10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 10:41

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi :TER

 


C'est de qui : Rodolphe et Dubois

 

 

La Couv':

 

 

 

De la Ter(re?) à...  /  Ter  Vs.  Passengers

 

Déjà lus sur le site? Oui pour Rodolphe.

 

 

C’est édité chez qui ? Maghen

 

 

Une planche:

 

De la Ter(re?) à...  /  Ter  Vs.  Passengers

 

Ca donne Quoi ? Sur une étrange planète, Pip un profanateur de sépultures découvre un jeune homme nu, muet et amnésique. Ramené à la ville où habitent Pip et sa sœur, Mandor (nom donné à l’inconnu en raison d’un tatouage sur son bras), s’avère doué avec les machines, mai pas seulement : envoyé à l’école il apprend à une vitesse fulgurante. Avec le temps, la sœur de Pip commence à s’intéresser à ce bel inconnu tout comme la caste qui vit en haut de la ville, tous habillés de noir et détenteurs semble t-il de secrets.

 

Rodolphe revient à ses amours avec ce récit de SF qui, s’il aligne quelques lieux communs du genre, déroule son intrigue en mélangeant scènes bien écrites, personnages attachants, humour fin et mystère savament distillé (jusqu’à ce cliffhanger qui n’est pas sans faire penser à la fin de l’un des récits les plus marquants du genre).

 

Au dessin Dubois, dans un style assez typique du franco belge, livre une copie sans fautes, d’une beauté parfois à couper le souffle que ce soit dans les paysages, le bestiaire ou les plastiques de ses protagonistes.

 

Pour quelqu’un qui n’est pas aficionado du genre comme moi, j’ai beaucoup apprécié ce premier volet de Ter, c’est dire ce que les amateurs de SF devraient en penser !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi? PASSENGERS

 

 

C'est de Qui ? T. Newman

 

 

La couv'

 

De la Ter(re?) à...  /  Ter  Vs.  Passengers

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si le nom de Thomas Newman peut étonner de prime abord sur un film de SF, il faut se rappeller que le compositeur s’est déjà frotté un peu au genre, surtout quand celui-ci en cotoyait d’autres.

 

C’est le cas ici puisque Passengers est tout autant un film de science fiction qu’une romance entre le couple d’acteurs/personnages (et a clairement été vendu comme tel). Ainsi le style souvent minimaliste de Newman trouve parfaitement chaussure à son pied, que ce soit dans l’illustration de scènes intimistes (et ce malgré l’immensité de l’espace ou de l’inétrieur du vaisseau), ou des plus rares moments un peu animés du long métrage (Cascade Failure ; Looking for wrong) où l’on a un peu plus de suspense ou de mouvement et que la partition s’en ressent.

 

On déplorera peut être une sonorité très éléctro (oui vous me répondrez que, sur le genre, c’est tout de même assez approprié) mais on a parfois tout de même l’impression d’entendre une B.O de la décennie précédente (un panaché des siennes entre autre!)

 

Cela étant, le bon équilibre entre les ambiances, le caractère assez riche de l’écriture voire grandiose de temps à autre, est assez en osmose avec ce premier tome de Ter qui, lui aussi, n’hésites pas à panacher.

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 10:19

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LES GRANDS SOLDATS

 


C'est de qui : Rivelaygue & Tallec

 

 

La Couv':

 

Grand par la taille...  /  Les Grands Soldats  Vs.  Tom Jones

 

Déjà croisé chez nous? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Gallimard

 

 

Une planche:

 

Grand par la taille...  /  Les Grands Soldats  Vs.  Tom Jones

 

Ca donne Quoi ? Le roi a décidé qu’il voulait une garde rapprochée de soldats gigantesques afin d’en imposer à tout ces petits camarades couronnés. Ainsi, à des milliers de kilomètres de la Prusse, la petite vie tranquille de Cathal Crann va être bouleversée quand il va se retrouver enrôlé de force pour cette nouvelle armée.

 

Si sa taille et sa force, toutes deux impressionnantes, vont lui attirer l’attrait royal et les faveurs féminines d’une charmante fille de docteur, elles vont aussi susciter jalousie et atteinte à sa vie.

 

Voilà, raconté comme ça ça pourrait sonner comme du grand récit d’aventure mais en fait pas vraiment. Tiré d’une vérité historique, on est plutôt là dans le récit doux-amer non dénué d’humour parfois, dans la mouvance, que ce soit dans le ton ou les graphismes, de l’école David B/Christophe Blain (comment ça il n’y a pas d’ « école David B/Christophe Blain » ? bon, vous avez saisi l’idée), ce qui, pour une collection dirigée à l’époque par Sfar, n’était pas surprenant.

 

Un one-shot qui aurait pu, avec quelques modifications, devenir un premier tome de série d’aventures décalées intéressant mais qui, en l’état, et malgré des qualités, laisse un peu une impression de « Et puis ?... »

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TOM JONES

 

 

C'est de Qui ? J. Addison

 

 

La couv'

 

Grand par la taille...  /  Les Grands Soldats  Vs.  Tom Jones

 

Déjà entendu chez nous ? A une poignée de reprises oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? A contre courant de la mode de l’époque, Tom Jones, adaptation pas très fortunée d’Henry Fielding, fait un véritable carton à sa sortie en 63 que ce soit public ou critique et remporte, entre autres prestigieuses récompenses, l’Oscar de la meilleure B.O.

 

Suite naturelle d’une fructueuse collaboration entre Tony Richardson, le réalisateur, et John Addison, le score de Tom Jones est probablement en partie responsable du succès du film.

 

Proposant un mélange éclectique de romance et de gaieté tapageuse, via des thématiques aussi nombreuses qu’originales, Addison utilise des instruments d’époque, comme le clavecin qui ouvre le film, mais également des choses moins conventionnelles voire inattendues sur de la musique d’époque comme un saxophone, un piano désaccordé ou une guitare sautillante.

 

Là où il excelle c’est dans le mélange des thème principaux (et parfois pourtant fort éloignés) au sein d’une même piste, finissant de donner une belle unité à une partition aussi aboutie qu’audacieuse.

 

Une B.O qui a apporté un petit brin de folie délirante à un album qui en manquait hélas.

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 12:36

 

 

 

 

Retrouvez, en fin de chronique, l'interview "Musique et BD" de Phillippe Marcelé.

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MACBETH

 


C'est de qui : Marcelé

 

 

Une Couv':

 

De Bruit et de Fureur  /  Macbeth  Vs.  Logan

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

Une planche:

 

De Bruit et de Fureur  /  Macbeth  Vs.  Logan

 

Ca donne Quoi ? On l’a vu l’an passé, les adaptations du Barde en BD, si nombreuses, oscillent entre le trop sage et le décalage complet. La richesse de Macbeth, que ce soit d’un point de vue thématique, narratif comme du langage employé en a fait l’une des pièces les plus appréciées et reprises (à toute les sauces !) de son auteur.

 

Philippe Marcelé, qui s’y était déjà frotté  il y a presque 40 ans, a senti le besoin de revenir aujourd’hui sur la tragédie écossaise qui, de son propre aveu, l’a toujours fasciné.

 

Si évidement on connait la trame par cœur, il est intéressant de voir les parti pris : la représentation des sorcières, lascives au possible, mais également les répliques retenues, les passages sciemment omis (l’assassinat du Roi par exemple), ou encore la place faite à Lady Macbeth, véritable personnage principal de la pièce.

 

De Bruit et de Fureur  /  Macbeth  Vs.  Logan

 

Autre point crucial de cette version, la partie graphique. N’y allons pas par quatre chemin, Marcelé a rendu à Macbeth son aspect de tragédie barbare à plus d’un titre. Certaines planches pourraient être tirées d’un récit de fantasy sauvage,  à mi chemin entre une version fantasmée de Thorgal et le Conan de Buscema (avec d’ailleurs un clin d’œil au Death Dealer de Frazetta).

 

Les visages sont torturés, les paysages immergent le lecteur dans la dureté du récit le tout dans un noir et blanc sur expressif, aux matériaux divers et variés, tout en hachures savamment réalisées.

 

Un album hors des modes et du temps qui dynamite un récit mythique toujours aussi fort !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LOGAN

 

 

C'est de Qui ? M. Beltrami

 

 

La couv'

 

De Bruit et de Fureur  /  Macbeth  Vs.  Logan

 

Déjà entendu chez nous?  Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? A moins que vous ne soyez nouveau dans le coin vous savez que les grands écarts ne nous ont jamais fait peur chez B.O BD.

 

Ainsi il ne m’a pas paru incongru, connaissant le sujet de la pièce adapté par Marcelé et ayant vu ce qui reste à mon sens probablement le film Marvel le plus intéressant de tout ce qui a été fait jusqu’à présent (même si pas exempt de défauts) de marier la B.O de Logan à Macbeth.

 

Crépusculaire, violent, tragique et sans concessions, les deux médiums ont plus d’un point en commun.

 

Certes le parti pris de Beltrami (faiseur passable à coté de ça et également responsable entre autres des B.O des précédents films consacrés au mutant griffu) d’opter pour beaucoup d’électro oblige à un court temps d’adaptation mais, une fois lancée, la lecture de la vision barbare de l’œuvre de Shakespeare s’accommode bien des rythmiques limites industrielles couplées aux cordes et cuivres montantes imitant les sirènes.

 

Présenté  comme un western des temps modernes, Logan en a certainement la noirceur, c’est via une orgue Hammond toujours à la limite de l’atonalité et des nappes plombées, que Beltrami apporte un peu de répit et de mélancolie dans sa partition, il lui ajoute un harmonica de verre, qui n’a rien à voir avec l’instrument cher à Bob Dylan mais est une sorte de mix improbable entre un piano et des bols musicaux (si, si !).

 

Minimalisme et épure  pour férocité maitrisée : un mélange hautement addictif !

 

 

 

---------------------

 

 

 

 

Bonjour Phillippe et merci d’avoir accepté de vous prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Vos Cinq Cd de chevet ?

 

 

J'ai peur de décevoir. En fait je ne crois pas être très mélomane et je n'écoute quasiment que de l'opéra, sans doute parce que ce n'est pas que de la musique. Mais à part des chanteurs lyriques, je suis dans l'incapacité de citer un seul chanteur ou un seul groupe.

 

 

 

Et vos Albums de Bd ?

 

 

Il m'est impossible de citer tous les auteurs que j'aime. Mais s'il faut en citer quelques uns, je mettrai en premier Guido Buzzelli, Crumb, Hugo Prat, Munoz et Sampayo, Tardi, Cabanes, et beaucoup d'autres. Mais il faudrait citer aussi les classiques: Töpffer, McCay, Cannif, etc.

 

De Bruit et de Fureur  /  Macbeth  Vs.  Logan

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

 

Une musique de film qui  vous a marqué, que vous affectionnez particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

Le cinéma a beaucoup d'importance pour moi, mais je ne sais pas comment répondre à cette question. Je crois que je n'ai jamais fait attention à la musique, bien qu'elle ait, sans aucun doute, influencé ma perception du film.

 

 

Votre travail :

 

 

Ecoutez vous de la musique quand vous écrivez/dessinez, et plutôt quoi ?

 

 

Pendant longtemps, j'ai écouté beaucoup de musique, c'est à dire d'opéras. Maintenant, que ce que je fais le permet, j'écoute plutôt des livres-audio ou des émissions de radio.

 

 

 

 

Ce sur quoi vous travaillez actuellement, les prochains projets ?

 

 

En ce moment, en bande dessinée, je suis parti sur un nouveau projet avec Rodolphe. C'est une conversation fictive avec Lovecraft.

 

 

De Bruit et de Fureur  /  Macbeth  Vs.  Logan

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée vous aviez fait de la musique, vous auriez  été qui, vous auriez joué quoi ?

 

 

C'est une question que je ne me suis jamais posée. Et je crois que j'ai bien fait car, à la différence de Ingres, de Crumb et de quelques autres (Margerin par exemple), je ne crois pas que j'aurais été un bon musicien dans quelque genre que ce soit.

 

 

 

Encore un grand merci pour vos réponses, et au plaisir de vous retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

 

 

------------------

 

 

Une chronique et une interview de Fab

Repost 0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 15:20

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi :STRANGE FRUIT

 


C'est de qui : Waid et Jones

 

 

La Couv':

 

Récolte tardive  /  Strange Fruit  Vs.  Split

 

Déjà lus sur le site? Pas sur.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

Récolte tardive  /  Strange Fruit  Vs.  Split

 

Ca donne Quoi ? Dans une bourgade du Mississippi, à la fin des années 20, une crue sans précédent menace d’engloutir la ville, alors que la tension est à son comble et que la catastrophe peine à réunir les blancs et noirs (ces derniers étant fortement persécutés par les premiers, et on parle de Ku Klux Klan entre autre choses guillerettes) un être étrange, très probablement extra terrestre (vu l’attirail que nous découvrirons plus tard) tombe du ciel. Il est très grand, surpuissant, muet et …noir.

 

Si son arrivée précipite les évènements va-t-il être capable de sauver la ville du désastre.

 

Strange Fruit joue sur plusieurs tableaux sans vraiment arriver à ce fixer sur un ce qui le dessert un peu. D’un coté il évoque évidement les tensions raciales en Amérique au début du siècle dernier sans apporter d’eau au moulin en restant dans l’image d’Épinal ; de l’autre il fricote avec le genre super-héroique sans pour autant exploiter son personnage principal, figure mutique et monolithique qui, à aucun moment ne représente quelque chose de concret que ce soit comme menace ou comme solution.

 

La  partie graphique quant à elle est bien belle (quoiqu’un peu figée sur certains visages trop photo réalistes)dans la droite lignée d’un Alex Ross et l’album se conclue par d’intéressants bonus (couv’ originales, essais graphiques, etc…).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi? SPLIT

 

 

C'est de Qui ? West Dylan Thordson

 

 

La couv'

 

Récolte tardive  /  Strange Fruit  Vs.  Split

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Non.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Après presque deux décennies de bons et loyaux services, Shyamalan fait des infidélités à James Newton Howard, à moins que ce soit ce dernier qui suite aux  échecs commerciaux à répétition ait préféré aller vers des réals plus bankable.

 

Qu’à cela ne tienne l’homme aux films « à chute » fait appel à un nouveau venu à qui il va cependant demander d’explorer les thématiques underscorings à répétition de son ex collaborateur tout en y injectant une bonne dose de frayeur musicale.

 

Par le biais d’un piano solo inquiétant, de parties de violons aigues ou encore de bruits ressemblants à des grognements constants, Thordson réalise un score de genre aussi torturé que le sujet du film (un schizophrène aux 23 personnalités enlève des jeunes filles) et installe une atmosphère oppréssante de bout en bout avec quelques passages forts nerveux.

 

Une B.O qui ne fonctionne qu’en tant que telle (en même temps c’est un peu le but me direz vous !) mais qui, heureusement pour nous, avec un autre médium, est tout aussi intéressante.

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 07:55

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : COMMENT ABORDER LES FILLES EN SOIREES

 


C'est de qui : Moon et Ba adaptent Gaiman

 

 

La Couv':

 

Girl power(s)  /  Comment aborder les filles en soirées  Vs.  Something Wicked This Way Comes

 

Déjà croisé sur le site? Oui tous.

 

 

C'est édité chez qui? Urban

 

 

Une planche:

 

Girl power(s)  /  Comment aborder les filles en soirées  Vs.  Something Wicked This Way Comes

 

 

Ca donne Quoi ? Vous vous souvenez peut être, il y a encore peu j’évoquais la difficulté parfois de trouver un accompagnement musical adéquat à la lecture de certains albums. Comment aborder les filles en soirées s’est révélé un exemple flagrant de ce problème. En effet, difficile d’identifier à première vue dans quelle catégorie pouvait bien rentrer cette adaptation d’une nouvelle de Gaiman par les jumeaux argentins. Nouvelle que, pourtant, j’ai lu lors de sa première parution en VF mais c’était il y a trop longtemps pour que j’en ai un souvenir quelconque.

 

De quoi parle t-elle donc cette histoire ? De deux jeunes potes qui se retrouvent à une soirée pour essayer d’emballer des filles mais qui vont vite se rendre compte que tous les canons qui sont présents à la fête sont des plus particulières…mais genre particulière d’une autre dimension voyez-vous ?!

 

Le tout, vous connaissez Gaiman, raconté avec force détours et réflexions sur les relations entre les sexes, l’estime de soi, l’amitié et la vie en général. L'alliance du fond et de la forme quoi.

 

La poésie de l’auteur britannique trouve un beau vecteur dans le trait si particulier de Moon et Ba qui rendent leurs protagonistes féminins aussi troublants  que possible tout en leur donnant à chacune un charme vénéneux, la colo, surtout sur les effets de fin d’histoire, est, de plus, plutôt bien choisie.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? SOMETHING WICKED THIS WAY COME

 

 

C'est de Qui ? B. Adamson

 

 

La couv' 

 

Girl power(s)  /  Comment aborder les filles en soirées  Vs.  Something Wicked This Way Comes

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Le talentueux Barry Adamson, hors des modes, a su, au fil des années trouver et imposer son style, entre jazz cinématographique sexy et crooner classe.

 

Lynch ne s’y est d’ailleurs pas trompé en utilisant ce morceaux au groove imparable dans la scène du mythique Lost Highway où le film bascule définitivement dans l’étrange cher au réalisateur aux cheveux platine.

 

 

Something Wicked this way come est composé de samples de choses aussi éloignées que surprenantes, le Blue Lines des incontournables Massive Attack, Spooky des Classics IV et, last but not least, Le Temps des souvenirs de Francoise Hardy !

 

Le titre, tiré d’un vers de Shakespeare, a été utilisé maintes fois en musique, dans des genres forts différents, et figure sur Oedipus Schmoedipus le quatrième album d’Adamson, l’un de ses plus abouti et des plus cinématique.

 

Aussi agréable que borderline ce morceau s’est finalement révélé plutôt sympa avec Comment aborder les filles en soirées.

 

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags