6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:15

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : HAWKS OF THE SEA

 

 

C'est de qui ? W. Eisner

 

 

La Couv':

 

Naissance d'une légende  /  Hawks Of The Sea  Vs.  The Master Of Ballantrae

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Néofelis éditions.

 

 

Une planche:

 

Naissance d'une légende  /  Hawks Of The Sea  Vs.  The Master Of Ballantrae

 

Ca donne Quoi ? Au commencement étaient Les Boucaniers ! C’est en effet par ce comics peu connu et heureusement aujourd’hui tiré de l’oubli par les éditions Néofelis, que la légende Will Eisner a débuté dans le médium.

 

Strip d’aventure, de grande aventure même, Hawks Of The Sea, qui voit le jour en 36, est directement inspiré de films comme Capitain Blood ou The Sea Hawk (tiens !) où Errol Flynn promène son sourire charmeur sur des ponts de navires en faisant valser son sabre et ses partenaires féminines.

 

Eisner, qui signe la bande d’un pseudonyme, fait de son héros, le Faucon, un pirate héroïque, combattant farouche de l’esclavage. Le reste du casting est au diapason avec une galerie de second rôles hauts en couleur, et, si l’intrigue est assez classique, elle n’en n’est pas simpliste pour autant.

 

L’autre intérêt de Hawks Of The Sea est de pouvoir apprécier l’évolution dans le trait comme dans la narration de celui qui sera amené à devenir l’un des plus grands auteurs de comics.

 

Si au départ on sent l’influence des strips à l’ancienne, Prince Valiant en tête, rapidement l’art du cadrage, le sens du stroytelling prennent une dimension réjouissante qui annonce les œuvres à venir du maître.

 

On ne remerciera donc jamais assez Jean Depelley et Louis Chance, ainsi que Néofélis d’avoir exhumé cette centaine de planches, véritable patrimoine de la BD mondiale.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE MASTER OF BALLANTRAE

 


C'est de qui : W. Alwyn

 

 

Une Couv':

 

Naissance d'une légende  /  Hawks Of The Sea  Vs.  The Master Of Ballantrae

 

Déjà entendus sur le site? Oui, très probablement.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Alwyn, de formation instrumentiste, musicien virtuose et compositeur au répertoire classique solide, a déjà un solide CV sur grand écran quand il écrit la B.O de cette adaptation du roman de Stevenson avec en vedette, oui, vous l’aviez compris Eroll Flyn.

 

L’année précédente il a mis en musique The Crimson Pirate, avec Burt Lancaster, et l’expérience a été semble t-il des plus bénéfique vu la flamboyance de ses thèmes, l’ambiance luxueuse et héroïque de ses pistes.

 

Si nous sommes en 53, le score d’Alwyn fait clairement référence à l’Age d’Or d’Hollywood,  Korngold en tête, avec ses mélodies de cordes travaillées et ses cuivres aux accords riches.

 

------------------

 

Une chronique de Fab

Repost 0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 08:03

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LA FORGE D’OREN 1

 

 

C'est de qui ? Teagan Gavet

 

 

La Couv':

 

Flammes fatales / La forge d'Oren vs La guerre du feu

 

Déjà croisé sur le site? non

 

 

Une planche:

 

Flammes fatales / La forge d'Oren vs La guerre du feu

 

Ca donne Quoi ? Rask et Kanaq, 2 martres mâles, fuient la forêt à la recherche d'un refuge suivant les informations d'une femelle porc-épic. Prédateurs pour les petits herbivores, mais proies pour les grands carnassiers comme les loups, ils cherchent une vie moins dangereuse.

 

Teagan Gavet est une nouvelle venue dans le monde de la BD après être passée par l'animation. Ce passé se sent dans la façon qu'elle a de faire bouger ses personnages et dans l'expressivité de ses animaux anthropomorphisés. A priori (je ne suis pas spécialiste), elle travaille sur ordinateur en 3 phases : dessin, colorisation des personnages, mise en place du décor,  comme cela est montré sur son site.

 

Une nouvelle venue dans le paysage BD européenne qui devrait être bien accueillie si la qualité de ses productions reste au niveau de ce 1e album.

Les graphismes et mises en couleur sont somptueux, mais j'attends le 2e tome pour confirmer ma bonne impression

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? LA GUERRE DU FEU

 

 

C'est de Qui Philippe Sarde

 

 

La couv'

 

Flammes fatales / La forge d'Oren vs La guerre du feu

 

Déjà entendu chez nous?  oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? «Si vous regardez La Guerre du feu sans musique, il n’y a plus de film. Et j’exagère à peine. C’est vraiment la partition qui fait parler mes hommes préhistoriques, qui révèle leurs émotions, intérieures ou extérieures.» Voilà comment le cinéaste Jean-Jacques Annaud évoque la bande originale de son film.

 

BO violente et mouvementée où orchestre symphonique, choeur, percussions de Strasbourg, flute de pan et flute à bec basse se mélangent allègrement. Le compositeur frôle l'atonalité par moments. Cela aurait pu donner une mixture bien indigeste et lourde, mais P. Sarde a réussi à donner un son à ce film sans dialogues réellement compréhensibles pour illustrer cette quête et fuite éperdue.

 

Quête et fuite qui trouvent un écho dans ce morceau La dernière braise comme dans un miroir musique / BD.

 

 

 

----------------

 

Une Chronique de Gen

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 16:51

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LIBERTALIA. 1

 


C'est de qui : Grella, Pigière & Miel

 

 

La Couv':

 

La Liberté ou...la liberté  /  Libertalia  Vs.  The Sea Hawk

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman.

 

 

Une planche:

 

La Liberté ou...la liberté  /  Libertalia  Vs.  The Sea Hawk

 

Ca donne Quoi ? S’emparant de la légende de la colonie Libertalia où une poignée de gentilshommes de fortune donneront naissance aux prémices de l’anarchie, les deux scénaristes de cette trilogie font souffler le vent de la grande aventure à l’ancienne.

 

Leurs deux jeunes héros, un riche héritier idéaliste et un prêtre désabusé par les inégalités, vont être pris dans le tourbillon d’évènements qui les mènent, dans ce premier tome, de la France de la fin du XVII° siècle aux plages sauvages de Madagascar où ils vont fonder Libertalia.

 

Avec un scénario classique mais sans temps morts (souffrant même parfois de certaines ellipses un rien abruptes) ponctué de batailles navales dignes des grandes oeuvres du genre, Le Triomphe ou la mort a surtout été l’occasion pour moi de retrouver le dessinateur de l’excellente série Galkiddek qui démontre là une autre facette de son talent sur des paysages et scènes plus grandioses.

 

La Liberté ou...la liberté  /  Libertalia  Vs.  The Sea Hawk

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE SEA HAWK

 

 

C'est de Qui ? E. Korngold

 

 

La couv'

 

La Liberté ou...la liberté  /  Libertalia  Vs.  The Sea Hawk

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La valeur se mesure donc belle et bien au nombre des années, j’n veux pour preuve ce score de l’Age d’Or Hollywoodien, composé par l’un de ses plus illustres représentant et dont l’influence s’est étendu sur plus de six décennies.

 

The Sea Hawk, après les succès des deux précédents longs en costume mettant en vedette Eroll Flynn, bénéficie d’un budget plus que conséquent et réunit tout ce que le genre a de meilleur. Coté musique Korngold conjugue ce qui a fait le succès de ses précédents efforts : l’humour soigné de The Adventures of Robin Hood, les grands airs d’aventure de Captain Blood, le tout panaché de thèmes aux accents plus historiques et plus majestueux. Il écrit 1h 40 de score pour un film d’à peine plus de deux heure et bénéficie pour l’exécution d’un orchestre de plus de 50 musiciens.

 

Ses phrases recherchées, l’utilisation des leitmotiv et du chromatisme font de The Sea Hawk une B.O remarquable en tout points, bien bel accompagnement au tome 1 de Libertalia.

 

 

 

-----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:48

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : STREAMLINER 1

 


C'est de qui : Fane

 

 

La Couv':

 

Fane & Furious  /  Streamliner 1  Vs.  The Lost Man

 

Déjà lu sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

Fane & Furious  /  Streamliner 1  Vs.  The Lost Man

 

Ca donne Quoi ? Alors que les gros bras de Fast and Furious se tirent la bourre depuis presque seize ans, avec un actuel huitième volet frôlant le second degré surréaliste et que les bikers de Joe Bar Team ont poncé l’asphalte et le zinc pendant plus de 20 piges, l’auteur de cette dernière mélange allègrement les deux et nous pond une histoire pleine de voyous à bagnoles et de minettes à grosses cylindrées.

 

Pourtant ce serait à la fois réducteur et peu flatteur de comparer Streamliner à la franchise de Vin Diesel, la BD de Fane étant bien plus fun et, surtout, se rapprochant plus des films de courses des années 70.

 

Pour vous la faire courte, au début des seventies une bande organisée, aux volants de bolides transformés, viennent s’incruster sur la propriété des O’Neill, (un vieux pompiste et sa fille) en plein désert, afin d’organiser leur course annuelle, censée désigner leur nouveau chef.

Bientôt rejoints par un gang de motardes affriolantes, un jeune tueur en cavale, une rockeuse rebelle avec son fan club et beaucoup trop de public que prévu, l’équation va se compliquer encore plus quand la télévision et le FBI s’en mêlent. Avec la station service et la propriété en jeu, tout le monde est chaud bouillant pour remporter une course où tout les coups risquent de pleuvoir.

 

Fane & Furious  /  Streamliner 1  Vs.  The Lost Man

 

Dans un style graphique très dynamique et sexy, proche de celui d’Olivier Vatine, en nettement plus délié, Fane se fait plaisir avec ce premier volet à la pagination généreuse, au rythme soutenu et qui, à quelques exceptions près (le passage du récit de guerre, des dialogues un peu téléphonés parfois…) fait mouche dans le genre récit de bagnoles et d’aventures !

 

 

a

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? THE LOST MAN

 

 

C'est de Qui ? Quincy Jones

 

 

La couv'

 

Fane & Furious  /  Streamliner 1  Vs.  The Lost Man

 

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Monsieur Quincy Jones s’il vous plait: arrangeur, compositeur, producteur aux doigts d’or ; l’homme qui, sur plus de 60 ans a marqué le jazz, la soul, le funk et le hip hop, s’est aussi superbement illustré sur grand écran.

 

The Lost Man est souvent considéré comme le précurseur du genre blaxploitation de par sa musique à tendance jazz funky racé que Jones avait déjà expérimenté sur In the heat of the night ou The Italian Job, brèche dans laquelle s’engouffreront ensuite les Isaac Hayes Bobby Womack et autres Curtis Mayfield.

 

Une guitare en cocotte, des cuivres groovy, une orgue parfois très free, heureusement que le tout est rejoint de temps à autre par un orchestre plus conséquent car on a parfois plus l’impression d’entendre un groupe jammer plus qu’une B.O à proprement parler. L’ambiance très cool et downtempo qui se dégage de l’ensemble, parfois dynamitée par quelques pistes plus énervées ou, au contraire, épicé par des moments de suspense tendu, se révèle bien fun sur Streamliner premier du nom qui, en plus, se déroule à l'époque du film.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 16:38

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : KATANGA

 

 

C'est de qui : Nury et Vallée

 

 

La Couv':

 

Les Diamants sont éternels  /  Katanga  Vs.  Allied

 

Déjà lu sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Les Diamants sont éternels  /  Katanga  Vs.  Allied

 

Ca donne Quoi ? On attendait beaucoup du duo déjà responsable du quasi unanimement acclamé Il était une fois en France et autant dire que, si l’on a aimé la série en question, cette nouvelle collaboration devrait ravir.

 

En pleine déclaration d’indépendance, le Congo et la province minière du Katanga, riche de mines de diamants, entrent en guerre. C’est dans ce contexte tendu qu’une équipe de mercenaires recrutés par un spécialsite va tenter de récupérer des diamants aux mains d’un ex serviteur noir.  Seul hic, quand on fait équipe avec des mecs louches, un ex nazi par exemple, faut être prêt à tous les pépins !

 

En avant-propos les auteurs précisent que si leur background est historique, leur œuvre est une pure fiction qui ne se veut pas un quelconque reflet d’évènements ayant eu lieu. Le scénario en est, à mon sens, que plus intéressant du fait que l’on n’ait pas à faire à une uchronie quelconque mais bien à une digression de la réalité.

 

Le découpage est cinématographique au possible, la narration est solide, le rythme mené tambour battant, les références de Nury fonctionnent à plein même si –et c’est là toute l réussite du truc- pas forcément flagrantes et le dessin de Vallée, à mi chemin entre le réalisme et la caricature classe : tout est réuni pour faire de ce premier tome l’ouverture d’une future grande série.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? ALLIED

 

 

C'est de Qui ? A. Silvestri

 

 

La couv'

 

Les Diamants sont éternels  /  Katanga  Vs.  Allied

 

Déjà entendu chez nous?  Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour cette énième collaboration avec Robert Zemeckis, Alan Silvestri propose un mix assez improbable entre la poignée de romances quelque peu dégoulinantes,  tous violons dehors, qui ont jalonnées une carrière surtout dédiée à l’action sous toutes ses formes, et un suspense attendu mais bien troussé pour lequel, assez bizarrement, il opte pour des percussions en force et pas mal d’électronique.

 

Alan, enfin, en 2016, pour illustrer un film d’espionnage se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale, qu’est ce qui justifie un seul instant ces effets électro dores et déjà datés !?

 

Au final une B.O assez inégale pour ne pas dire bancale mais dont les quelques rares moments animés se prêtent plutôt bien à la lecture de ce premier tome de Katanga.

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags