4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 20:14

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  OSCURO EN ROSA

 

 

C'est de qui ? Tony Sandoval

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà lu sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est l’été et Gloria, dont le père a mystérieusement disparu quelques années plus tôt, fait un rêve érotique au bord d’un ruisseau dans lequel une créature lui révèle que chaque fois qu’elle aura un orgasme il lui fera une révélation.

 

Dés lors, la jeune fille, dont le corps semble habiter d’une entité sexuelle étrange, va expérimenter cette prophétie avec sa copine Angie, avec un voisin frustré amoureux d’elle ou encore avec une créature aquatique, lointain cousin du Abe Sapien de Mignola) dans une ambiance de fin de vacances onirique et bucolique.

 

Ce nouvel album de la collection Porn ‘n Pop dirigée Céline Tran est un peu à part de par son coté plus « sage » que ses prédécesseurs. Néanmoins que les (a)mateurs ne soient pas refroidis, du sexe il y en a et pas qu’un peu.

 

 

On retrouve Tony Sandoval sur B.O BD avec un plaisir non dissimulé, surtout que son nouvel opus contient en substance ce qui a fait le succès des précédents albums de l’auteur mexicain, de Nocturno à Futura Nostalgia en passant par 1000 Tempêtes : jeunesse post-ado qui découvre l’amour et son corps (et ici pas qu’un peu !), fantastique débridé et poétique, créatures hybrides… le tout toujours dans ce style si personnel et inclassable.

 

Sandoval passe ici un cap puisque de suggéré dans pas mal de ses précédents opus l’érotisme est ici montré (en gros plan même) mais ne perd pas son identité au passage, bien au contraire !

 

Si l’on devait se prêter au jeu des références on dirait que Oscuro en Rosa c’est un peu le Une Sœur de Vivès revu et corrigé par Guillermo Del Toro.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LAST NIGHT

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui quasiment toute sa dicsographie.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Le talent et la sensibilité musicale si particulière de Clint Mansell lui ont rapidement ouvert les portes d’une carrière internationale dans le monde de la musique de film mais c’est avec une certaine surprise que l’on le retrouve sur ce mélo où notre Guillaume Canet national emballe Keira Knightley pour un adultère (ou pas ?) un soir de retrouvailles.

 

Renouant avec une certaine simplicité instrumentale via un piano solo, Mansell flirte avec le minimalisme cher à Phillip Glass et sait créer tension et ambiguïté là où les acteurs ou les situations auraient pu en manquer.

 

Moins étrange ou décalée que beaucoup des opus du compositeur pour le grand écran, la B.O de Last Night possède cependant tous les atouts pour souligner avec justesse les sentients évoqués dans Oscuro en Rosa auquel il apporte une touche mélancolique intéressante.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 09:22
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ALERTE 5

 

 

C'est de qui ? M. De radigues

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Branle bas de combat à la station spatiale d’observation spatiale sur Mars qui se voit mettre en confinement (oui, là bas aussi ça arrive) non pas à cause d’un virus mais d’un attentat terroriste qui a eu lieu sur Terre alors qu’une fusée lancée pour rejoindre la station satiale a explosée en vol avec à son bord des cosmonautes.

 

La situation sur Mars, qui semble un peu disproportionnée vu l’éloignement, va rapidement se détériorer entre les 5 membres de la mission. Les rancœurs, la méfiance, les psychoses et la claustrophobie  s’insinuent dans le quotidien de ces hommes et ces femmes coincés dans leur base.

 

 

Max De Radiguès n’est jamais là où on l’attend ! Après un road movie déjanté (déjà chez Casterman) et un western à part, on le retrouve ici pour cet album qui, sous couvert d’une histoire de SF doublée de thriller, se révèle être une analyse fine des comportements humains et réserve quelques twists assez inattendus et réussis.

 

Le style graphique de l’auteur est toujours aussi minimaliste pour les protagonistes mais, background oblige, les décors sont ici détaillés et réalistes, le tout appuie bien le décalage de l’ambiance si particulière de Alerte 5.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SAN JUNIPERO

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez nous? Souvent oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour l’un des plus célèbres épisodes de l’une des séries à succès qui a fait celui de Netflix (même si tout n’est pas de la même qualité, loin s’en faut) Clint Mansell renoue avec la musique atmosphérique de films comme Moon ou The Fountain.

 

Pour coller à l’esprit 80’s mélancolique de l’épisode San Junipero Mansell mélange des nappes électroniques rétro à base de synthés planants avec un orchestre –de cordes notamment-  discret mais aux accords des plus émouvants.

 

Fortement influencé par les morceaux de pop utilisés dans l’épisode et, de son propre aveu, par le deuil de sa fiancée récemment disparue, Mansell livre une B.O méditative et sombre où il a également cherché à traduire l’évolution de la musique électronique qui a eu lieu à la fin des années 80 et qui est intéressante sur Alerte 5 et ses thèmes sous-jacents.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
27 avril 2021 2 27 /04 /avril /2021 12:35

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TERRA PROHIBITA. 1° CYCLE.

 

 

C'est de qui ? Filippi & Laumond

 

 

Une Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans le Paris du début d’un XX° siècle uchronique et steampunk, où l’expérimentation sur la végétation a pris des proportions monstres, , Dorian Singer, un tueur à gages –accessoirement également  biologiste expérimentateur- est traqué par Melville un flic retors qu’il va piéger et obliger à l’accompagner dans une mission. Il est en effet chargé de tuer une jeune femme, détective privée elle même sur la piste d’un biologiste disparu, éliminé par…Dorian.

 

La commanditaire de l’enquête et ses deux compagnons font  également partie de l’aventure et tout ce petit monde se retrouve dans la partie infectée de la capitale, rapidement pris en chasse par les autorités.

 

 

Infiltration risquée, trahisons diverses et variées et autre courses poursuites aériennes sont aussi au programme de ce –premier- diptyque à l’intrigue un peu trop chargée à mon goût qui, dans le feu de l’action –et c’est un euphémisme !- survole ses multiples pistes scénaristiques. C’est un peu le sentiment que j’avais eu à la lecture du Spirou de Filipi d’ailleurs.

 

Reste que la partie graphique est assez bluffante elle, avec des décors dantesques –même si la colo est parfois chargée elle aussi- dans un style qui n’est pas sans faire penser à celui d’un Terry Dodson parfois (mention spéciale à l’héroïne aux traits de Liz Taylor !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :IN THE EARTH

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si le nom de Mansell est intimement lié à celui du réal Daren Aronofski, dont il a mis en musique tous les longs (sauf un), le compositeur a entamé depuis 2015 une collaboration étroite avec Ben Wheatley pour qui il a composé les B.O d’une dystopie, d’une comédie, d’un remake de Hitchcock et, last but not least du film d’horreur d’aujourd’hui.

 

Le genre n’est pas inconnu à Mansell qui y a officié une poignée de fois mais ici la musique est particulièrement importante dans le fait que le film a été pensé quasiment autour d’elle.

 

Mansell écrit des pistes diégétiques et non diégétiques, avec un dépouillement d’ensemble assez marqué et peu d’arrangements ou de post prod.

Revenant à une musique électronique dénué d’interprétation par des instruments classiques, il joue sur les atmosphères crées par des nappes hypnotiques très 80’s parfois zébrées d’effets old school flippants.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
3 juin 2019 1 03 /06 /juin /2019 08:21
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TRANSPERCENEIGE, EXTINCTIONS.

 

 

C'est de qui ? Rochette & Matz.

 

 

La Couv':

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le scénariste comme le dessinateur.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Ca donne Quoi ? Je dois vous avouer quelque chose, dans mes jeunes années je me rêvais éventuel éco terroriste alors que je mettais à mal pièges et autres abris de chasseurs.

Aujourd’hui encore, si une réalité plus terre à terre à base de famille, d’enfants et de travail  a enterré mes velléités rebelles, la crise écologique sans précédent que nous sommes en train de vivre me préoccupe –comme beaucoup de mes congénères je l’espère- grandement, surtout pour les enfants sus-cités.

 

Ce Transperceneige Extinctions me touche donc doublement, d’une part de par son propos, profondément ancré dans une réalité actuelle, de l’autre de par son statut de prologue a la grande saga SF, récemment remise à l’honneur chez Casterman, qu’est le Transperceneige.

 

On y découvre l’inventeur humaniste du train gigantesque supposé protéger une partie sélectionnée de la population mais également un groupuscule d’individus, menés par un autre visionnaire, d’un tout autre ordre celui ci, plus radical.

 

Une course contre la montre à distance est lancée entre ceux qui veulent survivre au désastre programmé et ceux qui vont l’enclencher.

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Matz remplit ici son cahier des charges (si tant est qu’il y en ait eu un) haut la main, livrant un scénario visionnaire et désespérément lucide sur un avenir apocalyptique proche que le dessinateur Jean Marc Rochette - artiste de la série d’origine qui a une double actualité ce mois ci avec la sortie simultanée de l’excellent Le Loup (sur lequel nous reviendrons bientôt)- met en image de façon réaliste et convaincante de par son trait nerveux et incisif.

 

Un prologue qui, 35 ans après, fait honneur à son modèle.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SMOKIN ACES

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Aux antipodes des morceaux utilisés sur le film et même d’une grosse partie du scénario, Clint Mansell livre, pour ce polar choral délirant, une B.O toute en ambiance, plus dans l’esprit de Requiem For A Dream (toutes proportions gardées) que de Doom (oui, c’est bien Mansell qui est responsable de cette B.O !).

 

 

Il fait preuve d’un éclectisme poussé, mélangeant nappes de synthés planantes et sonorités flamenco ‘si, si !) pour un résultat aussi mélancolique qu’hypnotique avec tout de même quelques pistes plus axées sur le suspense même si elles restent largement minoritaires.

 

Pas du Mansell du haut du panier mais un score atypique au possible qui illustre bien la noirceur prononcée de cette Extinctions annonciatrice (à plus d’un titre !)

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 09:00

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SPILL ZONE 2

 

 

C'est de qui ? Puvilland & Westerfeld

 

 

La Couv':

 

Zone fantome  /  Spill Zone 2  Vs.  Ghost In The Shell

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur le premier.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

Zone fantome  /  Spill Zone 2  Vs.  Ghost In The Shell

 

Ca donne Quoi ? Si Addie comptait bien laisser la zone infectée et ses problèmes derrière elle grâce à l’argent gagné avec ses clichés, c’était sans compter sans Vespertine, l’entité qui a pris possession de Lexa, sa petite sœur, et ne l’entend pas de cette oreille.

 

L’arrivée d’un jeune nord coréen qui a également été touché par les émanations d’une zone identique dans son pays, va également bouleverser les plans de notre héroïne puisqu’il parvient à la décider d’aller affronter les créatures de la zone.

 

Suite (et fin) du comics aux allures post apocalyptique de Westerfeld et Puvilland qui mettent les petits plats dans les grands à grands renforts de scènes d’action à haute tension et de suspense tendu le tout toujours dans ce style graphique à la croisée des genres, original sur un tel scénario, dans une explosion de couleurs parfois forts flashy, option payante pour personnifier les envahisseurs extra terrestres à l’intérieur des corps d’animaux.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : GHOST IN THE SHELL

 

 

C'est de qui ? Mansell & Balfe

 

 

La Couv':

 

Zone fantome  /  Spill Zone 2  Vs.  Ghost In The Shell

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui, tous deux.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Quelle idée est la plus saugrenue: réaliser un remake du manga culte Ghost In The Shell avec Scarlett « Veuve Noire » Johansson dans le rôle titre ou demander à deux compositeurs aux styles et sensibilité musicale aussi éloignés que Clint Mansell (Requiem for a dream) et Lorne Baffle (Kung Fu Panda 2, Mission Impossible : Fallout) d'en assurer la musique?

 

Il semblerait, de ce que l'on trouve sur la toile, que le matériel composé par Mansell ait été retravaillé et/ou produit par Balfe ainsi que par les compositeurs de la B.O de la série Hell on Wheels. Si Mansell avait déjà oeuvré dans le film futuriste bourrin (Doom, autre adaptation hasardeuse), difficile de déceler sa patte dans cet imbroglio d'électronique léchée mais déjà quasi datée, d'effets vrombissants et autres plages atmosphériques heavy, traversées de passages à l'orchestre plus enlevés mais un peu trop rares.

 

On pense à d'autres films de SF récents aux musiques quasi-interchangeables, de Oblivion à Elysium dans cette débauche d'effets et si l'ensemble n'est pas mauvais en soi on se dit que Mansell en solo aurait probablement proposé quelque chose de plus original.

Néanmoins un score SF survitaminé qui colle bien à cette conclusion de Spill Zone.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags