10 février 2022 4 10 /02 /février /2022 19:40

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? IMMONDE!

 

 

C'est de qui ? E. Holleville

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisée sur le site? Non.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un bled français que l’exploitation d’un minérai aussi prodigieux que dangereux fait (sur)vivre, Nour, une jeune fille, vient s’installer pour suivre son père et son frère. Elle y fait la rencontre de deux jeunes marginaux comme elle. Ensemble ils vont s’intéresser aux étranges évènements qui entourent l’usine d’extraction : disparition, mutations, etc… sans savoir qu’une horreur cosmique les attend.

 

Si le bandeau nous présente Elizabeth Holleville comme le Charles Burns français, je vois plutôt une filiation vers un Debeurme pour le coté étrange et malaisant et un Vivès (voire un Timothée Le Boucher qui se fend d’une petite BD en fin d’album) pour les analyses des relations entre ados un brin borderline.

 

 

L’album est un vrai page-turner comme on dit de l’autre coté de l’Atlantique (ou dans les cafés littéraires huppés), réussite dans le mélange de genres pourtant éloignés, avec des thématiques aussi inattendues que bien traitées sur un récit à mi chemin entre Lovecraft et …les frères Dardenne !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE BOX

 

 

C'est de qui ? Arcade Fire

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? A l’instar d’un Jonny Greenwood de Radiohead, les membres d’Arcade Fire, ont su, en marge de leur pop-rock british, composer la bande son de  ce thriller d’époque pas forcément réussi mais pas inintéressant non plus, loin s’en faut. (notez cependant que je ne compare pas les deux groupes, Arcade Fire étant à Radiohead ce que Hans Zimmer est à Goldsmith: une pâle resucée sans inspiration notoire).

 

Ainsi sur cet étrange long métrage à l’atmosphère oppressante et étrange, Palett et sa clique s’amusent à citer rien moins que le Bernard Herrmann période Hitchcock avec, entre autre, une utilisation des cordes classique mais bien mise au goût du jour, appuyée par une post-prod léchée qui conforte  les ambiances glauque et tendue du film.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

Repost0
8 février 2022 2 08 /02 /février /2022 16:54

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LOWREADER

 

 

C'est de qui ? Run, Maudoux, Singelin, etc

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour pas mal d’entre eux.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Changement de crèmerie pour l’équipe du label 619 sous la houlette de Run puisqu’ils passent de chez Ankama à Rue de Sèvres avec, entre autre, le lancement d’une nouvelle série d’histoires courtes horrifiques sur un thème par numéro, avec diverses équipes artistiques sur chaque récit et des pages d’infos et autres fausse pubs entre les BD…

 

…oui, en effet, comme dans Doggybags me direz-vous, sauf que cette nouvelle mouture s’appelle Lowreader (jeu de mot probable entre Lowrider-des bagnoles typiquement ricaines qu’on a pu pas mal voir à une époque das des clips de hip-hop) et « reader », le lecteur en V.O).

Les habitués de Doggybags seront en terrain connu, les autres découvriront le concept avec surprise et/ou circonspection tant on est, à mon avis, sur un genre assez particulier.

 

Coté histoires la première avec son groupe de hard rock has been qui a maille à partir avec le diable m’a assez peu emballé, que ce soit au scénar comme au dessin tandis que les deux autres sont déjà bien plus accrocheuses, qu’il s’agisse de ce pauvre homme harcelé par des voyous qui ca se faire une arme à l’imprimante 3D sans imaginer les conséquences ou celle de Masiko, plantureuse et coriace héroïne culte de Maudoux, qui a des soucis de maternité et de …lycanthropie ! Beau clin d'oeil au cultissime Lone wolf and Cub dans ce style graphique toujours au top de l'auteur de Funérailles.

 

Les rubriques intercalées, sur les armes au Japon, les loups garous ou encore la symbolique des corbeaux vont de l’anecdotique à l’intéressant en passant par le fun.

 

A lire une bonne bière à la main et la musique qui va bien en fond sonore…et pour ça bougez pas, on a ce qu’il faut juste après !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MOLT

 

 

C'est de qui ? Nitroseed

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Jamais.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Le stoner-rock, à l’instar de pas mal d’autres sous genres musicaux est resté une niche et ce malgré quelques groupes – Kyuss, Queen of the stone age, … sortant du lot pour faire entendre leurs riffs heavy aux auditeurs les moins prudes.

 

Pléthore de combos se sont lancés dans la brèche de ce rock bruitiste aux rythmiques métronomiques et brutales, souvent sans voix, où la particularité est la saturation particulière des guitares et de longues pistes oscillant entre le planant et la violence.

 

C’est dans cette deuxième que se complait Nitrossed, groupe ricain obscur des mid 90’s sans grande originalité si on le compare à ses pairs mais aux morceaux d’une imparable efficacité dans leur genre.

 

C’est pour son aspect autant rentre-dedans qu’exclusivement instrumental que j’ai sélectionné l’album Molt, vite gonflant en soi mais assez énergique pour faire office de bande son à ce Lowreader premier du nom et ses histoires sans concessions.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 10:49
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SAINT ELME 2

 

 

C'est de qui ? Peeters et Lehman.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui il y a peu.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Franck le détective privé lancé sur les traces de celui qui se fait appeler le derviche traverse une mauvaise passe : tabassé à mort par sa proie, le voilà aux mains de types louches qui travaillent pour la famille qui tient les rênes à Saint Elme, mais dont les membres n’ont clairement pas les mêmes projets pour la ville.

 

Pendant ce temps sa coéquipière de fortune attend l’arrivée du frère de Franck, l’étau se resserant autour d’elle, tandis que la jeune touriste, tombée sous le charme d’un gars local aussi énigmatique que flippé réalise que son père communique avec…quelqu’un d’intangible.

 

A peine quelques mois après un premier tome aussi intriguant que réussi, le duo magique Peeters/Lehman revient avec cette suite toujours aussi déroutante, pleine de violence et de suspense, aux protagonistes aussi décalés que son intrigue chorale.

 

Si l’atmosphère générale est délectable, et ce en partie grâce au trait hybride de Peeters toujours mis en couleur de façon radicale, espérons que le prochain épisode lève un peu le voile sur ce qui se trame à Saint Elme et le rapport entre les multiples personnages de ce thriller psychologique tendu !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE POWER OF THE DOG

 

 

C'est de qui ? J. Greenwood

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? comme le bon vin, jonny greenwood, gratteux des Radiohead devenu maître es-musique de film, se bonifie au fil des années.

Après des opus déjà remarquables pour le grand écran il a signé en 2021 deux bijoux de plus à sa couronne.

 

Pour ce western sur la masculinité toxique chez Netflix, Greenwood s’appuie sur les cordes une fois encore, corps d’instruments qu’il affectionne, le violoncelle en tête.

 

Thèmes lancinants, torturés presque déstructurés pour exprimer le désarroi et la souffrance, staccatos et autres vibratos en échos, sont le sel de cette partition magistrale, soudainement contrebalancés par des plages de piano solo qui oscille entre sérénité et folie désaccordée tourbillonnante, avec un contrepoint de violoncelle beaucoup plus classique.

 

Jouant sur les arythmies, sur l’aspect percussif d’instruments mélodiques, Greenwood signe là un score qui devrait peut être lui rapporter enfin un Oscar bien mérité…à moins que ce ne soit l’autre B.O écrite l’an passé. Mais on y reviendra.

 

En attendant délectez vous de ce moment de musique intense en fond sonore pour le deuxième tome non moins hypnotique de Saint Elme.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 09:16

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? L’OR DU TEMPS.

 

 

C'est de qui ?  Rodolphe & Oriol

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans le Paris de la fin du XIX° siècle  deux amis férus d’Histoire, Théo Lemoine et Hugo de Reuhman, sont confrontés à une série de cambriolages et à la disparition d’un artefact égyptien qui semble avoir eu une bien singulière destinée.

 

Rodolphe se frotte ici au feuilleton populaire fantastique, dans la lignée des Fantômas et autres Belphégor auquel il fait –entre autre – un clin d’œil. Ambiance de Belle Epoque et surnaturel font bon ménage et le scénariste chevronné, sait bien tirer partie des deux. L’enquête de ses deux héros est prenante de bout en bout et utilise à bon escient tous les ingrédients du genre.

 

 

La grande originalité de ce premier tome réside dans sa partie graphique via le trait si atypique d’Oriol, dont nous avions adoré les précédents travaux aux cotés de Zidrou, qui n’est pas sans faire penser ici à celui de Julie Rocheleau sur l’excellent triptyque La Colère de Fantômas (encore !) que nous avions plébiscité en son temps dans ces pages.

 

Les choix de couleurs étonnants et sa vision de la Capitale d’alors font mouche et finisse de faire de cet album une des réussites de cette fin d’année 2021.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE BLACK CAT

 

 

C'est de qui ? H. Roemheld

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Alors qu’il vient de fuir l’Allemagne Nazie, Roemheld, pionnier de l’illustration musicale au cinéma depuis l’époque du muet (et musicien prodige, ça aide !) est embauché par Universal Pictures pour écrire le score de ce face à face de choc entre deux icones du cinéma d’épouvante de l’époque, Bela Lugosi et Boris Karloff.

 

S’il emprunte quelques notes et bouts de thèmes au répertoire classique (à Tchaïkovski pour ne pas le nommer), Roemheld brille néanmoins par son sens de la mélodie et des arrangements, naviguant dans sa partition entre un romantisme suranné riche et des plages de suspense torves qui n’ont rien à envier à certains scores du studio concurrent, la Hammer.

 

Peut être un brin trop old school parfois, cette B.O a néanmoins l’atout d’être assez raccord coté ambiance, période et classe, ce qui est, vous en conviendrez je l’espère, déjà pas mal.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 20:04

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? HOPE

 

 

C'est de qui ? Broxton & Adams

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Mallory Hope est un privé à Hollywood dans l'après-Guerre, mais dans un monde où la magie fait partie du décor. Hope n’hésite pas à l’employer mais ces pratiques ont un prix que le détective paye…cher !

 

Toutefois ça peut s’avérer pratique pour élucider des affaires, comme celle qu’on vient de lui proposer : un gamin vedette de cinéma a disparu et entre sa mère femme fatale dépressive et alcoolique et son père, homme violent criblé ed dettes, le cas semble corsé.

Surtout que Hope est émotionnellement impliqué, lui aussi a perdu son gosse (et se femme par la même occasion !) quelques années auparavant.

 

Guy Adams marche avec cette uchronie noire clairement dans les pas de Steve Niles, champion du mélange des genres divers avec l’épouvante avec un héros qui a un cousinage certain avec le Constantine de Hellblazer ; du coup, pour l’originalité, on repassera !

 

Appliquant avec un certain métier les codes du noir, le scénariste y rajoute une ration de fantastique bien dosée qui ne prend pas trop le pas sur l’ambiance bien glauque du récit.

 

De son coté Broxton lorgne plus vers le style d’un Phillips qui lui aussi, en compagnie de son inséparable Brubaker, avait tenté le mix Noir/Horreur avec un Fatale bien plus intéressant que ce Hope qui se laisse lire mais ne laisse pas forcément une envie d’y retourner.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LAW ABIDING CITIZEN

 

 

C'est de qui ? B. Tyler

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Quand on pense que le réalisateur de ce thriller lambda a demandé à Brian Tyler de faire du « néo-noir » et qu’on écoute le résultat, on se dit que quelqu’un, dans la boucle, doit nous expliquer ce qu’est son idée de néo-noir !

 

En effet, Brian Tyler, alors submergé de demandes pour des films qui naviguent hélas un peu trop dans le même registre, propose ici ni plus ni moins qu’une partition dans le plus pur esprit de ce que pondait au kilo le studio Remot Contrôle d’Hans Zimmer et sa cohorte de faiseurs plus ou moins talentueux.

 

Avec une base au piano solo et aux synthés et percussions, plus un chouilla de guitare rythmique de ci de là, le tout dans un registre plutôt grave qui joue sur les ambiances tendues via des nappes stressantes, Tyler rajoute un orchestre conséquent mais exclusivement composé de cuivres et de cordes, les derniers servant surtout de faire valoir aux cordes via des reprises de thèmes ou des échos appuyés aux phrases jouées.

 

En résulte un score  tout aussi sombre et désespéré que peut l’être le comics proposé plus haut auquel, peut-être, une bonne vieille B.O de film noir classique aurait apporté une intéressante touche d’originalité décalée.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags