3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 13:18

 

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : UN AUSTRALIEN A GALLIPOLI

 

 

C'est de qui ? Starke & Holfeld

 

 

La Couv':

 

 

Kangourou en guerre  /  Un Australien à Gallipoli  Vs.  Uomo Contro

 

Déjà lus sur B.O BD? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Kramiek

 

 

 

Une planche:

 

 

Kangourou en guerre  /  Un Australien à Gallipoli  Vs.  Uomo Contro

 

 

Ca donne Quoi ? En fait d’un, ce sont plus de 2000 australiens qui vont se retrouver face aux soldats de l’Empire ottoman, alliés de la Triplice, dans le détroit des Dardanelles, à des milliers de kilomètres de chez eux et tout ça pour servir la « Mère Patrie », la Grande Bretagne.

 

Roy et Wally, deux jeunes hommes idéalistes pleins de rêves de gloire et d’ailleurs, prèts à en découdre avec les « Huns » comme ils les surnomment, vont s’engager dans cette bataille qui n’est pas la leur et, pendant plus d’un an, vivre l’enfer des tranchées dans un environnement hostile pour une campagne perdue d’avance qui se soldera par une retraite en catimini et, surtout, d’innombrables victimes des deux cotés.

 

La scénariste Ruth Starke a une relation particulière avec cette période de l’Histoire puisque elle a des ancêtres qui y ont participé ; son récit n’est jamais mièvre ni didactique, rythmé par le quotidien de ses soldats de fortune et leurs multiples affrontements avec l’opposant, il se lit d’une traite, et est autant un plaidoyer contre la guerre qu’un vibrant hommage aux soldats australiens.

 

Coté graphisme, le canadien Greg Holfeld a fait le choix de l’anthropomorphisme, avec des animaux représentant au mieux leurs pays –les australiens sont donc par exemple des kangourous- et son trait semi réaliste rehaussé informatiquement de tons allant des pastels aux plus vifs pour les scènes de bataille, est un atout supplémentaire à ce témoignage d’une page de la Première Guerre Mondiale relativement peu connue.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? UOMINI CONTRO

 

 

C'est de Qui ?  P. Piccioni

 

 

La couv' 

 

Kangourou en guerre  /  Un Australien à Gallipoli  Vs.  Uomo Contro

 

 

Déjà entendu chez nous? Très probablement.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? J’aurais pu la jouer facile et choisir la musique de Gallipoli par Brian May (film qui, selon les auteurs, serait peut être à l’origine d’une recrudescence d’élan patriotique de la part de la génération de l’époque pour les commémorations de la bataille), mais outre un ou deux morceaux émouvants joués par des instruments classiques, le reste est bourré d’affreux synthétiseurs des années 80 absolument inécoutables aujourd’hui (voir qui décourageraient une quelconque motivation de revisionnage du long métrage).

 

C’est donc vers la B.O d’un film de la décennie précédente que j’ai arrêté mon choix, sorti en France sous le titre Les Hommes Contre, ce long métrage italien de Fransesco Rosi évoque la mutinerie de soldats transalpins contre leur chaine de commandement qui les envoie sans sourciller à la boucherie face à l’armée austro-hongroise. Si on pense parfois aux Sentiers de la Gloire de Kubrick, coté musique on est à l’autre extrémité du prisme.

 

Piccioni, homme à tout faire du 7° Art en son pays, avec des douzaines de scores à son actif, prouve ici que, employé sur un film aux images aussi dures que son scénario et son propos sont forts, est capable du meilleur.

 

Mettant l’accent sur les scènes choc de combat, n’hésitant pas à pousser loin dans la noirceur sa musique où cuivres et percussions redoublent d’efforts, le compositeur italien livre une B.O sans concessions, aussi tragique que possible.

 

Une sacrée ambiance du coup avec ce couple BD et B.O, qui met idéalement en exergue l’aspect antimilitariste du sujet.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost 0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 06:49

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : OPERATION COOPERHEAD

 

 

C'est de qui ? J. Harambat

 

 

La Couv':

 

La Guerre c'est pas du cinéma! (quoique)  /  Opération Cooperhead  Vs.  What did you do in the war, daddy?

 

Déjà lu chez nous? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

 

Une planche:

 

 

La Guerre c'est pas du cinéma! (quoique)  /  Opération Cooperhead  Vs.  What did you do in the war, daddy?

 

 

Ca donne Quoi ? 1943, sur une idée saugrenue du Capitaine Dudley Clarke, qui était semble t-il coutumier du fait- Churchill somme David Niven et Peter Ustinov, alors tous deux engagés dans l’armée britannique et en train de préparer un film ensemble, de monter une vaste opération de désinformation visant à faire croire que le Général Montgomery est en Afrique du Nord afin de détourner l’attention des nazis du débarquement allié imminent.

 

S’ensuit alors un « casting » et moult préparations afin de trouver le candidat adéquat pour jouer le rôle de Monty et monter la supercherie.

 

A la manière de ces comédies enlevées sur la Seconde Guerre Mondiale, Jean Harmabat, décidément original dans ses choix de projets, s’empare d’un fait réel et, se basant sur les biographies et témoignages des trois principaux protagonistes, Niven, Clifton James –le malheureux double de Montgomery- et Ustinov, livre une variation aussi romancée que drôle de cette histoire rocambolesque à souhait où l’on retrouve agents doubles, espions russes, tournages de cinéma et autres courses-poursuites.

 

On regrettera un peu la présence de trop d’extraits des dites bios mais la finesse du scénario et un trait délicieusement décalé, qui n’est pas sans faire penser à celui d’un kiraz voire, plus proche de nous, à celui d’Alexandre Clérisse, effacent bien vite ce petit bémol et fait d’Opération Cooperhead un album aussi original qu’amusant.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? WHAT DID YOU DO IN THE WAR DADDY?

 

 

C'est de Qui ?  Mancini (et divers)

 

 

La couv' 

 

 

La Guerre c'est pas du cinéma! (quoique)  /  Opération Cooperhead  Vs.  What did you do in the war, daddy?

 

 

Déjà entendu chez nous?

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ?  Quand on parle de comédies de la grande époque, comment ne pas penser à Blake Edwards ?Le réalisateur qui vient de connaître un énorme succès avec la Panthère Rose et The Great Race fait de nouveau appel à Harry Mancini, responsable des deux B.O, qui, fort de son expérience de jazzman et d’arrangeur hors pair, se frotte là à sa première comédie de guerre.

 

Au milieu de marches militaires remaniées des plus dansantes il n’hésite pas à placer des soli de guimbarde et autres airs dignes de musiques de foire, ainsi que des thèmes romantiques souvent langoureux et autres légèretés à base de cordes et d’accordéon.

 

L’ensemble fleure bon l’humour classe et le second degré, qualités que l’on reconnaîtra sans peine à l’album d’ Harambat !

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost 0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 07:01

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : GOLD STAR MOTHERS

 

 

C'est de qui ? C. Grive & F. Bernard.

 

 

La Couv':

 

Blessures de Guerre  /  Gold Star Mothers  Vs.  The Negro soldier

 

 

Déjà lus chez nous? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

 

Une planche:

 

 

Blessures de Guerre  /  Gold Star Mothers  Vs.  The Negro soldier

 

 

 

Ca donne Quoi ? Je dois vous avouer qu’au premier abord je n’étais pas forcément emballé par a lecture de Gold Star Mothers. Le dessin façon nouvelle école, la colo faussement naïve, le sujet même (l’un des voyages en France des mères et femmes de soldats américains morts lors de la Première Guerre Mondiale), j’y suis allé un peu à reculons.

 

Mais je lis de la BD depuis trop longtemps pour m’arrêter à une première impression, et, au fur et à mesure d’une lecture très fluide, il faut reconnaître que Catherine Grive sait provoquer l’émotion, capter et traduire les moments subtils et forts de ce qu’ont du vivre ces pèlerines, leur rapprochement malgré les différences sociales et d’âge, leur rapport au deuil …

 

Le trait de Fred Bernard, inattendu sur un tel sujet, rajoute à l’empathie du scénario, faisant finalement plus penser aux illustrations journalistique d’antan qu’à un énième Sfar ; son style graphique épuré mais expressif que l’on croirait colorié aux crayons, ajoute à l’originalité du titre.

 

Reste après le sujet qui, là par contre, m’a effectivement moins touché même s’il est traité de manière juste et fine.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE NEGRO SOLDIER

 

 

C'est de Qui ?  D. Tiomkin

 

 

La couv' 

 

 

Blessures de Guerre  /  Gold Star Mothers  Vs.  The Negro soldier

 

 

Déjà entendu chez nous? Souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour cette série de documentaires de propagande sur la Seconde Guerre Mondiale, produits par Capra et réalisés durant les dernières années du conflit, Dimitri Tiomkin, au faite de sa renommée,  livre une musique aux accents forcément martiaux et à l’élan on ne peut plus patriotique.

 

Si sur le segment The Battle of Russia il cite Tschaikovsky et Rachmaninof, sur The Negro Soldier c’est l’Ode à la joie de ce bon vieux Beethoven qu’il reprend allègrement et n’hésites pas à associer à l’hymne américain et autres gospel traditionnels (le titre du docu vous aura je présume donné un indice sur le sujet).

 

Le résultat musical est évidemment  loin d’être aussi convaincant que ce que Tiomkin a  pu écrire pour le cinéma de fiction mais reste intéressant dans son approche et dans l’unité musicale malgré les styles parfois forts éloignés au départ des matériaux utilisés.

 

L’ambiance décalée et désuète de cette B.O atypique est  intéressant sur Gold Star Mothers.

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost 0
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 10:47

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES LOSERS

 

 

C'est de qui ? Jack Kirby

 

 

La Couv':

 

Les 4 Salopards  /  Les Losers  Vs.  The Desert Fox

 

 

Déjà croisé dans le coin? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Urban Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Les 4 Salopards  /  Les Losers  Vs.  The Desert Fox

 

Ca donne Quoi ? A la fin de l’année 1974, alors qu’il vient de créer quelques un de ses personnages mythiques, Kirby est commissionné par DC pour reprendre la série des Losers dans le périodique Our Fighting Forces. Il y officiera un peu plus d’un an et livrera une douzaine d’histoires qui marqueront la franchise.

 

Si, comme Neil Gaiman qui signe une belle introduction à ce recueil, je ne lis pas de BD de guerre (on a par exemple du en croiser maximum une dizaine sur plus de 2200 chroniques ici) force est de reconnaitre que quand c’est Jack Kirby aux manettes (scénar et dessin), le genre prend une dimension insoupçonnée !

 

Nous sommes pourtant loin du canon de la série made in Kirby habituelle : ici pas de super-héros triomphant qui botte le train des bad guys, nos Losers sont une escouade réduite de 4 soldats disparates qui se coltinent les missions suicides et autres causes perdues que personne ne veut; une sorte de pendant en comics des 12 Salopards (divisés par 3!)

 

S’il leur arrive de remporter la victoire force est de reconnaître que c’est souvent dans la douleur et rarement avec les lauriers (même si le Général Patton himself les félicitera lors d’une opération spéciale).

 

De l’Europe au Pacifique, que ce soit grâce à un stratagème de comic book, face à une gangster dure à cuire, des collabos notoires ou encore pour sauver une pianiste célèbre, les péripéties de notre quatuor de poissard portent bien la patte de leur repreneur : des scénarios bourrés d’action et d’explosions portés par un dessin sur expressifs aux protagonistes acromégales marquants.

 

Continuant sa mission (d’intérêt publique !) de réédition des œuvres de Kirby, Urban propose l’intégralité du run de l’auteur dans un de ses gros bouquins cartonnés à la présentation soignée ; si vous êtes amateurs de comics old school de qualité, voici de la bonne (re)découverte pour cet été !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE DESERT FOX

 

 

C'est de qui ? D. Amfitheatrof

 

 

La Couv':

 

Les 4 Salopards  /  Les Losers  Vs.  The Desert Fox

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors qu’il œuvre depuis presque dix ans pour les différents grands studios hollywodiens (et souvent sans être crédité), le compositeur russe Daniele Amfitheatrof écrit la musique de ce biopic partial du général Rommel, tristement célèbre pour ses hauts faits d’armes durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

A une partition forcément très martiale et souvent solennelle, Amfitheatrof incorpore des motifs orientaux discrets dont l’originalité est d’être interprétés par des cuivres en lieu et place d’instruments plus traditionnels.

 

Si le compositeur regrettera plus tard sa carrière pour le cinéma au détriment de ses œuvres classiques, on appréciera son sens de l’écriture, la qualité de ses thématiques enrichies d’éléments peu usités dans le score holywodien qui font l’originalité et la qualité de ses partitions.

 

La réédition des Losers de Kirby ne méritait pas moins !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 14:11

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : SEPT ATHLETES

 

 

C'est de qui ? Kris & Bertrand Galic au scénario, David Morancho aux dessins, Javi Montes à la couleur

 

 

La Couv':

 

Les J.O. remplacent-ils les guerres?  /  Sept athlètes Vs. Pour qui sonne le glas

 

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour les scénaristes.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

 

Une planche:

 

Les J.O. remplacent-ils les guerres?  /  Sept athlètes Vs. Pour qui sonne le glas

 

Ca donne Quoi ? Pour contrer les Jeux Olympiques de Berlin de 1936, des Olympiades Populaires sont organisées à Barcelone. Vont y participer des jeunes sportifs antifascistes et, pour beaucoup, internationalistes. Ils viennent de toute l'Europe. Mais juste avant le début des épreuves, Le putsch du général Franco a lieu et la guerre civile espagnole commence. Nos 7 jeunes athlètes vont s'enrôler. Mais leur ami espagnol va les entraîner vers son village pour se battre contre la famille bourgeoise dominante qui soutient les fascistes.

 

Je ne suis pas attirée par les dessins réalistes, mais ici ils sont parfaitement adéquats avec la période évoquée. Surtout quand les dessins fins de David Moranchi sont magnifiés par la brillante colorisation de Javi Montes. Le scénario est plus classique avec son entremêlement d'exploits guerriers et son histoire d'amour tragique. Il aurait sûrement plu aux producteurs de la grande époque hollywoodienne.

 

La guerre civile espagnole a déjà été évoquée plus d'une fois en BD, mais presque toujours par un contexte servant de fond dramatique à une histoire personnelle. Cet album se plie aussi à cette règle même si les personnages sont intéressants et crédibles.

 

Je suppose que beaucoup de lecteurs étaient aussi ignorants que moi sur le fait que des "JO" antifascistes avaient été prévus à Barcelone  avant d'être stoppés par le coup d'état franquiste. L'album est un bon moyen pour le découvrir.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? POUR QUI SONNE LE GLAS (suite)

 

 

C'est de Qui ? Victor Young

 

 

La couv'

 

Les J.O. remplacent-ils les guerres?  /  Sept athlètes Vs. Pour qui sonne le glas

 

 

Déjà entendu chez nous?  oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Cette courte suite écrite par le compositeur lui-même est beaucoup plus discrète sur l'influence espagnole que certaines parties de la BO originale qui utilisent tambourins et rythmes endiablés des danses espagnoles:

 

 

 En écoutant bien la suite, on y entend quand même une influence espagnole, mais elle est éclipsée par les trémolos de violons qui appuient fortement sur le drame qui se noue. Au final Victor Young a trop standardisé sa suite qui pourrait accompagner beaucoup de films hollywoodiens des années 40.

 

Beaucoup d'entre nous connaissent mieux Victor Young par les BO qu'il a composées après la 2e guerre mondiale comme celle de Johnny Guitare, par exemple… ou plutôt connaissent mieux les films auxquels il a participé!

 

Guerre espagnole et amours contrariées rassemblent BD et BO.

 

 

---------------

 

Une chronique de Gen

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags