13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 12:49

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA DECONFITURE. 1

 


C'est de qui : Rabaté

 

 

La Couv':

La Petite Vadrouille  /  La Déconfiture  Vs.  Concerto Per Archi

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on excepte Crève Saucisse, récréation agréable dont il n’assurait que la partie scénario, je n’avais plus croisé Rabaté depuis l’excellent Ibicus . C’est donc avec un grand plaisir que je l’ai retrouvé sur ce récit à l’humour noir doux-amer qui nous fait suivre un soldat en juin 40, séparé de son unité, et qui va se retrouver confronté à l’exode massif des français, alors que l’ennemi envahit inexorablement le pays.

 

Au tragique de la situation Rabaté oppose un cynisme à base de dialogues ciselés qui ne sont pas sans faire parfois penser à du Céline ou du Audiard, de rencontres parfois ubuesques, de situations saugrenues et j’en passe.

 

Le tout est dessiné dans un noir et blanc soigné, nous sommes certes loin du style proche de la peinture d’Ibicus, mais nous n’avons rien perdu en force expressive que ce soit sur l’expression des visages, devenue plus réaliste,  le travail sur les matières et les ombres portées ou encore les grands espaces vides bien placés. Bref, des retrouvailles qui font bien plaisir !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CONCERTO PER ARCHI

 

 

C'est de Qui ? N. Rota

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé dans le coin?  Oui

 

 

On peut écouter? En live même !

 

 

Ca donne Quoi ? Parallèlement à une carrière cinématographique florissante, aux réalisations prestigieuses, Nino Rota a composé une quantité non négligeable d’œuvres classiques, dont une douzaine de concertos.

 

Cette pièce pour cordes, écrite entre 1964 et 1965, si elle a toute les caractéristiques d’une œuvre orchestrale, n’en reste pas moins très évocative et certains passages, comme le second mouvement, Scherzo, Allegretto comodo, ne sont évidement pas sans faire penser à des passages de B.O du maestro, même si on est plus proche de la nostalgie de Rocco et ses frères que de l’exubérance d’un 8 ½ .

 

Rota joue sur les changements de rythmiques et d’atmosphères, n’hésite pas à créer une certaine ambigüité par l’utilisation des chromatismes tout au long du morceau, et le fait que l’ensemble ne soit joué que par des cordes rend la chose d’autant plus intéressante d’un point de vue mélodique et harmonique.

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 07:23

 

 

 

 

Retrouvez, en fin de chronique, l’interview « Musique et BD » de Nathalie Ferlut.

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : ANDERSEN. LES OMBRES D’UN CONTEUR.

 


C'est de qui : N. Ferlut

 

 

La Couv':

Ombres et Lumières  /  Andersen. Les Ombres D'Un Conteur  Vs.  Concerto pour Mandolines

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Comme son titre l’indique, le nouvel opus de Nathalie Ferlut, qui nous avait enchantés en 2013 avec son Eve sur la Balançoire, s’intéresse bien à l’homme derrière les contes plus qu’à ceux-ci.

 

Si, entre autres, La Petite Fille Aux Allumettes, Les Chaussons Rouges ou encore Le Briquet sont évoqués -parfois de façon simplement graphique ce qui leur donne encore plus d’impact,- ce n’est souvent que pour mieux mettre en lumière telle ou telle facette de leur auteur, personnage haut en couleur, mais avec une certaine part d'ombre, rêveur et poète, parti de rien mais qui, à force de volonté réussit à s’élever dans la société danoise de l’époque et se faire accepter pour son talent, et ce malgré ses excentricités et son refus de l’ordre établi.

 

On apprend qu’en marge de plus de  150 contes, qui lui apportèrent une renommée internationale et une place à la cour royale, Andersen écrivit également de nombreux poèmes et romans.

 

 

Outre son passionnant sujet, traité de manière fort intelligente, l’album de Nathalie Ferlut se distingue bien évidement par sa partie graphique d’une grande originalité, qui mélange les styles, insérant dans des illustrations délicieusement old-school des silhouettes comme celles que créait Andersen lui-même, des ombres chinoises et autres effets d’un autre âge. Les pastels doux (superbes scènes italiennes !) côtoient l’abstrait inspiré dans une somme fond et forme diablement aboutie.

 

L’un des albums majeurs de cette rentrée sans aucun doute.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? CONCERTO POUR MANDOLINE

 

 

C'est de Qui ? Vivaldi

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu dans le coin? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Compositeur surdoué, violoniste virtuose, touche à tout passionnant, Vivaldi a composé ce concerto –genre dans lequel il était passé maître-  pour  deux mandolines en le faisant débuter et finir par des allegro aux thèmes jouant sur la répétition de motifs, avec une partie soliste où il exploite avec science toute l’étendue mélodique de l’instrument (à noter que la pièce rend également fort bien à la guitare, si tant est que l’on ait un interprète chevronné).

 

Malgré les changements de tonalité et des passages en mineur, ce Concerto , qui est d’une grande richesse musicale et reste l’un des plus connu de son auteur, est de nature générale assez gai, grâce notamment aux ritornello et aux cordes qui se répondent.

 

Si l’on fait abstraction d’un « fond » orchestral un brin baroque parfois, et malgré son éloignement dans le temps (il a été composé au siècle précédent notre histoire) cette pièce fait fort bonne figure avec la « bio » d’Andersen made in Ferlut.

 

 

---------------------------------

 

 

 

Bonjour Nathalie et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

Sur mon chevet, il y a trop de livres pour que je puisse y coincer cinq cd en plus, d'autant que ça rendrait mon savant empilement encore plus instable et je crains pour ma lampe de chevet qui est déjà placée trop haut... :-)

 

Plus sérieusement, s'il s'agit de musique avec laquelle m'endormir, ces cinq cd, seront de la musique classique, des disques que je connais par cœur de préférence: en ce moment c'est plutôt Chopin ou SibeliusLe Requiem et la Messe Basse de Fauré (oui pour aller dormir c'est un peu sombre). Le reste du temps, j'écoute d'autres choses.

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

Il n'y en a pas vraiment sur ma table de nuit non plus, des BD. Mais les dernières que j'y ai posées, c'était

 

·         Cet été là de Jillian et Mariko Tamaki,

·         Morgane de Stéphane Fert et Simon Kansara,

·         Dans les bois d'Emily Carroll,

·         un album de Jon McNaught, peut-être Automne.

·         Et des Théodore Poussin de Le Gall, qui sont plutôt des relectures.

 

 

 

 

Ton travail :

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

Toujours, en permanence. La musique c'est un peu la seule chose qui m'aide à focaliser une attention un peu capricieuse.

 

Je n'écoute bien sûr pas la même chose quand j'écris et quand je dessine.

 

Quand j'écris, j'évite la musique avec des paroles, bien sûr. Et c'est en général en rapport direct avec mon travail... gai ou sombre, plutôt vif ou lancinant, moderne ou classique. La musique que je mets dans mes oreilles doit être un genre de bande originale pour ce que je produis.

 

Quand je dessine, c'est un peu ça, aussi, en début de séance, et puis, dès que je suis un peu focalisée, pas de problème, je peux écouter n'importe quoi, y compris des émissions de radio ou des documentaires trouvés sur Youtube (plutôt en anglais, quand même, pour éviter trop de déconcentration)

 

Sinon, qu'est-ce que j'écoute... Là aussi, ça dépend de mon album, et aussi de la période de ma vie. Pour Andersen, je suis revenue à la musique classique ou romantique que j'écoutais quand j'étais petite, parce que j'avais besoin de retrouver des vieilles émotions. Je suis donc spécifiquement allé chercher mes morceaux préférés d'alors. Et puis, comme les heures de travail, c'est très long, surtout pour moi qui travaille la nuit, je me suis trouvé une marotte: écouter le même concerto, la même symphonie avec des interprétations différentes pour les comparer, en apprécier les différences...

 

 

 

Quand je dessine, je crois que certains éléments de mon cerveau s'ennuient beaucoup. Et dans ce cas, ils s'en viennent critiquer mon travail, remettre en question des choix de scénario... Donc, je leur trouve des occupations. Par exemple, (c'était mon choix sur les dernières pages d'Andersen) comparer dix interprétations de la Sonate à Kreutzer ou du concerto pour violon de Mendelssohn ou encore -c'est plus long- de Madame Butterfly.

 

Hem: j'ai bien conscience que quand je me raconte comme ça, j'ai l'air à la fois timbrée et vraiment snob: au mieux, un peu inquiétante!

 

C'est d'ailleurs un exercice que je n'aimerais pas avec autre chose que du classique: la même chanson avec des interprétations différentes, ça m'agace très vite.

 

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

Je suis en train de terminer le scénario d'Artemisia, un album dessiné par Tamia Baudouin, sur Artemisia Gentilleschi, une talentueuse et énergique femme peintre du XVI° siècle.

 

C'est un joli projet: pour celui-là, dont j'écris précisément 2 pages par semaines, j'ai tendance à écouter la BO d'All That Jazz, en début de session de travail. Ça me remet dans le bain alors qu'étrangement, niveau période et ambiance, ça n'a strictement rien à voir.

Il devrait sortir au printemps 2017.

 

En même temps, je prépare un album dont je ne fais pas le scénario. Ça se passe dans les années trente, ce qui me permets de ressortir des vieilles BO de comédies musicales de cette époque là, Gershwin et Cole Porter.

 

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

J'aurais aimé écrire les chansons de Charles Trenet.

Et puis j'aurais aimé chanter comme Tom Waits. Mais bon, les chapeaux me vont assez mal, et puis au Pôle Emploi ils vont râler si je demande une formation pour reconversion, alors je vais continuer à dessiner mes albums!

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique et une interview de Fab

Repost0
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 15:29

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE PETIT BOURREAU DE MONTFLEURY

 

 

C'est de qui ? M. Planchais

 

 

La Couv':

Bourreau (avec) du coeur  /  Le Petit Bourreau de Montfleury  Vs.  Prélude N°15 Op.28

Déjà lu dans le coin? Non

 

 

C’est édité chez qui? Sarbacane

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après 86 ans de tranquillité, la ville de Montfleury a changé de maire. Il a promis la fermeté vis-à-vis des délinquants et, du coup, notre bourreau, peintre des fleurs et de la nature, risque de devoir utiliser sa hache pour autre chose que couper son bois! Le choix est cornélien : la hache et le salaire qui va avec ou le pinceau et un avenir inconnu.

 

La thématique de la peine de mort est en quelque sorte le fil rouge de ce joli conte pour tous âges (l'album a même une note d'Amnesty International en 4e de couverture), mais on a également droit à une réflexion fine sur les excès du pouvoir et le populisme via le personnage du maire, prêt à tout pour montrer qu'il est l'homme de la situation, même s'il doit pour cela créer de fausses preuves et payer de faux témoins. Quand juges, politiques au pouvoir et financiers s'unissent, il n'y a plus d'innocents qui tiennent, surtout quand une exécution publique est présentée au peuple comme une fête.

 

L'autre grand thème de ce Petit Bourreau est celui du choix individuel dont une facette importante est le respect que l'on a envers soi-même. Heureusement pour notre héros, il a l'assistance de Tiki, la chauve-souris, qui le fait parler et une motivation grâce à Louise, la fille du condamné.

 

Pour un premier album, Marty Planchais fait fort avec un sujet délicat à aborder. Ses graphismes adoucissent le côté noir de l'histoire, et sombre en couleurs, et subliment la part lumineuse du personnage avec ses peintures dans le style et avec les couleurs vives de Vincent Van Gogh.

Une superbe réussite et un auteur à suivre

                                                                                                                                                                                                           

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? PRELUDE N°15, OP.28

 

 

C'est de Qui ? Chopin

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur le site? Probable

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ?  Plus long des 24 Préludes de Chopin ce « à la goutte d’eau » tient son appelation des motifs répétitifs crées par les notes similaires jouées, de façon d’abord calme puis plus menaçant pour finir sereinement, à la manière d’un orage qui vient et repart.

 

Composée lors d’un séjour avec George Sand à Majorque, l’œuvre lui a été inspirée par un rêve lugubre où il se voyait noyé.

 

Le côté mélancolique de la musique de Chopin convient particulièrement bien à l'état d'esprit de notre malheureux bourreau.

Les cinéphiles se souviendront que Kurosawa avait choisi ce prélude de Chopin pour illustrer dans Rêves, celui d'une rencontre avec Vincent Van Gogh.

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Gen & Fab

Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 09:35

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : DEMI- SANG

 


C'est de qui : Hubert & Gatignol

 

 

La Couv':

Demi Sang et Totale réussite  /  Demi-Sang  Vs  Barry Lyndon

Déjà lus chez nous? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vous vous souvenez probablement de Petit, un album entre contes traditionnels et fantasy, qui m’avait littéralement enchanté lors de sa sortie, fin 2014. Tenant – avec un peu de retard- la promesse qu’il avait faite l’année d’après, Gatignol, son dessinateur, a enfin terminé le second tome de la série Demi-Sang.

 

Ce n’est pas une suite du précédent puisque cet album nous raconte la destinée de Yori, un humain batârd non reconnu par son noble de père, qui va se hisser parmi les grands de ce monde, au propre comme au figuré car c’est en entrant au service des Ogres qu’il connaîtra richesse et succès (et, évidemment, plus dure sera la chute).

 

Si vous avez lu Petit, vous reconnaitrez le héros de ce nouvel album puisqu’on l’y croisait déjà, et la vision de certains faits communs du point de vue des humains est des plus intéressantes.

 

 

 

 

 

La narration mélange à nouveau BD traditionnelle et pages de textes (pour les flashbacks et autres descriptions de personnages) et le dessin, en noir et blanc, est toujours aussi fin et racé, empruntant à l’animation voire même parfois aux mangas pour illustrer cette ambiance gothico-médievale de fort belle manière.

 

Avec un univers aussi riche, et avec des albums dont le fond n’a d’égale que la forme (comme souvent dans a collection Métamorphoses), gageons que, si la réussite commerciale rejoint la critique, la série des Ogres-Dieux n’a pas fini de nous émerveiller en faisant la richesse d’un genre pourtant déjà bien exploité en BD.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? BARRY LYNDON

 

 

C'est de Qui ?   Divers

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD ? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Les similitudes entre les deux univers, celui du film et celui du second tome des Ogres-Dieux, étaient trop évidentes pour ne pas être rapprochées.

 

Vous vous doutez de l’osmose obtenue, la « B.O » du plus beau film de Kubrick (ce qui n’est pas peu dire vous en conviendrez) étant une sélection sans fautes impressionnante de pièces du répertoire classique, de la solennelle et majestueuse Sarabande de Haendel aux cordes imposantes, à la beauté triste du Trio pour piano e Mi mineur de Schubert chaque morceau trouve sa place dans les mésaventures de notre parvenu, même les plus légers Piper Maggot’s Gig ou British Grenadiers, quoiqu’un brin décalés ont fait leur petit effet.

 

Un week-end qui ne pouvait pas mieux commencer n'est-ce pas?!

 

 

----------------------------------

 

Une Chronique de Fab

Repost0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 12:23

 

 

C'est Mercredi, y en aura donc pour les petits (et pour les grands aussi!)

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  QU’ILS Y RESTENT

 

 

C'est de qui ? Regis Lejonc, Pascal Mériaux et Riff Reb's

 

 

La Couv’

 

 

Qui a peur du grands méchants ...?  / Qu'ils y restent  Vs.  Pierre et le loup

C'est édité chez qui ? Les Editions de la Gouttière

 

 

Déjà vu chez nous? Oui, tous ensemble même.

 

 

Une Planche :

 

 

Ca donne quoi ? "Qui a peur du grand méchant loup?" chantent les 3 petits cochons… Mais le grand méchant loup n'est pas tout seul dans cet album, il est accompagné par un ogre, un vampire et un sorcier. Chacun de ces affreux règnent dans un des points cardinaux. Et que se passe-t-il quand ces goinfres ont épuisé les ressources de leur royaume? Eh bien, ils vont chercher à manger ailleurs. Et c'est comme cela qu'ils se retrouvent tous les 4 au centre du monde!

 

C'est un superbe album à lire à nos chères têtes blondes qui adorent avoir peur. Riff Reb's explique son choix de dessins comme un hommage à Bilibine (illustrateur de contes russe) et il a choisi des couleurs éclatantes pour raconter les histoires de ces affreux personnages. Comme sur la Carotte aux Etoiles, il a retrouvé au scénario Pascal Mériaux, membre de l'organisation du festival BD d'Amiens et Régis Lejonc, qui écrit beaucoup pour la jeunesse.

 

Cerise sur le gâteau, le livre est d'une qualité rare, papier et couverture, et d'une taille gigantesque, 270mm x 340 mm, qui permet d'admirer tous les détails des dessins.

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

C'est Quoi ?  PIERRE ET LE LOUP

 

 

C'est de Qui ? Sergueï Prokofiev

 

 

La couv'

 

 

La musique :

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ça donne quoi? :Les amateurs de cinéma connaissent bien Sergueï Prokofiev (n'est-ce-pas Fab?) puisqu'il a composé pour plusieurs films comme Alexandre Nevski (dont il a tiré une cantate ensuite) ou Ivan le Terrible de Sergueï Eisenstein," La Dame de Pique" de Mikhail Romm… Il a aussi été plus d'une fois été utilisé, sans être toujours cité, pour l'illustration sonore de courts métrages animés (Lieutenant Kij" ou Roméo et Juliette, par exemple)… Sting a même utilisé une partie de Lieutenant Kijé pour sa chanson "Russians" en citant sa source.

 

Mais, avec un loup féroce et un album jeunesse, une seule musique s'impose : Pierre et le loup. C'est souvent l'une des premières histoires racontées en musique que les enfants entendent… Ne serait-ce qu'en visionnant les quelques versions en dessins animés qui ont été faites!

Le loup du livre est encore plus gourmand que celui de l'histoire en musique qui,lui, se contente d'avaler un canard… Mais s'il avait pu attraper Pierre, qu'aurait-il fait?

 

Cette merveilleuse partition avait un but éducatif puisqu'elle permettait aux enfants de découvrir quelques instruments d'un orchestre en les attachant à un personnage du conte. Un petit rappel avant l'écoute : à Pierre les violons, à l'oiseau la flûte traversière, au canard le hautbois, au chat la clarinette, au grand-père le basson, au loup les cors et aux chasseurs les timbales. En plus de l'instrument, chaque personnage a sa ligne mélodique : enjouée et sautillante pour Pierre, cancanante pour le canard (bien sûr), pleine de trilles pour l'oiseau, un peu mystérieuse et sinueuse pour le chat, ronchonneuse pour le grand-père, effrayante pour le loup et tonitruante pour les chasseurs.

Cela fait maintenant 80 ans que ce conte musical enchante petits et grands du monde entier… Bon anniversaire à ce vénérable octogénaire toujours en pleine forme!

 

Et puisque nous parlons de musique à partager entre petits et grands, je vous propose d'aller en famille voir son opéra "L'amour des 3 oranges" si vous en avez l'occasion… et qui est joué en français qui a été la langue de sa création… mais en russe en Russie!

 

 

--------------------------

 

Une chronique de Gen

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags