29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 10:07

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? THE KONG CREW 2

 

 

C'est de qui ? Herenguel

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Déjà lu chez nous? Oui sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé les protagonistes de Kong Crew dans de sales draps pour la plupart : entre le duo formé par le journaliste/aviateur et le scientifique aux prises avec des raptors, l’aviateur de l’US Aur Force en rade dans la Grosse Pome revenue à l’état sauvahe, capturé par des amazones nouvelles générations fans de cosplay ou encore, last but not least, ce pauvre chien qui aimerait bien ne pas finir comme en cas dans la gueule d’un dino.

 

Ce second tome, toujours aussi divertissant, repart de plus belle en proposant même quelques pistes en flash back sur le pourquoi du comment de la situation.

 

On y a droit à de belles scènes de baston entre le roi Kong et les bestioles préhistoriques qui ont élu domicile dans les restes de New York mais aussi a des scènes chez les amazones qui ne sont pas sans faire penser à Mad Max 3.

 

Ce mélange détonnant d’aventures uchroniques de haut vol et d’humour sympa est toujours servi par le dessin virtuose d’Eric Hereenguel qui prend visiblement beaucoup de plaisir à ce mash-up de genres et rend hommage à certains grands du comics US (on pense au Bravo pour l’Aventure d’ Alex Toth mais aussi aux Xenozoic Tales de  Mark Schultz en passant par le Steve Canyon de Milton Caniff, excusez du peu !)

 

Un vrai plaisir coupable qui plus est fort bien mis en valeur par le travail d’édition dAnkama !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : MUTINY IN OUTER SPACE

 

 

C'est de qui ? H. Salter et divers

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui, tous probablement.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour cette série B des années 60, comme il s’en tournait à la pelle à l’époque le budget du film ne prévoyait évidemment pas d’embaucher un compositeur pour écrire la musique.

 

Le studio pioche donc dans le « stock music », vivier de pistes interchangeables écrites et enregistrées par les compositeurs attitrés.

Ici on retrouve des morceaux signés Hans J. Salter, Leith Stevens, Walter Greene, noms que les habitués du coin connaissent bien puisqu’on les retrouve au générique des douzaines de films tous genres confondus.

 

J’ai préféré opter pour de la musique à tendance suspense bien old school  comme celle proposée ici  plutôt qu’une B.O à grand spectacle à tendance aventure avec pointe de comique (genre qu’on croise pas mal dans les 80’s et 90’s par exemple, avec certains films de Spielberg ou de Zemeckis, pour ne citer qu’eux) histoire d’accentuer le coté décalé et série B de qualité 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
18 novembre 2021 4 18 /11 /novembre /2021 10:51

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE CHATEAU DES ETOILES. TOME 6

 

 

C'est de qui ? A. Alice

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Séraphin vient, grâce à ses amis, de s’évader des geôles où les autorités françaises le retenait, il va mettre en place un audacieux plan pour sauver la Princesse de Mars.

 

Cette dernière devant être le clou de l’exposition universelle de 1875, notre fougueux héros décide de subtiliser l’orbe géante dans laquelle se déroule une partie des festivités puis de permettre à la martienne, grâce à son don, de convaincre les grands de ce monde des méfaits conduits sur la Planète Rouge.

 

Quelques tensions et désillusions viennent bien un peu plomber ses attentes, il va réussir à motiver ses compagnons dans cette folle entreprise et si ses espoirs sont un peu douchés au final l’aventure repart de plus belle.

 

Une conclusion – qui, rassurez-vous,  n’en n’est pas vraiment une - à la très belle série d’Alex Alice et ses références multiples avec un tome qui est à la fois un peu bavard au départ mais rempli d’action et de rebondissements.

 

 

Aventure au long cours si l’on se retourne sur tous les évènements qu’on traversé nos attachants héros, Le Château des Etoiles est une réussite sur le fond comme sur la forme avec un background uchronique fouillé et bien exploité qui donne l’occasion à l’artiste de proposer de superbes cases et planches notamment sur ce tome avec une exposition universelle riche en possibilités visuelles.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GULLIVER TRAVEL

 

 

C'est de qui ? T. Jones

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? En 1996 la grande époque de l’œuvre de Trevor Jones est déjà derrière lui -malgré quelques rares coups d’éclats à venir comme Dark City – et l’on retrouve dans cette B.O d’une énième adaptation du roman de Swift, les gimmicks qui vont parcourir ses futurs opus, de From Hell à la Ligue des gentlemen extraordinaires (oui, Alan Moore n’a pas tro réussi à Jones !).

 

Des mélodies simples qui évoluent en crescendo souvent menaçants plus par leur volume que par leur composition, des thèmes où les cuivres sonnent héroïques et les cordes véhiculent les émotions, du romantisme à la tristesse, le tout sur des arrangements assez attendus bien qu’efficaces.

 

C’est plutôt le coté enjoué et souvent virevoltant de ce score de téléfilm qui me l’a fait choisir pour accompagner comme il se doit ce 6°tome du Château des étoiles et son rythme enlevé, et le mariage s’est révélé réussi.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 07:09

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LES TOURS DE BOIS MAURY. LE CHEVALIER A LA HACHE.

 

 

C'est de qui ? Herrmann

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? De passage sur le domaine voisin de Bois Maury, le chevalier Aymar tente d’approcher des terres qui lui ont été volées, pris dans une embuscade il s’en sort plus mort que vif.

Pendant sa convalescence auprès des paysans du lieu il va découvrir que les seigneurs voisins ont conclu un pacte au détriment de leurs serfs et qu’il a été trahi par son hôte.

 

Une histoire de vengeance personnelle qui passe après le bien commun, où le paysage, les décors, le pays et ses habitants, sont les véritables protagonistes et où les « puissants » passent au second plan.

On tique un peu cependant sur les ellipses du scénario mais celui ci n’étant pas d’une folle complexité non plus l’histoire se suit plutôt bien.

 

Herrmann du haut de ses 83 ans livre des planches à la peinture souvent très réussies –les scènes de nuit notamment sont superbes- seuls certains visages sont approximatifs (comme on avait pu le souligner sur les denriers albums de l’artiste chroniqués chez nous), mais force est de reconnaître que l’artiste, ici seul aux manettes, force le respect.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE FRERE DU GUERRIER

 

 

C'est de qui ? Perathoner & Top

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Serge Perathoner et Janick Top, en marge de leur filmographie commune sur petit comme grand écran, ont collaboré avec des pointures de la pop, du jazz, de la comédie musicale comme de la musique de film, en France comme à l’international.

 

Instrumentistes, arrangeurs, directeurs musicaux, les deux hommes ont plusieurs cordes à leurs arcs et non des moindres.

 

Sur ce film médiéval étonnamment sobre, sorte de western moyenâgeux âpre et loin des clichés héroïques véhiculés par des décennies de films de chevalier, Pierre Jolivet fait dans l’économie d’effets d’esbroufe, peut être un brin trop parfois.

 

Coté musique c’est aussi une certaine austérité qui est de mise avec des pistes souvent contemplatives aux arrangements aussi discrets que soignés et une menace sous jacente qui pointe le bout de son nez de temps à autre.

 

Les quelques morceaux plus enlevés, où l’action s’invite, sont également très réussis sans pour autant verser dans  l’épique qui n’est pas de mise ici.

Une atmosphère éthérée, mélancolique et dépouillée qui sait se faire impavide, un peu comme celle de cette parenthèse des Tours de Bois Maury

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 09:44

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES FANTOMES DE NEPTUNE. PORTAIL.

 

 

C'est de qui ? Valp

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà lue chez nous? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans cet ultime tome des Fantômes de Neptune nous avons droit à un festival de révélations et de flashbacks sur ce qui a amené les protagonistes de cette épopée uchronique là où ils en étaient à la fin du précédent album.

 

Ainsi Victor avait deux frères dont les destins aussi surprenants que tragiques ont probablement joué sur la folie de ce dernier.

Le Khéropis (la créature extra terrestre qui était dans l'artefact) quant à lui révèle à Mina et Montague l’histoire de son peuple et leur rapport avec la race humaine ainsi que l’existence d’une créature aux pouvoirs terribles.

 

Les masques tombent, les ennemis d’hier deviennent les alliés et les figures du passé refont surface.

 

La bataille pour la sauvegarde de l’espèce humaine atteint son paroxysme avec cette conclusion très rythmée dans laquelle Valp fait une fois de plus montre de tout son talent graphique avec des décors steampunk dantesques, des personnages aux inspirations mangas bien campés et une identité graphique affirmée.

 

Sur un créneau voisin du Château des étoiles d’Alex Alice, l’auteure des Fantômes de Neptune réussit le pari de proposer une série à la fois grand public et personnelle où elle mélange avec un certain bonheur ses multiples influences.

 

Vivement ses prochains projets !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE TOMORROW WAR

 

 

C'est de qui ? L. Bafle

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? C’est amusant, sur chacun des 4 albums j’ai essayé une B.O d’époque et de genre différents et ça a collé à chaque fois.

Probable que le caractère fondamentalement protéiforme de la série y est pour beaucoup, j’en veux pour preuve le score qui a accompagné cet ultime épisode.

 

 

Film  de SF rentre dedans calibré grand spectacle mais sans y mettre vraiment les moyens, The Tomorrow war convoque allègrement voyage dans le futur, héros impeccable, batailles pyrotechniques et autres aliens pas très sympas pour un résultat qui plaira surtout aux amateurs du genre.

 

 

Coté musique Lorne Bafle s’appuie sur ce qu’il fait de mieux, l’action poids lourd dans l’esprit de Zimmer et de ses autres fréquents collaborateurs.

 

 Il reprend ici les recettes qui ont fonctionnées sur des choses comme Pacific Rim, Geostorm ou encore le jeu vidéo Call of Duty, s’appuyant lourdement sur les sons électroniques qui vrombissent ténébreusement et les alternant avec des thèmes héroïco-épiques survitaminés aux rythmiques métronomiques.

Mais, comme dit plus haut, ce déferlement d’énergie futuriste va de pair avec ce quatrième Fantômes de Neptune qui ne lésine ni sur le grand spectacle ni sur l’émotion.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 09:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FEROCE

 

 

C'est de qui ? Macho & Muro Harriet

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Venus pour tourner un reportage sur le Tigre d’Amour dans son habitat naturel, une équipe d’écologistes actifs va se retrouver prise entre les trafiquants de bois russes (dont les boss ont une dent contre la chef de l’équipe de tournage), des fonctionnaires véreux et, last but not least, un tigre blessé qui a semble-t-il et d’une façon assez extraordinaire, décider d’éradiquer la présence humaine de son territoire de chasse.

 

 

Ce premier tome de Féroce, si l’on accepte le principe un peu « fantastique » du tigre vengeur, est un premier tome au rythme nerveux et au suspense soutenu qui prend son lecteur entre ses crocs pour ne le lâcher qu’à la dernière page.

 

Sur fond de désastre écologique hélas bien réel (la déforestation aussi massive que sauvage par la mafia russe et les risques de catastrophes écologiques que cela va entraîner) Muro Harriet livre un thriller aussi implacable que la taïga où il se déroule.

 

De son coté le dessinateur Alex Machio donne vie de fort belle façon aux décors enneigés et au casting bien campé. Son trait réaliste détaillé et foisonnant n’est pas sans faire penser à celui -virtuose ! - de son compatriote Landa.

 

Entre conscience écolo et polar nerveux, Féroce est indéniablement un des albums à lire en cette rentrée 2021.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE GREY

 

 

C'est de qui ? M. Streitenfeld

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? En dépit du sujet du film, Liam Neesson dans son énième rôle de dur qui, ici, tente d’escorter les survivants d’un accident d’avion harassés par une meute de loups affamés, la musique de Streitenfeld, transfuge du studio de Hans Zimmer, reste la plupart du temps assez en retrait pour ne pas dire anecdotique.

 

Le compositeur se contente en effet d’aligner des nappes instrumentales où l’orchestre est sous-utilisé, et où une certaine torpeur glaçante s’immisce lentement mais surement.

 

Heureusement, surtout pour la lecture de ce premier tome de Féroce, les plages illustrant les scènes d’action du film, si assez rares, sont plus énergiques, avec des cordes torturées jusqu’aux dissonances et quelques explosions de rythmiques électro industrielles inattendues mais efficace.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags