25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 10:28

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SAN ANTONIO. SI MA TANTE EN AVAIT

 

 

C'est de qui ? M. Sanlaville

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Changement de décor pour notre flic beau gosse et son équipe de bras cassés puisque c’est sur les côtes de Bretagne qu’on les retrouve, embarqués par leur chef à l’affut d’une re-dorure de blason qui serait la bienvenue. Et il va être servi puisque une sombre affaire de bateau russe louche se pointe et avec elle son lot d’emmerdements dans lesquels nos émérites policiers vont foncer tête la première !

 

Si il y a bien une intrigue dans cette seconde adaptation des romans cultes de Dard chez Casterman, elle passe clairement à l’arrière-plan, derrière un second degré (de ton cul comme dirait Anouk Ricard) potache souvent à la limite d’une grossièreté assumée et qui, une fois acceptée, prête souvent à sourire.

 

 

On n’est ni chez Simenon ni chez Hammet mais bien dans du polar gras et sans filtres où les jeux de mots et autres scènes grivoises – les deux principales protagonistes féminines sont fort portées sur la chose chacun à sa façon !- sont légion (parfois un peu trop avouons-le). Si, comme moi, vous êtes déjà orphelins de l’excellent série Lastman, retrouver le trait caricatural à souhait et très coloré de Sanlaville vous fera chaud au cœur, emballage aussi criard que jouissif d’une version débridée de ce pan de la littérature de genre qu’est San Antonio.

 

A ne pas mettre entre les mains d’un sympathisant de la manif pour tous ‘quoique ça pourrait lui faire du bien !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : COMMENT TROUVEZ VOUS MA SŒUR ?

 

 

C'est de qui ? S. Gainsbourg

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? En marge de sa prolifique carrière de chanteur et parolier, l’homme à tête de choux n’a cessé d’écrire pour le grand écran.

En trois décennies et une grosse vingtaine de B.O Gainsbourg a composé des polars, de la comédie et même de l’érotique !

 

Souvent ancrées dans leurs époques ses musiques de film sont teintées des genres alors en vogue que ce soit le jazz, la pop le funk ou l’électro psyché.

 

Sur cette comédie légère du milieu des années 60 il s’amuse ici à singer Ennio Morricone injectant dans sa partition des cris hauts perchés,  là à faire du Michel Legrand à grands renforts de piano langoureux très décalé sur des nappes de violons enflammées.

 

L’ambiance générale oscille entre l’humour bon ton et la sensualité pleine de gouaille, le tout est foncièrement surannée mais sur du San Antonio le plaisir n’en est que meilleur !

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 


 

 

Repost0
4 juin 2020 4 04 /06 /juin /2020 12:38

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? CAMP POUTINE 2

 

 

C'est de qui ? Anlor & Ducoudray

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nos trois lascars fuyant la jalousie dangereuse d’Anton envers Katyusha se retrouvent au milieu de nulle part avant de tomber sur un cimetière d’un autre âge gardé par un ancien combattant et son ours savant. Celui-ci a un passé commun avec Ryabkhov et va donner un coup de main (façon de parler !) notre trio.

 

Entre un unijambiste mytho, un manchot comédien, un ours enrhumé et une poignée de gamins endoctrinés jusqu’au cou, le tout balancé dans une sorte de parcours du combattant à la gloire de Poutine, l’ambiance de cette suite et fin est, vous vous en seriez douté, des plus surréalistes !

 

Ducoudray joue sur du velours dans un registre d’humour décalé qu’il affectionne et son scénario bien barré est toujours superbement servi par le style hybride d’Anlor avec son casting plus grand que nature aux faciès taillés à la serpe qui empruntent certaines expressions au  manga.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :A CLOSE SHAVE

 

 

C'est de qui ? J. Nott

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui, il y  a peu même.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Troisième collaboration entre le compositeur Julian Nott et Nick Park sur autant d’épisodes de Wallace et Groomit, série que d’aucuns considèrent comme un petit bijou d’animation en stop-motion (à raison je dirais).

 

Nonobstant une expérience finalement encore peu révélatrice à l’époque (1995 et une petite dizaine de musiques de courts métrages en quasiment autant d’années) Nott peut s’appuyer sur un bagage d’études musicales solide et quelques incursions dans le documentaire

 

Si l’orchestration est assez classique, on apprécie l’originalité de certains ajouts, ainsi sifflets et autres cloches s’intègrent à merveille dans l’ensemble, rendant certaines parties quasiment diégétiques. Les ambiances sont variées et la bonne humeur générale est de mise.

 

Nott a clairement tout compris de la musique d’animation de qualité (héritée des Disney et autre Hanna Barbera) et a su y insuffler une vision moderne bienvenue.

 

Un score qui amène une touche supplémentaire de loufoquerie à cette fable soviétique déjà bien fun !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 09:59
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? BUSTER MIX. LE COW BOY CHANTEUR.

 

 

C'est de qui ? C. Nine

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Rêveurs.

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Ma première rencontre avec l’art de Carlos Nine remonte à maintenant 25 ans, quand le premier épisode de Fantagas est paru en français (à l’époque chez Delcourt).

Dés ma première lecture de cet hommage délirant et quelque peu osé aux feuilletons du début du siècle dernier, je suis immédiatement tombé sous le charme de cet auteur complet.

 

Ses oeuvres loufoques et au style graphique hybride libre et sauvage tout en aquarelle baroque, en fusain délié et en crayonnés saisissants allaient évoluer avec les opus suivantes, passant d’un éditeur à un autre chez nous avant d’atterrir avec bonheur chez Les Rêveurs, éditeur plus modeste mais tellement plus passionné et impliqué qui a depuis réédité Fantagas et sa suite Siboney mais aussi Saubon (paru chez la défunte collection BD  d’Albin Michel) avant de s’intéresser aux œuvres jusqu’ici inédites.

 

Le dernier ouvrage paru du vivant de Nine est le magistral Tropikal Mambo, somme des expérimentations visuelles comme scénaristique de l’artiste, que nous avions adoré chez B.O BD.

Nine ayant laissé pas mal de matériau inachevé, de projets en cours, à divers degrés d’avancement, Les Rêveurs ont eu l’excellente idée de  lancer cette année une collection Archives les regroupant, dont le premier volume est consacré à Buster Mix.

 

 

Parodie loufoque de western empruntant plus au cinéma burlesque qu’à John Ford, Buster Mix narre les déambulations d’un cow-boy maladroit, juché sur un cheval de bois à bascule et de ses improbables rencontres dont la plus aboutie reste celle avec une femme fatale, appât d’un saloon en forme de dragon géant qui cherche à avaler les voyageurs de passage.

 

Débutée il y a une quinzaine d’années, la série est proposée ici selon les scénarios et notes de Nine, sous forme d’histoires courtes aux parties plus ou moins achevées. Ainsi certains passages sont à l’état de croquis et d’ébauches tandis que d’autres sont terminés, à la peinture, dans des teintes ocres et fauves qui ne sont pas sans rappeler parfois le Pampa que l’artiste a réalisé avec Zentner.

 

L’éditeur n’a pas lésiné sur la qualité de l’ouvrage avec un album qui fait honneur à l’immense talent de l’auteur sud américain et qui, on l’espère, n’est que le premier d’une longue liste !

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : WALLACE ET GROOMIT. THE WRONG TROUSERS

 

 

C'est de qui ? J. Nott

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On reconnaît souvent la qualité d’un dessin animé à sa B.O ; les vieux Walt Disney en sont un bon exemple. Outre l’humour omniprésent et la réalisation aux petits oignons tout en pate à modeler, Wallace et Groomit bénéficie de musiques d’accompagnement qui n’ont rien à envier aux grands classiques du genre.

 

S’il sacrifie quelque peu aux codes de l’animation, le britannique Julian Nott (depuis passé du coté obscur puisqu’il gère la musique de Peppa Pig !) opte souvent pour des instrumentations inhabituelles, avec par exemple sur ce Wrong trousers, une prédilection pour les cuivres imposants utilisés quasiment à contre emploi.

L’effet est assez surprenant, entre la fanfare et la parodie de musique de cirque. Le reste de la B.O de cet épisode du duo oscille avec réussite entre Danny Elfman période Tim Burton et Joseph Kosma époque Roi et l’Oiseau, excusez du peu !

Mais à BD d’exception i fallait un score à la hauteur n’est ce pas !?

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 09:58

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE DRAGON NE DORT JAMAIS

 

 

C'est de qui ? Masek, Babn & Grus

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà croisés sur le site? Jamais

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans la Bohème médiévale un seigneur acariâtre envoie deux de ses manants trouver une nouvelle carrière. Manque de chance les émissaires tombent sur la caverne d’un …dragon !

Mais alors qu’ils rentrent donner l’alarme au village personne ne semble trop incliné à les croire. Exaspéré le seigneur se rend sur place et subit le souffle empoisonné de la créature. Le voilà cloué au lit, à l’agonie. Alors qu’une délégation de villageois part exterminer le dragon, un religieux illuminé et une jeune vierge tentatrice débarquent.

 

Une curiosité tout droit venue de République Tchèque, ce Dragon ne dort jamais manie avec habileté et un humour noir prononcé l’allégorie. Conte folklorique à la base, le récit devient prétexte à écorcher la religion, le phénomène de masse, la lutte des classes et autres ambitions futiles ; en un mot, la bêtise humaine.

 

 

Véritable leçon de forme au service du fond, la partie graphique est superbe, composée de beaucoup de  grandes cases et planches à l’aquarelle qui illustrent aussi bien les paysages médiévaux, le terrible dragon et les trognes pas possibles des protagonistes !

 

Une belle découverte !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TRUE HISTORY OF THE KELLY GANG

 

 

C'est de qui ? J. Kurzel

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Quasiment toute sa discographie oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On ne change pas une équipe qui gagne. La fratrie Kurzel tient à confirmer le vieil adage avec cette nouvelle collaboration sur un western australien, version habitée du parcours chaotique des frères Kelly.

 

On tiquera peut être sur l’obsession de Jed Kurzel pour le violoncelle, leitmotiv des scores qu’il a écrit pour son frère. En effet si une fois encore l’instrument, utilisé à contre emploi, trafiqué, torturé…amène une couleur particulière à la partition et une ambiance originale (surtout pour le genre), certaines parties ont tendance à beaucoup rappeler les B.O de Macbeth voire d’Assassin Creed.

 

Cependant, les effets de reverb’ et de distorsion, le renfort d’une formation réduite de cordes et d’éléments folkloriques réarrangés créent une atmosphère en contrepoint frappant avec les images du film et, contre toute attente mais avec un résultat enthousiasmant, au très beau livre du trio slave.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 07:51
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CAPUCIN

 

 

C'est de qui ? F. Dupré Latour

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisée sur le site? Oui, une fois.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Capucin vit une enfance dorée à la cour du roi Arthur jusqu’au jour où Gauvain, son père, se fait trancher le bras par un chevalier effrayant.

Ce dernier est en fait le demi frère du roi qui fomente un coup d’étât afin de s’emparer du royaume. Pour ce faire il enlève des dizaines d’enfants qu’il dresse à devenir de sanglants guerriers. Capucin fait partie du lot mais compte bien profiter de sa situation pour se venger.

 

Pour l’un de ses tout premiers pas dans le monde de la BD franco-belge, Florence Dupré Latour proposait là une histoire plutôt réussie, où l’on sentait déjà l’influence du jeu de rôle (dont elle nous reparlera quelques années plus tard dans le loufoque Cigish).

Empruntant à la littérature jeunesse (le style graphique et les couleurs flashys par exemple), à la chanson de geste et, last but not least, à l’humour noir, Capucin brocarde allègrement le tout que ce soit dans son ton résolument cynique, dans sa vision revigorante du mythe arthurien (il est plus que rare que le roi Arthur soit présenté sous un si mauvais jour qu’ici !) ou encore dans ses excès réjouissants.

 

Une trilogie qui avait fort bien trouvé sa place dans la collection Bayou aux cotés par exemple du Heavy Metal de Sècheresse, du Varulf de Bonneval et Piette, ou encore de Mémoires d’un Guerrier (ouvrages avec lesquels il partage pas mal de thématiques), mais aussi du Klezmer de Sfar et leur cousinage graphique évident.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MONONOKE

 

 

C'est de qui ? J. Hisaishi

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Quelques fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Princesse Mononoke est un peu la somme des thématiques abordées par Miyazaki au fil des années, le film via un succès mérité dans le monde entier, va faire découvrir un auteur complet et une œuvre mature loin des niaiseries disneyennes habituelles, alliant avec maestria le fond et la forme.

 

Collaborateur de longue date du réalisateur, Joe Hisaishi reprend ici lui aussi des recettes qui ont fait son succès, notamment celles de Nausicaa, mais leur ajoute une dimension épique empruntée aux grands compositeurs occidentaux de l’époque, de Goldsmith à Horner.

Pourtant la grande force d’Hisaishi réside dans le fait de ne jamais perdre sa personnalité artistique et ce qui fait l’originalité et la force de ses compositions. Ainsi le grand orchestre philarmonique et les voix, si forts présents sur pas mal de pistes, sont toujours contrebalancés par des éléments de musique folkloriques qui rendent le score de Princesse Mononoke bien plus abouti à mon sens que, pour comparer un dessin animé de la même époque, le Mulan des studios Disney.

 

Si le choix de cette B.O foncièrement héroïque par moments peut paraître un peu over the top pour Capucin, ce sont il est vrai surtout ses éléments les plus sombres qui marchent clairement bien sur le parcours initiatique de cet enfant anti-héros.

Le reste de la musique cependant produit souvent un décalage burlesque amusant à la lecture de la trilogie.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags