29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 15:01

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? NOURRIR L’HUMANITE

 

 

C'est de qui ? Runberg & Montllo

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur plus ou moins lointain, où une race extraterrestre a pris contact avec l’humanité pour l’avertir qu’un peuple semblable aux terriens allait venir s’installer sur la planète, un tueur à gages implacable est embauché pour assassiner trois quidams dont le tort est de refuser les sommes d’argent délirantes que tous les humains se voient offrir depuis quelques temps par les plus grosses fortunes du monde.

 

 

Les thématiques abordées dans ce scénario foisonnant, tiré d’un roman de LiuCixin, écrivain populaire de SF chinois, dont le talent a largement débordé des frontières de son pays sont aussi multiples que d’actualités : pollution extrême de l’environnement, fossé gigantesque entre les riches et les pauvres et les conséquences qu’il entraîne, réaction face à une situation inconnue et traumatisante, libre arbitre et choix de la marginalité…

 

Le tout est enrobé dans un mélange de SF et de thriller plutôt bien équilibré - même si certains passages font assez lambda- que Runberg a adapté et découpé avec une science manifeste.

 

Au dessin il retrouve son compagnon de Warship Jolly Roger, Miki Montllo, qui rend une copie sans fautes, que ce soit sur les scènes SF de planète parallèle ou celles de métropole futuriste, avec un coté Otomo plus appuyé, notamment sur le style de ses personnages.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MORBIUS

 

 

C'est de qui ? J. Ekstrand

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peut avoir des maîtres à penser, voire s’en inspirer (après tout l‘histoire de la musique est un éternel recommencement à grands coups de citations et autres accaparement) mais de là à pondre des choses qui s’apparentent plus à la photocopie qu’à l’hommage voire simplement à une œuvre originale, c’est assez dommage.

 

A l’écoute du score de Morbius, film littéralement éreinté par la critique à sa sortie, et probablement à juste titre, on se dit que Jon Ekstrand, pourtant prometteur sur ses précédents opus, aurait pu éviter cet écueil.

 

 

Fan de Carpenter tout comme le réal’ de Morbius qui l’a lancé dans cette direction du coup, Ekstrand reprend des recettes du maître de l’horreur en utilisant des claviers électroniques très old-school, agrémentés de bruits divers et variés (alarmes, drones, chauve-souris !) et soutenus de percussions massives.

 

L’ensemble est évidement agressif, manquant souvent d’unité (ne parlons même pas de mélodie) mais a le mérite d’évoquer un futur aussi noir que déprimant, tout comme celui de Nourrir l’Humanité.

 

 

---------------

 

 

Repost0
20 juin 2022 1 20 /06 /juin /2022 09:15

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? PATRIARCHY.

 

 

C'est de qui ? Runberg, Saveg et Ortega

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Caurette

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Runberg.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est ballot, pour une fois que les Etats Unis élisent une femme à la présidence, cette dernière déclare la guerre nucléaire à la Chine et voilà qu’en quelques années la planète retourne à un état quasi sauvage, organisé en clans et dominé par le Patriarcat un dogme qui a décidé que vu que c’était une femme la responsable de tout ceci, le genre était définitivement inférieur au masculin et devait être soumis et dirigé par celui ci.

 

Evidement certaines femmes n’ont pas accepté cette tyrannie (et on les comprend !) et se sont organisées pour résister. C’est le cas des Valkyries qui occupent une place forte, se débarrassent des nouveau-nés mâles (on apprendra dans le tome 1 comment elles tombent enceintes) et mènent des raids contre les camps des Patriarches pour voler de la nourriture.

 

Mais la révolte gronde au sein des valkyries, dirigées tyranniquement par une leader un brin extrême, et, après une opération menée par l’un des dissidentes, trois femmes du clan décident de s’échapper.

 

 

Rien de bien nouveau sous le soleil du Post-Apo dans la nouvelle série de Sylvain Runberg, co-écrite avec Anna Saveg, mais un premier tome qui sait prendre son lecteur par le col et le mener tambour battant de la première à la dernière page.

 

Un scénario au départ pensé pour l’écran, qui contient son lot de scènes d’action, de rebondissements et autres révélations, avec un casting certes un peu cliché parfois mais bien campé.

 

 

Le tout est mis en image par un Ortega en grande forme qui mélange influences occidentales et manga, sans trop en faire dans ce second style, avec des décors riches et convaincants et un découpage nerveux.

 

Les amateurs devraient apprécier ce premier volet (sur trois).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :EQUILIBRIUM

 

 

C'est de qui ? K.Badelt

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si depuis quelques années il écrit quasi exclusivement pour le cinéma français dans des registres souvent forts différents et, reconnaissons-le avec un certain talent, Klaus Badelt aura du mal à faire oublier deux décennies auprès des émules de Remote Control, écurie de Hans Zimmer où tout est relativement cloisonné.

 

Equilibrium, film de S.F pas super original mais distrayant, est un bon exemple de ce que pondait le compositeur à l’époque : un mélange de musique orchestrale et chorale, avec des arrangements assez froids et une science de l’efficacité rentre-dedans sans faille.

 

Ici les mots d’ordre sont suspense et action, et, dans un domaine comme dans l’autre Badelt envoie du lourd à grands renforts de thèmes pompiers futuristes qui rendraient presque jaloux son ex-mentor.

 

A défaut d’avoir vraiment une âme, le score d’Equilibrium s’impose par son parti-pris quasi jusqu’au-boutiste et fait une bande son assez nerveuse et chirurgicale pour aller avec Patriarchy.

 

 

 

 

---------------

 

Repost0
8 avril 2021 4 08 /04 /avril /2021 08:39
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? ON MARS 3

 

 

C'est de qui ? Runberg et Grun

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen éditions

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur les précédents entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Rien ne va plus sur la Planète Rouge, l’Homme étant ce qu’il est, destiné à reproduire toujours les mêmes erreurs, voilà que les fanatiques de l’église Syncrétique ont décidé de faire le ménage parmi les impies mais le putsch dérape en bain de sang et les différentes factions en jeu vont avoir du mal à s’en tirer indemne.

Jasmine et Sophie se voient obligé de trouver un terrain d’entente pour essayer de minimiser les dégâts mais le mal est fait.

 

Une conclusion de la trilogie où l’action règne en maître, Runberg livre à Grun de quoi proposer des compositions graphiques assez exceptionnelles si tant est que l’on adhère au style réaliste et détaillé de l’artiste.

 

Le scénario, s’il aligne bien quelques passages obligés du genre, est dynamique et déroulé avec un savoir-faire évident.

De la SF pessimiste (qui a dit visionnaire ?) qui mêle discours éclairé et accablant sur la société et dessin virtuose, les amateurs devraient être comblés.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WONDER WOMAN

 

 

C'est de qui ? R. Gregson Williams

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Wonder Woman est probablement l’un des longs les plus réussis du DCVerse (comme disent les initiés) même s’il est regrettable que la prod’, frileuse au possible, ait décidé de faire appel à  Ruppert Gregson Williams –qui n’a décidément pas le talent de son frère- pour la B.O.

 

En bon séide de Zimmer qu’il est, le cadet écrit une musique ronflante à souhait qui capitalise sur tous les poncifs établis par Remote Control, des chœurs féminins lyriques aux cordes pseudo passionnées en passant par la contrebasse et le violoncelle en instrument lead de ci de là et, bien entendu, de bons gros coups de cuivres et percus marteau pilon.

 

Rien de bien folichon donc, l’héroïsme grand spectacle à son apogée avec quelques moments d’émotion cheap aux harmonies téléphonées mais, forcément, efficaces.

 

Cela étant c’est d’action vitaminée et calibrée que nous avions besoin sur ce troisième volet de On Mars et c’est chose faite avec la partition de Wonder Woman premier du nom (oubliez le second, il est fort mauvais, mais on l’a déjà évoqué par ici d’ailleurs).

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 13:51

Un week end dédié au plus célèbre des barbares avec des visions aussi originales qu'éloignées des aventures du cimmérien:

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CONAN LA CIMMERIEN. LE PEUPLE DU CERCLE NOIR

 

 

C'est de qui ? Runberg & Park

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site?Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Conan, alors chef d'une troupe de guerriers tribaux dont une poignée a été capturée par l'armée de Vendhya, se retrouve victime d'un chantage de la part de la jeune reine du royaume qui veut forcer le Cimmérien à traquer les responsables de la mort de son frère.

Mais personne ne peut se jouer du barbare et ce dernier kidnappe la souveraine afin de l'échanger contre la vie de ses hommes. Mais personne n'est au courant que la servante de la reine et le sorcier du palais tirent les ficelles de ce complot tortueux et alors que les pièces de l'échiquier se multiplient, la situation devient explosive.

 

Si le trait du coréen Jae Kwang Park est aussi accrocheur que détaillé- on sent d'ailleurs l'influence de son maître le virtuose Kim Jung Gi- je dois vous avouer que sa vision de Conan m' a parfois gêné, sur certaines scènes j'avais un peu l'impression de voir un personnage tiré d'un épisode de Dragon Ball.

 

 

Ce bémol mis à part ce huitième tome de la collection Glénat ne démérite pas à coté des précédents, loin de là, et l'on sent que le texte choisi par Sylvain Runberg est un des plus riches produits par Howard.

Les personnages féminins y ont pris de l'épaisseur et ne sont plus que de simples faire valoir sexy (bien que de coté là elles soient toujours fort bien pourvues!), les ennemis sont multiples et imposants et le background exotique dépayse.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE DRAGON PRINCE SEASON 3

 

 

C'est de qui ? F. Wiedman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? La série de fantasy animée Netflix rencontre un succès mérité et, à mesure que l'intrigue et les personnages s’épaississent, les thématiques et l'ambiance s'en ressentent favorablement.

Ainsi, pour cette saison 3, fraîchement sortie sur la chaîne de streaming, Frederic Wiedman a eu l'occasion de proposer des thèmes plus matures, où il développe l'aspect épique et romantique mais aussi l'omniprésence du suspense des scénarios.

 

Après s'être fait les dents sur une paire de films d'animation de chez DC Comics (dont le Gotham by Gaslight) et d'un cinquième (!!) volet du Roi Scorpion, le compositeur d'origine allemande élargit sa palette musicale avec une mise en avant d'un violon celtique et d'un violoncelle respectivement pour les pistes dédiées aux héros et aux méchants.

Le duduk, originalité des deux précédents scores, est toujours là, tout comme le piano mais au sein d'un ensemble plus large.

 

L'orchestration est aussi plus ambitieuse avec des arrangements dignes des meilleurs long métrages de cinéma du genre.

Si quelques passages paraîtront trop « gentils » sur ce huitième tome de la collection Conan, le reste de la galette a la puissance d'évocation requise, sans soucis.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
27 mai 2019 1 27 /05 /mai /2019 08:39
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ZAROFF

 

 

C'est de qui ? Runberg & Miville Deschênes

 

 

La Couv':

 

Le chasseur devient la proie  /  Zaroff  Vs.  Lord of the flies

 

Déjà lus chez B.O BD? Oui, ensemble même.

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Une planche:

 

Le chasseur devient la proie  /  Zaroff  Vs.  Lord of the flies

 

Ca donne Quoi ? Dans The most dangerous game, nouvelle de 1924 qui connut un franc succès lors de son adaptation au cinéma en 1932, le Comte Zaroff, échappé de la Russie tombée aux mains des révolutionnaires, s'était réfugié sur une île éloignée où, en passionné de chasse il s' y adonnait à loisir sur un gibier bien particulier: l'homme.

 

Dans cette suite en bd, le scénariste Sylvain Runberg, sous l'impulsion de son dessinateur de Reconquêtes, François Miville Deschênes, imagine ce qui est arrivé à Zaroff après les événements de l'œuvre originale.

Le voici donc  sur une nouvelle île, vers le Vénézuela, où il continue allègrement ses activités cynégétiques. Pourtant quand il abat un groupe de naufragés il ne sait pas que l'un d'entre eux est un chef de gang de Chicago dont la fille va tout mettre en œuvre pour se venger. Quitte à kidnapper la famille de la sœur de Zarof qu'elle amène sur l'île afin d'obliger le comte à les sauver tandis que les hommes de main de la pègre vont tenter de le tuer.

 

Intéressante exploitation du huis clos insulaire de la part des auteurs, avec un scenario de type survival/Battle royale bien rythmé, aux scènes chocs où le suspense est au rendez-vous,  et des protagonistes bien campés. On pourra tiquer sur le fait d'essayer de faire de Zaroff un personnage fréquentable (sans pour autant l'ériger en héros cela dit).

 

Le point fort de cette suite réside dans sa partie graphique, le background de l'île donnant à Miville Deschênes l'occasion de réaliser des paysages superbes aux couleurs bien choisies. Son style réaliste soigné qui avait déjà fait le succès de Reconquêtes s'exprime ici au mieux (même si parfois certains visages peuvent paraître un rien figés).

 

Le chasseur devient la proie  /  Zaroff  Vs.  Lord of the flies

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est quoi : LORD OF THE FLIES

 

 

C'est de qui ? R. Leppard

 

 

La Couv':

 

Le chasseur devient la proie  /  Zaroff  Vs.  Lord of the flies

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour cette adaptation de 1963 de l’un des grands classiques du genre, le claveciniste Raymond Leppard, qui a déjà une solide carrière de compositeur et chef d’orchestre derrière lui, écrit une partition où son bagage classique fait des merveilles.

 

Sa filmographie est assez chiche mais chacun de ses travaux pour le grand écran mérite largement que l’on s’y arrête de par ses qualités mélodiques et thématiques.

 

Ici, il alterne entre passages quasi contemplatifs, où les cordes jouent dans un registre plutôt haut des phrases aux notes qui durent, avec des purs passages de tension où, à un ensemble plus conséquents dominés par les cuivres, il ajoute des passages de harpes survoltées frappants.

Percussions tribales et/ou martiales finissent de compléter ce tableau musical chamarré.

 

Ce score, via ses sonorités ouvertement surannées, fait un accompagnement assez idéal pour ce Zaroff qui, rappelons-le, se déroule au début des années 30.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags