubrique sur B.O BD qui aborde un problème récurrent et Ô combien abhorré des amateurs: Les séries inachevées!

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : HARKANGES

 

 

C'est de qui ? Froideval – Guinebaud (tome 1) – Angleraud (tome 2)- Marzo

 

 

La Couv':

 

À quand la suite? : Harkhanges Vs. Engelskonzert

 

Déjà croisé sur le site? oui

 

 

Une planche:

 

À quand la suite? : Harkhanges Vs. Engelskonzert

 

Ca donne Quoi ? Sur Panta Khlea, un monde où coexistent 12 écoles de magie dont chacune est sous la protection d'un Harkhange, le vieil empereur a régné 1000 ans. Il est au bout de sa vie et a convoqué les 12 écoles pour désigner son successeur en présence des 12 Harkhanges, immenses créatures ailées. Mais il meurt avant d'avoir nommé son successeur. Les ispismes, maîtres des écoles, tentent de s'asseoir sur le trône l'un après l'autre et disparaissent dans une gerbe de feu. Puis d'autres subissent le même sort jusqu'à ce que tous s'éloignent de ce lieu maudit.

 

Des siècles plus tard, les 12 écoles doivent envoyer leur meilleur élève pour participer à la quête de la parole perdue. Certaines jouent le jeu en envoyant le meilleur élève mais d'autres trichent en envoyant le dernier de promotion. Mais aucun élève n'est jamais revenu donc pourquoi sacrifier les meilleurs?

 

Une créature gigantesque (un anti-Harkhange ou un Harkhange dévoyé) envoie ses créatures, des enthropes, pour détruire les quêteurs. Mais 5 d'entre eux survivent : Limmud le mage blanc, Nepharianne la mage tantrique, Endora la mage de la narute, Ashtarien le devin et Asbeth le mage noir accompagné de son démon familier Boulgour. Asbeth a pour consigne de son école de liquider les autres quêteurs et un sort de contrôle des enthropes lui est donné pour cela. Mais il en crée un trop gros pour lui et a besoin du groupe pour le détruire… avec l'aide surprise d'un 6e quêteur : Richard, mage de guerre.

 

Mais entre les enthropes envoyés les détruire et ceux créés par Asbeth, la tâche va être périlleuse.

 

À quand la suite? : Harkhanges Vs. Engelskonzert

 

Et voilà, ... nous attendons la suite depuis 2005.

 

Le 3e tome avait été annoncé en 2012, puis 2013… mais il n'est jamais sorti. Pourtant une couverture avait été faite pour un album chez Glénat

 

Je ne crois pas que ce soit à cause d'un manque d'intérêt des lecteurs. Froideval semble se désintéresser de la plupart des séries pour lesquelles il a fait des scénarios depuis cette période à part Les chroniques de la Lune Noire. Dommage pour nous, lecteurs de ses séries. Est-il retourné à ses premières amours : jeux de rôles et/ou jeux de plateau? Ou est-ce une autre raison qui lui a fait abandonner cette série? Mystère dont nous n'aurons sans doute jamais la clé.

 

Pourtant les graphismes de Guinebaud et Angleraud sont bons : Harkhanges impressionnants, enthropes horribles, jeunes magicien(ne)s plutôt sympathiques et expressifs, avec des découpages de pages parfois un peu difficiles à lire mais toujours parfaitement construits (et une influence de Ledroit?). Raison de plus pour regretter l'arrêt de cette série.

 

M'sieur Froideval, s'il vous plait, donnez-nous au moins un aperçu de la fin que vous envisagiez…

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? ENGELSKONZERT 

 

 

C'est de Qui Paul Hindemith

 

 

La couv'

 

À quand la suite? : Harkhanges Vs. Engelskonzert

 

Déjà entendu chez nous?  non.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? C'est la 1e partie de la symphonie Mathis der Maler, inspirée du prologue de l'opéra du même nom. Opéra évoquant le peintre du retable d'Issenheim connu en français sous le nom de Matthias Grünewald. La symphonie est divisée en 3 parties correspondant chacune à un des volets du retable : concert d'anges, mise au tombeau, tentation de Saint Antoine. Si vous en avez l'occasion, allez voir ce retable à Colmar, au musée Unterlinden.

 

Hindemith n'est pas toujours un compositeur facile à écouter, mais il a composé une pièce douce et agréable avec ce concert d'anges. Après tout, c'est une annonciation qui est le sujet du panneau donc la douceur est de mise. Il y a quand même quelques accords un peu grinçants et des cuivres éclatants, mais ce morceau a un côté aérien qui convient parfaitement au sujet abordé.

 

De quoi adoucir les combats des albums…

 

 

 

---------------------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 06:29

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : THE GODDAMNED

 


C'est de qui : Aaron & Guéra

 

 

La Couv' :

 

Après lui le déluge  /  The Goddamned  Vs.  The Legend of Hercules

 

Déjà lus chez nous? Oui

 

 

C’est édité par qui ? Urban Comics

 

 

Une planche:

 

Après lui le déluge  /  The Goddamned  Vs.  The Legend of Hercules

 

Ca donne Quoi ? Si, en athée convaincu, je ne lai lu qu’assez tard (à l’adolescence et en pleine « connaissance de cause »), j’ai toujours dit que l’Ancien Testament, était le premier récit de Fantasy de la littérature.

 

Un bouquin plein de violence et de sang, de récits de sacrifices, de châtiments et autres vengeances sans omettre scènes de batailles et autres destruction massive.

 

Le duo derrière l’excellent Scalped, dont j’ai dit à l’époque tout le bien que j’en pensais, ne s’y est pas trompé en choisissant pour héros Caïn, assassin de son frère et par la même premier meurtrier de l’histoire, condamné par Dieu à ne jamais mourir afin d’expier son crime.

 

Dans le premier tome de The Goddamned, ils en font un personnage sanguinaire, désireux de mettre fin à sa malédiction quitte à ce que ce soit de la pire manière qu’il soit. Il va faire la connaissance de Noé, patriarche barbare brutal à la tête d’une armée de guerriers plus ou moins dégénérés et le choc entre les deux figures bibliques va être retentissant.

 

Dans un déferlement de violence scénaristique et graphique, porté par un dessin racé parfois très chargé, gore à souhait mais épousant parfaitement le propos (Guéra s’impose ici comme un héritier trash de Barry Windsor Smith), The Goddamned est une relecture jouissive d’un texte antédiluvien (c’est le cas de le dire !)

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est quoi : THE LEGEND OF HERCULES

 


C'est de qui : T. Kantelinen

 

 

La Couv':

 

Après lui le déluge  /  The Goddamned  Vs.  The Legend of Hercules

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Existe-t-il un genre « épique commercial » que les séides du peu fameux Remote Control auraient inventé puis popularisé ?

 

Tuomas Kantelinen ne fait pas partie de l’écurie de Zimmer et a même à son actif, outre une poignée de boulots divers pour le grand écran, des œuvres classiques, opéra, musique de chambre et j’en passe.

 

Pourtant, à l’écoute de son score pour cette énième version des exploits du héros antique, navet annoncé qui ferait même pâle figure à coté d’un épisode de la série TV Spartacus,  on pourrait croire le contraire.

 

Thèmes rentre dedans à base de cuivres pompiers, de percussions métronomiques et autres  mélodies entendues cent fois, chœurs survoltés omniprésents…heureusement que le compositeur finlandais connait un peu l’harmonie et les arrangements classique qui lui permettent d’insuffler un brin d’originalité à une partition autrement un rien cheap mais d’une efficacité redoutable qui ne dépareille pas avec cette version gore des premiers récits bibliques !

 

 

 

--------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 11:51

 

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi : STRAVAGANZA 5

 

 

C'est de qui ? A. Tomi

 

 

La Couv':

 

A Boire et A Manga  /  Stravaganza 5  Vs.  Arthur Roi des Celtes

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité par ? Casterman.

 

 

Une planche:

 

A Boire et A Manga  /  Stravaganza 5  Vs.  Arthur Roi des Celtes

 

Ca donne Quoi ? Viviane a découvert les abominations responsables de l’empoisonnement des contrées voisines, avec une armée ennemie en marche vers une conquête totale, notre jeune héroïne décide de tenter de rallier les peuples libres afin de contrer cet effrayant adversaire.

 

Elle va devoir composer avec les égos de chacun et autres conflits d’intérêts. Arrivée à ses fins, une fois sur le champ de bataille, elle réalise la stupidité et l’horreur de l’affrontement.

 

Tomi passe à la vitesse supérieure avec ce cinquième volet qui prend une ampleur certaine que ce soit avec l’arrivée de nouveaux belligérants (les Albes pour les Elfes, les Kenwas –très typés mangas old-school) qui donnent lieu à de jolies scènes de stratégie où, sur toute la fin du volume, les séquences de batailles contre Orghs et Lézards, dantesques et sanglantes.

 

Du coup, les scènes à l’ambiance humoristique sont plus rares et celles de nudité tombent un brin comme un cheveu sur la soupe ; néanmoins Stravaganza reste clairement dans sa lignée de Fantasy décalée et bien écrite et reste plaisante à suivre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 


C'est quoi ? ARTHUR ROI DES CELTES.

 


C'est de qui ?  P. Lewis

 

 

La Couv' :

 

A Boire et A Manga  /  Stravaganza 5  Vs.  Arthur Roi des Celtes

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Rude tâche pour Paul Lewis que de fournir une B.O pour une série dont le thème principal n’est dû rien moins qu’à Elmer Bernstein.

 

Pourtant le compositeur britannique, qui collaborera ensuite avec les Monty Pythons, ne démérite pas, il privilégie l’utilisation d’instruments traditionnels sur des thématiques très inspirées de la musique médiévale.

 

Ses compositions sont rythmiques, simples et efficaces, elles restent des plus agréable en comparaison de la surenchère d’aujourd’hui et apportent une belle touche de réalisme à cette série qui elle, par contre, a du mal a passer l’épreuve du temps.

 

Avec l’aspect plus classique que prend le récit de ce cinquième volet de Stravaganza c’est très indiqué !

 

 

 

----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags