7 juillet 2022 4 07 /07 /juillet /2022 07:30

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? CELESTE. « BIEN SUR MONSIEUR PROUST »

 

 

C'est de qui ? C. Cruchaudet

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisée sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Paris, les années 50, un couple d’antiquaires un brin avides viennent rendre visite à Céleste Albaret, qui a été, au début du siècle, la secrétaire slash gouvernante de Marcel Proust.

 

Au travers de son témoignage on découvre la personnalité exubérante de l’écrivain, dandy rentier aux lubies et habitudes peu communes auxquelles notre héroïne, alors campagnarde pas bien dégrossie, s’est pliée jusqu’à devenir quasi indispensable à l’écrivain, alors à l’orée de sa carrière, en pleine écriture de l’œuvre qui fera sa renommée.

 

Qu’il faille lui préparer du café en plein milieu de la nuit ou porter ses feuillets à ses divers relecteurs, Céleste noue bientôt un lien complice avec Proust, jusqu’à l’inspirer pour un personnage de sa saga.

 

 

Chloé Cruchaudet, artiste au style délié et aérien, dresse le portrait de cette femme de l’ombre avec une sensibilité palpable et une invention dans la narration graphique qui rend cette fausse bio d’un monstre sacré (clairement désacralisé ici !) fluide et agréable à lire, que l’on soit féru de littérature ou pas.

 

Indéniablement l’un des albums les plus original et attachant de ce début d’été.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROOM IN ROME

 

 

C'est de qui ? Jocelyn Pook

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La carrière de Jocelyn Pook, pour et en dehors du cinéma, intime le respect !

Que ce soit dans ses expérimentations classiques, dans ses collaborations avec de grands noms de la scène pop-rock ou dans son exploration de son instrument de prédilection, le violoncelle, la musicienne compositrice a un talent indéniable et une signature clairement reconnaissable.

 

Si Room in Rome n’est pas un chef d’œuvre, loin s’en faut, la musique de Jocelyn Pook brille elle par sa force d’évocation, que ce soit les thèmes joués au piano solo quasi minimaliste ou ceux au violoncelle langoureux mais jamais larmoyant.

 

L’ensemble résonne d’une mélancolie douce-amère plutôt en phase avec ce premier volet de Céleste.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 10:01

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? L’ENFER POUR AUBE

 

 

C'est de qui ? Pelaez & Oger

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Les deux, le scénariste tout récemment et le dessinateur également (mais en tant que scénariste !)

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Paris panse ses blessures dues aux travaux Haussmanniens et aux conséquences de la Commune, un malandrin au visage masqué et au look emprunté aux Apaches qui peuplent les faubourgs de la capitale, s’en prend à des gens hauts placés à qui il fait passer l’arme à gauche.

 

Un inspecteur affligé d’une étrange maladie et son équipier ancien brigand mènent l’enquête et vont se retrouver dans une sombre histoire de vengeance, entre massacre d’innocents, anciens bagnards et…cirque !

 

 

Début d’année chargé pour Philippe Pelaez avec pas moins de quatre titres parus dans des genres forts différents, ou tout du moins des époques, avec, pour au moins les deux que nous avons lu chez B.O BD, une qualité et un intérêt qui ne faiblissent pas.

 

Il se frotte ici au feuilleton historique, chassant sur les terres d’auteurs comme Hugo, Balzac ou encore Eugène Sue, excusez du peu, avec son anti-héros atypique, son méchant grand guignolesque et son intrigue qui mêle Histoire et enquête torve dans un background aussi original que glauque

 

Gros coup de cœur aussi pour la partie graphique avec un Tiburce Oger aussi à l’aise dans les plaines du Far West que dans le Paname de fin du XIX° siècle qui croque ses personnages avec talent et soigne ses décors détaillés, le tout dans une trichromie de gris, noirs et blancs rehaussée thématiquement de rouge.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : L’EMPEREUR DE PARIS

 

 

C'est de qui ? M. Beltrami

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Beltrami a appris la composition sous l’égide de Jerry Goldsmith on ne peut pas dire que sa filmographie, dans sa quasi-totalité, reflète le style ou le savoir-faire de son mentor.

 

Œuvrant essentiellement dans les films d’horreur (la saga des Scream), la SF à gros budget (Terminator 3, I Robot), les adaptations de comics tièdes (Hellboy) et autres thrillers de seconde zone, l’américain a étrangement croisé la route du réal français François Richet pour le diptyque Mesrine et le duo se reforme pour cette nouvelle évocation de Vidocq sur grand écran.

 

Sans être de la grande B.O, on sent tout de même Beltrami moins formaté qu’à l’accoutumée, avec des thèmes plus mélodiques voire lyriques tout en gardant ce sens de l’action et du suspense quand l’intrigue l’oblige.

 

Le compositeur soigne ses parties de cordes et de pianos avec une sensibilité qu’on ne lui connaissait pas. Si encore un peu attendu sur quelques passages, il livre là un des scores les plus intéressants de sa carrière dont la force musicale est toute à fait de rigueur pour le premier tome de cet Enfer pour Aube.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Repost0
17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 10:46
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SANGRE. HOVANNE L’IRRESOLUE.

 

 

C'est de qui ? Arleston, Floch et Blanchard

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? La jeune Sangre, toujours accompagnée de son tigre domestique, continue sa méthodique vengeance envers les sept responsables de la mort de ses proches.

Telle Elsa, la voici virevoltant dans un monde de glace où les mœurs sont aussi légères que les castes strictes. Grace à son pouvoir de contrôler le temps, et malgré le coté handicapant de ce dernier (qui la laisse aveugle un temps après utilisation), notre accorte héroïne va devoir jouer serré au milieu de ce peuple désabusé entre cérémonie libertine et meurtres en série.

 

Si la lecture des deux premiers tomes de Sangre m’avait paru agréable, ce troisième se révèle bien trop classique dans son genre (fantasy « Soleil » comme à la grande époque de l’éditeur) que ce soit dans son scénario de chasse à l’homme dans divers univers, ou dans son dessin certes soigné et avec de beaux décors, mais à la colo et au style trop passe partout à mon goût.

 

Néanmoins les amateurs du genre et/ou les plus jeunes (mon cadet a beaucoup aimé) se retrouveront dans cette série assez dark au final.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :HERCULES AGAINST THE SONS OF THE SUN

 

 

C'est de qui ? O. Gori

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Au milieu des Maciste, des Goliath et des Ulysse qui peuplent Cinecitta dans les années 60, Hercules est l’un des multiples personnages déclinés à toutes les sauces dans cet âge d’or du péplum spaghetti.

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, en plus de 3300 chroniques musicales, nous n’avions jamais croisé la route d’Oriolano Gori qui, en plus de vingt ans de carrière, aura abordé tous les styles sans jamais écrire pour autre chose que des séries B voire Z de seconde zone.

 

S’il faut reconnaitre que sa partition pour ce film en jupette est relativement lambda et manque d’une dimension épique prononcée, elle n’en n’est pas moins dépourvue de qualités, loin s’en faut.

 

 

En effet le compositeur italien économe dans ses effets ne l’est pas dans l’utilisation de l’orchestre réduit mis à sa disposition et sait aussi bien tirer des thèmes mélodiques de ses cordes qu’exprimer l’action et le suspense via les cuivres et une intéressante utilisation des percussions (on notera quelques descentes qui ont peut-être inspirées le Poledouris de Conan).

 

Le tout sonne certes un peu ancien mais, de par un petit air exotique, se cale plutôt bien avec ce troisième épisode de Sangre la vengeresse.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 08:51
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DREAMS FACTORY 2

 

 

C'est de qui ? Hamon et Zako

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà lus chez nous? Oui, sur le tome 1 entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Tandis qu’Indira met tout en branle pour retrouver son jeune frère, mystérieusement disparu dans l’usine, comme tant d’autres avant lui, c’est les origines même de la maîtresse des lieux qu’elle va découvrir, elle aussi confrontée avec son frère à des choix drastiques alors qu’elle n’était qu’une enfant.

 

 

Le tome précédent avait piqué ma curiosité et avait charmé les 2 générations de lecteurs de chez B.O BD (respectivement 45, 12 et 6 ans) par son ambiance à la fois jeunesse et steampunk et son trait hybride.

 

Si de ce coté-là la magie opère toujours, avec de belles compositions graphiques de Zako, le scénario nous a laissé un peu sur notre faim  avec de nouvelles pistes ouvertes et d’autres pas forcément éclairées alors que le background général ne demandait qu’à être développé.

 

Les personnages sont intéressants, avec des jeux de signifiants sur les fratries mais l’intrigue et les aboutissants auraient peut-être mérités un album supplémentaire pour être plus explicites.

 

Reste une fable victorienne noire à l’ambiance aussi glaçante qu’originale.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :PHANTOM OF THE OPERA

 

 

C'est de qui ? C. Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a pas mal œuvré pour le cinéma britannique, Carl Davis s’est fait une spécialité de (re)mettre en musique des films de l’ère du muet avec une réussite certaine qui ont valu à ses scores de devenir les « officiels » des films en question lors de maintes projections ultérieures.

 

Ici, pour la toute première version cinéma du roman de Gaston Leroux (qui a presque 100 ans !), il s’inspire beaucoup de l’opéra de Gounod, présent dans certaines séquences du film et y ajoute des thèmes dans un esprit certes classique mais avec des orchestrations et arrangements bien plus modernes sans pour autant que cela ne choque l’auditeur.

 

Son thème pour le personnage joué par le fantastique Lon Chaney joue sur le dramatique un rien pompeux avec une dominante mineure qui met l’emphase sur la nature à la fois démoniaque et tragique du monstre.

 

Opposée à cette ambiance de frayeur, Davis mâtine sa partition d’un romantisme lyrique jamais ridicule qui ajoute une véritable dimension dramatique quasi victorienne à sa musique.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 09:11

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  GOLGOTHA

 

 

C'est de qui ? Alcante, Bollée et Breccia.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui les scénaristes (mais pas ensemble) tout comme le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Plus dure sera la chute ! C’est ce qu’expérimente à ses dépens un gladiateur adulé par la foule qui, alors qu’il va être affranchi, est trahi par son maître qui le livre à un adversaire terrifiant qui va le laisser défiguré et amputé.

 

Mais vous savez ce qu’on dit de la vengeance (puisque on en est aux dictons !) et notre héros va faire un come back appuyé.

Dans le même temps un étrange miraculé est capturé par les légions romaines et gardé au secret afin de lui soutirer celui de son immortalité apparente.

 

Le duo de scénaristes derrière ce premier tome de Golgotha a, ensemble ou séparément, touché un peu à tous les genres avec une certaine réussite ; leur dernier effort commun, la Bombe, leur a demandé cinq années de travail et le résultat n’a pas déçu. Ici on sent clairement qu’ils ont cherché la récréation en proposant une espèce de mélange de la série TV Spartacus et le mythe du Christ, le tout saupoudré de scènes chocs qui font mouche.

 

S’il n’a pas forcément la maestria et l’originalité de son paternel, Enrique Breccia possède néanmoins un style incisif et reconnaissable au premier coup d’œil qui avait déjà fait la réussite des Sentinelles ou de Lovecraft par exemple.

On le retrouve ici avec plaisir, la fureur du scénario, riche en scènes de combats sanglants et la richesse du background lui permettant de rendre une copie pour laquelle on lève le pouce (aucun rapport avec le like facebook n’est ce pas !).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THRO RAGNAROK

 

 

C'est de qui ? M. Mothersbaugh

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une aire de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on avait perdu au change en voyant Brian Tyler remplacer Patrick Doyle entre le premier et le second volet de la saga Thor au cinéma, l’arrivée de Mothersbaugh sur la franchise relève un peu le niveau.

 

Il faut dire que le scénario de ce Ragnarok, joyeusement barré et jouant sur une certaine dérision du concept même de super –héros (oui, Deadpool et son succès au box-office était passé par là !), permet au compositeur de jouer à la fois sur les codes de la musique souvent pompeuse de films super héroïques mais également quelques incursions bienvenues (qui a dit : salvatrices ?!) dans celui de l’action grand spectacle débridée (ce qu’il fait déjà très bien sur Disenchanted d’ailleurs)

 

Plus difficile à caser seront les pistes synthétiques que Mothersbaugh dit avoir été inspirées par…Jean Michel Jarre ! Gageons que ce cher jean Mimi n’a pas la même aura chez nous qu’Outre Atlantique !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags