20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 09:55
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES CONTES DE LA PIEUVRE 3. CÉLESTIN ET LE CŒUR DE VENDREZANNE

 

 

 

C'est de qui ? Gess

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà lu chez nous? Oui, sur les précédents et quasiment toute sa production d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après un tueur et un trouveur voici le nouveau héros des Contes de la Pieuvre un …serveur !

Mais pas n’importe quel serveur car Célestin a le don de voir la véritable personnalité des gens se matérialiser et, croyez-moi, ce n’est pas toujours beau à voir !

Le jour où le bon cœur de Célestin le pousse à aider un jeune chapardeur qui a volé la mauvaise personne, notre Discerneur se met en porte à faux avec la Pieuvre, ce qui ne présage jamais rien de bon, heureusement que Célestin a su se faire des alliés solides.

 

En 2017 le premier tome des Contes de la Pieuvre m’avait impressionné à juste titre. En 2019 sa suite était l’une de mes meilleures lectures de l’année.

Ce troisième épisode relève le défi d’être au moins aussi bon que ses prédécesseurs, tout en arrivant à apporter une vraie nouveauté dans le ton et l’histoire.

 

Le scénario plein de suspense et de scènes chocs, aborde en filigrane des  thématiques intéressantes (mention spéciale aux femmes de cet épisode !) et sait à la fois rendre son fil rouge prenant tout en développant des parties du background général de la série.

 

 

On sent que Gess, l’un des auteurs complets les plus intéressants de sa génération si vous voulez mon avis (et si vous ne le vouliez pas vous ne seriez probablement pas en train de lire ces lignes), se régale dans cet univers uchronique qu’il a savamment façonné, l’enrichissant à chaque nouvel album avec un éventail de possibilités qui donne le vertige (on se prendrait presque à rêver de cross over avec les autres séries de Gess, que ce soit la cultissime Brigade Chimérique ou le non moins réussi Oeil de la nuit).

 

Son casting éclectique parfait, des premiers rôles aux seconds couteaux, son Paris glauque et mystérieux et les pouvoirs de ses protagonistes, sont admirablement servis par son style graphique unique qui termine de faire des Contes de la Pieuvre une série comme on aimerait vraiment en lire plus souvent en franco-belge !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LES LEVRES ROUGES

 

 

C'est de qui ? F. De roubaix

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? En a peine dix ans de carrière François de Roubaix, pionnier de la musique électronique en France, compose près de 50 B.O pour le cinéma, collaborant avec les plus grands réals de son époque.

 

Si ses scores pour le Samourai de Melville ou Dernier domicile connu  sont surmeent les plus connus, le reste de sa production contient quelques pépites.

Ainsi pour ce petit film d’épouvante gentiment érotique où Delphine Seyrig campe la Comtesse Bathory, archétype du vampire au féminin, De Roubaix reste dans l’instrumentation classique mais insufle des rythmiques inhabituelles et utilise des instruments comme la guitare ou un synthétiseur basique pour panacher une partition qui fait la part belle aux ambiances froides et tendues, où le classicisme romantique et la peur pernicieuse se marient avec délice.

 

Le compositeur opère des mélanges assez admirables qui produisent un effet unique, créant un pont entre B.O de film d’épouvante de l’époque (dont la Hammer a établi, via James Bernard, les canons du genre) et musique nouvelle.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

 

 

Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 09:07

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES SŒURS FOX 2

 

 

C'est de qui ? Charlot et Charlet

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur le tome 1.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Partie d’un canular la renommée des Sœurs Fox a dépassé toutes leurs attentes et leur sœur ainée a fait fructifier ce succès, faisant des pseudos-spirites la coqueluche du tout New York et initiant une flambée de vocations plus ou moins avérées.

Mais la célébrité ne vient pas sans risques et quand Maggie se mérite avec un explorateur de renom dont la famille est cartésienne au possible, conjuguer ses séances et sa vie privée devient une gageure. A la mort de son nouvel époux notre héroïne craque et devient alcoolique, décidant même de se saborder en révélant au monde l’arnaque de leur supposé don.

Dans le sillon de ce naufrage elle entraîne irrémédiablement le journaliste amoureux transi, ses sœurs et leurs enfants.

 

Voici, trois ans après un intriguant tome 1, la suite et fin du drame historique de Charlet et Charlot avec toujours cet intéressant lien du fond et de la forme, le trait quasi expressionniste du premier servant à merveille le scénario tragique de ces destins brisés, dépassés par le phénomène qu’ils ont contribué à rendre célèbre. Une belle évocation de la grande Histoire par la petite qui fait des Soeurs Fox un diptyque original et prenant.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE LITTLE THINGS

 

 

C'est de qui ? D. Newman

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Mine de rien, Thomas Newman, si moins sous les projecteurs que, par exemple, Zimmer et ses décalcomanies de l’écurie Remote Control, est un compositeur qui pèse dans le domaine depuis pkus de 40 ans.

Rien que la dernière décennie l’a vu mettre en musique deux James Bond et écrire pour des pointures comme Spielberg ou Soderbergh.

Loin du sensationnalisme bruyant des faiseurs cités plus haut, l’américain sait se distinguer par une efficacité parfois minimaliste qui met en avant les images plutôt que de chercher à se rendre voyant (enfin audible pour le coup).

 

Nouvelle preuve avec ce thriller au casting trois étoiles (trois Oscarisés même) où, sur une base de piano solo inquiétant et mélancolique à la fois, Newman ajoute des effets de réverb, des plages sonores aussi planantes qu’inquiétantes et quelques passages plus tendus où une rythmique synthétique syncopée vient s’inviter à la fête.

 

L’ambiance est donc le maître mot ici et, malgré un décalage certain entre la BD et la musique, les deux fonctionnent avec une osmose intéressante.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 


 

 

Repost0
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 07:21
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA DERNIERE OMBRE 1

 

 

C'est de qui ? Filippi & Yvan

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? En pleine Première Guerre Mondiale une escouade de soldats soviétiques accompagnés de civils trouvent refuge dans une une imposante maison en plein milieu des bois où  réside une noble.

 

Cette dernière héberge en secret des enfants rescapés des affrontements qui vont entrer en contact avec les filles du médecin de la troupe.

 

Alors que les tensions montent au sein même des soldats – un conflit d’autorité entre le lieutenant et un de ses hommes, très apprécié de la troupe- une étrange rumeur sur la Dernière Ombre qui roderait parmi eux commence à se répandre.

 

Et quels sont ces formes étranges sous lesquelles seuls les enfants emblent voir les adultes ?

 

 

Voici un premier tome hautement intriguant, à l’ambiance glaçante et au suspense soutenu le tout teinté de fantastique. Dans ce mélange des genres qui n’est pas sans faire penser à l’univers du réalisateur Guillermo del Toro (le Labyrinthe de Pan en tête), Denis Pierre Filippi m’a bien plus convaincu que sur ses scénarios de SF récents.

 

Il est fort bien aidé par le trait semi réaliste aux influences multiples (manga entre autre notamment sur les faciès de ses personnages)  de Gaspard Yvain qui soigne aussi bien ses décors bucoliques froids que son bestiaire fantastique et dont c’est le premier album comme dessinateur.

 

Il convainc sans peine son lectorat, curieux de voir comment va évoluer cette histoire prenante.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : FLATLINERS

 

 

C'est de qui ? J.N. Howard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? James Newton Howard retrouve Julia Roberts (hum) juste après Pretty Woman pour quelque chose de bien moins pretty puisqu’il s’agit d’expérience sur l’au-delà, à savoir sur des arrêts cardiaques provoqués volontairement afin de tenter de voir la mort.

 

Si, début des années 90 oblige, un score fantastique est quasiment obligé d’avoir des synthés dedans, Howard a la bonne idée de ne pas abuser de ce côté là et commence même à explorer ce qui fera son succès dans les années à venir à savoir une opposition marquée entre underscoring tout en tension et coups d’éclats mélodiques souvent imaginatifs.

 

Ainsi à l’écoute seule de ce score on pourrait se demander de quel genre il s’agit ; entre les chœurs lyriques quasi religieux, les percussions tribales électroniques, les riffs de guitare ou encore les cordes utilisées pour les séquences d’action, le compositeur tente des choses intéressantes, sans toujours aller au bout de ses idées mais avec un sens poussé de l’unité musicale.

 

Le tout a assez bien vieilli, hormis peut être parfois du côté de l’électronique, et apporte un surplus d’étrangeté et de suspense à un premier tome qui en était déjà bien chargé.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 09:01

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LES CHIMERES DE VENUS 1

 

 

C'est de qui ? Ayroles et Jung

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Si la planète Mars est l’enjeu de dissensions diplomatiques entre les grandes puissances européennes, Vénus n’est pas en reste, colonisée à la fois par la France, qui y a installé un bagne, et l’Angleterre.

 

C’est dans ce bagne que moisit Aurélien, un poète dont Hélène Martin, une belle et courageuse actrice de revue, est éprise et qu’elle compte bien aller tirer de l’enfer de sa prison. A bord de l’Excelsior, vaisseau de l’entreprenant et ambitieux duc de Chouvigny la voilà partie en compagnie d’un équipage hétéroclite vers Vénus où son aimé a réussi à échapper à ses geôliers pour tomber dans une situation tout aussi dangereuse.

 

 

Située dans l’univers de l’excellente série d’Alex Alice Le Château des Etoiles, ce spin off est écrit par Alain Ayroles le scénariste d'une variation intéressante sur Dracula:, de  Garulfo et -last but not least- de De Capes et de crocs qui met ici à l’œuvre tout son métier proposant un premier tome dans l’esprit des grands romans d’aventure du XIX, de Jules Verne à H.G Wells, au casting bien campé et au background riche de l’uchronie steampunk SF d’Alice.

 

La partie graphique –fort différente de celle du Château - est assurée avec maestria par Etienne Jung qui, de son trait disneyen en diable, illustre avec force détails l’univers foisonnant de cette nouvelle série qui n’a rien à envier à sa grande sœur et qui promet encore de beaux développements dans les deux épisodes à venir.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : L’ILE MYSTERIEUSE

 

 

C'est de qui ? G. Ferrio

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois je dirais.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Abonné sur grand écran aux films de seconde zone dans des genres aussi variés que le western spaghetti, l’érotisme soft ou encore la comédie ras les pâquerettes, le compositeur italien Gianni Ferrio connaîtra une certaine renommée via la télévision en écrivant la partition de cette adaptation ambitieuse de l’Ile Mystérieuse de Jules Verne.

 

Doté de moyens qu’il avait rarement au cinéma, Ferrio multiplie les thèmes en exploitant tout les corps d’instruments. On notera entre autre une belle utilisation des cuivres à contre emploi (là où on attandrait par exemple des vents) et l’alternance de mélodies romatico-gothiques et de pistes plus magistrales où action et suspense se disputent la vedette.

 

Il adaptera plus tard son score sous forme d’une symphonie qui permet d’apprécier la richesse et la variété de son écriture et qui se révèle également une bien belle « B.O » pour ce premier tome des Chimères de Vénus.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 14:55

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES ARCANES DE LA MAISON FLEURY

 

 

C'est de qui ? Di Caro

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou BD

 

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans la maison –close- Fleury, on ne monnaye pas que les charmes de ses accortes pensionnaires ; trafics divers, chantage et même réalisations de photos osées pour cartes postales coquines en direction de riches obsédés, sont les autres mamelles (hum !) des revenus du lieu où le gotha du Londres se retrouve.

 

Mais en cette fin de XIX° siècle, alors que l’ombre de Jack The Ripper plane encore sur la capitale britannique, une nouvelle vague d’assassinats gores de femmes débute.

Malgré la diligence de la police et une piste émanant de la maison Fleury, l’enquête piétine.

 

Si l’album d’hier était un classique de la BD X, à savoir avec un scénario prétexte fourni à l’inverse des poitrines de ses protagonistes, ici, comme c’était le cas pour Inguinis ou encore Achille, nous avons droit à un vrai scénario savamment pimenté de scènes de sexe explicites juste ce qu’il faut.

 

Le trait semi réaliste de l’auteur italien, avec ses décors fournis en détails, ses  personnages aux visages caricaturaux et ses héroïnes aux plastiques gourmandes, apporte un plus à ce premier volet de la trilogie.

 

Si l’on regrettera peut être juste des dialogues parfois un peu bavards, on ne pourra qu’apprécier de lire de la bd de genre qui offre en même temps un bon divertissement.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE FRANKENSTEIN CHRONICLES S.1

 

 

C'est de qui ? R. Goulla & H. Escott

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?  Un lien Soundcloud

 

 

 

Ca donne Quoi ? L’horreur victorienne a la côte depuis…pfiouu deux siècles facile ! Du coup le filon est exploité plus ou moins continuellement depuis, se résumant  fort souvent hélas aux déclinaisons des figures emblématiques du genre.

The Frankenstein Chronicles, vous l’aurez compris, s’inspire au départ vaguement du roman éponyme de Mary Shelley pour glisser vers la série d’enquête fantastique d’époque.

 

Sa B.O, écrite à quatre mains par deux compositeurs ayant surtout œuvré dans le docu, la série TV et une paire de films indés, joue la carte de l’underscore avec piano lead aux notes éparses sur un fond musical sourd et menaçant.

Cette économie de moyens (aux deux sens du terme probablement) s’avère néanmoins payante sur un genre qui a plutôt l’habitude de la démesure grandiloquente. Ici la tension règne quasiment tout du long avec une paire de pistes plus mélancoliques et, tout de même quelques passages plus enlevés où un orgue spectral s’invite notamment à la fête.

 

Le choix de cette B.O a renforcé l’aspect scénar travaillé de ce premier tome et n’en a rendu la lecture que meilleure.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags