30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 09:42
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ROBILAR OU LE MAISTRE CHAT

 

 

C'est de qui ? Chauvel, Guinebaud et Lou.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui,  le dessinateur et le coloriste ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Troisième chronique « animalière » de cette rentrée, avec ce premier tome de Robilar. Si, hier, Sfar se frottait au Roman de Renart, ici c’est David Chauvel qui se réapproprie le Chat Botté en lui donnant un nom et en lui inventant une origine aussi drôle que décalée. Son Robilar, passé d’une vie de patachon à une dure réalité devient un félin roublard et rusé qui va faire la fortune du seul humain qui aura eu pitié de lui.

Le reste du casting est au diapason, haut en couleur et grotesque à souhait et l’intrigue, savamment dérivée de l'histoire que l'on connait, déroule dans une bonne humeur communicative.

 

 

 

Le tout est parfaitement croqué par un sylvain Guinebaud aussi à l’aise ici que sur la fantasy où on a plus eu l’habitude de le croiser. Ses personnages, comme sur ses albums de la série 7,  sont cartoony et expressifs, ses décors sont détaillés et fort bien mis en couleurs par Lou.

Tiercé gagnant pour série réussie!

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SMILEY

 

 

C'est de qui ? W. Alwyn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probablement

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? A l’écoute de cette B.O sans le film pour lequel elle a été écrite on jurerait être en présence d’un dessin animé old school, avec toutes ces mélodies légères à la flute et à la clarinette, ces envolées de cordes cristalines et autres percussions métalliques.

 

Mettre en musique cette comédie familiale a du être une récréation bienvenue pour Alwyn, adepte de sérialisme et de dissonance à la carrière classique des plus prolifique et à la filmographie variée (mais aucun dessin animé à son actif par contre).

 

Le caractère sautillant et dédié à l’aventure et à l’humour de sa partition en fait une compagne de qualité à ce premier tome de Robillard.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 15:33

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TRACNAR ET FARIBOL

 

 

C'est de qui ? Du Peloux

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Bamboo

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Les BD Animalières (et fantasy!) ont décidément la côte en cette rentrée 2020 et, ne nous plaignons pas, si la quantité est là, la qualité est également au rendez-vous ! Ce premier tome de Tracnar et Faribol, Vagabondage en contrées légendaires, en est un fort bon exemple.

 

Voilà une aventure qui fleure bon les contes classiques (Blanche Neige ou encore La Belle au Bois Dormant) avec un roi pas bien malin, une méchante marâtre sorcière à ses heures perdues et une gentille princesse qui va se retrouver victime. 

Du Peloux, qui revendique ses influences et les utilise fort bien, ajoute à son scénario deux brigands à la petite semaine, lointains cousins de Renart et Isengrin, qui apportent une touche d'humour, finissant de faire de ce premier tome une réussite.

 

Réussite portée également par un dessin superbe qui fourmille de détails, aux personnages très expressifs (même les chevaux ont des mimiques faciales travaillées !) dans un style à l'ancienne tout à la peinture qui n' a rien à envier aux classiques du genre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :RICHARD AU PAYS DES LIVRES MAGIQUES

 

 

C'est de qui ? J. Horner

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé par ici? Très souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? James Horner n'a pas été beaucoup sollicité pour écrire de la musique d'animation et ce serait presque regrettable à l'écoute de la poignée de scores composés.

 

Ce petit film aux bonnes idées (mélange de DA et de prises de vues réelles il raconte l'incursion d'un jeune garçon dans l'univers de différents livres célèbres) permet à Horner de se livrer à l'un de ses passe-temps favoris : l'auto-citation.

 

Certains y verront de la paresse, de la facilité, d'autres des clins d'oeils ou encore le désir de développer des idées qui le méritaient, toujours est-il que l'on est donc en terrain connu (des bribes de Willow, des passages de Fievel, des emprunts à Rocketeer...) et certains thèmes aux arrangements solides et aux mélodies des plus catchy passeraient presque pour du Disney de la grande époque.

 

Sans en faire des tonnes, le compositeur gère bien son orchestre, avec une mention particulière aux cuivres et se fait visiblement plaisir à passer d'un univers à l'autre.

Pour ce premier tome de Tracnar et Faribol, on regrettera peut être un peu trop de parties vocales qui font très enfantin, mais on appréciera certains passages où l'humour et l'aventure font bon ménage.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 09:55
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DONJON ANTIPODES. RUBEUS KHAN.

 

 

C'est de qui ? Sfar, Trondheim & Vince.

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, tous et certains ensemble même!

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Robert Vaucanson, canard de son état, travaille dans l'usine de mechas de son oncle, un soir, au péril de sa vie il défend les lieux contre des saboteurs avant d'apprendre que ces denriers avaient été envoyés par le tonton en question afin de toucher l'assurance.

 

Notre canard va se retrouver dindon, de la farce, et être envoyé en prison, séparé de son gamin. Mais, à l'occasion d'une baston entre un des robots de l'usine et une créature sorti des tréfonds de la Terre, Robert se fait la malle et entre au service d'un mafieux, bien décidé à se venger.

 

Ce « Donjon dans le futur », si fun et dynamique, m'a paru assez éloigné du concept de base (si tant est que l'on puisse parler de concept « de base » avec un univers aussi foisonnant que Donjon!). Sfar et Trondheim, scénaristes en chef de l'ensemble, livrent une histoire assez lambda de vengeance, agrémentée de clins d'oeil sympas pour ceux de ma génération (le héros est un sosie de Donald, un robot ressemble à Goldorak, Diabolo fait une apparition...)

 

Par contre Vince, qui, rappelons le, n'a pas son pareil pour dessiner la sensualité sexy, nous régale entre les caricatures disneyennes, les bastons entre mecchas et monstres géants ou encore des décors futuristes chamarrés, rendant de ce nouveau tome bien sympa... mais bon maintenant on aimerait bien qu'il revienne à ses moutons (et donc à des albums pour les plus grands!)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LA MOUCHE

 

 

C'est de qui ? H. Shore

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Howard Shore est à mon sens l'un des compositeurs les plus importants des trois dernières décennies, si la trilogie du Seigneur des Anneaux lui a apporté une renommée mondiale méritée, toutes les B.O qu’il a composées pour Cronenberg sont dignes d’intérêt.

 

Celle de La Mouche, plus gros succès de son réal, a été pensée comme un opéra,  loin des standards du score d'horreur dans lequel il a beaucoup œuvré. Shore propose des montées en puissance jouées par les corps d’instruments qui se superposent au fur et à mesure pour apporter une dimension quasi épique assez rare dans le genre.

 

L’efficacité de sa partition repose essentiellement sur son thème principal, angoissant au possible, où les cordes sont âcres voire agressives, tourbillonnant jusqu’à un paroxysme presque dissonant.  Le reste de la B.O est au diapason – si l’on peut dire- avec peu de moments de répits mais toujours ce sens de l’harmonie et du concept de pièce orchestrale.

C’est pour son aspect grandiloquent et jusqu’au-boutiste que je l’ai choisie, elle apporte un contrepied quasi surréaliste à ce donjon (no)future !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 14:04

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SPIROU CHEZ LES SOVIETS

 

 

C'est de qui ? Neidhart & Tarrin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ?Par une froide nuit à Champignac, Pacôme est enlevé par des agents soviétiques, Spirou et Fantasio, guidé par un Spip sous l'influence d'une mystérieuse molécule, vont partir secourir leur ami jusqu'au fin fond de l'URSS où, entre menace mondiale, Goulag et autre femmes...fatales, nos héros vont avoir fort à faire.

 

Avec toute la bonne volonté du monde, on essaie de ne pas faire le parallèle, pourtant tendu comme une perche à un noyé, entre ce nouvel album de Spirou et l'historique première aventure de son éternel concurrent.

 

 

Et il vaut mieux éviter ce raccourci de paresse intellectuelle tant la comparaison ne tiendrait de toute façon pas la route. En effet, autre temps autres mœurs, Fred Neidhart choisit ici l'option de la comédie d'espionnage bon enfant, truffée de clins d'oeils et autre références un brin fan service, où les méchants, caricaturaux à souhait, remplissent fort bien leur rôle, où le casting habituel reste dans son registre et où les rebondissements et les situations loufoques s’enchaînent sans temps mort. On notera également en filigrane le discours sur les dérives des idéologies politiques toujours très d'actualité.

 

De son coté Fabrice Tarrin respecte à merveille le cahier des charges, proposant des graphismes colorés dans la plus pure tradition des grandes années de la série mère, et qui devrait ravir les aficionados.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LE GRAND FRISSON

 

 

C'est de qui ? J . Morris

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi John Morris et Mel Brooks se connaissent bien quand ils collaborent en musique sur ce pastiche des films de suspense de l'époque où les hommages à Hitchcock foisonnent.

 

Morris s'amuse visiblement comme un petit fou en parodiant allègrement ses pairs, spécialistes du genre, les Herrmann, Waxman et autre Tiomkin.

 

Un cocktail d'humour et de thriller joué par un orchestre au grand complet qui appuie sur l'aspect loufoque de ce nouveau Spirou et son revival années 50.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
10 août 2020 1 10 /08 /août /2020 13:00
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  GIPSY

 

 

C'est de qui ? Marini & Smolderen

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, mais pas ensemble.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un monde post apocalyptique où les guerres de clan font rage et où la planisphère est traversée d’une immense route un routier gitan fort en gueule et débrouillard lie des alliances parfois hasardeuses et remplit des missions tut aussi risquées, le tout en essayant de rester en vie et de protéger sa sœur au sein d’un chaos organisé et d’ennemis parfois retors !

 

L’une des toutes premières séries de Marini au dessin vient de voir une intégrale fort abordable paraître qui réunit les 6 tomes parus.

 

 

Si sur la première aventure l’influence graphique d’Otomo est plus qu’évidente (Akira vient d’être édité en VF à l’époque avec le succès que l’on sait) pour ne pas dire pesante parfois, dès la suite on sent que  Marini a trouvé son style qu’il va affiner au fur et à mesure des tomes, jusqu’à reprendre certains designs de personnages pour ses futures travaux : le frère du Gipsy et l’une des filles de la première trilogie sont les brouillons des héros de Rapaces, la Sorcière ne dénoterait pas dans le Scorpion

 

Il faut lire Gipsy en gardant à l’esprit que c’est une série qui ne se prend pas la tête, les scénars de Smolderen font la part belle à l’action, les cascades, l’humour et…le fan service, chaque volet étant garni de ce qu’il faut d’héroïnes dénudées et bien pourvues.

Cela étant ça reste de l’anticipation bien foutue qui va à 100 à l’heure et qui n’a quasiment pas pris une ride. Du grand spectacle bubble-gum qui se laisse lire agréablement en ces temps plutôt incertains et maussades !

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BIRDS OF PREY

 

 

C'est de qui ? D. Pemberton

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Depuis le succès plus ou moins mérité de Deadpool, les studios produisant du film de super héros se sentent obligés de mettre de l’humour plus ou moins gras dans toutes leurs grosses machines avec plus ou moins de réussite.

Quand un film a déjà de sérieuses lacunes coté scénar, aller croire que les vannes et autres gags vont sauver le naufrage est une leçon qu’Hollywood n’a semble-t-il pas compris.

Nous voici donc devant ce Bird Of Prey qui surfe sur la vague de célébrité de Margot Robbie, bonne actrice au demeurant mais qui se sent obligé ici d’en faire des tonnes face à un casting aussi improbable que l’intrigue est inexistante. Tempérons ces propos pessimistes (mais réalistes) en reconnaissant que confier la musique de ce clip fatiguant à Daniel Pemberton soit probablement la seule chose positive du long.

 

Si moins intéressante que certaines de ses précédentes musiques, celle de Birds Of Prey permet à Pemberton de faire un truc qu’il affectionne et qui lui réussit : mélanger les genres.

Ici on oscille entre le rock seventies, le western spaghetti et la musique de super héros plus burnée. Le cocktail se révèle plutôt bon, bien qu’à certains moments un peu too much, mais vu la démesure constante de la saga Gipsy, on dira que le duo était fait pour s’entendre !

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags