4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 08:56

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES DRAGONS DE LA FRONTIERE

 

 

C'est de qui ? Harriet & Gil

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? A la fin du XIII° siècle en Amérique, les Dragons espagnols patrouillent à la frontière du Nouveau Mexique qui est encore possession de leur empire. Un jeune fils à papa engagé comme cadet dans l’armée va partir à la rescousse d’une religieuse enlevée par les Apaches, forçant son supérieur à lui porter assistance. Les deux soldats se retrouvent bientôt dans une bien fâcheuse posture.

 

Un western atypique coté protagonistes puisqu’en lieu et place de cow boys ou de soldat bleus on a des Dragons espagnols, mais au scénario au final assez classique (l’enlèvement d’une « blanche » par des indiens étant un lieu commun dans le genre) plutôt bien traité ici avec un premier volet plein de rythme.

 

La série bénéficie surtout du trait semi réaliste riche et expressif d’Ivan Gil, artiste espagnol qui retrouve ici, après deux séries Napoléoniennes chez nous, la BD historique, toujours avec ce souci du détail et ce sens du découpage.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LA VILLE SANS LOI

 

 

C'est de qui ? R. Webb

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Tout comme le sujet de la BD du jour, le scénario de cet honnête western de série B prend pour cadre une étrangeté du temps du far west, à savoir une portion géographique au sud du Kansas qui n’était sous aucune autorité juridique et où Jesse James, le brigand bien aimé, va sauver la vie à un homme de loi parti le traquer.

 

La musique est signée Roy Webb alors compositeur en résidence chez RKO pour lesquels il compose du score au kilomètre. On note finalement assez peu de western dans sa filmographie et l’on ne s’étonnera d’ailleurs pas qu’il reprenne des thématiques écrites deux ans auparavant pour Tall in the saddle un autre film du genre où John Wayne tient le rôle principal.

 

Badman territory souffre d’un problème de rythme au niveau du scénario et cela se ressent dans la partition de Webb, quasi entièrement dédiée à l’action et au suspense bon ton de l’époque avec tous les gimmicks du western en prime. Par contre sur ce premier volet des Dragons c’est juste ce qu’il fallait comme accompagnement.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 08:47

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE TAMBOUR DE LA MOSKOVA

 

 

C'est de qui ? S. Spruyt

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Déjà lu dans le coin? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? La Russie, 1812, alors que les armées de Napoléon subissent la débâcle de la campagne guerrière menée par l’Empereur, un jeune garçon naïf  enrôlé comme tambour ne va devoir son salut qu’à son minois angélique.

 

Vincent survit en effet à la Bérézina, à Moscou enflammée et à la catastrophique retraite dans les étendues gelées grâce à une certaine fascination qu’il exerce bien malgré lui sur les gens qu’il rencontre, du curé au sergent recruteur, en passant par un gradé désabusé, un géant protecteur ou encore des paysans locaux, notre innocent héros va traverser l’Histoire et survivre pour la raconter à un illustre visiteur venu, bien des années plus tard, recueillir son témoignage.

 

 

Magnifique album une fois encore de la part de Simon Spruyt, en couleurs directes, tout aux aquarelles et aux crayons, à l’ancienne, pour un résultat qui transcende son sujet.

 

La petite histoire dans la grande fonctionne ici à merveille. A la sauvagerie de son contexte historique il oppose un style graphique toujours aussi original qui emprunte à la fois à la BD jeunesse et à l’illustration old school avec des choix de colorisation et de cadrages très réussis.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SYMPONIE N° 7

 

 

C'est de qui ? S. Prokoviev

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Intéressante pièce de l’un des plus célèbres compositeurs russe (et de loin mon préféré) la symphonie n°7 mélange le caractère enjoué de l’enfance et l’esprit martial de la Russie avant et pendant l’arrivée des soviets au pouvoir.

 

Composée un an avant sa mort, cette ultime symphonie est empreinte de la mélancolie douce-amère que Prokoviev dut ressentir à cette époque trouble de son existence, continuellement mis à l’index par le régime stalinien, malade et détaché de ses proches.

 

Cette sorte de testament musical fait le lien entre deux extrêmes dans l’œuvre du russe, on y retrouve la légèreté et l’expressivité de Pierre et le Loup, via notamment l’utilisation des bois et des cordes, mais aussi la puissance et la gravité d’un Ivan le Terrible dans les percussions endiablées et les cuivres martiaux.

 

Une symphonie magistrale qui va comme un gant à ce one shot aussi original qu’inspiré !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 16:11

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : ROUGES ESTAMPES

 

 

C'est de qui ? Jean-Louis Robert et Carole Trébor (scénario) – Nicola Gobbi (dessin)

 

 

La Couv': 

 

 

 

Déjà croisés sur BO BD ? non

 

 

Une planche: 

 

 

Ça donne Quoi ? L'histoire démarre dans une prison flottante en rade de Brest en mars 1872. Raoul Avoir écrit à sa mère pour lui raconter ce qui s'est passé depuis 1 an, c’est-à-dire depuis que la Commune de Paris a commencé. Il lui raconte la lutte des communards, la misère des parisiens et sa propre implication dans les évènements. Surtout ce qui s'est passé quand il a été nommé commissaire de Plaisance et qu'il a découvert que des crimes affreux étaient commis en suivant les estampes de la série "23 meurtres célèbres en vers" du maître Taiso Yoshitoshi. Mais Raoul n'aura pas le temps de réellement boucler l'enquête avant que la Commune ne se termine dans le sang.

 

 La grande originalité de cet album est que l'histoire inventée est entrecoupée de documents d'époque comme les décrets de la Commune, des caricatures et photos. Il faut préciser que les 2 scénaristes sont des historiens à la base. J'en ai plus appris sur la Commune et ce qui s'est passé à ce moment-là avec ce livre que pendant mes études. La Commune était plutôt présentée dans mes cours comme une rébellion vouée à la disparition dès le début et menée par des irresponsables.

 

 

La leçon d'Histoire est intéressante mais, sans les dessins de Nicola Gobbi, elle serait un peu difficile à suivre. Ses crayonnés en N&B à peine soulignés de crayon rouge pour quelques détails (sur un vêtement ou des joues qui rosissent, par exemple) ou pour les scènes de crimes sont superbes et d'une fluidité exemplaire. Les décors sont réalistes et les personnages expressifs.

 

Une postface m'a appris que l'amnistie a été votée en 1880 sous l'impulsion de Léon Gambetta en particulier… et aussi qu'il a fallu attendre 2016 pour que les victimes de la répression de 1871 soient réhabilitées.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SPARTACUS                                              

 

 

C'est de Qui ?  Alex North

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ça donne Quoi ? Alex North fait partie des grands compositeurs de musiques de films d'Hollywood avec quelques mémorables bandes sons dont celle de Spartacus. Stanley Kubrick refusera le travail d'Axel North 8 ans plus tard pour 2001, l'odyssée de l'espace, mais il a gardé le travail fait sur le grand péplum à la gloire de la révolte des esclaves contre l'Empire Romain.

 

Certains pourront trouver étrange mon choix mais le début du morceau a la douceur convenant à la relation entre Raoul et Nathalie et aussi à la mise en place de mesures pour mettre en place un gouvernement social, et la fin avec ses clairons clinquants convient parfaitement à l'écrasement du mouvement par la force et aux centaines de malheureux fusillés sans pitié.

 

Quand deux révoltes se répondent pars leurs rêves de fraternité et leurs fins tragiques.

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 10:33

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  IRA DEI 4. MON NOM EST TANCREDE.

 

 

C'est de qui ? Brugeas & Toulhoat

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur les précédents entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Tancrède, encombré d’Eudoxie et Marie, traqués par Hugues le revanchard, préfère épargner ses compagnes de route et se fait capturer. Guillaume de Hauteville, leader des troupes normandes, teste son intéressant prisonnier lors de duels à mort que notre héros remporte tous, finissant même par se débarrasser de l’incontrôlable Hugues, ce qui arrange Hauteville.

 

Le salut vient cependant de là où Tancrède l’attendait le moins en la personne d’Etienne qui veut retrouver Marie, sa sœur.  

 

Entre combats épiques et psychologie poussée des personnages, cette conclusion du second cycle d’Ira Dei tient ses promesses, faisant de la saga du duo doué Brugeas /Toulhoat, une série aux qualités manifestes, que ce soit dans son scénario qui s’appuie bien sur le background historique tout en sachant ne pas s’y enliser (on pense parfois aux –bonnes – saisons de la série TV Vikings par exemple) que dans ses graphismes furieux où portraits expressifs et paysages sauvages se partagent bien la vedette.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LE SEIGNEUR DE LA GUERRE

 

 

C'est de qui ? J . Moross

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

https://i.imgur.com/3bccOGi.jpg

 

Ca donne Quoi ? Bien plus subtile que beaucoup de bandes originales du même acabit (celles de Rozsa par exemple), la partition de The War Lord fait la part des choses entre thèmes hauts en couleurs où héroïsme et action sont exprimés via des cuivres flamboyants, et introspection plus dramatique où ce sont les cordes qui sont à l’honneur.

 

Le seul bémol finalement de ce score est sa durée, particulièrement réduite pour l’époque puisque l’on dépasse à peine la demi heure de musique, mais ce n’st pas du fait de Moross qui vit sa deadline réduite de moitié suite à des soucis de final cut sur le film ; il aura même un providentiel coup de pouce de la part de Hans Slater, pilier de studio que l’on a souvent écouté chez nous, et qui amène son savoir faire et son expérience dans la partie pour un résultat encore plus orignal.

 

Probable que pour Ira Dei quelque chose de moins dâté aurait mieux fait l'affaire ais c'était histoire de changer un peu d'ambiances. 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 20:15

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ACHILLE. DE FER ET DE CHAIR.

 

 

C'est de qui ? C. Ferri

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou éditions

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les tomes précédents.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Achille triomphant mais brisé par la perte de son aimé défait allègrement la dernière carte des troyens, le roi Memnon puis va retrouver l’amour dans les bras de la fille de son ennemi, le roi Priam.

Mais sa joie est de courte durée, Paris, au courant du point faible du héros, tue le héros d’une flèche dans le talon.

Il faudra toute la ruse d’Ulysse pour qu’enfin tombe la cité.

 

Du cul mais pas que une fois encore avec cette conclusion de la version X de la guerre de Troie que Cosimo Ferri tire des écrits d’Arctinos de Millet. Batailles homériques (c’est le cas de le dire !) et scènes explicites sont donc au menu de ce troisième album mouvementé aux graphismes toujours aussi réalistes et appliqués, tout « à l’ancienne » ce qui en soit déjà est un plaisir.

 

 

A l’instar d’un Mitton, l’auteur italien livre une série qui n’est pas qu’un prétexte pour étaler les chairs affriolantes de ses protagonistes bodybuildés et les amateurs d’Histoire Antique que la vue de corps en pleine action effraieraient pourront toujours se rabattre sur la version soft édité chez Graph Zepelin.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SAMSON ET DALILA

 

 

C'est de qui ? V. Young

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Stakhanoviste de la discipline, Victor Young au début de sa carrière, pouvait, à l’instar d’un Ennio Morricone dans les 70’s/80’s, produire jusqu’à vingt scores dans la même année. Le début de sa collaboration fructueuse avec Cecile B De Mille freinera un peu ses ardeurs, lui permettant d’envisager des partitions avec plus de matière et d’ambition.

 

Sur ce péplum à grand spectacle il multiplie les ambiances, passant de l’action épique aux motifs orientalisants et aux thèmes romantiques avec une facilité qui n’a d’égale que la richesse de certains arrangements. Les cordes sont langoureuses, les cuivres sont grandioses et les autres familles d’instruments ne sont pas en reste avec des vents sautillants et des percussions grondantes.

 

L’amateur éclairé tiquera probablement sur les similitudes que l’on peut noter avec Les Vikings, l’un des chefs d’œuvres de Mario Nascimbene pondu une décennie plus tard, mais les « emprunts » plus ou moins dissimulés étaient assez courants à l’époque, Miklos Rozsa ou Dimitri Tiomkin par exemple n’éteaint pas étrangers à la pratique.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags