20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 16:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  INTERCEPTOR

 

 

C'est de qui ? Cates & Burnett

 

 

La Couv':

 

Suceurs de sang futuristes  /  Interceptor  Vs.  The Walking Dead

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Suceurs de sang futuristes  /  Interceptor  Vs.  The Walking Dead

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur chaotique, la Terre a été abandonnée par les humains, partis se réfugier sur Palus.

S’ils ont abandonné la Planète Bleue ce n’est pas en raison d’un quelconque réchauffement climatique ou autre catastrophe écologique mais de la prolifération exponentielle de vampires l’ayant rendue invivable.

 

Quand les suceurs de sang débarquent sur Palus, les autorités décident d’envoyer un super agent, équipé d’une armure robotique surarmée, sur Terre pour enquêter (et plus si affinités).

Sur place notre héroïne tombe sur des humains survivants et se retrouve au sein d’une lutte de pouvoir entre vampires.

 

A la manière d’un John Carpenter dans Ghost Of Mars, les auteurs de Interceptor mixent avec une certaine réussite la Sf et l’horreur et y injectent même une dose de manga via la présence du meccha.

 

Porté par un graphisme nerveux et incisif, cette nouvelle série dans la collection Paperback de Casterman se lit comme on regarde une bonne série B de genre un samedi soir !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE WALKING DEAD

 

 

C'est de qui ? B. MCCreary

 

 

La Couv':

 

Suceurs de sang futuristes  /  Interceptor  Vs.  The Walking Dead

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A l’instar de Ramin Djawadi sur Game Of Thrones, Bera McCreary peut remercier le ciel d’avoir été retenu pour composer le score De The Walking Dead, l’adaptation au succès massif du comics US.

 

Néanmoins si je suis un fan intégral de GOT, je n’en dirais pas autant pour The Walking Dead, n’étant pas amateur de zombies et autres morts vivants, je n’ai pas suivi la série TV.

L’avantage avec la pléthore de saisons (ç je dirais jusqu’ici ?), c’est que du coup, coté pistes musicales, y a du choix.

 

Etrangement c’est sur les passages intimistes ou dramatiques –riches en cordes et en piano solo- que le compositeur tire le mieux son épingle du jeu. En effet, les pistes dédiées à l’action et à l’épouvante, plus chargées en électronique et en traitement post prod, sont  nombreux et variés, mais dans l’ensemble sonnent assez attendus si ce n’est pour la présence de temps à autre d’une guitare folk bienvenue.

 

La tension et le suspense quasi omniprésents ont été de mise avec le comics futuriste du jour !

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 13:02

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  WOBBLIES

 

 

C'est de qui ? Divers

 

 

La Couv':

 

La Révolution permanente  /  Wobblies  Vs.  Triple Zéro

 

Déjà croisés sur le site? Certains peut être.

 

 

C’est édité chez qui ? Nada

 

 

Une planche:

 

La Révolution permanente  /  Wobblies  Vs.  Triple Zéro

 

Ca donne Quoi ? L'adage de Karl Marx (d'autant plus à propos ici) « L'Histoire se répète, d'abord comme une tragédie après comme une farce » se vérifie de façon flagrante à la lecture des anecdotes historiques et politiques retranscrites dans Wobblies qui couvre plus d'un siècle de lutte socio-culturelle Outre Atlantique mais dont l'écho se répercute encore aujourd'hui, là bas comme ici.

 

Au travers de l'action des IWW (Industrial Workers of the World) ce sont les racines même de l'oppression capitaliste sur le prolétariat, de l'asservissement des plus pauvres par une minorités de très riches qui sont exposées dans ce receuil au format original où plus d'une dizaine d'auteurs indés US, parmi lesquels des pointures comme Peter Kuper ou Harvey Pekar, mettent en image l'histoire du mouvement et de ses figures.

 

La Révolution permanente  /  Wobblies  Vs.  Triple Zéro

 

Exclusivement en noir et blanc, dans des styles picturaux forts différents (on va de la caricature à la carte à gratter) mais quasiment toujours atypiques, Wobblies est une alliance du fond et de la forme assez rare, une page d'Histoire sociale qui, dans une époque comme la notre, ô combien secouée par les inégalités, apporte un éclairage bienvenu à la compréhension et à l’appréhension de notre situation actuelle et à venir.

 

Un livre qu'on pourrait quasiment qualifier d'essentiel, qui ne pouvait paraître que chez Nada, éditeur engagé s'il en est !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TRIPLE ZERO

 

 

C'est de qui ? Le Peuple de l'Herbe

 

 

La Couv':

 

La Révolution permanente  /  Wobblies  Vs.  Triple Zéro

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour son premier album, après une paire d'années de concerts et sessions plébiscités et de recherche de style, le combo français le Peuple de l'Herbe a la bonne idée, dés le second morceau, de sampler The Revolution Will Not Be Televised de Gil Scott Heron.

 

C'est ce brûlot anti média et manipulation des masses qui m'a fait choisir Triple Zéro, galette aux sonorités hip-hop old school agrémentées de rythmiques live aux accents plus rock qui, rapidement, s'affranchit de toute appartenance à un style quelconque avec des incursions dans plusieurs domaines de l'électro de l'époque (l'année 2000).

 

Si le décalage est parfois flagrant avec Wobblies, le riff de The Revolution Will Not Be Televised - qui est au départ un poème mis en musique et dont le chant annonce une décennie avant son explosion, le phrasé rap- est assez groove et hypnotique pour faire une bande son originale à la BD.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 09:21

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SHAZAM CONTRE LA SOCIETE DES MONSTRES

 

 

C'est de qui ? J. Smith

 

 

La Couv':

 

Un super héros remis au goût du jour!  /  Shazam contre la société des monstres  Vs.  Robot Monster

 

Déjà lu sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Urban comics

 

 

Une planche:

 

Un super héros remis au goût du jour!  /  Shazam contre la société des monstres  Vs.  Robot Monster

 

 

Ca donne Quoi ? Si Shazam vient de voir sa cote remonter en flèche grâce à la version cinéma, c’est un super héros qui ne date pas d’hier puisque sa première apparition date de 1940, à l’époque où on l’appelait encore Captain Marvel (ce n’est que récemment que cette appellation a été abandonnée pour éviter la confusion avec le personnage de chez Marvel qui, lui aussi, vient d’être adapté sur grand écran, ah ! les coïncidences ! bon bref continuons).

 

Pourtant comme me le faisait remarquer avec justesse ma fille ou les jeunes avec qui je suis allé voir le film en question (Shazam, pas Captain Marvel) le personnage reste très peu connu en dehors du cercle des spécialistes du genre (qui ne lisent pas forcement ces aventures pour autant).

 

C’est donc via la version de Jeff Smith – génial auteur de Bone et de RASL- que j’ai découvert les origines du personnage avec cette mini série parue il y a une douzaine d’années et éditée aujourd’hui en VF chez Urban.

 

Et je dois dire que le Shazam sauce Smith m’a beaucoup plus plu que l’adaptation bubble gum lourdingue et longuette made in Hollywwod.

 

Outre le graphisme rond aux accents jeunesse délicieux de l’artiste, on appréciera une certaine candeur avec parfois un second degré savamment distillé, des personnages attachants dignes des cartoons d’antan et un hommage sincère et accrocheur aux comics de l’âge d’or.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROBOT MONSTER

 

 

C'est de qui ? E. Bernstein

 

 

La Couv':

 

Un super héros remis au goût du jour!  /  Shazam contre la société des monstres  Vs.  Robot Monster

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? C'est un Elmer Bernstein encore débutant qui signe la B.O de ce film de sf de série Z assez navrant, tourné pour un budget dérisoire en une poignée de jours.

 

Pourtant le compositeur trouve là un terrain de jeu propre à expérimenter toutes sortes de choses qu'il développera par la suite dans des projets bien plus ambitieux.

Le thème principal, par exemple, effrayant à souhait et enrichi d'un piano en rythmique des plus solennel, est typique de ce que le genre développera ensuite.

 

On sent le bagage de Bernstein dans son utilisation des solis face au reste de l'orchestre et des ajouts inattendus (clochettes, cuivres) voire dans le mélange des

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
7 avril 2019 7 07 /04 /avril /2019 08:01

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MES HEROS ONT TOUJOURS ETE DES JUNKIES

 

 

C'est de qui ? Brubaker & Phillips

 

 

La Couv':

 

Les modèles qu'on se choisit  /  Mes héros ont toujours été des junkies  Vs.  Men with Sticks

 

 

Déjà lus sur B.O BD ? Plein de fois.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

Une planche:

 

Les modèles qu'on se choisit  /  Mes héros ont toujours été des junkies  Vs.  Men with Sticks

 

Ca donne Quoi ? Les deux compères, après des séries diverses et variées, le plus souvent très réussies quel que soit le genre abordé, reviennent à leurs premiers amours avec cette récréation sur leur œuvre phare : Criminal.

 

On y suit une jeune femme accro à la came...et aux camés. Romantique au passé et aux intentions pas nettes, elle va dévergonder un des pensionnaires de son centre de désintox et nos deux tourtereaux junkies vont partir en cavale dans une virée rythmée par la drogue, l'alcool, le sexe et les squats dans des maisons vides.

 

Outre quelques stars citées de ci de là (les « junkies » du titre) ce récit court m'a beaucoup fait penser au très sympathique Drugstore Cowboy de Gus van Sant, avec qui il partage pas mal de points communs.

 

Coté graphisme la nouveauté vient du changement de coloriste habituel, le nouveau ayant opté pour une approche beaucoup moins sombre qu'à l'accoutumée qui rajoute à l'ambiance déjantée/défoncée du titre.

 

En espérant que ce soit annonciateur d'un futur chapitre de la série.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MEN WITH STICKS

 

 

C'est de qui ? J. Lurie

 

 

La Couv':

 

Les modèles qu'on se choisit  /  Mes héros ont toujours été des junkies  Vs.  Men with Sticks

 

Déjà entendu chez B.O BD? Je dirais que oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? La bande son du film cité plus haut, signée Goldenthal, fait très free jazz mais est un peu trop joyeuse pour vraiment aller avec cet intermède de Criminal, du coup, restant dans ce -vaste- genre, j'ai fait le tour des quelques artistes que j'apprécie et dont j'arrive à écouter les œuvres sans changer trop vite.

 

Ayant fait pas mal de fois appel aux disques de John Zorn, c'est vers un autre John que je me suis tourné, le saxophoniste compositeur cher à Jim Jarmusch (puisque les plus cinéphiles de mes lecteurs l'auront vu dans Stranger than paradise ou encore l'excellent Down by Law) ,

 

Si on a l'habitude de l'entendre avec son groupe les Lounge Lizzard, ici c'est en solo qu'on le retrouve, mais pas vraiment en fait puisqu'il a accouché d'un album concept accompagné de deux batteurs percussionnistes.

 

Si, à l'instar d'un Zorn ou d'un Steve Coleman, Lurie est un improvisateur aux bases de jazz intéressantes, force est de reconnaître qu'ici le concept est un peu trop étiré pour emporter l'adhésion et à l'écoute seul ce Men With Sticks est vite redondant.

 

Néanmoins, notre comics du jour étant relativement court, ces errances de saxo sur des parties rythmiques aussi hypnotiques qu’entêtantes lui font une bande son aussi originale que décalée.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 08:43

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  EXTREMITY

 

 

C'est de qui ? D. Warren Johnson

 

 

La Couv':

 

 

Poussé à l'extrême.  /  Extremity  Vs.  Snowpiercer

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

Une planche:

 

Poussé à l'extrême.  /  Extremity  Vs.  Snowpiercer

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur aussi incertain que chaotique, les Roto, menés par le père de Théa et Rollo afin de venger la mort de sa femme, a déclaré une guerre sans merci aux Panzina, autre clan qui sème la terreur autour d’eux.

Les deux jeunes gens vont essayer de se tirer de cette spirale de violence mortelle.

 

Extremity porte tout de même bien son titre tant certains aspects du comics sont poussés. Violence, cruauté, créatures dantesques, mutilations… le tout dans une atmosphère post-apocalyptique d’un univers dont on ne sait pas grand chose si ce n’est qu’il se déroule bien après notre époque (on notera les clins d’œil picturaux allant de Frazetta à Monet !).

Néanmoins, en filigrane, quelques thématiques plus profondes (rôle de l’art, inutilité de la vengeance) sont abordées avec une certaine réussite.

 

Graphiquement c’est également référencé mais le style fait preuve d’une certaine originalité bienvenue, à mi chemin entre le manga et Guy Davis période BPRD, le tout avec des couleurs parfois fort flashys.

 

Un album de SF mené sans temps morts que les amateurs apprécieront.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SNOWPIERCER

 

 

C'est de qui ? M. Beltrami

 

 

La Couv':

 

 

Poussé à l'extrême.  /  Extremity  Vs.  Snowpiercer

 

Déjà entendu par ici? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si nous nous éterniserons pas sur la qualité de l'adaptation du Transperceneige, voire sa fidélité à la BD originale, nous ne pouvons qu'être agréablement surpris de la nature de sa musique.

 

En effet, Beltrami, faiseur honnête à la carrière traversée de rares moments de gloire pour un ensemble un brin trop homogène (qui a dit répétitif?!), emploie ici une instrumentation bien plus variée qu'à l'accoutumée.

Peut être sous l'impulsion du réal Coréen, dont c'est le premier film occidental, le compositeur inclut dans son orchestration des percussions diverses et colore ses mélodies d'une influence d'Europe de l'Est via notamment l'utilisation du cymablum.

 

Autre aspect marquant de cette B.O, la multiplication des thèmes en fonction des scènes et des décors, à l'instar des musiques que Beltrami a pu écrire, à ses débuts, pour l'industrie vidéo ludique.

 

La noirceur et le coté heavy qui sont les leitmotiv de sa filmo sont bel et bien présents et sont d'un bel effet avec certaines scènes gores d'Extremity auquel le reste de la musique apporte une pointe d'originalité salvatrice.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags