21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 13:14

 

Il y a une paire d'années, alors que B.O BD croulait sous les participations externes, nous avions proposé un cycle dédié aux adaptations de Shakespeare en BD, aussi multiples que diverses.

 

A l'occasion de cette rentrée BD, le Barde fait toujours recette chez les auteurs, la preuve ce week-end avec deux nouvelles adaptations aussi réussies qu'originales.

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  PRINCE OF CATS

 

 

C'est de qui ? R. Wimberly

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu chez nous? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? New York, le milieu des années 80 ; une révolution culturelle est en plein essor, celle du hip-hop qui se traduit par les grafs, la musique, le style vestimentaire...

Au sein des quartiers défavorisés de la Grosse Pomme deux clans s'affrontent, les Montague et les Capulet, pour des questions -entre autre- de territoire.

 

Quelques personnages vont s'élever dans cette rivalité tragique : Tybalt, le bretteur redouté, revenu de son école de riches et prêt à en découdre au nom des Capulet. Mercutio, trublion redoutable n'appartenant à aucune famille mais de mèche avec les Montague, Juliette, fille du chef des Capulet à l'esprit indépendant et Roméo, qui vient de prendre la première place du classement des escrimeurs en tuant Petruchio.

 

La passion interdite qui va naître entre Juliette et Roméo va précipiter les deux clans dans une suite de duels sanguinaires et fatals.

 

 

Comme Baz Luhrman l'avait compris il y a presque 25 ans en modernisant la pièce de Shakespeare, les protagonistes les plus intéressants de ce drame ne sont sûrement pas les amants de Vérone mais bel et bien ceux qui évoluent autour.

 

La version de Ronald Wimberly met sur le devant de la scène le « Roi des Chats », Tybalt le beau gosse, grande gueule à la lame aiguisée.

L'auteur, marqué par Kurosawa dans sa jeunesse et bercé par la culture hip-hop, livre une adaptation furieusement originale, colorée et dynamique.

 

Soyons honnêtes connaître le texte d'origine est un plus à l'appréciation (voire à la compréhension) de Prince Of Cats dont la narration -avec ses dialogues à mi chemin entre la poésie et les lyrics de rap- est parfois freestyle, mais qui quoi qu'il en soit reste un album hors norme à la croisée des arts !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : PLUNKETT & MACLEANE

 

 

C'est de qui ? C. Armstrong

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Fort de son expérience sur la scène rock-pop mais surtout électro internationale, Craig Armstrong se lance dans la bande originale de film à la fin des années 90 pour rien moins que... le Romeo + Juliet de Baz Luhrmann.

 

Mélange de symphonique héroïque, d'adaptations des morceaux pop sauce atmosphérique, sa B.O est une petite révolution du genre, à l'image du film. Si au fil du temps il va composer des choses bien plus mainstream, sa carrière est néanmoins parcourue de scores originaux comme celui de cette comédie historique noire plutôt foutraque où, là encore, il se lance dans des mariages étonnant de passages orchestraux chargés juste ce qu'il faut et d'électro léchée.

 

Si la partition de Armstrong ne sauve pas le long métrage un rien bancal, elle est fort intéressante sur ce Roméo et Juliette Hip Hop.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 11:56

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  PRINCESSE SARA 12. COUPABLE.

 

 

C'est de qui ? Alwett & Moretti

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisées sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour la sortie de ce douzième épisode de la saga de Princesse Sara, revue et corrigée façon steampunk par Audrey Alwett et le trait hybride soigné de Nina Moretti, laissons donc la parole pour cette chronique à la grande fan de la série chez B.O BD, ma fille !

 

« Dans ce tome Sara est à New York avec James son chéri qui a perdu un bras, ils se cachent dans les quartiers pauvres. Larcan est à leur recherche et c’est dur pour eux, mais ils décident d’arrêter de se cacher pour affronter leurs ennemis »

« Ce que j’aime toujours autant dans Princesse Sara c’est qu’on a tout le temps des surprises, qu’à un moment on a peur pour les personnages et que le moment d’après les choses peuvent s’arranger, on revoit plein de personnages des précédents albums dans celui ci. J’ai manqué Audrey Alwett au début du mois au festival de Fuveau j’aurais bien aimé lui poser plein de questions et lui dire à quel point j’aime la série ! Une prochaine fois j’espère ! »

« Encore un super tome ce Coupable, et en plus, j’ai même eu une planche de stickers offerte dedans ! »

 

De quoi la consoler de cette occasion manquée !

 

 

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA PENSION MOREAU TOME 3. LA CHASSE A L'ENFANT.

 

 

C'est de qui ? Broyart et Lizano

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? La Gouttière

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents également.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nos quatre amis ont réussi à s'enfuir de la terrible pension où les professeurs anthropomorphes font disparaître les enfants. Les voilà réfugiés dans la forêt avoisinante mais c'était sans compter sur la vindicte de leurs bourreaux qui partent en chasse.

 

La conclusion de la trilogie de Broyart et Lizano, vaguement inspirée d'une histoire vraie, est aussi tendue que sanglante ; si la fin est peut être un peu abrupte, le scénario fait la part belle au suspense et à l'action et le dessin atypique et fort sombre participe en plein à l'ambiance quasi gothique du titre.

 

Fait amusant, ma grande de 10 ans est terrifiée par la Pension Moreau alors que mon cadet de 5 ans s'est régalé (à se faire peur).

 

 

 

---------------

 

 

 

Des Chroniques de Fab et sa fille.

 

 

 

Repost0
19 septembre 2019 4 19 /09 /septembre /2019 07:27

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CONAN LE CIMMERIEN. LES CLOUS ROUGES.

 

 

C'est de qui ? Hautière, Vatine & Cassegrain.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, tous.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les Clous Rouges est la dernière histoire du cimmérien qu’écrira Howard ; c’est également – du propre aveu de l’auteur comme le rappelle Patrice Louinet dans sa postface- la plus chargée en érotisme et en scènes gore. C'est également la septième adaptation de la collection de chez Glénat qui, décidément, tient ses promesses.

 

On y retrouve notre barbare à la poursuite de Valéria, recherchée par la Fraternité, mais pas pour ramener la guerrière, au contraire, pour faire route (et plus si affinités !) avec elle.

Leur retrouvailles sont rapidement écourtées par l’arrivée d’une créature gigantesque, sorte de lézard dont Conan aura bien du mal à venir à bout.

 

Notre duo attérrit ensuite dans une immense ville complètement fermée du monde extérieur où ils vont bientôt découvrir les derniers survivants d’une civilisation dont les trois factions se livrent une guerre fratricide depuis des décennies.

 

 

Huis clos oppressant et sauvage, critique, une fois encore, de la nature humaine, Les Clous Rouges est ici plutôt bien adapté par un Régis Hautière assez loin de ses domaines habituels et, surtout, superbement mis en image par Didier Cassegrain, sur un storyboard de Vatine excusez du peu !- dont le trait si personnel, qui sait faire de la moindre institutrice une bombe sexuelle, donne une nouvelle identité graphique a ce classique de la fantasy.

 

Les indécrottables fans du Conan version comics d’antan (et ce malgré toute l’admiration que j’ai pour Barry Windsor Smith), auront peut être du mal à apprécier à sa juste valeur cette nouvelle version (comme ils en auront eu avec une autre réussite aux graphismes atypiques de cette collection : La Reine de la côte noire d’ Alary), mais c’est tant pis pour eux.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ON THE SHOULDERS OF GIANTS

 

 

C'est de qui ? P. Graham

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas sur.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Des grands compositeurs classiques russes comme Prokofiev ou Moussorgski à leurs « élèves » de la musique de film du XX° siècle, Basil Poledouris et John Williams en tête, tous ont bien compris que la dimension épqiue, notament dans la fantasy, passait par les cuivres.

 

Peter Graham, qui s'est fait une spécialité dans l'écriture pour grands ensembles de cuivres, emprunte dans ce On the shoulders of giant, autant aux incontournables du genre dans le 7° Art qu'à ses compatriotes -contemporains ou non- voire aux romantiques allemands du siècle précédent.

 

Le résultat est pour le moins impressionnant sans jamais sonner barnum ; original dans le sens où certaines parties, que l'auditeur lambda s'attend à entendre jouer par d'autres tessitures, le sont exclusivement par les cuivres et résolument héroique malgré quelques thèmes plus posés.

 

Une musique toute aussi originale que l’appropriation de Conan par le trio d'auteurs responsables de cette version des Clous Rouges.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
17 septembre 2019 2 17 /09 /septembre /2019 09:58
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE FANTOME DE L’OPERA

 

 

C'est de qui ? Gaudin, Picaud.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Gaudin.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? L’Opéra Garnier est en émoi ! Alors que la salle vient d’être reprise par un nouveau duo de directeurs, ces derniers entendent bien faire fi des bruits qui courent sur la présence d’un fantôme au sein de l’opéra.

Pourtant, après qu’un technicien ait été retrouvé pendu et que d’autres évènements troublants se soient déroulés, force est de reconnaître que quelqu’un hante les lieux.

 

Le fantôme va jeter son dévolu sur une jeune cantatrice que seul l’amour et la détermination de l »élu de son cœur, le vicomte de Chagny, vont sauver des griffes du monstre…mais est-ce vraiment un monstre ?!

 

Troisième adaptation d’une aventure de Rouletabillle…qui n’en n’est en fait pas une ! En effet, si le Fantôme de l’Opéra est probablement l’œuvre la plus connue de Gaston Leroux, son personnage fétiche n’y apparaît pas.

Jean Charles Gaudin a su contourner ce point en faisant enquêter Rouletabllle sur l’affaire, bien des années après.

 

L’adaptation est fidèle et bien rythmée, le dessin, semi réaliste de Christophe Picaud assez classique est de bonne facture et rend bien l’atmosphère du Paris de l’époque, mais dans ce domaine j’avais cependant préféré la version de Christophe Gaultier parue il y a quelques années.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE GHOST

 

 

C'est de qui ? F. De Masi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? The Ghost, réinterprétation des Diaboliques de Clouzot version gothique, partage quelques éléments clés avec le Fantôme de l’Opéra : voix d’outre tombe, esprit vengeur, scènes chocs, victime de complot…

Réalisé au début des années 60, à l’époque où la Cinecitta connaît l’effervescence d’une bouteille de coca dans laquelle on aurait versé un tube de menthos, le film possède une B.O qui allie le savoir faire italien et l’efficacité des classiques de la Hammer, avec force glissandos de cordes et alternance de passages romantiques et de pistes dédiées à l’épouvante.

 

Notons que la paternité de la partition reste floue, en effet si le générique du film l’attribue à Franco Manino, une réédition tardive en cd affiche Francesco de Masi comme auteur.

Les compositeurs compatriotes ayant été de vrais stakhanovistes de la discipline et comptant des centaines de scores à leur actif (avec parfois des dizaines de réalisations en une seule année), il y a fort à parier qu’à un moment donné, même les deux intéressés auraient été bien incapables de dire s’ils avaient écrit cette B.O de série B honnête mais, reconnaissons le, assez passe-partout !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
11 septembre 2019 3 11 /09 /septembre /2019 08:47

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE BAL DES 12 PRINCESSES

 

 

C'est de qui ? M. Surducan

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l'Etrange

 

 

Déjà lue chez nous ? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Seconde adaptation d'un conte de Grimm dans la très belle collection initiée par Les Aventuriers de l'Etrange, ce Bal des 12 Princesses nous conte l'histoire des douze filles d'un roi dont les souliers neufs, chaque matin, se retrouvaient en charpies ; ce qui avait la fâcheuse conséquence de condamner un ex-futur prince à mort !

Heureusement qu'arrive un jeune homme audacieux et futé qui va tenter de contrer le sort.

 

Maria Surducan, dont on avait pu apprécier le travail sur Au Coeur des Terres Ensorcelées, chez le même éditeur, adapte avec talent cette histoire fantastique au sens littéraire du terme, choisissant des constructions de planches qui s'affranchissent des schémas classiques et une mise en page des plus inventive, qui évoque à merveille l'ambiance onirico cauchemardesque de l'histoire.

 

Le tout toujours dans ce style à la croisée des genres, lorgnant sur l'illustration jeunesse, qui apporte un brin de fraîcheur au texte d'origine !

 

 

 

 

- - - - - - - -  - - - - - - - - - - - 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi :LE SCEAU DU DRAGON 1. ARI.

 

 

C'est de qui ? Guttierez & Vicente

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez B.O BD? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l'Etrange

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans le monde âpre de Niilak, battu par les neiges et la glace, un jeune homme téméraire se dresse contre les dragons et leurs écuyers Skyars afin d'en tuer un maximum.

S'il revend ensuite la viande de ses tueries aux Myrkirs, ennemis des chevaucheurs de dragons, il ne prend pas pour autant partie jusqu'à ce qu'un groupe de guerriers lui propose de les rejoindre, ce qu'il va faire afin de retrouver la seule écuyère qui lui ait résisté et arraché la main au passage.

 

Ce premier tome de fantasy axé jeunesse mais qui plaira sans aucun problèmes aux fans du genre, pose des bases solides pour un récit qui s'annonce épique.

Le background est riche et fouillé, les protagonistes assez développés pour que l'on s'y attache et, pour ne rien gâcher, le trait hybride de Vicente, que l'on avait découvert chez nous sur Et le village s'endort, donne une vraie personnalité à la série.

 

Une jolie surprise que cet album venu d'Espagne qui a plu à toute la famille B.O BD et dont on attend la suite avec impatience !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags