2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 08:39

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LONESOME. LES LIENS DU SANG.

 

 

C'est de qui ? Y. Swolfs

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui, sur les précédents entre autre. 

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Notre héros taciturne débarque dans la Grosse Pomme, bien décidé à obtenir des explications du sénateur Dawson, commanditaire du massacre de ses parents.

Mais les rues de New York, soi disant civilisées, sont tout aussi dangereuses que les plaines du Kansas et, après un sérieux passage à tabac, le Lonesome finit par se retrouver face à celui qu’il cherchait qui va lui faire une révélation surprenante sur son passé.

 

Homme de pouvoir qui agit dans l’ombre, Dawson, entouré de politiciens puissants, manigance pour tirer parti de la situation explosive entre le Nord et le Sud.

L’intervention de la police, menée par la détective Miss Lyle, sauve la mise au Lonesome mais permet à Dawson de s’échapper.

 

Troisième volet et changement radical de décor pour la nouvelle série de Swolfs, le papa du mythique Durango, toujours aussi à l’aise dans le western crépusculaire, qui insuffle une once de fantastique à un scénario aux rebondissements un peu appuyés peut être (le cliffhanger de fin par exemple) mais qui servent bien le spectacle.

 

Utilisant avec ingéniosité son background historique (les prémices de la guerre de Sécession), l'auteur complet livre une partie graphique classique au style réaliste toujours aussi réussie que les amateurs de westerns  devraient beaucoup apprécier.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WYATT EARP

 

 

C'est de qui ? J.N. Howard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sorti à une période où le genre commençait à battre de l’aile après un regain d’intérêt dans la lignée du fort beau Danse avec les Loups, Wyatt Earp, également avec Kevin Costner, alors au sommet de sa notoriété, se tire une balle (de colt) dans le pied du fait de sa longueur et de son scénario bancal.

 

Coté B.O par contre c’est une franche réussite avec l’une des œuvres majeures de James Newton Howard, loin de l’underscoring qui fera son succès la décennie suivante, qui marche dans les pas des grandes B.O classiques de western tout en en évitant certains écueils.

 

Travail de longue haleine -quasiment 6 mois d’écriture- sa partition sait à la fois se faire grandiose quand c’est nécessaire mais aussi plus sobre voire quasi atmosphérique dans les passages où elle construit le suspense.

 

Les pistes d’action sont menaçantes et nerveuses, Howard tirant le maximum de l’orchestre alloué par les studios et notamment des cuivres et des percussions sur les scènes de poursuite et de fusillades.

Axé autour de 4 thèmes le score de Wyatt Earp évoque à la fois la dureté de la vie à l’époque, les grands espaces et le destin hors normes de son sujet.

 

Certaines pistes sonnent peut-être un peu trop héroïques pour ce troisième tome tout en tension de Lonesome mais beaucoup se révèlent très à propos.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 07:54

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA PART MERVEILLEUSE. 1

 

 

C'est de qui ? Ruppert & Mulot

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans une France fort semblable à la notre, d’étranges entités extra terrestres protéiformes et multicolores, généralement de grandes tailles, se sont installées un peu partout.

 

De nature en apparence pacifiste, elles cohabitent dorénavant avec l’être humain -qui les a baptisées « toute »- jusqu’au jour où Orsay, jeune homme de nature un peu renfermée qui vit à la campagne avec ses parents, est agressé par une créature et voit ses mains devenir protéiforme à leur tour.

 

Il monte à Paris pour consulter des spécialistes et rencontrent d’autres gens qui ont également été modifiés par des Toutes avec qui il va, bien malgré lui, passer du coté obscur.

 

Sur un postulat assez classique du genre, le duo Ruppert et Mulot livre une variation d’anticipation originale sur le fond comme la forme.

Au fantastique de la situation les auteurs opposent une certaine banalité du quotidien avec des protagonistes « terre à terre » très humains.

 

Un récit qu’aurait pu écrire un Bastien Vivès (avec qui le duo a d’ailleurs collaboré), mélange de genre inspiré qui, si au départ un peu contemplatif, vire rapidement au thriller SF intriguant.

 

Le graphisme lui aussi présente des similitudes avec celui de Vivès mais avec plus de détails et les couleurs choisies (notamment celle des Toutes) font un bel effet !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SIGNES

 

 

C'est de qui ? J.N Howard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Troisième collaboration entre Howard et Shyamalan, Signes n’est pas le score le plus spectaculaire de son auteur, surtout si on le compare à ceux du 6° Sens et d’Incassable.

Néanmoins la partition d’Howard, si en majeure partie assez en retrait pour ne pas dire minimaliste, est riche en textures.

 

Si le piano, instrument de prédilection de l’américain, est ici à nouveau l’instrument principal, il est agréablement complété par la harpe, assez inattendue sur le genre.

Les vents sont à la fête notamment le hautbois et la clarinette, qui jouent parfois sur les demis tons ou en motifs staccato pour déstabiliser l’auditeur.

 

Les ambiances étranges dominent sur le spectacle ici mais c’est tout à fait ce qu’il fallait pour ce premier volet de La Part Merveilleuse.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
9 septembre 2021 4 09 /09 /septembre /2021 14:45

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CEMETERY BEACH

 

 

C'est de qui ? Ellis et Howard

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Urban

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur proche (ou pas, il est vaguement question de voyage dans le temps à un moment), un homme est envoyé de la Terre en mission d’espionnage vers une planète où a été établie une colonie qui fonctionne en autarcie. Fait prisonnier il va s’évader avec l’aide d’une autre détenue, sorte de femme bionique ; pourchassés par tout un escadron de soldats divers et variés nos deux fugitifs cherchent à atteindre la plage d’où le « héros » pourra retourner sur la Terre.

 

Voilà. Le pitch de la nouvelle série de Warren Ellis tient en deux phrases sur un bout de feuille et vous n’aurez rien de plus sur les 160 pages de Cemetery Beach, sorte de course poursuite pyrotechnique harassante qui ressemble à un jeu vidéo et où le scénariste nous balance deux ou trois éléments de background de ci de là entre deux tueries sauvages et cascades improbables.

 

Le dessin est assez original, avec ses personnages anguleux et ses décors futuristes destroy mais, assez redondant eu final, fatiguant le lecteur presque aussi rapidement que l’absence de véritable intrigue.

 

Il semblerait que Cemetery Beach s’arrête là, peut être qu’une suite dédiée au pourquoi du comment de toute cette énergie dépensée à mauvais escient aurait été bienvenu pour apprécier le comics, mais bon…

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SUICIDE SQUAD 2

 

 

C'est de qui ? J. Murphy

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peine tout de même à trouver quelque chose à sauver dans la filmo de Murphy. Responsable de scores inoubliables comme celui de Basic Instinct 2 ou du remake de la Dernière maison sur la gauche, il avait pourtant bien commencé en écrivant pour Guy Ritchie (à l’époque où ce dernier était encore original) ou Stephen Frears, mais après ça s’est gâté.

 

Nous voilà donc avec la B.O de la suite du désastreux Suicide Squad, un peu plus amusante et qui a au moins le mérite de ne pas réduire le personnage de Margot Robbie à une jolie aire de fesses dans un mini short moulant.

 

Dans l’esprit d’un Tyler Bates, Murphy envoie du gros rock saturé dans une partition déjà bien chargée en moments de bravoure à base de cuivres zimmerien et d’effets électros rentre dedans.

 

Si rapidement lassante, la B.O de ce Suicide Squad deuxième du nom est par contre en parfaite harmonie avec le feu d’artifice ininterrompu de Cemetery Gates.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 07:21
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA DERNIERE OMBRE 1

 

 

C'est de qui ? Filippi & Yvan

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? En pleine Première Guerre Mondiale une escouade de soldats soviétiques accompagnés de civils trouvent refuge dans une une imposante maison en plein milieu des bois où  réside une noble.

 

Cette dernière héberge en secret des enfants rescapés des affrontements qui vont entrer en contact avec les filles du médecin de la troupe.

 

Alors que les tensions montent au sein même des soldats – un conflit d’autorité entre le lieutenant et un de ses hommes, très apprécié de la troupe- une étrange rumeur sur la Dernière Ombre qui roderait parmi eux commence à se répandre.

 

Et quels sont ces formes étranges sous lesquelles seuls les enfants emblent voir les adultes ?

 

 

Voici un premier tome hautement intriguant, à l’ambiance glaçante et au suspense soutenu le tout teinté de fantastique. Dans ce mélange des genres qui n’est pas sans faire penser à l’univers du réalisateur Guillermo del Toro (le Labyrinthe de Pan en tête), Denis Pierre Filippi m’a bien plus convaincu que sur ses scénarios de SF récents.

 

Il est fort bien aidé par le trait semi réaliste aux influences multiples (manga entre autre notamment sur les faciès de ses personnages)  de Gaspard Yvain qui soigne aussi bien ses décors bucoliques froids que son bestiaire fantastique et dont c’est le premier album comme dessinateur.

 

Il convainc sans peine son lectorat, curieux de voir comment va évoluer cette histoire prenante.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : FLATLINERS

 

 

C'est de qui ? J.N. Howard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? James Newton Howard retrouve Julia Roberts (hum) juste après Pretty Woman pour quelque chose de bien moins pretty puisqu’il s’agit d’expérience sur l’au-delà, à savoir sur des arrêts cardiaques provoqués volontairement afin de tenter de voir la mort.

 

Si, début des années 90 oblige, un score fantastique est quasiment obligé d’avoir des synthés dedans, Howard a la bonne idée de ne pas abuser de ce côté là et commence même à explorer ce qui fera son succès dans les années à venir à savoir une opposition marquée entre underscoring tout en tension et coups d’éclats mélodiques souvent imaginatifs.

 

Ainsi à l’écoute seule de ce score on pourrait se demander de quel genre il s’agit ; entre les chœurs lyriques quasi religieux, les percussions tribales électroniques, les riffs de guitare ou encore les cordes utilisées pour les séquences d’action, le compositeur tente des choses intéressantes, sans toujours aller au bout de ses idées mais avec un sens poussé de l’unité musicale.

 

Le tout a assez bien vieilli, hormis peut être parfois du côté de l’électronique, et apporte un surplus d’étrangeté et de suspense à un premier tome qui en était déjà bien chargé.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 14:42
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES 5 TERRES. L’OBJET DE VOTRE HAINE.

 

 

C'est de qui ? Lewelyn & Lereculey

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Fin de cavale dans ce nouveau tome pour Astrelia qui va apprendre dans la douleur que la vengeance est un plat qui non seulement se mange froid mais peut se révéler des plus amers. Pendant ce temps son cousin, sous ses airs de gentil chaton règne d’une main de fer sur Angelion n’hésitant pas à intensifier ses représailles sur les étudiants aux idées progressistes. Toute cette cruauté a néanmoins un prix : son Ombre se rapproche de son prédécesseur, son garde du corps commence à entrevoir la nature de celui qu’il sert et le conseil lui est plus hostile que jamais.

 

Cet avant dernier volet du premier cycle des Cinq Terres est donc, vous l’aurez compris, aussi riche en rebondissements qu’en longues scènes de  dialogues politiques sur le pouvoir et ses dangers qui - si assez basiques parfois- se font clairement l’écho de la situation mondiale actuelle. Plus que sur les précédents encore, L’Objet de votre Haine justifie comparaison à la série TV Game Of Thrones dans ce qu’elle a de meilleur.

 

Ajoutez à cela une partie graphique toujours aussi léchée (Lereculey est décidément un stakhanoviste surdoué du dessin !) et vous obtenez –encore- un album quasi parfait qui se lit trop vite et sur lequel on aura plaisir à revenir dés la sortie du prochain voire plus tard quand les ramifications des différents cycles se feront jour !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE CRIMES OF GRINDENWALD

 

 

C'est de qui ? J.N. Howard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? En une paire de décennies James Newton Howard s’est imposé comme le compositeur de score de fantasy capable de naviguer du coté dark voire fantastique de celle-ci jusqu’à son aspect grand spectacle quasi familial sans se perdre en route.

 

Ses travaux pour Night Shyamalan ou les récentes « adaptations » live de la Belle au Bois Dormant et de Blanche Neige ont démontré que le bonhomme savait poser une ambiance en conjuguant le sens du grand spectacle à consonnance gothique.

Le prequel d’Harry Potter ayant un ton un peu plus mature (quoique !) Howard a donc naturellement été embauché pour mettre en musique les deux volets déjà sortis.

Sans thème trop catchy et fortes quelques assonances aussi inattendues qu’intelligemment utilisées, avec des solos de piano aux accents tragiques et autres  percussions électroniques  sourdes et massives, les atmosphères sombres sont ici légions, et vont bien aux nombreuses scènes dramatiques de ce nouvel album des 5 Terres. On zappera peut être les aspects plus « potteriens » de la B.O où le compositeur cherche à se rapprocher des premiers thèmes de John Williams, voire flirte avec les grandes œuvres d’Elfman pour Burton.

 

Dans l’ensemble un score plus typé fantasy aurait peut-être mieux convenu mais ils ne sont pas légion et un panache d’ambiances est tout de même intéressant sur cette série aux qualités manifestes qui mérite le haut du panier comme accompagnement musical.

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags