5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 15:44

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  RHAAL-HAN LE FILS DES AGES DES FILLES PAS FAROUCHES.

 

 

C'est de qui ? H. Mc Cock

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui, dans le même registre d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous l’aurez compris dés le titre de l’album, nous sommes ici en présence d’une parodie légère du Rahan de Chéret…mais pas que.

 

Il faut voir ce one shot plutôt comme un hommage, une lettre d’amour à une série qui a bercé l’enfance de générations de lecteurs dont font partie entre autre votre serviteur et l’auteur de Rhââl-Han.

 

Ainsi les amateurs reconnaîtront certains des récits fondateurs de la série, mais aussi des bons gros clins d’œil à d’autres icones de la BD (Blake et Mortimer, la Famille Pierrafeu) mais pas que puisue l’on croise même notre cher…président !

 

 

Coté intrigue, parce qu’il y en a bel et bien une, le fils de Crado (sic !) croise la route d’une belle femme peu farouche avec qui il copule joyeusement avant de découvrir qu’elle a un rejetton et qu’elle et sa tribu ont été maudits.

 

Dés lors Rh^âl-Han n’aura de cesse, entre deux saillies passionnées, de protéger l’ enfant et sa mère jusqu’au déces de celle ci. Notre héros aux cheveux de feu décidera alors d’aller confier le petit d’homme à une tribu amie (nons sans croiser un homme du futur et quelques dinosaures).

 

Coté graphismes les décors sont aussi détaillés que colorés et les personnages sont volontairement caricaturaux, avec des hommes aux corps musclés et aux tronches démesures et des femmes aux atouts assez dantesques.

 

Un album fun dont les scènes de sexe, relativement sages au final,  ne sont donc clairement pas le seul intérêt.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CAVEMAN

 

 

C'est de qui ? L. Schifrin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La parodie est un genre hautement casse gueule et ne sont pas les frères Zucker ou Wayans qui veut. Ainsi, surfant sur la vague d’une poignée de films préhistoriques pondus par la Hammer, ce long métrage des années 80 n’arrive jamais à décoller malgré la présence de Ringo Starr et de la superbe Barbara Bach au générique.

 

Parlons en du générique -et du reste de la B.O- d’ailleurs car c’est bien tout ce qu’il y à a sauver ici, et pas qu’un peu puisque c’est le talentueux Lalo Schifrin qui en est responsable. Le compositeur s’en donne à cœur joie en singeant avec humour et ambition les scores de l’Age d’Or hollywoodien auxquels il insuffle une énergie communicative, une petite dose de suspense léchée et, cerise sur un gâteau déjà fort apetissant, des arrangements quasi funkys dont il a le secret et qui ont fait la réussite de scores comme Bullit, Dirty Harry ou encore Enter the Dragon.

 

C’est donc la bonne humeur potache que se termine ce cycle bd érotique de la rentrée !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 20:14

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  OSCURO EN ROSA

 

 

C'est de qui ? Tony Sandoval

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà lu sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est l’été et Gloria, dont le père a mystérieusement disparu quelques années plus tôt, fait un rêve érotique au bord d’un ruisseau dans lequel une créature lui révèle que chaque fois qu’elle aura un orgasme il lui fera une révélation.

 

Dés lors, la jeune fille, dont le corps semble habiter d’une entité sexuelle étrange, va expérimenter cette prophétie avec sa copine Angie, avec un voisin frustré amoureux d’elle ou encore avec une créature aquatique, lointain cousin du Abe Sapien de Mignola) dans une ambiance de fin de vacances onirique et bucolique.

 

Ce nouvel album de la collection Porn ‘n Pop dirigée Céline Tran est un peu à part de par son coté plus « sage » que ses prédécesseurs. Néanmoins que les (a)mateurs ne soient pas refroidis, du sexe il y en a et pas qu’un peu.

 

 

On retrouve Tony Sandoval sur B.O BD avec un plaisir non dissimulé, surtout que son nouvel opus contient en substance ce qui a fait le succès des précédents albums de l’auteur mexicain, de Nocturno à Futura Nostalgia en passant par 1000 Tempêtes : jeunesse post-ado qui découvre l’amour et son corps (et ici pas qu’un peu !), fantastique débridé et poétique, créatures hybrides… le tout toujours dans ce style si personnel et inclassable.

 

Sandoval passe ici un cap puisque de suggéré dans pas mal de ses précédents opus l’érotisme est ici montré (en gros plan même) mais ne perd pas son identité au passage, bien au contraire !

 

Si l’on devait se prêter au jeu des références on dirait que Oscuro en Rosa c’est un peu le Une Sœur de Vivès revu et corrigé par Guillermo Del Toro.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LAST NIGHT

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui quasiment toute sa dicsographie.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Le talent et la sensibilité musicale si particulière de Clint Mansell lui ont rapidement ouvert les portes d’une carrière internationale dans le monde de la musique de film mais c’est avec une certaine surprise que l’on le retrouve sur ce mélo où notre Guillaume Canet national emballe Keira Knightley pour un adultère (ou pas ?) un soir de retrouvailles.

 

Renouant avec une certaine simplicité instrumentale via un piano solo, Mansell flirte avec le minimalisme cher à Phillip Glass et sait créer tension et ambiguïté là où les acteurs ou les situations auraient pu en manquer.

 

Moins étrange ou décalée que beaucoup des opus du compositeur pour le grand écran, la B.O de Last Night possède cependant tous les atouts pour souligner avec justesse les sentients évoqués dans Oscuro en Rosa auquel il apporte une touche mélancolique intéressante.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 14:55

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES ARCANES DE LA MAISON FLEURY

 

 

C'est de qui ? Di Caro

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou BD

 

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans la maison –close- Fleury, on ne monnaye pas que les charmes de ses accortes pensionnaires ; trafics divers, chantage et même réalisations de photos osées pour cartes postales coquines en direction de riches obsédés, sont les autres mamelles (hum !) des revenus du lieu où le gotha du Londres se retrouve.

 

Mais en cette fin de XIX° siècle, alors que l’ombre de Jack The Ripper plane encore sur la capitale britannique, une nouvelle vague d’assassinats gores de femmes débute.

Malgré la diligence de la police et une piste émanant de la maison Fleury, l’enquête piétine.

 

Si l’album d’hier était un classique de la BD X, à savoir avec un scénario prétexte fourni à l’inverse des poitrines de ses protagonistes, ici, comme c’était le cas pour Inguinis ou encore Achille, nous avons droit à un vrai scénario savamment pimenté de scènes de sexe explicites juste ce qu’il faut.

 

Le trait semi réaliste de l’auteur italien, avec ses décors fournis en détails, ses  personnages aux visages caricaturaux et ses héroïnes aux plastiques gourmandes, apporte un plus à ce premier volet de la trilogie.

 

Si l’on regrettera peut être juste des dialogues parfois un peu bavards, on ne pourra qu’apprécier de lire de la bd de genre qui offre en même temps un bon divertissement.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE FRANKENSTEIN CHRONICLES S.1

 

 

C'est de qui ? R. Goulla & H. Escott

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?  Un lien Soundcloud

 

 

 

Ca donne Quoi ? L’horreur victorienne a la côte depuis…pfiouu deux siècles facile ! Du coup le filon est exploité plus ou moins continuellement depuis, se résumant  fort souvent hélas aux déclinaisons des figures emblématiques du genre.

The Frankenstein Chronicles, vous l’aurez compris, s’inspire au départ vaguement du roman éponyme de Mary Shelley pour glisser vers la série d’enquête fantastique d’époque.

 

Sa B.O, écrite à quatre mains par deux compositeurs ayant surtout œuvré dans le docu, la série TV et une paire de films indés, joue la carte de l’underscore avec piano lead aux notes éparses sur un fond musical sourd et menaçant.

Cette économie de moyens (aux deux sens du terme probablement) s’avère néanmoins payante sur un genre qui a plutôt l’habitude de la démesure grandiloquente. Ici la tension règne quasiment tout du long avec une paire de pistes plus mélancoliques et, tout de même quelques passages plus enlevés où un orgue spectral s’invite notamment à la fête.

 

Le choix de cette B.O a renforcé l’aspect scénar travaillé de ce premier tome et n’en a rendu la lecture que meilleure.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 16:24
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  UNE JOURNEE BIEN REMPLIE

 

 

C'est de qui ? J. San Miguel

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tabou

 

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Déçue du manque de performance sexuelle de son mec, Clara retrouve un ancien camarade de classe qui a bien changé et qui va satisfaire ses appétits puis, plus tard, tenter avec elle une nouvelle expérience avec Kaori sa copine transsexuelle.

 

De son coté Rachel, une plantureuse rouquine découvre les joies du threesome en compagnie de son coiffeur et du frère jumeau de celui ci.

 

Le trio infernal finira même par découvrir qui est le pervers voyeur qui le mate d’en face, et quelle surprise ça va être !

 

Bon vous l’aurez deviné, ce n’est pas pour le scénario que les lecteurs de cette Journée aussi bien remplie que les sous vêtements de ses héroïnes apprécieront l’album mais pour ses nombreuses scènes X explicites fort bien rendues par le trait réaliste de l’espagnol Sanmiguel.

 

La petite pointe d’humour qui saupoudre l’histoire n’est pas désagréable cela dit et les amateurs (de Bd érotique hein pas d’humour) apprécieront Une Journée bien remplie à sa juste valeur.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :HIP SOCIETY

 

 

C'est de qui ? Hipcut

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Un artiste grec chez B.O BD c’est assez rare pour être noté.

Avec des influences qui passent par des choses aussi intéressantes et variées le néo-noir, le Wu Tang Clan le trip hop ou encore le jazz, Hipcut crée une tapisserie musicale à bases de samples, effets et autres scratches old school.

 

Son premier album, signé chez Melting Records, vivier d’artistes passionnants, pourrait tout à fait composer la bande son d’un polar intemporel aux ambiances lounges et suaves, comme si Angelo Badalamenti et Barry Adamson- artisans du son des longs de David Lynch, réécrivaient la musique d’un vieux James Bond, le tout avec une pincé de trip-hop très 90’s qui fait du bien.

 

Hip Society amène une atmosphère décalée à ce arce que le sexe et le groove font évidemment bon ménage

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 20:26
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  NIALA

 

 

C'est de qui ? Deveney & Rossi

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Niala est une jeune femme que les habitants de la jungle considèrent (à raison ?) comme l’Esprit de la forêt et qui participe, entre autre, au rite de passage des membres d’une tribu locale.

 

C’est surtout une créature libre et jouisseuse qui ne perd pas une occasion d’assouvir ses fantasmes et qui va, au fil de rencontres aussi diverses que variées, déflorer des religieuses en mission, calmer les ardeurs colonialistes d’un tarzan de pacotille ou encore contrecarrer l’influence d’un pseudo gourou mal intentionné et coincé.

 

Cette suite de courtes histoires placées sous le signe de la bonne humeur et de l’érotisme, brocarde avec allégresse une certaine frange de la BD d’antan et ses gros clichés sexistes et raciaux. Rossi, qui a demandé à Deveney de lui écrire ces « récréations » (de son propre aveu), s’amuse visiblement en jouant sur les codes de l’humour (un caméo de Christophe Lambert en Tarzan) et de la BD pour adulte.

 

 

Le ton est donc léger tout comme le coté cul, et l’album est d’ailleurs sorti dans la collection 1000 Feuilles et pas sous le label Porn Pop dédié au genre chez Glénat.

 

Néanmoins, pour évoquer succinctement le buzz qui a entouré Niala, avant même sa sortie, et sur la base du résumé fourni par l’éditeur (modifié ensuite d’ailleurs), une pétition a tourné en ligne pour interdire la parution de l’album, pointant du doigt le racisme et le sexisme (supposés) du scénario.

 

Pour citer deux grands philosophes de leur temps, on se souviendra de cette maxime que l'on doit à l'inspecteur Harry ,"Les avis c'est comme les trous du cul, tout le monde en a un", associée à la prophétie d'Andy Warhol sur le Quart d'heure de célébrité auquel tout un chacun aurait droit, qui, avec l'avènement d'internet, est devenu exponentiel; on obtient à nouveau un bien triste exemple de la mentalité de masse devenue la norme aujourd'hui -merci les réseaux sociaux-qui fait que dés que le moindre quidam a une opinion à asséner, une partie du troupeau, grandement dénuée de discernement, voire de personnalité,  se sent obligée d'adhérer, de relayer, de s'indigner.

 

 

A la lecture on réalise vite que l’intention n’est clairement pas celle reprochée, qu’il faut prendre tout ceci au second degré, et que Niala, si elle ne méritait pas autant de publicité, va probablement en récolter les fruits en voyant ses ventes décoller.

 

Tant pis pour les censeurs qui vont peut être lever maintenant leurs boucliers offusqués pour une autre cause sainte et perdue d’avance, par exemple, avec la sortie du Director’s cut du boursouflé Justice League de Snyder, s’offusquer de voir Wonder Woman en mini jupette et décolleté face à un Batman et un Superman engoncés dans leurs costumes des pieds à la tête ?

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LORD JIM

 

 

C'est de qui ? B. Kaper

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Tant qu’à insister sur le décalage autant y aller franco. Voici donc l’un des derniers scores de Kaper, qui, après le succès de Mutiny on the Bounty, s’est vu proposer pas mal de films d’aventures qu’il a, en général, illustrer musicalement de fort belle façon.

 

Pour cette adaptation d’un roman de Joseph Conrad, devenu sous le bistouri d’Hollywood, un film d’aventure et de romance grand public, le compositeur d’origine polonaise alterne entre thème riche où les accords majeurs évoquent l’héroïsme bon ton, suspense appuyé à base de cordes virevoltantes et de cuivres rugissant, et folklore bon ton juste ce qu’il faut (on pourra d’ailleurs tiquer sur les sonorités du gamelan pour une BD se déroulant en Afrique mais, au pire, il suffira de passer les pistes trop marquées).

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags