22 juin 2022 3 22 /06 /juin /2022 14:19

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LASTMAN 3 & 4

 

 

C'est de qui ? Balak, Sanlaville et Vivès

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur le reste de la série.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Trahie par Richard, Marianne a enfourché sa moto, pris son fils prodige sous le bras et exit la Vallée des Rois, elle compte bien récupérer la Coupe des Rois avec laquelle le beau brun s’est fait la malle.

 

Le changement de décor va faire tout drôle à nos deux héros ingénus vu que les voilà plongés dans les vicissitudes de Paxtown mégapole à la pointe du progrès où les ennuis ne vont pas tarder à leur tomber dessus.

 

Point commun d’ailleurs avec Richard qui retrouve de vieilles connaissances qui, ô surprise ont aussi des comptes à régler avec lui ! Milo Zotis, Tomie Katana, H, Diamonds et, last but not least, Cristo Canyon !

 

Le voilà obligé de participer à un tournoi de combat auquel Marianne et Adrian s’inscrivent également !

 

 

 

Outre donc un background fort différent des deux premiers tomes mais tout aussi bien exploité, ces volumes 3 et 4 de Lastman nous proposent toute une galerie de nouveaux personnages, et pas des moindres, alors que le scénario prend de l’ampleur et commence à dévoiler des pistes multiples.

 

 

Avec une saison 2 de l’anime qui devrait arriver bientôt (je ne saurais trop vous conseiller de visionner la saison 1 si ce n’est pas déjà fait afin d’avoir des infos sur les protagonistes qui apparaissent dans la série bd d’ailleurs) et cette réédition de l’un des meilleurs manga français (voire international, et ce n’est pas -que- moi qui le dit) gageons que Lastman va conquérir un nouveau public et que ce ne sera que mérité !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DES FRIANDISES POUR TA BOUCHE

 

 

C'est de qui ? DJ Mehdi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Prodige des platines et producteur de talent, DJ Mehdi, après avoir collaboré avec le who’s who du rap français entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, s’associe avec le collectif Kourtrajmé pour réaliser cet album concept où le musicien pioche à droite à gauche dans ses influences multiples et variées.

 

Il accouche d’une galette quasi exclusivement instrumentale qu’accompagne un court métrage plus ou moins expérimental inspiré par les errances musicales de DJ Mehdi.

 

La variété et la richesse aussi bien musicale que rythmique de Des friandises pour ta bouche (ce titre !) font un contrepoint sonore décalé à ce changement d’ambiance de Lastman et ses nouvelles directions enthousiasmantes.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 14:53

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE FLEUVE SHINANO

 

 

C'est de qui ? Kamimura & Okazaki

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour Kamimura.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans le Japon des années 30, dans la région du fleuve Shinano, Yukie, une jeune fille dont la mère est partie et à laquelle le père ne  s’intéresse guère, va connaître son premier amour et laisser sa sexualité débordante mener son existence, cédant à ses désirs quitte à bafouer les tabous de la société de l’époque et briser la vie de ses compagnons successifs, qu’ils soient professeur, medecin ou encore artiste peintre.

 

Présenté ainsi le scénario du Fleuve Shinano peut laisser penser à une tragédie dramatico-romantique…et c’est ce que c’est.

Mais faite avec ambition, doublé d’une réflexion sur la société de l’époque et, last but not least d’une jolie pointe d’érotisme aussi suggestive que surannée.

 

 

 

L’ensemble est raconté avec une telle poésie lyrique dans le style graphique et la composition des planches, que cette sorte de Madame Bovary nippone se laisse lire avec surprise voire délectation, et laisse un goût doux amer, assez rare en BD finalement, qui donne envie d’explorer le reste de l’œuvre de Kamimura, qu’il soit seul ou accompagné d’un scénariste.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE STAIRCASE

 

 

C'est de qui ? J. Pook

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendue chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Après avoir découvert Jocelyn Pook via sa B.O pour le Eyes Wide Shut de Kubrick, je me suis intéressé à la carrière de cette violoniste et compositrice qui, entre collaborations marquantes dans le monde de la pop (Massive Attack, Peter Gabriel…) et scores pour des réals prestigieux (Anderson, Scorcese, Kubrick) mais aussi une poignée de français.

 

 

C’est le cas de The Staircase, docu sur le procès de l’écrivain Michael Peterson, accusé du meurtre de son épouse.

 

Si, une fois n’est pas coutume (encore que !) le sujet du film pour lequel la B.O a été écrite est fort éloigné de celui de la BD, la mélancolie que Pook tire de ses cordes, avec ses thèmes lancinants joués en cœur par les violons et les violoncelles est très en phase avec la tristesse générale du Fleuve Shinano.

 

Alors que, souvent,  les cordes, quasi seul corps d’instrument employé ici, se répondent dans les aigus pour les violons et les graves pour les violoncelles (on penses sur certains morceaux aux phrasés du célèbre Masked Ball du précité Eyes Wide Shut), sur quelques pistes, un piano solo s’invite, amenant avec lui un peu de quiétude d’une tristesse parfois poignante.

 

Un magnifique contre point à la beauté du manga de Kamimura.

 

 

 

 

---------------

Repost0
6 avril 2022 3 06 /04 /avril /2022 08:51

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? FUNERAILLES 7

 

 

C'est de qui ? F. Maudoux

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Rem est en guerre et Scipio et ses compagnons de route ont fort à faire, ile envisagent même de modifier la légende/prophétie des jumeaux destructeurs, c’est dire !

 

De son coté Prétorius, grâce à ses pouvoirs de guérison façon jésus, s’est retrouvé embrigadé par des illuminés machiavéliques qui le font passer pour un messie tout en le gardant solidement enchainé, entouré de jeunes vierges dont il est supposé pouvoir disposer à son envie, mais celui que l’on nomme dorénavant Funérailles a d’autres projets en vue !

 

 

Spin off ultra référencé à l’univers diablement maîtrisé, Funérailles, avec ce nouveau tome - et un nouvel éditeur – se révèle dorénavant une lecture relativement exigeante, et je défie les lecteurs de ce I Have Many Names de ne pas être au moins un peu déstabilisés s’ils n’ont pas relu d’abord les précédents.

 

En effet nos héros ont connu deux destinées différentes et on les retrouve après une ellipse temporelle, dans des rôles assez déroutants, surtout pour Prétorius et son harem de vierges aussi désirables que mortelles (et un brin de fan service au passage mais assez décalé pour ne pas faire tiquer), et malgré (ou à cause ?) des flash backs explicatifs, j’ai trouvé la lecture de ce nouveau volet moins fluide même si le plaisir de retrouver l’univers de Funérailles , toujours dessiné avec maestria et force détails, est toujours là (mention spéciale au dessin animé façon Chevaliers du Zodiaque qui rend hommage à l’une des influences majeures du titre).

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE BATMAN

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Giacchino a un parcours riche dans le monde de la B.O puisqu’il a fait ses armes sur une poignée de franchises vidéo ludiques, Medal Of Honor en tête (les gamers de la première playstation savent de quoi je parle !).

 

C’est par l’intermédiaire de J.J. Abrams qu’il passera au petit puis au grand écran pour là aussi rapidement gravir les échelons et se payer une autre poignée de franchises (dont un peu de Marvel).

 

Il succède à du beau monde (Elfman, Goldenthal=) et du moins beau (Zimmer) pour donner un son à ce nouveau Batman et réussit à marquer le film de sa patte.

 

L’inspiration est vaste puisqu’on oscille entre Schubert, dont l’Ave Maria est entendu à une paire de reprises dans le film et que Giacchino réutilise pour certains de ses thèmes et…Nirvana, le Something in the way de la bande annonce étant bel et bien présent dans le film et le score reprenant les notes du morceau pour le thème de l’homme chauve-souris.

 

A plus d’un titre la musique de The Batman évoque plus le film d’épouvante ou le thriller glauque avec ses violons lancinants et son piano solo inquiétant,  que le film de super -héros et ce n’est pas un mal, même si Giacchino sait apporter une dimension épico- rentre dedans sur une grosse poignée de scènes d’action et de baston, à grand renforts de cuivres lourds et rythmiques marteau piqueur.

 

Un peu épuisante sur la longueur (presque 2 heures pour un film qui en fait 3 mais aurait amplement mérité d’être raccourci à mon avis), la partition de The Batman recèle quelques bonnes pistes bien sombres qui vont plutôt bien avec ce nouveau cycle de Funérailles.

 

 

 

 

---------------

Repost0
21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 15:04

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? THE RED RAT IN HOLLYWOOD

 

 

C'est de qui ? O. Yamamoto

 

 

La Couv' du tome actuel:

 

 

C’est édité chez qui ? Véga/Dupuis

 

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? C’est un euphémisme d’affirmer que la politique américaine a de tout temps été compliquée pour ne pas dire malsaine, mais, si l’on excepte peut être la récente période Trump, le paroxysme a probablement été l’époque de la Guerre Froide avec, entre autres choses, les tensions avec l’URSS, les émeutes civiles ou encore les liens aussi étroits que louches entre le clan Kennedy et la Mafia.

 

A Hollywood aussi ces années ont été marquées par de sinistres évènements puisque sévissait la Chasse aux sorcières, initiée par Mc Carthy, qui mis au bans des studios tout ce que l’usine à rêves comptait de sympathisants communistes, souvent balancés par leurs « amis » d’autrefois.

 

Voici ce que narre la série The Red Rat in Hollywood, manga documenté qui oscille entre déboires historico-politiques et renaissances cinématographiques, avec, dans ce pénultième épisode, le retour en grâce de Dalton Trumbo via la sortie du Spartacus de Kirk Douglas où le nom du scénariste blacklisté réapparait enfin au générique de ce qui deviendra un film majeur du cinéma américain et qui va ouvrir la porte à de nombreux longs métrages aux thématiques marquantes.

 

Du coté  de la politique c’est l’accession à la présidence de JFK, en partie grâce aux votes des noirs américains satisfaits de l’implication de Kennedy dans la libération de Martin Luther King. Le jeune et idéaliste président aura d’emblée fort à faire entre un FBI corrompu et hostile et la catastrophe de la Baie des Cochons.

 

Un tome au scénario prenant et fourni et au dessin semi réaliste qui évite les écueils du manga caricatural…par contre, si, au vu de la couverture très « suggestive » (oui c’est bien le fessier de Marylin Monroe !), vous vous attendez à des scènes légères, vous en serez pour vos frais !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DA 5 BLOODS

 

 

C'est de qui ? T. Blanchard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Autant je respecte le concept de fidélité d’un réal à son compositeur, autant je ne peux m’empêcher de penser que certains films de Spike Lee auraient été plus efficaces avec une B.O écrite par quelqu’un d’autre que Terrence Blanchard.

 

Si le musicien et compositeur a une carrière dans le jazz qui impose le respect, je trouve souvent ses scores soit passe-partout soit trop dans l’underscoring.

Certes les mélodies sont léchées, les arrangements propres et les thèmes accrocheurs mais, à l’image de ce  Da 5 Bloods -qui lui a même valu une nomination aux Oscars, perdue au profit d’un dessin animé par… Trent Reznor et Atticus Ross !-rien ne sort vraiment coté émotion.

 

Les instruments font le job, l’idée de départ est exécutée avec talent, mais rien qui accroche l’oreille de l’auditeur, tout attentif qu’il soit.

 

Pourtant -et c’est pour cela que je l’ai choisi, et non par masochisme- Blanchard sait rendre une époque ou une atmosphère avec le métier d’un artisan appliqué et ses partitions, si pas renversantes, savent se coller à certaines histoires avec réussite ; ce qui est le cas ici d’ailleurs, ce Red Rat partageant les qualités (et les défauts) des films de Lee et de leurs B.O, à savoir une évocation classe d’évènements qu’ils se gardent bien souvent de s’approprier (ce qui, dans le cas de Spike Lee, est tout de même un comble !)

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
bobd - dans manga Dupuis Vega
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 15:17
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LASTMAN 1&2. NOUVELLE EDITION.

 

 

C'est de qui ? Vivès, Sanlaville & Balak

 

 

Une Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans une contrée aux vagues aspects de Fantasy onirique se tient un tournoi annuel de combattants aux pouvoirs surnaturels.

Alors que Adrian, un jeune garçon dont ça doit être la première participation voit cette dernière compromise par la défection de son partenaire, Richard Aldana un homme énigmatique et visiblement étranger (pour ne pas dire anachronique) vient alors lui proposer de participer à ses côtés ce qui n’est pas du goût de Marianne, sa maman.

 

Pourtant, et contre toute attente, le duo va fonctionner et étonner tout le monde par ses prouesses au combat, même si celles d’Aldana dénotent un peu (et c’est un euphémisme !)

 

On reconnaitra ici une paire de célébrités récemment disparues.

 

Derrière ce pitch réjouissant se cache l’une des série hybride les plus innovantes de ces dernières années. Vives, Balak et  Sanlaville, mélangeant allègrement les rôles, nous livrent une sorte d'hommage aux Mangas (Chevaliers du zodiaque et autres Dragon Ball en tête mais aussi des choses bien plus récentes) dans lesquels on retrouve parfois ces tournois aussi longs que brutaux.

 

 

La quasi-majorité du tome 1 se résume d’ailleurs à une suite de matchs entre duos de combattants, mais il serait dommage de s’arrêter à cet aspect tant la série regorge de trouvailles scénaristiques et graphiques enthousiasmantes et fait preuve d’un humour complètement décalé (on reconnaît souvent le style des répliques qui font mouche de Vives).

 

 

Le rythme et la narration sont soutenus, les protagonistes accrocheurs,… bref, n’y allons pas par 4 chemins, Lastman est une bouffée d’oxygène dans un panorama de parutions souvent formatées.

Des pointures du manga international -Otomo ou Taniguchi en tête ! - ne s’y sont pas trompées et ne tarissent pas d’éloges au sujet de la série du trio français.

 

 

Si vous n’aviez pas encore eu la chance de la lire, réjouissez-vous, Casterman ressort l’intégrale de la série dans un format typiquement manga (un peu plus petit que la version originale) a un prix des plus abordable !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE PROTECTOR

 

 

C'est de qui ? RZA & H. Drosin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avec Ghost Dog, sa première incursion, magistrale, dans le monde du score de cinéma, RZA, colonne vertébrale du Wu Tang Clan, applique la formule qui a fait le succès de son groupe au grand écran : le mélange de sons orientaux tirés de films de sabres et les beats typiques du hio-hop.

 

L’artiste reproduira le procédé une paire de fois et notamment sur ce film de bagarre où il co écrit avec Howard Drosin (qu’il retrouvera pour sa première réalisation L’Homme aux poings d’Acier) une poignée de pistes nerveuses aux sonorités exotiques à base d’instruments plus ou moins folkloriques, sur des rythmiques saccadées du meilleur effet.

 

Le résultat est certes plus cinématique que sur Ghost Dog ou Afro Samurai mais non moins efficace, avec une vraie identité malgré un mélange hautement improbable et, au final, très addictif …come Lastman finalement !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags