3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 08:45

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? GLACE

 

 

C'est de qui ? Thirault & Mig

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Philéas

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Servaz, un super flic de Toulouse est envoyé dans les hauteurs enneigées des Pyrénées où la mise en scène macabre du corps décapité d’un étalon appartenant à un millionnaire va être le début d’une suite de meurtres glauques que notre enquêteur va mettre en relation avec une vague de suicides survenues des années plus tôt.

 

 

 

Question polar je suis plutôt amateur de noir américain old school. Le thriller comme on le pratique depuis deux décennies des deux cotés de l’Atlantique ou chez les auteurs du nord de l’Europe, avec sa surenchère, ses fils blancs, son coté gore et souvent démonstratif, n’est donc pas forcément ma tasse de thé.

 

J’ai retrouvé dans le roman de Minier ce qui fait les ingrédients de la réussite du genre (et quelle réussite puisque l’on parle de centaines de milliers de bouquins vendus pour chacune de ses œuvres mais également celles de ses confrères) et force est de reconnaître que si l’aspect « too much » et parfois attendu de l’histoire ne m’a pas emballé, il sait tenir son lecteur en haleine.

 

 

Si Philippe Thirault a fait du bon boulot coté adaptation (même si, format oblige, il a été tenu à quelques transitions parfois un peu abruptes) c’est surtout le trait de Mig qui a emporté mon adhésion et fait passé la pilule des rebondissements à répétitions, son style graphique aux confluents des influences japonaises, franco-belges et américaines, avec, ici, des décors détaillés et réalistes et un choix de colorisation impeccable,  étant assez inhabituel sur le genre pour rendre ce Glacé original.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : IDENTITY

 

 

C'est de qui ? A. Silvsestri

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Contrairement à Glacé, Identity est un thriller atypique s’il en est, et on sent Alan Silvestri content de revenir au genre après deux années à osciller entre blockbusters et films d’animation.

 

Sa B.O enchaine les pistes troublantes capables par moments de faire sursauter l’auditeur et qui apportent un vrai plus au long métrage.

 

 

Les ambiances sont lourdes et le compositeur n’hésite pas à expérimenter dans les sonorités et les tonalités, louchant du coté de Herrmann, pour accoucher d’une partition au scalpel.

Une touche d’originalité bienvenue pour le polar du jour.

 

 

 

 

---------------

Repost0
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 19:45

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? ELISABETH BATHORY

 

 

C'est de qui ? R. Caceres

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou BD

 

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors annonçons le d’emblée, ceux qui s’attendent à une évocation de l’histoire de la comtesse Bathory en seront pour leurs frais (mais ils pourront toujours se consoler en se penchant sur les BD déjà parues sur le personnage et plutôt réussies par ailleurs).

En effet, dans cet album « de jeunesse », sous le crayon enthousiaste (sic !) de l’artiste espagnol Raulo Caceres  la comtesse devaient une monstresse démoniaque qui va de rencontre en rencontre débridées d’un éventail exhaustif des vampires et autres créatures assimilées dans les divers contes et légendes du monde entier.

 

Ceci étant dit autant être clair sur toute la ligne, l’évocation en question donne lieu à une pornographie aussi extrême que sans concessions, avec force scènes orgiaques gores dans un style réaliste détaillé et chargé que l’option du noir et blanc sauve de l’overdose (quoique !).

 

Si Caceres a des influences multiples et variées, je ne saurais conseiller cet album regroupant les 21 épisodes de sa saga qu’à un public plus qu’averti et amateur de sexe jusqu’au-boutiste, de pratiques plus qu’hardcore où il est évidemment question de nécrophilie, de mutilations, de sadisme, de violence, j’en passe et des meilleurs.

 

Probablement l’un des albums les plus X que l’on ait chroniqué chez nous et je vous avoue que ce n’est pas celui que j’ai préféré, loin s’en faut, mais il en faut pour tous les goûts n'est ce pas?

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :VAN HELSING

 

 

C'est de qui ? A. Silvestri

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? A l’inverse des ratages sous testostérones (ou acide, ou les deux) que sont les quelques films à gros budget qui ont tenté de surfer sur la vague de l’horreur gothique du débutd es années 2000, les B.O des dits-films se sont souvent révélées bien plus réussies.

 

Prenons Van Helsing par exemple, dont le titre, référence à l’ennemi de Dracula, devient ici un prétexte à voir un Hugh « Wolverine » Jackman tout en cheveux, dézinguer quelques monstres de cinéma aussi iconiques que mal représentés.

Sa musique est signée par un Alan Silvestri en grande forme qui, dans la mouvance des partitions héroïques de son répertoire (Prédator en tête), livre un opus condensé mais intense, torturé au possible que ce soit dans la violence de ses rythmiques, le grandiloquent de ses chœurs ou le pompeux de ses cuivres.

 

Une bataille musicale éreintante sans être lassante que les faiseurs de la décennie en cours et des suivantes (comprendre : Zimmer et sa clique) ne sauront jamais égaler, et qui souligne le jusqu’au boutisme de Elisabeth Bathory version porno trash.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 10:27
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FOLKLORDS

 

 

C'est de qui ? Kindt & Smith

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés chez B.O BD? Oui, le scénariste souvent, le dessinateur un peu moins

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Ansel est un peu à part parmi son peuple, en effet, dans son monde médiéval fantastique c’est le seul à être habillé différemment et à inventer de drôles d’objets aussi anachroniques qu’inutiles. Il faut dire que le jeune garçon est assailli de rêves où il voit un univers complètement différent du sien et dont il s’inspire dans sa vie de tous les jours.

Quand il faut choisir la quête initiatique que tout adolescent doit accomplir il décide d’aller rencontrer les Maîtres Peuples, êtres mythiques dont la seule évocation remplit d’effroi son peuple.

 

Dans son périple, accompagné par son meilleur ami sur qui il commence à se demander s’il peut compter, notre héros va faire d’étranges rencontres, trouver certaines réponses à ses questions et découvrir que les dirigeants du royaume cachent de biens sombres secrets 

 

Je ne sais pas si Folklords aura la même longévité et le même succès que Fables – à laquelle le compare l’éditeur- mais ce qui est sûr c’est que la série part sur de fort bonnes bases dans le genre détournement/réappropriation de contes et opposition entre un monde de fantasy et notre monde actuel.

 

Les personnages sont bien campés et l’intrigue possède assez d’atouts pour happer le lecteur réceptif à ce genre de mélange. Matt Kindt se révèle aussi bon ici que ce qu’il a pu l’être sur ses thrillers tendus, ou ses variations super héroïques.

 

Il a une fois encore la bonne idée de confier la partie artistique à Matt Smith, plutôt spécialisé dans le créneau fantasy et consorts, dont le style rond et cartoony confère également  à Folklords une parenté avec la série de Bill Willingham tout en lui donnant une identité graphique propre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE WITCHES

 

 

C'est de qui ? A. Silvestri

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu sur le site? Oui, souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Rendez-vous raté pour Robert Zemeckis, réalisateur de certaines des comédies les plus réussies du siècle dernier (La Mort vous va si bien, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?,…) avec ce remake du film des années 90, inspiré d’une nouvelle de Roald Dahl, qui aligne les défauts et est loin de porter la patte de son créateur.

 

Pour Alan Silvestri, lui aussi artiste phare des 80’s et 90’s mais qui a passé la dernière décennie à mettre en musique des grosses machines, c’est par contre un bon cru. Le réalisateur et lui ont une carrière commune qui en impose et le compositeur, s’il ne sort pas de sa zone de confort, s’applique à rendre une copie sans fausses notes ; loin de singer un Danny Elfman (qu’on aurait très bien vu sur un tel projet) il allie l’orchestration grandiose de ses scores précédents et un esprit gothique fun digne des meilleures comédies grinçantes.

 

Si la B.O est donc placée sous le signe de l’action, du suspense et de l’humour (ingrédients tout aussi présents dans ce premier tome de Folklords), l’émotion fait quelques apparitions et l’un dans ‘autre, même si les cuivres de Silvestri ont tendance à sonner fort, on est sur du bon boulot d’artisan connaisseur, loin des « faiseurs » actuels.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 16:05

 

 

 

 

LA BD

 

 

 

 

C'est Quoi ? LA SAGA DE GRIMR

 

 

C'est de Qui ?  J. Moreau

 

 

La couv'

 

(Anti) Héros  /  La Saga de Grimr  Vs.  Beowulf

 

Déjà croisé dans le coin ? Oui

 

 

C’est édité par? Delcourt

 

 

Une planche :

 

(Anti) Héros  /  La Saga de Grimr  Vs.  Beowulf

 

Ca donne Quoi ? A toute saga il faut un héros…et pourtant Grimr, islandais rouquin et bourru qui a vu sa famille et son village se faire ensevelir par un volcan, qui s’est retrouvé capturé par des marchands d’esclaves avant de devenir la «chose » d’un fourbe escroc, ne connaîtra finalement le bonheur et n’aura l’occasion d’être héroïque que de fugaces instants dans une existence autrement marquée du sceau de la tragédie.

 

Sa force herculéenne et son aspect effrayant provoque la peur ou le rejet de ceux qu’ils croisent, à quelques rares exceptions près : un scalde en fin de vie, une paysanne amoureuse…c’est cette dernière qui causera d’ailleurs sa perte.

 

La Saga de Grimr, l’album de Jérémie Moreau, est à l’image de son personnage principal, violente, sauvage, indomptable, pleine de bruit et de fureur…l’artiste réalise là une BD originale, dont les très beaux dessins en couleurs directes servent au mieux un scénario des plus tragique, loin du glamour et de l’épique des traditionnelles versions d’autres…sagas !

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi : BEOWULF

 

 

C'est de qui ? A. Silvestri

 

 

La Couv':

 

(Anti) Héros  /  La Saga de Grimr  Vs.  Beowulf

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Silvestri a fait de fort intéressantes choses dans le registre durant la première moitié des années 2000, la suite s’est avérée mitigée en termes de réussite.

Retrouvant Zemeckis sur ce film hybride où de véritables acteurs ont prêtés leurs traits à ce qui deviendra des héros d’animation il ressort les ficelles qui ont fait le succès de choses comme Le Retour de la Momie ou Tomb Raider plutôt que d’aller creuser dans des choses plus pertinentes comme Prédator par exemple.

 

Avec un thème principal, suite de neuf notes envoyées aux cuivres, qui revient sempiternellement tout au long de la B.O parfois accompagné de chœurs qui aboient plus qu’ils ne chantent,  on est en droit de se demander si Silvestri a vraiment été inspiré par cette nouvelle version de la légende.

 

Jouant la carte de l’action burnée aux gros sabots avec peu de place pour le suspense ou une véritable tension, le compositeur livre une partition lambda où l’héroïsme exalté est partout, quitte à rapidement usé son auditoire…

Que nenni , si l’auditoire lit en même temps la Saga de Grimr la pilule passe bien mieux et toute la folie et la frénésie du titre de Moreau n’en n’est que décuplée !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 08:43

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : VALERIAN VU PAR… SHINGOUZLOOZ INC.

 

 

C'est de qui ? Lupano et Lauffray

 

 

La Couv':

 

Vers le Futur...et on verra !  /  Valerian Vu par...  Vs.  Back to the future 2

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, les deux.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud.

 

 

 

Une planche:

 

 

Vers le Futur...et on verra !  /  Valerian Vu par...  Vs.  Back to the future 2

 

 

Ca donne Quoi ? Les ennuis s’amoncellent pour Laureline et Valérian qui, partis intercepter un robot fraudeur à grande échelle vont se retrouver à devoir sauver la planète (carrément !) des mains d’une sinistre (et lubrique !) créature qui l’a gagné au jeu contre les inénarrables shingouz…le tout à cause d’un voyage spatio-temporel qui a mal tourné.

Ah oui, et il faut également livrer un saumon rouge à un restaurant tenu par des gangsters qui pourraient mal vivre son absence vu le prix qu’ils ont déboursé pour !

 

Lupano s’il rend hommage à la série en conjuguant des personnages secondaires plus ou moins emblématiques, fait quand même « du Lupano », on retrouve ses chevaux de batailles habituels à base de thématiques écolo-sociétales, les jeux de mots et autres situations vaudevillesques voire parodiques auxquelles il nous a habitués depuis quelques années, certains diront que c’est une  marque de fabrique, celle des grands auteurs classiques de la franco-belge, d’autre regretteront peut-être que l’album ne soit pas plus ancré dans la série mère, ce que je serais honnêtement peu apte à affirmer vu que je n’en n’ai lu qu’une paire.

 

Ma chère collègue Gen, qui avait consacré toute une saga cet été à Valérian et Laureline, sera probablement plus à même de donner un avis objectif, quand elle sera de retour parmi nous (Gen, tu manques à nos lecteurs, revient !).

 

Coté graphisme on sent également que Mathieu Lauffray s’est fait bien plaisir, avec notamment de grandes cases assez bluffantes de ci de là (les vaisseaux, les baleines de l’Espace), mais sur d’autres j’ai moins apprécié son trait, souvent plus épais qu'auparavant, que sur ses séries précédentes  (la barre était cela dit fort haute, et, une fois encore, c’est une question de goût n’étant pas un grand fan de SF Space Opéra).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? BACK TO THE FUTURE 2

 

 

C'est de Qui ?  A. Silvestri

 

 

La couv' 

 

Vers le Futur...et on verra !  /  Valerian Vu par...  Vs.  Back to the future 2

 

Déjà entendu chez nous? Bien souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est le premier volet de la série culte des Retours vers le futur qui a mis le pied à l'étrier à Silvestri  à Hollywood ; durant les quatre années suivantes il composera entre autre les B.O de blockbusters comme Prédator, Roger Rabbit, Abyss et, donc, le second épisode des aventures spatio-temporelles de Marty Mc Fly et de Doc.

 

Néanmoins s’il a prouvé qu’il était tout à fait capable de passer d’un genre à un autre sans se répéter et en remplissant à merveille son cahier des charges, Zemeckis fournit tout de même ici le minimum syndical en recyclant pas mal de matériau  du premier film sur celui-ci peut être à cause d’une année chargée ?)

 

Les thèmes des personnages principaux se caractérisent par un fort potentiel amusant, on retrouve les rythmiques en triolets de percussions, le xylophone et le carillon qui viennent faire un contrepoint au piano dans des phrasés dignes de films d’animation, le tout contrebalancé par un suspense parfois soutenu où ce sont les cuivres qui reprennent le premier rôle.

 

De la musique de qualité, à défaut d’être vraiment originale, qui est tout bonnement excellente sur le Valérian burlesque et haut en couleur du duo Lauffray-Lupano.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags