22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 08:36
 

 

Eh bien, voilà que la mi-juillet est passée et nous n'avons pas encore sacrifié à la tradition des (re) découvertes estivales! Qu'à celà ne tienne, voici un bon vieux Tex qui ravira les fans de -bon- western!

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TEX. LA GRANDE ATTAQUE.

 

 

C'est de qui ? Ortiz & Nizzi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Tex et son vieux compadre Kit Carson font un trajet en train, ce dernier est attaqué par une bande de deperados qui en veulent à la cargaison d’or transportée.

Nos deux rangers partent à la poursuite du gang, affublé du bataillon de soldats également présents à bord du train, mais doivent vite renoncer face à un pont dynamité par les bandits.

 

Ces derniers vont s’apercevoir qu’ils ont été roulé set qu’en fait d’or les sacs volé ne contiennent que des rondelles de plomb. Tex, qui n’a pas lâché la piste, va remonter le fil d’un coup monté et la traque va s’avérer sanglante.

 

Pour sa première collaboration avec Ortiz sur la mythique série transalpine, Nizzi voit grand avec un scénario riche en rebondissements où il conjugue beaucoup (peut-être même un peu trop d’ailleurs) d’éléments types du genre : attaque de train, bandits retors, course poursuite à cheval, en diligence et même en train… avec nos deux incorruptibles héros en redresseurs de tort impitoyables.

 

Une histoire crépusculaire qui n’a rien à envier aux westerns spaghettis des 70’s et que l’artiste espagnol prend plaisir à illustrer même si son trait n’est pas aussi chiadé que sur ses grands succès d’antan, ses chevaux restent impressionnants de réalisme, ses décors sont arides au possible et sa galerie de trognes ferait pâlir d’envie n’importe quel directeur de casting de la Cinecitta; le tout avec toujours cette maîtrise des noirs à faire pâlir d'envie un Mike Mignola à ses débuts.

Du western basique mais efficace, une lecture aussi agréable qu divertissante pour amateurs du genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :A COFFIN FOR THE SHERIFF

 

 

C'est de qui ? Di Masi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si, comme beaucoup de ses collègues – compatriotes de l’époque, De Masi est un véritable stakhanoviste de la B.O de film (il a composé plus d’une centaine de B.O en l’espace de trois décennies) il n’en fera pas moins une brillante carrière de chef d’orchestre de classique en marge de ces travaux disons « alimentaires ».

 

Et c’est ce bagage solide que l’on apprécie dans les compositions de l’italien. Arrangements riches, mélodies et thèmes souvent plus fouillés que ceux d’un Morriconne au détriment certes de quelque chose de plus accrocheur mais qui possède néanmoins tous les ingrédients nécessaires à un bon plat de (western) spaghetti : harmonica, guitare, quelques percussions imitant la cavalcade des sabots, une section de cordes un rien grandiloquentes, des cuivres comme à la fanfare… bref certes rien de bien original mais de la bonne musique de films de cow-boys, et c’est bien là tout ce que l’on cherchait pour écouter en lisant ce Tex grand format !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
15 décembre 2017 5 15 /12 /décembre /2017 16:52

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : DEUX HOLLANDAIS A NAPLES

 

 

C'est de qui ? A. Ortiz

 

 

La Couv':

 

En quête artistique  /  2 Hollandais à Naples  Vs.  Orfeo

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Rackham

 

 

 

Une planche:

 

 

En quête artistique  /  2 Hollandais à Naples  Vs.  Orfeo

 

Ca donne Quoi ? On a déjà croisé le Caravage, l’ « autre Michelangelo » sur B.O BD et on a aussi lu du Alvaro Ortiz. Néanmoins à la lumière de ses précédents albums, je ne voyais pas forcément l’artiste espagnol se fendre d’une BD ayant le peintre italien pour sujet.

 

Sans se départir de ce petit coté décalé qui a fait son succès, Ortiz ré-imagine le parcours de deux artistes hollandais expatrié à Naples, ville d’origine du Caravage, modèle de nos deux compères, qui sont venus admirer ses œuvres dans leur jus, voire plus si possible.

En effet une rumeur affirme que le grand peintre ne serait pas mort.

 

Ortiz mène de front enquête burlesque et bio partielle (et partiale) dans ce petit album (à tous les sens du terme : taille comme pagination) livrant une BD originale au graphisme toujours aussi particulier (quoique peut être plus appliqué que sur les précédents titres de l’espagnol) mais qui se lit hélas un peu vite.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? ORFEO

 

 

C'est de Qui ?  Monteverdi

 

 

La couv' 

 

En quête artistique  /  2 Hollandais à Naples  Vs.  Orfeo

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est l’Orfeo de Monteverdi qui est généralement considéré comme la première œuvre de musique baroque. Le compositeur italien, auteur de beaucoup de pièces vocales opère-probablement bien malgré lui – avec cet opéra la transition entre la tradition ancienne et la musique nouvelle.

 

Orfeo est également souvent considéré comme l’un des premiers grands opéras du répertoire. D’inspiration mythologique et plutôt axé sur la tragédie, sa toccata  d’introduction, vive et enjouée ne donne pas forcément une bonne idée de l’ensemble.

Certains procédé, comme la basse continue, sont résolument nouveaux à l’époque et l’utilisation de clavecins, de violes de gambe ou encore de trombones et flutes donnent une belle variété à l’ensemble.

 

Bien entendu, comme le plus perspicaces de nos lecteurs l’auront noté, c’est un opéra et qui dit opéra dit chant ; ce qui en général est proscrit chez B.O BD les voix pouvant distraire l’attention du lecteur, néanmoins, entre la briéveté de la BD du jour et la musicalité des voix d’Orfeo, celles-ci ne sont pas du tout dérangeantes.

 

Il est également amusant de noter qu’Orfeo date de 1607 et que les évènements relatés dans Deux Hollandais à Naples se situent tout juste dix an plus tard.

On aurait difficilement pu faire plus concordant !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 16:11

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : CENDRES.

 


C'est de qui A. Ortiz

 

 

La Couv':

Mortelle randonnée  /  Cendres  Vs.  Twin Peaks S.2

 

Déjà lu sur le site ? Oui

 

 

Une Planche:

Mortelle randonnée  /  Cendres  Vs.  Twin Peaks S.2

 

 

Ça donne Quoi ? 3 potes qui ne se sont pas revus depuis des années embarquent pour une virée en voiture afin de disperser les cendres d'un de leurs amis, mais ce voyage va s'avérer plein de (mauvaises) surprises et les emmener bien plus loin qu'ils ne l'auraient souhaité.

 

Singe savant, apparitions, clones des ZZ Top, dealers de drogues et séances SM sont quelques uns des ingrédients qui composent ce road trip halluciné plein d'humour noir.


Mélange de genres, récits imbriqués, personnages marginaux, éléments décalés, on retrouve en substance tout ce qui fait l'univers si riche et si particulier des albums d'Alvaro Ortiz, qui est un peu au Neuvième Art ce que les Frères Cohen sont au Septième.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? TWIN PEAKS SEASON TWO

 

 

C'est de Qui ? Badalamaneti, Lynch & autres

 

 

La couv' 

 

 

Mortelle randonnée  /  Cendres  Vs.  Twin Peaks S.2

 

Déjà croisé dans le coin? Certains oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si il y a bien une autre référence cinématographique que l’on peut accoler à Alvaro Ortiz c’est le nom du maître de l’étrange sur petit et grand écran, monsieur David Lynch himself.

 

Avec la série TV culte Twin Peaks, Lynch révolutionnait le paysage audiovisuel, créant une œuvre sans précédents (mais avec beaucoup de suiveurs) à l’atmosphère çà nulle autre pareille.

 

Atmosphère due en grande partie à la bande son magistrale de la série, alternance de mélodies langoureuses poétiques et de pistes sombres et organiques qui doivent autant leur inspiration à l’électro qu’à une certaine frange du jazz.

 

Des morceaux comme The Red Room ou Blue Frank sont des modèles de coolitude noire, menaçante et sensuelle, l’ensemble des 22 plages de cette galette devenue quasi introuvable à une époque vous posent une ambiance aussi variée que mortelle, tout juste ce qu’il fallait à l’album d’Ortiz.

 

 

 

---------------------

 

 

Une Chronique  de Fab

Repost0
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 12:52

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LES CONTES DU SUICIDE

 


C'est de qui : L . Ortiz & L. Nine

 

 

La Couv' :

Argentine Gothique  /  Les Contes du Suicidé  Vs.  Le Golem

C’est édité chez qui ? Warum.

 

 

Déjà lus chez B.O BD? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

Argentine Gothique  /  Les Contes du Suicidé  Vs.  Le Golem

 

Ca donne Quoi ? Une jeune femme se meurt lentement dans son lit, deux amants ne peuvent se résoudre à se séparer même au delà de la mort, un homme obsédé par son amour disparu tente de la retrouver via les techniques de la photographie naissante...

 

Si vous êtes amateur des histoires fantastiques d'Henry James, d'Edgar Allan Poe ou de H.P Lovecraft vous devriez apprécier celles d'un contemporain de ce dernier, l'Uruguayen Horacio Quiroga.

 

Variation sur le vampirisme, l'amour plus fort que la mort, la possession...autant de thématiques classiques du genre revisitées avec inventivité.

 

Adaptés par L. Ortiz, éditeur et spécialiste de la BD argentine, les trois récits présentés dans Les Contes Du Suicidé se démarquent surtout par le graphisme imparable de Lucas Nine, qui fait ici une infidélité aux Rêveurs (chez qui nous l'avons croisé il y a une paire d'années).

 

Argentine Gothique  /  Les Contes du Suicidé  Vs.  Le Golem

 

Dans un style pictural aux influences et techniques mixtes (pour le dernier notamment et son thème photographique, l'artiste mélange dessins et prises de vues réelles retouchées) qui n'est pas parfois sans faire penser à celui de son talentueux et regretté paternel (croisé ici aussi), Nine donne une profondeur inattendue aux scénarios glaçants de ce recueil à la forme atypique et soignée que tout amateur de fantastique gothique se doit de lire.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?   DER GOLEM

 

 

C'est de Qui ? P. E. Williams

 

 

La couv' 

Argentine Gothique  /  Les Contes du Suicidé  Vs.  Le Golem

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne quoi? La pratique de (re)composer des B.O pour des films de l'époque du muet a connu de beaux jours et maints artistes se sont essayé à l'exercice avec succès.

 

Des musiciens d'horizons aussi différents et éloignés que Phillip Glass, James Bernard ou encore Art Zoyd ont ainsi écrit, essentiellement pour des longs métrages fantastiques (à plus d'un titre) tirés du mouvement expressionniste allemand.

 

C'est dans cette catégorie que l'on retrouve le Golem de Wegener, mis en musique ici par l'artiste protéiforme P. Emerson Williams.

 

Comédien, artiste graphique et sonore aux tendances résolument occultes, musicien sur les scènes dark metal, gothique ou électroniques, Williams a consacré une partie de sa discographie à des oeuvres inspirées par les Vampires (de Feuillade!), les Mains D'Orlac (de Wiene) ou encore, donc, le Golem.

 

Utilisant pas mal d'effets sonores, il privilégie (certains diraient "abuse de") l'orgue et les plages atmosphériques angoissantes sans pour autant oublier ses amours premiers qui se manifestent via des passages plus bruitistes.

 

Si l'ensemble peut paraître répétitif sur la longueur du film de Wiene, il s'avère plus écoutable avec les trois récits adaptés par Ortiz et Nine dont il relève la saveur gothique déjà prononcée.

 

 

--------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 08:39

 

 

 

Un cycle western ne mériterait pas ce titre sans un bon vieux Tex, qu'à celà ne tienne:

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : TEX. LE LONG DES SENTIERS DE L'OUEST.

 


C'est de qui : Ortiz & Segura

 

 

La Couv':

Panorama du Western  /  Tex   Vs.   Winchester 73

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Il y avait longtemps que l'on n'avait plus croisé le célèbre ranger du Texas (non, pas Chuck Norris, non), et c'est avec une aventure aussi riche que trépidante qu'on le retrouve.

Parti sur la piste d'un bandit recherché, Tex et son vieil acolyte Kit Carson vont avoir maille à partir avec un ennemi retors que Tex est forcé d'abattre, Kit va y laisser des plumes au point de devoir laisser son ami poursuivre seul une bande de desperados qui laisse une traînée sanglante derrière elle.

 

 Droit comme la justice qu'il sert notre ranger aidera en chemin une caravane de colons puis une diligence aux prises avec des indiens renégats avant de châtier les chefs des desperados.


Un recueil plein jusqu'à la gueule de tous les ingrédients qui ont fait les classiques du genre: vilains retors, duels au pistolet, assaut de loups affamés, combat au couteau, attaques à cheval, si le scénario et son héros sont toujours un brin manichéens, cet épisode est un western solide dessiné dans un style réaliste soigné et anguleux par un Ortiz inspiré.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? WINCHESTER 73

 

 

C'est de Qui ? W. Scharf

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous?  Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Winchester 73 est un des westerns que j’ai du le plus voir étant gamin. L’histoire de cette carabine mythique volée à Jimmy Stewart et que l’on suit de mains en mains étalait une galerie de personnages hauts en couleurs et donnait lieu à de superbes scènes typiques du genre.

 

Originellement prévu pour Fritz Lang, le long échoue finalement à Anthonny Mann qui humanise quelque peu le scénario. La B.O est écrite par Walter Scharf, pionnier d’Hollywwod qui y écrira des musiques pendant presque 50 ans. De formation classique, et s’étant déjà frotté au genre auparavant, Scahrf propose une musique assez passe partout mais efficace, qui sait se faire discrète au besoin.

 

Les cuivres sont les principaux protagonistes de la partition du western et remplissent bien leur office ici tout comme sur Le Long des Sentiers de L’Ouest à qui ils amènent un coté vieux classique sympa.

 

 

 

-----------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
bobd - dans western Ortiz Fumetti Segura

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags