19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 08:12

 

Première partie de notre cycle sur l'étât de la BD de Super-Héros consacrée à des récits alternatifs, plus ou moins emblématique, ayant pour sujets les grandes icônes du genre.

C'est Gen qui ouvre les hostilités en se repenchant sur un arc mythique, le Batman de Morrison et McKean.

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : ARKHAM ASYLUM

 

 

C'est de qui ? G. Morrison & D. McKean

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu dans le coin? Oui, les deux.

 

 

C’est édité chez qui ? Urban

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Arkham Asylum pose une fois de plus la question : qui est le plus dangereux entre celui qui est enfermé et celui qui enferme? Quand les pires criminels de Gotham prennent le contrôle de l'asile de Gotham y retenant en otage tout le personnel, qu'exigent-ils? Que le Batman les rejoignent, là où est sa place : avec eux à l'asile. Et Grant Morrison de faire dire à l’Homme Chauve-Souris : "J'ai peur de m'y sentir… chez moi."

La traversée de l’hôpital psychiatrique labyrinthique par Batman est entrecoupée de flashbacks dans la vie du créateur de l'asile,  le Dr Amadeus Arkham. Mais finalement le vrai "héros" de cet album à part dans la mythologie batmanienne n’est ce pas le Joker, qui mène la danse de bout en bout ?

On a rarement lu plus sombre que cette descente aux enfers psychologique avec son jeu troublant de questions réponses rendu encore plus oppressant par le traitement graphique révolutionnaire de Dave McKean avec ses formes floues, ses couleurs  torturées, ses noirceurs des fonds, ses cases irrégulières (quand il y en a !)… Cerise(s) sur le gâteau, certains personnages ont même des lettrages spéciaux pour leurs dialogues (malheureusement parfois un peu difficiles à lire).

Un dossier en fin d'album contient une postface de Karen Berger (ex Madame Vertigo), une galerie de couvertures et une traduction du scénario commenté par Grant Morrison. À ce propos, merci au traducteur Alex Nikolavitch qui a su transposer certains dialogues sans trahir le propos des auteurs (comme citer Victor Hugo, par exemple). A ne pas lire un jour de déprime.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SHUTTER ISLAND

 

 

C'est de Qui ? Divers

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Certains oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour accompagner un comics sur la folie, rien de tel qu'une BO écrite pour une autre histoire se déroulant  dans un asile : Shutter Island pourrait être un pendant littéraire et cinématographique d’ Arkham Asylum. Fidèle à ses habitudes, Scorcese utilise un patchwork de morceaux existants pour mettre son adaptation en musique. Foin de Rolling Stones sur ce coup là, le réal’ fait plutôt dans le classique effrayant.

On trouve par exemple sur la galette On the nature of daylight, avec son violoncelliste solo distillant une musique douce et sombre qui mène vers un drame inéluctable, ou encore le terrifiant 4e mouvement de la 3e symphonie de Penderecki et sa violence crescendo… une puissance d’évocation manifeste qui emphase la folie latente du comics de Morrisson et McKean.

 

 

------------------------

Une chronique de Gen

Repost0
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 15:04

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : L’AIGLE ET LA SALAMANDRE

 

 

C'est de qui ? Piatzszek, Lapo & Quattrochi.

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez B.O BD ? Le scénariste oui, pas les artistes.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous voilà à Rome en 64 après J.C. Rome que Néron, l’empereur fou, vient de mettre à feu et à sang et où Gaius, un jeune fils d’assureur insouciant vient de perdre son père, victime de l’incendie. Alors qu’il découvre qu’il est également ruiné, Gaius est mandaté par un noble de la cité, accusé par la foule d’être à l’origine du feu, mais qui est persuadé qu’on a cherché à l’assassiner. Commence pour notre héros une enquête qui va lui réserver bien des surprises.

Si la Rome Antique a été le sujet et/ou le cadre d’un nombre incalculable de séries BD, peu y ont proposé d’y installer un thriller. On se souvient des Ombres du Styx, l’excellente trilogie d’Isabelle Dethan, chez Delcourt, chroniqué chez nous en son temps. L’Aigle et la Salamandre, qui verra sa conclusion au prochain tome, opte pour cette option et, même si l’introduction est peut être un peu longue, promet d’être intéressant, surtout grâce au mélange de la petite et de la grande Histoire.

Je suis cependant un peu plus réservé sur la partie graphique, un brin statique à mon goût et aux couleurs très particulières.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE DEMON DE L’HIMALAYA

 

 

C'est de Qui ?   A. Honegger

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur le site ?Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Un grand écart ? Y avait longtemps me direz-vous, alors pourquoi pas. On sait peu de choses  sur ce long métrage, si ce n’est qu’il a la mauvaise réputation d’avoir été tourné en grande partie par son réalisateur lors d’une expédition au Tibet financée par le reich (probablement à la recherche d’une stupidité surnaturelle dont ces crétins étaient friands) mais dont le nom (du réal’) ne put pas figurer au générique du fait de son origine juive (hum… bon bref passons). Plus tard le bonhomme, exilé volontaire aux States, participera cela dit à pas mal de grands succès hollywoodien.

La B.O est signée Arthur Honegger, grand compositeur de musique classique qui a néanmoins quelques jolies incursions dans la musique de film, notamment avec jacques Ibert (petites choses que l’on a du entendre chez nous d’ailleurs). La particularité de sa partition pour le Démon de l’Himalaya est que les cuivres en sont absents à l’exception de deux saxophones et surtout qu’on y entend l’Onde Marthenot, instrument original par excellence. Si, vous l’aurez compris, les sujets des deux œuvres mariées aujourd’hui sont fort lointains, les compositions d’Honneger, de par leur force d’évocation, leur héroïsme lyrique, porté entre autre par les chœurs, sonnent à merveille sur l’enquête antique !

 

 

------------------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 16:29

 

 

Après la nouveauté, et la (re) découverte, comme promis, voici le grand classique du western franco-belge qui se ré-invite dans le cycle thématique du week-end et le termine en beauté!

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : JERRY SPRING. INTEGRALE TOME 2

 

 

C'est de qui ? Jijé

 

 

La Couv':

 

 

Déja rencontré chez nous? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Je continue avec beaucoup de plaisir mon exploration de l’œuvre de Jijé, avec ce second volet de l’intégrale consacrée à son héros Jerry Spring. On couvre les années 55 à 58 et les albums La passe des Indiens, La piste du Grand Nord, Le ranch de la malchance et Les 3 barbus de Sonoyta.

Comme pour le précédent, c’est vrai que c’est clairement du western « à la papa »,  manichéen s’il en est et sans gros twists de scénario, mais les histoires sont variées, l’humour est toujours présent sans trop prendre le pas sur le reste et entre le talent de conteur de Jijé et son trait dynamique délicieusement old school, qui magnifie les paysages tout en proposant des protagonistes bien campés, l’ensemble est toujours aussi efficace.

Comme sur le précédent tome, celui-ci est enrichi d’un intéressant documentaire sur l’auteur et la série.

J’émettrais encore une petite réserve quant aux fins de récits, souvent abruptes, dues aux modifications que Jijé apportait aux scénarios des auteurs avec qui il travaillait (quand c’était le cas)  mais le phénomène semble s’estomper au fur et à mesure des aventures, donc, wait and see, le 3° volume attend bien sagement son tour sur son étagère et s’invitera très probablement au prochain cycle western sur B.O BD.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? BREAKHEART PASS

 

 

C'est de Qui ?    J. Goldsmith

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé sur B.O BD? Très souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? S’il n’a pas l’aura des classiques de la décennie précédente, Breakhart Pass a néanmoins de nombreux atouts pour lui, de son casting classe (Bronson, Crenna) à son scénariste chevronné en passant, last but not least, par son compositeur.

Goldsmith qui a déjà travaillé avec le réal et a de grands scores du genre à son répertoire propose ici un thème des plus prenants qui favorise la guitare (avec une imparable rythmique) et les cuivres. Le reste de la B.O est cela dit un peu plus attendu, loin des grands efforts du compositeur. Si certains passages sont intéressants (la course du train reproduite par les percussions) ils sont tout de même assez mal exploités et seules quelques pistes au suspense soutenu décollent un peu d’un ensemble somme toute ronronnant.

Après, c’est tout de même du Goldsmith, et même quand ce dernier se repose sur ses lauriers, il reste au dessus du lot sans soucis.

Une ambiance musicale quelque peu anachronique pour ces quatre aventures de notre gentil cow-boy mais ce n’est pas plus mal.

 

-------------------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 19:58

 

 

 

Conclusion de notre cycle du week end consacré à la Peinture en BD avec un étonnant ouvrage!

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LE RENDEZ VOUS D'ONZE HEURES.

 


C'est de qui : A . Houot

 

 

La Couv':

 

Jaquette "spéciale" réservée à la 1° édition et revendiquée par l'auteur et l'éditeur.

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Si Courbet et son célèbre tableau (mais si vous le connaissez, tapez donc « L’Origine du Monde » sur google images, vous verrez !) ont en effet tout récemment fait l’objet d’un album dans la collection des Grands Peintres chez Glénat, je n’avais que moyennement accroché que ce soit au choix du  sujet(le scénario axé essentiellement sur le tableau sus-cité) ou à son traitement graphique, assez passe-partout (étonnant d’ailleurs de la part de Lacaf). Ce Rendez-vous de Onze Heures m’a du coup autrement emballé. Racontée en flashback par un Courbet sur la fin de sa vie, exilé en Suisse et déjà bien abimé par l’abus d’absinthe, la vie du peintre déroule, sur plus de 70 pages, toute sa richesse, évoquant tour à tour la carrière artistique, les engagements divers, une époque intéressante, mais aussi des cotés moins reluisants. On sent un André Houot passionné, voir habité par son sujet, le scénariste/dessinateur nous livre en effet une bio haute en couleur et très documentée (quasiment trois années de préparations et recherches lui ont été nécessaires) où la narration tient la dragée haute à un style graphique toujours aussi appréciable (et mis en couleur avec métier par Jocelyne Charance qui n’est pas la première venue). Du bien bel ouvrage, l’une des meilleures BD qu’il m’ait été donné de lire sur un peintre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?     CONCERTO POUR VIOLONCELLE ET ORCHESTRE  

 

 

C'est de Qui ? J. Offenbach

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu par ici? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Une pièce qui porte clairement la marque de fabrique de son auteur mais pas que. En effet, si l’esprit sautillant et endiablé des opéra célèbres du compositeur est bien présent, ce concerto dit « Militaire » possède également des passages bien plus posés, et romantiques (voir poétiques) où les parties pour cordes, violoncelle en tête (en même temps !), n’ont rien à envier aux spécialistes du genre. Si ce concerto (qui n’a finalement de militaire que les percussions –caisses claires- très présentes), comme beaucoup d’autres pièces d’Offenbach, a été éclipsé par ses œuvres les plus connues, il serait dommage de ne pas le (re)découvrir (et pourquoi pas en lisant la bio de son contemporain n’est ce pas). Une facette probablement moins connue du compositeur mais tout aussi agréable.

 

 

-----------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 14:51

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE PETIT CHAPERON ROUGE

 

 

C'est de qui ? Hélène Beney & Domas

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu chez nous? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Bamboo.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Outre le fait que, désormais, nous consacrons le mercredi aux BD destinées (plus ou moins) à la jeunesse, vous savez que je suis assez enclin à sensibiliser nos chères têtes blondes au médium. Pour avoir moi-même des enfants, les voir lire ou leur lire des BD est un de mes grands plaisir dans l’existence, et qu’y a-t-il de mieux dans la vie ? (Non la réponse à cette question n’est pas : Tuer ses ennemis! Les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes !). Ceci étant je ne peux être qu’admiratif  du concept Ma Première BD chez Bamboo qui présente des adaptations de classiques de contes en version muettes (ou presque) avec bonus en fin d’album (exercices de dessins, texte du conte original, etc…). Ce Petit Chaperon Rouge, même s’il prend quelques libertés avec le conte que l’on connaît (la maman du chaperon lui donne une carte pour se rendre chez la Grand-mère, que l’enfant perd !) est joliment dessiné, dans un style simple, actuel et très coloré, bien narré, bref un basique revu avec réussite.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LA VALSE DES FLOCONS

 

 

C'est de Qui? Tchaikovski

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Succès phénoménal qui étonna même son créateur, Casse-Noisette est probablement l’une des œuvres musicales les plus connues du répertoire. Si les sujets et les ambiances de la Valse des Flocons et du Petit Chaperon Rouge sont sensiblement différents, je vous l’accorde, la maestria évocatrice de Tcahikovski se prête à merveille à l’illustration du conte revu et corrigé par Domas et Beney, même si, pour les plus jeunes qui liront/à qui vous lirez l’album ça risque de paraître un brin dramatique sur la fin. Néanmoins, un autre avantage à cette lecture accompagnée, c’est qu’elle permettra également de faire découvrir ce ballet incontournable aux enfants (et leur confirmer que SI il existe bien une autre musique que les daubes qu’assènent les ondes FM et chaines musicales). Et on dit merci qui ?

 

 

-----------------------------

 

Une chronique signée Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags