14 septembre 2020 1 14 /09 /septembre /2020 09:53
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TOMAHAWK

 

 

C'est de qui ? P. Prugne

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui, sur les précédents opus.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Milieu du XVIII° siècle, les européens, non contents de se déchirer sur leur continent, s’affrontent également aux Amériques où Français et Anglais, aidés des différentes  tribus qu’ils ont acquis à leur cause,  enchainent les raids sur les forts qui pullulent le long de la côte est.

Jean Malavoy, trappeur concubin d’une indienne, est sur la piste d’un formidable grizzly qui a tué sa mère. Sa soif de vengeance va lui faire découvrir une réalité bien différente de ce à quoi il s’attendait.

 

Tomahawk c’est un peu la rencontre entre l’Ours de Jean Jacques Annaud et Le dernier des Mohicans de Fenimore Cooper (et un tantinet du Pacte des Loups, vous comprendrez à la lecture !). Au travers de ce récit de traque, de cet affrontement entre l’homme et l’animal, Patrick Prugne, toujours aussi inspiré par cette période historique, livre une réflexion sur la folie des hommes, l’anéantissement de la vie sauvage au profit du progrès et de la civilisation, l’évangélisation souvent forcée des peuples amérindiens et le crépuscule d’un peuple emporté par le conflit cupide des puissance de la vieille Europe.

 

 

A la sauvagerie des affrontements qui parcourent l’histoire, l’artiste oppose la beauté bucolique de ses paysages, son bestiaire plus vivant que nature, le tout dans des aquarelles resplendissantes dignes des grands illustrateurs de l’époque.

Cinquième (et peut être dernier ?) tome de la superbe série sur les indiens de Patrick Prugne chez Daniel Maghen, Tomahawk, parfaite somme du fond et de la forme et de l’insertion d’une petite histoire dans la Grande, est probablement mon préféré.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE TRUE STORY OF JESSE JAMES

 

 

C'est de qui ? L. Harline

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez nous? Une paire de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Avec plus de deux décennies au compteur dans le métier, une paire de westerns et, surtout, des dizaines de scores pour Disney (dont Blanche Neige et Pinocchio), Leigh Harline n’est pas le premier venu à Hollywood, loin s’en faut, quand on lui propose de mettre en musique cette nouvelle vision de la vie du « Brigand Bien Aimé » réalisé par Nicholas Ray, auréolé de son succès pour La Fureur de Vivre.

 

Harline et Nicholas Ray ont travaillé ensemble sur They Live By night et on sent que les deux hommes s’entendent –professionnellement et artistiquement parlant- plutôt bien. Harline, en compositeur et arrangeur chevronné, livre une partition certes classique mais soignée, qui contient à la fois le romantisme nécessaire à la version un peu glamourisée du bandit mais aussi la violence et la tension des nombreuses scènes plus typiques du genre.

 

De par sa variété et sa richesse, et l’ampleur des émotions véhiculées, notamment par les sections de cordes et de cuivres, ce score, bien qu’un peu old school, s’est révèlé très en adéquation avec Tomahawk.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 15:32
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  INGUINIS ORACLE 2

 

 

C'est de qui ? Even & Guenet

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur leurs précédents duos.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? La fin du précédent volet nous avait laissé sur un cliffhanger où notre jeune vestale attirée par l’homme qu’elle doit protéger, faisait une découverte majeure !

Le secret des origines de Lacinia et  Gaïus met les deux amants interdits dans une position plus qu’inconfortable dont tout le petit monde qui gravite autour de la succession du cirque et de ses jeux - à commencer par Cecile -pourrait bien tirer parti.

Mes nos malchanceux héros ne sont pas au bout de leurs surprises, loin de là !

 

Sur cette suite et fin du second cycle d’Inguinis Oracle Katia Even complique peut être un peu trop son intrigue en multipliant les rebondissements, et autres coups de théatre même si, pour le coup, on n’a pas le temps de s’ennuyer et que, comme sur les précédents chapitres, on ne pourra pas lui reprocher de faire du X sans un scénario –travaillé- derrière.

 

De son côté  Nicolas Guenet assure toujours sa partie avec brio, que ce soit pour le coté pornographique chargé ou la richesse de ses décors antiques. On peut clairement affirmer qu’au fil des albums l’artiste fait évoluer son style et se détache de ses influences corbennienes.

 

Comme on l’avait dit dans la chronique de Oracle tome 1, ces deux diptyques pourront être rangés (mais à l’abri des mains les plus jeunes of course) dans les étagères entre le Messalina de Mitton et le Muréna de Delaby, Théo et Dufaux.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE GEANT DE THESSALIE

 

 

C'est de qui ? C. Rusticelli

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui, à plusieurs reprises.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Mélange fumeux des légendes de Jason (et les Argonautes) et d’Ulysse,   entaché d’un casting local aussi peu inspiré qu’ improbable et de scènes montées parfois hasardeusement font de ce péplum à grand spectacle de l’époque un film à l’intérêt plus que restreint aujourd'hui.

 

Néanmoins, Carlo Rusticelli, professionnel et talentueux, lui écrit une partition enlevée jouée par  un large orchestre.

On retiendra un thème principal dans le style épique interprété par des voix masculines aux variations originales que l’on retrouve décliné à divers endroits de la B.O, dans des versions intéressantes.  

Une fois encore on ne peut qu’être admiratif de la qualité des parties de cuivres, de cordes et de percussions du compositeur transalpin qui alignait pourtant les travaux alimentaires déjà à l’époque.

Si l’ambiance générale est un peu surannée à la lecture de cette fin d’Inguinis Oracle elle ne dénote pas avec l’exagération amusante de certaines péripéties.

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

 

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 07:06
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  PHILBY NAISSANCE D’UN AGENT DOUBLE.

 

 

C'est de qui ? P. Boisserie & C. Gaultier.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, pour le scénariste comme pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Qui est Kim Philby, agent secret britannique ayant succombé aux sirènes de Moscou et jouant sur les deux tableaux pendant deux décennies avant de devoir fuir pour la capitale soviétique quand les masques tombent ?

Eh bien c’est lui-même qui va le raconter à un compatriote venu le rencontrer à l’automne de sa vie, n’omettant aucun détail de sa carrière dangereuse…mais, avec un espion –doublé d’un traitre- on ne sait finalement jamais si tout est vrai !

 

Pierre Boisserie, en spécialiste de la BD d’Histoire, passé maître dans l’art de raconter des faits réels en les rendant aussi prenants qu’un bon scénar de fiction, livre ici une bio en flashback pour laquelle il n’a pas eu besoin de trop enjoliver ou romancer la réalité tant celle-ci est riche à l’origine.

 

Christophe Gaultier de son côté, comme sur le précédent ouvrage qu'il a signé aux Arènes,  rend une copie plus sobre que ce à quoi il a pu nous habituer, avec un encrage marqué sur une ligne claire soignée que Marie Galopin, comme à son habitude, embellit d’une palette bien choisie.

 

Un one shot qui plaira aux amateurs d’Histoire pas didactique pour un sou et aux fans de romans d’espionnage.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : UNDER FIRE

 

 

C'est de qui ? J. Goldsmith

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Fort souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Goldsmith, alors au pinacle de sa carrière, sait choisir ses projets et, surtout, les travailler avec soin. Sur ce film de guerre où des journalistes ricains couvrant l’évènement tombent amoureux le maestro varie l’instrumentation et opère des mariages payants.

 

Aux pistes axés suspense –domaine dans lequel Goldsmith est passé maître- il oppose des thèmes limite surréaliste sur les paysages dévastés par les combats, limite atmosphérique, loin des clichés du genre habituels.

 

Alors c’est sur l’utilisation de la flute de Pan (et d’un peu de synthés très années 80) de ci de là est à zapper à la lecture de l’album de Boisserie et Gaultier mais la guitare de Pat Metheny (excusez du peu) amène une couleur aussi inattendue qu’originale et un petit côté léger qui colle pas mal à la personnalité de Philby tel que croqué par le duo d’auteurs.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 09:19

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  NEUN

 

 

C'est de qui ? T. Takahashi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Au début de la Seconde Guerre Mondiale, Himmler missionne d'implacables soldats afin d'éliminer 13 enfants nés grâce à la semence du furher (si, si!).

Enfin 12 parce que le numéro 6 est l'élu qui prendra la place de son paternel le moment voulu.

Oui mais ces enfants ont des gardiens, et deux d'entre eux (au moins) ne l'entendent pas de cette oreille. La traque aux descendants devient une chasse à l'homme dans laquelle les forces SS vont laisser pas mal de plumes. Il faut dire que Théo, protecteur de numéro 9 (qui donne son titre à la série pour nos amis non germanophones), est un tueur froid et sans états d’âmes, adepte des théories nauséabondes d'Hitler et que la gardienne du numéro 8 a des origines nippones et donc, forcément, se bat au sabre (ah oui, et elle est sexy évidement).

 

Visuellement, ce premier tome foutraque est également inégal : nerveux dans son découpage, précis voire virtuose sur les gros plans, il l'est beaucoup moins sur les plans plus lointains et je ne parlerai même pas de cette fausse bonne idée de photoshoppé des photos pour certains décors. Pour les amateurs, y a un caméo de Marylin Manson chez les chasseurs de têtes nazillons.

 

 

Neun me laisse assez indécis, je n'arrive pas à savoir si les thèmes abordés seront développés intelligemment ou si l'on va rester sur de l'uchronie sanglante et névrotique ; mais le pire...c'est que ce premier volet ne m'a pas donné envie de découvrir la suite.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ANNA

 

 

C'est de qui ? E. Serra

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Nous ne nos attarderons pas sur le cas de Besson, fossoyeur en chef du cinéma français, pétri de fantasmes d’entertainment à l’américaine mais incapable de se renouveler artistiquement, si tant est qu’il ait jamais essayé.

 

Anna, sa dernière réalisation/production/scénarisation en date (espérons que ce soit la dernière d’ailleurs) est un chant du cygne creux, remake peu inspiré de son Nikita, en forme de serpent qui se mord la queue.

 

Fidèle s’il en est à Besson, Eric Serra a écrit la quasi intégralité des B.O de la filmo du réal’. Pour Anna le compositeur a du écrire dans l'urgence puisqu'il a eu un gros mois et demi pour livrer sa partition ; est-ce ce délai fort court qui l'a poussé à livrer une musique aussi anonyme qu'inégale ? Peut être, toujours est-il que le score d'Anna est à l'image du film : froid, téléphoné, métallique, très « déjà vu » , pour ne pas dire d'un autre age (on dirait une B.O à la Hans Zimmer du début des années 2000, c'est dire!)

 

Si l'action et le suspense sont les thématiques principales, talonnés par un mélo assez sirupeux parfois, les mélanges d'instruments électriques et d’électronique ne fonctionnent que rarement, laissant une impression étrange de techno rock du siècle dernier. On appréciera néanmoins les quelques notes exotiques aux instruments folkloriques orientaux qui amènent à la B.O un brin d'originalité qui lui faisait cruellement défaut.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 09:32
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE JOURNAL DE CLARA

 

 

C'est de qui ? Cherici & Xavier

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/L’An 2

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Clara est encore une jeune fille aussi jolie que spontanée quand elle fait la connaissance de Mussolini, alors déjà engoncé dans le culte de la personnalité qu’il s’est lui-même forgé, Duce belliqueux et fanfaron d’une Italie qui se cherche.

Elle apporte au tyran une bouffée d’air frais dont il a bien besoin, et s’ils deviendront amants, ce sont bien plus que leurs jeux sexuels qui lient ces deux êtres diamétralement opposés puisque notre romantique héroïne suivra le monstre jusque dans sa déchéance ultime et son exécution publique.

 

Clémént Xavier, on l’a vu chez nous déjà, s’est fait une spécialité de la BD dite « docu » sur des sujets forts. Ici, au travers du journal de Clara Pettaci, il évoque les heures les plus sombres de l’Europe du siècle dernier, sans chercher à charger un tableau qui n’en n’a pas besoin. (même s’il profite là aussi pour faire passer une paire de théories aussi peu connues –de votre serviteur en tout cas-  qu’ intéressantes)

 

 

Mussolini et Hitler sont montrés comme les leaders extrémistes qu’ils étaient, cerveaux malades d’adultes qui comparent la taille de leurs sexes (littéralement !). L’entourage du Duce  n’est pas traité différemment, cour de politiques et de militaires attendant le faux pas de leur dirigeant et l’anticipant en coulisses (on pense un peu à la Mort de Staline de Nury et Robin).

Seule Clara tire à peu près son épingle du jeu, dépeinte comme une égérie quelque peu aveuglée par son adoré qui fait à la fois figure d’amant, de père de substitution et de mâle dominant.

 

Au dessin Pauline Cherici, pour sa première incursion dans la cour des grands livre une copie très réussie, dans un style délié en trichromie noire blanche et grise avec de jolis jeux sur les ombres. Son trait s’inscrit dans une certaine école indé franco-belge que l’on pourrait étendre d'Agnès Maupré à Catel (ce qui n’est pas dégeu comme références on en conviendra).

 

Un pavé qui se dévore plus qu’il ne se lit, un témoignage passionnant sur le pouvoir et ses dérives qui résonne durement encore de nos jours !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : ROMA

 

 

C'est de qui ? N. Rota

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Quand Fellini propose Roma à Nino Rota, les deux compères viennent de passer 20 ans à collaborer aussi étroitement que fidèlement. Le maestro n’en n’est pas à sa première surprise avec son compatriote, la décennie précédente les ayant vus créer des choses aussi marquantes que 8et demi ou Satyricon.

 

La B.O de Roma, sorte de docu fantasmé sur la relation de Felini capitale italienne, s’étalant des années 40 aux années 70, entrecoupé d’interventions du réalisateur et de divers personnages réels, n’est cependant pas la plus barrée de son auteur.

Rota opte pour une approche monothématique, faisant quasiment dans l’underscoring sur une bonne partie de la pellicule, avec une guitare en instrument lead, bientôt rejointe par d’éparses cordes, le tout économe en notes mais pas en émotion.

 

Certaines séquences du film donnent heureusement l’occasion à Rota de revenir à ce qui a fait son succès, à savoir les mélodies plus entrainantes qui empruntent au répertoire du folklore comme à celui du cirque.

 

C’est tout un pan de l’histoire de la musique du film italien qui s’étale ici, et, d’une certaine manière, les confessions de Clara Pettaci sur sa relation avec le Duce le sont également, les deux media étaient fait pour s’entendre !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags