26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 08:11

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? KESSEL. LA NAISSANCE DU LION

 

 

C'est de qui ? Mailliet & Charpentier

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Joseph Kessel, l’homme aux mille vies, personnage plus grand que nature, écrivain doué doublé d’un aventurier insatiable qui a bourlingué des immensités glacées de Russie aux déserts d’Afrique, méritait bien une bio dessinée à sa hauteur.

 

On peut dire que le duo derrière ce généreux album réussit à rendre hommage à l’auteur du Lion (probablement son œuvre la plus connue –merci l’éducation nationale d’une certaine époque- mais loin d’être la plus représentative).

 

Mélangeant éléments biographiques et passages de romans, entrecoupant intelligemment le récit de notes explicatives, ils retracent quelques unes des nombreuses expériences de Kessel en en faisant un roman d’aventures historiques passionnant.

 

Coté graphisme c’est également très réussi,  on navigue entre une certaine école franco-belge née dans la mouvance des Sfar et Oubrerie au Corto Maltese de Pratt, l’époque évoquée étant la même que celle dans laquelle se déroulent les aventures du marin romantique qui aurait tout à fait pu croiser Joseph Kessel lors de ses pérégrinations de papier.

 

Un biopic enthousiasmant comme on aimerait en lire plus souvent.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE HORSEMEN

 

 

C'est de qui ? G. Delerue

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Delerue est à l’apogée de sa carrière américaine quand John Frankenheimer le préfère à Jerry Goldsmith ou son compatriote Maurice Jarre pour mettre en musique son ambitieuse adaptation du roman de …Joseph Kessel.

Précurseur en quelque sorte ici de l’utilisation de ce qu’on appellera plus tard la world music (dont Peter Gabriel sera le héraut via son label de prod), Delerue marie avec un talent indéniable l’exotisme des déserts d’Afghanistan et le classicisme du haut du panier de la B.O du cinéma d’aventure de l’époque.

 

Nous avons d’un coté une cithare folklorique qui apporte une touche de mystère et de dépaysement associée à une alternance entre chœurs masculins dans les basses et cuivres profonds qui évoquent les dangers et le suspense et de l’autre des passages plus romantiques, qui ne sont as sans faire penser à d’autres œuvres du compositeur, notamment ses scores historiques puisque l’on retrouve une orgue aussi inattendue qu’efficace.

 

Une B.O qui a traversé avec brio l’épreuve du temps et qui est à la hauteur du sujet de la bd du jour.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

 

Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 14:10

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DANS LE VENTRE DU DRAGON.

 

 

C'est de qui ? Gabella, Swal et Champelovier à la couleur.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Trois aventuriers d’horizons différents s’associent pour occire un gigantesque dragon dont les écailles, qui une fois la bête morte se transforment en or, les rendraient immensément riches.

 

Malheureusement pour eux la seule solution pour faire passer à trépas une telle créature c’est de le faire…

 

 

Mathieu Gabela aime les récits de genre, surtout ceux dérivés de la fantasy, et aime jouer avec les codes de ces genres. Il le prouve une fois encore avec cette nouvelle série dont le premier tome prend son temps (c'est un euphémisme!) pour présenter ce que l’on nomme le « lore » (depuis l’explosion des jeux vidéo notamment de type MMORPG) avant d’embrayer sur une intrigue qui emprunte à Moby Dick (ou Pinocchio, c’est selon vos lectures d’enfance) avec un cracheur de feu en guise de baleine.

 

 

C’est pas mal ficelé, l’action est bien présente (dans la seconde partie surtout) le bestiaire draconique se révèle souvent original et le tout est porté par un bon travail graphique de Swal (qui, si je ne m’abuse, n’avait pas tâté de la BD depuis presque…20 ans !) que la colorisation de Champelovier vient bien mettre en valeur.

 

Les amateurs de variation fantasy (dont cela dit je ne fais plus vraiment partie) devraient être client.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE WITCHER SEASON 2

 

 

C'est de qui ? J. Trapanese

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Suite au succès de la première saison la série The Witcher sur Netflix a quelque peu augmenté les budgets annexes, à savoir les effets spéciaux ou la musique.

 

Exit donc la russe Sonya Belousova au profit de Jospeh Trapanese, compositeur qui s’est fait un nom en collaborant avec des artistes natifs de l’électro et du rock (Daft Punk, M83, Mike Shinoda de Linkin Park) sur des grosses machines S.F et/ou action avant de se vautrer dans des séries B allant de très moyennes à plutôt pas mal, dans des genres variés.

 

 

Pour le coup on perd en finesse avec des thèmes plus rentre dedans et aux sonorités moins folkloriques, du aussi à des scénarios (hum !) qui font la part belle à l’action et à la baston, le tout mâtiné de fantastique burné.

 

Au final une B.O à l’image de cette seconde saison, un peu bas du front et qui a laissé une part de son originalité au vestiaire, mais qui, sur de la fantasy,  se laisse plutôt bien écouter.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 13:00

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? PYGMALION ET LA VIERGE D’IVOIRE.

 

 

C'est de qui ? Le Tendre & Peynet.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans la Grèce antique, Pygmalion, jeune homme fortuné dont le père a répudié la mère et voit d’un fort mauvais œil la passion que son fils entretient pour la sculpture, va avoir une révélation divine et se mettre à créer une statue de femme dont il tombe amoureux, et à qui Aphrodite va donner vie…pour le meilleur et surtout pour le pire !

 

Le Tendre nous avait emballé il y a déjà un bail  avec Tirésias et la Gloire d’Héra, où il revisitait la mythologie grecque de façon aussi inspirée que drôle. Ici il s’est penché sur l’histoire de Pygmalion, propice à la réflexion sur la condition de l’artiste et de ses muses, volontaires ou pas.

 

Ses protagonistes sont terriblement humains, jouets des dieux s’il en est, et si la end est plutôt happy, Pygmalion et la vierge d’ivoire a ce goût des tragédies grecques qu’ont rendues célèbres pléthore d’auteurs, de Sophocle à Cocteau en passant par Racine.

 

 

Le scénariste retrouve pour l’occasion Frédéric Peynet, un artiste qui se fait rare, alternant les genres avec une certaine réussite, même si je n’étais pas trop client des dernières séries qu’il a dessiné.

Il s’essaye ici au récit mythologique et le résultat est des plus convainquant, que ce soit dans l’expressivité de ses personnages aux visages semi réalistes ses femmes aux corps sensuels ou ses décors détaillés aux couleurs bien choisies.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE ROYAUME OUBLIE

 

 

C'est de qui ? J . Savall

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Dans sa quête de (re)découverte des richesses de la musique médiévale au sens large du terme (historique comme géographique), le talentueux Jordi Savall accompagné de son combo Hesperion XXI a sorti, il y a maintenant une poignée d’années, ce recueil de 3 CD insérés dans un généreux bouquin (genreux car écrit en …sept langues !) qui retrace la tragédie cathare dans la France du moyen âge.

 

Alors, j’en vois déjà qui lève un sourcil circonspect vu le décalage historique entre l’action de l’album de Le Tendre et Peynet et l’époque des cathares.

Gens de peu de foi ! A moins d’être un fin connaisseur de la musique de la dite époque (comme l’est par exemple un de mes grands cousins italiens, sommité dans sa partie à qui je n’aurais pas fait l’offense de l’amalgame ici proposé), vous serez transportés par les émotions évoquées par les instruments d’époque utilisés par Hesperion XXI et la beauté des chants entendus sur certaines pistes. Une musique aussi universelle qu’intemporelle.

 

Avec la lecture de la tragédie de Pygmalion réinterprétée ici, ce Royaume Oublié traverse le temps pour n’exprimer plus que la beauté intrinsèque de ses mélodies.

 

 

 

---------------

 

Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 15:13

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? UN ENNEMI DU PEUPLE

 

 

C'est de qui ? J. Rey

 

 

La Couv':

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Sur une petite ile le maire local a fait construire une station thermale qui draine des centaines de touristes.

 

Bénéfique pour l’économie et le développement du lieu, le complexe aquatique  révèle néanmoins un problème majeur, l’eau draine des microbes dangereux pour la santé des baigneurs.

 

Le médecin de l’ile, frère du maire avec qui il ne s’entend pas du tout, va tenter d’alerter les autorités et la population sur le danger.

 

 

Quasiment 140 ans après sa création, le texte d’Ibsen adapté ici par Javi Rey de façon fort originale, frappe par ses thématiques toujours cruellement d’actualité avec notre époque.

 

Le pouvoir de l’argent, la corruption, l’apât du gain et le profit au détriment de la santé et de l’écologie, la manipulation de masse et, last but not least, le sort des lanceurs d’alertes, cassandre honnis par un certain establishment qui sait se mettre le peuple dans la poche quand ça l’arrange.

 

Un mot sur le graphisme tout de même, une sorte de ligne claire couplée à un style qui oscille entre la caricature et la BD jeunesse, une narration qui utilise à bon escient les travellings, l’alterna ce entre gros plans et plans d’ensemble ;  le tout mis en couleur de façon fort originale avec des choix de teintes souvent flashys intéressants.

 

Si le propos et les personnages peuvent paraître un brin manichéen le propos n’en n’est pas moins fort, et en ces périodes d’élection, cet Ennemi du peuple se révèle une lecture hautement recommandée !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :A BEAUTIFUL MIND

 

 

C'est de qui ? J. Horner

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? James Horner retrouve ici Ron Howard pour une B.O qui lui vaudra – à raison à mon sens- une nomination aux Oscars.

 

On le retrouve en effet  là où on ne l’attend pas forcément et pourtant dans ce qu’il fait quasiment de mieux : loin des blockbusters et des thrillers habituels, avec une musique cérébrale voire conceptuelle (le compositeur évoquait d’ailleurs l’idée d’un kaléidoscope musical pour sa partition), avec de belles parties chantées et des thèmes au piano solo aussi émouvants que captivants, le tout heureusement peu complété par l’électronique dont le compositeur a abusé la décennie précédente.

 

S’il reprend quelques idées de certains de ses scores précédents, Horner écrit ici une B.O qui évoque les tourments mentaux que rencontrent le personnage du film, des pistes qui jouent sur la psychologie et le psychisme des personnages, et qui, sur l’adaptation de Javi Rey appuient bien sur les dilemmes moraux et la diabolisation du personnage principal, victime de son honnêteté.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 18:04
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? CONAN LE CIMMERIEN. XUTHAL LA CREPUSCULAIRE.

 

 

C'est de qui ? Bec & Subic

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste mais pas le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Conan et Natala, une jeune femme que le Cimmérien a racheté sur un marché aux esclaves, sont perdus dans le désert, à deux doigts d’une mort certaine, quand apparaît sous leurs yeux une cité aussi improbable que mystérieuse.

 

Poussés par la soif et la faim ils pénètrent dans l’inquiétante construction mais vont rapidement regretter leur audace quand ils vont croiser ses habitants, humains ni morts ni vivants, complètement sous influence qui se révèlent soit amorphes soit hostiles.

Ils vont également rencontrer Thalis une superbe femme, reine des lieux, lascive et dangereuse et, last but not least, devoir affronter Thog une horrible créature géante qui hante les tréfonds de la cité  se nourrissant de ses habitants et à qui Thalis va livrer Natala.

 

Mais Thog n’a jamais rencontré d’adversaire comme Conan (et inversement me direz-vous) !

 

 

Une fois n’est pas coutume je conseillerais de lire les notes de Patrice Louinet avant cette adaptation d’une nouvelle mineure, pour ne pas dire alimentaire, de Howard. En effet, ayant compris que la nouvelle version de Weird Tales marchait sur l’érotisme de ses textes et de ses illustrations de couverture, le père de Conan creuse le filon et entoure ce dernier de deux protagonistes féminins aussi accortes que peu farouches et dont les atouts sont constamment mis en avant.

 

Ca donne l’occasion à Subic d’en faire beaucoup coté fan service quitte à être parfois limite coté faux raccord vestimentaires pour le plus grand plaisir des amateurs de fortes poitrines dénudées et autres sévices SM.

 

De son coté Conan se contente d’opérer un véritable génocide voire presque un déicide pour sortir sa copine du moment de ce traquenard glauque.

 

Bec est assez bavard  et je ne suis pas forcément très fan du style graphique du dessinateur Serbe. Jusqu’ici j’avais trouvé que la collection n’avait aucune anicroche, ce tome me ferait presque réviser mon jugement.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE CURSE OF LA LLORNA

 

 

C'est de qui ? J. Bishara

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Féru de films d’horreur avec des références dans le genre qui vont du classique Cabinet du Docteur Caligari aux longs de Carpenter, Bishara, après quelques passages dans divers groupes de métal, se spécialise dans la B.O de films d’épouvante.

 

Si jusqu’ici on attend encore qu’il soit impliqué dans un projet qui dépasse le stade de la série B, même friquée, il faut reconnaître que le compositeur propose souvent des partitions qui sortent des sentiers battus que ce soit par l’usage de dissonances et autres bruitages inattendus au milieu des habituels gimmicks du genre.

 

 C’est le cas d’ailleurs sur ce film parlant d’une créature coincée entre le monde des morts et des vivants (ou quelque chose dans le style, il y a bien longtemps que je n’approche plus- même de loin- les films d’épouvante réalisés ces deux dernières décennies tant les ersatz sont nombreux) où Bishara pioche dans ses multiples influences pour livrer une B.O clairement flippante bien qu’un peu épuisante sur la longueur mais avec assez de tensions et de morceaux de bravoure horrifique pour aller comme un gant à cette adaptation erotico-épouvante de Howard.

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags