15 mai 2023 1 15 /05 /mai /2023 09:47




 

LA BD:





 

C'est quoi ? ALEA DRUMMAN



 

C'est de qui ? Dobbs, Looky & Siamh



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Aléa Drumman, jeune femme au caractère bien trempé, et sabreuse de talent, est également la fille du tristement célèbre pirate Barbe Noire.

Cherchant à se venger de l’officier anglais qui aurait décapité son père elle apprend que Rackham, un autre pirate, aurait en sa possession la tête de Barbe Noir et que cette dernière …parlerait.

 

Voilà notre intrépide héroïne lancée à la poursuite du pirate, grimée en jeune homme pour intégrer son équipage, mais tout ne va pas se passer comme elle l’espérait.


 

Bon, si Raven, pour comparer avec un autre récit de piraterie en bd par exemple, m’avait beaucoup plu, j’ai eu plus de mal à lire ce premier tome (sur 2) d’Aléa Drumman.

 

Le rythme de la narration est soutenu, les rebondissements nombreux et, si l’on excepte un peu de fan service inhérent au genre (quoique), Dobbs déroule son scénario avec métier et ce dernier est plutôt bien servi par le dessin de Siamh, dans un style semi-réaliste dans la lignée des albums fantasy de chez Soleil, colorisé dans un esprit proche.


 

Après je pense que je ne suis pas du tout la cible de ce genre de récits mais nul doute que les amateurs d’aventures teintées de fantastiques apprécieront.






 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :NATE AND HAYES



 

C'est de qui ? T.Jones



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Obscur long métrage de pirate du début des années 80, Nate and Hayes permet à Trevor Jones de continuer dans la lignée de ses deux précédents travaux, le mythique Excalibur et The Dark Crystal.

 

Si on en retrouve les arrangements fantastiques (au sens littéraire du terme n’est-ce pas) on a droit également ici, genre oblige, à de l’aventure bon ton, un peu de romantisme et pas mal d’action, tous ingrédients qui composent le premier tome d'Aléa Druman.

 

On décèle également des influences orientales dans certains passages, ce qui est également de bon ton ici ; alors c’est vrai l’ensemble de la B.O est un peu trop optimiste vu la dureté du ton, mais, au final, cette musique un brin décalée rajoute un peu d’originalité à la lecture.






 

---------------

Repost0
13 février 2022 7 13 /02 /février /2022 20:23

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DRUUNA. AU COMMENCEMENT.

 

 

C'est de qui ? Schreiner & Eon

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous n’allez peut être pas me croire mais j’ai découvert Serpieri dans ma prime jeunesse avec enthousiasme via ses récits dans l’Histoire du Far West des éditions Larousse, je n’ai eu vent de Druuna, son œuvre probablement la plus connue, que bien plus tard et, n’étant pas du tout fan de SF à l’époque ne m’y suis pas intéressé... pour y revenir à intervalles irréguliers quelques années plus tard.

 

 

Aujourd’hui un duo d’auteurs adoubé par le maître italien -presque 80 ans au compteur et qui gère, à son rythme, la série principale - nous propose un « prequel » de Druuna avec ce premier tome intitulé Au Commencement.

Coté histoire nous avons droits à des bribes des évènements qui ont mené la Terre à l’état post apocalyptique dans lequel se déroule les aventures de la plantureuse héroïne. Cette dernière et son petit copain tentent de fuir une cité tenue par une milice dont les soldats vont traquer le couple.

 

 

La première chose qui saute aux yeux c’est la proximité parfois confondante des styles graphiques. En effet Eon, pseudo de l’artiste à l’œuvre ici, singe Serpieri avec une application quasi scolaire et on s’y casse le nez sur certaines cases.

 

Les amateurs du genre (SF) seront en terrain connu, avec des éléments classiques mais bien arrangés (catastrophe, élément humain déclencheur,…), les autres se consoleront avec pas mal de scènes explicites où la pauvre Druuna se retrouve bien souvent malgré elle à exhiber ses formes affolantes, la plupart du temps victime de la concupiscence de mâles en manque et en chaleur.

 

Une fois encore un album « de cul » avec un scénario (plus ou moins) développé sur un rythme soutenu et à la partie graphique très réussie.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ALIEN LOCKDOWN

 

 

C'est de qui ? J. Dickson

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si sa carrière en marge du cinéma est aussi diverse que riche, on ne peut pas en dire autant de la filmo de Dickson qui, à une ou deux exceptions près, s’est cantonné à mettre en musique des séries B voire Z d’horreur ou de SF.

 

Ce sous Alien fauché où les scènes de pénombre pullulent pour tenter de cacher la pauvreté des effets spéciaux  en est un exemple frappant.  Dickson y livre une partition qui lorgne éhontément vers le travail d’un Goldsmith mais avec une économie de moyens drastiques qui s’entend évidemment dans le rendu.

 

Rien de super original sur le créneau mais du travail d’artisan honnête bien plus abouti que le film pour lequel ça a été écrit et un panaché d’ambiances pleines de tension qui collent à cette nouvelle aventure de Druuna comme le string dont elle est si souvent dépouillée !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 18:27
 

 

Premier cycle BD érotique de l'année avec une salve de nouveautés en tout genre...

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LES ARCANES DE LA MAISON FLEURY 2

 

 

C'est de qui ? Caro

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que la capitale britannique est secouée par une vague de meurtres aussi gores que ceux de Jack L’Eventreur, et que les pensionnaires de la maison close sont directement visées, l’enquête du commissaire Barnes le conduit sur la piste d’une troupe de « freaks », ces personnes difformes qu’on exhibait alors dans les cirques.

 

En coulisse, des hommes hauts placés, pour certains habitués de la maison Fleury, ont formé une société secrète où rituels sexuels bestiaux et autres pratiques sataniques sont de rigueur.

 

De son coté l’innocente Pearl, protégée de la taulière du bordel, se révèle plus mystérieuse qu’attendu !

 

 

Second volet de la série fantastico érotique de Gabriele Di Caro, avec toujours ce dosage équilibré d’enquête policière glauque – dans une Londres victorienne qui s’y prête parfaitement- et de scènes X crues mais pas –trop- gratuites.

 

Le dessin est à la fois sensuel dans sa représentation des corps et détaillé dans celle des rues sales de la City et fait des Arcanes de la maison Fleury une BD érotique comme on aimerait en lire plus souvent !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LA PASSION DES VAMPIRES

 

 

C'est de qui ? H. Robinson

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?  

 

 

Ca donne Quoi ? Si Carmilla de Le Fanu n’a pas connu la postérité du Dracula de Stoker, sa qualité et son impact sur la littérature gothique et vampirique en particulier sont indéniables.

On ne peut hélas pas en dire autant des adaptations cinématographiques que l’œuvre a connue, comme en témoigne ce Vampire Lover, série B de chez la Hammer (c’est un pléonasme !) où les actrices ont été sélectionnées plus pour leur capacité à remplir les décolletés des nuisettes que pour leurs jeux d’actrices et où un Peter Cushing vieillissant cachetonne comme à son habitude de l’époque.

 

Robinson par contre de son coté livre une B.O satisfaisante voire convaincante en faisant bon usage de ses cordes notamment qu’il emploie tour à tour dans un registre romantico gothique soyeux avec des arrangements simples mais soignés, tantôt dans l’hystérie pour exprimer l’épouvante avec un résultat des plus efficace.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 07:37
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES NOUVELLES AVENTURES DE BARBE ROUGE

 

 

C'est de qui ? Kraehn & Carloni

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisés sur le site?Oui pour le scénariste 

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Il y a plus de 30 ans de ça (si, si, et c’est en écrivant cette phrase que je me rends compte que je commence à être vieux !), je m’en souviens encore avec déchirement, je m’étais fait confisquer lors d’une perm’ au collège mon album souple de L’Ile de l’Homme Mort, cadeau de la station essence Elf à mon paternel une paire de décennies plus tôt.

 

Et depuis je n’avais pas ré-ouvert un album de Barbe Rouge (vous parlez d’un traumatisme !) jusqu’à cet été où je me suis replongé dans le premier volume de l’intégrale chez Dargaud (et son singulier choix de recoloristaion !) où je me suis régalé avec la première double aventure du pirate rouquin et de son fils adoptif.

 

Mais voici que cette rentrée 2020 nous amène une reprise pour le moins inattendue de la série, plus de 60 ans après sa naissance conjointe au journal Pilote.

 

Au scénario on retrouve Jean Charles Kraehn, habitué des séries à costumes qui imagine la carrière du pirate, dorénavant rangé des abordages sanglants, devenu corsaire au service du roi. Suite à une altercation avec la garde notre irascible barbu est envoyé gérer le cas d’un compatriote écumeur qui se fait appeler le spectre et fait régner la terreur dans les eaux des Antilles.

Ce que Barbe Rouge et ses compagnons prenaient pour une mission de routine va vite se transformer en cauchemars où les fantômes du passé resurgissent et les dangers s’accumulent.

 

Si le scénariste n’a peut-être pas la verve de l’illustre créateur de Barbe Rouge il s’en tire néanmoins avec les honneurs, proposant une aventure pleine de rythme et de rebondissements.

Pas de comparaison de style graphique par contre entre les époques puisque l’italien Stefano Carloni opte pour un trait  réaliste poussé en lieu et place de la ligne claire colorée d’Hubinon. Par contre même soucis du détail dans les navires, les décors et les affrontements.

 

De Nouvelles Aventures qui devraient plaire au public d’aujourd’hui, gâté coté pirates après le Raven de Lauffray (déjà chez Dargaud) et qui en profitera peut être pour se pencher sur les albums historiques de Barbe Rouge.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CAPTAIN HORATIO HORNBLOWER

 

 

C'est de qui ? R. Farnon

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Etrangement non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? De formation musicale militaire et jazz (trompettiste pour Gilepsie entre autre) Farnon s’est rapidement tourné vers la musique de film, principalement dans les registres de l’humour et de l’aventure avec un grand A.

 

Pour ce film de batailles navales napoléoniennes avec amourette contrariée en filigrane, il met en œuvre tout son savoir-faire de compositeur et arrangeur dans une poignée de thèmes qui mettent notamment en avant toute une panoplie de cuivres.

 

Le canadien s’en donne à cœur joie avec des motifs en canon, des transpositions de phrases, le tout aussi enjoué qu’héroïque. Les mélomanes amateurs décèleront dans cette partition l’influence que Farnon aura sur ses pairs dans les décennies à venir, de John Williams à Goldsmith.

 

Un score old school amusant sur cette reprise d’une série historique grand spectacle.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
3 juin 2019 1 03 /06 /juin /2019 08:21
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TRANSPERCENEIGE, EXTINCTIONS.

 

 

C'est de qui ? Rochette & Matz.

 

 

La Couv':

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le scénariste comme le dessinateur.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Ca donne Quoi ? Je dois vous avouer quelque chose, dans mes jeunes années je me rêvais éventuel éco terroriste alors que je mettais à mal pièges et autres abris de chasseurs.

Aujourd’hui encore, si une réalité plus terre à terre à base de famille, d’enfants et de travail  a enterré mes velléités rebelles, la crise écologique sans précédent que nous sommes en train de vivre me préoccupe –comme beaucoup de mes congénères je l’espère- grandement, surtout pour les enfants sus-cités.

 

Ce Transperceneige Extinctions me touche donc doublement, d’une part de par son propos, profondément ancré dans une réalité actuelle, de l’autre de par son statut de prologue a la grande saga SF, récemment remise à l’honneur chez Casterman, qu’est le Transperceneige.

 

On y découvre l’inventeur humaniste du train gigantesque supposé protéger une partie sélectionnée de la population mais également un groupuscule d’individus, menés par un autre visionnaire, d’un tout autre ordre celui ci, plus radical.

 

Une course contre la montre à distance est lancée entre ceux qui veulent survivre au désastre programmé et ceux qui vont l’enclencher.

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Matz remplit ici son cahier des charges (si tant est qu’il y en ait eu un) haut la main, livrant un scénario visionnaire et désespérément lucide sur un avenir apocalyptique proche que le dessinateur Jean Marc Rochette - artiste de la série d’origine qui a une double actualité ce mois ci avec la sortie simultanée de l’excellent Le Loup (sur lequel nous reviendrons bientôt)- met en image de façon réaliste et convaincante de par son trait nerveux et incisif.

 

Un prologue qui, 35 ans après, fait honneur à son modèle.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SMOKIN ACES

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Aux antipodes des morceaux utilisés sur le film et même d’une grosse partie du scénario, Clint Mansell livre, pour ce polar choral délirant, une B.O toute en ambiance, plus dans l’esprit de Requiem For A Dream (toutes proportions gardées) que de Doom (oui, c’est bien Mansell qui est responsable de cette B.O !).

 

 

Il fait preuve d’un éclectisme poussé, mélangeant nappes de synthés planantes et sonorités flamenco ‘si, si !) pour un résultat aussi mélancolique qu’hypnotique avec tout de même quelques pistes plus axées sur le suspense même si elles restent largement minoritaires.

 

Pas du Mansell du haut du panier mais un score atypique au possible qui illustre bien la noirceur prononcée de cette Extinctions annonciatrice (à plus d’un titre !)

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags