20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 08:14

 

 

Si Tintin retourne chez les Soviets et en voit de toutes les couleurs, ce n'est pas le seul à avoir à faire aux révolutionnaires Russes.

 

La preuve, deux nouveautés ce mois ci se déroulent pendant la même période historique, consacrons leur donc la journée, elles en valent bien la peine.

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : KAMARADES. TERRE PROMISE

 


C'est de qui : Goust, Dusséaux et Abtey

 

 

La Couv':

 

Soviet Système  /  Kamarades  Vs.  Richard III

 

Déjà croisé sur le site? Oui, sur les tomes précédents.

 

 

C’est édité chez ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

Soviet Système  /  Kamarades  Vs.  Richard III

 

Ca donne Quoi ?  Notre improbable couple ne tient pas longtemps planqué au milieu des Rouges et les voilà à nouveau en cavale. Passés en Pologne pour retrouver la mère de Volodia ils combattent les Russes aux cotés des autochtones…mais c’est compter sans la fatalité et, surtout, l’acharnement de Staline qui a juré la perte des Romanov.

 

Un troisième et dernier volet qui, une fois passée la surprise/légère déception du second m’a bien plus emballé et qui donne à la petite histoire dans la grande, lue dans sa totalité, un vrai panache d’aventure historique mélodramatique mais épique.

 

Le trait, je le redis, est vraiment à mon sens le gros point fort de Kamarades et l’on espère retrouver très vite Mayalen Goust sur un prochain projet !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? INCIDENTAL MUSIC TO RICHARD III

 

 

C'est de Qui ? J. Vogel

 

 

La couv'

 

Soviet Système  /  Kamarades  Vs.  Richard III

 

Déjà croisé dans le coin?  Non

 

 

On peut écouter? Aucun extrait vidéo de la pièce, mais vous pouvez avoir un aperçu de chaque piste par là.

 

 

Ca donne Quoi ? Le compositeur d’origine juive Jaromir Vogel (à propos duquel je vous met au défi de trouver un semblant d’informations, que ce soit en français ou même en anglais), a été commissionné pour écrire les musiques d’accompagnement de toute une série d’adaptations des grandes pièces shakespeariennes présentées au Château de Prague il y a quelques années.

Pour son Richard III s’il s’inspire de la musique d’époque, instrumentale et chantée, qu’il retranscrit de manière inventive (les percussions font très métalliques par exemple), il n’en oublie pas moins, à la manière d’un Rosza au cinéma ou d’un John Zorn dans le jazz (oui, je sais, l’écart est audacieux !), ses origines et insuffle dans sa partition des mélodies et arrangements folkloriques parfois surprenants mais toujours bien amenés.

Composée essentiellement de  thèmes dédiés aux principaux protagonistes cette « B.O » est un intéressant exemple de musique aux confluents des genres et des influences qui, grâce à un caractère intemporel métissé a fort bien accompagné cette conclusion tragico-romantique d’une épopée russe.

 

 

-----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 16:56

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : TINTIN AU PAYS DES SOVIETS

 


C'est de qui : Hergé

 

 

La Couv':

 

 

Soviet Système  /  Tintin Au Pays des Soviets  Vs.  The Big Sleep

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman – Editions Moulinsart

 

 

Une planche:

 

Soviet Système  /  Tintin Au Pays des Soviets  Vs.  The Big Sleep

 

Ca donne Quoi ? Les Soviets est l’album que j’ai lu en dernier dans la série des Tintin (alors que chronologiquement, comme vous le savez, c’est la première aventure du reporter à la houpette) et, un peu paradoxalement peut – être, celui que je préfère.

 

Outre le background historique et politique riche du scénario, il y a peu à jeter dans ces Soviets : le caractère feuilletonesque de l’histoire, ses multiples courses poursuites, un humour qui oscille sans cesse entre le bon enfant et le second degré dû en grande partie à Milou déjà incisif dans ses répliques, ou encore l’acerbe critique d’Hergé face au communisme russe… si l’improvisation semble souvent de mise il est clair que l’on ne s’ennuie pas un instant.

 

La colorisation de ce premier album, seul de la série à n’avoir jamais été qu’en noir et blanc, a fait couler beaucoup d’encre (et/ou chauffer beaucoup de claviers) depuis quelques mois.

 

Si je reste attaché à ma bonne vieille version en NetB, il faut reconnaître que l’absence de couleur –et une certaine rudesse dans le style, rappelons que c’est les premiers essais d’Hergé avec son personnage- ont longtemps du être un frein pour beaucoup de lecteurs potentiels.

Gageons que cette nouvelle version  permettra de redécouvrir une aventure qui en vaut largement la peine !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE BIG SLEEP

 

 

C'est de Qui ? Max Steiner

 

 

La couv'

 

Soviet Système  /  Tintin Au Pays des Soviets  Vs.  The Big Sleep

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? D’aussi loin que je me souvienne, Les Soviets a toujours eu à mes yeux cette atmosphère de vieux thriller d’espionnage en noir et blanc dont Hollywood avait le secret dans les années 30 à 50.

 

Grand classique du Noir s’il en est, l’adaptation du roman de Hammet par Hawks avec Bogart et Bacall est une réussite à bien des égards, et permet à Steiner, qui a déjà une importante filmographie à son actif, de décliner les thématiques qui ont fait leur preuve sur le genre.

 

Progressions d’accords riches et imparables, sous-thèmes pour les principaux protagonistes, le tout au sein de mélodies sombres et travaillées ponctuées de passages plus romantiques (que l’on zappera évidement avec la lecture de ce Tintin), le score de The Big Sleep sonne certes suranné mais s’accorde souvent bien à cette nouvelle version du premier des Tintin.

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 08:15

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LES WEEK-END DE RUPPERT ET MULOT

 

 

C'est de qui ? Florent Ruppert et Jérôme Mulot (scénario et dessins)

 

 

La Couv':

 

En week-end...prolongé  /  Les Week-end de Ruppert & Mulot  Vs.  3 Morceaux en forme de poire

 

Déjà croisé sur le site? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Aire Libre

 

 

Une planche:

 

En week-end...prolongé  /  Les Week-end de Ruppert & Mulot  Vs.  3 Morceaux en forme de poire

 

Ca donne Quoi ? Tout a commencé comme un défi : celui de respecter le format d'une colonne du journal Le Monde (360mm de haut sur 55mm de large) pour paraître dans le supplément du week-end sans en modifier la mise en page.

 

Les duettistes ont brillamment respecté cette consigne en y ajoutant leur propre contrainte : une seule image. Contrainte qui implique pour le lecteur de ne pas toujours respecter la logique de lecture du haut vers le bas…

 

Pour cet album Ruppert & Mulot ont choisi de présenter leurs productions par ordre chronologique sur une année sans prendre en compte le millésime. Donc l'album commence avec l'image de janvier 2015, après les attentats, pour finir en décembre. Pour "alléger" la lecture, ils ont ajouté des dessins en noir & blanc créés pour cette occasion.

 

L'album n'ayant pas la taille d'une page du journal (tant mieux pour le rangement), les images sont réduites par rapport aux originales et cela peut parfois gêner dans la découverte de détails.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TROIS MORCEAUX EN FORME DE POIRE

 

 

C'est de Qui Erik Satie

 

 

La couv'

 

 

En week-end...prolongé  /  Les Week-end de Ruppert & Mulot  Vs.  3 Morceaux en forme de poire

 

Déjà entendu chez nous?  oui.

 

 

On peut écouter ?

Ça donne Quoi ? La musique primesautière et ironique d'Erik Satie convient à merveille pour accompagner la découverte d'histoires en 1 case. Ces divers morceaux en forme de poire sont eux aussi des histoires courtes qui demandent beaucoup de virtuosité aux pianistes dont les 4 mains se promènent sur le clavier. Ils semblent si faciles… à écouter!

 

L'enregistrement où Aldo Ciccolini joue à 4 mains avec Gabriel Tacchino a déjà un certain âge, mais la fusion entre les 2 pianistes est telle que je me demande par moments s'il y a vraiment 4 mains sur ce piano au lieu de 2.

 

Album réalisé à 4 mains sur une musique jouée à 4 mains!

 

 

-----------------------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 13:54

 

 

 

 

Pendant les vacances, emmenez donc vos enfants au Louvre, mais avant, n'hésitez pas à lire cet album avec eux, la visite n'en sera que plus agréable!

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LE CHEVAL QUI NE VOULAIT PLUS ETRE UNE ŒUVRE D’ART

 


C'est de qui : O. Supiot

 

 

La Couv':

 

L'Enfance de l'Art   /  Le Cheval Qui Ne Voulait Plus Etre Une Oeuvre d'Art  Vs.  The Bronze Horseman

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

L'Enfance de l'Art   /  Le Cheval Qui Ne Voulait Plus Etre Une Oeuvre d'Art  Vs.  The Bronze Horseman

 

Ca donne Quoi ? Nous avions chroniqué en leur temps certains des albums réalisés en collaboration entre Futuro et le Louvre qui comportaient de belles découvertes, c’est donc avec curiosité que j’ai ouvert ce Cheval, édité chez Delcourt, premier tome d’une nouvelle collection destinée à un jeune public.

 

Le Cheval Blanc de Géricault (enfin sa tête vu que le peintre n’a représenté que cette partie de l’animal) a décidé qu’il était grand temps de quitter son mur dans le musée pour aller galoper à l’air libre, au grand dam de ses collègues œuvres d’art qui vont tenter de le dissuader en lui exposant l’absurdité de sa démarche.

 

Cette histoire originale et amusante de tableau revenu à la vie donne à  Olivier Supiot l’occasion de représenter  une palanquée d’œuvres plus ou moins connues du Musée du Louvre de façon ludique et intelligente avec même une certaine réflexion sur l’art en général. L’auteur, qui a su aussi bien représenter la Première Guerre Mondiale qu’un conte pour enfants,  fait  bon usage de son style graphique semi réaliste pictural et coloré, tout à fait adapté au propos et qui, il faut l’espérer, donnera envie aux lecteurs d’aller découvrir ces chefs d’œuvres en vrai sur place.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE BRONZE HORSEMAN

 

 

C'est de Qui ? Glière

 

 

La couv' 

 

L'Enfance de l'Art   /  Le Cheval Qui Ne Voulait Plus Etre Une Oeuvre d'Art  Vs.  The Bronze Horseman

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Prenant à contre pied le poème de Pouchkine, relativement triste, où un jeune homme rendu fou par la mort de sa bien aimée va prendre à partie la statue du Pierre Le Grand sur son cheval et, imagine t-on, être tué par cette dernière (on remarquera effectivement là un parallèle quelque peu morbide avec le Cheval de la BD du jour), Gliere livre une œuvre plutôt lyrique voire joyeuse.

 

D’un ballet de trois heures il tire une suite de 45 minutes tout en réussissant l’exploit de garder l’esprit de l’œuvre de base.

 

Après une introduction plutôt sombre l’orchestre s’emballe vite sur les passages dansés enjoués  et sur deux scènes clairement exaltées avant d’annoncer la valse.

La Suite se termine sur une Hymne qui deviendra d’ailleurs celle de Leningrad/St Petersburg.

 

Si parfois peut-être un peu trop enthousiaste pour l’album d’Olivier Supiot l’atmosphère générale du Bronze Horseman  est souvent très en phase avec les aspirations de notre équidé rebelle !

 

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 08:37

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : BLANCHE NEIGE

 


C'est de qui : Vessillier, Lylian & Grosjean

 

 

La Couv':

 

Blanche Neige en enfer  /  Blanche Neige  Vs.  Dante Symphonie

 

Déjà croisé chez nous? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Blanche Neige en enfer  /  Blanche Neige  Vs.  Dante Symphonie

 

Ca donne Quoi ? Si ils ont été autant popularisés que dénaturés par tonton Walt, les « contes de notre enfance » sont à l’origine, on a souvent tendance à l’oublier, assez sombres, voire peu recommandables pour les plus émotives de nos chères têtes blondes.

 

Ainsi Blanche Neige, des frères Grimm, possède son lot de passages traumatisants voir subversifs, notamment dans l’interaction entre l’héroïne et sa jalouse belle mère.

 

Lylian, le scénariste, a nettement gardé cet aspect à l’esprit pour son adaptation dans la collection Jeunesse (sic !) de chez Delcourt. Il nous propose une version aussi originale qu’inspirée d’un récit pourtant archi-connu, sans qu’à un moment on n’ait l’impression d’être tant que ça en terrain connu.

 

S’il passe peut être un peu vite sur certains aspects (le réveil de Blanche par exemple), son scénario est bien construit et certains ajouts et réinterprétations sont bienvenus.

 

L’autre point fort de cette nouvelle version c’est le trait de Nathalie Versillier ; entre illustration traditionnelle, graphismes jeunesse et inspiration manga (même si ce coté, quoique minime, m’a moins plu) l’artiste a été semble t-il plus qu’inspirée par son sujet, bien aidée dans sa vision par les superbes couleurs de Rozenn Grosjean.

 

Ce Blanche Neige n’aurait pas dépareillé dans la collection Métamorphoses de Barbara Canepa, c’est chez Delcourt qu’on le retrouve, où il vient rejoindre le Pinocchio de Chauvel et Mc Burnie, chroniqué plus tôt chez nous.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? DANTE SYMPHONIE

 

 

C'est de Qui ? F. Liszt

 

 

La couv' 

 

Blanche Neige en enfer  /  Blanche Neige  Vs.  Dante Symphonie

 

Déjà entendu chez nous ? Probable

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? On me reprochera probablement le caractère parfois un brin emphatique de cette symphonie inspirée par la Divine Comédie de Dante, mais, si c’est vrai que certains passages, composés dans un pur esprit romantique, sonnent trop exaltés pour notre version de Blanche Neige, la plupart des mélodies et thèmes en constante évolution qui parcourent les deux mouvements de l’œuvre de Liszt sont très à propos.

 

La présence notamment de deux harpes et d’un harmonium au milieu de cuivres divers et varié, amène des touches de couleur originales et surprenantes, la Dante Symphonie alterne la fureur et la sérénité, les ténèbres et la clarté (même si le troisième mouvement prévu par le compositeur au départ, et déconseillé par Wagner, aurait été probablement intéressant dans cet esprit de dualité).

 

Une pièce que les non amateurs trouveront probablement pompeuse sur la longueur mais ce serait oblitérer ses qualités d’écriture, l’écoute couplée à la lecture devrait atténuer ce sentiment.

 

 

--------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags