12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 17:47

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SPACE GANGSTERS. PLAISIR AQUATIQUE

 


C'est de qui : J. Motteler

 

 

La Couv':

Les Belles de l'Espace  /  Space Gangsters  Vs.  Invaders From Mars

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

Les Belles de l'Espace  /  Space Gangsters  Vs.  Invaders From Mars

 

 

Ca donne Quoi ? La Terre dans un lointain futur, victime des excès de ses habitants est devenue une planète surpolluée et les zones désertiques se multiplient.

Au sein des mégapoles, Péné(lope) et Jo(anne) deux sœurs séparées dans leur jeunesse et qui ne communiquent que peu depuis vivent d’expédients, l’une est une tueuse à gages et l’autre fait dans la contrebande ? La disparition de Jo, avec un artefact recherché va obliger Pénélope à partir sur les traces de son encombrante sœur.

 

Après un tome de Détective très sympa, on retrouve Julien Motteler seul aux commandes de Space Gangsters. Au confluent des genres, le premier tome de cette série de SF sexy et fun a de beaux atouts (des personnages attachants, de l’humour et des dialogues bien écrits, un rythme endiablé) mais aussi quelques défauts (les faciès de certains personnages se « mangaïsent » selon les situations dans un mélange de style graphique étrange, certaines ellipses sont un brin abruptes).

 

Gageons néanmoins que si l’album réussit à trouver son public il pourrait donner lieu à de bonnes choses pour les suites.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? INVADERS FROM MARS

 

 

C'est de Qui ? Raoul Kraushaar 

 

 

La couv' 

 

 

Les Belles de l'Espace  /  Space Gangsters  Vs.  Invaders From Mars

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Film de SF qui avait fait forte sensation lors de sa sortie, Invaders From Mars vous l’aurez compris, est devenu aujourd’hui complètement inregardable, monument de série Z cheap s’il en est, même si d’aucuns le considèrent comme l’un des fleurons des films de genre de son époque (les années 50).

 

La musique du film, jouant essentiellement sur des cordes stridentes qui rivalisent de montée en puissance vite fatigantes, a la particularité d’être agrémentée de chœurs éthérés assez effrayants parfois tant ils sont insistants et hauts perchés parfois.

 

Sur cette première aventure de nos sœurs gangsters c’est assez décalé pour être amusant même si je vous accorde sans problèmes qu’un choix moins éloigné dans le temps et l’esprit aurait probablement mieux fait l’affaire !

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 08:06

 

 

Restons dans cet atmosphère de bonne humeur avec un album qui, en plus d'être très amusant dans son mélange de genres, est assez épatant sur le fond comme la forme!

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : 13 DEVIL STREET

 


C'est de qui :  B. Vieillard

 

 

La Couv':

Le Majordome dans la cuisine avec...  /  13 Devil Street  Vs.  Clue

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

Le Majordome dans la cuisine avec...  /  13 Devil Street  Vs.  Clue

 

Ca donne Quoi ? Ne vous fiez pas au titre quelque peu diabolique de cet énorme pavé, vous n’êtes pas là en présence d’une BD d’épouvante (quoique certains passages), non, 13 Devil Stret est un huis-clos astucieux basé dans l’Angleterre Victorienne qui se déroule sur la sombre période des crimes perpétrés dans Londres par Jack L’Eventreur (avec quelques flash-backs et forwards de ci de là)

 

Chaque chapitre correspond d’ailleurs à la date de l’un des meurtres du Ripper, même si, en substance, le ton de l’album est plus proche d’un Downtown Abbey folko que du From Hell de Moore.

 

Au 13 de la Rue Devil (le diable pour nos lecteurs qui dormaient pendant leurs cours d’anglais) est habité par une riche famille, les Church, dont le père a fait fortune dans la fabrique des boutons. Dans cette grande demeure de 3 étages vivent également, au rez-de chaussée, un couple de serviteurs des Church, dont l’épouse est indienne (d’Inde), et, au second, un docteur avec femme et enfant.

 

Le Majordome dans la cuisine avec...  /  13 Devil Street  Vs.  Clue

 

C'est à ces protagonistes, ainsi qu’à une poignée d’autres, et non des moindres, que vont arriver maints retournements de situations, de possession diabolique en inondation, en passant par ruine et chantage.

 

 

Toute la force de ce généreux bouquin de plus de 300 pages réside dans sa forme, chaque double page représentant le même décor,  l’intérieur de la maison et sa quinzaine de pièces où se déroulent les sus citées péripéties. On croise d’un chapitre à l’autre de grandes figures de la littérature de l’époque, de Conan Doyle à Frankenstein, en passant par J.M Barrie (le créateur de Peter Pan) et Elephant Man.

 

Une étonnante et rafraichissante BD à laquelle on ne reprochera qu’un manque de relecture qui a laissé passer une poignée de fautes de français qui font un peu tâche, mais pas de là à ternir le plaisir de lecture.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CLUE

 

 

C'est de Qui ? John Morris

 

 

La couv' 

 

Le Majordome dans la cuisine avec...  /  13 Devil Street  Vs.  Clue

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Oui

 

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Il y a de fortes chances que vous ayez joué, même si c’était il y a longtemps, à cet incontournable jeu de société nommé Cluedo.

 

Mais saviez-vous que la popularité du dit-jeu avait poussé les studios hollywoodiens a en produire une adaptation sur grand écran. Avec un casting de stars de l’époque, John « Blues Brothers » Landis au scénar et 3 fins différentes, le film, si pas sensationnel, a tout de même de beaux atouts.

 

La B.O signée John Morris est un petit régal d’humour noir aux accent british bienvenus où cordes sautillantes et de cuivres endiablés oscillent entre le suspense amusant et les cascades d’action.

 

Seul bémol la présence de claviers aux sonorités très années 80 (le film est sorti en 85) qui feront grincer des dents les allergiques (comme moi !).

Inutile de dire que c’est un accompagnement d’une évidence imparable pour 13 Devil Street.

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 09:17

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : TERMINUS 1. 2° PARTIE

 

 

C'est de qui ? Le Tendre et Ponzio

 

 

La Couv':

Un peu de Science et un peu plus de Fiction...  /  Terminus 1,2° Partie  Vs.  The Haunted Palace

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui sur le tome précédent.

 

 

Une planche:

Un peu de Science et un peu plus de Fiction...  /  Terminus 1,2° Partie  Vs.  The Haunted Palace

 

Ca donne quoi? Notre héros est enfin arrivé à destination et, après une expédition aussi dangereuse qu'éprouvante a trouvé le cimetière d'épaves.

Las celui ci est envahi de primates semi-humains qui empêchent la récolte de Palladium. Mais Julius va, grâce à sa valise téléporteuse, trouver une solution surprenante.

Second et dernier tome d'une nouvelle adaptation d'un roman de Wul chez Ankama, Terminus 1 est clairement le projet qui m'a le moins emballé.

Outre le scénar, aux passages loufoques plutôt fun mais assez anecdotique en comparaison de certains autre titres, c'est vraiment du côté de la partie graphique que le bât a blessé.

Ponzio livre un album qui tend plus vers le roman photo que la BD à proprement parler via un photo réalisme poussé à l'extrême.

Mais ce n'est évidement qu'un ressenti personnel, et il y a fort à parier qu'avec un autre style de dessin j'aurais plus apprécié ce Terminus 1.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? THE HAUNTED PALACE

 

 

C'est de Qui ? R. Stein

 

 

La couv' 

Un peu de Science et un peu plus de Fiction...  /  Terminus 1,2° Partie  Vs.  The Haunted Palace

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne quoi? De l'avis d'amateurs éclairés, votre serviteur en tête, les B.O de Ronald Stein, aussi nombreuses que variées, étaient, dans la majeure partie des cas, bien plus intéressantes que les films pour lesquels elles avaient été écrites.

 

Si ce n'est pas le cas de ce film de Corman, hommage à la fois à E.A Poe et à H.P Lovecraft, où l'on retrouve les grands Vincent Price et Lon Chaney, il faut bien se rendre à l'évidence qu'avec tout son professionnalisme et sa bonne volonté, Stein, entre les budgets réduits et la composition à tour de bras (il écrira pas moins de huit B.O la même année que ce Haunted Palace!), livre une prestation bancale oscillant entre moments de pure génie où l'on a l'impression qu'un orchestre symphonique au grand complet se déchaine et passages attendus singeant pauvrement les grands moments de Bernard chez la Hammer, à base de violons lambdas hystériques et fatigants.

 

Néanmoins le coté baroque et décalé de ce score old school (choix déjà payant sur le tome 1 d'ailleurs) a fait beaucoup de bien à ma lecture et a permis à la pilllule de passer un peu mieux.

 

 

---------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost 0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 07:57

 

 

 

Retrouvez, après la chronique musicale de Perceval, l’interview « Musique et BD » de sa scénariste.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi PERCEVAL

 

 

C'est de qui : Pandolfo & Risbjerg

 

 

La Couv':

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi PERCEVAL

 

 

C'est de qui : Pandolfo & Risberg

 

 

La Couv':

Héroiques Chevaliers  /  Perceval Vs.  King Arthur

Déjà lus chez nous? Oui, ensemble même.

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Deux adaptations aussi réussies que personnelles des légendes arthuriennes cette année ? Nous voilà bien gâtés, et, même si je garde un faible pour le Morgane de Kansara et Fert, j’ai pris énormément de plaisir à lire ce Perceval.

 

Portée par un graphisme hybride aux belles couleurs, via une narration qui n’hésite pas à s’affranchir des cases au gré de l’intrigue, nous retrouvons l’épopée de l’un des plus atypiques des héros de la Table Ronde, jeune homme vivant seul avec sa mère, dans une forêt préservée du monde extérieur, qui n’hésite pas, après avoir rencontré trois flamboyants chevaliers à aller demander au Roi Arthur de l’adouber. Ses errances l’emmèneront  de rencontres galantes en duels jusqu’à la recherche du Graal.

 

 

Comme l’œuvre de Chrétien de Troyes, sur laquelle elle est basée et dont elle suit assez scrupuleusement le déroulement, la version de Anne Caroline Pandolfo n’a pas de fin à proprement parler. Après la rencontre avec son oncle, Perceval s’en va chercher le tombeau de sa mère, émettant le souhait qu’au passage il puisse retrouver sa promise, l’histoire perd un peu ainsi son caractère sacré et spirituel, dans le sens que la quête quasi incessante du héros vers la pureté, et donc le Graal, est abandonnée (temporairement) au profit d’un bonheur plus terre à terre, plus humain en somme.

 

Un album réussi qui bénéficie en plus d’une édition plus que soignée : dos rond, titre « gaufré » , liseré rouge,… bref un des coups de coeur de cet automne!

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE ROI ARTHUR

 

 

C'est de Qui ? G.T. Strong

 

 

La couv' 

 

 

 

Héroiques Chevaliers  /  Perceval Vs.  King Arthur

Déjà entendu sur B.O BD ? Non

 

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ayant fait un tour quasi extensif de ce que le 7° Art pouvait proposer comme adaptations de la légende arthurienne, et considérant qu’un album comme ce Perceval méritait mieux qu’une B.O de jeu vidéo, je me suis naturellement tourné vers la musique classique.

 

Cette dernière a essentiellement abordé les mythes de la Table Ronde dans le genre chanté, opéras en tête. Néanmoins, en cherchant un peu on peut trouver des choses fort intéressantes, ainsi, ce Roi Arthur, que l’on doit à l’américain George Strong, si très clairement influencé par Wagner et ses trois chefs d’œuvres arthuriens (Lohengrin, Tristan et Iseult et Parsifal), est un poème symphonique d’une quarantaine de minutes où le romantisme et l’épopée se marient à merveille.

 

Si, soyons honnête, la pièce de Strong n’a ni la grandeur ni l’originalité d’autres œuvres classiques sur le même thème, elle n’en n’est pas moins fort appliquée et, composée en 1916, semblait annoncer comment pas mal de musiques de films moyenâgeux  allait sonner. Peu d’œuvres de Strong ont été enregistrées, il est heureux que ce Roi Arthur en fasse partie, il nous a permis de lire Perceval avec une bande son très agréable.

 

 

 

----------------------------------

 

 

 

 

Bonjour Anne-Caroline et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

- Nina Simone, "the amazing nina simone"

- Django Reinhardt "the legendary Django"

- "les nuits d'été" Berlioz

- la BO du "salon de musique" de Satyajit Ray

- "Parsifal" de Richard Wagner

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

- Francès de Joanna Hellgren, ed. Cambourakis

- David les femmes et la mort, Judith Vanistendael, ed. Le Lombard

- B1F Greg Benton (ça et là)

- Mambo, Claire Braud, ed. l'association

- L'entrevue, Manuel Fior, ed. Futuropolis

 

 

 

Héroiques Chevaliers  /  Perceval Vs.  King Arthur

 

Les influences et les goûts :

 

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

La BO du "Salon de musique" de Satyajit Ray

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

Aucune en réalité, mes influences sont ailleurs, en littérature par exemple. Mais j'adore le dessin de Judith Vanistendael, celui de Joanna Hellgren, ainsi que les sujets ou les histoires dont elles s'emparent.

 

 

 

 

 

 

 

Héroiques Chevaliers  /  Perceval Vs.  King Arthur

 

 

Ton travail :

 

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

Non très peu car cela interfère trop avec l'écriture ou le dessin, pour moi. Je n'écoute rien quand j'écris, et de préférence des émissions radio quand je dessine. Des émissions culturelles, sur un artiste, un auteur, un philosophe.

 

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

C'est un peu trop tôt pour en parler. Ce sera un beau projet avec Terkel Risbjerg.

 

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

J'aurais été chanteuse, une chanteuse comme Amy Winehouse, sans le destin tragique (si déjà on rêve).

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

 

 

 

Merci à toi! 

Anne-Caroline

 

 

 

 

 

------------------------

 

 

 

 

Une chronique et une interview de Fab

 

 

 

 

 

Repost 0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 15:33

 

 

 

Continuons notre sélection jeunesse!

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : IL ETAIT UNE FOIS L’HOMME. 1

 


C'est de qui : Gaudin, Minte & Barbaud

 

 

La Couv':

Il était une fois ...la BD intergénérationnelle !

 

Déjà croisé sur le site? Le scénariste oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous savez si vous venez souvent ici que si il y a bien une chose que j’apprécie avec la BD c’est son aspect inter-générationel et la possibilité qu’elle m’offre, parfois, de la partager avec mes enfants (dans le secret espoir de les initier…qui sait ?).

 

Autant dire que la Madeleine de Proust du jour est toute désignée pour remplir ce rôle. En effet si vous êtes de ma génération, les débuts de soirées de votre enfance ont peut être été bercés par la série Il Etait une Fois L ‘Homme, dessin animé aussi distrayant qu’informatif sur l’Histoire de l’humanité. Et bien Soleil a la bonne idée de sortir aujourd’hui une série de BD qui reprend la série TV en la modernisant quelque peu.

 

 

 

 

Ne criez pas déjà au crime de lèse-majesté, hormis quelques passages dans le présent avec Maestro expliquant l’Histoire à des enfants, le reste de l’album est fidèle aux épisodes TV, avec tout ses personnages d’origines (et même le petit compteur avec des yeux dans le haut des images !) d’autant plus que l’éditeur a eu la bonne idée de faire appel à Jean Barbaud, l’artiste d’origine, pour dessiner cette version.

 

Un grand plaisir donc de lire à ma fille ce premier tome dédié à la préhistoire (même si il y a peut être un brin trop de détails pour son âge), et nous attendons la suite avec impatience !

 

Il ne manquerait que le générique avec la Toccata de Bach… alors c’est cadeau :

 

 

 

 

----------------------

 

 

 

 

LA BD

 

 

 

C'est Quoi? TRAPPEURS DE RIEN. 2. LE VIEUX FOU.

 

 

C'est de Qui ? Pirou, Pog et Corgié

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, pour le précédent.

 

 

C'est édité chez qui? La Gouttière

 

 

Une Planche :

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vu qu’il en faut pour tous les âges, si j’ai partagé l’album ci dessus avec ma plus grande, c’est à mon cadet que j’ai lu ce second volet des Trappeurs de Rien. Toujours aussi agréable coté format – à l’italienne avec de grandes cases permettant d’apprécier les dessins ronds et colorés, l’album n’est pas en reste coté histoire puisque nos trois amis (et demi !) n’étant pas très habile à la chasse s’essayent à la pèche.

 

Manque de bol, ils ne sont pas plus heureux et vont devoir se résigner à rester végétariens…mais voilà qu’un étrange personnage surnommé « le vieux fou » va leur faire cadeau de 3 poissons.

 

Méfiants au départ, Croquette, Mike et Georgie seront bien contents d’avoir fait sa connaissance quand apparaissent les indiens (les « crows » qui sont des …corbeaux, jolie trouvaille !).

 

Si je trouve encore un peu bizarre que des animaux puissent en chasser/pécher/manger d’autres (mais ce n’est pas la seule série anthropomorphe à utiliser ce fait), ce n’est bien qu’une réflexion d’adulte, mon fils était lui complètement captivé !

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags