21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 06:55

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SUPERINO

 

 

C'est de qui ? Trondheim et Keramidas.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les deux.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Milliardaire le jour et super-héros la nuit (ou quand le monde a besoin de lui mais il trouve que c’est moins commode de se changer dans sa voiture, même si c’est une Rolls), Superino défend la ville de New Napoli contre les criminels de tout poils.

 

Un peu trop bien même du coup la prison de la ville est pleine à craquer et voilà que notre justicier est obligé de ramener chez lui sa dernière capture, une voleuse (masquée of course) de bijoux (et plus si affinités) qui va se révéler une alliée inattendue dans la lutte de notre super-héros contre un méchant d’un autre gabarit que les petites frappes habituelles.

 

 

Lewis Trondheim aime la BD. Je me souviens d’un des derniers festivals du 9° Art d’Aix En Provence où l’auteur, pas prévu au programme, était venu s’asseoir dans un coin faisant rapidement la joie des amateurs l’ayant reconnu (comprenez « chasseurs de dédicaces avides »).

 

Scénariste et dessinateur qui aime à changer de genre il revient ici au super-héros décalé – après Density- en compagnie de son compère Nicolas Keramidas avec qui il a déjà signé deux hommages forts funs aux Disney d’antan.

 

 

Déterrant  Superino, un personnage de fumetto des années d’après guerre, qui avait failli s’exporter en France avant que la Mafia fasse en sorte qu’il disparaisse de la circulation (si, si !), ils en font une sorte de Batman/Bruce Wayne déjanté flanqués de sa maman en guise d’Alfred et d’une pseudo-catwoman comme acolyte temporaire.

 

 

Bien entendu sous la plume et le crayon des deux compères le super-héros est gaffeur et un brin benêt et ses armes dignes d’un Inspecteur Gadget manquent parfois d’efficacité.

Rajoutez un peu d’humour pipi-caca et un dessin dans la lignée des Disney cités cu dessus, hommage aux comics d’antan que les couleurs de Brigitte Finkdaly rendent encore plus drôle.

 

 

Pour l’anecdote, l’album est tout d’abord paru en version petit format à détacher dans Spirou magazine où mon cadet l’a découvert et, ayant beaucoup aimé, m’a conseillé de tenter la lecture, conseil que j’ai bien fait de suivre !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE INCREDIBLES 2

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peut quasiment dire que le premier volet des Indestructibles a mis le pied à l’étrier à Giacchino coté grand écran, juste avant que son compère d’Alias, J.J Abrams, lui confie successivement les B.O des blockbusters Mission Impossible 3 et Star Trek, faisant du compositeur un des noms majeurs de l’industrie.

 

Plus d’une décennie plus tard et avec une flopée de grosses machines à son actif autant dans le film de super héros ( Docteur Strange, Spiderman) la SF (La Planète des Singes, Rogue One) que l’animation (Zootopie, Cars 2), Giacchino retrouve la famille Parr pour une suite fort attendue des Indestructibles.

Tout comme le film, comparativement au premier volet, la musique est d’emblée plus punchy avec des cuivres survoltées à mi-chemin des James Bons de John Barry et des génériques de séries TV des années 60.

 

 

Friand d’humour- jusque dans les titres des pistes- le compositeur glisse force clins d’œil et autres effets de styles amusants tout au long d’une partition virevoltante dont l’action est clairement le maître mot.

Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 12:27

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : CHLOE DENSITE

 

 

C'est de qui ? Trondheim, Stan & Vince.

 

 

La Couv':

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, pour Trondheim et Vince.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

 

Une planche:

 

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

Ca donne Quoi ? Il est clair qu’innover dans le genre super-héros/super pouvoir aujourd’hui est un sacré challenge. Trondheim, qui s’est frotté au pulp/comics  avec la série concept Infinty 8 chez Rue de Sèvres, se fait cette fois ci plaisir en écrivant pour les 4 mains de Stan et Vince  l’histoire d’une jeune française en road trip aux States à qui un extra-terrestre, soucieux que la Terre ne sois pas détruite par une race ennemie (pour des motivations hautement altruistes !) va octroyer la faculté de changer la densité de son corps.

 

Bon, pour le super pouvoir, c’est fait, même si les spécialistes de mecs en collants me trouveront probablement une paire de persos capables de faire la même chose  (là de tête je pense à Kitty Pride de chez les X-Men qui fait peu ou prou la même chose mais passons), passons à la période d’initiation/apprentissage du-dit pouvoir. Elle prend le reste de l’album, avec des passages obligés en clin d’oeils sympas et un humour pince sans-rire bienvenu sans lequel Density aurait été bien lambda.

 

 

Coté graphismes, je suis un grand fan de Vince (je vous conseille de parcourir ce qu’il poste sur les réseaux sociaux) qui m’avait vendu du rêve avec Esmera.

 

Je suis un peu moins amateur de son boulot en duo avec Stan même si, sur ce premier tome, leur boulot est aussi accrocheur que fun (on aurait bien aimé une petite pointe d’érotisme soft comme Vince en a le secret mais je présume que d’une ce n’était pas le propos et de deux ça aurait réduit le public visé, sans parler du fait qu'on se serait alors presque cru dans du Manara grande époque!).

 

Parue à la base en trois tomes, Density s'est vue rebaptisée en Chloé Densité et parait en intégrale pour ceux qui auraient raté le coche de ce french comics fun.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? GRAVITY

 

 

C'est de Qui ?  

 

 

La couv' 

 

Synchronicity (mais sans Police)  /  Chloé Densité  Vs.  Gravity

 

 

Déjà entendu chez nous? Au moins une fois je crois.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? N’y allons pas par quatre chemins, Gravity m’a royalement emmerdé. Je crois même que j’ai du m’endormir pendant le ventre mou (euphémisme ?!) du film tellement c’était peu passionnant.

 

Seul Steven Price a su me tenir éveillé, sporadiquement, grâce à sa B.O, bien plus aboutie qu’un film qui peut autant impressionner par la qualité de ses effets spéciaux que par l’aspect soporifique de son scénario.

 

Déjà dans Children of Men, Cuaron faisait un usage particulier de l’illustration musicale. Ici, alors que Price n’était au départ pas supposé composer expressément une musique, la collaboration avec le réal d’origine mexicaine s’est avéré tellement productive que ça a finit par être le cas.

 

Avec des directives loin des canons hollywoodiens (pas de gros orchestres vrombissant, pas de rythmiques outrageusement percussives, …), Price a enregistré ses morceaux avec des groupes restreints d’instruments afin de facilement mixer et traiter électroniquement chaque piste ensuite. Essentiellement axé sur le personnage joué par Bullock, à l’affut de ses sensations et sentiments tout au long de son calvaire spatial, avec tout de même quelques passages de haut vol (c’est le cas de le dire), le score de Price, si peut être pas aussi excellent que la critique l’a affirmé à l’époque, est néanmoins très abouti et bien décalé sur l'intégrale de Dencity/Chloé Densité.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 09:45

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DONJON POTRON MINET. SURVIVRE AUJOURD’HUI

 

 

C'est de qui ? Sfar, Trondheim et Oiry.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Hyacinthe est au bout du rouleau : son paternel disparu et Antipolis tombée, il a bien du mal à lutter contre les aventuriers de tout poils désireux d’envahir son donjon.

Et pour couronner le tout voilà que les deux armées voisines se sont alliées pour s’emparer de ses terres au profit des leurs.

 

Mais notre ex Chemise de la Nuit va faire coup sur coup deux rencontres inattendues qui vont changer le cours de son histoire !

 

 

Depuis le retour des séries Donjons dans les bacs, les albums se sont suivis à un rythme soutenu avec plus ou moins de réussite.

 

C’est au tour de la partie Potron-Minet de voir un nouveau tome compléter la saga, si l’humour caractéristique de Donjon est bien là (en même temps le duo de scénariste est toujours le même), l’esprit général s’est à mon sens un peu dissolu au fil des années et des méandres temporels du concept.

47ème volet de la série toutes époques confondues, ce Survivre Aujourd’hui plaira aux amateurs de la première heure de la série qui y découvriront la première apparition de Grogro, un petit tour d’Alexandra qui débouche sur de grosses conséquences, ou encore la décision de Marvin de devenir protecteur du Donjon.

 

 

Le dessin d’Oiry, que j’avais beaucoup apprécié sur Maggy Garrisson, s’il arrive bien à s’insérer dans les codes appliqués par ses illustres prédécesseurs (en partie grâce à la colo), m’a moins emballé que d’autres sur la série, mais il fait tout à fait le job.

 

 

Cet album sonne comme la fin du cycle Potron Minet puisqu’il semble pouvoir découler directement sur Zénith mais il n’est pas dit que Sfar et Trondheim n’aient pas encore des histoires/anecdotes sous le coude pour cette « jeunesse » des héros de Donjon.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GOLIATH AGAINST THE GIANTS

 

 

C'est de qui ? C. Innocnezi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non !

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on a croisé bon nombre de ses pairs compatriotes, c’est la première fois que l’on utilise une œuvre de Carlo Innocenzi chez nous, ce qui est assez étonnant après plus de 3500 chroniques.

 

Et dieu sait pourtant que l’italien a écrit plus de 150 musiques de films, s’étant même fait une spécialité du péplum sur la fin de sa carrière.

 

A l’écoute de ce Goliath against the giants, composé un an avant sa mort, force est de reconnaître que l’on est sur de la musique de genre tout ce qu’il y a de plus classique, en de nombreux points semblables aux douzaines qui illustraient les films en jupettes de l’époque.

 

Pourtant, de par l’utilisation de quelques instruments un peu plus originaux, comme les timpani et autres percussions aux sonorités étranges, la partition d’Innocenzi se rapproche parfois plus de celle d’un dessin animé que d’un péplum.

Le résultat est donc assez décalé et panaché pour faire une bande son de qualité pour ce dernier ( ?) Portron Minet et ses ambiances mélangées.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 14:13
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DENSITY 3

 

 

C'est de qui ? Trondheim & Vince

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Plus forte que les Avengers réunis, Chloé et ses pouvoirs de densité + et – marave la sentinelle extraterrestre envoyée par les envahisseurs aliens causant ainsi pléthore de dommages collatéraux au Japon.

Dans le même temps, le mafieux qui avait vendu les armes à Marco enlève la sœur et la copine de Chloé afin de faire pression sur cette dernière si toutefois elle comptait mettre à exécution ses menaces de taxer notre trafiquant d’une grosse partie de ses gains malhonnêtes.

 

Entre ça et le désir de vengeance des E.T, autant dire que ça va déménager sévère !

 

Deux ans et demi après le tome 2 voici enfin la suite de la délirante trilogie SF/super héroïque signée Trondheim et Vince. Autant dire que le scénariste s’est diablement lâché sur cette délirante série, qui se révèle bien plus aboutie et fun à mon goût que Infinty 8 dans le même esprit.

 

Le dessin de Vince est également  un régal, que ce soit sur ses héroïnes sexy, ses aliens monstrueux où les effets pyrotechniques grandiloquents. Bon maintenant m’sieur Trondheim, vous lui avez écrit de la fantasy, de la sf, faut lui pondre un scénar de bd X, c’est encore là qu’on le préfère notre Vince ! (et puis même Morvan s’y est mis –on en a parlé ici- alors hein !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ARCHENEMY

 

 

C'est de qui ? Umberto

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? En matière de super héros, surtout au cinéma, on a deux écoles : le grand spectacle bubble gum qui fait dans la surenchère, dont DC et Marvel se sont fait les fleurons, a grand renforts de superproductions bourrée d’effets spéciaux avec scénario en option ; et à l’autre bout du prisme les versions alternatives du mythe où l’on rencontre des personnages plus humains, aux pouvoirs marginaux ou aux failles intéressantes avec des backgrounds plus originaux.

 

De Kick Ass à Misfits la liste est longue est on trouve à boire et à manger ; l’un des derniers en date, Archenemy, présente un héros tombé sur terre et dépossédé de ses pouvoirs, moqué par les gens qu’il rencontre et qui va faire équipe avec un ado pour éradiquer une bande de gangsters.

 

La B.O, loin des clichés tonitruant du genre, s’apparenterait plus à du Goblin speed mis au goût du jour. Goblin est un groupe de rock prog italien  des années 70 qui s’est fait un nom en mettant en musique des films phares du Giallo (et que l’on a du croiser une paire de fois chez nous).

La culture musicale d’Umberto, l’homme derrière le score d’Archenemy vient de là, de son propre aveu, et que ce soit au cinéma ou dans sa carrière perso, le musicien a profondément exploité ses influences.

Ici aux synthés sous acides il ajoute de bonnes grosses claques sonores dignes des ponctuations Zimmeriennes, mais moins systématiques et surtout plus efficace dans le sens qu’elles s’opposent justement à l’ambiance hypnotique du reste de la B.O.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 11:26
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DONJON PARADE. GARDERIE POUR PETIOTS.

 

 

C'est de qui ? Nesme dessine sur le scénar de Traondheim et Sfar.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, les scénaristes ensemble et le dessinateur seul.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les aventuriers font un peu défaut au Donjon, faut dire que garder la marmaille et terrasser du monstre c’est difficilement conciliable.

Qu’à cela ne tienne, Herbert propose au gardien de faire la nounou pour les rejetons des futurs aventuriers. L’idée va vite se révéler catastrophique, notre Canard n’ayant probablement pas passé son BAFA,  les gamins étant presque plus vicieux et hargneux que leurs parents et les habitants du donjon peu enclins à participer à la garderie monstrueuse.

 

Si le précédent Donjon m’avait laissé assez de marbre, l’humour « rôlesque » de ce nouveau parade m’a agréablement surpris et j’ai retrouvé avec délectation le fun de lecture des premiers opus. Franche déconnade, scènes gores voire limite trash et souvent fort décalées, comique de situation et autres bons mots… le duo de scénaristes s’est visiblement fait plaisir et ça transpire quasiment à chaque page.

 

 

Bien évidemment le dessin de Nesme (qui succède à Larcenet sur la série), que l’on a déjà vanté à juste titre dans nos pages, est de toute beauté et ajoute au plaisir que l’on a sur ces –rapides- 32 pages de Garderie Pour Petiots.

Une récréation intergénérationnelle des plus recommandables !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DISENCHANTMENT SEASON 2.

 

 

C'est de qui ? M. Mothersbaugh

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Si je n’avais pas été plus loin que le premier épisode de la série décalée de Fantasy du papa des Simpsons, il faut croire que j’ai peut-être eu tort puisque celle-ci voit sa troisième saison arriver sur Netflix.

Mark Mothersbaugh, toujours derrière le pupitre, persiste et signe dans le brocardage en règle des canons musicaux du genre qu’il panache de touches humoristiques bien tournées.

 

Ses arrangements sont variés, son utilisation des instruments (pas toujours réels mais peu importe) intelligente dans le sens qu’elle lui permet de passer d’un thème épique grandiloquent à une ritournelle plus mélancolique voire à un air plein de bonhomie communicative.

 

Cuivres, cloches, accordéon, piano et j’en passe, le compositeur américain conjugue fantasy, animation, cirque, musique folklorique…le résultat est enthousiasmant et si la série animée l’est ne serait-ce qu’à moitié autant il va falloir que je me repenche dessus. En attendant profitons de la B.O de cette saison 2pour lire avec ce Donjon Parade.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags