10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 11:07

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : FONDU AU NOIR

 

 

C'est de qui ? Brubaker, Phillips & Breitweiser.

 

 

La Couv':

 

Hollywood Noir  /  Fondu Au Noir  Vs.  Cape Fear

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui tous ensemble même.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Hollywood Noir  /  Fondu Au Noir  Vs.  Cape Fear

 

Ca donne Quoi ? Je disais encore à Jet il y  peu que malgré la quantité assez incroyable de BD que j’avais lues durant cette année, aucune ne se démarquait vraiment en tête d’un éventuel top 10, voire même 5.

Certes une poignée méritent d’y figurer mais rien qui m’ait vraiment pris aux tripes ou captiver outre mesure.

 

Il aura donc fallu attendre ce mois de décembre pour qu’enfin une œuvre sorte clairement du lot ; et c’est d’autant plus étonnant que ce Fondu au Noir n’est même pas vraiment une nouveauté pour moi puisque j’en avais lu le début lors de sa parution en V.O il y a deux ans.

 

Pourtant, comme souvent, c’est grâce à l’édition française, très soignée en plus, parue chez Delcourt, que j’ai pu redécouvrir ce qui est actuellement à mon sens la quintessence de l’œuvre de Ed Brubaker (une fois encore accompagné de Sean Phillips) pourtant déjà responsable de quelques titres majeurs en comics de genre.

 

Se frottant avec une réussite manifeste aux grands classiques du Noir que sont Ellroy ou James Mc Cain, il nous livre là une histoire de meurtre, de chantage, de séduction et de violence dans le Hollywood des années 50 où les protagonistes sont plus tordus les uns que les autres et leurs zones d’ombres sont légions.

 

Hollywood Noir  /  Fondu Au Noir  Vs.  Cape Fear

 

Dialogues percutants, scènes chocs, caméos bien trouvés, découpage digne des meilleurs thrillers, Fondu Au Noir doit également énormément à sa partie graphique, signée du collaborateur attitré (ou presque) de Brubaker, Sean Phillips, de son trait réaliste rugueux et stylisé qui est ici fort bien mis en couleur par Elizabeth Breitweiser qui, depuis Fatale, fait un boulot admirable sur les dessins de l’artiste britannique.

 

Comme dit plus haut excellent choix éditorial de Delcourt de sortir l’intégrale de la série en un seul gros volume de près de 400 pages, complété par une galerie de couvertures des numéros US et de quelques travaux de Phillips sur le cinéma de l’époque de la BD.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CAPE FEAR

 

 

C'est de Qui ? B. Herrmann

 

 

La couv' 

 

 

Hollywood Noir  /  Fondu Au Noir  Vs.  Cape Fear

 

 

Déjà croisés chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avec son imparable et inoubliable thème principal à quatre notes au trombone, bientôt renforcé par des violoncelles menaçants et des cuivres grondants, Cape Fear est probablement l’un des scores les plus effrayants de Bernard Herrmann, et, en dehors de ses travaux pour Alfred Hitchcock, celui qui marche le mieux avec le film pour lequel il a été écrit.

 

Les montées aigues quasi stridentes de violons, qui ne sont pas sans faire penser au leitmotiv de Psycho, écrit quelques années plus tôt, les arrangements de cordes dissonants, les fausses accalmies et autres mélodies entêtantes sont autant de coups de génies de la part du compositeur.

 

Au point que, quand Scorcese réalisera un remake du film, il demandera à Elmer Bernstein de reprendre le travail original d’Herrmann pour la B.O.

 

Si, vous vous en doutez, sur près de 400 pages, j’ai alterné quelques scores, c’est probablement celui de Cape Fear qui s’est le plus démarqué avec ma lecture enthousiasmante de Fondu au Noir !

 

 

 

 

---------------

 

 

Une chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 13:39

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : LES GARDIENS DE TERRE 4

 

 

C'est de qui ? S. Ditko et divers.

 

 

La Couv':

 

Héros d'antan  /  Les Gardiens de Terre 4  Vs.  Batman The Movie

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Urban Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Héros d'antan  /  Les Gardiens de Terre 4  Vs.  Batman The Movie

 

Ca donne Quoi ? Si dans la  galaxie de super-héros qu’a produit l’industrie du comics US les personnages de Captain Atom, de Nightshade du Blue Beetle ou encore de La Question, ne vous parlent pas plus que ça, c’est un peu normal.

 

Crées ou remis au goût du jour en 1966 par le génial Steve Ditko, qui venait de claquer la porte de Marvel, où il dessinait Spiderman depuis une décennie, suite à un différend avec Stan « Le Mégalo » Lee, ces personnages haut en couleurs, ont la particularité, pour la quasi majorité d’entre eux et de ne pas avoir de superpouvoirs mais de s’appuyer sur la technologie (comme Batman par exemple).

 

Leur existence sera relativement courte puisque Charlton, face aux deux géants rivaux, mettra rapidement ses publications comics en stand-by, signant l’arrêt des séries (et l’arrivée de Ditko chez DC).

 

C’est l’intégralité des run de Ditko qu’Urban nous propose dans cet omnibus qui fleure bon l’aventure super héroïque à l’ancienne, où l’on peut apprécier toute la maitrise graphique du dessinateur, que ce soit dans la dynamique des corps, les cadrages cinématographiques ou encore la composition des cases. Les dialogues sont parfois un brin lourdingues, surtout dans la série du Blue Beetle, mais après tout rappelons que ces comics plus de 50 ans !

 

Pour ceux qui comme moi ont du mal avec les couleurs flashy de l’époque, ils auront également le plaisir de découvrir une paire d’histoire en noir et blanc sur les derniers épisodes, permettant d’apprécier à sa juste valeur le travail graphique de Ditko.

 

Cerise sur le gâteau, en fin d’album Urban a eu l’excellente idée d’inclure un épisode de la Question illustrée par Alex Toth en personne et en noir et blanc également !)

 

Presque 20 ans plus tard les éphémères héros de Charlton ressusciteront chez DC pour connaître une nouvelle jeunesse.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? BATMAN THE MOVIE

 

 

C'est de Qui ?  N. Riddle

 

 

La couv' 

 

 

Héros d'antan  /  Les Gardiens de Terre 4  Vs.  Batman The Movie

 

Déjà entendu sur le site? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Amusant, il y a un peu plus de 3 ans de ça, pour l’anniversaire de B.O BD, j’évoquais mon tout premier comics, un spiderman dessiné par…Steve Ditko !

Et, comble du hasard (si, si, je viens juste de m’en apercevoir, c’est avec une B.O de Nelson Riddle, et du Batman en plus !, que j’accompagnais.

 

Pour les mésaventures des Gardiens de Terre 4, c’est le score du long métrage de 1966 qui est de sortie ! Prévu initialement pour lancer la série TV, il s’intercalera finalement entre les deux premières saisons de cette dernière, problèmes de timing semble t-il. Mais le succès déjà bien établi des enquêtes de la chauve-souris permettront à la prod d’avoir un Batboat et un Batcopter (réutilisé ensuite dans la saison deux de la série TV).

 

Avec une bonne décennie de travaux pour le grand écran (et une carrière solo et d’arrangeur à faire palir n’importe quel cador !) Riddle écrit les musiques de la série et du long métrage.

Influencée par le courant jazzy qui était de mise à l’époque dans ce genre de productions, avec une bonne dose de fun et d’action transcrites par des cuivres très « fanfare », sa partition irait tout aussi bien sur une série policière dans la lignée des Incorruptibles et son aspect très ancré dans les années 60 est idéal pour la série de Ditko.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 11:16

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : GEIS 2

 

 

C'est de qui ? Alexis Deacon

 

 

La Couv':

 

Seconde épreuve  /  Geis tome 2  Vs.  Taboo

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui sur le tome 1.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Gallimard

 

 

 

Une planche:

 

 

Seconde épreuve  /  Geis tome 2  Vs.  Taboo

 

 

Ca donne Quoi ? Nous l’avions dit en début d’année, le premier tome de Geis nous avait enthousiasmé que ce soit coté scénario, avec un mélange de contes et de Fantasy bien dosé et original, ou coté dessin avec un style proche de la gravure d’antan mais avec un coté très actuel et une narration inventive.

 

Ce second volet, sur 3, enfonce le clou et confirme la bonne impression du premier.

On retrouve les prétendants survivants au trône, enfermés dans le palais par la Sorcière Matarka, dont la forme a changé et qui les sépare en deux camps, les blancs contre les noirs, en les forçant à éliminer le plus possible d’adversaires du camp adverse.

 

Les amitiés d’antan s’étiolent et chacun essaye de tirer son épingle du jeu, quant à notre noyau de « bons » du premier tome, il a bien du mal à ne pas voler en éclat.

 

Seconde épreuve  /  Geis tome 2  Vs.  Taboo

 

Chaque tome représente donc une des « épreuves » imposées par la Matriarche, on attendra la fin (l’an prochain) pour connaître un dénouement qui s’annonce violent et tragique (mais pas forcément pour notre héroïne, qui a déjà bien morflé cela dit), et qui, quoi qu’il arrive confirmera également que, pour une première œuvre, Deacon est un artiste des plus prometteurs !

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TABOO

 

 

C'est de Qui ? Max Richter

 

 

La couv' 

 

Seconde épreuve  /  Geis tome 2  Vs.  Taboo

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si j’ai eu énormément de mal avec la série Taboo, dans laquelle je plaçais pas mal d’espoir mais que l’incessant cabotinage de Tom Hardy m’ a fait abandonner avant la fin, j’ai beaucoup apprécié l’atmosphère de l’ensemble, provoqué en partie par le traitement graphique mais surtout par une fort bonne B.O.

 

C’est d’autant plus amusant que de son propre aveu Richter a basé sa thématique sur le personnage principal de l’intrigue, enfin sur le destin auto-destructeur forcené du dit-personnage.

La ligne directrice est donc fort sombre, avec alternance de chœurs féminins éthérés, de violons lancinants en fond en forme de valse hallucinée, de rythmiques  sourdes et de coups de cordes dans les graves.

 

Le piano se taille également une part intéressante de la B.O, souvent en solo, avec des passages plus calmes mais non moins oppressants,

 

Une bien belle partition où l’harmonie pré-victorienne le dispute au modernisme des arrangements pour un résultat des plus convaincants.

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 16:47

 

 

Encore un bouquin qui fera son petit effet au pied du sapin des bédéphiles avertis, foi de B.O BD!

 

 

 

 

L'ALBUM:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : KIRBY & ME

 

 

C'est de qui ? Mickaël Géreaume et Alain Delaplace

 

 

La Couv':

 

Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me

 

 

Déjà lus chez nous? Certains oui.

 

 

 

Une planche:

 

 

Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me

 

Ca donne Quoi ? J’ai la chance, avec B.O BD, d’avoir des collaborateurs aussi intéressants que sympathiques ; j’en veux pour preuve notre rencontre ce mois ci avec Gen qui a eu l’extrême gentillesse de m’offrir le pavé Kirby And Me, hommage vibrant et réjouissant au King des comics, lancé en financement participatif auquel elle a contribué.

 

Il est le bébé de Mickaël Géreaume et Alain Delaplace qui ont réunis pour l’occasion pléthore d’illustrateurs de tous horizons et nationalités dont la constante commune est l’amour qu’ils portent à Jack Kirby ( dont c’est le centenaire cette année).

 

Chacun y va de son anecdote quant au King et d’une illustration de son personnage fétiche, de sa couv’ emblématique ou scène culte ; voire dans certains cas d’hommages mettant en scène le papa de certains des personnages les plus cultes de la galaxie super-héroïque (notons que c’est le duo Silver Surfer/Galactus qui est le plus représenté !).

 

Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me

 

Au milieu de pointures comme Sienkiewicz ou Klaus Janson, on retrouve pas mal d’auteurs bien moins connus et toute une palanquée d'auteurs franco-belges, comme Lefeuvre, Alary, Bajram…

 

Certains font dans la grande classe (De Caneva, Deodato JR) le clin d’oeil appliqué (Marini, Tota), d’autres dans le décalé (Guilloteau, Martinez, Scorpio Steele), avec une mention spéciale aux délires de Tébo ou encore, à ce qui reste mon passage préféré, une mini BD de Ducoudray et Bedouet où, dans un audacieux mélange entre Kirby et Calvin et Hobbes, ils narrent la découverte de Kamandi en remplaçant de luxe de Rahan, une anecdote perso à laquelle je m'identifie (même si de on coté  c'était avec d'autres héros)

 

Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me

 

 

Mais l’album ne se limite pas aux dessinateurs puisque l’on a également droit à l’intervention de scénaristes, d’éditeurs, d’essayistes, et non des moindres puisque l’on croise Druillet qui évoque les influences tacites et communes entre lui et Kirby, Dana Schultz qui, contrairement à Dionnet, également de la fête, affirme que si les super-héros sont bien nés avec le King, ce sont plutôt Miller et Moore qui les auraient enterrés, ou encore Joe Simon évoquant la création de Captain America ou Xavier Fournier racontant l’anecdote de la création du Démon inspiré par une planche de l’un des maîtres à penser de Kirby, l’immense Hal Foster, père de Prince Valiant.

 

(Image non tirée de l'ouvrage Kirby & Me)

(Image non tirée de l'ouvrage Kirby & Me)

 

Bref, du beau monde, des images souvent superbes, des témoignages parfois intéressants…Kirby & Me est un cadeau parfait pour tout fan de comics qui se respecte !

 

Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me
Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me
Dans la hotte de B.O BD! N°2.  Kirby & Me

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 15:31

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : THE HAUNT OF FEAR 2

 

 

C'est de qui ? Divers

 

 

La Couv':

 

Frayeurs old school  /  The Haunt Of Fear 2  Vs.  The Premature Burial

 

Déjà croisés sur B.O BD? Possible

 

 

 

C’est édité chez qui ? Akiléos

 

 

 

Une planche:

 

 

Frayeurs old school  /  The Haunt Of Fear 2  Vs.  The Premature Burial

 

 

Ca donne Quoi ? La fin de l'année sera placée sous le signe de la peur chez Akiléos puisque outre une intégrale en plusieurs tomes de l'excellente série Courtney Crumrin, l'éditeur propose le second volet de la réédition de The Haunt Of Fear.

Troisième titre du tiercé gagnant de chez EC Comics avec Tales from The crypt et The Vault of Horror, The Haunt of Fear est constitué de récits courts d'épouvante à chutes dans la lignée des Creepy et autre Eery. Nous retrouvons ici 24 histoires publiées à l'époque (1951-1952) dans les numéros 8 à 14 de la série.

Les styles graphiques ont une constante de noirs et blancs expressifs et détaillés, certains se démarquent néanmoins du lot par la précision du trait (Jack Kamen) ou des encrages plus prononcés (Davis).

Comme dans les anthologies citées plus haut on retrouve une variété dans les sujets et si la majeure partie des histoires a pour cadre l'Amérique du début du siècle dernier, ce second tome nous fait également voyager des confins de l'Egypte à l'Espagne en passant par une île déserte ou encore la toundra russe.

Un voyage dans le temps et le frisson dont se délecteront  les amateurs du genre dans une édition soignée qui pourra remplacer élégament les décorations de noël!

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE PREMATURE BURIAL

 

 

C'est de Qui ?  R. Stein

 

 

La couv' 

 

 

 

Frayeurs old school  /  The Haunt Of Fear 2  Vs.  The Premature Burial

 

Déjà entendu chez nous? Souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si aujourd’hui les multiples adaptations des nouvelles et romans de E . A. Poe qu’a commis Roger Corman ne sont pas toutes passées à la postérité, et pour cause, The Premature Burial (où un jeune assistant réal du nom de F.F Coppola faisait ses premières armes), troisième de la liste, fait partie des plutôt réussis.

Ronald Stein, le compositeur maison de la prod’, responsable de centaines de partitions dans des genres aussi éloignés que l’aventure romantico-exotique et l’épouvante gore, habitué aux budgets plus que serrés, ne fait pourtant pas dans le cheap sur The Premature Burial, usant de formules certes classiques mais ayant clairement fait leurs preuves.

 

Stein fait sonner un orchestre pourtant restreint comme s’il avait sous la main la totale philarmonique ; les cuivres ont certes la part belle mais le reste des instruments, les cordes en tête, n’est pas en reste et les thèmes jouent clairement la carte du macabre sans pour autant tomber dans le grotesque.

 

Une harmonie BD et B.O juste parfaite sur ce coup là !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags