21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 16:44

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi :TER. 2 LE GUIDE

 

 

C'est de qui ? Rodolphe & Dubois

 

 

La Couv':

 

Retour sur Ter  /  Ter 2  Vs.  Blade Runner 2049

 

Déjà lus sur B.O BD?Oui, Rodolphe souvent et Dubois sur l’album précédent.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

 

Une planche:

 

 

Retour sur Ter  /  Ter 2  Vs.  Blade Runner 2049

 

Ca donne Quoi ? Souvenez-vous du cliffhanger vertigineux du tome précédent, digne de celui du final de la Planète des Singes, où les protagonistes de cette saga futuriste et humaniste réalisaient qu’ils n’étaient pas sur Terre.

Le vaisseau sur lequel, au fil des années s’est amassée une couche de sable et leur a permis de vivre et de construire (oui, c’est de la S.F pour ceux que je vois relever le sourcil au fond là bas !) se met alors à bouger et c’est la panique.

Notre pauvre Mandor est désigné comme responsable par les habitants de TER et, alors qu’il est capturé par ceux d’en haut afin d’être jugé, il a la vision de l’intérieur du vaisseau.

 

Tout le monde s’y rue pour échapper au désastre mais ce qui les attend à l’intérieur n’est guère plus enviable !

 

Un peu moins de légèreté, plus de tension, Rodolphe, en scénariste de métier, n’hésites pas à tirer savamment les ficelles du genre, à le mélanger à d’autres, quitte à faire passer des pilules parfois un brin grosses, pour proposer une saga de SF classe.

 

La narration, le découpage et le trait réaliste et  fort détaillé de Christophe Dubois est très à propos ici, apportant une dimension fantastique à un univers original et attrayant qui se place parmi les grandes séries du genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? BLADE RUNNER 2049

 

 

C'est de Qui ?  H.Zimmer & B. Wallfisch

 

 

La couv' 

 

Retour sur Ter  /  Ter 2  Vs.  Blade Runner 2049

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui pour Zimmer, pas sur pour son séide.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Passons sur la fort probable inutilité d’imposer un remake de l’un des films de SF considéré par d’aucuns comme une œuvre majeure, sinon emblématique du genre (notre cher Lio ne tarit d’ailleurs pas d’éloges à son sujet, souvenez-vous) qui en dit de nouveau long sur l’incapacité –dirais-je stérilité ?- d’Hollywood à retrouver un souffle perdu voilà déjà des décennies, pour nous intéresser à sa B.O.

 

Idée Ô combien audacieuse (à moins qu’elle ne soit juste complètement stupide, j’hésite) de remplacer le visionnaire Vangelis, dont la musique à base de synthétiseurs habités et d’électronique planante est certes complètement datée aujourd’hui, par la définition même de la B.O formatée à grands renforts d’effets explosifs, le teuton Hans Zimmer.

 

Pas étonnant que Johann Jóhannsson ait quitté le bateau en cours de route, en effet, de son propre aveu Villeneuve, réalisateur de cette resucée au casting improbable (Ryan Gosling, sérieusement ?!), voulait une B.O faisant référence à celle de l’original.

Qu’à cela ne tienne, Zimmer, spécialiste des photocopies, s’est appuyé lourdement sur la partition de Vangelis sans jamais pourtant arriver à atteindre l’inventivité et le lyrisme de cette dernière. De plus, chassez le naturel… dés que l’action est au rendez-vous, le boss de Remote Control et son pote Wallfisch (là aussi on se demande pourquoi il fallait être deux, mais bon !) ressortent l’artillerie lourde et range la finesse au placard.

 

Une musique ambiante trop attendue, aux éclats pyrotechniques marqués, qui, si ell ne fera pas oublier son modèle, sert plutôt pas mal de score de saga SF d’envergure, et ça tombe bien, c’est ce à quoi on la destinait !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 14:47

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : HOLLY ANN 3. NE DANS LE BAYOU

 

 

C'est de qui ? Servain & Toussaint

 

 

La Couv':

 

Noir Cajun  /  Holly Ann 3  Vs.  Southern Comfort

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui sur les tomes précédents.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

 

Une planche:

 

 

Noir Cajun  /  Holly Ann 3  Vs.  Southern Comfort

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que la maison close la plus en vue de La Nouvelle Orléans part en fumée, le spectre d’un pyromane ressurgit du passé de Holly Ann, trainant avec lui des révélations aussi sinistres que choquantes.

 

Les masques tombent, les personnalités se révèlent et il faudra toute  la pugnacité de notre singulière héroine pour faire la lumière sur cette sombre enquête.

 

Avec ce troisième tome, au dessin anguleux et expressif toujours aussi réussi, la série prend encore plus d’envergure avec un coté thriller dévellopé digne des classiques du genre. Les personnages sont attachants car travaillés et ne manquent ni de personnalité ni d’épaisseur.

 

Gageons que si elle rencontre le succès qu’elle mérite Holly Ann est amenée à devenir un classique.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? SOUTHERN COMFORT

 

 

C'est de Qui ?  Ry Cooder

 

 

La couv' 

 

Noir Cajun  /  Holly Ann 3  Vs.  Southern Comfort

 

Déjà entendu sur B.O BD? Une fois ou deux.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Le maître incontesté de la guitare slide, qui, outre avoir donné l’identité musicale inséparable au Paris, Texas de Wenders, a joué avec certains des artistes les plus emblématiques de leur époque, s’est illustré sur une grosse  poignée de B.O pour le grand écran où son inimitable son fait des merveilles.

 

Ici si le Bottleneck est de rigueur et la ritournelle cajun abordée sur la générique, Cooder sait aussi jouer le mystère aussi épais que les marais de Louisianne avec des effets de reverb’ et autres échos bienvenus qui inspireront entre autres les B.O de Wild Things, du Dead Man de Jarmusch  ou encore de The Hot Spot .

 

Certes la musique est assez rare dans le long métrage mais chacune de ses incursions est aussi réfléchie qu’efficace. L’ambiance est évidement fort raccord avec le background de Holly Ann et les touches de suspense décalé sont fort intéressantes avec ce troisième volet.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 09:09

 

Suite et fin de notre mini cycle sur la BD Historique avec une autre nouveauté, voyageons dans le temps et l'espace pour nous retrouver, en bonne compagnie, à Waterloo!

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA FACE CACHEE DE WATERLOO

 

 

C'est de qui ? A. Arinouchkine

 

 

La Couv':

 

Histoire et BD  /  La Face Cachée de Waterloo  Vs.  War and Peace

 

Déjà lu chez nous? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Guymic

 

 

 

Une planche:

 

 

Histoire et BD  /  La Face Cachée de Waterloo  Vs.  War and Peace

 

Ca donne Quoi ? Eté 1815, Napoléon est balloté entre ses multiples ennemis en Europe ; s’il a essuyé une défait face aux anglais, l’avancée contre les Prussiens est manifeste. Fort de sa victoire, l’Empereur engage ses troupes dans une chasse à l’homme qui va se régler en Belgique.

 

Si ce premier tome s’intitule La Victoire de l’Empereur c’est qu’il se termine sur un moment de la première journée où les forces françaises semblent tenir la victoire et ce malgré de sévères pertes dans les bois devant Hougoumont et ensuite lors du premier affrontement de face.

 

Après presque 6 ans sans nouvelle, Andreï Arinouchkine revient à la BD ; s’il délaisse la fantasy pour le genre historique, il n’ y met néanmoins pas moins de sang, de violence, de sueurs et de larmes. Sa vision de l’une des plus célèbres défaite de Napoléon, dans son style ultra réaliste (certes parfois un brin figé au niveau de certaines mimiques de soldats) aux couleurs directes à couper le souffle (quelles aquarelles !) donnent à ce premier volet (sur deux) des allures de reconstitution cinématographique fastueuse.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WAR AND PEACE

 

 

C'est de qui ? Nino Rota

 

 

La Couv':

 

Histoire et BD  /  La Face Cachée de Waterloo  Vs.  War and Peace

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A la manière des grands classiques des décennies précédentes (les Rosza, Steiner et autres Korngold), l’italien Nino Rota ressuscitait dans cette adaptation de King Vidor du roman fleuve de Tolstoï, à grands coups de fanfares et  en grande pompe les scores aux dorures musicales du Hollywood de l’âge d’or.

 

Orchestre fourni, arrangements luxueux, mélodies qui convoquent aussi bien les thématiques  guerrières et grandiloquentes de l’histoire que sa dimension dramatique, la partition de Rota est une réussite à quasiment tous les niveaux.

Le talent de compositeur qui lui vaudra la reconnaissance du gotha quelques années plus tard avec The Godfather est déjà ici bien présent.

 

Si l’on zappera des passages un peu trop pompeux ou mélo pour notre BD napoléonienne du jour on appréciera sans réserves la plupart des autres pistes de la B.O tant elle restitue la lyrisme épique de l’époque et de l’histoire évoquées.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 13:03

 

 

Rompons donc avec nos habitudes et passons d'un extrême à l'autre, avec un mini cylce BD historiques qui débute ce mercredi, dédié aux adultes, avertis qui plus est, puisqu'il est quastion aujourd'hui d'une BD X!

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : INGUINIS. L’ESCLAVE DU PANTHEON.

 

 

C'est de qui ? Even & Guenet

 

 

La Couv':

 

Histoire et BD (X pour le coup en plus!)  / Inguinis  Vs.  Hannibal

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui pour le dessinateur.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

 

Une planche:

 

Histoire et BD (X pour le coup en plus!)  / Inguinis  Vs.  Hannibal

 

 

 

Ca donne Quoi ? Intrigues au sein de la Rome Antique alors qu’une jeune et douée sculptrice ( ah oui et belle ce qui ne gâche rien !) qui vient de récupérer les contrats de son défunt père découvre que ce dernier aurait été assassiné et que l’affaire remonte en haut lieu !

 

Inguinis nouvelle série de Katia Even est un peu le chainon manquant entre le (déjà) classique grand publique Murena de Dufaux et Delaby et le très osé mais néanmoins recherché historiquement Messalina de Mitton.

 

La période historique traitée est, donc, propice à mélanger scénario classique de thriller et érotisme plus que débridé (sans tomber dans la vulgarité cela dit) et Inguinis prouve que l’un et l’autre peuvent très bien cohabiter.

 

Nicolas Guenet, que l’on avait découvert chez nous sur de la fantasy musclée, démontre ici une nouvelle facette de son talent et son graphisme réaliste parfois un rien outré (on pense même à Corben sur quelques cases !) se prête très bien au genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? HANNIBAL

 

 

C'est de Qui ?  C. Rusticelli

 

 

La couv' 

 

 

Histoire et BD (X pour le coup en plus!)  / Inguinis  Vs.  Hannibal

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans cette période riche en séries B à Z de genre où le western et le péplum rivalisaient niveau production à la chaine en Italie, Hannibal, avec Victor Mature dans le rôle titre et rien moins que Terence Hill et Bud Spencer en seconds couteaux (et pour la première fois ensemble à l’écran !), ne se démarque guère du reste de ses semblables si ce n’est par sa musique.

 

Il faut préciser que ce n’est pas Cinecitta qui finance mais bel et bien la Warner et que donc l’enveloppe est tout de même plus conséquente.

 

Carlo Rusticelli, moins prolixe mais, du coup, plus sélectif que ses compatriotes de l’époque, prend soin de composer une B.O assez grandiose, où il fait revivre le lustre de la décennie précédente de l’autre coté de l’Atlantique.

 

Si on a évidemment droit à pas mal de thèmes pour cuivres, le principal en tête, les autres corps d’instruments ne sont pas en reste et l’écriture ne manque clairement pas de richesse.

 

Peut être un peu trop « grand spectacle » pour ce premier tome d’Inguinis, il appuie le coté BD historique en atténuant un brin la partie X.

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 08:53

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : TARZAN SEIGNEUR DES SIGNES ;

 

 

C'est de qui ? L.L De Mars

 

 

La Couv':

 

Tarzan sur Mars  /  Tarzan Seigneur des Signes  Vs.  Fantasmagories

 

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Rackham

 

 

 

Une planche:

 

 

Tarzan sur Mars  /  Tarzan Seigneur des Signes  Vs.  Fantasmagories

 

 

Ca donne Quoi ? Dés le titre le ton est donné ; l’icône du héros sauvage par excellence n’est plus le seigneur des primates mais celui des marques et indications diverses, celle de la bande dessinée puisque, au sein des centaines de représentations que le héros de E.R. Burroughs a connues, c’est sur celles du 9° Art que L.L de Mars a arrêté son choix.

 

Ainsi, reprenant le personnage aux origines, l’auteur nous donne sa vision du mythe. Mais attention, foin de narration lambda et autre resucée d’une histoire devenue universelle, nous avons droit ici à une sorte de making-off d’un album en devenir, où les multiples incarnations de Tarzan s’entrechoquent, doublé d’une réflexion touffue autant qu’iconoclaste.

 

Pages de gauche le récit en images, sans bulles ni phylactères, parfois laissées à l’étape de story-board, avec force collages et montages, crayonnés, gommés, scotch et autres traces de correcteur.

 

Tarzan sur Mars  /  Tarzan Seigneur des Signes  Vs.  Fantasmagories

 

Pages de droite, et c’est là que le livre prend vraiment sa signification (quoique), des suites de trois cases carrées en petit format, là aussi à divers étapes de finalisation et dans divers styles graphiques, portant des indications de récit intriquées plus ou moins arbitrairement à des réflexions sur le médium, sur l’utilité d’une énième variation, sur la portée philosophique et symbolique du texte et du personnage…

 

Tarzan Seigneur des Signes est une œuvre clairement expérimentale, qui pourra perdre son lecteur si celui ci n’est pas prêt à s’affranchir des codes de la BD traditionnelle, mais qui porte en elle un intérêt certain, sur le fond comme sur la forme.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? FANTASMAGORIES

 

 

C'est de Qui ?  C. Sauvage

 

 

La couv' 

 

 

Tarzan sur Mars  /  Tarzan Seigneur des Signes  Vs.  Fantasmagories

 

 

 

Déjà entendu chez nous? Pas sur.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Camille Sauvage, clarinettiste formé au jazz qui composera pas mal pour le cinéma bis dans les années 50 à 70 (période à laquelle il s’essaye même aux musiques de films X !) revisite ici dans des versions électroniques quelque peu hallucinées des thèmes classiques du cinéma de genre.

 

Du vibraphone, une section de cuivres, quelques claquements de doigts et autres basses psychédéliques vrombissantes, Fantasmagories, comme son titre l’indique sonne extraordinaire autant qu’irréel, surréaliste autant que groovy.

 

Si de prime abord les deux œuvres proposées ensemble aujourd’hui semblent fort éloignées, c’est l’esprit conceptuel, décalé et purement artistique commun qui les rapproche et en font deux compagnons de route qui s’entendent comme larrons en foire !

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags